Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies de la comparaison internationale

 | 
Michel Lallement
, 
Jan Spurk

Deuxième partie. La comparaison internationale aux prismes disciplinaires

Raison ou trahison ? Éléments de réflexion sur les usages de la comparaison en sociologie

Michel Lallement

Texte intégral

1Bien qu’il soit d’usage de présenter la méthode comparative comme un des détours de connaissance par excellence, la confrontation systématique des modes de construction et d’évolution d’un même fait social entre espaces nationaux multiples est encore loin d’être une pratique communément adoptée au sein de la sociologie française contemporaine. Sans chercher à élucider de façon exhaustive les raisons de cet état de fait, la présente contribution prend prétexte d’un tel constat de départ pour structurer la trame problématique du propos. L’objectif est de rappeler les vertus heuristiques de la démarche comparative pour tenter de repérer l’aporie centrale à laquelle ne cessent de se heurter nombre de comparatistes. En d’autres termes, les pratiques de la comparaison internationale et les réflexions qui sont consacrées à cette approche particulière oscillent toujours entre Charybde et Scylla : soit, à un extrême, la comparaison est perçue comme le moyen par excellence de produire de l’intelligence sociologique ; soit l’on dénonce, à l’autre extrême, le leurre d’une méthode de sycophante aveuglé par les illusions d’un universalisme désuet. Inutile de préciser que l’on retrouve les termes de nombreux et vieux débats philosophiques sur le Même et l’Autre, la Vérité et l’Histoire, etc. qu’il importe peu, à vrai dire, de mobiliser en tant que tels.

2Lorsque, en dépit de ces obstacles, l’on s’essaie à la méthode, alors nous sommes condamnés, selon l’expression de M. Maurice, à « comparer l’incomparable ». Cette injonction contradictoire explique peut-être la faiblesse relative des travaux comparatistes au sein de la sociologie française. Elle est, en tous les cas, une des pierres angulaires sur laquelle se construit nécessairement toute recherche qui place plusieurs sociétés (ou tout groupe social lato sensu) au miroir les unes des autres. Dans la perspective qui vient d’être évoquée, la présente contribution s’organise comme suit. Dans la première partie, je reviens sur quelques « fondamentaux ». Il est généralement admis en effet que la méthode comparative est pleinement constitutive de la naissance de la sociologie. Pour mesurer, même sommairement, la portée d’une telle assertion, je considérerai la façon dont E. Durkheim et M. Weber ont pu envisager une telle stratégie de recherche afin d’en tirer quelques enseignements épistémologiques. Je souhaite, ensuite, opérer un rapide bilan des principales problématiques de la comparaison dans le domaine des systèmes d’emploi et, plus généralement, du rapport salarial. Il s’agira, en d’autres termes, de comparer des méthodes de comparaison et d’évaluer, à partir du cas de l’analyse sociétale, les débats théoriques et méthodologiques que la comparaison internationale peut susciter. La conclusion suggère, enfin, quelques interrogations et pistes de réflexion à même de fortifier notre ambition comparative.

Réflexions liminaires à partir de considérations « pionnières » en sciences sociales

3On a souvent reproché aux travaux considérés comme « pionniers » en sociologie d’avoir trop facilement succombé aux charmes de l’évolutionnisme et, par conséquent, à ceux du relativisme (avec ce que peut charrier de péjoratif une telle acception pour une frange de la philosophie politique contemporaine) (Warwick, Osherson, 1973). Si l’on ne peut évidemment réfuter entièrement la pertinence d’un tel propos, il me semble que, même fugace et fragmentaire, le retour sur quelques œuvres maîtresses n’est pas dénué d’intérêt pour remettre aujourd’hui la question de la comparaison sur le chantier de l’analyse.

La comparaison comme expérimentation indirecte

  • 1 On ne peut que renvoyer, à ce sujet, au chapitre VI des Règles de la méthode sociologique (Durkheim(...)

4Considérons, en premier lieu, les recherches fondatrices d’E. Durkheim. Nous avons tous en tête ses travaux sur le suicide (Durkheim, 1897). On ose à peine rappeler à ce propos que c’est bien grâce à la comparaison qu’E. Durkheim réussit le tour de force qui consiste à faire la preuve de l’extériorité du fait social. Un tel parti pris méthodologique permet à E. Durkheim de trancher le débat avec J.S. Mill1 et de considérer que la comparaison a véritablement statut d’expérimentation indirecte. « Si donc, écrit E. Durkheim dans l’introduction du Suicide, on se laisse guider par l’acception reçue, on risque de distinguer ce qui doit être confondu ou de confondre ce qui doit être distingué, de méconnaître ainsi la véritable parenté des choses et, par suite, de se méprendre sur leur nature. On n’explique qu’en comparant. Une investigation scientifique ne peut donc arriver à sa fin que si elle porte sur des faits comparables et elle a d’autant plus de chances de réussir qu’elle est plus assurée d’avoir réuni tous ceux qui peuvent être comparés. Mais ces affinités naturelles des êtres ne sauraient être atteintes avec quelque sûreté par un examen superficiel comme celui d’où est résultée la terminologie vulgaire ; par conséquent, le savant ne peut prendre pour objets de ses recherches les mots de la langue courante. Mais il est obligé de constituer lui-même les groupes qu’il veut étudier, afin de leur donner l’homogénéité et la spécificité qui leur sont nécessaires pour pouvoir être traités scientifiquement » (p. 1-2). Cette longue citation présente le mérite de marquer des jalons méthodologiques et, en même temps, de soulever des problèmes qui ne semblent pas toujours complètement résolus aujourd’hui.

