Version classiqueVersion mobile

Stratégies de la comparaison internationale

 | 
Michel Lallement
, 
Jan Spurk

Quatrième partie. Réflexivité et pratiques comparatives

Les sociologies du travail et de l'emploi en Allemagne et en France : une mise en perspective réflexive1

Michèle Dupré et Olivier Giraud

Texte intégral

  • 1 Les deux auteurs remercient M. Lallement pour sa relecture attentive et ses conseils.

1Qu'elle ait principalement revêtu, selon la période, les atours du conflit ou ceux de la coopération, l'histoire politique et économique qui lie l'Allemagne et la France est bâtie sur des pratiques et des sentiments souvent ambivalents. Cela est tout aussi vrai lorsque l'on considère le registre culturel. Les échanges, les emprunts et le débat sont parfois explicites. À d'autres moments, l'ignorance mutuelle, la frilosité ou les malentendus prennent le dessus. Au cours du siècle passé, les conditions qui ont présidé à ce type de dialogue ont cependant fortement évolué. La profonde déstabilisation de la tradition intellectuelle allemande (mise à l'écart de la culture juive, influence américaine…) a été facteur de rupture. La France pour sa part a perdu de sa superbe (moindre visibilité de la production intellectuelle à mesure que l'anglais s'est affirmé comme langue scientifique standard), ce qui n'a pas non plus favorisé le renouveau des débats. Un rapide bilan des échanges dans le champ sociologique n'incite toujours pas, aujourd'hui, à l'optimisme. Traductions et dialogue transfrontaliers restent peu vivaces (Wagner, 1993) et cela en dépit des efforts accomplis par les grandes institutions de recherche que sont le CNRS, l'EHESS, la DFG, le Max Planck Gesellschaft ou le Wissenschaftszentrum de Berlin. Et la plupart des chercheurs français ou allemands ne découvrent les productions des voisins immédiats qu'à travers les traductions anglaises, outil indispensable à la consécration internationale et, tout en même temps, étrange détour forcé pour l'échange franco-allemand.

  • 2 Par exemple, l'étude comparée des ingénieurs en France et en Allemagne fait apparaître des oppositi (...)

2La fascination et les difficultés du dialogue avivent plus que jamais le questionnement. Quelles sont les attentes précises que l'on assigne à la comparaison franco-allemande ? Quelles sont les spécificités de ses apports ? Cherche-t-on à d'abord à éclairer le cas français ou allemand considéré comme point de départ en introduisant un deuxième terme ? Souhaite-t-on avant tout montrer les différences ou bien les similitudes ? Sans prétendre répondre à toutes ces questions, M. Weber soulignait déjà l'intérêt de la comparaison afin de mieux comprendre la singularité de la situation allemande. Mais, à l'époque, il lui semblait plus pertinent de porter l'attention « là où le régime accuse les différences les plus nettes avec le nôtre sous ce rapport, je veux dire aux États-Unis » (Weber, 1959, p. 61). Si le choix de l'altérité semble effectivement pertinent, comment justifier dans ces conditions les comparaisons de ces pays proches que sont l'Allemagne et la France ? Une première hypothèse consiste à imputer cette pratique récurrente à la demande sociale. Il est vrai que, pour des raisons politiques, cette dernière a influé et continue de peser en faveur de ce type d'option de recherche. Mais il est une autre hypothèse tout aussi intéressante : comparer des pays semblables permet de mieux isoler quelques facteurs causatifs déterminants de façon à expliquer les différences sociétales sans recourir à des macrovariables comme la culture. À condition de ne pas exagérer la portée de ces différences2, il s'agit bien d'un choix méthodologique raisonné et heuristique.

  • 3 La comparaison nécessite qu'existent des passeurs familiers des deux sociétés. Il est vrai qu'en ce (...)

3Cette façon de faire ne supprime pas pour autant la difficulté liée à la langue. Comparer oblige à traduire des catégories et à identifier des équivalents qui fassent sens dans l'autre culture (Dumont, 1991, p. 8). Bien souvent, la simple traduction littérale des concepts ne suffit pas dans la mesure où, en sciences sociales, le langage est « lié aux contextes du chercheur et de la recherche » (Jucquois, 2000, p. 28). Dans le rapprochement qu'il opère entre E. Durkheim, M. Weber et V. Pareto, R. Aron (1967) insiste bien sur le fait que « le différent, c'est le contexte intellectuel et national dans lequel chacun est situé et qui influe sur le mode d'expression conceptuelle choisi par chacun » (p. 316). Plus que la simple transposition des termes d'une langue dans l'autre, c'est donc le passage entre systèmes de sens qui importe3. C'est dans un tel esprit que, sans prétendre à l'exhaustivité, nous nous proposons de confronter deux traditions de recherche nationales appliquées aux domaines du travail et de l'emploi. Pour chacun de ces deux objets, nous esquisserons un bilan des débats dans les deux espaces concernés et nous chercherons à peser la part des traditions nationales dans le type de questionnement privilégié et cela afin de mieux évaluer l'intérêt du dialogue entre communautés scientifiques françaises et allemandes.

