Version classiqueVersion mobile

Stratégies de la comparaison internationale

 | 
Michel Lallement
, 
Jan Spurk

Troisième partie. Méthodes et outils

Les comparaisons internationales des systèmes d’emploi : méthodes, controverses et renouveaux1

Jackie O’Reilly

Texte intégral

  • 1 La rédaction de cet article a débuté lors de mon séjour comme « Jean Monnet fellow » à l’Institut u (...)

1Cette contribution se propose d’illustrer et de discuter quelques thèses développées dans le champ de la sociologie du travail et, plus particulièrement, des recherches ayant eu pour objet les changements relatifs aux articulations entre le monde du travail et celui de la protection sociale. Cet article ne prétend pas fournir une présentation détaillée, ce qui serait impossible dans de telles limites, mais il s’efforcera de fournir un éclairage sur les structures intellectuelles qui sous-tendent les analyses dans un certain nombre de textes fondamentaux spécialisés dans ce domaine. Le champ de l’interrogation intègre des questions comme celle de l’impact de la restructuration du marché du travail à l’heure de la mondialisation, celle de la dynamique des ajustements institutionnels, celles des réformes de l’État-providence dans une perspective comparative cross-national…

2La première partie de l’article présente brièvement quelques points de controverse à propos des bases mêmes de la comparaison. Ces débats se sont cristallisés sur la pertinence de l’État-nation comme point de départ de la comparaison. Ils ont porté également sur la priorité et le caractère conceptuel accordés à la comparaison de groupes particuliers dans une société donnée et sur le point de savoir si le but d’une telle recherche devait porter sur la mise en évidence de différences ou de similarités entre ces groupes. La seconde partie de cet article examine de manière critique un ensemble de typologies utilisées en matière de recherche comparative. À partir de quelques exemples, il s’agira d’illustrer la manière dont les chercheurs ont construit un cadre analytique au travers duquel ils ont collecté et interprété leur matériel empirique. L’analyse de ces approches permet d’isoler différents éléments, qui permettent ensuite de questionner la pertinence de ces typologies. Par exemple, l’absence ou la mauvaise conceptualisation des relations de genre dans les principaux cadres établis ne peuvent que susciter l’étonnement. Forte de ces interrogations, nous tenterons une revue critique des critères utilisés pour comparer les systèmes d’emploi et leur potentiel de développement.

Faut-il changer de cadres d’analyse ?

Pourquoi comparer les États-nations ?

3Une des controverses récurrentes des recherches comparatives est relative au niveau d’analyse. Une longue tradition commune aux sciences politiques et à la sociologie consiste à prendre l’État-nation comme unité de base de la comparaison. Dans le cas de l’emploi, la justification est fondée sur la volonté d’identifier les caractéristiques associées à des systèmes de production plus ou moins efficaces (O’Reilly, 1996). Mais cet argument est-il toujours pertinent ? L’intérêt croissant porté à l’impact de la globalisation pousse certains auteurs à avancer que les transformations en cours amoindrissent le rôle et la capacité des États-nations. Pour eux, au-delà du regard posé sur les spécificités nationales, une plus grande attention devrait être portée à la mondialisation et à ses implications. De multiples façons, ces débats font écho à l’ancienne thèse de la convergence, telle qu’elle avait été énoncée par exemple par C. Kerr et al. (1960). Mais le nouveau rôle de certains acteurs économiques (les sociétés multinationales au premier chef) n’explique pas à lui seul l’interrogation critique sur l’État-nation comme espace de référence. L’accélération du processus d’intégration européenne, tant dans ses dimensions politiques, économiques que monétaires (passage à l’euro), pousse de plus en plus de chercheurs à mettre en valeur le rôle des structures organisationnelles supranationales.

4Avec le regard singulier qui est le leur, les spécialistes en géographie économique attirent l’attention pour leur part sur les différences régionales au sein des États-nations. Ces recherches remettent en question la réification du cadre national de production, de l’emploi et du chômage. Pour illustrer ces différences régionales, S. Duncan (1995) a apporté un éclairage intéressant fondé sur des réalités anglaises, allemandes et autrichiennes. La comparaison met nettement en évidence des « effets de région » relatifs aux structures d’emploi des ménages, aux revenus salariaux des hommes et des femmes et, enfin, aux taux de naissance hors mariage. F. Bettio et P. Villa (1998) ont observé des différences régionales similaires à l’occasion de travaux consacrés à l’emploi féminin et aux taux de fertilité dans les pays méditerranéens. Ce souci d’intégration de la dimension régionale n’est pas complètement nouveau. Mais il a véritablement gagné en importance depuis les années 1980 et 1990, grâce notamment aux travaux sur la « spécialisation flexible » en Italie, France, Grande-Bretagne et Allemagne (Piore, Sabel, 1984). Toutes ces recherches ont en commun de suggérer d’abandonner une vision trop nationale du travail et de l’emploi et cela pour mieux donner priorité à l’examen des spécificités locales des régimes de production. Une des hypothèses sous-tendant ce type d’approche est que le modèle autonome régional peut diverger du modèle national global. L’intérêt de l’étude de l’infranational consiste alors à mettre en évidence les germes et les dynamiques du changement socio-économique plutôt que de s’interroger, comme on le faisait souvent à une époque, sur les conditions de reproduction des modèles nationaux.

5Le raisonnement est similaire lorsque l’on se situe au niveau sectoriel. Aujourd’hui, nul ne peut soutenir sérieusement qu’un secteur d’activité, au sens large du terme, n’est que la reproduction stéréotypée d’un régime national de production. Comparer les secteurs de production entre eux, y compris au sein d’un même espace national, est devenu un moyen de renouveler la démarche comparative et par là même notre compréhension des modes nationaux de production et de gestion de l’emploi (Quack, O’Reilly, Hildebrandt, 1995 ; Hollingsworth, Schmitter, Streeck, 1994 ; Hollingworth, Boyer, 1997 ; Lallement, 1998, 1999). Cette façon de faire permet d’identifier les tensions et les dynamiques du changement, les nouvelles formes d’articulations entre le national, le sectoriel et le niveau de l’entreprise… C’est dans un tel esprit qu’A. Gregory et J. O’Reilly (1996), par exemple, ont comparé en France et en Grande-Bretagne l’utilisation du temps partiel dans deux secteurs très différents : la banque et le commerce de détail alimentaire. Ce faisant, ces deux chercheuses ont mis en évidence le fait qu’il y avait plus de points communs entre les secteurs dans chacun des pays qu’il n’y en avait entre les deux pays. Par exemple, les employeurs britanniques font un usage plus large du travail à temps partiel que ne le font les employeurs français ; ils peuvent aussi utiliser des contrats de travail de manière plus flexible qu’en France. Ce résultat signifie que, en dépit de l’existence d’effets sectoriels forts et d’un poids croissant de la globalisation sur les stratégies d’entreprise, le cadre national reste bien déterminant des pratiques économiques, notamment dans la manière dont les employeurs ont recours aux emplois flexibles. Pour comprendre la force de ces rémanences nationales, il convient d’analyser en fait les modes d’entrée spécifiques des femmes sur chacun des marchés du travail, les effets organisationnels liés, les différences entre les formes nationales de régulation du marché du travail… (Tilly, Scott, 1987 ; O’Reilly, 1994).