  • 2 La même remarque vaut pour le suicide : dans l’atmosphère de la fin du xixe siècle, son examen doit (...)

5Le premier élément à prendre en considération est relatif au choix et à la construction des objets que l’on souhaite comparer. E. Durkheim recourt systématiquement à la comparaison entre pays mais aussi entre groupes sociaux, groupes d’âge, groupes de genre, types familiaux, etc., ensemble de variables qui demeurent toujours mobilisées par les sociologues contemporains. Une telle remarque peut paraître banale mais elle ne l’est peut-être pas tant que cela si l’on veut bien se souvenir que, en sociologie du travail par exemple, la trop forte propension à se focaliser sur des profils ouvriers, masculins et qualifiés a longtemps occulté certains phénomènes. En d’autres termes, si le principe comparatif est tôt acquis par les sociologues, il semble – on y reviendra – qu’une véritable évaluation de l’usage de ce principe oblige nécessairement à réfléchir sur les déterminants sociaux des choix d’objets et de catégories retenus ainsi que sur les effets de connaissance qui en résultent. Pour ne citer qu’un cas qui n’a rien d’anodin, celui de l’effet sociétal en l’occurrence, on sait maintenant ce que les premiers travaux pouvaient comporter de partis pris relatifs au genre. Si, en effet, « la comparaison des hiérarchies de salaire entre la France et la RFA avait conclu à un plus fort écrasement entre les catégories ouvrières et non ouvrières quel que soit le secteur d’activité concernant la RFA, on observait, en revanche un résultat inverse entre hommes et femmes, les écarts de salaires étant plus prononcés en RFA qu’en France » (Marry, 1993 b, p. 89). Aujourd’hui, la variable « genre » sert bien plus qu’avant de prisme à la comparaison (Marry et al., 1998 ; Maruani, 1998 ; O’Reilly, Fagan, 1998…), non seulement grâce à l’émergence de réseaux de recherche plus attentifs aux rapports de genre mais, plus en amont encore, sous la pression des transformations des modes de socialisation scolaire et des transformations du marché du travail qui donnent à voir, plus explicitement, de nouvelles différences et de nouvelles inégalités2.

  • 3 Il faudrait affronter de même le problème des différences entre définition théorique du suicide (ce (...)

6Sur un registre proche, et en dépit des déclarations d’intention d’E. Durkheim lui-même, on trouve déjà dans la démarche durkheimienne des manières de faire qui restent problématiques aujourd’hui, à savoir la tendance à réifier les catégories d’analyse. Sur ce point, faut-il le mentionner à nouveau, E. Durkheim a été vertement soumis à la critique. M. Halbwachs (1930) remarque par exemple que la seule étude des suicides « réussis » (et non des tentatives avortées) oblitère pour partie l’analyse. Or la population concernée est différente : elle est plus féminine pour les tentatives ratées, plus masculine dans le cas des suicides réussis. J.D. Douglas (1967) note ultérieurement qu’il n’existe pas une définition unique et universelle du suicide mais que celle-ci est socialement construite et varie selon le temps et l’espace. Certains groupes sociaux savent, mieux que d’autres, dissimuler les suicides et cela pour des raisons morales, religieuses…3. On notera immédiatement la proximité du problème avec ceux que nous rencontrons toujours lorsque nous devons comparer des catégories sociales, des taux de chômage, des indicateurs de temps partiel, des durées du travail (Michon, 1999)… dont nous savons tous pertinemment qu’ils ne sont pas en soi comparables d’un pays à l’autre, voire d’un secteur ou d’un ensemble social à l’autre.

  • 4 Je m’appuie ici sur le commentaire des Règles que propose J.M. Berthelot (1995, p. 46 et suiv.).

7Pour parer à de telles incertitudes, la mise en évidence des conditions de construction des objets que l’on compare est certainement de bonne méthode (Bourdieu, Chamboredon, Passeron, 1968). Par leurs forces et par leurs faiblesses, les travaux d’E. Durkheim nous en apportent la preuve. Il me semble que l’on peut retenir une autre leçon encore d’E. Durkheim, celle de l’articulation problématique entre type de faits comparés et séries mobilisées à cette fin4. Lorsque le phénomène analysé est un courant social qui varie au sein d’une société donnée (tel est le cas, par exemple, du suicide) alors la comparaison oblige à recourir à des séries statistiques qui permettent de mettre en évidence les covariations selon le pays, la période, l’âge, le sexe… Lorsqu’il s’agit en revanche de porter intérêt à des institutions, règles de droit… identiques à soi au sein d’une société, la stratégie de recherche invite à s’appuyer sur des comparaisons réglées entre variations parallèles du même phénomène au sein de sociétés différentes de même type. Lorsque enfin ce sont des institutions « fondamentales » qui sont en jeu (la famille, l’école, la division du travail…), E. Durkheim en appelle à la méthode génétique qui invite à comparer les formes prises par ces institutions dans les diverses espèces sociales. Le point fort de la méthode prônée par E. Durkheim repose sur le souci de sérier la méthode comparative en fonction de l’objet étudié. Son point faible est, en revanche, d’ignorer peut-être l’existence de combinatoires institutionnelles, lui-même restant prisonnier d’une approche de type « terme à terme ».

