Version classiqueVersion mobile

Stratégies de la comparaison internationale

 | 
Michel Lallement
, 
Jan Spurk

Conclusions

Pour le mélange des genres dans les comparaisons internationales

Catherine Marry

Texte intégral

1Dans un ouvrage récent dont le titre résume son programme – Comparer l'incomparable (2000) – l'helléniste M. Détienne se livre à une critique féroce « de l'incomparable des nationaux de tout poil » et à un plaidoyer passionné pour une posture comparative qui transgresse les frontières du temps et de l'espace comme celle des disciplines. Avec une petite équipe d'historiens et d'anthropologues il est allé voir, par exemple, comment des pratiques d'assemblée en Éthiopie, dans les cités grecques et chez les Cosaques du xve siècle dessinent un lieu du politique et des formes de démocratie distinctes. Au delà de la vertu heuristique du « choc de l'incomparable », il évoque la portée éthique de cette posture et pratique de recherche qui « invite à mettre en perspective les valeurs et les choix de la société à laquelle on appartient » (p. 59). Sans aller aussi loin dans ce franchissement des frontières spatiales et temporelles, ce livre confronte la réflexion de chercheurs, pour l'essentiel français mais aussi étrangers ou binationaux, autour de leur pratique de la comparaison internationale des sociétés industrielles ou capitalistes. Les différentes contributions soulignent les vertus heuristiques de cette stratégie de recherche mais aussi les limites et difficultés auxquelles elle continue à se heurter en dépit d'une longue tradition, d'une cumulativité certaine et d'une sophistication des outils (en particulier quantitatifs).

2Avant de réagir sur certains points particuliers, à partir de ma propre expérience de recherche de comparaisons internationales, en particulier sur la France et l'Allemagne, je voudrais exprimer mon impression générale. Comme tout livre collectif issu d'un séminaire, on peut trouver que les contributions sont trop éclectiques, qu'elles ne s'ordonnent pas assez autour d'un fil directeur ou d'une école de pensée. Or c'est justement cette variété des approches, des points de vue, des sujets et pays abordés et la liberté de ton qui me semblent le plus original et stimulant dans ce livre. Il ouvre des horizons nouveaux – du point de vue des pays comparés (la Suède ou la Hongrie par exemple), de la temporalité (du passé ancien aux nouveaux défis de la « globalisation »), des objets empiriques (les universités, les organisations hospitalières, les mariages mixtes). Il ne cache pas les bricolages des chercheurs et les difficultés inhérentes à l'exercice comparatif, des problèmes de langue et de traduction à ceux liés aux conditions de production et de réalisation de la recherche (financement, composition des équipes, « résistance » des terrains, inconscient personnel ou national des chercheurs…). En bref il se libère des lourdeurs académiques sans abandonner le souci de rigueur dans les investigations et les analyses.

  • 1 Encore que, comme le remarque F. Lefresne dans une discussion menée au LEST autour de l'approche so (...)

3Un autre apport de ce livre, que je trouve particulièrement intéressant, est la confrontation qu'il propose de plusieurs regards disciplinaires. Si les débats entre sociologues et économistes, notamment du travail, sont anciens et se retrouvent ici1, l'association, dans un même séminaire, de sociologues, d'historiens et de spécialistes des sciences politiques est plus rare. Le mélange de chercheurs de différentes générations et la place donnée aux plus jeunes dans l'ouvrage apportent aussi un appel d'air.

4Ce livre est aussi particulièrement bienvenu dans une période d'essor de cette pratique comparative. Cet essor est lié à la fois à une incitation, financière et politique, des institutions européennes et internationales (CEE, Eurostat, OCDE, BIT…), à l'harmonisation des nomenclatures et procédures d'enquêtes ou au développement de l'évaluation (des politiques d'emploi ou des performances des systèmes éducatifs par exemple) et au développement des réseaux internationaux de recherche. Plusieurs contributions apportent un regard critique sur les catégories statistiques et les indicateurs utilisés par ces institutions. Elles peuvent contribuer non seulement à comprendre leur construction « sociétale » mais aussi à améliorer leur comparabilité.

