Version classiqueVersion mobile

Stratégies de la comparaison internationale

 | 
Michel Lallement
, 
Jan Spurk

Quatrième partie. Réflexivité et pratiques comparatives

Modes d’intégration nationale et mariage mixte en France et en Allemagne : à propos d’un processus de construction de comparaison internationale

Beate Collet

Texte intégral

1Comparer des réalités sociales dans deux ou plusieurs contextes nationaux ne peut se ramener à la simple mise en évidence de ressemblances et de différences. Construire une comparaison internationale oblige en effet à postuler que les réalités observées s’expliquent en référence à un contexte national, c’est-à-dire à un ensemble de spécificités structurelles et/ou culturelles. C’est pourquoi la comparaison internationale est peut-être un peu plus qu’un simple exercice de comparaison (Durkheim, 1895). Toujours est-il que construire une comparaison internationale oblige bien à respecter un certain nombre de protocoles. De la mise en forme de la problématique jusqu’à la présentation des résultats, les étapes de la démarche scientifique sont multiples. L’objectif du présent chapitre est d’éclairer ces différents moments en partant d’une recherche consacrée aux modes d’intégration des conjoints étrangers de couples mixtes en France et en Allemagne (Collet, 1996). Faire retour sur ces différents moments est d’autant plus important du fait que le projet de cette recherche comparative est né de l’expérience de l’auteur, celle d’une Allemande vivant en France. Un des enjeux de cette contribution consiste donc à objectiver une double expérience subjective pour en maîtriser les implications. Ce faisant, nous nous situons aussi par rapport au débat méthodologique relatif aux comparaisons internationales, débat mené par l’équipe de chercheurs du LEST et P. d’Iribarne dans la Revue française de sociologie (1991, 1992). Les résultats de l’enquête alimenteront en quelque sorte notre argumentation afin d’illustrer le processus comparatif mis en œuvre. Comparer une réalité sociale dans deux contextes nationaux signifie enfin que le chercheur doit faire des choix. Qu’ils soient conceptuels ou pragmatiques, ces derniers sont au cœur même de la démarche. Parce qu’elles ne sont jamais neutres, les options retenues doivent être justifiées. Dans la suite de cette contribution nous exposerons ainsi nos choix en distinguant ceux qui ont paru nécessaires à la construction de la problématique et ceux qui ont servi à l’analyse.

Construire une problématique comparative

2La volonté de comparer des couples ou mariages dits « mixtes » est le produit de notre perception subjective d’une réalité distincte en Allemagne et en France. D’emblée, c’est donc en termes de différences (discontinuités) et non pas de ressemblances (continuités) que le problème nous semblait devoir être posé. Au début de la recherche, nous imputions plus les causes des différences aux structures, ou plus précisément, aux cadres juridiques de l’immigration en vigueur dans chacun des pays. Ce qui apparaît aujourd’hui comme un parti pris peut-être contestable nous a toutefois permis de construire une problématique comparative qui, partant des conceptions nationales d’intégration et du concept d’intégration, a su concilier le niveau macrosociologique (le cadre politique) et le niveau microsociologique (les conduites et attitudes des acteurs) pour étudier les modes d’intégration des conjoints étrangers.

Deux conceptions différentes de l’intégration nationale

3Dans un esprit durkheimien, nous avons considéré les règles juridiques comme des faits sociaux qui cristallisent la réalité sociale et qui peuvent, de ce fait, révéler des conceptions nationales d’intégration. Une mise en parallèle des dispositions juridiques concernant l’accès à la nationalité française ou allemande, d’une part, le droit au séjour et au travail des étrangers, d’autre part, fait effectivement apparaître des différences notables entre les deux pays. Cela est vrai notamment pour la catégorie juridique de conjoints étrangers. La différence la plus importante concerne les possibilités d’acquisition de la nationalité. Les conjoints étrangers de Français peuvent bénéficier de la « déclaration de nationalité » qui leur est accessible en raison du mariage après un an de vie conjugale. Cette procédure n’est pas une naturalisation, elle est juridiquement conçue comme un droit et, effectivement, l’État ne s’y oppose que dans de rares cas. Les conjoints étrangers d’Allemands, en revanche, ne peuvent demander leur naturalisation (Einbürgerung) qu’au bout de trois ans de mariage – ou deux ans de mariage et cinq ans de séjour – à condition de résider en Allemagne et de renoncer à leur nationalité d’origine. Cette renonciation (Aufgabe der Herkunftsstaatsangehörigkeit) imposée se présente comme un réel obstacle juridique qui non seulement redouble la question de l’acquisition des droits civiques d’une dimension identitaire, mais qui rallonge également considérablement les procédures, surtout si le pays d’origine ne libère pas facilement ses ressortissants de la nationalité (tous les pays de droit musulman).

  • 1 Pour un développement plus détaillé concernant la législation allemande sur le séjour, le travail e (...)

4L’autre différence juridique notable concerne le droit au séjour et au travail. En France, le mariage avec un(e) Français(e) permet en principe d’accéder à la catégorie d’étranger bénéficiaire du droit de la « carte de résident ». Cette dernière est valable dix ans, elle est automatiquement renouvelable et elle fait office d’autorisation de travail salarié ou indépendant sur l’ensemble du territoire français métropolitain. La mise en place d’une surveillance plus étroite des mariages réputés « de complaisance » est telle que, depuis 1996, la carte de résident n’est accessible en France qu’au bout d’un an de vie conjugale et après vérification de la communauté de vie. Pendant la première année de mariage, le conjoint étranger obtient un titre de séjour provisoire. En Allemagne, l’autorisation du séjour (Aufenthaltsgenehmigung) n’implique pas l’autorisation du travail (Arbeitserlaubnis). Deux démarches administratives sont à réaliser. Le conjoint étranger d’un(e) Allemand(e) obtient une autorisation de travail générale qui permet d’exercer n’importe quelle profession salariée ; le travail indépendant reste soumis en revanche à une autorisation particulière. Quant au droit au séjour, il est conçu sur le principe de la consolidation progressive. Le conjoint étranger obtient d’abord une autorisation de séjour d’une durée de deux ans. Celle-ci est renouvelée pour deux ans avant d’être accordée pour une durée illimitée. Il est par ailleurs directement dépendant de la situation du couple pendant les quatre premières années du mariage : ceci signifie qu’en cas de séparation ou de divorce l’autorisation de séjour peut être retirée. Le séjour n’est véritablement consolidé et indépendant du mariage que si le conjoint dispose d’un « titre de résidence » (Aufenthaltsberechtigung). Ce dernier n’est pas accordé de droit mais uniquement sur demande expresse du requérant1.

