Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies de la comparaison internationale

 | 
Michel Lallement
, 
Jan Spurk

Conclusions

Conclusions. Pragmatique de la comparaison

Michel Lallement

Texte intégral

1Toute aventure éditoriale collective entraîne avec elle le risque majeur de l’émiettement des interrogations et des propos. Cela est d’autant plus vrai dans le cas présent que les plumes sollicitées sont nombreuses et que, de surcroît, nous avons choisi d’associer à notre travail des chercheurs issus d’univers disciplinaires variés. Il est donc temps, à ce stade de la réflexion, de nouer plus fermement les principaux fils qui courent tout au long des pages précédentes. Comme on aura pu le remarquer, les sensibilités analytiques et les partis pris méthodologiques ne se recouvrent pas nécessairement d’un chapitre à l’autre. Il est malgré tout suffisamment de convergences entre les différentes contributions pour que nous pensions avoir étayé l’argument central de cet ouvrage, celui qui assigne à la comparaison un statut de stratégie de recherche. Stratégie : nous avions, en introduction, fourni quelques indications pour défendre le recours à cette sémantique qui associe la pratique du chercheur à une action fondée en raison sur des objectifs et des principes régulateurs. On peut, au terme de ce parcours, préciser plus encore le sens de la notion qui nous a servi à orienter le questionnement. Qu’elle soit le fait d’une individualité ou d’un collectif, les stratégies de recherche se différencient des simples applications de méthode en ce qu’elles ne relèvent pas de l’adéquation rudimentaire entre des moyens et des fins. Sur la base d’un noyau dur de propositions élémentaires, elles imposent davantage distanciation, inventivité, variété, renoncement aux explications globales et, enfin, réflexivité. Partant de cette définition souple de la stratégie, la présente contribution se propose de repérer quelques-uns des principes et préceptes qui, nous semble-t-il, assurent un minimum de cohérence à ce travail collectif.

Comparaison, analyse relationnelle et historisme

  • 1 Cette technique consiste à désagréger la variable à laquelle on s’intéresse à l’aide d’une relation (...)

2La première proposition forte sur laquelle s’adossent les contributions à cet ouvrage propose de dépasser les oppositions académiques trop figées (espace-temps, vérité-histoire, être-devenir…) pour combiner analyse relationnelle et historisme. L’analyse relationnelle engage à rompre avec un comparatisme minimaliste qui se contente de la liste des ressemblances et des dissemblances entre des objets « similaires » (l’école, l’entreprise, le chômage, la formation…) baignant dans des contextes culturels ou sociétaux différents. Il est certes des méthodes de comparaison terme à terme extrêmement raffinées. Il en va ainsi de la technique de l’explication « par les facteurs » utilisée par les macroéconomistes1. Mais, bien que parfois fort sophistiquée sur le plan formel, cette démarche présente néanmoins ce défaut majeur de toujours ignorer les relations multiples (synergies, tensions, contradictions…) entre les paramètres utilisés pour la modélisation (Gadrey, Jany-Catrice, Ribault, 1998). Or s’il est un acquis de l’analyse relationnelle, c’est bien celui en vertu duquel ce sont des ensembles, des systèmes, des configurations… – appelons-les comme on voudra – qu’il est intéressant d’observer, sachant que l’essentiel n’est pas la nature d’un élément mais sa présence ou son absence et, plus encore, son positionnement relatif dans un espace d’interactions. En matière de comparaisons internationales, un tel impératif n’aura jamais été aussi pertinent : l’étude des relations entre acteurs, institutions, répertoires rhétoriques, registres d’action collective… prévaut sur l’attention accordée à une entité singulière qui, considérée isolément, n’apprend guère à l’observateur.