5Enfin, l'apport le plus original du livre me semble résider dans sa contribution à une comparaison des comparaisons. Je reviendrai sur les pistes d'amélioration ou d'innovation suggérées. Plusieurs typologies des approches sont présentées, à partir de disciplines (sociologie, économie, science politique) et de champs de recherche variés (systèmes éducatifs, régimes d'emploi, politiques des États-providence, types de capitalismes) ou d'objets plus restreints (universités, promotion sociale). Elles permettent d'aller au-delà de la simple opposition entre approches culturalistes et approches universalistes tout en tentant d'échapper au piège de l'autopromotion d'une démarche qui serait seule capable de surmonter la double impasse du tout ou rien comparable.

La discussion sur la recherche sociétale du LEST

6Plusieurs contributions évoquent la comparaison France-Allemagne du LEST, connue sous le nom d'« analyse sociétale ». Celle d'A. Labit et J. Thoemmes propose même un bilan des apports de cette recherche et des critiques qu'elle a suscitées depuis vingt ans, en France et à l'étranger. De fait, cette recherche a fait « école » et son influence a permis une certaine cumulativité de la recherche en sciences sociales. Mais l'envers de ce succès et de cette institutionnalisation d'une démarche qui se voulait au départ novatrice est qu'elle tend à se répéter, à brider l'imagination sociologique en cherchant à se prémunir des « chocs de l'incomparable » dont parle M. Détienne. Ayant participé à cette recherche, dès les premières étapes de son élaboration au début des années 1970, je souhaite faire part de quelques observations sur l'histoire de cette démarche et de sa réception, des deux côtés du Rhin, qui me semblent pouvoir éclairer un aspect irritant de son discours : le caractère récurrent de l'affirmation d'une supériorité du « modèle » allemand de formation et de relations professionnelles.

7La question initiale du projet du LEST (1972), comme le rappellent A. Labit et J. Thoemmes, était d'expliquer le caractère moins inégalitaire, en Allemagne qu'en France, des hiérarchies de salaires entre ouvriers et non-ouvriers. L'équipe, composée d'économistes et de sociologues, a déplacé la question de la mesure comparée de ces hiérarchies de salaires vers celle des mécanismes sociétaux de leur production. L'« effet sociétal » était né. Pourtant le constat initial d'une moindre inégalité de salaires entre groupes professionnels dans la société industrielle allemande est resté prégnant, bien qu'il n'ait donné lieu à aucune actualisation empirique et surtout que le constat inverse, celui d'inégalités plus fortes entre les sexes, n'ait pas été repris dans ce nouveau projet. Ces choix ne sont pas seulement « de raison ou de trahison », ils sont aussi des choix motivés par une adhésion forte à une vision du monde, à un système de croyances, ici la croyance en la plus forte cohésion professionnelle et sociale du monde industriel en Allemagne, qui serait imputée à la légitimité plus forte des formations professionnelles et au mode de régulation corporatiste des relations industrielles. Le partage de cette croyance à la fois par les chercheurs du LEST et par leurs interlocuteurs allemands – en particulier B. Lutz et son équipe de l'ISF – a renforcé ce système de croyances. Les termes utilisés par les auteurs, des deux côtés du Rhin, dans leur présentation des différences entre les deux pays expriment constamment un jugement positif pour l'Allemagne, négatif pour la France : « continuité » versus « instabilité » de l'espace professionnel, coopération versus hiérarchie, cercle vertueux versus cercle vicieux des dynamiques de changements, etc. Cette fascination pour le modèle allemand a été entretenue par les discours recueillis dans l'enquête : les entretiens n'ont concerné que l'encadrement de grandes entreprises industrielles et pas les ouvriers, encore moins les OS immigrés et les femmes. Le processus dynamique d'interaction entre la présentation de la recherche par les auteurs au fil de leurs publications et sa réception dans et au-delà du monde académique a contribué à renforcer l'opposition hiérarchisée entre les deux « modèles ». Les articles publiés dans la Revue française de sociologie en 1979 et en 1991 se sont d'emblée inscrits dans la réfutation des critiques faites à leur démarche – celles d'abord de J.D Reynaud puis de P. d'Iribarne – les auteurs (M. Maurice, F. Sellier et J.J. Silvestre) tendant à gommer les aspects les plus contradictoires soulevés dans l'épais rapport de fin de recherche de 1977 (peu diffusé et lu) et pour partie seulement mentionnés dans le livre publié en 1982.

