Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies de la comparaison internationale

 | 
Michel Lallement
, 
Jan Spurk

Deuxième partie. La comparaison internationale aux prismes disciplinaires

Le comparatisme contemporain en science politique : entrée en dialogue des écoles et renouvellement des questions

Olivier Giraud

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier les lecteurs des différentes versions de cet article : V. Amiraux, D. Braun, T (...)

1Les territoires de la comparaison en science politique subissent depuis quelques années de profondes transformations notamment sous l’effet d’une croissance exponentielle de la demande en études et analyses comparatives1. Les débats propres à l’arène du comparatisme en sciences sociales et les débats théoriques internes à la science politique se télescopent. Les objets de recherche de la comparaison et le rapport que cette méthode entretient à la construction théorique en science politique évoluent rapidement. En premier lieu, on relève une forte diffusion des méthodes comparatives au sein de la discipline. De plus en plus, le champ de la politique comparée, originellement spécialisé dans la comparaison des régimes politiques – les institutions, les partis, etc. –, est rattrapé par l’explosion des travaux comparatifs d’analyse des politiques publiques (Smith, 2000), du comportement électoral (Barnes, 1997) ou encore des politiques économiques (Hall, 1999). Les thématiques privilégiées de la recherche se renouvellent également. Les comparatistes ont analysé après guerre la décolonisation, les fondements de la démocratie, des révolutions ou des mouvements sociaux – et continuent en partie à le faire (Apter, 1996 ; Mair, 1996). Aujourd’hui cependant, ils s’intéressent en priorité aux causes et aux conséquences de la globalisation, aux différentes formes nationales ou régionales du capitalisme contemporain (Held et al., 1999 ; Hirst, Thompson, 1997 ; Kitschelt et al., 1999 ; Scharpf, 2000 a), à l’affaiblissement des États-nations (Rose, 1991 ; Tilly, 1992), à l’internationalisation des scènes politiques (Landman, 2000) et reposent la question de la convergence des systèmes politiques nationaux (Hassenteufel, 2000 ; Surel, 2000).

2La remise en cause contemporaine de la validité des frontières nationales et de leur caractère suffisamment discriminant pose un problème concret aux approches comparatives en science politique, construites avant tout autour de la frontière nationale comme principale norme de distinction. La comparaison permet ou plus exactement, impose « […] à la fois [d’]assimiler et [de] différencier par rapport à un critère » (Sartori, 1994). Si aujourd’hui, conformément au diagnostic précocement posé par R. Rose, « la question critique consiste à savoir dans quelle mesure l’idée d’États opérant en parallèle, indépendamment les uns des autres est une idée érodée par les transformations du système international » (1991, p. 458), alors la science politique comparée devrait reconstruire ses catégories les plus fondamentales. Les gouvernances nationales s’affaiblissent, alors que les contraintes internationales prennent toujours plus de poids et que les processus de diffusion de références culturelles, de valeurs, de controverses politico-scientifiques, de recettes ou de formes institutionnelles gagnent toujours du terrain. Dès lors la politique comparée est confrontée de manière renforcée au « problème de Galton » au terme duquel on ne peut comparer des situations que si elles sont indépendantes les unes des autres (Ross, 1997). Avant de comparer aujourd’hui, il faudrait alors « isoler la diffusion des autres causes de variations entre les systèmes sociaux » (Peters, 1998, p. 42), autrement dit, interroger en même temps que le renouvellement des problématiques, le renouvellement des méthodes.

3Les évolutions qui affectent les constructions théoriques sont aussi importantes. Les ambitieux projets conduits au temps de « l’âge d’or du comparatisme » (Mair, 1996, p. 313) afin d’isoler les trajectoires vers le développement politique, dans le contexte d’un système politique universel, sont abandonnés depuis longtemps (Seiler, 1982). Le comparatisme alimente un programme de recherche théorique propre (Lichbach, Zuckerman, 1997 a). Plus encore, un grand nombre des chercheurs ont entrepris d’ouvrir leurs références théoriques mais aussi de renouveler les façons de faire de la comparaison auxquelles ils ont habituellement recours (Lichbach, 1997 ; Thelen, 1999). Ces évolutions parallèles des objets et des approches posent une série de questions auxquelles nous nous efforcerons d’apporter des éléments de réponse. La principale de ces questions consiste précisément à s’interroger sur le rapport entre renouvellement des thématiques d’analyse et renouvellement des approches théoriques. L’éclatement contemporain des discussions comparatives au sein de la plupart des scènes théoriques de la discipline doit-il être interprété comme un affaiblissement ou une évolution positive de la comparaison ?

  • 2 On pourrait ajouter d’autres motifs à cette liste des applications de la comparaison en science pol (...)

4Nous nous efforcerons de répondre en trois temps à ces interrogations. En premier lieu, nous proposerons un bilan des débats méthodologiques sur le comparatisme jusqu’au milieu des années 1990. Il s’agira de comprendre si et en quoi les règles de la démarche comparative en science politique poussent à respecter des opérations cruciales dans la mise en œuvre de la stratégie de recherche, qui impliquent de ce fait un ou des formats particuliers de questions de recherche. Nous considérerons ensuite les conséquences de la transformation de l’insertion du comparatisme dans la discipline. La comparaison sert pour certains avant tout à expliquer des phénomènes politiques complexes au moyen de l’analyse de l’influence de différents types de variables (Sartori, 1994), pour d’autres elle sert d’abord à fonder des classements ou des catégories (Seiler, 1994) ou encore à partir à la recherche des « conséquences des variations observées » (Rose, 1991)2. L’ouverture actuelle du champ de la comparaison en science politique et le renouvellement de sa place dans les différentes scènes théoriques de la discipline nous invitent à tenter de comprendre si le comparatisme profite de cette opportunité pour reconstruire l’espace heuristique qui était le sien. Nous nous intéresserons ici avant tout aux approches comparatives récentes qui, en tentant de métisser les approches, ambitionnent un renouvellement radical du regard et de l’analyse. Enfin, les transformations contemporaines des débats en science politique autour de la question de la globalisation, de la remise en cause des capacités de régulation des États-nations ou encore de l’intense développement des phénomènes de diffusion culturelle, institutionnelle ou politique constituent un défi aux approches et aux méthodes du comparatisme. L’interpénétration croissante des institutions et des idées questionne l’analyse cross countries. Les avancées théoriques les plus récentes permettent-elles de trouver des réponses satisfaisantes aux nouvelles questions ?

Principaux enjeux méthodologiques dans les approches comparées en science politique

  • 3 De nombreux articles et ouvrages proposent des bilans récents des acquis de la science politique co (...)

5L’importance des problèmes traités – des fondements de la démocratie à l’analyse des causes des guerres –, l’ampleur des zones géographiques, des aires culturelles et des périodes historiques considérées – des sociétés palatiales de la haute Antiquité à la société de l’information – interdisent de dresser un inventaire des apports de la science politique comparée qui ne serait pas trop outrageusement lacunaire3. Remarquons cependant que l’analyse des systèmes politiques a conduit les politologues à comparer aussi bien des institutions, que des histoires ou des cultures. Le comparatisme en science politique s’est ainsi plongé au cœur des débats et des lignes de fracture qui dans toutes les sciences sociales divisent les comparatistes. L’identification des universaux pertinents qui rendent possible la comparaison et celle des différences porteuses d’explication sont, comme dans les autres sciences sociales, les questions centrales de la comparaison. Pour mesurer l’évolution des débats méthodologiques, rappelons pour commencer que le clivage individualisation-universalisation a longtemps représenté un horizon qui semblait infranchissable.