3Bien qu’ils s’équipent de cadres intellectuels différents, tel est le postulat qui est explicitement travaillé par A. Labit et de J. Thoemmes ou encore par C. Dubar, C. Gadea et C. Rolle. C. Vassy est peut-être la chercheuse qui fournit à ce précepte son illustration la plus originale. Dans son étude doublement comparée (entre pays et entre professions médicales), elle montre que, dans la mesure où le pouvoir, la gestion des carrières, etc., ne font pas l’objet d’enjeux et d’organisations similaires d’une configuration de profession à l’autre, les spécificités nationales peuvent se faire diversement sentir. En d’autres termes encore, c’est en observant des relations plutôt que des acteurs ou des états singuliers que l’on peut repérer des influences « sociétales » et que l’on fait apparaître également les conditions qui prédéterminent la portée de telles influences.

4Historisme en second lieu : lourd d’un riche passé philosophique (Oexle, 2001), ce terme est porteur à tout le moins d’une double signification que nous acceptons pareillement. La première invite à la plongée diachronique. Comme le suggère en particulier le chapitre signé par G. Lehmbruch, la comparaison internationale ne peut se satisfaire de visions en coupe instantanée. L’alliance entre l’histoire et les autres sciences sociales n’est certes pas chose nouvelle mais s’il est une leçon d’importance des travaux qui s’alimentent à pareille source méthodologique, c’est que la comparaison des trajectoires (de groupes, d’institutions, de pays…) offre d’abord les moyens de déceler de multiples effets d’exportation, d’implantation, de contamination, de rejet, de réappropriation… Ces processus concernent aussi bien des dispositifs techniques que des modèles d’action ou encore des systèmes de valeurs et de représentations (Zimmermann, Didry, Wagner, 1999). Ceux-ci passent régulièrement les frontières et informent les pratiques et les institutions. Cette même plongée offre aussi l’occasion de tester combien les négociations, amendements, coups de force, révisions, (ré)interprétations… contribuent à la vie des conventions (sociales, comptables, statistiques, politiques, etc.) sur lesquelles nous prenons appui pour passer de l’Autre au Même. Inscrire la temporalité au cœur du projet comparatif présente un troisième intérêt enfin : celui de pouvoir différencier les analyses sur l’échelle des temps, puissant antidote s’il en est contre les tentations culturalistes les plus rustiques. Les contributions d’A. Jacob, B. Rist, A. Simonyi et d’A. Gueissaz nous en convainquent pleinement : il n’est pas équivalent de convoquer le temps court ou celui de la longue durée pour comparer et/ou interpréter ses résultats de recherche. Dans tous les cas, cependant, inscrire les comparaisons dans une trame historique est un levier d’action privilégié pour déréifier les complexes de systèmes, d’acteurs et de conventions dont la cohérence est souvent survalorisée par des lectures trop emprisonnées dans le temps du présent.

5L’historisme rime également avec ce refus, tôt affirmé de manière singulière par l’école historique allemande, de toute forme de monisme analytique. Entendons par là ces postures qui se réfèrent commodément à un principe unique (qu’il soit d’efficience, de coordination, de morale…) pour juger et comparer. Le problème est que le monisme pousse immédiatement les chercheurs dans le piège de l’universalisme. Or, l’on sait les coûts humains que, au nom d’une raison marchande instrumentée par des indicateurs économiques « internationaux », certains États et grands organismes officiels ont pu infliger à des pays entiers. Bien que l’application de leur raisonnement porte sur les domaines précis des politiques d’emploi et des politiques sociales, c’est ce type de travers que C. Erhel, A. Jacob, B. Rist et A. Simonyi dénoncent pour mieux adopter une démarche institutionnaliste qui donne pleinement sens aux chiffres et aux pratiques qu’elles sont amenées à comparer. En d’autres termes, les auteurs de cet ouvrage partagent, nous semble-t-il, cette conviction minimale que les comparaisons internationales engagent un triple niveau d’interprétation. Le premier est celui des acteurs. À l’encontre des schémas déterministes les plus naïfs, les stratégies de recherche comparative auxquelles nous accordons notre préférence s’instruisent de la théorie de la structuration d’A. Giddens : c’est dans un même mouvement, indécomposable autrement qu’en théorie, que les acteurs subissent, mobilisent, façonnent et transforment les règles qui informent leurs pratiques. Le second niveau est celui de ce que, par analogie popperienne, l’on pourrait nommer le troisième monde des institutions. L’investigation empirique révèle tout l’intérêt d’emprunter les chemins de traverse institutionnalistes. L’on peut y observer en effet une multiplicité de combinatoires entre famille, système productif, école, protection sociale, etc. La comparaison conduit alors à évaluer l’efficace des synergies sociétales ainsi produites mais aussi les tensions entre des institutions qui savent trouver en elles-mêmes leur propre centre de gravité. Une telle démarche permet plus encore de repérer et de dessiner des sentiers de dépendance institutionnels, de prendre le pouls du changement social sur long terme, de comprendre l’émergence d’effets parfois inattendus… Le troisième niveau a trait aux relations entre l’observateur et son objet d’observation. Quand bien même les méthodes mobilisées dans cet ouvrage peuvent varier (détour historique, approches microsociologiques, mises en perspectives quantitatives, regards réflexifs sur un champ disciplinaire…), il est de ce point de vue un même impératif de connaissance que tous les auteurs s’accordent à respecter : se défaire du principe de quasi-naturalité trop souvent accordé aux pratiques et aux institutions que l’on compare et s’outiller des meilleurs instruments possibles pour construire d’autres modes et mondes d’équivalence que ceux habituellement promus par le sens commun ou la raison technocratique.