Le travail et ses sociologies

4La présente contribution n'a pas pour objet de narrer par le menu l'histoire de la sociologie du travail de part et d'autre du Rhin. De nombreux ouvrages de référence pourront aider à en retracer dans chacun des pays les tendances fortes et les évolutions spécifiques (Lutz, Schmidt, 1969 ; Kern, 1982 ; Beckenbach, 1991 ; Friedmann, Naville, 1961 ; Düll, 1975 ; Durand et al., 1985 ; Segrestin, 1992 ; de Coster, Pichault, 1994 ; Pouchet, 2001). Pour répondre aux questions évoquées en introduction, il nous faut cependant opérer un rapide détour historique.

Les grandes étapes de la sociologie du travail en Allemagne et en France

  • 4 En 1928 est créé à Berlin un Institut für Betriebssoziologie und soziale Betriebslehre (institut de (...)

5Les modes d'étude du travail comme objet sociologique sont sans aucun doute liés au contexte économique, social et politique spécifique à chaque entité nationale. Les grandes réorientations politiques de chaque pays conditionnent ainsi les inflexions générales de la discipline, ne serait-ce qu'en raison des impacts qu'elles peuvent avoir sur la demande sociale. Si la sociologie du travail est institutionnalisée très tôt en Allemagne (dans les années 1920), c'est parce que l'avènement de la république de Weimar et le pouvoir croissant des ouvriers et de leurs représentants tant syndicaux que politiques au sein de la vie publique allemande ont facilité l'émergence d'une discipline universitaire qui se voulait engagée. Dans cette période antérieure à la Seconde Guerre mondiale, la discipline s'est imposée comme centrale dans une Allemagne qui cherche par ce biais un regard critique sur les situations de travail et, plus encore, d'éventuelles propositions de réforme4 (Lutz, Schmidt, 1969, p. 122). En France, il en va différemment et les recherches menées autour de et immédiatement après E. Durkheim portent plus sur la société globale que sur la société du travail.

6Dans la période consécutive à la Seconde Guerre mondiale, la situation s'inverse. L'Allemagne est dans une situation de chaos, notamment sur le plan intellectuel. Si, dans les deux pays, la sociologie américaine sert de ferment sur lequel se reconstitue la sociologie du travail, c'est par le biais de la recherche française, et notamment par celui de G. Friedmann qui jouera un rôle de passeur, que ces nouveaux paradigmes faciliteront le redémarrage des recherches. Force est de constater que la sociologie allemande de l'après-guerre est fortement redevable de ce travail de « traduction » qui s'accompagne d'« une réserve d'une certaine manière propre à l'Europe intégrant une critique marxiste de la société héritée de la philosophie sociale » (Lutz, Schmidt, 1969, p. 142). Après 1945, les pionniers de la sociologie allemande du travail sont de fait les alliés de l'IG Metall et des syndicats. Ils veulent peser sur les choix opérés en termes d'organisation du travail et de relations industrielles. H. Kern souligne la « soif de réalité » qui s'empare alors de la société allemande toute entière (1982, p. 219). La préférence donnée dans ce cadre aux recherches empiriques à visée réformatrice par des sociologues encore en petit nombre a néanmoins pour contrepartie une faible portée théorique des travaux réalisés et une difficulté à intégrer les concepts élaborés à la même période par les sociologues français réunis autour de P. Naville, G. Friedmann et A. Touraine (Beckenbach, 1991, p. 72). À la même période, la sociologie du travail française porte essentiellement intérêt à la condition ouvrière mais elle ne néglige pas pour autant l'importance du cadre national dans lequel se déploie l'activité de travail (Touraine, 1955). « Des années 50 aux années 70, une équation implicite met en relation le maintien de la capacité ouvrière de contrôle sur le procès de travail et la place politique occupée dans la nation par les ouvriers » (Tripier, 1994, p 36). En dépit de l'existence de sensibilités analytiques divergentes, dans les deux pays, deux idées de base semblent finalement admises. L'entreprise industrielle doit d'abord être analysée comme un système social per se, la sociologie du travail doit être pensée ensuite comme « une des branches capitales de la sociologie et, jusqu'à un certain point, celle qui commande les autres avant de recevoir de celles-ci leur apport » (Friedmann, Naville, 1961, p. 37).

7Avec les années 1960, la demande sociale imprime sa marque sur la sociologie du travail des deux côtés du Rhin. En France, la sociologie se développe à l'ombre d'un État planificateur et modernisateur. En Allemagne, elle connaît un développement conséquent au moment où la grande coalition arrive au pouvoir. À cette période, les chercheurs souhaitent élucider le paradoxe qui fait coexister une situation économique générale en voie d'amélioration avec un marché du travail toujours sinistré (Kern, 1982, p. 239). Le mouvement revendicatif de 1968 constitue sans aucun doute un nouveau moment fort pour les deux pays. Il renforce en tous les cas l'ouvriérisme de nombreux travaux de sociologie du travail. Avec la décennie 1970, les perspectives évoluent cependant assez rapidement. En France, l'effondrement du structuralo-marxisme favorise progressivement la découverte de nouvelles orientations théoriques centrées sur la prise en compte de la trajectoire des salariés, sur le rôle des interactions dans et hors le travail ou encore sur la place du local dans les régulations sociales. Et cette métamorphose de la sociologie du travail a été en s'amplifiant jusqu'aux années récentes. En Allemagne, au cours des années 1970, la vision d'un monde social fondamentalement clivé entre détenteurs du capital d'une part et ouvriers d'autre part ne continue à nourrir que quelques recherches particulières (comme celles de M. Schumann à Göttingen, de R. Schmidt à Erlangen…). Beaucoup d'autres travaux soulignent en revanche la plus grande adhésion des salariés allemands à l'économie de marché et tentent alors d'explorer les conditions d'une tel consentement. La chute du mur de Berlin oblige à négocier un nouveau tournant. Nombreuses sont les recherches qui se centrent sur la seule Allemagne réunifiée. La transition de l'économie planifiée en vigueur en RDA vers l'économie sociale de marché telle qu'elle a été élaborée en RFA devient, au cours de la décennie 1990, un des axes importants de la recherche de la sociologie du travail allemande. La nécessité de constituer des instituts de sociologie dans les universités des nouveaux Länder permet en outre à de nombreux Akademiker ouest-allemands de trouver un poste et à la discipline de se renforcer durablement.