6En la matière, la plupart des politologues comparatistes identifient deux logiques principales de démonstration. C. Ragin nomme celles-ci « stratégie comparative centrée sur les cas » et « stratégie comparative centrée sur les variables » (1987), J. Blondel identifie pour sa part stratégie « inductive » et « déductive » (1994, p. 11-12), alors que J. Leca (1992) convoque deux « matrices », une wébérienne et une durkheimienne de la comparaison. En premier lieu, la logique comparative centrée sur les cas a pour programme la sélection d’un petit nombre de cas pour les analyser de manière intensive. Le traitement des variables explicatives est le plus souvent qualitatif ; leur présentation se fait sous une forme interprétative, compréhensive – en référence à Weber. Les configurations de variables isolées pour chacun des cas sont resituées dans leur contexte spatial et temporel. La logique démonstrative est celle de la réflexion sur des causalités complexes. Assumant le risque de « patauger dans la réalité » (Blondel, 1994, p. 11), cette démarche souvent inductive ancre sa scientificité dans différentes stratégies heuristiques, définies par J.S. Mill dès le milieu du xixe siècle (Mill, 1867).

7La pratique classique de l’expérimentation – un groupe reçoit un principe actif, un second groupe, en tout point semblable, reçoit un placebo (méthode des différences) – est difficilement applicable en science politique parce que les cas à comparer présentent toujours un grand nombre de différences (Murray, 1994). Il y a trois façons de contourner cette difficulté. La méthode des conditions communes (ou Most Similar Systems Design – MSSD) consiste à partir à la recherche des conditions en présence dans différents cas présentant un phénomène commun à expliquer – la prise du pouvoir par un parti fasciste ou la corruption de l’élite politique par exemple. Ces conditions sont alors identifiées comme potentiellement explicatives. Cette méthode n’établit cependant pas forcément la causalité entre la ou les variables explicatives retenues et le phénomène à expliquer : il se peut que les conditions communes identifiées soient surdéterminées par d’autres facteurs propres à tel ou tel cas. Plus encore, cette méthode pousse à se concentrer sur les cas dans lesquels le phénomène en question s’est produit et à rejeter les cas, présentant potentiellement des conditions similaires, mais dans lesquels le phénomène à expliquer n’est pas intervenu (Kriesi, 1994, p. 35 ; Ragin, 1987, p. 36-39). La méthode indirecte des différences (Most Different Systems Design – MDSD) est en revanche précisément capable d’élargir le champ de l’investigation aux cas qui ne présentent pas le phénomène à expliquer. Le chercheur se pose alors la question de savoir si les conditions communes identifiées comme les causes du phénomène à expliquer sont bien absentes de cas – potentiellement similaires – dans lesquels le phénomène à expliquer est lui aussi absent. La démonstration se trouve infirmée ou confirmée par ce second test. Enfin, la méthode des résidus est comprise par Mill comme une approche configurative ; il ne s’agit pas de travailler sur des éléments de causalité pris et compris isolément. C. Ragin recommande d’utiliser ces méthodes avec pragmatisme, en les combinant de manière à maximiser les chances d’isoler les facteurs de causalité (Ragin, 1987).

8L’intérêt de la stratégie inductive pragmatique est qu’elle permet de découvrir des relations explicatives utiles à la construction théorique (Hassenteufel, 2000), mais aussi de procéder à des analyses intensives produisant des démonstrations situées, qui font preuve en rendant raison d’abord à la complexité d’un petit nombre de cas et à l’ancrage national ou historique des catégories d’analyse. L’effort essentiel de la démarche centrée sur les cas est de prendre le risque de la comparaison, d’accepter de procéder à des rapprochements entre des catégories, des phénomènes, des mécanismes, de manière contrôlée, donc sans omettre de signaler ce qui fonde écarts et différences, sources véritables de l’analyse.

  • 4 C’est l’auteur qui souligne.
  • 5 La démarche de contrôle statistique est également une étape cruciale de la mise en œuvre de cette s (...)

9Les approches centrées sur les variables analysent simultanément un nombre plus important de cas et privilégient la généralisation sur la volonté de rendre raison de la complexité (Ragin, 1987). Plus le nombre de cas considérés est important, plus grand est le risque encouru de procéder à des généralisations abusives : « Cette méthode de comparaison requiert un plus haut niveau d’abstraction dans sa spécification des concepts de manière à inclure autant de pays que possible » (Landman, 2000, p. 24). En contrepartie, cette méthode présente l’avantage de permettre : « le contrôle statistique – lui-même susceptible d’éliminer des explications alternatives –, mais aussi […] de couvrir un nombre extensif de pays, […] de procéder à des inférences fortes et […] d’identifier des pays “déviants”4 » (ibid.). Cette méthode est avant tout déductive et parvient à valider, invalider ou amender des hypothèses tirées de la théorie, notamment grâce aux « cas déviants ». Pour garantir l’efficacité de ce type de test, il faut cependant procéder à une construction judicieuse des termes de la comparaison. Le concept d’échelle d’abstraction défini par G. Sartori reste le plus éclairant. Il permet de « lier les universels aux particuliers, d’organiser nos catégories sur une échelle d’abstraction, dont la règle de base de transformation (agrégation en remontant, spécification en descendant) est que la connotation (intention) et la dénotation (extension) des concepts est inversement corrélée. Ainsi, pour rendre un concept plus général, c’est-à-dire augmenter sa capacité de mobilité, on doit réduire ses caractéristiques ou propriétés. D’autre part, pour rendre un concept plus spécifique (adéquat par rapport au contexte), on doit multiplier ses propriétés ou caractéristiques » (Sartori, 1994, p. 32). En respectant cette procédure, la comparaison reste située – R. Rose parle de bounded variability –, contrôlée. La mobilisation de variables dépendantes et indépendantes abstraites et leur application à un grand nombre de cas n’entraîne donc pas forcément une perte de contrôle intellectuel, compréhensif sur les mécanismes attendus de la causalité5.

  • 6 On trouvera une application de cette méthode à l’analyse du destin des démocraties européennes dans (...)

10La stratégie centrée sur les variables, pour rester crédible, se voit donc contrainte de procéder à un travail de contextualisation intense des variables utilisées. En réponse à cette exigence, des stratégies de rupture avec le dilemme cas-variable ont été développées récemment. La première d’entre elles consiste à cumuler un grand nombre d’études de cas approfondies de manière à simultanément disposer du caractère intensif de la connaissance sur chacun des cas, tout en accumulant un grand nombre de cas, afin de tester à grande échelle les configurations de variables explicatives de différents phénomènes (Luebbert, 1991 ; Ruschemeyer, Huber, Stephens, 1992). La seconde stratégie, développée par C. Ragin, combine analyse des configurations causales et analyse statistique. Il s’agit de conserver un niveau satisfaisant de contextualisation des variables tout en multipliant le nombre des cas considérés. La méthodologie de C. Ragin identifie d’abord des configurations larges de causes et d’effets qui sont simplifiées au moyen de l’algèbre booléenne pour aboutir à des configurations causales de quelques facteurs, testées sur un nombre important de cas (Ragin, 1987, 1996)6.

  • 7 C. Tilly a cartographié les vertus de la comparaison « individualisation » (monographies ou travaux (...)

11Les tentatives visant à surmonter l’opposition entre stratégie centrée sur les cas et stratégie centrée sur les variables évoquées ici n’épuisent pas la variété des démarches employées par les politologues qui construisent des recherches comparées. Il s’agit aujourd’hui d’échapper à l’espace heuristique de la comparaison7 (Frognier, 1994 ; Tilly, 1984) comme s’il fallait sortir d’une longue phase d’introspection des approches comparatives en science politique : « la comparaison est possible (et souhaitable) mais à la double condition de ne pas rechercher à tout prix une méthode idéale respectant scrupuleusement l’ensemble des critères de scientificité, tout en s’efforçant de maîtriser les dérives possibles » (Hassenteufel, 2000, p. 124). En tant que stratégie de recherche, la comparaison fournit, si l’on en fait un « usage raisonné », un guide qui permet de construire une démarche adaptée à une question précise en toute conscience des écueils méthodologiques. La plupart des recherches comparées contemporaines ont ainsi entrepris un tournant « constructiviste » : des démarches comparatives spécifiques sont créées en fonction de la nature de la question de recherche adressée, de l’objet de recherche construit et des cas empiriques disponibles (ibid). Cette position pragmatique permet souvent au comparatisme de gagner du terrain. Elle est cependant également, dans de nombreux cas, un renoncement. Certains évoquent les « juxtapositions » d’études de cas ou d’études comparatives d’un petit nombre de nations, sans qu’aucune forme de standardisation des études soit respectée (Page, 1995). D’autres critiquent les difficultés d’un grand nombre de travaux à manier les universaux qui de ce fait fluctuent entre renoncement à une véritable comparaison et création abusive de catégories ou de généralisations (Rose, 1991). La richesse des travaux comparatifs contemporains est grande cependant. De toutes parts, des recherches récentes s’efforcent avec succès de renouveler les méthodes et d’inventer de nouveaux regards comparatifs.