  • 2 Depuis 1999, l’Allemagne a procédé à une réforme de son droit de la nationalité, les dispositions c (...)
  • 3 Sur ce sujet, voir la première contribution de M. Lallement au présent ouvrage.

5Ces différences sont les manifestations juridiques concrètes de deux conceptions de l’intégration nationale. Celles-ci s’expliquent notamment par les modes spécifiques de formation de l’État national ainsi que par des traditions d’immigration très différentes dans les deux pays. À une conception politique héritée de la Révolution pour la France s’oppose ainsi la survivance d’une conception ethnique (le peuple allemand) dans les instances démocratiques de l’État allemand. Tandis que la conception française favorise juridiquement l’intégration rapide du conjoint étranger (notamment en lui accordant de droit la nationalité française), le droit allemand instaure une bipolarisation Allemands-étrangers et il n’organise qu’une intégration progressive du conjoint étranger. Enfin, l’acquisition de la nationalité allemande n’est pas pensée comme une condition d’intégration. Elle est perçue, bien plutôt, comme un ultime point d’aboutissement2. L’élaboration de ces conceptions de l’intégration nationale implique nécessairement une discussion critique sur l’ensemble des termes et concepts utilisés dans les deux contextes et sur leurs traductions possibles en français ou en allemand. Cette discussion devrait être constitutive de l’élaboration de toute comparaison. Dans notre cas, il s’est avéré que la signification des termes révélait en soi des traditions nationales différentes et que la traduction trahissait en quelque sorte la profondeur historique des concepts langagiers3. Voici quelques exemples de termes à la fois proches et différents que nous avons rencontrés au cours de notre recherche : culture – Kultur, nation – Nation, nationalité – Staatsangehörigkeit ou Nationalität, citoyenneté – Staatsbürgerschaft, naturalisation – Einbürgerung, citoyen – Bürger ou Staatsbürger, peuple – Volk, patrie – Vaterland ou Heimat, immigré – Einwanderer, étranger – Ausländer, mariage mixte – Mischehe ou binationale Ehe… soit autant de termes dont, en dépit des apparences, la traduction ne va pas de soi.

  • 4 Nous la développons plus largement ailleurs (Collet, 1996).

6Dans le cadre de cette contribution nous ne pouvons pas entrer davantage dans le détail des explications historiques et comparatives relatives aux termes et aux conceptions de l’intégration nationale4. Retenons cependant que la dimension historique est importante. Le regard diachronique permet en effet de comprendre, selon les termes de P. d’Iribarne (1991), la genèse et la stabilité des systèmes. Pour autant, la présente comparaison ne cherche pas à expliquer les différences de culture nationale. Elle se propose d’étudier comment les structurations juridiques influencent concrètement les conduites des acteurs, mais aussi de comprendre comment les acteurs contribuent à la modification de ces structurations. En ce sens, nous nous rapprochons davantage, sur le plan méthodologique, d’une approche comparative de type « sociétal », approche qui postule la « construction des acteurs dans leur rapport à la société » (Maurice, 1989, p. 182).

Un dénominateur théorique commun : l’intégration

7La comparaison des conceptions allemande et française de l’intégration nationale ne fait sens qu’à condition de relier ces dernières à un dénominateur théorique commun qui dépasse les contextes nationaux. Pour comparer, ce principe de base est nécessaire. Sans lui, pas de théorisation possible si ce n’est, au mieux, la double description des réalités dans chaque espace de référence. En d’autres termes, « sans abstraction et construction intellectuelle, il n’y a pas de dénominateur commun entre plusieurs objets soumis à la comparaison » (Dogan, Pelassy, 1981, p. 7). Toute comparaison, aussi banale soit-elle, se fait par rapport à une référence commune, étalon qui, dans les sciences sociales, est un cadre conceptuel plus général permettant d’étudier de manière objective les manières de faire et de penser des acteurs (ici celles des conjoints étrangers d’Allemands ou de Français). Le dénominateur théorique commun qui nous sert pour notre recherche est celui de l’intégration.

8Le concept d’intégration est compris non pas au sens politique du terme mais bien dans son acception sociologique, sens dont l’origine remonte à E. Durkheim. La distinction entre « solidarité mécanique » et « solidarité organique » et la typologie des suicides sont autant de façons de s’interroger sur « l’intégration de la société » et sur « l’intégration des individus à la société » à travers les institutions sociales. Toutefois cette dualité qui oppose approche plutôt structurelle et approche par l’individu a quelque peu perdu de sa pertinence aujourd’hui. Il est plus intéressant d’étudier en quoi l’intégration des individus à la société peut apporter des réponses à l’intégration de la société et inversement. Nous proposons donc plutôt de retenir un concept d’intégration assez proche de la théorie de la « structuration » proposée par A. Giddens dans La Constitution de la société (1987). À la dualité individu-société, le sociologue anglais substitue le couple structure-action, deux dimensions inextricablement liées dans les pratiques des acteurs. La structure est définie comme données institutionnelles et durables auxquelles l’individu est confronté. L’action, qui n’a pas toujours un objectif précis, est une activité compétente de l’individu.