Comparaison et réflexivité

6Ce dernier point est particulièrement important puisque, dans l’ensemble des chapitres de ce livre, l’on voit à l’œuvre toute une série de stratégies visant à rompre avec les canons d’une raison universelle sans être tenté pour autant, on l’a dit, de verser dans un relativisme nécessairement aporétique. On débouche là sur la seconde proposition importante qui nous paraît émaner de cet effort de réflexion collective : parce qu’elle est prise dans une tension indépassable entre la logique du Même (point de vue universaliste) et celle de l’Autre (matrice relativiste), la comparaison internationale n’a de pertinence scientifique qu’à condition que ceux qui la pratiquent sachent la valeur des instruments qu’ils utilisent. Cette injonction constitue presque un leitmotiv de la plupart des contributions du présent ouvrage. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de demander à plusieurs auteurs d’aiguiser un regard réflexif sur la discipline qui est la leur de manière à pouvoir discerner avec plus d’aisance la part des effets de période (que l’on songe, par exemple, à l’impact de la guerre froide sur de nombreux travaux comparatifs des années 1960) des effets de champ (le cas de la science économique, largement dominée par le paradigme néoclassique, est ici exemplaire).

7Mais ce n’est pas tout. La proposition précédente prend sens également à l’examen des contributions qui, comme celles d’A. Bevort et D. Trancart, de F. Michon ou encore d’A. West, démontent avec minutie les différentes pièces constitutives des questionnaires et enquêtes internationales. Soulever de la sorte le capot et plonger les mains dans le moteur des comparaisons peut paraître chose technique et rébarbative. Elle est pourtant riche d’enseignements. On voit apparaître en effet une multiplicité de définitions qui, selon les périodes et les acteurs, peuvent être commodément mobilisées pour mieux plier la connaissance au gré des intérêts ou des inconscients des uns et des autre. À fréquenter ces cuisines de la connaissance, on observe également les multiples biais de traduction. Si ces derniers reflètent immanquablement l’impossibilité logique à dire en une langue unique des univers contrastés, ces biais n’en ont pas moins des conséquences fâcheuses tant sur le plan cognitif et méthodologique que sur celui du politique, du social et de l’économique. Les moments de rupture sont certainement des périodes privilégiées pour en faire le constat : l’attention portée aux mesures comparées du PNB, rappelle A. Desrosières, s’est à nouveau avivée, ce n’est pas un hasard, dès lors que, dans les années 1990, de nombreuses décisions prises à l’échelle européenne se sont appuyées sur l’examen des comptes nationaux.