  • 2 Des recherches plus récentes montrent une grande proximité entre les deux pays, dans l'ampleur de l (...)
  • 3 Celle de A. Sorge et M. Wagner par exemple sur l'Allemagne et la Grande-Bretagne (1986) ou de H. No (...)

8Il est significatif par exemple que le constat d'une plus faible mobilité sociale des ouvriers en Allemagne2 ne soit développé qu'en une note de bas de page de l'article de 1979 et n'ait été que rarement repris par les commentateurs. Le dialogue amorcé dans la recherche du LEST entre les interrogations des économistes sur la valorisation salariale des investissements éducatifs, celles des sociologues sur la mobilité sociale intergénérationnelle, et celles des sociologues du travail sur les rapports de travail dans les entreprises s'est en effet distendu au fil du temps. Les travaux qui ont prolongé cette recherche, sur d'autres couples de pays, au LEST ou ailleurs3, s'inscrivent dans une problématique assez traditionnelle de sociologie du travail qui accorde une place centrale à la figure de l'ouvrier qualifié de la grande industrie (construction mécanique, chimie) et qui s'appuie sur des études de cas. En outre, les discussions savantes sur les indices de mobilité ont moins frappé les esprits que la forte croissance du chômage et de la précarité des emplois des années 1970 aux années 1990. Celle-ci n'a pas épargné l'Allemagne mais elle s'est focalisée en France sur les jeunes débutants, donnant un nouveau regain au discours sur la supériorité du système de formation allemand, censé mieux intégrer les jeunes au monde du travail.

9Le livre coordonné par Y. Shavit et W. Müller (1998) sur la comparaison des modalités de « transition de l'école vers l'emploi » dans plusieurs pays européens n'échappe pas à ces jugements de valeur. Chaussant des lunettes allemandes, les auteurs classent le système français comme fortement standardisé (à l'instar de l'Allemagne) mais faiblement diversifié (contrairement à l'Allemagne), ignorant que le CAP compte plusieurs centaines de spécialités et le BTS une centaine (Kieffer, 2000). D'autres recherches ont produit pourtant une vision moins enchantée de l'Allemagne et de son système de formation professionnelle. Dès les années 1970, le sociologue allemand néomarxiste C. Offe (1975) développe une analyse critique du processus et des résultats de la réforme de 1969 qui institutionnalise le système dual. O. Giraud évoque une recherche plus récente du Grid Group Theory qui classe l'Allemagne moderne dans les pays de « culture hiérarchique », marquée à la fois par une forte adhésion au groupe et un niveau de tolérance élevé vis-à-vis des normes extérieures. Enfin les comparaisons internationales qui introduisent les femmes, la famille et les politiques de l'État-providence et dont J. O'Reilly fait ici une recension très riche, classent l'Allemagne dans les pays les plus inégalitaires des pays occidentaux.

10A. Sorge, sociologue du travail allemand, qui a coordonné avec M. Maurice un ouvrage récent revisitant l'analyse sociétale (Maurice, Sorge, 2000) reconnaît, dans sa contribution, que les auteurs n'ont pas suffisamment adopté une démarche dialectique. Cette occultation des contradictions expliquerait les critiques qu'il qualifie (à l'instar de M. Maurice) de « malentendus ». Cette dialectique est en effet, comme il le note avec ironie, « diabolique ». Elle exige du chercheur une grande virtuosité interprétative pour intégrer les contradictions, les résultats inattendus, en particulier l'observation d'inégalités qui ne vont pas dans le même sens dans la comparaison entre deux pays, comme celle entre la plus grande continuité de l'espace des formations professionnelles et la plus faible mobilité ascendante des ouvriers qualifiés. Cette dialectique s'avère pourtant la plus féconde pour échapper aux certitudes, remettre en cause ses hypothèses de départ et proposer des interprétations plus solides, plus convaincantes ; pour envisager enfin des changements, voire une éventuelle convergence des évolutions entre les pays comme il la note à propos des modalités de recrutement des techniciens dans de nombreuses firmes chimiques européennes qui tendent à substituer des techniciens sortant de l'école à la promotion ouvrière. Son affirmation selon laquelle les contradictions ne sont pas des aberrations mais constituent le principe même de la construction d'une société lève-t-elle pour autant tous les malentendus ? peut-on toujours trouver une cohérence dans les discordances ? le diabolus in musica que représentent les plus fortes inégalités entre hommes et femmes mais aussi la discrimination scolaire (semble-t-il plus forte qu'en France) des enfants d'immigrés en Allemagne (Alba, Handl, Müller, 1999) ne vient-il pas troubler les eaux paisibles du discours sur le « modèle » allemand et ses vertus ?