Débats et frontières : à propos de quelques thèmes communs aux sociologies du travail allemande et française

  • 5 Si le terme générique choisi pour désigner l'activité des sociologues allemands dans le champ du tr (...)

8Comment apprécier, sur le fond historique qui vient d'être brossé à grands traits, les différences entre traditions sociologiques nationales ? Partons d'abord d'un constat simple : alors que les sociologues français parlent de sociologie du travail, leurs homologues allemands préfèrent le terme d'Industriesoziologie5. Cette seule différence d'appellation demande commentaire. Dans les deux pays, la sociologie du travail subit l'influence, après la Seconde Guerre mondiale, des travaux menés aux États-Unis par le groupe de Harvard. Dans ce cadre, l'étude des conditions de vie et de travail des ouvriers et des employés « se définit comme l'application de la démarche sociologique à une partie de la réalité sociale conventionnellement appelée “industrie”. Ce dernier terme ne recouvre pas seulement les activités économiques qui ont pour objet de transformer des matières premières en produits fabriqués ; il recouvre toutes les activités de travail » (Desmarez, 1986, p. 5). Si le terme demeure malgré tout ambigu dans la mesure où il laisse deviner combien la priorité reste donnée à la grande entreprise industrielle, on peut cependant conclure avec M. de Coster « à la synonymie des deux expressions : sociologie du travail et sociologie industrielle » et « soutenir plus pertinemment que cette discipline perd de sa consistance parce que l'objet dont elle s'occupe, à savoir le travail, n'est plus la valeur sociale centrale qu'elle était autrefois et que son intérêt décroît, par conséquent, dans la mesure où d'autres formes d'activité et de socia-lités telles le loisir, par exemple, en relativisent l'importance » (de Coster, Pichault, 1994, p. 15).

  • 6 « Le fort héritage marxiste dans la sociologie industrielle allemande a contribué au fait qu'on n'a (...)
  • 7 Même s‘il est contestable de l'associer trop étroitement à la sociologie du travail, l'entrée par l (...)

9Nous pouvons le constater : la différence de dénomination n'est peut-être pas aussi décisive que l'on pourrait le croire a priori. C'est donc plutôt aux controverses et options propres à chaque pays qu'il convient plutôt de porter attention afin de saisir le poids des idiosyncrasies. Au vrai, en Allemagne comme en France, la difficulté à s'éloigner du paradigme marxiste pour étudier le travail est à l'origine de débats différents mais pourtant dotés d'enjeux articulés à une interrogation similaire : faut-il continuer d'affirmer, ou non, que les questionnements de la sociologie du travail ou de l'Industriesoziologie portent toujours bien « sur le processus de rationalisation socioéconomique, sur l'autonomie ou l'aliénation dans le travail industriel, sur les rapports de domination et de classe » (Bergmann, 1988, p. 109) ? C'est ainsi que des polémiques virulentes ont accompagné l'émergence de la sociologie de l'entreprise en France (Linhart, 1985 ; Spurk, 1998) et qu'en Allemagne, on a pu reprocher à la sociologie des organisations ses velléités d'indépendance6. Le choix des terrains d'investigation privilégiés est aussi significatif. La plus grande frilosité du patronat français à l'égard des sciences sociales et son attitude moins ouverte à l'encontre des représentants syndicaux ont eu pour répercussion de pousser davantage les sociologues du travail français vers les entreprises publiques. Mais c'est en focalisant l'attention sur des terrains de recherche précis que nous pourrons réellement apprécier, nous semble-t-il, la force des traditions nationales. Nous retiendrons ici trois entrées particulières, entrées qui ont le mérite, croyons-nous, de bien laisser voir le poids relatif des traditions nationales dans la production des connaissances sociologiques7. Nous nous intéresserons donc respectivement à la technique, aux relations de travail et, enfin, aux organisations productives.

  • 8 Les analyses de H. Jonas (1990) sur le principe de responsabilité ainsi que la grande influence du (...)