9On peut donc considérer que le versant structurel et le versant individuel de l’intégration ne sont que les deux faces d’une même médaille. L’intégration des individus à la société n’est ni la simple participation aux institutions, ni le fruit de la seule action des individus. Selon nous, le processus de participation au cadre normatif que représente la société – et qu’on appelle « intégration » – résulte de l’interaction qui s’établit entre les structures et les possibilités d’actions. Il s’élabore donc dans la dynamique entre les conditions structurelles, notamment juridiques, et les comportements et attitudes des acteurs. Le droit a une valeur normative incontournable, notamment pour les étrangers. Néanmoins, la participation n’est pas uniquement une action tributaire du cadre normatif. Elle correspond également à une activité régulatrice, au sens que lui a conféré J.D. Reynaud (1989). Les acteurs disposent de marges de manœuvre face aux institutions. Plus encore, ils contribuent à leur transformation. Une perspective sociologique incite donc à mettre l’accent sur le « comment » de ce processus. Ainsi problématisée, notre étude ne vise donc pas à comparer les mariages mixtes en France et en Allemagne mais les modes d’intégration d’une population particulière, les conjoints étrangers de ressortissants nationaux dans les deux pays. Ces modes d’intégration sont appréhendés à travers différentes facettes de la vie sociale (dimensions citoyenne, professionnelle, conjugale et familiale). Pour rendre opérationnel ce questionnement, il nous a fallu réaliser une enquête de terrain et réfléchir, au préalable, sur le choix de la population d’enquête.

Les critères de construction de la population d’enquête : des couples mixtes aux conjoints étrangers de nationaux

10En posant le problème de la construction de la population d’enquête, nous abordons finalement une question méthodologique élémentaire des études qualitatives. Cette question est comme amplifiée par la comparaison internationale : auprès de qui mener une enquête qualitative dans deux pays tout en s’assurant d’une cohérence de la population et de la comparabilité des données empiriques récoltées ? Si on veut étudier les effets des législations dans les modes d’intégration des conjoints étrangers, il faut que les conduites des acteurs s’expliquent réellement par les effets juridiques et ne soient pas imputables à d’autres variables. La population de l’enquête a été donc déterminée en fonction de six critères dont le choix s’est fait plutôt de manière empirique : composition sexuelle du couple, pays d’origine, rapport à la migration, statut matrimonial, statut juridique et appartenance sociale. Grâce à ces critères, le discours des interviewés devenait comparable entre les deux pays. L’enquête a finalement été conduite auprès de conjoints d’origine étrangère, soit des hommes, originaires de pays à tradition musulmane, immigrés à l’âge adulte, étrangers au moment du mariage, ayant au moins un niveau d’études équivalent à la fin des études secondaires et mariés avec des femmes françaises en France et des femmes allemandes en Allemagne. Ces choix ne sont pas arbitraires. Ils sont le fruit de réflexions qui tiennent compte d’impératifs relevant de la problématique retenue et de résultats d’autres études sur l’immigration.

  • 5 En raison des conceptions nationales différentes et, par voie de conséquence, de codes de la nation (...)
  • 6 Ce choix est fait pour s’assurer d’une socialisation primaire dans un contexte culturel différent. (...)

11En raison de la place centrale accordée aux conditions juridiques, l’étude a été réalisée auprès de conjoints d’origine étrangère, mariés et de nationalité étrangère au moment du mariage. Ils devaient également être « extra-communautaires » car depuis l’avancement de la construction européenne, ces derniers sont les seuls à être tributaires des législations nationales sur le séjour et le travail. L’autre conjoint devait être un ressortissant national, c’est-à-dire Français vivant en France ou Allemand vivant en Allemagne. Parmi ces derniers, seuls les Français ou les Allemands nés et socialisés en France ou en Allemagne, ayant au moins un parent français ou allemand y étant lui-même né, ont été retenus5. Nous avons décidé, de surcroît, de restreindre la population à l’immigration masculine (car sa caractéristique et sa dynamique ne sont pas comparables à celles des femmes) et de ne retenir que certains pays de provenance. Les réalités migratoires en France et en Allemagne étant divergentes, le fait d’être originaires de pays d’émigration à tradition musulmane nous a servi de dénominateur commun. Les conjoints étrangers retenus sont donc des hommes, immigrés à l’âge adulte6 et perçus comme étant de culture orientale ou musulmane (originaires des pays du Maghreb ou de l’Afrique occidentale, de la Turquie, de l’Iran ou d’autres pays du Proche ou Moyen-Orient). Le facteur religieux a été retenu non pas parce que l’observation porterait sur la dynamique interreligieuse dans le couple mais du fait des connotations sociales auxquelles l’islam est associé tant en France qu’en Allemagne.

12Il nous a également semblé judicieux de délimiter la population d’enquête en référence à des critères d’appartenance sociale dans la mesure où l’on pouvait aisément faire l’hypothèse que la façon de vivre l’immigration et de construire son identité culturelle dans l’immigration n’est pas indépendante d’une telle variable. Mais, plutôt que de retenir des situations socio-professionnelles concrètes, nous avons préféré définir un niveau d’études (équivalent à la fin des études secondaires) au moment de l’immigration. En procédant de la sorte, on se donnait la possibilité d’étudier les évolutions en termes professionnels depuis le début du processus d’intégration. Le choix d’un tel niveau d’études a été principalement motivé par la volonté de distinguer la population de l’enquête par rapport à celle qui compose le volant d’immigration économique classique (main-d’œuvre peu qualifiée). Cette dernière est caractéristique d’une autre période de notre histoire. Or notre objectif était bien d’étudier les nouvelles formes, plus diversifiées, de l’immigration contemporaine. La population d’enquête ainsi définie, la comparaison qualitative devenait possible. En définissant de manière précise l’échantillon de l’enquête, nous nous sommes donné les moyens en effet d’établir un lien entre les niveaux macro et microsociologiques.