8En dépit de leur importance, les remarques précédentes n’obligent pas pour autant à l’enfermement critique pas plus qu’elles ne nous condamnent à être prisonniers de ce que A. Desrosières nomme le « paradoxe des métadonnées ». Elles incitent simplement à accorder à la prise de distance réflexive le statut d’étape incontournable de tout travail de comparaison. Court-circuiter ce moment décisif c’est non seulement se priver des moyens d’évaluer en toute connaissances de cause la portée des résultats de ses recherches mais c’est aussi s’interdire de formaliser et de faire circuler les multiples « trucs » et « bricolages », maintes fois évoqués dans cet ouvrage, qui constituent autant de « ficelles du métier » : par exemple, raisonner en tendance plutôt qu’en synchronie lorsque l’on utilise des indicateurs dont l’on sait pertinemment la fragilité ; construire des conventions de passage pour éviter d’importer ou d’exporter des catégories indigènes comme celle, typiquement française, de « cadre » ; basculer d’une comparaison fondée sur des objets vers une analyse qui donne priorité aux processus ; pratiquer la généalogie sémantique pour repérer la façon dont l’histoire se fait mot et être mieux à même de repérer les fondements sociaux des catégories en usage, etc.

9Dans ce même esprit, une autre manière d’allier comparaison et réflexivité consiste à recourir à la typologie plutôt qu’à la nomologie. Les schémas évolutionnistes sont souvent porteurs d’implicites ethnocentriques. La théorie des types structurels de T. Parsons (1966), pour ne citer qu’elle, en est une illustration bien connue. Avec pour ambition la mise en ordre dynamique d’un vaste éventail de sociétés (primitives, archaïques, matrices, intermédiaires avancées, sociétés modernes), T. Parsons a produit un essai qui emprunte explicitement à la démarche historique et comparative. Reconnaissant lui-même qu’appartiennent à l’enfance des sciences sociales toutes les théories qui concèdent à un paramètre unique la plus grande part des vertus explicatives du changement social, il ne peut s’empêcher pourtant de donner priorité à un facteur dominant (celui du contrôle cybernétique) pour porter les États-Unis en tête de la dernière phase de la modernisation. À condition de renoncer à cet espoir vain de pouvoir capter un jour une quelconque ligne de fuite dans l’évolution des sociétés, la démarche typologique – qu’elle soit inductive ou non – s’avère indéniablement plus fructueuse. Fabriquer un modèle élémentaire par segmentation raisonnée est une façon de faire qui, comme le montre B. Collet à propos des mariages mixtes, permet de transcender des catégories problématiques (celle de culture nationale au premier chef) qui obscurcissent le raisonnement plutôt qu’elles ne le bonifient. C’est également une stratégie utile pour évaluer la force des « affinités électives » (entre les systèmes de relations professionnelles et les types de protection sociale par exemple) au sein de différentes configurations nationales et en finir ainsi avec la croyance en l’existence d’un one best way institutionnel qui serait transposable d’un espace à l’autre.

10Mais établir des types ne suffit pas en soi. Nous en avons déjà fait la remarque en introduction à propos des travaux de G. Esping-Andersen, travaux qui ne sont pas dénués d’un certain point de vue normatif en faveur des pays nordiques. De même J. O’Reilly insiste-t-elle sur certaines limites des typologies redevables à la political economy dans la mesure où les classifications proposées survalorisent indûment le couple anglo-germanique. Aussi doit-on retenir également comme un acquis de ce travail collectif l’appel de C. Dubar, C. Gadea et C. Rolle à éviter de tomber dans les pièges de la catégorisation fixiste pour accorder à l’analyse des processus et des subjectivités une valeur heuristique au moins aussi décisive que celle que l’on peut attribuer aux classifications inductives et aux modèles.