  • 2 Une conséquence inattendue de cette politique a été de provoquer des réactions à caractère xénophob (...)

6Comme le laisse deviner l’énoncé de ce dernier résultat, le choix du niveau pertinent de l’analyse a été et reste un point d’achoppement entre les chercheurs travaillant dans le domaine de la comparaison internationale. Sur ce plan, les positions sont variées. La plus œcuménique consiste à en appeler à une forme de pragmatisme méthodologique : les différents niveaux (supranational, local ou sectoriel) sont autant d’entrées intéressantes que l’on peut emprunter pour mieux comprendre le fonctionnement des marchés du travail. Ces entrées ne sont pas exclusives les unes des autres et tout résultat mérite, de toutes les manières, d’être resitué à l’aune du contexte national. À ce titre, il devient même intéressant de comparer l’incomparable comme, par exemple, les activités d’entreprises multinationales et celles d’opérateurs locaux d’emploi, l’impact de la régulation européenne (interventions, investissements…) et les effets des politiques régionales… Il est même certainement de bonne stratégie que de chercher à mieux comprendre, dans le domaine de l’emploi, comment s’articulent, se complètent, se contredisent… les différents acteurs et niveaux de régulation. On peut, pour s’en convaincre, prendre le cas de la formation professionnelle en Allemagne. Très développé, polyvalent, largement reconnu et même envié, le système de formation professionnel allemand se trouve aujourd’hui dans l’incapacité de produire un nombre suffisant de jeunes qualifiés pour le secteur high-tech. Afin de pallier cette insuffisance, le gouvernement a mis en place en 2000 des visas de travail spéciaux (les cartes rouges-vertes). L’objectif consiste à faciliter la venue de travailleurs qualifiés, salariés principalement originaires des Indes. Les syndicats se sont opposés à cette mesure en arguant du fait que le niveau de chômage est extrêmement élevé (quatre millions) et qu’il paraît donc contradictoire de chercher de la main-d’œuvre hors des frontières. La mesure n’est pourtant pas insensée. En raison d’une politique restrictive en matière de création de places d’apprentissage durant la récession des années 1990 (Michel, 2000), l’on observe bien des pénuries de main-d’œuvre dans un certain nombre de secteurs clés de l’économie allemande (machine-outil, soins aux personnes, etc.). Les effets de cette nouvelle politique des visas ont été moindres que souhaités : sur les 20000 visas offerts, seulement 2000 ont été retirés un an après. Il n’empêche. L’on voit jouer ici des articulations plus ou moins contradictoires entre des niveaux de régulation (le secteur, l’espace national de formation, le global), des politiques (de formation, d’entreprise, d’immigration…) et des acteurs dont les intérêts ne sont pas nécessairement convergents2.

7Bien que, avec l’apparition de problèmes concrets comme celui que nous venons d’évoquer, les acteurs économiques et politiques aient souvent plutôt tendance à utiliser des solutions qui leur sont familières (Dore, 1973), l’on constate que les anciennes recettes nationales destinées à réguler le marché du travail fonctionnent de moins en moins bien. Pour s’en persuader, il n’est qu’à observer les politiques qui affectent l’offre de travail, l’immigration, la fiscalité, la politique de l’emploi et même la politique familiale. Le constat que l’on peut faire est double. Tout d’abord, des pays comme la France, l’Allemagne les États-Unis ou la Grande-Bretagne continuent d’intervenir selon des lignes qui restent variées. Mais la mondialisation affecte bien de plus en plus ces façons de faire. Même si elle est encore faible et réservée à un public plutôt jeune et qualifié, la mobilité de la main-d’œuvre par-delà les frontières devient une réalité que les entreprises peuvent intégrer dans leur stratégie de gestion.

Qui comparons-nous et avec quels outils ? À propos du genre et de l’ethnie dans les études sur l’emploi

8En sociologie du travail, la recherche comparative – voire la recherche tout court – s’est traditionnellement focalisée sur une catégorie bien particulière de salariés : les hommes, qualifiés et ouvriers de la grande industrie. Le prisme de la classe sociale a été également très utile pour conduire ces travaux. En Allemagne, en Angleterre, en France…, de nombreux chercheurs ont ainsi examiné les facteurs associés à la formation des classes, à leur organisation, leur identité, leur conscience, leurs intérêts et leurs transformations. Utile pour comprendre les fondements et les dynamiques sociales du travail et de l’emploi, cette façon de faire n’en reste pas moins partielle dans la mesure où l’on a eu tendance à se concentrer à l’excès sur le cas des travailleurs masculins. Ce constat a été source de débats au cours de ces dernières années. Nos collègues britanniques se sont ainsi demandé comment intégrer les femmes dans un tel cadre analytique. Une question importante consiste par exemple à savoir si la position spécifique des femmes dans les hiérarchies sociales et si les formes plus discontinues d’emploi qui leur sont réservées permettaient d’en faire des objets d’observation similaires à leurs maris et à leurs pères, question redoutable et importante sur le plan méthodologique lorsque l’on s’intéresse par exemple à la mobilité professionnelle (Goldthorpe, 1983, 1984 ; Crompton, 1989, 1998).

9Une autre manière de bousculer les cadres habituels de la comparaison a consisté à articuler classes sociales et formes d’État-providence (Esping-Andersen, 1990 ; Skocpol, 1992). Comme cela a été déjà rappelé en introduction de cet ouvrage, un des concepts clés dans l’analyse de G. Esping-Andersen est celui de decommodification, terme qui évoque le point jusqu’où un individu peut trouver des ressources suffisantes pour vivre sans dépendre du marché. Pour intéressante qu’elle soit, cette approche pose aussi problème. Comme le faisait remarquer une virulente féministe, l’on oublie ici que les femmes ne sont pas « commodifiées » de la même manière. Les droits et les avantages obtenus par les hommes (travaillant à temps plein, sans interruption de carrière…) ne sont pas identiques à ceux des femmes qui occupent des formes d’emploi plus précaires et discontinues. Dans des travaux plus récents, G. Esping-Andersen (1999) a essayé de prendre en compte ce type de critique. Mais, de notre point de vue, l’auteur n’aboutit pas encore à une conceptualisation satisfaisante puisque l’avancée qui est proposée consiste à prendre en compte des formes familiales différentes d’un pays à l’autre mais pas véritablement à réfléchir sur les liaisons entre travail rémunéré et travail non rémunéré.