13En guise de conclusion à cette première partie problématique et méthodologique, situons notre démarche au regard des théories des comparaisons internationales. Notre ambition, nous l’avons dit, était de mener une enquête sur les effets concrets des cadres juridiques nationaux de l’intégration pour les conjoints étrangers de Françaises ou d’Allemandes. Sans pour autant négliger les facteurs historiques qui peuvent expliquer les différences structurelles observées entre les deux pays, nous avons retenu une approche de type « sociétal » mais sans pour autant négliger les apports de la méthode dite « culturaliste ». Loin d’être antinomiques, les deux méthodes ont des avantages qui se renforcent mutuellement puisque chacune d’entre elles permet de mettre l’accent sur des aspects différents des objets comparés. Il nous semble que la première méthode a pour mérite de nous aider à analyser les effets concrets des structures sur les conduites des acteurs alors que la seconde permet de repérer les survivances des structurations passées et de mieux comprendre leurs impacts sur les actes et les structures contemporaines. L’analyse sociétale fonctionne par ailleurs à condition de mener des enquêtes empiriques tandis que la démarche culturaliste s’apparente davantage à un travail de sociologie historique. Autrement dit, notre sentiment est que la première étudie le présent et permet mieux de se projeter ensuite dans l’avenir, alors que la seconde fournit avant tout les moyens de comprendre le présent à travers l’étude du passé. Parce que la comparaison sociologique gagne à se nourrir de détours historiques, ces deux perspectives – sociétales et culturalistes – nous semblent bien finalement plus complémentaires qu’opposées.

Construire l’analyse

14Une fois l’enquête menée, la mise en parallèle des résultats nationaux est une première étape indispensable. Il faut toutefois vite la dépasser pour ne pas tomber dans ce que nous pourrions appeler « le piège de la bipolarisation nationale » : la France d’un côté, l’Allemagne de l’autre. Il s’agit bien d’un piège car non seulement cette façon de faire maintient l’analyse à un niveau relativement descriptif mais aussi parce qu’elle pousse à accentuer les différences nationales de manière abusive. Malgré toutes les survivances du passé qui perdurent dans les structures et les traditions de chacun de ces pays, la France et l’Allemagne sont deux États qui se ressemblent à de nombreux égards : ils se sont donné des constitutions démocratiques et républicaines, ils sont partenaires dans la construction de l’Union européenne, etc. On pourrait recenser de nombreuses autres caractéristiques communes mais également mettre en évidence les interactions et inspirations mutuelles du point de vue des choix politiques. Dans le champ qui nous intéresse – celui de l’immigration et de l’intégration nationale –, on constate ainsi un relatif et progressif rapprochement. Bref, afin d’éviter le piège de la bipolarisation, nous faisons le pari qu’il est plus pertinent, non pas d’accentuer les différences, mais plutôt d’évoquer des variations nationales en référence à un modèle de base. C’est dans cet esprit que nous avons construit une typologie des formes d’intégration qui combinent différemment les variables citoyenne, professionnelle, conjugale et familiale. C’est une fois ce travail réalisé que l’on peut alors repérer des variations nationales, variations qui s’expliquent notamment par des structures juridiques nationales différentes.

Une typologie des formes d’intégration

  • 7 Ces deux principes ont été empruntés à E. Francis, sociologue américain qui a séjourné et publié en (...)

15Pour dépasser la bipolarisation nationale, l’analyse comparative a tout autant besoin d’un dénominateur commun que d’une élaboration conceptuelle. Entre les différents choix d’outils théoriques possibles, nous avons opté pour la méthode du type-idéal de M. Weber. Dans son livre consacré à l’analyse typologique, D. Schnapper (1999) rappelle et commente la conception méthodologique telle qu’elle a été conçue par M. Weber lui-même (Weber, 1992) : « Le type-idéal est un tableau simplifié et schématisé de l’objet de la recherche auquel l’observation systématique du réel […] doit être confronté. En ce sens, c’est un instrument privilégié de la compréhension sociologique. Mais il s’agit bien d’un instrument : ce n’est pas le but de la recherche mais le moyen de rendre intelligibles les relations sociales que l’enquête permet d’analyser » (Schnapper, 1999, p. 15). Pour utiliser cet outil, nous avons déjà commencé par ordonner notre matériau empirique. La lecture du corpus d’entretiens que nous avons menés a révélé que le processus d’intégration des conjoints étrangers de couples mixtes semble marqué par une dynamique qui allie l’importance de leur participation sociale (politique, professionnelle et familiale) dans le pays d’immigration et la référence à leur culture d’origine. Cette articulation entre le social et le culturel nous a rappelé celle entre l’ethnos et le demos, proposée par E. Francis (1965) pour analyser les conceptions nationales7. Ces deux principes se combinent dans les idéologies nationales des pays démocratiques et dans les identités individuelles des ressortissants nationaux également.