10Soit, d'abord, le cas de la technique, objet de fascination s'il en est pour de nombreux sociologues allemands et français qui, dès après guerre, associent progrès technique et progrès social. Cette question est reprise à nouveaux frais au cours des années 1980. Elle l'est notamment par des sociologues du SOFI de Göttingen. H. Kern et M. Schumann publient en 1985 un ouvrage consacré à la fin de la division du travail. Traduit en français quatre ans plus tard, ce livre suscite de nombreux débats afin de savoir si, oui ou non, les nouvelles rationalisations industrielles obligent le management à « assouplir, à nouveau, la règle de la division du travail » (Kern, Schumann, 1989, p. 368). De fait, si le diagnostic est loin de faire consensus (Bergmann, 1988), il est intéressant de noter que la discussion franco-allemande est réelle et que les clivages ne sont pas simplement nationaux, ainsi qu'en témoigne par exemple l'ouvrage sur l'après-taylorisme édité à la même période par P. Cohendet et al. (1988). Les cadres nationaux ne s'effacent pas pour autant. À preuve le fait que, dans les années 1980, la question de l'environnement est pleinement intégrée aux problématiques allemandes alors qu'elle reste en marge des préoccupations françaises8.

11Les conditions de travail des salariés et l'évolution des régulations sociales (loi Auroux en France, lois sur la cogestion en Allemagne…) constituent un second ensemble d'intérêt commun aux sociologues allemands et français. Dans les deux pays, le premier de ces deux thèmes prend son essor grâce à des impulsions données au début des années 1970 par des organismes et des programmes d'action : l'ANACT est créée en France en 1973, le programme ouest-allemand « Humanisation du monde du travail » (Humanisierung der Arbeitswelt) est lancé en 1974. S'agissant du second objet, les recherches sur la cogestion qui fleurissent en RFA au cours des années 1960, 1970 et même 1980 ont leur pendant en France quelques années plus tard grâce aux travaux menés sur la participation. Qu'elles soient allemandes ou françaises, ces recherches mettent toutes en évidence le fait que les règles juridiques ne suffisent pas à elles seules pour expliquer les nouvelles formes de participation. Au sein de l'entreprise, la pratique des acteurs est influencée par les modes sociaux (voire sociétaux) d'organisation, par le jeu des relations de pouvoir, etc. Avec les années 1990 et l'émergence de nouveaux enjeux (redéfinitions des compromis salariés-employeurs, adoption de nouveaux modèles de temps de travail, construction d'un modèle européen de relations de travail…), l'interrogation n'est pas relâchée. La question de la convergence se trouve simplement posée en des termes différents. En Allemagne comme en France, les spécialistes des relations de travail ont en commun de ne pas surestimer les conséquences réelles de l'Europe sociale. Les études soulignent en effet « le faible impact des textes juridiques européens sur les régulations nationales en matière de régulations des conflits du travail » (Kissler et al., 1997, p. 97).

12Les organisations, troisième objet qui nous intéresse ici, constituent sans aucun doute un cas singulier dans la mesure où la sociologie des organisations a acquis une relative autonomie dans le champ d'analyse où nous nous situons. En France, l'analyse stratégique de M. Crozier et d'E. Friedberg (1977) occupe une place centrale aux côtés de laquelle sont venues se loger des réflexions aussi stimulantes que celles de R. Sainsaulieu (1977) ou encore de J.D. Reynaud (1989). Dans tous les cas, ces sociologies consomment la rupture avec un paradigme marxiste déterministe. Avec sa théorie de la régulation sociale, J.D. Reynaud propose par exemple « d'identifier définitivement la vie de l'entreprise à une vaste machinerie où il n'était plus question d'opposer les actions aux réactions, ni les organisateurs aux organisés. On était décidément très loin des modèles d'antan » (Segrestin, 1992, p. 132). Cette conception de l'organisation comme foyer où se concentrent des jeux de pouvoir, où se négocient des identités multiples, où se confrontent des sources de régulation… n'est pas à même cependant de faire consensus. L'école de l'analyse sociétale (Maurice, Sellier, Silvestre, 1982) et les perspectives culturalistes reprises et développées par A. d'Iribarne (1989) nous rappellent que l'entreprise n'est pas qu'une microstructure. C'est aussi une organisation instituée par un environnement institutionnel, culturel… À défaut de prendre en compte ce dernier, on ne pourrait comprendre la singularité des techniques de gestion des machines et des hommes. En Allemagne, les termes du débat ne sont pas exactement similaires mais les clivages sont malgré tout comparables. La première raison tient tout simplement au fait que l'analyse sociétale s'est, on le sait, nourrie d'une perspective comparative entre l'Allemagne et la France. À des degrés fort divers, ces travaux ont impliqué des sociologues allemands de renom (A. Sorge, B. Lutz) qui ont directement contribué à la diffusion, parfois critique, des thèses sociétales au sein de leur espace national d'appartenance. Mais, comme en témoignent certains travaux menés au Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforshung (Hildebrandt, Seltz, 1989 ; Jürgens, Naschold, 1983), l'Allemagne gère aussi en son sein des approches organisationnelles plus centrées sur les acteurs mais dont les problématiques ne sont pas les simples décalques de celles qui prévalent en France et que nous venons d'évoquer précédemment.

  • 9 Il s'agissait, en l'occurrence, des manifestations suivantes : 29. Kongress der Deutschen Gesell-sc (...)

