Version classiqueVersion mobile

Les capitaux de l’islam

 | 
Gilbert Beaugé

Deuxième partie. Études de cas et problèmes rencontrés

Chapitre 6. Les biens publics et la politique financière dans une économie islamique

Volker Nienhaus

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les économistes musulmans développent dans des études récentes1 une réflexion sur le rôle de l’État et les objectifs de la politique financière dans une économie islamique, qu’il est intéressant d’étudier, au regard de l’imposition, des dépenses publiques et du financement du déficit budgétaire.

L’IMPOSITION

Ni sous le prophète, ni sous les quatre califes « bien dirigés », l’État islamique ne préleva d’impôts sur les musulmans2. Le financement des dépenses publiques ne s’opérait pas au moyen de taxes obligatoires, mais grâce à des prestations volontaires, aux revenus de la propriété publique et aux prises de guerre3. Dans les débuts de l’islam, le volume des moyens financiers était tel que la question d’impôts additionnels ne se posait pas, le seul problème étant parfois de savoir comment dépenser judicieusement les moyens dont on disposait. Aucun principe d’imposition ne peut en effet être déduit directement ni du Coran ni de la Sunna.

Cette absence de principes d’imposition dans le C...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search