16Nous avons donc construit une typologie des formes d’intégration qui mobilise la notion de participation nationale (demos) et la référence à la culture d’origine (ethnos). Le premier type, appelé « intégration en tant qu’étranger », n’opère pas de distinction entre l’ethnos et le demos. Pour ce type, la société d’origine reste la référence pour la définition de l’appartenance nationale, politique et culturelle. La société d’installation est vécue comme un monde dans lequel l’on s’intègre comme étranger. Le deuxième type (« l’intégration en tant que national ») n’est pas fondé non plus sur une différenciation entre l’ethnos et le demos. Il opère en quelque sorte un transfert d’appartenance, la référence étant, cette fois-ci, la société d’immigration. Le troisième type, nommé « intégration en tant que citoyen », repose sur la distinction entre dimension politique (demos) et dimension culturelle (ethnos) de la nationalité. Dans ce type d’intégration, l’appartenance nationale est vécue comme celle de la société d’immigration tandis que l’identité culturelle reste forgée en référence à la société d’origine. Attribuer un nom à des types-idéaux n’est jamais une tâche anodine. Progressivement il s’est avéré que les intitulés que nous avions choisis en 1996 n’étaient peut-être pas assez abstraits puisque nous courions un risque permanent de confusion entre les modèles et la réalité sociale. C’est pourquoi, dans une publication plus récente, nous avons révisé les noms des trois types. Le premier type s’appelle désormais « intégration par différenciation », le deuxième « intégration par assimilation » et le troisième « intégration par participation citoyenne » (Collet, 2000).

  • 8 Nous distinguons formes et modes d’intégration. Les formes d’intégration relèvent du registre théor (...)

17Grâce à cette typologie, nous espérons pouvoir donner un sens nouveau aux modes d’intégration des conjoints d’origine étrangère de couples mixtes8. Un tel découpage permet notamment de mettre au jour des logiques de comportement dont les acteurs eux-mêmes n’ont pas nécessairement conscience. Voyons donc dans un premier temps quelques traits caractéristiques de ces trois formes d’intégration, sans tenir compte dans l’immédiat des effets produits dans les pays d’immigration concernés.

18Les conjoints étrangers qui relèvent de l’« intégration par différenciation » se caractérisent par une conception plutôt réifiée de l’identité culturelle. Celle-ci est interprétée comme une origine ethnique indépassable voire inaliénable. En conséquence, les conjoints proches de ce type n’envisagent pas d’acquérir la nationalité du pays d’immigration car cela ne changerait rien au fait qu’ils sont « culturellement différents ». Leur exclusion de la citoyenneté politique (le vote aux différentes élections) ne semble pas les gêner outre mesure. Par ailleurs, il a été constaté qu’ils ont une faible volonté d’installation dans le pays d’immigration à long terme. Si leur séjour se prolonge, c’est plus par la force des choses que par véritable choix. Souvent la question du retour au pays d’origine n’est pas réglée, certains gardent même un projet d’installation pour toute la famille au sein du pays d’origine. Leur intégration professionnelle est soit transnationale (correspondant de presse, import-export), soit elle n’est pas encore accomplie dans la mesure où l’emploi occupé ne correspond pas à leur formation ou, tout simplement, parce que les personnes concernées sont au chômage. Ces conjoints, enfin, ont une conception plutôt religieuse du mariage. Quelles sont les implications de ces différents traits ? Le plus important à considérer ici est que l’accent mis sur la culture d’origine a des conséquences directes sur l’éducation des enfants. En tant que père, le conjoint étranger s’investit beaucoup pour transmettre sa culture d’origine à ses enfants : il leur parle dans sa langue maternelle et les élève selon la religion musulmane. Les enfants portent des prénoms de son pays d’origine en première position et les garçons sont circoncis pour des raisons identitaires et religieuses. La famille se rend régulièrement au pays d’origine du père. Généralement le conjoint français ou allemand participe à ce projet d’éducation et contribue à perpétuer la culture du père.

19L’« intégration par assimilation » correspond, sur le plan théorique, au modèle exactement inverse du type précédent. Empiriquement, cependant, nous avons constaté que les conjoints d’origine étrangère dont le mode d’intégration se rapproche le plus du présent modèle se comportent selon une logique d’assimilation culturelle. Selon eux, cette attitude leur vient tout « naturellement » puisqu’ils ne ressentent pas une obligation allant dans ce sens. L’assimilation correspond au contraire à leur besoin de réussite économique et sociale. Ainsi, l’acquisition de la nationalité permet-elle de réaliser au mieux l’intégration dans tous les domaines. Elle est envisagée dès que possible et la citoyenneté politique est exercée avec conviction. Les conjoints proches de ce type font preuve d’une forte volonté d’installation. À preuve, le retour au pays d’origine n’est pas prévu et souvent la question avait déjà été réglée avant la mise en couple. Ces conjoints ont connu une intégration professionnelle plutôt facile, souvent en bénéficiant d’une véritable réussite sociale (c’est-à-dire en devenant médecin, avocat, ingénieur, etc.). Ils ont, enfin, une conception plutôt institutionnelle du mariage dans la mesure où ils sont attachés au statut que celui-ci procure et, en accord avec les normes dominantes, ils valorisent aussi le cadre familial que celui-ci permet également de construire. S’agissant des choix éducatifs, l’importance de l’intégration des enfants dans la société d’immigration est le principal argument évoqué. Ainsi le père ne parle-t-il pas sa langue maternelle avec les enfants. Il n’accorde pas non plus beaucoup d’importance à la transmission de sa religion. Les enfants portent, en première position, des prénoms français ou allemands et, pour éviter toute distinction, les garçons ne sont pas circoncis. Les vacances en famille au pays d’origine sont plutôt rares. Le conjoint d’origine étrangère s’y rend souvent seul pour rendre visite aux membres de sa famille.