13Au terme de ce parcours historique et thématique, que pouvons-nous conclure ? Les influences croisées entre l'Allemagne et la France sont tout d'abord incontestables. Qu'elles s'expliquent par des événements communs aux deux pays, par le jeu de la traduction d'ouvrages importants ou encore par des effets de concurrence ou de collaboration académiques, la barrière de la langue a été forcée à maintes reprises. Plus que l'existence de thèmes et de terrains communs, l'on constate de surcroît des évolutions intellectuelles semblables. Il en va ainsi avec les débats sur la centralité du travail dans les deux pays. Ce n'est pas pur hasard si, en 1998, R. Castel a été invité à s'exprimer sur ce thème lors d'un congrès des sociologues de langue allemande (Castel, 1999)9. Autre exemple de convergence : si déterminant, à quelques nuances d'importance près, lors de la genèse des sociologies allemandes et françaises du travail, le marxisme ne fait plus figure obligée, dans les deux cas, d'horizon intellectuel indépassable. Pour autant, le poids des cadres nationaux n'a cessé de peser. La sensibilité allemande envers des thèmes comme ceux du genre ou de l'environnement reste par exemple, nous l'avons dit, nettement plus lisible dans les travaux de sociologie du travail contemporains. Les substituts théoriques au structuralo-marxisme ne sont pas non plus similaires. À l'heure actuelle, en Allemagne, la théorie de la modernisation réflexive d'U. Beck est une référence incontournable dans les débats sur les nouvelles formes de rationalisation sociales. En France, cette problématique reste encore méconnue tandis que les quelques percées théoriques dont l'on pourrait se prévaloir au cours de ces dernières années (l'analyse en termes de conventions par exemple) ont du mal à passer la frontière.

L'emploi : un nouvel objet sociologique transfrontalier ?

14Les remarques précédentes valent-elles pour cet objet singulier qu'est l'emploi ? Poser une telle question fait sens dans la mesure où, en France tout du moins, l'une des voies de renouvellement de la sociologie du travail a consisté, pour des raisons socio-économiques plus qu'évidentes, à faire obliquer le regard du travail vers le marché du travail. Dans la France des années 1980, l'on assiste ainsi à l'émergence autonome d'une « sociologie de l'emploi » (Maruani, Reynaud, 2001). On ne constate pas en revanche de phénomène similaire de l'autre côté du Rhin : point de Beschäftigungssoziologie dans le monde germanique. Les champs sociologiques qui traitent de fait les thématiques relevant en France de la sociologie de l'emploi restent répartis entre sociologues du travail (Industriesoziologie), sociologues des professions ou encore économistes du travail. Si l'on passe outre cette divergence, en apparence fondamentale, on relève néanmoins de nombreuses similarités dans les débats sur l'emploi, similarités qui témoignent d'une circulation accrue des idées, des thèses, des problématiques, des méthodes…

15Pour mettre en comparaison les approches sociologiques allemandes et françaises de l'emploi, nous avons retenu deux registres principaux. Chacun de ces registres renvoie aussi bien à des objets de recherche concrets qu'à des préoccupations plus théoriques ou politiques. Nous distinguerons ainsi : les mobilités dans leur rapport à l'emploi (inégalités, trajectoires, relation formation-emploi…) d'une part, les formes d'emploi et la dynamique des marchés du travail (précarité, politiques de l'emploi, acteurs organisés de la relation d'emploi…) d'autre part. L'analyse que nous pouvons livrer de ces différents dossiers est avant tout centrée sur les productions intellectuelles récentes. Il aurait fallu, pour être exhaustif, rappeler plus longuement le fait que, dans les deux pays, il existe des travaux déjà anciens qui se sont intéressés à la généralisation du salariat au cours des années 1950 et 1960. Une seconde génération de travaux a ensuite vu le jour pour tenter de comparer et de distinguer des modèles d'emploi nationaux. C'est durant ces années 1970-1980 ici en question que l'on a certainement mis en évidence le fait que, à l'instar de ceux qui concernaient le travail, les débats sur l'emploi portaient nettement la marque propre à chaque pays. Le problème est donc de savoir si les thèmes et thèses de recherche actuels sont toujours débiteurs de strictes préoccupations nationales.

Des préoccupations communes

  • 10 En Allemagne, le système de formation professionnelle continue, articulé au système dual de formati (...)

16La thématique des mobilités dans leur rapport à l'emploi, premier registre qui nous intéresse, a donné lieu et donne toujours lieu à des travaux comparables des deux côtés du Rhin. En France, les questions d'insertion professionnelle et d'articulation entre la formation et l'emploi (Jobert, Marry, Tanguy, 1995) ont permis, sans nullement l'épuiser, d'explorer cette dimension importante en une période où tous les observateurs s'accordent à reconnaître une recomposition des frontières entre les cycles de la vie (école-entreprise-retraite) (Galland, 1995). C'est pourquoi la question des transitions est devenue si importante. De là toute une série d'options méthodologiques et de terrains nouveaux : intérêt accru pour les analyses de type longitudinal, examen attentif et comparatif de l'évolution du système de formation allemand (Géhin, Méhaut, 1993), nouvelle lecture des questions de reproduction et d'inégalités sociales, notamment entre garçons et filles (Marry, 2000)… En Allemagne, le débat sur ces thèmes est tout aussi important et il est pris en charge par diverses disciplines spécialisées : sociologie des professions, sociologie industrielle, sciences de l'éducation (Krais, 1995)… Le recours intensif aux études longitudinales (Blossfeld, Mayer, 1991 ; Schöman, 1995) est également remarquable. Cela n'est pas non plus un hasard et l'on pourrait aisément avancer l'hypothèse en vertu de laquelle le succès rencontré par la thématique des marchés transitionnels de l'emploi (Schmid, 1995) et ce recours systématique à l'analyse longitudinale ne sont pas sans lien immédiat avec le fait que l'on croit plus volontiers outre-Rhin à la mobilité sociale à l'âge adulte alors qu'en France le diplôme ou le parcours scolaire sont beaucoup plus déterminants de la position professionnelle. Plusieurs études françaises sur les inégalités devant l'accès à la formation continue confirment la faible mobilité des travailleurs adultes en France, et cela en dépit d'un dispositif légal français censé garantir un large accès des salariés à des formations qualifiantes10.