Renouveau des méthodes, renouveau de la construction théorique

12Les questions que se posent aujourd’hui les comparatistes ne sont plus focalisées sur les méthodes ou avant tout sur la construction d’un paradigme théorique à vocation hégémonique, mais portent sur des problèmes, des interrogations pertinentes pour les principaux courants de la science politique. Ainsi, le rôle des institutions, les mécanismes et les causes du changement politique, le rôle de la dimension cognitive dans l’appréhension des mobilisations, la nature des interactions entre acteurs et institutions constituent autant de problématiques pertinentes pour les comparatistes de différentes écoles. L’ouverture de l’espace de la comparaison sur la plupart des scènes théoriques de la discipline correspond à un rapprochement, à une entrée en dialogue renforcée de ces écoles (Lichbach, 1997) : les comparatistes de toutes obédiences répondent aux appels à « l’œcuménisme », aux invitations « à franchir les frontières », à métisser les approches, confirmant ainsi le tournant « situatif », constructiviste dont la nécessité a été identifiée déjà pour les méthodes (Blondel, 1994 ; Lichbach, Zuckerman, 1997 b ; Thelen, 1999).

13Commençons cependant en rappelant brièvement les situations de départ. De manière schématique, les liens originels entre méthodologie et construction théorique peuvent être caractérisés de la manière suivante. Les méthodes comparatives centrées sur les cas ont principalement été utilisées dans le cadre des discussions théoriques portant sur l’analyse de la dimension culturelle dans l’appréhension des phénomènes politiques. Ces approches ont communément recours à une démarche inductive, centrée sur un petit nombre de cas – ou sur des études de cas isolées dans le cadre des travaux d’anthropologie politique – et dont la mise en œuvre requiert un intense travail de contextualisation et d’interprétation. Elles sont accusées somme toute de peu s’occuper de la construction de catégories réellement comparables ou transposables et de se montrer peu efficaces pour expliquer ou même penser le changement politique (Ross, 1997).

14Occupant le pôle opposé, les approches déductives, centrées sur les variables, recourent à un nombre élevé de cas et aux méthodes statistiques. Elles pensent la comparaison au travers de catégories abstraites peu contextualisées. Les approches relevant de la théorie des choix rationnels sont souvent classées dans cette catégorie. À la recherche de lois universelles, les approches du choix rationnel sont accusées de se montrer trop statiques (Levi, 1997 ; Lichbach, Zuckerman, 1997 b), mais aussi de simplifier à l’extrême – stylizing facts – les configurations nationales ou historiques dans le but d’universaliser, risquant de trahir les cas en s’appuyant sur un travail de vérification empirique insuffisant (Thelen, 1999). L’usage peu critique des statistiques parachève l’assaut (Dogan, 1994 ; Lichbach, Zuckerman, 1997 b ; Rose, 1991). Enfin, les travaux comparatifs qui ambitionnent l’analyse des grandes transformations macrosociales travaillent dans le cadre de logiques configuratives, prennent en compte un petit nombre de cas, procèdent également à un intense travail de contextualisation et s’efforcent de construire des catégories de la comparaison (Tilly, 1992). Cette approche occupe une position intermédiaire entre l’« interprétativisme antiscientifique » et le « déductivisme relevant de la théorie du choix » (Katznelson, 1997). Elle est à la fois celle qui a su capter la plus grande attention au cours des années 1960 à 1980 autour de noms célèbres – R. Bendix, B. Moore, C. Tilly, I. Wallerstein, T. Skocpol – et de projets intellectuels captivants, mais elle est aussi celle qui a le moins bien su assurer sa pérennité. Les approches de l’institutionnalisme historique qui ont succédé aux travaux fondateurs suivent un programme de recherche moins ambitieux dans l’ampleur et la portée des phénomènes considérés (Hall, Taylor, 1997 ; Katznelson, 1997).

15Quel bilan tirer au début des années 2000 d’une décennie de renouvellement des relations que les approches comparatives entretiennent avec la construction théorique en science politique ? Notre choix consiste à présenter ici les travaux de ceux qui répondent avec le plus de détermination au défi consistant à transgresser les frontières, à métisser les approches, à partir à la recherche des complémentarités entre elles. La rupture avec la tradition méthodologique d’une approche peut-elle être maîtrisée ? Est-elle productive, ou n’est-elle qu’un renoncement stérile ?

Nouvelles approches du choix rationnel :prise de distance avec le paradigme de la stricte rationalité économique

16Les approches relevant du paradigme des choix rationnels sont particulièrement vigoureuses dans le monde académique anglo-saxon (Bates et al., 1998 a ; Levi, 1997, 2000). Les approches traditionnelles de ce courant en science politique (Braun, 1999 b) ont d’abord été appliquées au comportement électoral, à l’analyse des structures des systèmes partisans ou des coalitions (Downs, 1957 ; Riker, 1962), des interactions entre cycle économique et cycle électoral (Hibbs, 1977), à l’explication des logiques d’action collective (Olson, 1966, 1983). Ces travaux ont « pu révéler comment des acteurs doués de raison et d’intentions génèrent des outcomes collectifs et du comportement agrégé » (Levi, 1997, p. 20) pas toujours rationnels du point de vue collectif, dénonçant ainsi les mythes que l’intérêt individuel correspond à l’action collective et que l’action collective est forcément un bien collectif (ibid.). Ce résultat de recherche important n’a pas suffi à étouffer les critiques de la qualité des dispositifs comparatifs et, notamment du rapport à la vérification empirique entretenu par des approches déductives, avant tout préoccupées de tester des hypothèses. Les principaux animateurs du champ le reconnaissent d’ailleurs à présent : « les tenants de l’approche des choix rationnels ont toujours plutôt tendance à sacrifier la nuance pour la généralisation, le détail pour la logique, forfaiture que bien des comparatistes préféreraient refuser » (ibid., p. 21).

  • 8 R.H. Bateset al. (1988 a) évoquent à la suite de T.J. Macdonald (1996) un tournant historique alors (...)

17Quelles avancées théoriques permettent aujourd’hui aux approches rationalistes de répondre à ces critiques ? En premier lieu, l’apport de la théorie des choix rationnels ne doit pas être assimilé aux enseignements de l’économie néoclassique (Budge, 1993). Même si ces approches persistent à s’inscrire dans un cadre « parcimonieux » qui postule que les acteurs cherchent systématiquement à maximiser le bénéfice qu’ils tirent d’une situation, le constat de la rationalité contextualisée ou situative dressé par H. Simon s’applique particulièrement aux approches rationnelles en science politique : l’identification du principe d’ordre des préférences se pose dans chacun des différents cas à étudier (Simon, 1986). L’application à l’histoire économique des théories du choix rationnel a fourni l’occasion d’un tournant institutionnaliste8, véritable opportunité d’application concrète en science politique de la notion simonienne de bounded rationality (Levi, 2000). Les travaux de D. North sur l’influence des changements institutionnels dans les dynamiques de croissance économique ont permis d’identifier les institutions comme une médiation capable de situer dans un cadre national ou sectoriel, donc de différencier, l’analyse des effets du comportement des acteurs. Ces derniers s’analysent de cette manière tant au sein de l’espace d’action des acteurs, au niveau micro, que sur les outcomes collectifs qu’ils produisent au niveau macro. Essentiellement fondées sur le dilemme de l’action collective de M. Olson ou sur les analyses en termes de coûts de transaction (North, 1990 b), ces approches montrent que le changement institutionnel a un impact réel sur le développement, mais que ce dernier n’intervient que lorsque les schèmes institutionnels antérieurs deviennent trop fortement dysfonctionnels. Les catégories clés de l’analyse institutionnelle des choix rationnels, la notion de dépendance au chemin – path dependency –, des institutions informelles ou de la prise en compte de facteurs culturels ont été développées dans le cadre de travaux ultérieurs (North, 1990 a, 1991) ou inspirées de travaux issus de l’analyse en économie institutionnelle du développement des technologies (David, 1992).