20L’« intégration par participation citoyenne », notre troisième type, se caractérise par la volonté d’exercer pleinement la citoyenneté dans le pays d’immigration tout en préservant l’identité culturelle d’origine. Celle-ci, toutefois, est réinterprétée de manière laïque. Certains aspects seulement de la culture sont ainsi transmis aux proches : les goûts musicaux ou les habitudes culinaires par exemple. Mais les enfants héritent également de prénoms du pays d’origine de leur parent immigré, ils sont initiés à sa langue, ils sont circoncis (la raison invoquée pour justifier de ce type de pratique a été, à plusieurs reprises, celle de l’hygiène)… Par ailleurs, si les conjoints proches de ce type ont demandé à acquérir la nationalité du pays d’immigration dès que possible, ils ne seraient pas d’accord en revanche pour renoncer à leur nationalité d’origine. Le retour au pays d’origine n’est plus envisagé mais la famille s’y rend régulièrement pour des séjours de vacances. Ici, la décision de s’installer s’est progressivement imposée comme une conséquence du choix conjugal et des autres choix de vie associés. Autrement dit, le mariage n’est pas l’expression d’une conviction mais il est le produit d’une décision pragmatique dont le but était d’acquérir un meilleur statut juridique. Certains affirment même qu’ils ne se seraient pas mariés s’ils n’avaient pas été contraints par les circonstances. L’intégration professionnelle renvoie, elle aussi, à une démarche plutôt marquée par le pragmatisme. La vocation professionnelle s’est ainsi construite au fil de « petits boulots » ou des formations successives.

21Ces trois formes d’intégration rendent le concept d’intégration opératoire. Nous pouvons dire qu’elles représentent en quelque sorte trois façons de s’approprier les institutions sociales (nationalité, profession, mariage, famille) du pays d’immigration. L’« intégration par différenciation » est l’expression d’un déni des institutions telles qu’elles sont conçues dans le pays d’immigration alors que l’« intégration par assimilation » incite à l’adoption des institutions telles qu’elles sont perçues et valorisées en règle générale dans le pays d’accueil. L’« intégration par participation citoyenne », en revanche, est porteuse d’une logique de l’innovation. L’appropriation pragmatique des institutions qui caractérise ce type se traduit par la volonté de modifier les contenus et le sens de ces dernières. Au total, ces trois formes d’intégration sont autant de combinatoires qui associent des logiques individuelles d’intégration aux contraintes structurelles caractéristiques des pays d’immigration, quel que soit au demeurant le pays en question. C’est pourquoi il est possible maintenant d’envisager d’appliquer cette même grille de lecture à la France et à l’Allemagne afin de repérer ce que nous appelons des « variations nationales » des modes d’intégration.

Les variations nationales

22La comparaison internationale devient intéressante à partir du moment où elle propose une interprétation des conduites individuelles à travers une enquête (niveau microsociologique) en relation avec les conditions historiques et politiques des pays soumis à la comparaison (niveau macrosociologique). Dans la présente étude, les modes d’intégration des conjoints d’origine étrangère varient effectivement en fonction des conceptions nationales d’intégration qui s’imposent à travers des appareils juridiques. Il s’est avéré de même que des comportements similaires en apparence pouvaient avoir des significations différentes d’un contexte à l’autre. Précisons le sens de ces résultats en nous penchant tour à tour sur chacun des pays considérés.

23En France, le type que nous avons nommé « intégration par différenciation » peut être assimilé à une forme de repli identitaire compte tenu de la grande facilité à acquérir la nationalité française. La conception française de l’intégration est toutefois si étroitement liée à la question de la nationalité que le refus ou le manque d’intérêt pour l’intégration nationale peut avoir des conséquences néfastes à la longue, notamment dans le domaine professionnel (pour permettre leur avancement en termes de carrière). Ainsi, avons-nous constaté que, malgré leurs réticences personnelles, les conjoints d’origine étrangère acquièrent la nationalité française après six à dix ans de séjour. Ils n’en font toutefois pas grand cas. Certains dissimulent même cet état de fait et n’exercent pas leurs droits de vote. Pour eux, la nationalité française n’est qu’un passeport. Au fond d’eux-mêmes, ils sont restés algérien, turc, iranien ou encore tunisien. Ce repli identitaire s’exprime aussi à travers leur conception du mariage et de la famille. Le mariage a été conclu sur la base de convictions religieuses. Il implique de fait les familles d’origine et entraîne une vie de famille avec enfants. Par conséquent, se marier pour permettre le séjour du conjoint étranger eût été inconcevable. Les conjoints étrangers considèrent qu’ils pouvaient éviter d’adopter une attitude trop pragmatique car, dans les années 1980, ils avaient de nombreuses possibilités pour pérenniser leur séjour en France (c’est-à-dire pour changer une carte de séjour provisoire en carte de résident). Il leur était donc loisible de dissocier l’installation en France de l’acte de mariage lui-même.

24En Allemagne, en revanche, l’acquisition de la nationalité ne va pas de soi. Les candidats rencontrent d’énormes obstacles institutionnels et administratifs et tout se passe comme si le mode d’intégration des conjoints étrangers proches du type « intégration par différenciation » était produit, voire renforcé, par et dans le contexte d’immigration. L’explication ne tient pas uniquement aux cinq ans de séjour minimal requis avant la demande ou aux frais relativement onéreux. Elle provient surtout de la renonciation à la nationalité d’origine qu’exige l’État allemand. Le candidat à la naturalisation doit produire une attestation du consulat de son pays d’origine qui le libère de sa nationalité d’origine. Cette formalité administrative contribue largement à conférer un caractère identitaire et culturel à la nationalité allemande. La mise en avant de l’identité culturelle d’origine durcit les conditions d’intégration en Allemagne et cela se ressent dans la vie de famille, notamment pour ce qui concerne la transmission de la culture du père aux enfants. Une telle hypothèse trouve encore plus de consistance à l’examen des conceptions du mariage. Le mariage investi de sens traditionnel ou religieux coexiste avec son usage pragmatique (permettant l’installation du conjoint). De fait, dans l’Allemagne des années 1980, il n’existait pas d’autres possibilités pour consolider le séjour provisoire d’un étranger que de se marier.