17Les formes d'emploi et des statuts, second volet, ont été soumises dans les deux pays à des analyses qui intègrent explicitement cette question dans une perspective large comme celle de l'histoire du salariat avec une interrogation sur l'évolution et la déstabilisation de cette norme singulière de mise au travail et de reconnaissance sociale (Auer, 1995 ; Castel, 1995). Le plus frappant reste malgré tout la floraison de recherches centrées sur l'analyse des nouvelles formes d'emploi (horaires flexibles, contrats atypiques, temps partiels…) avec des réflexions parfois conjointes alliant économistes, sociologues et juristes, mais aussi des travaux qui bénéficient de sources d'inspirations communes quant à l'avenir de l'emploi et du droit du travail dans les deux pays (Lutz, Sengenberger, 1980 ; Matthies et al., 1994 ; Supiot, 1999).

  • 11 Les approches socio-historiques comparatives entre la France et l'Allemagne sur le terrain de l'emp (...)

18Les travaux spécialisés sur les marchés du travail et sur les acteurs organisés qui interviennent sur ces marchés sont également révélateurs de préoccupations communes, pour ne pas dire convergentes. En la matière, les débats d'analyse des politiques de l'emploi, dont l'apparition est plutôt récente à la fois en économie du travail, en sociologie de l'emploi ou en analyse des politiques publiques, présentent, dans chacun des différents champs disciplinaires, des points de vue assez proches. Les études françaises et allemandes, comme les autres études occidentales, portent sur le rôle des institutions, des appareils administratifs, des groupes organisés. La question de l'efficacité des dispositifs est largement couverte par des travaux économétriques (souvent à ambition longitudinale), celle de l'égalité des chômeurs devant les dispositifs revient plutôt aux sociologues tandis que le traitement du thème des formes du pilotage des politiques pour l'emploi constitue l'apport plus spécifique des politologues. Le thème des relations professionnelles fait de même l'objets d'intérêts croisés et/ou comparatifs (Lallement, 1996 ; Müller-Jentsch, 1997). L'analyse socio-historique de l'« invention » des formes d'intervention de l'État sur le terrain de l'emploi est en revanche une spécificité française. Justifiée par la place déterminante qu'a pu occuper l'État français dans le règlement des questions sociales, cette perspective généalogique a pour ambition de révéler les conditions de la genèse de l'intervention publique, de dévoiler les compromis politiques, les projets et les fonctions sociales qui lui sont dévolus… (Salais, Baverez, Reynaud, 1986 ; Zimmermann, 1999)11.

L'actualité de la comparaison franco-allemande en matière d'emploi

  • 12 D'autres chapitres de ce livre, comme celui d'A. Labit et J. Thoemmes, reviennent plus longuement s (...)

19Bien que conduite au cours des années 1970, la recherche comparative France-Allemagne qui avait été menée en collaboration entre l'équipe française du Laboratoire d'économie et de sociologie du travail d'Aix-en-Provence et celle de l'Institut für Sozialwissenschaftliche Forschung de Munich reste aujourd'hui une référence centrale pour tous ceux, économistes, politistes ou sociologues, qui s'intéressent à l'emploi (Maurice, Sellier, Silvestre, 1982). On ne reviendra pas en détail sur le contenu et sur les apports de ce travail12. L'important pour nous est de remarquer que cette recherche a donné lieu à des débats différents de part et d'autre du Rhin. Côté allemand, la focalisation a porté pour l'essentiel sur la question de l'autonomie ou de l'interdépendance réciproque des systèmes de formation et d'emploi (Lutz, 1976). En France, si l'on exclut la critique importante offerte par J.D. Reynaud (1979), le questionnement a davantage porté sur le rapport entre système de formation et système d'organisation interne à l'entreprise (Géhin, Méhaut, 1993).