  • 3 J. O’Conner, A.S. Orloff et S. Shaver (1999) préfèrent, quant à eux, la notion d’autonomy à celle d (...)

10Pour avancer plus fermement dans cette direction, E. MacLaughlin et C. Glendinning (1996) ont suggéré de retenir, en analogie à la decommodification, la notion de familialisation. Parler alors de « familialisation » ou « dé-familialisation » permettrait de mettre bien davantage l’accent sur les frontières de vie des individus et de dépasser des typologies où la famille nucléaire et la famille patriarcale traditionnelle demeurent les références majeures3. Pour la comparaison des formes de travail et d’emploi, l’intérêt de ces approches féministes est évident : on élargit l’espace des recherches au-delà de la sphère de production et de la relation salariale. En incluant le travail domestique non rémunéré dans la sphère d’observation, il s’agit de comprendre autrement les relations formelles et informelles qui lient famille et bien-être social. Procéder de la sorte oblige à savoir qui, dans chaque unité familiale nationale, est davantage prédisposé à fournir un travail rémunéré, selon quelles conditions… L’on voit alors émerger des relations intéressantes, et longtemps méconnues, entre types de structures familiales, politiques sociales et politiques de l’emploi (Hantrais, Lohkamp-Himmighofen, 1999).

11Pour illustrer la fécondité de la démarche précédente, l’on peut évoquer par exemple la recherche d’E. Balls (1993). Ce dernier a attiré l’attention sur la diminution de la part relative des hommes dans la population active anglaise et sur l’augmentation simultanée des congés maladie et des retraits pour invalidité. Pour ce chercheur, ces pratiques de retrait du marché du travail peuvent s’analyser comme une forme de dissimulation du sous-emploi, sous-emploi directement imputable aux politiques de restructuration industrielle. Ces transformations signent le début du déclin du modèle familial dit du « gagne-pain masculin » (male breadwinner family model) et elles ont suscité, par la même occasion, un intérêt nouveau pour le « modèle du ménage sans travail » (workless household) (Gregg, Wadsworth, 1998 ; Crompton, 1999 ; Anxo, O’Reilly, 2000). Les implications liées à l’émergence de ce nouveau modèle ne sont pas minces. Ce dernier entraîne en effet une redistribution du travail rémunéré au sein des ménages ainsi qu’une plus grande diversité dans les caractéristiques des actifs en termes de genre ou d’origine ethnique.

12Pour des raisons qui tiennent à une histoire encore chaude (le mouvement des droits civiques des années 1960), les sociologues américains ont déjà largement pris en charge ces aspects ethniques dans l’analyse des relations de travail et d’emploi. Cela est moins vrai en Europe où ces thèmes sont plutôt réservés à ceux qui mènent des recherches sur l’immigration et sur les expériences d’implantation de communautés étrangères dans les sociétés post-coloniales. Les spécialistes de la comparaison des marchés du travail auraient certainement tout à gagner à s’inspirer largement de certains de ces travaux. Ceux d’A. Dale et C. Holdsworth (1998) mettent en évidence, par exemple, l’existence de relations fortes entre origine ethnique des salariés et statut dans l’emploi. Au Royaume-Uni, les formes et les modes d’intégration de la main-d’œuvre varient considérablement suivant les groupes ethniques. Par exemple, les femmes blanches occupent plus souvent un emploi à temps partiel que les femmes afro-caribéennes (davantage employées à temps plein). R. Blank (1998) montre que c’est également le cas aux États-Unis. J. O’Conner, A.S. Orloff et S. Shaver (1999) ont noté quant à eux que, en ce domaine, les questions centrales en recherches comparatives diffèrent suivant les pays et dépendent largement des problèmes qu’une société donnée perçoit comme les plus importants.

Construire de nouveaux cadres analytiques pour de nouvelles recherches comparatives

13En recherche comparative, un débat ancien perdure. Il oppose ceux qui cherchent des convergences, des tendances universelles et donc des similarités et ceux qui accordent plus d’importance aux divergences et aux différences liées aux chemins empruntés dans le cadre des politiques de développement (O’Reilly, 1996 ; Maurice, Sorge, 2000). Cette controverse n’est pas purement académique. Ses implications politiques sont réelles. Les études comparatives dans les champs de l’emploi et de la protection sociale ont été souvent motivées par le souci de recherche de « meilleures pratiques ». Et l’on s’est souvent appuyé à cette fin sur des batteries d’indicateurs destinés à mesurer les performances. L’objectif est, in fine, le transfert des « bonnes manières de faire » vers les pays les moins efficients. Ces transferts existent depuis longtemps déjà. Que l’on pense à l’importation du taylorisme et du fordisme en Europe au début du xxe siècle (Whiteside, Salais, 1998), à l’influence décisive du modèle allemand sur les relations de travail japonaises (Lehmbruch, dans ce volume) ou encore, plus récemment, à l’adoption de méthodes de gestion japonaises du travail et de l’emploi dans les pays occidentaux (Speckesser, Schütz, Schmid, 1998 ; Plantenga, Hansen, 1999). À l’heure actuelle, les recettes à la mode pour solutionner les problèmes de chômage se succèdent les uns après les autres et il n’est pas rare que l’on y associe un pays exemplaire (la Suède, le Danemark, les Pays-Bas, l’Irlande…) (Schmid, Schömann, 1999 ; Nolan, O’Connell, Whelan, 2000). Les observateurs avertis savent bien, cependant, le poids de l’histoire et des caractères idiosyncrasiques à même de justifier ces réussites nationales. Dans le cas des Pays-Bas, J. Visser et A. Hemerijck (1997) ne cachent pas, par exemple, que le « miracle néerlandais » est avant tout le produit de la nature spécifique des problèmes et des dispositifs institutionnels propres à leur pays et qu’il serait erroné, par voie de conséquence, de vouloir exporter des recettes toutes faites à l’étranger.