25Passons au second type : l’« intégration par assimilation ». En France, les conjoints d’origine étrangère qui relèvent de ce type acquièrent la nationalité en moyenne un à deux ans après le mariage. L’on constate par ailleurs qu’ils s’identifient culturellement à leur pays d’accueil, qu’ils exercent leurs droits politiques et, surtout, qu’ils s’intègrent professionnellement en tant que Français. En Allemagne, en revanche, les conjoints étrangers de cette même catégorie n’envisagent la naturalisation qu’après un long processus d’intégration jalonné de réussites. Souvent, ils font la demande bien des années après le délai imposé (cinq ans de séjour). Seuls les médecins et quelques autres professionnels (professions libérales) ont intérêt à obtenir plus vite la naturalisation dans la mesure où cette dernière est une condition sine qua non pour l’exercice de leur activité. Renoncer à sa nationalité première n’est pas vécu comme un problème et cela l’est d’autant moins que le régime politique du pays d’origine ne correspond pas aux convictions démocratiques de ces émigrés. Dans les deux pays, enfin, le comportement des conjoints d’origine étrangère est assez conforme à la conception politique dominante de l’intégration. En France, cette dernière favorise l’intégration des étrangers, ce qui est une condition favorable à la réussite professionnelle et sociale. En Allemagne, l’intégration n’est pas une cause mais une conséquence : elle consacre plutôt un parcours professionnel et social réussi. C’est, en quelque sorte, un remerciement pour les services rendus. Pour ce qui touche enfin à la question du mariage, l’on constate aussi que, dans les deux pays, les conjoints adoptent des pratiques qui ne dérogent pas non plus aux conceptions dominantes.

26Abordons, enfin, le troisième type, c’est-à-dire l’« intégration par participation citoyenne ». En France, ce mode d’intégration est caractérisé par un rapport pragmatique au mariage et à l’acquisition de la nationalité française, attitude que la législation permet, pour ne pas dire favorise. Les immigrés se marient pour consolider leur séjour et acquièrent la nationalité française afin de trouver un emploi qualifié, souvent sur le marché du travail réservé aux Français (éducation nationale, grandes entreprises publiques, etc.). Leur intégration nationale ne met pas en cause leurs références identitaires. Du reste, ils sont nombreux à souligner que l’acquisition de la nationalité française a favorisé réellement leur insertion professionnelle. Dans la vie publique, notamment professionnelle, ces conjoints d’origine étrangère sont français et se comportent comme tels, leur identité culturelle s’actualise plutôt dans la vie privée et dans le cadre de leur réseau d’amis. En Allemagne, pour les immigrés concernés par ce type, la volonté d’acquérir la nationalité allemande est forte. Le franchissement des obstacles administratifs demande cependant beaucoup de temps et d’énergie. L’effort est d’autant plus important qu’il consiste aussi à prendre sur soi. En effet, même s’ils souhaitent l’accès à la citoyenneté politique, les conjoints d’origine étrangère en question veulent préserver leur identité culturelle et rester iranien, turc, etc. Pour cette raison, certains arrivent à contourner astucieusement le dispositif juridique allemand : ils abandonnent d’abord leur nationalité d’origine pour devenir allemand avant de reprendre leur première nationalité et bénéficier, en dépit des restrictions allemandes à ce propos, d’une double nationalité ! Cette population est aussi celle qui se vit comme minorité sociale, juridique et culturelle. En Allemagne, c’est elle qui milite activement pour les droits des non-Allemands (Nicht-Deutsche), comme il est courant d’appeler les étrangers de l’intérieur (inländische Ausländer).

27Il faut insister ici, en nous appuyant sur le dernier type analysé, sur la différence entre les deux pays. Alors que la politique d’intégration française semble avoir réussi à dissocier la question identitaire (ethnos) de la question de la participation citoyenne (demos), ce n’est pas le cas en Allemagne. Plus globalement, nous pourrions dire que la conception allemande semble favoriser l’« intégration par différenciation » tandis que la conception française favorise plutôt une « intégration par participation citoyenne ». À la valorisation de la dimension culturelle d’origine s’oppose un pragmatisme juridique dans le rapport aux institutions qui, toutefois, comporte aussi le risque d’une instrumentalisation de la nationalité. On le voit bien à ce propos : une comparaison binaire présente un danger réel, celui de pousser le chercheur à émettre un jugement normatif en faveur de l’un ou l’autre des pays étudiés. Nous nous sommes forcé d’éviter ce travers en évitant de présenter sous un jour plus favorable l’un ou l’autre des systèmes nationaux. De fait, chacun présente des avantages et des inconvénients que l’on ne saurait hiérarchiser. Par exemple, en France, l’acquisition de la nationalité est assez incontournable pour qui souhaite réussir son insertion professionnelle et entamer une véritable carrière. En Allemagne, la naturalisation est plus longue à obtenir mais elle n’est pas aussi indispensable pour s’intégrer durablement sur le marché du travail. Les employeurs allemands manifestent en effet moins d’appréhension lorsqu’il s’agit d’embaucher des étrangers sur des emplois d’encadrement alors qu’en France les réticences semblent plus manifestes.

28Au total, les variations nationales que nous venons de mettre en évidence répondent à des conceptions différentes de l’intégration. Ce résultat n’est pas complètement fortuit puisque c’est sur la base d’une telle hypothèse que nous avons construit notre recherche. En revanche, force nous est d’avouer que nous n’avons pas vraiment su interpréter en termes de différences nationales les modes de vie familiaux observés en France et en Allemagne. C’est pourquoi la conclusion la plus pertinente nous paraît finalement être devoir celle-ci : on ne peut séparer qu’en théorie la variable politique des autres variables qui influencent les conduites de vie. À reprendre les témoignages des personnes enquêtées, nous devons en effet nous résigner au fait que, en réalité, les paramètres professionnels, conjugaux, familiaux, nationaux… s’influencent mutuellement pour composer et donner sens au processus d’intégration.

Pourquoi comparer ?