  • 9 Dans le cadre d’un article programmatique, M. Levi (1997) tient par exemple avant tout à réaffirmer (...)
  • 10 « Nous pensons que les institutions induisent des choix qui sont réguliers parce qu’ils intervienne (...)

18L’ouverture des différentes branches de la théorie du choix rationnel à des facteurs « situatifs » permettant de différencier l’analyse est variable9 mais semble progresser. Aux frontières entre analyse historique et science politique, R. Bates et al. (1998 a) ont récemment élaboré une synthèse stimulante de certaines méthodes historiques et de la théorie du choix rationnel. Des premières, elle reprend la démarche de recherche inductive, fondée sur un important travail d’analyse de terrain, position en profonde rupture avec la tradition rationaliste. R. Bates et al. élaborent des narratifs, des « histoires » qui les ancrent dans les approches historiques, mais aussi les rapprochent d’une logique compréhensive, wébérienne, d’administration de la preuve (Bates et al., 1998 b). Cependant les narratifs doivent servir à élaborer des hypothèses, à fournir matière à des analyses. La conception des institutions, considérées comme des équilibres, qui est celle de l’approche en termes d’analytic narratives constitue la source essentielle des hypothèses, susceptibles de lier tradition inductive et déductive. Ainsi, « les institutions n’imposent pas de contraintes ; l’ordre dont elles proviennent émerge de manière endogène. En effet, les institutions reposent sur l’avertissement crédible, soit d’une récompense, soit d’une punition. Elles doivent donc être analysées comme des équilibres de jeux de forme extensive » (ibid., p. 5). De cette façon, les équilibres dans lesquels s’inscrivent les comportements des acteurs ne peuvent être modifiés que par des transformations exogènes10. Ce sont des « conditions qui définissent l’équilibre d’un modèle particulier dont on peut tirer des hypothèses testables » qui portent sur les relations entre variables (Bates et al., 1998 c, p. 232) : induction et déduction s’inscrivent ici dans un seul et même mouvement. La dimension comparative de cette méthode œcuménique reste limitée. Reprenant implicitement la méthode des différences de Mill, les auteurs proposent de tester des hypothèses dérivées d’une étude de cas et de les appliquer à un cas similaire (Bates et al., 1998 c ; Rosenthal, 1998). L’approche bute ainsi sur une des limites les plus fréquemment énoncées de la démarche comparative en science politique : les configurations sont trop complexes pour ne pas être sujettes à des variations incontrôlables. Ici, la richesse de la méthode narrative est trop faiblement utilisée au profit de la construction de la comparaison.

  • 11 S’instruisant de l’exemple de la discussion relative au processus de construction européenne, F. Sc (...)
  • 12 On trouve dans deux ouvrages plus anciens de F. Scharpf une illustration de sa méthode heuristique (...)
  • 13 F. Scharpf se réfère lui-même aux travaux de J. March et J. Olsen. Le politologue allemand assimile (...)

19R. Mayntz et F. Scharpf ont également proposé un cadre théorique, situé à l’intersection entre les approches institutionnalistes et les approches du choix rationnel, l’institutionnalisme centré sur les acteurs (Mayntz, Scharpf, 1995 ; Scharpf, 1997). Ce modèle focalise son attention, non pas sur l’équilibre comme régularité des effets des institutions sur les acteurs11, mais véritablement sur l’analyse de l’interaction des causalités entre stratégie des acteurs, contraintes et opportunités d’action ouvertes par les institutions et effets des configurations que les acteurs forment à travers leurs stratégies, leurs capacités d’action et les opportunités institutionnelles (Scharpf, 2000 c). Les opportunités d’action ouvertes par les politiques, les contraintes et les répertoires institutionnels fournissent à F. Scharpf, comme aux tenants de l’institutionnalisme du choix rationnel, le soubassement de l’analyse12. En dernière instance cependant, lorsque ces facteurs ne permettent pas d’expliquer les différences, les « orientations » (Scharpf, 2000 c) culturelles, cognitives, idéologiques, etc., des acteurs peuvent être mobilisées et il peut être utile de recourir aux travaux de l’institutionnalisme sociologique13 (March, Olsen, 1989). Le questionnement originel du choix rationnel est ici l’objet d’un véritable métissage des approches : les apports de l’analyse sociologique et configurative jouent un rôle concret dans une analyse comparée avant tout qualitative et véritablement inductive.

Renouveau comparatiste des approches culturalistes ?

  • 14 D’autres critiques portent sur la faiblesse de la délimitation de l’objet (où s’arrêtent et où comm (...)

20La posture des approches culturalistes dans le champ de la comparaison est ambivalente. Champions des études individualisantes, des travaux monographiques et supposés mal équipés pour penser le changement, les culturalistes ont fait l’objet de bien des critiques des comparatistes14. Rappelons pour commencer l’orientation générale du projet culturaliste : « […] les culturalistes étudient les règles qui constituent les identités des individus et des groupes » (Lichbach, Zuckerman, 1997 b, p. 7). Plus largement, la culture, objet d’étude central, est à la fois « un système de sens » ou encore « la base de l’identité sociale et politique qui affecte la façon dont les gens s’ordonnent et dont ils agissent sur une large palette de sujets » (Ross, 1997, p. 42). Dans ce cadre, les culturalistes étudient les modes d’appropriation des valeurs et des attitudes par les individus ou les patrimoines communs d’identités et de normes qui sous-tendent les interprétations et les rattachements des individus.

21En science politique, les travaux culturalistes ont aussi bien montré comment les cultures influencent les contextes d’émergence de la politique, les liens entre identités collectives et individuelles, le fonctionnement des schémas cognitifs ou symboliques comme sources d’interprétations par les individus des phénomènes sociaux et politiques ou encore les mécanismes qui transforment les éléments culturels en ressources pour l’organisation et la mobilisation (Ross, 1997). Ce balayage méthodique des liens entre culture et politique dressé dans le cadre des approches culturalistes n’a pourtant que rarement favorisé une véritable démarche comparative. La position de B. Badie est d’ailleurs sans appel : « les histoires sont incomparables par essence, parce que productrices, chacune, de leur système conceptuel et de leurs variables significatives » (1992, p. 364). Si les différentes cultures produisent des systèmes cohérents de symboles, de valeurs, d’identités de normes qui fondent les choix, les actions, les légitimités, les justifications et si cette cohérence ne permet pas la mise en communication avec d’autres systèmes de sens – cela encore moins si les institutions médiatisent de façon implacable les effets de la culture (Douglas, 1999) –, alors comment éviter le constat que l’approche culturaliste débouche sur un « enfermement » (Leca, 1992), intrinsèquement contraire à l’esprit du comparatisme ?

22De nombreux travaux culturalistes récents travaillent cependant de manière comparée. Les analyses consistent alors à démonter les codes culturels, à focaliser l’attention sur les équivalents fonctionnels, sur les interactions entre culture, structures sociales et action individuelle. Seules deux approches culturalistes comparatives contemporaines ont été retenues ici en illustration. Celle développée par R. Inglehart (1989) propose de comparer les schémas culturels entre nations et cultures autour du clivage matérialisme - post-matérialisme, s’attaquant ainsi de front à la délicate question de la comparabilité des « systèmes de sens ». Le second modèle applique une grille d’analyse des appartenances et des mobilisations sociales fondée sur des hypothèses simples et tente de mettre en évidence des régularités dans les interactions entre identités, institutions et formes d’ordre social, de nouveau, à travers les pays, les époques, les cultures ou les groupes sociaux (Lockhart, 1999).