Prismes et focales de la comparaison

11Le troisième point de convergence qui apparaît à la lecture des textes précédents tient paradoxalement à leur diversité. Cette diversité est de nature multiple. La première concerne les niveaux pertinents de l’analyse. Pendant longtemps, comme le rappellent J. Spurk, J. O’Reilly ou encore O. Giraud, le cadre de l’État-nation s’est imposé avec la force de l’évidence. Et, aujourd’hui encore, ce sont avant tout des pays que l’on compare. L’État-nation n’est pourtant plus ce qu’il était. Quelle est alors la bonne entrée ? Celle de l’observation microsociologique qu’utilisent C. Vassy, A. Gueissaz ou encore B. Collet, celle de la mise en perspective plutôt macroéconomique et sociale de C. Erhel et de G. Lehmbruch ou faut-il préférer des postures mixtes à la façon d’A. Jacob, B. Rist et A. Simonyi… ? On trouvera, dans la littérature spécialisée, de bons arguments pour défendre telle ou telle option. En 1958, par exemple, J.T. Dunlop explique l’intérêt de pratiquer la comparaison internationale à un niveau « intermédiaire » dans la mesure où, estime-t-il, l’homogénéité politique des espaces nationaux étant assurée, le meilleur moyen de neutraliser les autres variables est de raisonner sur la base de secteurs d’activités qui, en règle générale, partagent des caractéristiques technologiques et économiques assez similaires d’un pays à l’autre. Les tendances actuelles (mouvements de décentralisation et de gouvernance, développement des réseaux, mondialisation, construction de l’Europe sociale…) pourraient justifier aujourd’hui un discours analogue en faveur de telle ou telle échelle d’observation.

  • 2 L’on dispose aujourd’hui par exemple de multiples travaux sur des secteurs d’activités précis qui c (...)

12Si les auteurs de cet ouvrage évoquent à de multiples reprises l’interaction décisive entre reconfiguration des espaces et pratiques de la comparaison, telle n’est pas pourtant la rhétorique à laquelle nous accordons priorité. Pour paraphraser P. Feyerabend, nous pourrions dire qu’any level goes. L’important n’est pas en fait la focale sur laquelle nous réglons notre travail de comparaison mais la capacité à articuler ensuite différents niveaux d’analyse pour donner sens aux résultats produits. Commun à tous les chercheurs qui présentent ici des résultats de recherche empirique, ce souci se manifeste concrètement par l’exploration minutieuse entre idées et croyances des acteurs d’une part et irréversibilité des investissements institutionnels d’autre part (G. Lehmbruch), par la mise en évidence des multiples articulations entre les transformations structurelles des marchés du travail et les conditions d’action des services sociaux (A. Jacob, B. Rist et A. Simonyi), par la capacité à savoir induire, à partir d’une démarche empirique et qualitative, des spécificités nationales, quitte même à reconnaître l’existence de résultats contradictoires entre approches micro et macro (C. Vassy), par le souci de lier niveau institutionnel et interactionnel par des concepts clés comme celui de configuration (C. Dubar, C. Gadea, C. Rolle), par un aller et retour fructueux entre analyse de discours et mise en perspective des histoires politiques et des systèmes juridiques propres à la France et à l’Allemagne (B. Collet), par la prise en compte mais aussi la hiérarchisation souple et progressive de cinq niveaux d’analyses en interaction (local, régional, national, européen et mondial) (A. Gueissaz), etc. L’illustration la plus parlante d’une telle posture stratégique nous est donnée dans l’étude d’A. Labit et J. Thoemmes. Ces deux chercheurs construisent la notion de « régulation intermédiaire » pour mieux dépasser l’opposition entre régulation globale (de type effet sociétal) et régulation locale (entrée privilégiée par J.D. Reynaud par exemple). Mais l’on pourrait mobiliser d’autres études encore2 qui persuadent de l’intérêt de démultiplier de la sorte les points d’entrée, moyen privilégié d’éclairer la logique des articulations entre segments et niveaux du monde social.