29Arrivés au terme de ce parcours, nous espérons avoir montré que la mise en place d’une problématique et la conduite d’une analyse comparative nécessitent un minimum d’effort de construction. Les questions qui se posent maintenant sont alors les suivantes : finalement, pourquoi réaliser des comparaisons internationales et les efforts fournis dans cette direction portent-ils leurs fruits ? À notre avis, l’entreprise comparative possède une valeur heuristique pour plusieurs raisons. Par la vigilance conceptuelle et méthodologique qu’elle impose, elle oblige d’abord le chercheur à vérifier soigneusement ses outils. Elle le contraint ensuite à s’extraire du contexte national dans lequel il vit et à transformer plus encore ce contexte en objet de recherche. Ce faisant, la comparaison internationale permet d’énoncer des résultats qui ont souvent une envergure plus générale que dans le cas de recherches « mononationales ». En d’autres termes, elle favorise typiquement un travail de production théorique dont la portée n’est pas contingentée par un espace national donné. Tel est, nous semble-t-il, un des effets premiers de la recherche qui vient d’être présentée.

30En effet, en élaborant une typologie des formes d’intégration, nous avons pu faire le partage entre les dimensions individuelles et structurelles du fait social que nous avons étudié. Si nous n’avions pas mené de comparaison internationale, ces deux dimensions n’auraient pu être démêlées. Les caractéristiques empiriques des formes d’intégration nous ont permis de révéler des valeurs culturelles et religieuses héritées du pays d’origine des conjoints immigrés. Celles-ci sont des indications précieuses pour comprendre les stratégies de ces personnes. Ainsi avons-nous pu faire émerger la dimension individuelle de l’intégration. Ce n’est, en fait, qu’à l’observation des variations nationales de chacune de ces formes que nous avons pu mettre en évidence le rôle des structures ou, plus exactement, celui des dispositifs juridiques. Cet effet structurel n’est pas la simple expression de matrices culturelles différentes dans les deux pays. Il renvoie davantage à un effet de type « sociétal » dans la mesure où ce sont des dispositions juridiques concrètes qui influencent les conduites individuelles. Il ne s’agit pas de nier le poids de l’histoire. Tout au contraire puisque les institutions juridiques et leur appareillage normatif continuent de perpétuer aujourd’hui des traditions nationales. En France, cette tradition remonte aux Lumières et à la Révolution de 1789. En Allemagne, elle puise ses sources au xviiie siècle, au moment où l’on prend conscience qu’une nation se définit par ses racines culturelles et ethniques. Pour comprendre l’importance de ces deux traditions, mieux vaut cependant éviter d’invoquer trop simplement des cultures nationales et s’intéresser aux supports structurels concrets qui sont susceptibles d’influencer les comportements des personnes socialisées dans différents contextes nationaux.

31On pourra nous reprocher d’avoir frisé la tautologie en faisant le choix de bâtir notre comparaison en posant comme données et contraintes des conceptions différentes de l’intégration. Mais ce n’est pas réellement le cas dans la mesure où notre troisième idéal-type formalise des pratiques innovantes grâce auxquelles des individus arrivent à se démarquer du poids des héritages nationaux et à faire évoluer les cadres d’action dominants. Les traditions demeurent certes importantes mais la marge de manœuvre des individus qui font vivre les institutions sociales existe et c’est grâce à cette marge que le changement social est possible. En renonçant de la sorte à traiter le contexte national comme une simple variable exogène, nous avons finalement pu proposer une analyse qui construit un continuum qui relie un niveau très macrosociologique (les conceptions nationales d’intégration) à un niveau microsociologique (les identités personnelles). Partant, cette comparaison éclaire à sa façon la notion d’identité. Ce que suggère notre recherche est en effet que l’identité n’est pas seulement le produit d’options personnelles, d’interactions et/ou d’héritages culturels et religieux. Elle est aussi pleinement politique et sociale (Collet, Varro, 2000).

Notes

1 Pour un développement plus détaillé concernant la législation allemande sur le séjour, le travail et la naturalisation des étrangers en Allemagne, voir B. Collet (1991).

2 Depuis 1999, l’Allemagne a procédé à une réforme de son droit de la nationalité, les dispositions concernant les conjoints étrangers d’Allemands sont toutefois restées inchangées et l’État allemand n’a pas pu se résoudre à abandonner le principe de la renonciation à la nationalité d’origine.

3 Sur ce sujet, voir la première contribution de M. Lallement au présent ouvrage.

4 Nous la développons plus largement ailleurs (Collet, 1996).

5 En raison des conceptions nationales différentes et, par voie de conséquence, de codes de la nationalité également différents au moment de l’enquête, sont français en France des descendants d’immigrés nés en France qui ne seraient pas allemands, si leurs parents avaient immigré en Allemagne.

6 Ce choix est fait pour s’assurer d’une socialisation primaire dans un contexte culturel différent. En Allemagne, des conjoints étrangers auraient pu être des fils d’immigrés nés en Allemagne mais de nationalité étrangère.

7 Ces deux principes ont été empruntés à E. Francis, sociologue américain qui a séjourné et publié en Allemagne. Dans Ethnos und Demos (1965), E. Francis entend par ethnos une certaine réalité anthropologique caractéristique des groupements d’hommes alors que le demos se rapporte plutôt à la souveraineté politique en vigueur dans les sociétés démocratiques. Au moment de sa publication, le livre d’E. Francis n’a eu que très peu d’écho en Allemagne. Mais il a été l’objet d’une certaine attention critique au début des années 1990. On a alors surtout retenu la valeur heuristique des deux principes pour l’analyse des conceptions nationales.

8 Nous distinguons formes et modes d’intégration. Les formes d’intégration relèvent du registre théorique (c’est la typologie) alors que les modes d’intégration renvoient au monde concret. Comme on le sait, la concordance entre type-idéal et réalité sociale n’est jamais parfaite.

Auteur

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search