23R. Inglehart (1993) a produit, sur plusieurs années, un important travail d’enquêtes internationales sur la transformation des valeurs, sur la « transition culturelle » dans les sociétés occidentales. L’objectif de la recherche consiste à mesurer la mutation culturelle mais aussi à expliquer les transformations des attitudes des individus face à la famille, au travail, aux conflits, etc. Ainsi, la culture « est un élément causal essentiel qui aide à modeler la société » (Inglehart, 1993, p. 14) et fournit un cadre à l’interprétation des actions et des motifs. Schématiquement, ces travaux montrent que, dans les sociétés occidentales, la forte croissance économique de l’après-guerre a entraîné une mutation des valeurs et des attitudes des générations les plus jeunes. Ceux qui n’ont connu ni la dernière guerre, ni les difficultés économiques de cette période se détournent des valeurs matérialistes orientées vers la sécurité physique et économique, pour se préoccuper de valeurs post-matérialistes, orientées vers les loisirs, le développement intellectuel, l’environnement, etc. Cette transition des valeurs de référence des jeunes générations exerce une influence directe sur les identifications ainsi que sur le comportement politique et social des individus. Elaboré dans les années 1970 dans les neuf pays membres de la Communauté européenne, le modèle de R. Inglehart a été testé dans le contexte nord-américain puis entre 1990 et 1991 dans le cas de quatre pays d’Amérique du Sud, de quatre pays d’Asie, de plusieurs pays d’Europe orientale et d’un pays d’Afrique. L’application de ce schéma à des cultures différentes présente un intérêt surtout par la démarche méthodologique mise en œuvre par l’auteur.

24En universalisant les dimensions de sa comparaison, R. Inglehart montre qu’à ses yeux la transition des valeurs du matérialisme au post-matérialisme peut être posée dans n’importe quel contexte culturel. Il suffit de la formuler dans des termes assez abstraits, afin que « les objets en cause soient suffisamment larges pour qu’ils fassent du sens dans des contextes culturels différents » (Inglehart, 1998, p. 61). R. Inglehart montre ainsi que l’application à des sociétés différentes d’un schéma interprétatif général développé dans le contexte occidental est permise par la montée en généralité. La réflexion critique sur les composantes du phénomène à observer, comme éléments du système de sens testés à travers des indicateurs dont on peut contrôler la cohérence interne et externe, invite à la contextualisation par l’interprétation individualisante. On retrouve à ce stade les fondements de la tradition comparative culturaliste.

  • 15 Sur cette question, on consultera le travail commun à C. Lockhart et A. Wildavsky (1998). A. Wildav (...)

25La perspective de la Grid-group theory emprunte une voie différente et tend à réconcilier l’univers des problématiques culturalistes avec la méthode heuristique familière aux approches du choix rationnel15. Les analyses centrées sur les interactions entre culture et politique sont traitées avec un souci de l’individualisation des cas qui rend souvent vain tout projet comparatif. Le Grid-group privilégie en revanche la stylisation des faits et la focalisation sur un nombre réduit d’hypothèses simples, à tel point qu’on serait tenté ici de convoquer « parcimonie et élégance », justifications éternelles des simplifications propres à la théorie des choix rationnels. En l’occurrence, l’intérêt des approches du Grid-group consiste à modéliser les interactions entre deux éléments considérés comme essentiels à l’analyse des cultures d’organisation sociale, des déterminants des appartenances ou des mobilisations (Lockhart, 1999). La stylisation des faits permet, conformément au modèle de l’échelle d’abstraction de G. Sartori, de retenir une équation construite autour d’un nombre restreint de facteurs identifiés comme forcément fondateurs de phénomènes complexes et d’appliquer cette équation à un grand nombre de cas. En l’occurrence, deux principaux facteurs sont identifiés : le degré de légitimité des prescriptions externes au groupe – ou degré de tolérance du groupe vis-à-vis des prescriptions externes – et la force de l’affiliation au groupe. Ces deux dimensions sont fondatrices de quatre modes de vie (tableau 4). On est tenté de parler de mode d’organisation sociale.

Tableau 4 –La typologie du Grid-group

Tolérance vis-à-vis des prescriptions externes

Affiliation au groupe

Faible

Élevée

Élevée

Fatalistes

Hiérarchistes

Faible

Individualistes

Égalitariens

Source  : Lockhart (1999, p. 865).

  • 16 Dans le cas américain, au terme de ces analyses, les origines fortement diversifiées des premiers i (...)

26Comme dans d’autres approches de type culturaliste, les quatre modes d’organisation sociale détaillés ci-dessus ont des origines historiques et s’appliquent à des contextes nationaux. Ainsi, le contexte d’émergence de l’Allemagne moderne, caractérisé par la faiblesse et la division de pouvoirs politiques morcelés en une myriade de principautés, dans un contexte européen marqué par la puissance de grands États, explique la formation d’une culture d’appartenance marquée à la fois par une forte adhésion au groupe et un niveau de tolérance élevé vis-à-vis des normes extérieures. Ces deux éléments sont précisément la marque de la culture hiérarchique16. L’approche du Grid-group s’inscrit également dans le cadre de l’institutionnalisme culturel (Hall, Taylor, 1997). Pour C. Lockhart, « la culture est une source importante de la formation et de la pérennisation des institutions sociales et vice versa » (Lockhart, 1999, p. 868). Cependant, à la différence des conceptions traditionnelles de l’institutionnalisme culturel, l’approche du Grid-group développe un modèle dont deux éléments principaux sont précisément formatés de manière à pouvoir analyser le changement. Les courants dominants de l’institutionnalisme culturel focalisent en général leur attention sur l’État et montrent comment les styles administratifs et politiques véhiculés par les institutions renforcent des cultures politiques cohérentes et vice versa (Van Waarden, 1997). En revanche, la mise en évidence d’un affrontement entre plusieurs modes de vie concurrents, au sein d’un même ensemble national, permet de comprendre comment des transitions s’opèrent dans les cultures politiques et administratives de différents pays. Plus encore, cette approche focalise son attention sur deux facteurs de changement. D’abord, les différentes formes d’institutions enseignent aux acteurs sociaux des registres d’action et d’identification variés, qui sont autant d’incitations à l’apprentissage, au changement, à l’hybridation des réponses induites par les institutions. Ensuite des événements extérieurs peuvent favoriser des alliances stratégiques entre des groupes relevant d’une culture individualiste et des groupes relevant d’une culture égalitaire par exemple (Lockhart, 1999).

27Le jeu des apprentissages de groupe, des hybridations des modes de vie, des alliances entre différents modes de vie permet de comprendre les dynamiques politiques à travers l’analyse des dynamiques culturelles. De cette façon, on peut par exemple expliquer comment le mode d’organisation social individualiste, qui, bien que dominé par le mode autoritaire, existait dans l’Allemagne d’avant guerre, a finalement pu renverser ce dernier et s’imposer, avec le soutien des Alliés occidentaux. Les ponts ici établis entre analyse des choix rationnels, analyse culturaliste et formes modernes de l’institutionnalisme s’avèrent productifs pour penser le changement.

Les héritiers des approches structuro-configuratives

28Entre la stratégie centrée sur les variables, souvent privilégiée par les approches du choix rationnel, et l’analyse approfondie de quelques, ou d’un seul cas, favorite des approches culturalistes traditionnelles, les approches structuro-configuratives ont exploré une voie moyenne : l’analyse approfondie d’un nombre réduit de cas, autour d’un objet de comparaison construit (Katznelson, 1997 ; Lichbach, 1997) qui fait précisément aujourd’hui l’objet d’un large consensus dans le champ du comparatisme.

  • 17 Divers travaux de T. Skocpol constituent les cibles explicites et implicites de ces auteurs (Skocpo (...)