13Il est des divergences, plus fondamentales peut-être que celle relative au niveau d’étude privilégié, que l’on pourrait pointer au fil de la lecture du présent ouvrage : celles, par exemple, qui opposent les auteurs par leur appartenance disciplinaire ou encore par leurs convictions théoriques. Nous avions, dès le départ, opté pour la diversité des points de vue. Mais le choix de telles ouvertures n’a pas toujours été sans poser problème dans la mesure où, à l’instar des difficultés que rencontre le comparatiste lorsqu’il mobilise des catégories qui ne font pas toujours sens d’un espace national à l’autre, la circulation des concepts entre disciplines et entre paradigmes constitués est également source d’ambiguïtés et de malentendus. Des notions comme celles d’acteur, de régulation, d’institution, de forum, de configuration, de temps… ne sont pas toujours entendues de la même manière par un économiste, un sociologue, un politiste ou un historien. La première vertu du dialogue a donc été, contre toute attente, de confronter concrètement le groupe des contributeurs de cet ouvrage à une difficulté épistémologique exactement similaire à celle qu’il cherchait à théoriser par ailleurs à propos de la comparaison internationale. Outre l’intérêt intrinsèque que peut représenter, à condition d’être maîtrisée, la multiplication des prismes disciplinaires et théoriques sur des objets communs, le dialogue entre économie, histoire, science politique, sociologie, sciences de l’éducation… participe du geste réflexif évoqué précédemment.

14Oserons-nous dire, tant ceci pourra paraître banal et trivial, qu’un autre résultat inattendu a été de constater combien, une fois débarrassés des scories sémantiques propres à chaque discipline, les questionnements fondamentaux ont vite convergé vers des interrogations largement plus sécantes que nous ne l’attendions initialement : comment gérer les risques d’un discours relativiste ? comment faire fonctionner un questionnaire similaire dans des espaces culturels différents ? comment articuler observations micro et macro ? quelles places respectives accorder aux jeux d’acteurs et au poids des régulations institutionnelles ? n’assiste-t-on pas à l’émergence de nouvelles convergences entre pays, régions, systèmes institutionnels… ? etc. Les réponses proposées par chacune des disciplines sont certes variables et elles suscitent des manières de faire également plurielles. Mais l’on observe, par-delà les particularismes disciplinaires et, plus encore, par-delà les différences de technique ou de référents théoriques adoptés par les uns et les autres, dans quelle mesure la comparaison a bien statut de stratégie de recherche et non de méthode stricto sensu.

15Ce résultat s’appuie sur un double constat que l’on a pu opérer au fil des chapitres qui précèdent. Au cours de ces dernières années, comme le montre O. Giraud, le métissage intellectuel (entre rationalisme, culturalisme et institutionnalisme, entre approches par le cas et approches par les variables…) s’est révélé tout d’abord une voie féconde pour renouveler complètement notre intelligence comparative. À cela s’ajoute une progressive remise en cause d’un cadrage exclusivement national au profit de nouvelles entrées par le bas (le local, le régional, le sectoriel…) et par le haut (Europe, espace mondial…). Or, tout comme certains faits sociaux appellent un traitement privilégié par telle ou telle théorie (Boudon, 1977), le niveau d’observation privilégié par les comparatistes influe lui aussi sur le(s) paradigme(s) mobilisé(s) en priorité. Il en va de même au demeurant – les chapitres précédents l’illustrent à foison – pour le choix de la méthode lorsque varie le nombre des pays en comparaison. C’est pourquoi la diversité des référents théoriques (Grounded Theory, Polical Economy, effet sociétal, théorie économique de la régulation, école sociologique de la régulation, néoinstitutionnalisme économique, institutionnalisme historique…) et des méthodes associées n’est pas l’expression d’un anarchisme épistémologique et encore moins le signe d’une quelconque velléité d’œcuménisme. Elle est plutôt la preuve que comparer n’implique pas de recourir à une théorie ou à une méthode que l’on pourrait juger supérieure en soi.

