Version classiqueVersion mobile

Stratégies de la comparaison internationale

 | 
Michel Lallement
, 
Jan Spurk

Troisième partie. Méthodes et outils

Avant-propos

Texte intégral

1Avec la troisième partie de cet ouvrage, nous abordons une dimension nouvelle et essentielle des stratégies de la comparaison internationale : celle des méthodes et des outils. À l’aide de leurs propres travaux et terrains, mais sans se priver non plus de toute incursion critique hors de ces derniers, les quatre chercheurs qui prêtent leur concours à cette réflexion posent tous des questions méthodologiques de fond. Qu’il soit sociologue, économiste ou spécialiste en éducation, chacun montre d’abord l’existence d’une pluralité de méthodes utilisées dans son domaine particulier d’investigation, sans que l’on puisse au demeurant trancher a priori en faveur de l’une ou de l’autre. Le deuxième intérêt majeur des chapitres qui suivent est de nous entraîner dans l’arrière-cour de la fabrique des recherches pour y observer les outils concrets que se forgent et utilisent les comparatistes. On y verra alors que des considérations a priori techniques (quel indicateur retenir ? combien de niveaux de classifications élaborer ? quels modes d’observation in situ pratiquer ? etc.) nous renvoient très rapidement à des problèmes épistémologiques et politiques centraux déjà évoqués précédemment.

2Sur le registre des méthodes, la contribution de J. O’Reilly nous paraît importante à mentionner en tout premier lieu. Son auteur passe en effet en revue cinq manières de faire contemporaines (analyse sociétale, idéaux-types, comparaisons à deux dimensions, choix d’un objet support – ici l’État-Providence – pour le travail comparatif, benchmarking). J. O’Reilly situe ces méthodes les unes par rapport aux autres et soulignent leurs limites respectives. Les chapitres que nous devons à F. Michon et A. West ont en commun, pour leur part, de soupeser l’outillage des spécialistes du questionnaire et du traitement quantitatif dans deux domaines particulièrement prisés par les grands organismes internationaux : le temps de travail d’une part, l’éducation d’autre part. Le travail de déconstruction auquel se livrent ces deux chercheurs est instructif de trois points de vue au moins. Il laisse voir d’abord les façons parfois fort différentes dont les pays producteurs de données définissent une même « réalité » internationale (le temps partiel par exemple), la mesurent et récoltent des données à ce sujet. Il jette une lumière crue ensuite sur les « petits » choix techniques qui président à l’élaboration de conventions d’équivalence, tout en soulignant les « grandes » conséquences sociales que ces options entraînent. Aucun de ces deux chercheurs, enfin, ne renonce pour autant à la pratique comparative mais l’un et l’autre appellent à la vigilance épistémologique tant dans l’exploitation des grandes enquêtes internationales que dans le façonnement plus artisanal des questionnaires à visée comparative.

3Le chapitre de C. Vassy qui clôt cette partie relève de la même ambition méthodologique que les trois précédents. La première originalité de son propos est de faire part ouvertement des multiples doutes méthodologiques qui ont pu la hanter tout au long de la recherche comparative dont elle restitue les principaux résultats. La seconde est que nous avons affaire ici à une recherche « qualitative » par observations et entretiens. Or si les traitements quantitatifs peuvent, en dépit de limites multiples, postuler à l’homogénéité par la grâce des indicateurs statistiques, n’est-on pas acculé, dès lors que l’on a recours à des méthodes réputées « qualitatives », à s’enfermer plus que jamais dans un traitement singulier des mondes observés et, par voie de conséquence, à s’interdire toute posture comparative ? La réponse apportée par C. Vassy est non seulement clairement négative (elle abonde même, sur la base de ses investigations, en faveur de l’effet sociétal) mais elle incite plus encore à s’interroger, comme dans de nombreuses autres contributions, sur les articulations entre niveaux d’observations privilégiés et validités des résultats acquis.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search