29Cependant en dépit de la postérité de la méthode explorée par les fondateurs de la sociologie historique comparative, différents auteurs signalent la crise et l’absence de descendance véritable aux travaux de B. Moore, R. Bendix ou I. Wallerstein. À cet égard, les attaques portées contre la principale héritière de la tradition structuro-configurative, T. Skocpol, sont nombreuses et radicales. Coupable pour certains d’avoir dévoyé la méthode des pères fondateurs en cherchant à systématiser la relation de causalité – notamment en insistant sur le rôle de l’État –, T. Skocpol trahirait la réalité de chaque cas (Katznelson, 1997). Pour d’autres, elle a imposé des catégories, des objets de comparaison à la fois trop vagues et trop peu justifiés17 (Leca, 1992). Il semble pourtant que ce soit avant tout en cherchant à redimensionner le format de la comparaison que l’élève de B. Moore a porté un coup fatal aux approches structuralistes classiques. La principale originalité de ces dernières était en effet de montrer comment « la vie sociale et l’action sont formées par des processus, des relations et des formes d’interaction dont l’échelle est à la fois plus grande (comme dans le commerce global ou la circulation transfrontalière des idées) et plus réduite (comme dans les formes de la parenté ou des cultures régionales), que ce que tout contenant social pourrait supporter » (Katznelson, 1997). Les surdéterminations à l’œuvre s’inscrivent ainsi dans des processus quasi universels, si longs et si écrasants, qu’ils rassemblent les cultures, les unissent dans un même destin de sens, et agissent sur les individus dans chacune de leur action.

  • 18 En cela T. Skocpol rompt avec l’approche développée dans son ouvrage majeur de 1979.

30Dès 1984, T. Skocpol a affirmé vouloir renouveler les objets de comparaison des analyses qui s’intéressent à la fois aux structures macrosociales, à la dimension historique et fondent la comparaison sur la notion de configuration. Le projet consistait en l’occurrence à transformer aussi bien l’inscription historique de l’analyse que le dimensionnement des objets d’étude18. L’idée était notamment de plaider pour une réorientation des travaux vers l’analyse de « séquences historiques » ou de « chemins de développement alternatifs » qui rompent avec les objets traditionnels construits autour de processus inscrits dans la longue durée, cherchant à expliquer « les caractéristiques et les effets de structures sociales et de l’action de groupes en des termes potentiellement généralisables » (Skocpol, 1984, p. 360). La prise en compte de la « longue durée » n’est pourtant pas ici incompatible avec une construction des objets d’étude qui se limite à des périodes historiques plus circonscrites – l’entre-deux-guerres, le tournant du siècle – et à des objets également plus réduits. T. Skocpol cite en exemple les travaux de ceux qui, comme R. Dore à travers l’analyse des systèmes de relations industrielles (Dore, 1973) ou P. Flora, avec les États-providence (Flora, Heidenhiemer, 1981), ont su enrichir la science politique de nouveaux objets. L’État, la démocratie, le capitalisme ne sont plus considérés dans leur globalité. L’attention se centre sur des manifestations institutionnelles de l’État limitées et inscrites dans une problématique sociale autonome : la vie sociale dans les firmes, le risque social. Dans la tradition structuro-configurative, le regard du politologue se décentre par rapport aux territoires traditionnels du pouvoir. Cependant, la construction d’objets de comparaison circonscrits, tout comme la focalisation sur des séquences historiques réduites sont deux éléments qui bouleversent « l’espace d’action » de référence. En limitant l’objet de recherche dans sa taille et dans son inscription historique, T. Skocpol condamne de fait le projet structuraliste. Les catégories et les processus en question ne sont plus suffisamment fondamentaux pour prétendre à l’universel, c’est-à-dire pour unir les cultures, les institutions et les hommes.

  • 19 Différentes recensions de cette approche sont disponibles. Ils sont l’œuvre des tenants eux-mêmes d (...)
  • 20 Ici la synthèse œcuménique tente la conciliation des approches culturalistes avec celle des coûts d (...)

31L’évolution entérinée plus qu’initiée par T. Skocpol correspond de manière assez claire au programme de recherche de l’institutionnalisme historique qui domine le champ contemporain des approches comparatives configuratives et qui est en même temps une illustration supplémentaire du métissage des approches qui nous préoccupe ici19. En l’occurrence, il s’agit de conserver une partie de l’héritage structuraliste – la focalisation sur un petit nombre de cas, sur des configurations causales et sur des objets comparatifs situés et construits – et de l’incorporer à une ontologie plus proche de celle de la théorie des choix rationnels que de celle des structuralistes. De fait, l’institutionnalisme historique revendique une position théorique souple – certains diront peu définie ou « situative » (Immergut, 1998) –, axée sur la problématique du changement qui permet de penser différents types de changement. Pour une part, les tenants de l’institutionnalisme historique reconnaissent que les institutions ouvrent des opportunités d’action aux acteurs politiques et sociaux, leur attribuent des ressources et structurent en cela leur comportement (Thelen, Steinmo, 1992). Sur la durée également, les institutions, comprises comme des « constructions sociales au sens où elles incarnent des codes sociaux partagés » (Thelen, 1999, p. 386), mais aussi des « héritages durables d’affrontements politiques » (ibid., p. 388)20, stabilisent les comportements des acteurs. Dans le même temps cependant, différentes sources de changement sont envisagées. Des transformations du contexte socio-économique permettent à des institutions autrefois latentes de devenir importantes ou peuvent expliquer que des institutions, sans changer de visage, soient mises au service de nouveaux objectifs (Thelen, Steinmo, 1992) ; il est également envisagé que les acteurs changent de préférences au sein d’un système institutionnel stable ou, au contraire, qu’ils ajustent leurs stratégies de manière à s’adapter à des changements au sein des institutions elles-mêmes (ibid.). La relation entre acteurs et institutions est réciproque. L’espace de l’action est en partie déterminé par la configuration institutionnelle, mais les acteurs, autonomes, sont capables d’agir sur la forme ou les effets des institutions en mobilisant des ressources propres.

  • 21 G. Lehmbruch (1995) a exposé un modèle similaire d’analyse du développement institutionnel à traver (...)
  • 22 Pour reprendre ici la traduction en français de la notion d’embedded capitalism (Granovetter, 2000)

32Sur le plan comparatif, l’intérêt de ces approches est double. Pour une part, le caractère inclusif d’un grand nombre de variables et la vocation configurative et situative des explications mobilisées correspondent au modèle de démonstration par la construction d’objets comparatifs spécifiques. Plus encore, en centrant son attention sur la pluritemporalité du changement institutionnel, l’institutionnalisme historique développe progressivement une grille d’analyse des « chemins du développement institutionnel » et des « points critiques de bifurcation » des systèmes institutionnels (Thelen, 1999). En l’occurrence, il s’agit de montrer comment les évolutions de systèmes institutionnels sectoriels, dans différents pays, s’inscrivent dans l’enchevêtrement de séquences de développement d’institutions politiques, de besoins de régulation qui s’expriment dans des secteurs ou de capacités de coordination développées par des acteurs sociaux. Les orientations retenues à des moments clés du développement peuvent exercer une influence durable sur la suite de l’évolution, sans pour autant que la voie soit tracée de manière irréversible21. Les travaux du néo-institutionnalisme historique ont su analyser de manière convaincante la transformation progressive des effets de schémas institutionnels globalement stables, notamment dans le cas des arrangements corporatistes en Allemagne et en Suède (Pontusson, 1996 ; Thelen, 1991, 1994), ou encore des formes du « capitalisme encastré22 » allemand et japonais (Lehmbruch, 2000 ; voir également sa contribution à ce volume). De nouveau ici, l’institution est centrale dans l’analyse. Comprise comme la norme garante d’un équilibre pour les choix rationnels, comme la cristallisation d’un système de sens à vocation autoreproductive pour le culturalisme, l’institution est contrainte et ressource qui permet la stabilité mais elle est aussi le moyen et l’horizon du changement.