Comparaison et types-idéaux

8Dans le domaine comparatif, la tradition allemande n’est pas en reste. Il est banal, même si le constat est largement controversé aujourd’hui (Hennis, 1987), de tenir

9M. Weber pour le penseur de la rationalisation des sociétés occidentales modernes ou, plus exactement, pour celui qui pose peut-être le plus magistralement la question du sens de la rationalisation occidentale et de son articulation avec des mouvements historiques antécédents et simultanés. Grâce à l’immense matériau qu’il nous a légué, l’on dispose ainsi d’un exemple paradigmatique de mise en œuvre, sans cesse renouvelée, d’une analyse comparative de grande ampleur. Sans évoquer ici en détail des choses trop connues pour être à nouveau signalées, je voudrais simplement aborder trois points qui mériteraient, à l’avenir, plus amples développements.

10Tout d’abord, le travail qu’opère M. Weber incite ce dernier à démultiplier les typologies (formes de l’action sociales, types de salut…) qui s’incarnent dans des types-idéaux dont la fonction est au moins double. Un tel instrument autorise d’une part la comparaison entre des tableaux de pensée et des faits et, d’autre part, la comparaison entre modèles nationaux, religieux… De ce dernier point de vue, le prophétisme exemplaire « typique » de l’espace de religiosité indien et chinois s’oppose par exemple au prophétisme de mission repérable en Iran, au Proche-Orient et en Occident : le premier est un réceptacle de Dieu, le second un instrument, etc. (M. Weber, 1915-1920). Un des impératifs méthodologiques que soutient M. Weber en réalisant un tel travail a trait à l’économie cognitive de la comparaison. « Dans la logique d’une conceptualisation idéal-typique des narrations, telle que la pratique Weber, le quadrillage de l’observation historique doit et peut, en effet, se resserrer à mesure que s’étend la cartographie culturelle du sociologue. C’est là une démarche qui fonctionne à l’inverse de la méthode prétendument expérimentale chère aux sociologues positivistes, où l’élargissement des assertions est censé ne pouvoir s’opérer que par une généralisation inductive : dans les sciences sociales, l’induction conduit la recherche des preuves à s’enfermer dans une pauvreté croissante des descriptions en se faisant esclave d’improbables ou banales réitérations historiques » (Passeron, 1996, p. 6).

11L’on comprend, telle est la seconde remarque, l’intérêt d’un travail typologique. Outre qu’elle prévient tout risque de dérapage nomologique, la taxinomie facilite précisément la comparaison, la mise en évidence de relations qui ne s’imposent pas d’elles-mêmes, la possibilité de mettre en évidence le rôle des interactions dans la construction des catégories et des conduites… Reste, troisième remarque, qu’en la matière les termes mêmes mobilisés pour construire des typologies à ambition comparative demandent – on y revient à nouveau ! – à être interrogés. En dépit de ses précautions méthodologiques, M. Weber n’a pas complètement échappé au piège de l’ethnocentrisme. Comme le remarque C. Colliot-Thélène (1992), lorsque, afin de mieux pointer les spécificités de la seconde forme, M. Weber oppose domination traditionnelle et domination légale-rationnelle, il rejette dans une catégorie pour le moins hétérogène l’ensemble des relations de domination qui travaillent toutes les sociétés qui ne s’inscrivent pas dans le moule de la rationalisation occidentale. À cette critique qui me semble juste, M. Weber pourrait rétorquer en évoquant sa pratique de recherche qui intègre explicitement, comme le rapporte J.C. Passeron (1996), une comparaison des comparaisons. « Quand il [M. Weber] revenait, en se relisant, sur d’anciens travaux ou lorsqu’il anticipait sur ceux dans lequel il s’engageait, ses synthèses partielles ne lui paraissaient jamais, semble-t-il, d’une architectonique suffisamment ample pour armer la recherche sociologique de concepts comparatifs capables de baliser le territoire de l’historien à une échelle assez serrée et d’élargir assez loin l’horizon sociologique de l’examen des rationalisations » (p. 5-6). Comparer des comparaisons est donc un exercice utile puisqu’il permet justement d’interroger des présupposés qui ne vont pourtant pas de soi, de questionner le choix de variables, de niveaux, de configurations…, d’évaluer le caractère cumulatif ou non des travaux réalisés, de tester des options privilégiées, etc. Tel est l’exercice que je me propose maintenant de réaliser dans un domaine bien circonscrit : celui de la sociologie du travail et de l’emploi.

Comparaison des méthodes de comparaison

  • 5 Voir, à ce propos, la contribution de J. Spurk au présent ouvrage ainsi que celle de M. Dupré et O. (...)

12Après les rapides développements précédents, évitons d’emblée le risque de la naïveté épistémologique. Si comparaison peut bien, sous certaines conditions, rimer avec raison, l’on ne peut pour autant sous-estimer la force du moment historique ainsi que la puissance d’intérêts sociaux qui informent l’engouement pour telle ou telle méthode de recherche. La méthode comparative mérite à ce titre d’être mise en perspective avec les traits saillants des périodes clés qui ont enregistré un essor en ce domaine5. Les années 1960 constituent en ce sens une période plus que révélatrice. Dans ladite décennie paraissent en effet des travaux tels que ceux de C. Kerr et al. (1960) sur les systèmes de relations professionnelles, de T. Parsons (1966) sur la comparaison et l’évolution des sociétés ou encore de B. Moore (1966) sur les origines sociales des régimes politiques. Toutes ces contributions d’importance pour les sciences sociales du moment révèlent un usage social et politique de la comparaison internationale en une période encore marquée par l’affrontement Est-Ouest. En d’autres termes, qu’elles privilégient le fil de la « convergence », du « changement évolutif » ou encore du « développement », les études évoquées précédemment relèvent bien d’un même schéma qui consiste à mettre la comparaison internationale au service d’un point de vue finalement très ethnocentré. L’on peut pareillement s’interroger sur les raisons du nouveau succès de la comparaison internationale depuis les années 1980 : sentiment d’une globalisation économique et de l’ébranlement conjoint des instances traditionnelles de socialisation ? perception d’une désarticulation des espaces constitutifs de nos sociétés modernes et désajustement des frontières entre marché, État-nation et champ culturel ? volonté d’élucider la raison de trajectoires nationales différenciées dans un contexte de crise généralisée ? etc. Les raisons sont multiples et restent encore à éclaircir.