  • 4 La première salle d'asile est ouverte à Paris en 1826 à destination des enfants des classes populai (...)

11Certes, on peut dire que ce résultat est cohérent avec un modèle construit sur la force très masculine de la grande industrie, sur la figure valorisée de l'ouvrier qualifié et plus largement du Beruf. Mais la notion de culture technique et le modèle des grandes écoles en France sont tout autant marqués par une longue histoire au masculin. Et pourtant les filles y ont un accès moins restreint et surtout peuvent mieux valoriser ces diplômes dans le monde des professions qualifiées de l'industrie, largement dominé en France aussi par les hommes (Marry, 2001). De façon plus générale, la figure de la mère active à plein temps est plus anciennement ancrée et légitime en France. Certes, l'économie française a fait appel à ces femmes et à ces mères parce qu'elle en a sans doute eu plus fortement besoin, et les salles d'asile, ancêtres des crèches, ont été mises en place dès le xixe siècle, pour pallier les « insuffisances » éducatives de ces mères travailleuses et pauvres (Luc, 1997)4. Mais ces nécessités économiques n'expliquent pas tout comme le montre l'histoire du temps partiel en Allemagne réalisée par C. Von Oertzen (1999). La France a connu le même phénomène de pénurie de main-d'œuvre dans les années d'après guerre et pourtant seule l'Allemagne a développé le travail à temps partiel des mères dans les années 1960. En France le modèle du temps plein a résisté jusqu'aux années de crise (1970 et surtout 1980). Cet auteur, comme d'autres (Pfau-Effinger, 1993, par exemple), recourt dans son interprétation à des explications culturelles (honnies par l'analyse sociétale) à côté d'explications liées aux transformations économiques : l'érosion plus limitée en Allemagne du modèle de breadwinner. F. Maier (1993) suggère que la réticence, partagée (aujourd'hui encore) par de nombreuses Allemandes, à l'égard d'une intervention de l'État dans l'éducation des tout-petits (crèches, écoles maternelles à plein temps…) est liée au double rejet, dans la période d'après guerre, des politiques menées sous le régime nazi et en RDA.

12L'histoire politique, proposée par G. Lehmbruch dans ce livre, des discours et institutions du « capitalisme encastré » en Allemagne et au Japon offre un autre éclairage convaincant des paradoxes de la comparaison, à travers la prise en compte des « conséquences inattendues d'innovations institutionnelles ». « C'est une remarquable ironie de l'histoire, remarque-t-il, que les réformes sociales instaurant un régime durable de type corporatiste en Allemagne ou au Japon, ont été impulsées par des élites politiques et économiques, conservatrices, dans un souci d'éliminer les “ennemis intérieurs de l'Empire”, les socialistes et le mouvement ouvrier, et qu'elles ont conduit à un renforcement de ce dernier à travers une intégration moins conflictuelle à la société. À l'inverse, la destruction des corporations en France par la Révolution, selon un principe de préservation de la liberté des individus, et le maintien d'une culture syndicale protestataire ont durablement entravé la constitution d'un mouvement syndical uni et fort. » Toutes ces recherches montrent l'intérêt d'un métissage des explications et des approches. Cette innovation est très présente en science politique, comme le montre la contribution d'O. Giraud.

Les pistes d'amélioration ou d'innovation des approches comparatives

13Parmi les nombreuses pistes d'amélioration de la démarche comparative évoquées dans ce livre, j'en retiendrai trois qui ont particulièrement éveillé mon intérêt : celle d'une lecture croisée des histoires nationales, celle du métissage des approches et des méthodologies comparatives, celle de l'introduction de la dimension subjective.