33Les approches que nous avons choisi d’analyser partagent plusieurs points communs. En premier lieu, elles sont moins focalisées sur la construction d’une approche théorique homogène, à vocation hégémonique, et sont plus ouvertes sur le traitement de « problèmes » – comme l’analyse du changement par exemple. Plus à même de ce fait d’utiliser les acquis ou les outils développés dans le cadre de familles théoriques alternatives, ces approches ont toutes pour caractéristique de renouveler profondément les méthodes comparatives qui dominent leur champ d’ancrage théorique principal. Nous avons ainsi eu l’occasion d’observer des approches du choix rationnel qui privilégient la démonstration qualitative, compréhensive, centrée sur quelques cas… à la démonstration par le recours à des batteries d’indicateurs statistiques. À l’inverse, certaines approches contemporaines dans les analyses néoculturalistes s’efforcent de construire des universaux de comparaison inclusifs et testent les hypothèses, tirées des théories culturalistes, à la façon des tenants des choix rationnels, c’est-à-dire, en « stylisant les faits », en focalisant sur quelques hypothèses simples. Ces entrecroisements de théories et de méthodes constituent de véritables novations. Cependant, notre question initiale demeure. Le renouvellement des approches et leur entrée en dialogue suffisent-ils à renforcer la capacité heuristique des analyses comparatives en science politique pour faire face aux nouveaux défis auxquels la discipline doit aujourd’hui faire face ? Il serait bien ambitieux de vouloir dresser un bilan ou dessiner un agenda de recherche. On se contentera de proposer en conclusion quelques pistes de réflexions préliminaires sur les questions que posent à l’analyse comparée différentes manifestations du mouvement contemporain de globalisation, identifié ici comme le principal défi aux catégories, aux objets et aux méthodes de l’analyse comparée en science politique.

La comparaison face à la globalisation

La globalisation : quelle réalité politique ?

  • 23 Notamment pour ce qui touche au positionnement des entreprises sur les marchés, à leurs pratiques d (...)
  • 24 Notons par ailleurs que ces questions d’homogénéisation des opinions et débats publics, mais aussi (...)

34Alors que la réalité même du phénomène et de son impact sur la politique s’est longtemps trouvée contestée et contredite (Fliegstein, 1997 ; Hirst, Thompson, 1997 ; Weiss, 1998), un grand nombre de travaux s’accordent aujourd’hui sur l’identification de quelques caractéristiques essentielles de la globalisation. Ce phénomène concernerait ainsi avant tout, dans la sphère économique, une accélération du poids du commerce international et surtout du rythme de la circulation mondiale des capitaux (Frieden, Rogowsi, 1996). Ces deux phénomènes ont des conséquences sur les choix stratégiques des firmes23 et sur les choix de politiques économiques et sociales des États (Scharpf, 2000 a). En l’occurrence, le renforcement de la volatilité des capitaux tend à discipliner les politiques des États et à les orienter dans le sens de la rigueur budgétaire, de la « maîtrise » de la pression fiscale, ce qui conduit, dans le cadre d’une logique orthodoxe, à disqualifier les politiques de relance par le déficit budgétaire. Au plan politique, la globalisation prend la forme d’un accroissement du poids des régulations globalisées (Rosenau, 1998) et d’une accélération de la diffusion de l’information (Ohmae, 1996) qui a des conséquences concrètes à la fois en matière d’homogénéisation des opinions et débats publics, mais aussi de diffusion des modèles et recettes politiques entre gouvernements (Garrett, 2000). Cette dernière dimension de la globalisation est celle qui exerce l’impact le plus direct sur la construction des analyses comparatives en science politique24.

35En effet, prioritairement inscrite dans l’espace transnational, la comparaison en science politique avait érigé les systèmes politiques des différents États-nations en norme de référence absolue de la comparaison. La dimension transnationale superpose dans la plupart des cas clivages culturels, linguistiques, religieux aux communautés de destin historique inscrites dans la longue durée avec des facteurs strictement institutionnels. Elle permet ainsi aussi bien aux culturalistes, aux tenants des choix rationnels, à ceux des approches configuratives et bien sûr aux institutionnalistes de toute affiliation de reconnaître dans la norme nationale l’horizon privilégié de la comparaison. Plus encore, de nombreuses thèses comparatives en science politique avaient, dans la lignée des théories de l’effet sociétal (Maurice, Sellier, Silvestre, 1982), insisté sur la cohérence interne des modèles institutionnels et socio-économiques des États-nations, et partant, les difficultés qui se posent à toute forme de transfert institutionnel (Crouch, 2000 ; Locke, Jacoby, 1997 ; Mény, 1993).

36Cependant, le poids croissant des régulations contraignantes à caractère transnational, qu’elles s’inscrivent dans le contexte international (Rosenau, 1998) ou communautaire (Muller, 2000 ; Scharpf, 2000 b), mais aussi de la diffusion de recettes et modèles politiques par des organisations internationales – OCDE, FMI, etc. – (Radaelli, 2000) ou d’idées, par des réseaux issus de la société civile (Stone, 2000) ou par les élites politiques elles-mêmes, interrogent les anciennes positions. Au-delà de la remise en cause de l’indépendance des cas évoquée en introduction, l’influence des transferts institutionnels et de la diffusion de modèles de politiques publiques a plusieurs conséquences directes sur l’analyse comparée en science politique. En premier lieu, cette évolution réactualise la thèse de la convergence des systèmes politiques (Smith, 2000 ; Unger, Waarden, 1997). Ensuite, elle invite à relativiser les thèses de la cohérence et de la fermeture des modèles nationaux et, au contraire, à réfléchir sur les conditions favorisant différentes formes de diffusion (Dolowitz, 2000 ; Dolowitz, Marsh, 1996 ; Olsen, Peters, 1996 ; Rose, 1993). Enfin, elle tend à rendre plus flou le cadre privilégié de l’analyse comparative qu’est le cadre national (Rose, 1991), ce précisément au moment où la focalisation sur la dimension institutionnelle constitue le point de rencontre le plus frappant de l’évolution des différentes familles d’approche comparative.

Des déplacements de frontières

37Les remarques finales qui suivent ont essentiellement pour but d’adresser des propositions liminaires, peu élaborées, sur les contributions que pourraient apporter les familles d’approche comparative à quelques-uns des points d’impacts qu’exercent sur elles diverses manifestations de la globalisation. Observons successivement le renforcement du poids des gouvernances internationales, la multiplication des transferts institutionnels et enfin, la diffusion de débats et d’idées. Il s’agit de montrer que les phénomènes retenus ont tendance à déplacer les questions de l’analyse comparative plutôt qu’à véritablement remettre en cause le cadre national, référence de la comparaison en science politique.

  • 25 Soulignons à cet égard la thèse de C. Radaelli qui explique que les instances européennes tendent à (...)

38En premier lieu, les régulations internationales ou européennes, médiatisées par des systèmes institutionnels, d’acteurs ou réinterprétées dans le cadre de cultures – administratives ou politiques – nationales conservent aux approches comparatives institutionnalistes (Scharpf, 2000 a) ou culturalistes (Van Waarden, 1997) toute leur validité. Cependant, l’analyse se limite alors à la phase de mise en œuvre des politiques. En revanche, l’analyse des décisions, et notamment des raisons de la convergence, reste potentiellement dans l’ombre25. La multiplication des transferts institutionnels aboutit à des conclusions similaires sur le maintien d’un impact fort des systèmes institutionnels et d’acteurs ainsi que des cultures nationales dans l’importation d’institutions venues de l’extérieur (Olsen, Peters, 1996 ; Unger, Waarden, 1997). Une littérature importante se développe parallèlement et réfléchit aux conditions de réussite du transfert institutionnel. Les travaux montrent alors que plus les configurations sociopolitiques des nations d’accueil sont proches des conditions en vigueur dans le pays d’origine, meilleures seront les chances de succès du transfert (Rose, 1993). Dans une perspective centrée sur la dimension cognitive, d’autres travaux ont montré que les transferts sont plus aisés quand l’adoption d’un nouveau modèle n’entraîne pas de modification du core belief du personnel politique du pays d’accueil (Olsen, Peters, 1996).