13Il est exagéré, bien évidemment, de limiter la pratique comparative à une trahison de l’idéal de neutralité axiologique pour rabattre une telle pratique sur de simples effets de conjoncture politique, sociale ou économique. Mais ne pas avoir conscience de l’importance des affinités électives entre méthode et enjeux socio-politiques aboutirait à une forme d’angélisme fort préjudiciable. Dans les lignes qui suivent, je souhaite précisément ciseler davantage l’analyse pour rappeler la diversité des démarches comparatives et me demander quelles sont les principales formes de méthodes comparatives utilisées aujourd’hui par les sociologues. Dans un même esprit sera ensuite entrepris l’examen des retombées, sur le plan des débats académiques, de l’approche dite de l’« effet sociétal ».

Deux, trois ou quatre ? Quelques typologies des paradigmes contemporains de la comparaison internationale

  • 6 Comme le suggère M. Douglas (1999), un classement des types de classification est un excellent moye (...)

14Ma question de base est la suivante : quels sont les grands paradigmes de la comparaison internationale utilisés en sciences sociales, et notamment dans le champ du travail et de l’emploi6 ? Pour répondre à cette question, j’emprunterai d’abord les termes de la classification suggérée par J. O’Reilly (1996). Cette dernière propose d’opposer deux familles d’approche : les théories de la contingence universelle et les approches culturelles. Sous la première bannière, se rangeraient alors 1) les analyses d’inspiration marxiste qui placent la lutte de classes au fondement de la dynamique du changement de toutes les sociétés industrielles (Braverman, 1974, par exemple), 2) les analyses dites « industrialistes » qui, à la façon de C. Kerr et al. (1960), tiennent les forces technologiques pour un moteur de développement et d’unification et, enfin, 3) les théories de la contingence qui mettent avant tout l’accent sur l’articulation entre les organisations et leurs environnements pour aboutir, dans certains travaux, à la production d’une échelle de progrès social (Hickson et al., 1979).

15Les approches culturelles se déclinent en trois types d’école également : approches « idéotionnelles » pour lesquelles la culture constitue la pierre de touche ultime des différences entre sociétés (Hofstede, 1980 ; d’Iribarne, 1989) ; approches « institutionnelles » dont la recherche de M. Maurice, F. Sellier et J.J. Silvestre (1982) fait figure de travail éponyme ; approches intermédiaires (Dore, 1973 ; Gallie, 1978), enfin, qui, selon J. O’Reilly, présenteraient le mérite de cumuler les avantages des deux approches précédentes sans hériter de leurs inconvénients.

« We have seen that a purely ideational approach fails to fully recognize social heterogeneity within a single society. It tends towards a post-hoc account for national differences without accounting for how these differences came about. An institutional approach, on the other hand, is more successfull at identifying the material and historical basis for particular societal characteristics. Nevertheless, the tendency to emphasize historical origins can create a rather static conception of social arrangements, with little account given to the role of actors in shaping and interpreting this. The intermediate approaches are more successful in this respect. They manage to identify both the historical constraints and perceptions of contemporary actors in their accounts for societal differences. They also recognize how conflict and change emerge through changing alliances of elites and organized labour. Even so, any consideration of gender is sadly lacking » (O’Reilly, 1996, p. 13).

  • 7 Voir également l’opposition entre comparaisons cross-national, cross-cultural et cross-societal qui (...)

16Comme on l’aura deviné, et tel est un des enjeux récurrents de ces surveys à l’anglo-saxonne, J. O’Reilly opère une mise en comparaison des méthodes comparatives pour mieux valoriser et légitimer le recours à une façon de faire (la dernière méthode en l’occurrence). Si, plus généralement, la palette que décrit J. O’Reilly paraît plutôt complète, on peut rester quelque peu insatisfait du caractère un peu trop dichotomique qui structure l’ensemble et qui reproduit là encore, à quelques nuances près, une vieille opposition du type universel-singulier. Bien qu’il rentre moins dans le détail de chaque école, et bien qu’ici aussi le travail de classification ne soit certainement pas dénué d’intérêt stratégique pour valoriser la méthode qu’il défend, M. Maurice (1989) enrichit le tableau en suggérant pour sa part de distinguer trois postures bien différentes (dont les termes sont pour partie empruntés à P. Grootings7) :

  • l’approche fonctionnaliste (cross-national) : développée au cours des années 1950 et 1960 dans les pays anglo-saxons, la « comparabilité se fonde dans ce cas sur le principe de rationalité qui suppose une continuité entre les phénomènes que l’on compare, terme à terme, dans chaque pays » (Maurice, 1989, p. 178). Autrement dit, s’agissant des objets analysés, l’on postule une continuité inter-nationale et une discontinuité intra-nationale ;