20Allant plus loin que le simple examen critique, des travaux plus directement centrés sur l'analyse des systèmes d'emploi ont permis récemment de renouveler le regard comparatif aiguisé par les travaux du LEST. Telle qu'elle a été développée notamment par G. Schmid (1994 a) ou par D. Marsden (1999), la notion de système d'emploi rend compte de la diversité des acteurs impliqués dans la régulation de l'emploi dans les différents pays occidentaux. Il peut s'agir d'acteurs publics qui édictent et/ou mettent en œuvre des lois et des règlements, d'acteurs collectifs organisés qui exercent une importante activité conventionnelle (salaires, temps de travail, etc.) et gèrent au quotidien les relations professionnelles dans les branches ou les entreprises. Il peut s'agir enfin d'acteurs du monde de l'entreprise susceptibles de diffuser de nouvelles normes ou pratiques de la gestion des ressources humaines (Gazier, 1993). En analysant de manière comparative la France et l'Allemagne, M. Lallement (1999) montre quant à lui comment les configurations d'acteurs, leur poids respectif, l'usage qu'ils font des institutions et des conventions modifient les équilibres de régulation des systèmes d'emploi de part et d'autre du Rhin. En l'occurrence, le système français qui était caractéristique d'un modèle de gestion hiérarchique de l'emploi (poids de l'État et de ses régulations centralisés, des modèles diffusés par les entreprises et établissements publics influents, etc.) tend à plus de différenciation et de souplesse, notamment en raison d'une perte d'influence des régulations publiques, qu'elles émanent de l'État ou des entreprises publiques. Dans le cas allemand, l'auteur signale également un mouvement de flexibilisation et de différenciation, mais qui est dû dans ce cas à l'affaiblissement des acteurs conventionnels de la régulation de l'emploi. Syndicats et patronat allemands qui bénéficiaient traditionnellement en Allemagne de fortes capacités à imposer des régulations centralisées dans les branches, font face aujourd'hui à des pressions qui s'expriment au plan régional, mais qui tendent aussi à plus de fragmentation. Par ailleurs, les associations patronales et syndicales allemandes sont soumises pour l'heure à de fortes pressions de la part des entreprises en vue d'imposer des mesures de flexibilisation et de décentralisation des régulations conventionnelles qui poussent les acteurs collectifs allemands à s'orienter de plus en plus vers l'édiction de conventions-cadres qui permettent aux entreprises de dégager en interne des accords d'entreprises susceptibles d'amender fortement les dispositions négociées dans les branches.

21Nous pourrions citer d'autres exemples de recherche encore qui tendent à montrer que l'augmentation des contraintes liées aux nouvelles configurations des marchés internationaux (flexibilité, qualité, diversification) et que l'uniformisation du contexte international (Union européenne, OMC, etc.) ne renforcent pas nécessairement les spécificités nationales mais ont plutôt tendance à imposer des problèmes similaires et, par l'entremise des institutions internationales, à suggérer voire imposer des réponses semblables. Il en va également de même lorsque l'on observe les systèmes productifs. R. Salais (1999) nous persuade ainsi que les modèles productifs français et allemands ont plutôt eu tendance, lors des dernières décennies, à se rapprocher. Sur un terrain différent, d'autres recherches récentes expliquent comment, par des chemins certes différents, on aboutit de part et d'autre du Rhin à une décentralisation régionale du pilotage des systèmes de formation initiale (Giraud, 1999 ; Mériaux, 1999).

***

22La convergence progressive des objets et débats entre la France et l'Allemagne que nous venons de constater ne gomme sans doute pas les différences structurelles entre les deux pays. On ne peut cependant ignorer une tendance lourde qui a des conséquences directes sur la recherche et sur les perspectives de l'analyse comparative : dans la mesure où les pressions et les défis s'internationalisent et où un grand nombre de réseaux et d'institutions gagnent en ampleur sur le plan européen, il n'est pas surprenant que les questions de recherche circulent plus aisément entre espaces nationaux. Pour toucher du doigt une telle évolution, nous avons tenté de mettre en relation les traditions d'analyses sociologiques spécialisées dans le champ du travail et de l'emploi. Le pluralisme des approches au niveau « national », les conditions particulières d'exercice de la comparaison, la lente ouverture à d'autres sociologies et par voie de conséquence le difficile travail en commun de sociologues issus de « traditions nationales » particulières ont été mises en évidence.

23Mais, à ce moment de la conclusion, nous pourrions aussi faire nôtre le diagnostic de J.M. Berthelot (1998). Ce dernier constate que, en dépit des déclarations sur la nécessaire internationalisation de la sociologie, celle-ci tend paradoxalement à l'« indigénisation ». Pour être plus exact, « les segmentations pertinentes du domaine de la sociologie se sont progressivement coulées dans des spécialisations de plus en plus poussées et souvent étanches ; surtout, depuis la dernière décennie, l'articulation entre sociologies nationales et corpus commun de la discipline a cessé d'aller de soi pour devenir un lien problématique » (Berthelot, 1998, p. 3).

24En d'autres termes encore, et les développements que nous avons consacrés à la sociologie de l'emploi le confirment : les enjeux sociaux restent plus que jamais des vecteurs déterminants qui orientent les questionnements sociologiques, les problématisations théoriques ne faisant que suivre le mouvement. Ce constat vaut bien évidemment à l'heure de la globalisation et il explique la similitude de certaines interrogations par-delà les frontières. Comme le note H. Bruhns, « la connaissance des changements sociaux dans les autres pays européens, de l'évolution et de l'orientation des débats scientifiques publics sur les grandes questions sociétales est indispensable aux chercheurs autant qu'aux responsables politiques, administratifs et économiques » (Cohendet et al., 1988, p. 1). Dire cela n'est-ce pas tout simplement poser à nouveau la question de la pertinence de la nation comme espace pertinent d'analyse et inviter la recherche (comparative ou non) à se jouer des découpages anciens pour se préparer à l'étude d'« espaces interstitiels », polycentriques et à géométrie variable (Jucquois, Vielle, 2000) ?