14Si, à l’instar de ces deux collègues néerlandais, les chercheurs sont bien conscients des risques et enjeux associés à la pratique de la comparaison, évitent-ils systématiquement tout travers, à commencer par celui de l’ethnocentrisme ? Par exemple, les typologies aujourd’hui utilisées d’abondance ne recèlent-elles pas des biais contestables ? Pour répondre à ces questions et examiner dans le même temps comment les cadres de l’analyse comparative de l’emploi ont évolué, nous allons discuter maintenant cinq stratégies de comparaison qui ont été utilisées au cours de ces dernières années.

L’analyse sociétale

15L’analyse sociétale, dont il est largement question dans de nombreux autres chapitres de cet ouvrage, est la première de ces stratégies. De notre point de vue – mais il n’est pas certain que les chercheurs concernés partagent une telle opinion – la démarche sociétale revêt un caractère plutôt holiste. L’hypothèse centrale est, on le sait, qu’il ne fait guère de sens de comparer des institutions terme à terme d’un pays à l’autre. La méthode pertinente consiste à resituer chaque institution dans le cadre d’une configuration sociétale. Mais les acteurs ne sont pas éliminés de l’analyse : pour reprendre les termes de M. Maurice, F. Sellier et J.J. Silvestre (1982), ces derniers entrent dans la construction du général sans perdre aucune de leur spécificité. Parce qu’ils savent repérer les relations entre l’acquisition de qualifications et l’organisation de la hiérarchie dans les établissements de production français et allemands qu’ils ont comparés, les chercheurs ont toute légitimité pour faire dialoguer le niveau micro (celui de l’entreprise) et le niveau macro (les institutions nationales). Au total, l’avantage de cette approche pour la recherche comparative est de mettre en lumière les différents types de contraintes ou d’incitations que rencontre un ensemble particulier d’acteurs au sein de systèmes sociétaux différents.

  • 4 Le constat n’est pas nouveau. Déjà, en 1972, J. Bouteiller, J.P. Daubigney et J.J. Silvestre avaien (...)

16Pour stimulante qu’elle soit, la stratégie sociétale n’en suscite pas moins des critiques. J. Rubery (1994) pose par exemple la question de l’effet induit, dans ce schéma d’analyse, par la prépondérance accordée au système éducatif. Selon elle, les résultats de la comparaison France-Allemagne n’auraient pas été nécessairement similaires à l’examen d’autres systèmes sociétaux où les divisions du système éducatif ne sont pas, comme c’est le cas en France, autant reliées à la structure de l’emploi. Une remarque similaire peut être adressée à propos de la place des femmes dans la comparaison. A. Kieffer et C. Marry (1996) ont montré que la qualification des femmes est plus dévaluée en Allemagne qu’en France, résultat qui entre en contradiction avec la logique du modèle d’emploi masculin initialement retenu pour construire la recherche fondatrice de l’école sociétale. Autre contradiction : en France, une plus grande polarisation entre hautes et basses qualifications et une plus large dispersion des salaires caractérisent les salariés hommes français en comparaison de leurs alter ego allemands ; or le contraire est vrai pour les femmes. Les femmes françaises, et spécialement celles qui sont situées dans le bas de l’échelle salariale, retirent un meilleur profit de leur formation professionnelle que les femmes allemandes4. Ajoutons que, en Allemagne de l’Ouest, la pression du « modèle familial bourgeois » est beaucoup plus forte qu’en France. Ceci explique les résultats précédents mais également le fait que les femmes allemandes vivent des trajectoires professionnelles beaucoup plus discontinues qu’en France (Daune-Richard, 1998 ; Pfau-Effinger, 1998).

17Au total, comme le suggère C. Marry (1993 a et b, voir aussi sa contribution au présent ouvrage), l’analyse sociétale demande à être revisitée pour mieux prendre en compte les relations de genre et mieux éclairer par là même les différentes formes de mobilisation des hommes et des femmes sur le marché du travail, les inégalités dans le partage des tâches domestiques… La même faiblesse peut être notée à propos des systèmes de protection sociale dont on sait combien ils peuvent être déterminants pour les régulations de l’emploi (O’Reilly, 1994 ; Rubery, 1994, 1998). Sur un registre similaire, l’on pourrait plaider en faveur d’une meilleure prise en compte d’une variable déjà évoquée précédemment, à savoir l’origine ethnique. L’on sait l’importance des migrations pour les faits de travail et d’emploi : Algériens chez Renault en France, Gastarbeiter polonais ou turcs chez Volkswagen en Allemagne, travailleurs asiatiques dans les usines Nissan en Grande-Bretagne… L’identité que ces travailleurs emportent avec eux à l’usine est toujours « accommodée » de manière différente selon les stratégies de gestion, les politiques d’intégration… qui prévalent dans une configuration sociétale donnée.

18On a certes beau jeu, nous en avons conscience, de souligner les multiples variables qu’il conviendrait d’intégrer dans l’analyse sociétale, au risque certainement de perdre en cohérence ce que l’on gagnerait en pertinence. Mais, à l’instar de A. Dale et C. Holdsworth (1998), il nous semble important de souligner que la prise en compte de ces variables de genre ou d’ethnie permet de redire avec force combien les institutions hors de la firme forment l’identité et déterminent la disponibilité de la main-d’œuvre et combien ces facteurs affectent la façon dont le travail est organisé au sein de l’entreprise. Le risque d’une telle position est de paraître trop fixiste. Telle est une autre critique que l’on peut effectivement adresser à l’analyse sociétale. Cette stratégie de comparaison n’est-elle pas proche en effet des thèses de la « dépendance du sentier » (path dependency), thèses en vertu desquelles le changement social est étroitement contraint par les chemins institutionnels empruntés par le passé ? Une telle approche est souvent critiquée parce qu’elle laisse peu de place, en fait, à l’étude des transformations de fond. Cela est sans doute moins évident qu’il n’y paraît (Sainsbury, 1996 ; Sorge, 2000). Il est sûr en revanche que ce type de critique peut justifier l’adoption d’une autre stratégie de recherche comparative que nous examinons maintenant : celle des idéaux-types.

La méthode des idéaux-types

  • 5 Voir également, à propos de cette typologie, l’introduction de cet ouvrage.