Une lecture croisée des histoires nationales

14Les échanges intellectuels et matériels entre les pays, les relations d'emprunt ou de rejet institutionnels sont antérieurs à l'émergence sur le devant de la scène du thème de la globalisation même s'ils se sont sans doute fortement intensifiés ces dernières années. Leur analyse permet de sortir d'une vison très cloisonnée des frontières et des « cultures » nationales. L'analyse déjà mentionnée de G. Lehmbruch en est une belle illustration. Il compare, sur longue période (du début du xixe siècle à la fin du xxe), les étapes de la construction, en Allemagne et au Japon, des institutions du « capitalisme encastré » en relation avec les crises économiques et sociales et les systèmes de croyances hégémoniques analysés à travers les discours des élites politiques et scientifiques. Son hypothèse est celle du poids des héritages du passé dans les évolutions, lié au coût élevé, pour les acteurs, du changement de croyances et d'institutions. Il souligne toutefois que le processus de dépendance historique n'est pas un processus de détermination mais qu'il est stochastique, que la persistance d'un discours hégémonique est une question empirique et non un a priori et qu'il faut identifier à la fois la continuité et les innovations. Il montre que les échanges transnationaux des élites jouent un rôle important dans ces remaniements et en donne des exemples nombreux à partir des voyages, des écrits et des lectures de ces élites.

15Le livre récemment publié sous la direction de B. Zimmermann, C. Didry et P. Wagner (1999) me semble un autre exemple emblématique de cette démarche innovante. Autour de la question à la fois précise et vaste des corrélations entre l'histoire des États-nations et celle des institutions de travail au xixe siècle (droit du travail, droit syndical, formation professionnelle, statistiques et politiques publiques d'emploi et de chômage, systèmes d'assurance et de protection sociale…), des historiens, des juristes, des sociologues, des économistes français et allemands soulignent à la fois les différences dans les trajectoires politiques, économiques et le développement institutionnel des deux pays (aux xixe et xxe siècles) et leurs similitudes. Cette confrontation part d'une hypothèse originale qui se démarque aussi bien de celle de l'irréductibilité des spécificités sociétales que de l'hypothèse de convergence. Ces similitudes et différences « seraient le fruit d'une histoire croisée au cours de laquelle Français et Allemands ont forgé leur identité nationale les uns par rapport aux autres, dans une relation d'emprunt et de ré-appropriation, de rejet ou encore d'assimilation dans le cas extrême de l'Occupation […] Ces influences s'incarnent dans le projet européen mais également dans des produits tels le moteur Diesel ou le programme Airbus […] » (p. 3). Elles passent par les échanges économiques mais aussi par ceux de personnes, de courants intellectuels et des événements politiques majeurs comme les guerres. On peut s'étonner de l'occultation de ces dernières dans les analyses comparatives des sociologues du travail et des organisations, des deux côtés du Rhin.

Un métissage des méthodes et des théories

16La contribution d'O. Giraud sur le comparatisme contemporain en science politique témoigne d'une communauté des débats et des clivages avec ceux qui traversent les autres disciplines (la sociologie en particulier). On retrouve en particulier l'opposition entre les approches qualitatives, inductives, compréhensives basées sur un petit nombre de pays et celles « centrées sur les variables », qui privilégient la généralisation à de nombreux pays et la validation statistique sur le souci de restituer la complexité. Le thème des causes et des conséquences de la globalisation devient aussi prioritaire dans les recherches les plus récentes. Toutefois, ce champ disciplinaire se caractérise par un dialogue entre les écoles ou courants, plus abouti semble-t-il qu'ailleurs. O. Giraud donne des exemples de ce « métissage » des méthodes et des approches : celui des travaux de R. Inglehart (1998) sur la transition culturelle dans les sociétés occidentales qui échappe à la critique de l'enfermement culturaliste en analysant les codes culturels en termes d'équivalents fonctionnels et en focalisant l'attention sur les interactions entre culture, structures et action individuelle ; celui de la Grid Group Theory qui réunit l'univers des pratiques culturalistes et la méthode des approches en termes de choix rationnels, qui stylise les faits et réduit le nombre des hypothèses ; celui enfin de l'institutionnalisme historique qui mélange l'héritage structuraliste (petit nombre de cas, configurations causales, objets comparatifs situés et construits) et l'« ontologie » de la théorie des choix rationnels et adopte une position théorique souple axée sur la problématique du changement (Thelen, 1999).