Comparaison et recontextualisation

16Dans le combat qu’il mène à l’heure actuelle contre l’essentialisme, R. Rorty démultiplie les arguments pour en finir avec les oppositions antédiluviennes entre apparence et réalité, esprit et corps, langage et faits…, expressions d’une pensée dualiste qui, en dépit de la résistance initiale des sophistes, a durablement marqué la pensée philosophique occidentale. Réactualisés aujourd’hui par l’entremise du renouveau pragmatique, ces débats entrent étonnamment en résonance avec les questions qui nous occupent. Pour l’anti-essentialiste, explique par exemple R. Rorty, la « recherche ne peut porter que sur des choses associées à une description ; la description d’une chose consiste à établir une relation entre elle et d’autres choses, et la possibilité de “saisir la chose elle-même” ne précède pas la contextualisation ; on ne peut y voir, dans le meilleur des cas, qu’un focus imaginarius  » (Rorty, 1994, p. 115). Cette remarque de portée générale renvoie à des exigences très précises du point de vue des stratégies de recherche telles que nous les avons évoquées précédemment : refus des démarches monistes et purement déductives, intérêt porté non à la chose elle-même mais aux relations qu’elle entretient avec d’autres et défiance radicale, enfin, à l’égard de toute pensée substantialiste ou réaliste.

17Nous n’avons certes pas besoin de poser nos pas dans ceux du pragmatisme pour énoncer les quelques préceptes précédents. Il est en revanche un éclairage stimulant qu’offre la thèse de la « recherche comme recontextualisation », telle que la soutient R. Rorty. L’intuition centrale est, nous semble-t-il, l’abandon de l’association entre vérité et réel. « Il en résulte que la seule notion d’“objet” qui nous soit utile est celle d’“objet intentionnel”. Un objet intentionnel est ce à quoi réfère un mot ou une description. On en trouve la référence en associant un sens aux expressions linguistiques de ce mot ou de cette description, ce à quoi on parvient ou bien au moyen d’une traduction du langage dans lequel le mot ou la traduction apparaît, ou encore, si cela est nécessaire, en devenant bilingue » (ibid., p. 126). Ce faisant, R. Rorty pose le doigt sur un thème central pour la comparaison internationale. On peut formuler ainsi l’état du problème. Dans la mesure où le comparatiste renonce avec les pragmatistes à toute distinction entre un étant (l’entreprise, la famille, l’école, le chômage…) et sa manifestation culturelle ou statistique, comment « comparer l’incomparable » ? Une première clé nous a été livrée par l’école sociétale, qui consiste à penser en termes relationnels (voir supra). De cet héritage, nombre des auteurs de la présente publication se sentent indéniablement redevables.

18Une seconde clé, régulièrement évoquée dans les pages de ce livre, invite à prendre également au sérieux les problèmes de traduction. À l’instar de M. Maurice, F. Sellier et J.J. Silvestre qui avaient multiplié les précautions pour éviter la traduction française de Meister, C. Vassy indique l’impossibilité de rendre « infirmière » par nurse en anglais ou par Krankenschwester en allemand. Fait plus surprenant encore, des notions qui pourraient paraître a priori bien plus universelles que celles en usage pour désigner des catégories socio-professionnelles n’échappent pas à pareille difficulté : il en va ainsi du terme « promotion sociale » (C. Dubar, C. Gadea et C. Rolle) ou encore, nous dit A. West, des termes de « science » ou de « langue étrangère ». Mais être conscient d’un tel obstacle est déjà, à n’en point douter, une étape préalable pour qui souhaite dépasser les apories de la traduction.