19Depuis les travaux méthodologiques de M. Weber, l’utilisation d’idéaux-types est, pour la recherche en sciences sociales, une méthode maintenant traditionnelle. Dans le domaine qui nous intéresse, c’est surtout en économie politique que l’on a vu de nombreuses recherches comparatives se saisir de cet instrument afin d’opérer des analyses des capitalismes contemporains. Dans cet esprit, D. Soskice (2000) distingue les économies de marché coordonnées (Coordinated Market Economies – CME) et les économies de marché non coordonnées (Uncoordinated Market Economies – UME)5. Les CME comprennent deux sous-types : d’un côté, les pays du nord de l’Europe qui appartiennent au groupe des « économies coordonnées par les branches » (Industry Coordinated Economies) ; de l’autre, le Japon et la Corée du Sud qui sont des « économies coordonnées par les firmes » (Group Coordinated Economies).

20À chacune de ces configurations idéal-typiques, correspondent des relations entre institutions qui sont déterminantes pour l’emploi. Dans les CME, les relations financières se gèrent sur un horizon de long terme, les relations professionnelles sont fondées sur la coopération, il existe un système performant de formation professionnelle initiale ainsi que des modes de coopération entre entreprises dont l’objectif est l’élaboration de standards pour la conception et la mise en œuvre de technologies communes. Ces dispositifs s’inscrivent dans des cadres nationaux qui assurent des complémentarités fonctionnelles entre acteurs et institutions. Cette interdépendance n’empêche pas le changement mais elle limite le nombre possible des « constellations » institutionnelles. Les économies de marché non coordonnées (UME), présentent une image inverse des CME. On peut les associer aux économies libérales de marché (Liberal Market Economies – LME). Ici, les systèmes financiers imposent des horizons de court terme et une forte prise de risque, les marchés du travail sont dérégulés, les relations professionnelles sont faibles, le système de formation professionnelle est peu développé et la forte concurrence entre les entreprises limite, enfin, les possibilités de coopération.

  • 6 Sans même évoquer la politique économique et ses impacts multiples, nous savons bien pourtant, à l’ (...)

21Cette approche est très attrayante, en ceci qu’elle est susceptible d’expliquer simplement le succès des économies allemande et japonaise durant les années 1980 avec, en contrepoint, le déclin des économies libérales comme celles des États-Unis et du Royaume-Uni. On peut cependant se poser la question de savoir si cette typologie ne se résume pas finalement à une comparaison de l’Allemagne, des États-Unis et du Royaume-Uni, les autres pays étant simplement « groupés » autour de cette dichotomie anglo-germanique. De surcroît, comme B. Hancké et D. Soskice (1996) le reconnaissent, il est difficile de situer la France dans cet ensemble (comme, au demeurant, dans de nombreuses autres typologies). Ajoutons que, parce qu’elle ignore peut-être trop les effets des politiques économiques et sociales6, une telle conceptualisation ne permet pas non plus de comprendre le déclin de quelques pays de la catégorie CME tels que l’Allemagne et le Japon ni, à l’inverse, le succès rencontré par les États-Unis et le Royaume-Uni. Il faut observer, enfin, que cette stratégie des idéaux-types centre toute son attention sur la gouvernance des grandes entreprises (corporate governance) et sur le noyau dur des salariés des marchés internes. Par voie de conséquence, elle néglige le rôle des marchés secondaires du travail, marchés pourtant importants dans les régulations économiques, y compris dans des pays comme l’Allemagne et le Japon (Gottfried, O’Reilly, 2000).

22Un autre exemple concret d’application de la méthode par les idéaux-types est redevable à J. Lewis (1992) et à J. Lewis et I. Ostner (1992). Ces auteurs classent les pays selon l’importance du male breadwinner model. Ils comparent, par exemple, la manière dont les allocations sont payées (directement aux femmes ou non), le mode de calcul de l’impôt (fondé sur le revenu du ménage ou individualisé)… Sur la base d’une comparaison européenne, ils soutiennent que la dépendance envers les hommes est la plus forte dans les pays qui favorisent l’implication des femmes dans le travail domestique non rémunéré. L’intéressant est que ces recherches débouchent sur des classifications différentes de celle de G. Esping-Andersen (1990). Du point de vue de ces deux auteurs, les pays « corporatistes conservateurs » comme l’Allemagne et les pays « libéraux » comme le Royaume-Uni et l’Irlande que l’on a coutume d’opposer ont en fait pour point commun d’imposer un modèle d’activité masculin qui encourage le retrait des femmes hors du marché du travail. Dans les pays sociaux-démocrates (tels les pays scandinaves), à l’inverse, le revenu familial est dual et la domination masculine beaucoup plus faible. Quant à la France – exception une fois encore ! –, elle concilie des dispositifs « mixtes » qui permettent aux femmes soit de travailler à temps plein, soit de se retirer du marché du travail.

  • 7 Cette méthode des idéaux-types a également été utilisée par N. Fraser (1997) pour tenter d’imaginer (...)

23Ici aussi, si la démarche est intéressante à considérer, l’on ne peut éviter de s’interroger sur de multiples plans : rassemblement dans des mêmes catégories de pays très hétérogènes (y compris du point de vue des taux d’activité féminins) (Fagan, O’Reilly, Rubery, 1998), limites méthodologiques quant au principe de définition de la force du modèle du male breadwinner (Duncan, 1995), attention davantage portée en fait sur les femmes que sur les relations de genre proprement dit (O’Conner, Orloff, Shaver, 1999)… J. Lewis n’a pas été insensible aux critiques, notamment à celle qui pose la question de la pertinence d’une classification fondée sur des dispositifs de politique publique. En 1997, elle a participé à un travail collectif dans lequel il est montré que des dispositifs institutionnels similaires peuvent avoir des effets différents. Ceci est bien illustré par la comparaison entre la France et l’Allemagne. Les deux pays ont tous les deux un système d’imposition qui encourage le retrait d’activité des mères de famille. Malgré cela, le taux d’activité féminin en France demeure plus important et le travail à temps plein féminin y est plus développé (Dingeldey, 1999)7.