  • l’approche culturaliste (cross-cultural) : ici, et contrairement au cas précédent, la référence nationale sert véritablement de support privilégié pour la recherche puisqu’il s’agit de mettre l’accent sur la cohésion culturelle des sociétés examinées. « Les phénomènes étudiés sont supposés alors être fortement influencés par celle-ci, au point de provoquer des discontinuités fortes, lorsqu’ils sont comparés d’un pays à l’autre, du fait de leur spécificité ou identités culturelles » (ibid., p. 180) ;

  • l’approche sociétale (inter-national) : elle permettrait, selon M. Maurice, de résoudre les deux apories précédentes tout en se confrontant directement au paradoxe de la comparaison de ce qui n’est pas comparable. Il s’agit en fait moins de dépasser, dans un mouvement dialectique, les deux approches précédentes que de « déplacer » les logiques d’analyse pour appréhender la cohérence d’ensembles nationaux qui ne sont « que des expressions particulières d’un « modèle » qu’elles contribuent en même temps à construire » (ibid., p. 186).

17Dans les deux typologies qui viennent d’être présentées, les auteurs mettent avant tout l’accent sur des questions de choix méthodologiques qui renvoient tout en même temps à des partis pris théoriques ainsi qu’à la volonté de légitimer la démarche que ces mêmes auteurs utilisent et souhaitent promouvoir. On peut maintenant compliquer quelque peu la comparaison des méthodes comparatives grâce à la typologie que propose E.K. Scheuch (1990). Il s’agit en l’occurrence de rappeler que l’on ne compare jamais sans privilégier, consciemment ou non, un objectif et sans conférer, implicitement ou non, un statut bien spécifique aux contextes sociétaux que l’on considère. E.K. Scheuch propose, de ce point de vue, de distinguer quatre stratégies de comparaison internationale que résume le tableau 5 ci-après :

Tableau 5 –Quatre enjeux et méthodes pour la comparaison internationale

Statut assigné au « contexte »Objectif de la comparaison

Le contexte est considéré comme une chose « réelle »

Le contexte est traité comme un ensemble de variables

Trouver des phénomènes identiques

1) Identification d’« universaux »

3) Mettre en évidence l’universalité d’un phénomène

Mettre en évidence des différences

2) Spécifier les propriétés uniques d’une société

4) Spécifier les formes d’articulation spatiotemporelles d’un phénomène

Source  : Scheuch (1990, p. 31).

18La stratégie de type 1 consiste à rendre raison d’un fait social considéré comme universel (le tabou de l’inceste par exemple) et à montrer dans quelle mesure chaque culture ne fait qu’accommoder à sa façon une injonction qui détermine les rapports sociaux de toute les sociétés humaines connues. La posture comparative 2 est celle qui prédominerait, selon E. Scheuch, dans notre univers académique : il s’agit de mettre en évidence des différences de comportements alimentaires, vestimentaires, religieux, etc. d’une culture à l’autre. Sans aucun doute le culturalisme radical d’A. d’Iribarne (1989) ou le culturalisme plus nuancé de P. Bourdieu (1979) (qui déplace la comparaison de l’international en direction de l’espace social national pour confronter des cultures de classes) participent-ils directement, en France, de cette mouvance. Le type 3 serait directement à relier à la méthode wébérienne puisqu’il s’agit de mettre en évidence le caractère transnational d’un phénomène (la rationalisation du monde moderne) tout en essayant de saisir la multiplicité des variantes de ce phénomène en combinant, au sein de typologies plus ou moins raffinées, des variables élémentaires (religions, structures familiales…). La quatrième case renvoie, enfin, à des recherches dont celles de R. Inglehart (1989) est peut-être la plus connue : il s’agit en l’occurrence de repérer avant tout des différences en combinant, ici aussi, un petit nombre de variables élémentaires.

  • 8 Notons cependant que les travaux actuels qui s’inspirent de la théorie du choix rationnel (Hechter, (...)

19On peut questionner la pertinence de cette dernière typologie en discutant notamment de l’intérêt d’opposer les recherches qui mettent avant tout l’accent sur les similitudes et celles qui traquent en priorité les différences. Dans bien des cas, et je pense précisément à l’approche en termes d’effet sociétal, la différence est certainement ténue voire inexistante. Pour cette raison, la typologie suggérée par M. Maurice est peut-être plus intéressante à prendre en compte8. Mais qu’importe dans l’immédiat. Partant justement de l’analyse sociétale, je préfère cerner maintenant quelques-uns des débats, à la fois théoriques et méthodologiques, qu’une telle approche a pu susciter en France pour déboucher, in fine, sur l’examen de quelques questions irrésolues et pistes de recherches actuelles.

Les effets de l’effet sociétal

  • 9 Je reprends ici pour partie quelques éléments développés dans Les Gouvernances de l’emploi (Lalleme (...)