17Je voudrais donner, pour conclure, un autre exemple du caractère fécond de la complémentarité des interprétations dans les comparaisons entre pays : celui d'un travail de thèse, réalisé par une chercheuse allemande (d'origine espagnole), T. Jurado (1999). Pour expliquer pourquoi les jeunes Espagnols quittent plus tardivement le domicile parental que les jeunes Français, elle teste plusieurs hypothèses explicatives. Outre les données classiques sur l'appartenance sociale et sexuée des jeunes, elle introduit dans des modèles de régression, des variables d'appartenance religieuse, de situation économique (taux de chômage, marché du logement…) et de politiques publiques (aides de l'État…). Elle montre ainsi l'importance de ces dernières dimensions par rapport aux « facteurs culturels » souvent rapidement mis en avant pour justifier les spécificités des pays du Sud. La comparaison des disparités économiques régionales, particulièrement fortes en Espagne, met en évidence ce rôle discriminant dans l'explication du départ ou du maintien des jeunes chez leurs parents. L'effet régional s'avère parfois plus fort que l'effet national… J'évoque aussi ce travail parce que je regrette l'absence de chercheurs et de recherches approfondies sur les pays du Sud dans ce livre, qui reflète leur faible présence dans les réseaux européens et dans les courants comparatistes dominés par les Anglo-Saxons. Cette absence et la méconnaissance de ces pays et de leur diversité expliquent sans doute la difficulté, mentionnée par J. O'Reilly, à les classer dans les typologies élaborées par les comparatistes des formes de capitalisme ou des politiques de l'État-providence.

L'intégration de la dimension subjective

18Se référant à N. Elias, C. Dubar, C. Gadea et C. Rolle plaident, ici comme dans d'autres de leurs travaux, pour l'intégration de la dimension subjective : « aux changements macrosociaux qui s'appellent mondialisation, bureaucratisation, sécularisation, industrialisation […] il faut accoler des changements microsociaux dans les formes de subjectivité : individualisation, différenciation, intériorisation, “distance par rapport au moi” » (Elias, 1985, p. 279). B. Collet et C. Vassy, chacune à leur manière, tentent de le faire. B. Collet compare les modes d'intégration des conjoints étrangers de couples mixtes en France et en Allemagne. Elle fait part d'emblée de sa propre subjectivité de chercheur dans son implication sur ce thème : c'est sa double appartenance nationale, d'Allemande vivant en France, qui a suscité cette comparaison. Elle montre ensuite que la trajectoire antérieure du migrant et sa plus ou moins grande aspiration à l'assimilation sont des éléments subjectifs d'interprétation de cette intégration aussi essentiels que le contexte institutionnel du pays d'immigration et qui interagissent avec lui. Il est probable que la dynamique amoureuse du couple, peu mentionnée dans cet article, joue aussi un rôle important…

19C. Vassy, à partir d'une approche ethnographique de six services de neurologie dans trois pays européens – la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne – accorde une attention particulière à la qualité des relations entre médecins et infirmières, à ce qu'il vivent et ressentent quotidiennement dans leur travail. D'après ses observations, ces relations seraient plus satisfaisantes en Grande-Bretagne et en Allemagne qu'en France alors même que les infirmières françaises ont une formation plus poussée sur le plan théorique et scientifique et font des actes techniques qui sont réalisés par les médecins ailleurs. Elle explique cette contradiction apparente par le fait que l'élargissement du répertoire d'activités des infirmières françaises a pour conséquence la moindre présence en continu des médecins juniors qui sont contraints, ailleurs, de faire ces actes techniques (les injections intraveineuses par exemple). En outre, les infirmières britanniques sont déchargées des tâches administratives, tâches qu'elles (et les médecins) « n'aiment pas faire », par la présence de secrétaires dans les services. L'intégration de la dimension subjective dans une enquête qui collecte aussi, de façon rigoureuse, les « conditions objectives » du travail et confronte ses résultats et ses interprétations avec ceux proposés par des recherches macrosociologiques me semble un autre exemple de la fécondité du métissage des approches. C. Vassy montre ainsi que le changement d'échelle peut faire apparaître ou disparaître des spécificités : elle n'observe pas, à son échelle locale d'observation, de différences dans les stratégies de carrière des médecins des différents pays, contrairement à ce qu'indiquent des recherches plus macrosociales. Il n'est pas certain toutefois que ces divergences d'interprétation ne doivent qu'à ces changements d'échelle comme elle le laisse entendre. Ce serait, je pense, sous-estimer l'inclination du chercheur à mettre au jour des proximités ou des différences selon les questions qu'il se pose et ses présupposés, plus ou moins explicites. Une approche plus centrée sur la division sexuelle du travail aurait ainsi pu mettre l'accent sur une forte proximité commune au groupe des infirmières des trois pays (et au-delà) : dans aucun d'entre eux elles ne peuvent accéder à la profession médicale et peu d'entre elles deviennent « cadres ». Il n'y a donc pas ici d'« espace de qualification » autorisant une progression des catégories qualifiées « de base » vers celles de l'encadrement d'une ampleur comparable à celle observée dans l'espace masculin des ouvriers qualifiés, techniciens et ingénieurs.