La construction d’espaces de comparaison à deux dimensions

24En comparaison des deux précédentes, la troisième stratégie de recherche que nous pouvons distinguer est fondée sur un recours plus substantiel à l’histoire. Celle-ci a été éprouvée par C. Crouch (1993). Pour comparer des styles nationaux de relations sociales et organisationnelles, C. Crouch a recours à trois concepts clés : la contestation, le pluralisme et le corporatisme. C. Crouch croise ensuite deux axes qui lui permettent de produire une classification des systèmes de relations professionnelles en Europe. Le premier axe mesure la force ou la faiblesse de la syndicalisation, le second le degré d’articulation entre le capital et le travail. L’espace qui se dessine alors est le suivant. Dans un premier bloc, l’on distingue les pays scandinaves (et dans une moindre mesure l’Autriche), pays qui bénéficient d’une longue tradition de collaboration entre le pouvoir syndical et les organisations d’employeurs. Cette catégorie est nommée « néocorporatisme avec forte syndicalisation ». L’Allemagne et les Pays-Bas ne peuvent se vanter de taux de syndicalisation aussi élevés que dans le cas précédent mais les liens entre employeurs et syndicats sont presque aussi serrés : c’est le modèle du « néocorporatisme avec faible syndicalisation ». Au Royaume-Uni et en Irlande, troisième cas de figure, la puissance syndicale va de pair avec de faibles collaborations entre syndicats et organisations patronales. Nous avons affaire ici au schéma de « négociations pluralistes » ou de « contestation instable » en raison de ses effets parfois déstabilisateurs. En France et, dans un degré moindre, en Espagne, les syndicats sont faibles comme l’est également l’articulation syndicats-patronat. C. Crouch nomme « négociations pluralistes » ou « contestation stable » ce type de configuration.

25La classification de C. Crouch est fondée sur la base d’une analyse comparative riche et stimulante qui prend en compte l’évolution historique des systèmes de relations professionnelles. L’autre intérêt de cette grille est de pouvoir servir à décrypter l’impact des processus de modernisation politiques et économiques sur les différents systèmes européens de relations professionnelles. Cette façon de faire soulève néanmoins, elle aussi, un certain nombre de questions importantes. Ici encore, le fondement du raisonnement porte sur les réalités de systèmes d’emploi masculins. Or, il n’est pas certain que les avantages habituellement attribués aux systèmes corporatistes soient aussi importants lorsque l’on prend en compte les conditions d’emploi des femmes (Gottfried, O’Reilly, 2000). C’est pourquoi J. Rubery et C. Fagan (1995) proposent d’introduire une dimension de « genre » dans ce type d’analyse : il serait possible, par exemple, de prendre en compte les différentiels de salaire homme-femme, l’importance des ségrégations professionnelles, le rôle de la législation sur l’égalité des chances… pour comparer autrement – ou au moins plus finement – les relations professionnelles d’un pays à l’autre.

26Une autre façon d’améliorer les typologies à la C. Crouch consiste, à la façon de B. Ebbinghaus (1998), à rapprocher systèmes de relations professionnelles et systèmes de protection sociale. La voie est effectivement intéressante à explorer si l’on veut bien considérer que, si l’impact de l’action des groupes d’intérêts organisés sur l’extension de l’État-providence est bien connu, peu de choses ont été dites en revanche sur la façon dont les régimes de politique sociale ont transformé les relations professionnelles. C’est sur fond d’une telle interrogation que B. Ebbinghaus propose quatre modèles. Le premier est celui de la « société du travail ». Il s’agit d’une combinaison entre un État-providence social-démocrate et un système de relations professionnelles néocorporatiste de type nordique. Des sociétés comme la Suède, le Danemark, la Norvège et la Finlande, partagent des caractéristiques similaires : haut niveau d’emploi, taux d’activité féminin important, faible « différentiel de genre »… Ce modèle est caractérisé par un recours élevé au temps partiel, un secteur public important et un modèle d’entrée précoce dans (et de sortie tardive de) la vie active.

27Le second modèle est celui du gagne-pain. Il rassemble l’Autriche, l’Allemagne, les Pays-Bas et dans une moindre mesure la Belgique et la Suisse. Ces pays combinent des États-providence chrétiens-démocrates avec un partenariat social de type continental. Le ratio taux d’emploi masculin-féminin est moyen, l’emploi non salarié est important, le recours au temps partiel l’est également, le secteur public est moyennement développé et l’on constate une entrée et une sortie précoces de la vie active. Le troisième modèle est appelé « modèle du libre marché ». Les indicateurs sont les suivants : un niveau d’emploi élevé, une différence homme-femme qui s’amenuise, de hauts niveaux de temps partiel, un secteur public en voie de privatisation, une entrée précoce sur le marché du travail et un système d’accords de préretraites parfois financées par le privé. La Grande-Bretagne et l’Irlande sont deux pays qui symbolisent cette catégorie. Le quatrième groupe, enfin, correspond au « modèle de subsidiarité familiale ». L’auteur y range l’Italie et l’Espagne et il considère que, dans une moindre mesure, le Portugal et la France relèvent de cette catégorie. Ce dernier modèle associe un État-providence « résiduellement catholique » et des systèmes de relations professionnelles typiquement latins. Le niveau d’emploi est moyen, celui de l’emploi non salarié plus élevé, le différentiel homme-femme est faible ou moyen, le taux de temps partiel faible ou moyen également, le secteur public est important et l’on observe un haut niveau de chômage des jeunes ainsi que des trajectoires de vie fortement déterminées par le genre.

28On perçoit ici toute la lourdeur de la machinerie typologique. Mais l’objectif consiste moins à classer qu’à identifier des affinités électives (Wahlvervandtshaften) entre systèmes de relations professionnelles et systèmes de protection sociale dans les différents pays mis en comparaison. Pour y parvenir, l’auteur constate que des problèmes globaux similaires ont conduit chaque pays à adopter des stratégies différentes sans que l’on puisse jamais évoquer un one best way en la matière. Il note ensuite que si des relations de système lient bien les institutions de chaque pays et associent de la sorte évolution de la protection sociale et transformation des relations professionnelles, cela ne signifie pas absence de tensions voire de contradictions à même de catalyser le changement. Il n’est pas exclu, par exemple, d’observer ici ou là un mouvement conjoint de décentralisation de la négociation collective et de centralisation du système de sécurité sociale.

La catégorisation des pays selon le type d’État-providence : réflexions autour des travaux de G. Esping-Andersen

29Bien connu maintenant, le travail de G. Esping-Andersen (1990) se différencie des trois stratégies précédentes par un choix plus univoque qui consiste à s’intéresser avant tout aux États-providence. G. Esping-Andersen en recense trois types : le libéral, le social-démocrate, le conservateur. Depuis, l’auteur a modifié sa typologie pour y intégrer les pays du sud de l’Europe et les formes distinctives ou hybrides des systèmes de protection sociale japonais ou asiatique (Esping-Andersen, 1997, 1999). Une des forces reconnues de son approche consiste à mettre en étroite relation, particulièrement pour les femmes, le financement de la protection sociale et le fonctionnement du marché du travail. Ainsi, les États-providences libéraux dépendant du marché sont moins à même de créer des opportunités d’emploi pour les femmes dans le secteur privé, tandis que, dans les régimes sociaux-démocrates, la probabilité de trouver des emplois pour les femmes dans le secteur public est plus forte. Les États conservateurs encourageant le retrait des femmes du marché du travail, ces dernières assurent des services non payés à l’intérieur de leurs foyers domestiques. Dans les pays d’Europe du Sud, les États peuvent être caractérisés par le rôle de la famille qui protège contre des risques qui, dans d’autres sociétés, sont pris généralement en charge par l’État.

