Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies de la comparaison internationale

 | 
Michel Lallement
, 
Jan Spurk

Deuxième partie. La comparaison internationale aux prismes disciplinaires

Avant-propos

Texte intégral

1Si elles se confrontent toutes aux difficultés de la comparaison (historique ou spatiale), les différentes sciences sociales ne sont pas toutes porteuses des mêmes problématiques, méthodes, théories…, bref des mêmes stratégies de recherche. Afin d’éclaircir les options propres à chaque champ disciplinaire et évaluer les évolutions passées et récentes en leur sein, cette partie propose un examen des pratiques et des théories « comparatives » en science politique, sociologie, économie, sciences de l’éducation et statistique. Nous n’avons pas souhaité imposer de grille de lecture homogène aux auteurs pour éviter les pièges du comparatisme naïf que, précisément, nous nous employons à dénoncer. Les façons de faire et les principaux résultats mis en évidence dans les cinq chapitres qui suivent sont, de ce fait, plutôt variés. Le chapitre dédié aux sciences politiques (O. Giraud) propose, le premier, une vaste synthèse internationale des recherches comparatives. Il montre notamment à quel point ces recherches sont difficilement séparables d’enjeux politiques proprement dits et, surtout, combien le métissage a permis de renouveler au cours de ces dernières années l’intelligence comparative au sein des sciences politiques. La contribution suivante (M. Lallement) nous rappelle d’abord à l’évidence historique : en sociologie, le geste comparatif est inséparable des premières pratiques et injonctions méthodologiques qui ont accompagné la genèse de cette discipline. Le chapitre se poursuit par un ensemble de remarques à tonalité réflexive visant notamment à comparer les méthodes de comparaison et à soulever quelques interrogations – celle de la traduction par exemple – toujours d’actualité aujourd’hui.

2La contribution d’A. Bevort et D. Trancart explore dans un même esprit les enjeux liés à la comparaison en éducation. Les auteurs repèrent toute une série de faits et de variables (problème de traductions dans les questionnaires, poids des intérêts liés à la construction des politiques publiques…) qui déterminent le mode d’encastrement social des pratiques d’études et de recherches. Afin de dépasser les apories du technicisme souvent prisé dans les grandes organisations internationales, ils suggèrent d’ériger en « problème commun », pour utiliser le vocable de C. Dubar, C. Gadea et C. Rolle, ce thème majeur qu’est celui de la démocratisation. C. Erhel opère de manière quelque peu différente encore. Elle nous offre ici une étude appliquée sur les politiques de l’emploi en France et en Suède pour mieux mettre en évidence les différentes options comparatives retenues par les économistes. Parmi les points forts de sa réflexion, notons d’abord la mise en évidence de ce souci commun qu’accordent les économistes aux variables d’impact (c’est-à-dire aux effets des politiques économiques sur le chômage, l’inflation…). Autre conclusion importante : sans attention aux faits institutionnels, et limitée aux acquêts néoclassiques, la comparaison internationale perd vite de sa pertinence. La contribution d’A. Desrosière, enfin, examine tout en même temps les difficultés propres aux comparaisons internationales des statistiques et les rhétoriques de réalité qui justifient les pratiques des professionnels du chiffre. Ce faisant, A. Desrosières repère trois formes de réalisme et autant de méthodes associées. Expression parfaite de l’esprit qui imprègne l’ensemble de ce livre, il pose de la sorte la question des modes de fabrication des « communes mesures » et il conclut, illustrations empiriques à l’appui, en faveur d’un constructivisme qui sache faire bon usage des sciences sociales pour éviter les pièges habituels du relativisme.

3Comme on peut le constater, en dépit d’histoires et de pratiques différentes, les disciplines passées ici en revue partagent des points communs d’importance : poids de la tension entre logiques essentialistes et approches constructivistes, interrogation sur les enjeux sociaux de la comparaison… Mais comme en témoigne notamment l’inégale réception, hors de leur territoire d’origine, de certains travaux pourtant décisifs (effet sociétal, analyse booléenne…), l’imperméabilité académique reste forte. C’est pourquoi, à défaut d’être elle-même véritablement comparative, cette partie a aussi pour objectif la sape des frontières intellectuelles.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site