20Supposons connus les grands axes de méthode défendus par l’école aixoise pour mieux nous centrer sur les controverses et commentaires que les travaux du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST) ont et peuvent toujours susciter9. En France au premier chef, la lecture sociétale a donné matière à moult critiques et débats. Sans prétendre à l’exhaustivité ni viser à la restitution complète des arguments échangés, il faut d’abord signaler – dans la mesure où elles sont l’indice de façons quasi symétriques d’aborder la question des relations professionnelles et du marché du travail – deux études critiques particulièrement intéressantes pour notre propos. La première s’impose d’elle-même : il s’agit du commentaire que livre J.D. Reynaud dans la Revue française de sociologie (1979), qui fait suite à un article de synthèse de M. Maurice, F. Sellier et J.J. Silvestre paru dans la même livraison. Ce commentaire est l’occasion pour J.D. Reynaud de défendre le postulat de l’autonomie des systèmes de relations professionnelles à l’égard des caractéristiques globales de la société et de jeter, du même coup, les bases d’une théorie de la régulation conjointe, théorie qui se défait du postulat de l’unité de la société pour soutenir, à l’inverse, celui de la pluralité et de l’opposition des acteurs sociaux.

21Au point de vue pluraliste de J.D. Reynaud s’oppose, presque radicalement, le commentaire livré plus récemment par P. d’Iribarne (1991). Son propos s’ouvre sur une critique au fond très proche de celle avancée par J.D. Reynaud : l’analyse sociétale n’expliquerait pas véritablement la pérennité de l’interaction vertueuse entre fait de socialisation et fait de scolarisation. Pour parer à cette faiblesse, P. d’Iribarne propose d’intégrer un facteur explicatif (qui avait été délibérément écarté par les chercheurs d’Aix-en-Provence) : la culture. Côté français, la logique des « rangs » héritée de la société d’Ancien Régime et la peur de déchoir expliqueraient par exemple le refus de la polyvalence par l’« élite ouvrière » (risque de décalage entre le titre et le poste) ou encore la conclusion d’accords de salaires à durée indéterminée afin de fixer, en théorie du moins et pour mieux les reconnaître, la détermination atemporelle des rangs. Côté allemand, P. d’Iribarne cherche également dans un passé préindustriel les racines des rapports sociaux actuels. Mobilisant les travaux de N. Elias, il estime que le contraste entre la France et l’Allemagne tient avant tout à la puissance des conceptions universalistes dans un cas (qui s’explique par l’intégration rapide des classes moyennes à la société de cour et à la diffusion des valeurs aristocratiques) et à la force de la notion de communauté dans l’autre (les valeurs aristocratiques ont disparu avec les cours et le flambeau n’a pas été repris par une bourgeoisie qui avait été tenue à l’écart des groupes dominants). La coexistence et la fermeture des différents groupes sociaux sur eux-mêmes, la moindre prégnance de la notion de hiérarchie (entre groupes, entre types d’enseignements…)… sont autant d’éléments qui permettent de retrouver « la coupure notée par N. Elias entre une bourgeoisie nombreuse, peu attachée aux valeurs intellectuelles véhiculées par l’enseignement général, et une couche de professeurs et de “hauts fonctionnaires” fidèles à ces valeurs et dont les enfants sont les seuls à être surreprésentés dans l’enseignement général » (d’Iribarne, 1991, p. 611).

22À ces reconstructions ou propositions de lecture de l’effet sociétal, l’on peut adjoindre quelques remarques complémentaires. Il faut d’abord noter que l’absence de caractère « sexué » de la comparaison France-Allemagne a été utilement comblée par des travaux récents qui montrent notamment la plus grande importance des inégalités d’éducation entre hommes et femmes en Allemagne, ce qui n’est pas sans incidence majeure, on le devine, sur les modalités d’accès au marché du travail et, plus généralement, sur l’évolution des rapports salariaux allemands et français (Marry et al., 1998). Les articles récents corédigés avec O. Giraud ont, de même, pour ambition d’éclairer ce qui m’a toujours paru être un point aveugle de l’analyse sociétale : son ignorance des fondements politiques des rapports salariaux. Or, la prégnance – certes évolutive – du paradigme néocorporatiste en Allemagne explique bien, me semble-t-il, certains traits de l’opposition France-Allemagne mis en évidence par les chercheurs du LEST (Giraud, Lallement, 1998). Une remarque du même ordre vaudrait à propos de la structure des emplois et, plus exactement, de la place croissante des services dans les deux économies : il n’est pas certain, comme semblent l’indiquer certaines investigations (Bosch, Lallement, 1991), que les oppositions y soient aussi tranchées que dans l’industrie, espace auquel se sont limités, dans leurs investigations, les chercheurs du LEST. Ensuite, n’y a-t-il pas, comme le reconnaît à demi-mot J.J. Silvestre (1990), une tentation évolutionniste qui traverse le discours des partisans de l’effet sociétal ? De ce point de vue, en effet, alors qu’hier l’Allemagne était opposée à la France en vertu d’un mode de gestion des ressources humaines qui alliait plus efficacement qualification et coopération des salariés, le Japon est devenu ensuite la nouvelle référence pour les chercheurs du LEST. La supériorité de l’entreprise japonaise tiendrait à sa flexibilité soit, en d’autres termes, à sa capacité à promouvoir un mode de gestion qui conjugue tout à la fois qualification, coopération, mobilité des salariés et identification culturelle de ces derniers à l’entreprise.