30Les critiques à l’encontre de cette approche sont nombreuses (Duncan, 1995 ; Fagan, O’Reilly, 1998…). Deux d’entre elles méritent attention. En vertu de la première (Duncan, 1995 ; Daly, 1997), la catégorisation retenue par G. Esping-Andersen pose problème car elle se limite en fait à la description de quelques pays clés, en l’occurrence les États-Unis (modèle libéral), l’Allemagne (modèle conservateur) et la Suède (modèle social-démocrate). Pour les autres pays, la classification est quelque peu forcée. D’où les questions suivantes : ces catégories doivent-elles être considérées comme des idéaux-types ? les pays observés doivent-ils rester à l’étroit dans une seule catégorie ou peuvent-ils appartenir à plusieurs catégories ? comment situer des pays comme la France ou le Japon ?, etc. Des travaux relativement récents ont tenté de partir des catégories de G. Esping-Andersen pour analyser l’évolution des régimes de protection sociale dans les pays « libéraux » (O’Conner, Orloff, Shaver, 1999), pour rendre raison des États-providence scandinaves (Ellingsaeter, 1998), pour étudier les politiques familiales (Siaroff, 1994), pour comparer les systèmes de relations professionnelles (Anxo, O’Reilly, 2000 ; Fagan, O’Reilly, Rubery, 1998)… mais, dans tous les cas, l’on aboutit à des interrogations similaires et à des insatisfactions (incapacité à faire entrer différents pays dans les catégories) qui finissent par remettre en question le cadre proposé par G. Esping-Andersen.

31Les travaux de J. Gornick, M. Meyers et K. Ross (1997) fournissent une bonne illustration de la remarque précédente. L’objectif de cette recherche est de tester et de comparer de manière empirique les politiques familiales et l’emploi féminin dans quatorze pays industrialisés. Les auteurs prennent en considération dix-huit mesures de politique publique afin de construire des indices synthétiques (à l’aide de paramètres comme les congés parentaux, la politique de l’enfance, le rythme scolaire…). Ils croisent d’abord ces indices avec le niveau des allocations d’assistance versées aux familles avec enfant(s). Ils montrent alors que l’importance de la pauvreté infantile diminue lorsque l’opportunité pour les femmes de travailler augmente (comme c’est le cas en Suède, au Danemark et en France). À l’inverse, dans des pays comme les États-Unis, le niveau de pauvreté infantile est beaucoup plus élevé en raison de la faiblesse des aides financières et du peu d’incitation à l’emploi continu pour les femmes mères de famille.

32Les chercheurs esquissent également une typologie dont l’ambition est de classer les pays selon les impacts des dispositifs sur l’emploi des mères de famille. Ils distinguent tout d’abord les pays disposant de l’ensemble le plus complet de politiques combinant la protection de l’emploi, le salaire maternel de remplacement, les congés parentaux étendus et/ou un système public de protection de l’enfance. Ces conditions sont réunies en Belgique, au Danemark, en Finlande, en France et en Suède où les femmes ont le plus de chance de bénéficier d’un modèle d’emploi continu. Viennent ensuite des pays intermédiaires qui proposent des politiques « modérément généreuses » en termes de congés de maternité et de protection de l’emploi. Dans ces pays, les systèmes de protection et de garde sont si limités qu’il est très difficile pour les femmes de revenir à l’emploi (sauf à travailler en horaires réduits). Dans le dernier groupe, celui des pays anglophones, les allocations gouvernementales sont particulièrement limitées. Le fait le plus troublant est que si l’on compare enfin les mesures pour l’enfance en considérant leur caractère préscolaire ou post-scolaire, le classement des pays change encore. Les pays qui favorisent le retour à l’emploi précoce des mères conservent leur place mais la position des États-Unis et du Royaume-Uni s’améliore en raison de la scolarisation précoce des enfants et la pratique de longues journées et de longues années scolaires. La conséquence inattendue de cet engagement est une prise en charge des enfants qui rend possible le retour des femmes à l’emploi ou l’augmentation de leur temps de travail. In fine, alors même qu’ils empruntent une démarche qui est largement débitrice de l’approche prônée par G. Esping-Andersen, J. Gornik, M. Meyers et K. Ross obtiennent des résultats qui les autorisent à critiquer le modèle de ce dernier au nom de la fluctuation des catégorisations que l’on peut observer dès lors que l’on introduit des variables nouvelles que l’on peut tenir pour déterminantes des systèmes de protection sociale.

Le Benchmarking

33La dernière stratégie de comparaison se distingue des autres par son caractère plus ouvertement normatif. Le Benchmarking est une méthode qui a été initialement développée dans le secteur privé industriel afin de pouvoir établir les meilleurs standards de qualité en matière de production et d’organisation du travail. Cette démarche a été récemment adoptée pour évaluer la mise en œuvre et l’efficience des politiques publiques, particulièrement celles affectant le marché du travail et l’égalité des chances (Speckesser, Schütz, Schmid, 1998 ; Tronti, 1998 ; Plantagena, Hansen, 1999 ; Storrie, Bjurek, 2000). J. Plantagena et J. Hansen, par exemple, portent intérêt à l’égalité des chances sur le marché du travail. À l’aide d’une batterie d’indicateurs (taux d’emploi des femmes rapporté au taux d’emploi masculin, taux d’emploi des mères avec de jeunes enfants, concentration relative des femmes dans les métiers d’encadrement ou de direction rapportée à celle des hommes, différentiel salarial homme-femme, etc.), ils établissent des scores jugés comparables du point de vue de la discrimination homme-femme. Ils croisent ensuite ces variables avec des données qui reflètent des réalités plus structurelles propres aux différents pays étudiés. J. Plantagena et J. Hansen sont bien conscients des limites de cette approche. Ils reconnaissent, par exemple, que si l’on définit l’égalité entre homme et femme à partir de l’absence de différentiel, on occulte l’importance des niveaux absolus des faits mesurés. En Irlande, par exemple, la différence entre taux de chômage masculin et taux de chômage féminin est faible mais ce taux est particulièrement élevé dans les deux cas : 15,1 % pour les hommes, 16 % pour les femmes. En Autriche, à l’inverse, le taux de chômage féminin est beaucoup plus élevé que celui des hommes. Mais les niveaux n’ont rien à voir avec les précédents : le taux de chômage des hommes atteint 3,5 %, celui des femmes 5,3 %.