39Cette dernière remarque pourrait aisément être appliquée à la troisième dimension ici en cause : la diffusion transnationale d’idées et de débats, dont certains ne sauraient aisément passer les frontières. Les référentiels dominants – et le cas échéant, les acteurs sociaux qui les défendent – dans les différents pays servent de filtres et d’instances d’adaptation au contexte d’accueil des idées en circulation, notamment parce que les référentiels politiques forment des ensembles dotés de cohérence (Braun, 1999 a). Ainsi, en matière d’idées et de représentations comme c’est le cas pour ce qui concerne les régulations à proprement parler ou encore le transfert institutionnel, les procédures de traduction, d’incorporation par le contexte national restent des éléments déterminants. En dehors des approches relevant des choix rationnels qui n’intègrent qu’à contrecœur des dimensions supplémentaires d’analyse, les approches culturalistes ou en termes de configurations d’acteurs et d’institutions semblent, nous l’avons vu, bien armées pour enrichir leur regard à l’aune des transformations actuelles.

Notes

1 Je tiens à remercier les lecteurs des différentes versions de cet article : V. Amiraux, D. Braun, T. David, M. Dupré, F. Gilardi, P. Gottraux, A. Jacob, M. Lallement, G. Lefèvre, S. Nahrath, J.-F. Perellon et D. Renard.

2 On pourrait ajouter d’autres motifs à cette liste des applications de la comparaison en science politique. M. Dogan et D. Pelassy rappellent à cet égard que la démarche comparative permet de « mieux se connaître » et « d’échapper à l’ethnocentrisme » (1982, p. 8) et P. Hassenteufel évoque, de manière détaillée et à l’aide d’exemples éclairants, les avantages heuristiques de la « mise à distance » (2000).

3 De nombreux articles et ouvrages proposent des bilans récents des acquis de la science politique comparée (Apter, 1996 ; Badie, 1994 ; Badie, Hermet, 1989 ; Berges, 1994 ; Dogan, Pelassy, 1982 ; Frognier, 1994 ; Kriesi, 1994 ; Landman, 2000 ; Lane, Ersson, 1994 ; Mair, 1996 ; Mény, 1996 ; Peters, 1998 ; Rose, 1991 ; Sartori, 1994 ; Seiler, 1994 ; Smith, 2000).

4 C’est l’auteur qui souligne.

5 La démarche de contrôle statistique est également une étape cruciale de la mise en œuvre de cette stratégie de recherche. Les critiques de la qualité des indicateurs disponibles – construction, fiabilité –, mais surtout de leur usage – relation à la contextualisation, prise en compte des effets de décalage temporel, etc. – ont été rappelées récemment (Dogan, 1994, Bevort, Trancart, dans cet ouvrage). C. Ragin (1987) propose un bilan efficace des règles à respecter pour éviter certaines des impasses de l’analyse statistique.

6 On trouvera une application de cette méthode à l’analyse du destin des démocraties européennes dans l’entre-deux-guerres chez D. Berg-Schlosser et G. De Meur (1994).

7 C. Tilly a cartographié les vertus de la comparaison « individualisation » (monographies ou travaux centrés sur les cas), « universalisation » (généralisation à travers les approches centrées sur les variables), « systématisation » (intégration d’un grand nombre de pays dans un tableau général des variations sur le modèle des cartes conceptuelles de S. Rokkan, 1970), « corrélation » (identification des variations systématiques entre les cas).

8 R.H. Bateset al. (1988 a) évoquent à la suite de T.J. Macdonald (1996) un tournant historique alors que M. Levi (2000) fait état d’un economic turn.

9 Dans le cadre d’un article programmatique, M. Levi (1997) tient par exemple avant tout à réaffirmer que les fondements de l’analyse sont certes élargis à l’institution mais que le comportement des acteurs est orienté sur le principe fondateur de la rareté (scarcity) des ressources.

10 « Nous pensons que les institutions induisent des choix qui sont réguliers parce qu’ils interviennent dans le cadre d’équilibres. Dans un équilibre, aucun acteur ne choisirait unilatéralement de transformer son comportement, étant donné les options, les payoffs et les anticipations concernant le choix des autres ; pas plus que cet acteur n’a de raison de réviser ses propres anticipations. Si les facteurs exogènes restent les mêmes, nous pouvons attendre que le comportement reste stable » (Bateset al., 1998 a, p. 8).

11 S’instruisant de l’exemple de la discussion relative au processus de construction européenne, F. Scharpf (2000 b) pense cependant que les États-nations acceptent des compromis seulement dans la mesure où la transformation implique un progrès par rapport à la situation ex ante.

12 On trouve dans deux ouvrages plus anciens de F. Scharpf une illustration de sa méthode heuristique fondée sur la théorie des jeux appliquée à l’analyse des stratégies des gouvernements socio-démocrates en Europe face à la crise économique des années 1970-1980 (Benz, Scharpf, 1991 ; Scharpf, 1997, chap. I).

13 F. Scharpf se réfère lui-même aux travaux de J. March et J. Olsen. Le politologue allemand assimile les facteurs institutionnels ou « structurels » liés aux opportunités d’action ouvertes par les circonstances politiques à des remote causes alors que les configurations ou les orientations des acteurs représentent des proximate causes (Scharpf, 2000 c).

14 D’autres critiques portent sur la faiblesse de la délimitation de l’objet (où s’arrêtent et où commencent les cultures nationales ?) ou sur la difficulté de ces approches à traiter des variations au sein d’un même ensemble national (Ross, 1997).

15 Sur cette question, on consultera le travail commun à C. Lockhart et A. Wildavsky (1998). A. Wildavsky (1994) s’est pour sa part directement intéressé à la contribution des analyses culturalistes à la rénovation des grandes catégories de l’analyse des choix rationnels.

16 Dans le cas américain, au terme de ces analyses, les origines fortement diversifiées des premiers immigrants ont conduit à l’émergence d’un mode d’organisation sociale de type individualiste, caractérisé par un degré élevé de méfiance vis-à-vis des groupes extérieurs et par une faible affiliation au groupe.

17 Divers travaux de T. Skocpol constituent les cibles explicites et implicites de ces auteurs (Skocpol, Somers, 1980 ; Skocpol, Finegold, 1982 ; Weir, Skocpol, 1983).

18 En cela T. Skocpol rompt avec l’approche développée dans son ouvrage majeur de 1979.

19 Différentes recensions de cette approche sont disponibles. Ils sont l’œuvre des tenants eux-mêmes de l’approche (Thelen, 1999 ; Thelen, Steinmo, 1992) ou bien de commentateurs plus ou moins bienveillants (Hall, Taylor, 1997 ; Immergut, 1998 ; Kato, 1996 ; Koelble, 1995).

20 Ici la synthèse œcuménique tente la conciliation des approches culturalistes avec celle des coûts de transaction.

21 G. Lehmbruch (1995) a exposé un modèle similaire d’analyse du développement institutionnel à travers des séquences d’évolution interdépendantes d’institutions et d’acteurs variés.

22 Pour reprendre ici la traduction en français de la notion d’embedded capitalism (Granovetter, 2000).

23 Notamment pour ce qui touche au positionnement des entreprises sur les marchés, à leurs pratiques de recrutement, de formation, d’organisation des relations de sous-traitance, mais aussi, point essentiel, aux formes des relations entre l’économie et le système financier.

24 Notons par ailleurs que ces questions d’homogénéisation des opinions et débats publics, mais aussi de diffusion de recettes politiques participent directement de l’impact de la globalisation sur les acteurs économiques étatiques comme privés. On trouvera dans les travaux suivants une analyse complète du phénomène de la globalisation en science politique : Senarclens, 2000 ; Heldet al., 1999 ; Mittelman, 2000 ; Rosenau, 1998.

25 Soulignons à cet égard la thèse de C. Radaelli qui explique que les instances européennes tendent à favoriser « l’isomorphisme » des systèmes politiques européens – de fait la convergence –, dans le but de lutter contre leur propre déficit de légitimité (Radaelli, 2000).

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site