23Dernière interrogation, enfin, qui recoupe directement les interrogations d’A. Labit et J. Thoemmes dans le présent ouvrage : mises en chantier il y a près de vingt ans maintenant, les analyses de l’effet sociétal ont-elles toujours quelque valeur au moment où l’on construit, tant bien que mal, un espace européen ? Ne peut-on poser un diagnostic proche de celui de la « convergence » à propos de l’évolution des rapports salariaux des deux pays ? En Allemagne, l’évolution récente du système dual de formation professionnelle laisse par exemple deviner quelques signes de déstabilisation de l’apprentissage (intérêt croissant des jeunes pour les études supérieures, recours accru aux diplômés de la filière générale pour pourvoir des postes d’encadrement en production…) et de valorisation des contenus de formation spécifiques à l’entreprise (Adler, Dybowski, Schmidt, 1993). De même, certaines grandes entreprises françaises innovantes semblent incliner vers un modèle qualificationnel à l’allemande en professionnalisant leurs marchés internes tandis que le système éducatif tend à favoriser une formation professionnelle post-baccalauréat. L’ensemble rapproche de ce fait la configuration française de son équivalent d’outre-Rhin (Géhin, Méhaut, 1993). En bref, l’opposition des systèmes éducatifs français et allemand, telle que nous l’avaient décrite les chercheurs du LEST, ne semble plus aller de soi et son actualisation exige à tout le moins de nouvelles investigations, notamment suite à la Réunification (voir, par exemple, Giraud, 1996). La même remarque vaut certainement pour les relations professionnelles : les tendances à la décentralisation des négociations dans les deux pays, le choc de la Réunification en Allemagne, la réhabilitation de l’entreprise en France… tout cela ne concourt-il pas à tempérer la valeur des schémas de M. Maurice, F. Sellier et J.J. Silvestre (Lallement, 1999) ?

  • 10 Il faut renvoyer également, sur ce sujet, à la discussion critique et au programme prospectif que p (...)

24Toutes ces questions semblent finalement valider les remarques critiques et propositions qu’avaient pu adresser en son temps B. Lutz (1988) à l’analyse sociétale. B. Lutz notait le risque de statisme qu’une lecture figée et extrêmement relativiste de l’effet sociétal pouvait susciter. « Pour sortir de ce dilemme, notait-il, une seule voie me paraît indiquée : considérer la découverte de l’effet sociétal non pas comme un acquis définitif, mais comme quelque chose de transitoire et rechercher dans la cohérence sociétale ce qu’on pourrait appeler l’effet historique. […] Aller dans ce sens demanderait d’abord et avant tout un gros effort théorique. L’incorporation de la dimension historique dans des études de comparaison internationale (déjà passablement complexes quand on se limite à l’approche sociétale “classique”) passe nécessairement par un investissement considérable dans ce qu’on peut appeler notre outillage conceptuel. Pour intégrer analyses historiques et analyses sociétales, il n’est guère besoin de chercher de nouvelles informations inédites, les sociologues ne pouvant faire concurrence aux historiens dans ce domaine. Ce qu’il faut, c’est esquisser, mettre à l’épreuve, corriger, différencier et affiner des schémas, théorèmes, modèles ou théories – bref, des constructions conceptuelles et analytiques, capables de rendre compte de structures et de processus complexes, à temporalité plus ou moins différée et liant entre eux des phénomènes multiples (dont la simple description, par des indicateurs appropriés, ne pose en soi que peu de problèmes) » (Lutz, 1988, p. 17-18). Sans prétendre fournir les clés de réalisation d’un tel programme, les remarques conclusives qui suivent souhaitent modestement contribuer au débat afin de diriger nos réflexions en ce sens10.

Questions ouvertes et pistes de réflexion

25Pour tenter de renouveler, même à la marge, les interrogations relatives à la comparaison internationale, trois voies me semblent intéressantes à explorer. La première piste consiste à tenir compte des leçons de ces champions de la comparaison que sont les spécialistes de la sociologie historique. L’on retrouve ici aussi, en effet, le dilemme raison-trahison évoqué tout au long des lignes précédentes : « le comparatiste est ainsi placé devant un choix : ou il recourt à l’histoire afin d’expliquer, comme le propose T. Skocpol dans Vision and Method in Historical Sociology (1984), et il risque alors de reconstruire implicitement un sens universel de l’Histoire, ou il respecte l’irréductible singularité des histoires, et ne peut concevoir la sociologie historique que sur le mode interprétatif » (Badie, 1992, p. 367). D’où la nécessité, afin de concilier les deux termes de l’alternative et de répondre aux multiples critiques méthodologiques qui lui ont été adressées, de se montrer plus modeste que jamais : « le sérieux de la critique ne peut conduire les tenants de la sociologie historique qu’à abandonner une partie du terrain qu’ils croyaient avoir conquis : malgré la contre-offensive de T. Skocpol, il est à peu près clair maintenant que la sociologie historique ne peut plus se prétendre causale et doit fonder autrement et plus modestement sa prétention explicative. Heuristique au moins, interprétative et compréhensive au mieux, la sociologie historique analyse sociologiquement des histoires : comparer celles-ci revient alors à montrer leur pluralité, leur mode de distinction, et précisément à indiquer pourquoi elles ne sont pas réductibles aux mêmes variables explicatives » (ibid., p. 371). Inutile de préciser qu’un tel bilan, aussi sévère puisse-t-il paraître, est riche d’enseignements non seulement pour les spécialistes de sociologie historique, mais pour l’ensemble des praticiens de la comparaison internationale.