34Persuadés malgré tout de l’intérêt de leur méthode, les auteurs rationalisent leurs résultats à l’aide de représentations graphiques (diagrammes « radars ») et établissent un index SMOP (Surface Measure of Overall Performance) qui permet de classer les pays par mérite. Au sein de l’Union européenne, les mauvais élèves (score inférieur à la moyenne) sont l’Italie, la Grèce, l’Espagne et les Pays-Bas (tous pèchent par carence en matière d’assistance à l’enfance). Les pays en position moyenne sont l’Irlande, l’Allemagne, la Belgique et la France. En tête, l’on trouve le Royaume-Uni, la Finlande, le Luxembourg, l’Autriche et le Portugal. Le faible taux de chômage féminin en Grande-Bretagne et en Autriche explique la bonne performance de ces deux pays. Quant au Portugal, il doit son succès au fort taux de femmes travaillant à temps plein. Répétons, encore une fois, que les auteurs de cette méthode qui a été soumise à critique (Rubery, 1999 ; Tronti, 1998), sont conscients de sa fragilité. Ils pensent cependant que la méthode est assez fiable pour permettre une évaluation continue des politiques tendant à une égalité homme-femme.

* * *

35Au terme de ce parcours consacré à l’examen de quelques méthodes d’analyse comparative des systèmes d’emploi, il nous faut constater combien la parcimonie des explications fournies à l’appui des typologies produites limite souvent la portée des résultats obtenus. Bien souvent la comparaison réduit chaque pays à quelques grandes caractéristiques et enferme chacun d’entre eux dans une trajectoire particulière. La conséquence est que ces perspectives comparatives n’aident pas toujours à la compréhension du succès apparent de certaines nations comme, par exemple, le Royaume-Uni ou les Pays-Bas. L’inverse est vrai s’agissant de pays, tels le Japon et l’Allemagne, que l’on a plutôt coutume de louer pour les cercles vertueux que leurs institutions nourrissent. Ces constats nous renvoient directement aux questions posées dans la première partie de cette contribution : celles de la pertinence du cadre de l’État-nation pour la comparaison, celles des articulations toujours mal connues entre restructurations des marchés du travail et réformes des États-providence…

36En bref, il nous semble que toute une série de questions reste aujourd’hui en suspens lorsque l’on examine la littérature spécialisée sur la comparaison internationale des systèmes d’emploi : quelle est la base conceptuelle de la classification des pays ? quel type de population privilégie-t-on dans la comparaison ? comment expliquer que, dans de nombreux cas, des pays s’insèrent mal dans les typologies proposées ? ne faut-il pas homogénéiser et rendre plus explicites les critères de construction des typologies ? comment articuler analyse comparative et changement social ? Par delà ces questions, la leçon finale que nous tirons au terme de notre réflexion est la suivante. La complexité des sociétés modernes reste un obstacle décisif à toute velléité de modélisation définitive. C’est pourquoi toutes les méthodes et typologies que nous venons de présenter n’ont d’intérêt que regardées avec un minimum de scepticisme. Sans pour autant verser dans le nihilisme, il nous apparaît finalement que la vertu heuristique de ces stratégies de la comparaison se mesure autant aux résultats qu’elles produisent qu’aux difficultés méthodologiques et épistémologiques qu’elles signalent.

Notes

1 La rédaction de cet article a débuté lors de mon séjour comme « Jean Monnet fellow » à l’Institut universitaire européen de Florence. Je suis particulièrement reconnaissante pour les discussions que j’ai pu avoir avec C. Crouch et ses étudiants. Je remercie également J. Rubery pour ses commentaires et les participants au séminaire « Comparaisons internationales » organisé à Paris dans le cadre d’un programme CNRS et dans la perspective de la préparation de cet ouvrage. Ce texte a été traduit par G. Lefèvre, avec la coopération d’A. Jacob.

2 Une conséquence inattendue de cette politique a été de provoquer des réactions à caractère xénophobe. Le slogan Kinder statt Inder (« les enfants et non les Indiens ») a été mis en avant par certains à l’occasion d’élections locales en Hesse.

3 J. O’Conner, A.S. Orloff et S. Shaver (1999) préfèrent, quant à eux, la notion d’autonomy à celle de familialisation. Réfléchir en termes d’autonomie a pour avantage d’indiquer comment des individus peuvent former et participer à l’entretien d’un ménage avec enfants, sans avoir à se marier ou à nouer d’autres relations familiales. À ce sujet, voir aussi A.S. Orloff (1993).

4 Le constat n’est pas nouveau. Déjà, en 1972, J. Bouteiller, J.P. Daubigney et J.J. Silvestre avaient montré que la dispersion des salaires parmi les employées est plus forte en Allemagne qu’en France.

5 Voir également, à propos de cette typologie, l’introduction de cet ouvrage.

6 Sans même évoquer la politique économique et ses impacts multiples, nous savons bien pourtant, à l’instar d’I. Mares (1996), que les entreprises savent utiliser des dispositifs tels que les préretraites, l’indemnisation du chômage, le chômage partiel, pour faciliter des ajustements de la force de travail.

7 Cette méthode des idéaux-types a également été utilisée par N. Fraser (1997) pour tenter d’imaginer dans quel ordre post-industriel nous entrons et quel État-providence serait le plus à même de promouvoir de façon plus égalitaire les rapports entre hommes et femmes. L’auteur considère ainsi deux modèles potentiellement féministes. Le premier modèle, qui constitue l’implicite du féminisme libéral, est celui du gagne-pain universel (universal breadwinner model). Le but est d’aller vers une équité entre hommes et femmes en promouvant l’emploi féminin. La pièce centrale de ce modèle est le financement étatique de services (tels que les dispositifs de garde pour les enfants) qui doivent rendre les femmes disponibles pour occuper un emploi. En contraste, le « modèle de parité dans le travail domestique et les soins aux enfants » (care giver parity model) propose de promouvoir l’équité entre hommes et femmes principalement par l’entremise de la division informelle du travail domestique. En ce cas, le pivot du changement est le financement d’un salaire domestique. D’après N. Fraser, ces modèles ne peuvent ni satisfaire la demande pour une équité homme-femme, ni être appliqués dans le cadre de la division actuelle du travail. C’est pourquoi elle opte finalement pour un modèle universel dans lequel les hommes prendraient une part plus importante aux tâches domestique (caring jobs).

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search