Notes

1 Les deux auteurs remercient M. Lallement pour sa relecture attentive et ses conseils.

2 Par exemple, l'étude comparée des ingénieurs en France et en Allemagne fait apparaître des oppositions nettes entre ces deux pays tant en matière de formation, d'intégration sociale que de rôle joué dans l'entreprise (Dupré, Lallement, Lefèvre, 1999). Dès que l'on introduit un tiers pays, la perspective se modifie puisque l'on peut ainsi rapprocher les modèles français et allemands (the State School) pour les opposer au modèle anglais (the individualistic View) (Sorge, 1979).

3 La comparaison nécessite qu'existent des passeurs familiers des deux sociétés. Il est vrai qu'en ce domaine, les échanges entre la France et l'Allemagne ou les recrutements transfrontaliers ont permis l'émergence de tels passeurs.

4 En 1928 est créé à Berlin un Institut für Betriebssoziologie und soziale Betriebslehre (institut de sociologie et d'étude sociale de l'entreprise).

5 Si le terme générique choisi pour désigner l'activité des sociologues allemands dans le champ du travail est bien Industriesoziologie, le terme Arbeitssoziologie existe, mais son usage a longtemps renvoyé à « une sociologie-passerelle aux frontières mal définies présentant des similitudes avec la sociologie industrielle, la sociologie de l'entreprise et la sociologie des professions », autant de sociologies dont les objets seraient pêle-mêle « les formes et les répercussions de la division du travail, les effets des nouvelles technologies, les problèmes d'organisation du travail et de coopération, la cogestion, etc. » (Reinhold, 1997, p. 30).

6 « Le fort héritage marxiste dans la sociologie industrielle allemande a contribué au fait qu'on n'accordait pas d'attention particulière à l'entreprise comme organisation. Si l'on s'était appuyé sur Weber, il eût été plus aisé d'analyser de manière plus différenciée l'entreprise. Et pourtant, les concepts wébériens – en particulier dans ses écrits de sociologie industrielle – peuvent présenter de l'intérêt pour la discipline » (Gergs, Pohlmann, Schmidt, 2000, note 40).

7 Même s‘il est contestable de l'associer trop étroitement à la sociologie du travail, l'entrée par les professions aurait été une autre occurrence intéressante. En témoigne le cas des ingénieurs. En Allemagne comme en France, ce groupe social particulier fait l'objet d'une attention particulièrement soutenue au tournant des années 1970 et 1980 (Baethge, Overbeck, 1986 ; Boltanski, 1982 ; Brödner, 1986 ; Ekard, Mühlschwein, 1978 ; Grelon, 1987 ; Groux, 1982 ; Hortleder, 1973 ; Kogon, 1976…). La congruence des préoccupations n'est pas fortuite. Dans les deux pays, à l'heure des interrogations naissantes sur l'après-taylorisme, c'est la question de la place des ingénieurs dans le processus de rationalisation qui est à nouveau soulevée. C'est alors l'occasion de confrontations et de mises en perspective particulièrement intéressantes pour le spécialiste des comparaisons internationales (Grelon, Lundgreen, 1994). Des remarques d'ordre similaire pourraient être proposées s'agissant de la prise en charge du genre dans les questions de travail. Ce thème apparaît plus tardivement en France et se développe notamment grâce à l'équipe du MAGE (marché du travail et genre). Même remarque à propos des débats sur la fin du travail : ceux-ci sont lancés beaucoup plus tôt en Allemagne, par l'entremise notamment de C. Offe, avant de prendre corps en France à la fin des années 1990.

8 Les analyses de H. Jonas (1990) sur le principe de responsabilité ainsi que la grande influence du mouvement des Verts et des alternatifs ont sans aucun doute été déterminantes dans l'inflexion propre à la sociologie allemande.

9 Il s'agissait, en l'occurrence, des manifestations suivantes : 29. Kongress der Deutschen Gesell-schaft für Soziologie, 16. Kongress der Österreichischen Gesellschaft für Soziologie, 11. Kongress der Schweizerischen Gesellschaft für Soziologie : Freiburg i. Br., 1998.

10 En Allemagne, le système de formation professionnelle continue, articulé au système dual de formation professionnelle, et lui aussi géré par des acteurs autonomes des relations professionnelles, a pu préserver jusqu'à aujourd'hui la domination d'un mode de promotion professionnelle par le travail (Drexel, 1997). L'analyse des conditions des transitions formation-emploi est également assez contrastée de part et d'autre du Rhin. Dans le cas français, on porte plus d'attention aux conditions du pilotage du diplôme par les acteurs publics. En revanche, en Allemagne, on insiste davantage sur le rôle des acteurs organisés des relations professionnelles. Ces dernières ont en effet une importance centrale dans la régulation du système dual de formation professionnelle (Giraud, 1996 ; Giraud, Lallement, 1998 ; Möbus, Verdier, 1997).

11 Les approches socio-historiques comparatives entre la France et l'Allemagne sur le terrain de l'emploi, mais aussi de l'organisation du travail ou encore de la formation professionnelle constituent l'essentiel des travaux publiés dans un ouvrage collectif fort stimulant (Zimmermann, Didry, Wagner, 1999).

12 D'autres chapitres de ce livre, comme celui d'A. Labit et J. Thoemmes, reviennent plus longuement sur cette recherche.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search