Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies de la comparaison internationale

 | 
Michel Lallement
, 
Jan Spurk

Quatrième partie. Réflexivité et pratiques comparatives

Avant-propos

Texte intégral

1Les quatre chapitres qui suivent ont été réunis pour une raison fondamentale : tous donnent à voir en pratique le travail de distanciation qu’implique une démarche comparatiste dans lequel est engagé un chercheur qui, à un titre ou à un autre, n’est pas complètement étranger à son objet d’étude. Le premier chapitre de cette partie est ainsi le fait d’une chercheuse d’origine allemande, enseignante en France et qui travaille sur les couples mixtes franco-allemands. Le second est le fruit d’une collaboration entre deux chercheuses françaises et une hongroise qui mettent en comparaison leurs pays d’appartenance. Le troisième est signé par un universitaire qui travaille sur les universités et qui, de surcroît, propose un retour réflexif sur les effets de la demande sociale sur les pratiques de recherche comparative. Le quatrième enfin est le produit de deux sociologues du travail (dont l’un émarge aussi au registre de la science politique) qui posent un regard comparé sur deux traditions nationales de sociologie du travail. Ces quatre cas de figure sont une belle illustration des enjeux, classiquement évoqués et commentés par les sciences sociales, liés à l’action de connaissance d’un chercheur qui appartient pour partie à l’espace qu’il observe. L’objectif de cette partie est de mettre en exergue les multiples stratégies de recherche adoptées par les uns et par les autres pour gérer leur rapport singulier à l’objet d’étude.

2Dans l’étude qu’elle consacre aux mariages mixtes, B. Collet met en œuvre une double procédure qui lui permet de prendre une distanciation salutaire : passage d’une problématique centrée sur un objet (le mariage) à une interrogation qui donne priorité au processus (l’intégration) ; production d’une typologie à cas multiples qui présente l’avantage de ne pas polariser à l’excès les oppositions entre l’Allemagne et la France. A. Jacob, B. Rist et A. Simonyi contournent de même les risques de la dichotomie en proposant d’emblée, à l’encontre des intuitions politiques les plus immédiates, d’inscrire les deux pays étudiés dans une matrice analytique commune qui est celle de la civilisation industrielle. Relisant sur cet arrière-fond les transformations récentes du marché du travail, elles observent un « problème commun » : celui du malaise des travailleurs des services sociaux à l’heure de la crise de l’emploi. Cette entrée est alors pour elles un moyen de définir des mondes professionnels qu’elles jugent pertinent de mettre en équivalence avant de faire surgir des préoccupations générales similaires aux deux pays (faut-il par exemple lier étroitement travail et revenu ?) mais qui se déclinent de manière différenciée tant sur le plan institutionnel qu’en pratique.

3A. Gueissaz revient pour sa part sur les conditions de réalisation de deux enquêtes qu’il a menées au cours des années 1990 sur un terrain qui lui est familier : l’université. Il décrit par le menu ce qu’il nomme une « démarche ascendante, évolutive, ouverte, pragmatique et poursuivie dans la durée ». Cette façon de faire, dont il décrit en détail les implications, s’alimente à une triple stratégie de recherche : utiliser et se défier tout en même temps de son savoir indigène d’universitaire pour comprendre les différentes logiques organisationnelles qu’il observe en France et en Allemagne, favoriser les comparaisons « intra » et « inter » (intra-nationales pour éviter la facilité du diagnostic culturaliste, inter-institutionnelle pour sonder ce qui relève en propre par exemple du champ universitaire au regard des modes de fonctionnement d’organisations semblables comme les hôpitaux) et situer enfin les objets mis en comparaisons dans des trajectoires historiques. M. Dupré et O. Giraud proposent de mettre en œuvre, quant à eux, une autre réflexivité. Ils font le pari que le retour sur les conditions de production du savoir de leur discipline d’appartenance dans les pays qu’ils ont coutume d’étudier est aussi un façon pertinente d’évaluer la portée des travaux comparatifs sur la France et l’Allemagne. Ici aussi, la mise en perspective historique s’impose avec force. Elle est en tous les cas un détour obligé pour comprendre pourquoi l’on peut constater une convergence progressive des objets et des débats centraux pour la sociologie du travail et de l’emploi mais pourquoi également ce même mouvement s’accompagne assez paradoxalement d’une « indigénisation » des savoirs.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site