19Ce thème de la traduction nous renvoie également, et plus généralement, à la pertinence toujours problématique des outils (concepts, indicateurs, questions et items, codification, mots…) qui servent à faire équivalence entre les mondes que le comparatiste met en examen. Comment surmonter l’obstacle ? Il ne s’agit pas simplement de contextualiser (le « contexte » demeure de fait un vocable typiquement essentialiste) mais plus fondamentalement de savoir déconstruire et reconstruire. Déconstruire d’abord les équivalences sommaires, les statistiques trop parfaitement homogènes, les questionnaires à vocation universelle, les nomenclatures internationales… bien sûr. Mais la déconstruction va de pair avec une autre exigence, qui consiste à se défier de ces conventions de passage toutes faites comme l’argent ou la langue. L’argent puisque, utilisé isolément, le référent monétaire n’est pas satisfaisant pour mettre en comparaison les faits économiques (C. Erhel). La langue dans la mesure où – illustration parmi mille autres possibles – tous les chercheurs savent pertinemment combien l’usage de cette langue de travail internationale qu’est l’anglais peut parfois susciter de mécompréhensions, de simplifications, de quiproquos voire d’effets de domination. Reconstruire en second lieu. Dans un esprit pragmatique, cela peut signifier, entre autres combinatoires stratégiques possibles, quatre impératifs joints :

  • repérer d’abord des « problèmes communs » aux espaces comparés : les inégalités de salaire, les transformations des services sociaux dans une conjoncture de dégradation des conditions d’emploi, le mariage des couples mixtes… ;

  • problématiser ces problèmes à l’aide de catégories analytiques pertinentes (rapport salarial, école démocratique, intégration…) pour les espaces étudiés ;

  • en déduire ensuite des notions « transnationales » : celle de langue « complémentaire », par exemple, en lieu et place de langue « étrangère », celle de taux de chômage élargi en substitution au taux de chômage officiel… ;

  • aboutir enfin à l’adaptation ou à l’invention de méthodes et d’outil de mesures qui réfèrent au problème commun qui sert de prétexte à la recherche.

20Un tel travail de recontextualisation n’a de sens qu’à condition d’adopter au préalable ce postulat élémentaire en vertu duquel nos outils d’analyse ne sont pas des reflets de la réalité mais un moyen d’instituer cette dernière en fournissant aux chercheurs et « aux acteurs un langage pour mettre en scène celle-ci et agir sur elle » (A. Desrosières). Si l’ensemble des contributeurs à cet ouvrage ne recourent pas toujours aussi explicitement à cette sémantique constructiviste, il est certain en revanche que, quelle que soit leur discipline d’appartenance, tous concèdent que comparer ne signifie pas adopter une méthodologie particulière. C’est fondamentalement, par la voie du détour, accepter d’ébranler les certitudes inscrites dans nos catégories constituées, consentir à réviser nos manières de penser, de sentir et d’agir et, in fine, renoncer à l’assurance tranquille et parfois arrogante qui caractérise les savoirs ethnocentrés.

Notes

1 Cette technique consiste à désagréger la variable à laquelle on s’intéresse à l’aide d’une relation comptable dont les termes sont ensuite soumis à examen. Si, par exemple, l’on adopte une perspective cambridgienne et que l’on souhaite comparer la rentabilité économique de différents pays, il faut se munir d’une tautologie comme celle-ci : P/K = (1 – wL/pY) x (Y/K) x (p/pk) où P représente les profits bruts, K la formation brute de capital fixe des entreprises, w les charges salariales à prix courant, L les effectifs totaux employés, p l’indice des prix, Y la valeur ajoutée brute à prix constant et pk l’indice des prix de la FBCF. Pour chacun des pays étudiés, il convient alors de rendre raison de l’évolution de la part des salaires dans la valeur ajoutée, de la productivité apparente du capital et du prix relatif du capital. On peut ainsi expliquer les différences de rentabilité par le biais de facteurs multiples – évolution des conditions de travail, rôle du secteur des biens d’équipement, pouvoir de marchandage des salariés, structure des relations professionnelles et dynamique des hiérarchies salariales, degré d’industrialisation et place des services dans l’économie… – qui pèsent directement sur la dynamique de chacune des trois variables intermédiaires mises au jour grâce à la décomposition comptable.

2 L’on dispose aujourd’hui par exemple de multiples travaux sur des secteurs d’activités précis qui concluent en faveur d’une relative homogénéité de ces espaces par-delà les frontières (plus forte en tous les cas en comparaison d’autres secteurs inclus dans le même espace national) et qui interrogent eux aussi les articulations entre régulations locales, intermédiaires et globales.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site