20Le consensus qui semble se dégager de ce livre est la perte de la croyance dans une méthode idéale de comparaison internationale : il n'y aurait pas plus de one best way des comparaisons internationales que de one best way de l'organisation des entreprises en relation avec le développement technologique (Brossard, Maurice, 1974). Cela ne signifie pas que toutes les approches se valent mais que leur validité se fonde moins sur leur école de référence que sur l'exigence de leur démarche empirique – toujours longue et coûteuse dans ce type de recherche –, leur capacité à remettre en cause les hypothèses de départ, à intégrer les critiques et les résultats des autres, à générer des questions nouvelles… bref à adopter la posture de modestie et d'ouverture revendiquée par M. Lallement. La plus grande vertu de la démarche comparative nous semble résider dans cette exigence critique, cette posture de résistance à la simplification, ce souci de rompre avec les évidences des catégories, y compris avec celles que les chercheurs ont patiemment construites.

Notes

1 Encore que, comme le remarque F. Lefresne dans une discussion menée au LEST autour de l'approche sociétale « revisitée », des courants a priori proches se sont longtemps tenus dans l'ignorance réciproque comme l'école de la régulation et celle du LEST par exemple (document séminaire LEST, 98/8).

2 Des recherches plus récentes montrent une grande proximité entre les deux pays, dans l'ampleur de la reproduction sociale intergénérationnelle, par ailleurs plutôt stable sur longue période (Erickson, Goldthorpe, 1992).

3 Celle de A. Sorge et M. Wagner par exemple sur l'Allemagne et la Grande-Bretagne (1986) ou de H. Nohara et J.J. Silvestre sur la France et le Japon (1986). Notons toutefois une reprise de cette tradition plus quantitative d'analyse comparative en France et en Allemagne des mobilités et des salaires par des chercheurs du LEST (Béret, Dupray, 2000). Leurs travaux montrent des évolutions inverses de la valorisation des diplômes sur le marché du travail des deux pays, qui conduisent à les rapprocher : du côté français, amélioration du rendement relatif des diplômes professionnels (CAP, BEP, BTS et DUT) par rapport aux diplômes généraux et quasi-disparition du rendement de l'ancienneté ; du côté allemand, baisse de l'impact salarial relatif du brevet dual et augmentation du rendement de l'expérience professionnelle. Dans notre recherche (Marryet al., 1998, Braunset al., 1999), qui introduit les femmes dans la comparaison, nous observons aussi une certaine atténuation des différences (de formation et d'emploi) entre les sexes et entre les deux pays. Cela n'implique pas pour autant une convergence. Des différences fortes perdurent comme la pénalisation plus forte des mères allemandes sur le marché du travail (en termes d'accès à l'emploi) mais aussi l'importance maintenue des diplômes professionnels pour le recrutement dans les emplois manuels et non manuels en Allemagne : cette importance s'est même nettement renforcée pour les femmes des années 1970 aux années 1990. En France, on observerait une dévaluation relative des diplômes, professionnels et généraux, à l'exception de ceux de l'enseignement supérieur. La formation professionnelle ne voit son rôle s'accroître que dans le secteur industriel et pour les niveaux élevés (bac, BTS, DUT).

4 La première salle d'asile est ouverte à Paris en 1826 à destination des enfants des classes populaires. En 1881, à la veille de leur transformation en écoles maternelles, elles scolarisent 20 % des 2-4 ans. Les mères n'exercent pas toutes une activité professionnelle mais elles sont majoritaires (60 %).

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search