26La seconde piste a trait à la définition et au statut des « régulations intermédiaires ». Plusieurs chercheurs considèrent qu’il s’agit là aujourd’hui de la voie la plus prometteuse pour poursuivre le travail de comparaison. Ces chercheurs privilégient plus exactement les analyses sectorielles afin d’analyser l’évolution récente des pays industrialisés, à commencer par ceux qui s’étaient dotés de « médiations corporatistes » après la Seconde Guerre mondiale et qui ont subi, depuis, de profondes transformations sous l’influence du mouvement de décentralisation des relations professionnelles, des politiques de déréglementation, etc. P. Schmitter (1990) soutient ainsi que le capitalisme ne peut plus être étudié comme un tout mais qu’il importe désormais de déréifier un tel objet d’étude dans la mesure où un double mouvement contribue à la transformation des régulations contemporaines : « les pratiques capitalistes deviennent de plus en plus diversifiées au sein des économies nationales et, dans le même temps, elles s’homogénéisent d’une économie à l’autre » (Schmitter, 1990, p. 12). Pour cette raison, le secteur deviendrait le niveau d’étude le plus pertinent afin de rendre compte des mutations actuelles. Non sans liens d’ailleurs avec les préconisations déjà suggérées par P. Dubois (1989), un des efforts conceptuels que souhaite réaliser P. Schmitter, avec la collaboration de W. Streeck, consiste alors à produire des types-idéaux trans ou a-nationaux (à partir des notions de communauté, de marché, d’État et d’association), types-idéaux dont on peut penser qu’ils s’avèrent relativement opérationnels pour rendre raison des formes contemporaines de régulation sectorielle du temps de travail, du marché du travail, des relations professionnelles, etc. Reste à vérifier, ce qui est loin d’être évident, qu’une telle entrée, qui paraît pertinente dans le domaine de la sociologie du travail, l’est aussi dans d’autres : qu’est-ce en effet qu’une régulation intermédiaire dans le champ du système éducatif, de la famille… ? Cette interrogation a-t-elle même un sens ?

27La troisième piste renvoie à des considérations plus abstraites et ambitieuses encore. Elle porte sur un questionnement que nous possédons en commun avec certaines disciplines voisines puisqu’il s’agit en l’occurrence du problème de la traduction. Bien que je n’en possède pas véritablement tous les arguments, il me semble que les analyses sur l’indétermination de la traduction de W. Quine (1960) mériteraient d’être considérées. L’exemple célèbre du lapin permettra de rappeler rapidement les termes du problème : un lapin passe, l’indigène dit « Gavagai  » et l’anthropologue s’empresse de traduire Gavagai par lapin. Mais, en situation d’ignorance radicale, que peut-il vraiment espérer comprendre ? Tout au mieux se situe-t-il dans un espace incertain de compréhension où Gavagai peut signifier lapin, lapinité, animal en train de courir, blanc avec de grandes oreilles… La traduction provisoire est donc nécessaire mais peut-elle aboutir un jour tant les univers sémantiques varient et demeurent inaccessibles pour qui n’en a pas tôt appris les codes ? De même Schule peut-il se rendre justement par école, Betriebsrat par conseil d’entreprise, etc. ? Le mot est une chose mais la chose ne se réduit pas au mot. Nous le savons et le constatons toutes les fois que nous mettons les pieds dans une entreprise allemande ou que nous travaillons sur des données du système éducatif d’outre-Rhin. Bref, ne faisons-nous pas en permanence de la traduction provisoire en comparant des univers institutionnels et culturels dissemblables ? La solution de W. Quine consiste à bâtir une anthropologie et une histoire naturelle de la logique qui puissent éclairer la capacité dont témoigne l’homme à concevoir, par le biais de conventions notamment, des schèmes conceptuels pour maîtriser et développer par là même ses potentiels de connaissance. Considérer la comparaison comme un exercice de traduction obligerait peut-être aussi, sans tomber dans le travers universaliste des philosophes, à mieux considérer encore le poids des conventions socio-historiques dans nos travaux d’investigations concrètes.

Notes

1 On ne peut que renvoyer, à ce sujet, au chapitre VI des Règles de la méthode sociologique (Durkheim, 1895).

2 La même remarque vaut pour le suicide : dans l’atmosphère de la fin du xixe siècle, son examen doit être directement rattaché aux interrogations relatives à la « question sociale » et aux développements de la statistique morale.

3 Il faudrait affronter de même le problème des différences entre définition théorique du suicide (celle du chercheur) et enregistrement administratif. Ce problème apparaît clairement lorsque l’on met au jour l’écart des données relevées par l’administration judiciaire et celles qui proviennent des enregistrements opérés par le corps médical (Besnard, 1976).

4 Je m’appuie ici sur le commentaire des Règles que propose J.M. Berthelot (1995, p. 46 et suiv.).

5 Voir, à ce propos, la contribution de J. Spurk au présent ouvrage ainsi que celle de M. Dupré et O. Giraud.

6 Comme le suggère M. Douglas (1999), un classement des types de classification est un excellent moyen pour mettre en évidence les différents styles de raisonnement qui informent, plus ou moins consciemment, notre rapport au monde social.

7 Voir également l’opposition entre comparaisons cross-national, cross-cultural et cross-societal qui a été suggérée par S. Rokkan (1970) et qui s’inspire de la vieille trilogie parsonienne, pour ne pas dire américaine, opposant système social, système culturel et politique (polity).

8 Notons cependant que les travaux actuels qui s’inspirent de la théorie du choix rationnel (Hechter, 1992) ou de la théorie des jeux (Casper, 1998) ne sont pris en compte dans aucune des typologies mentionnées précédemment.

9 Je reprends ici pour partie quelques éléments développés dans Les Gouvernances de l’emploi (Lallement, 1999).

10 Il faut renvoyer également, sur ce sujet, à la discussion critique et au programme prospectif que propose M. Maurice (2001) dans un article de bilan consacré à l’actualité de l’effet sociétal.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site