Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies de la comparaison internationale

 | 
Michel Lallement
, 
Jan Spurk

Première partie. Dynamiques de la comparaison internationale

Épistémologie et politique de la comparaison internationale : quelques réflexions dans une perspective européenne

Jan Spurk

Texte intégral

1Les comparaisons internationales en sociologie sont, comme dans les autres sciences sociales, depuis longtemps sorties de leur marginalité relative. Toujours acceptée sans pour autant dominer, la comparaison internationale en tant que méthode était une « chasse gardée » des « pigeons voyageurs » polyglottes de la discipline. Aujourd’hui, les impulsions politiques (par le biais des appels d’offres par exemple) tout comme la conjoncture idéologique favorisent les aspects internationaux et surtout les comparaisons internationales. La sociologie et les sciences sociales en général se sont constituées dans le cadre de différentes cultures nationales. Elles sont constitutivement liées à ces cultures, à la nation et à l’État-nation. Entre les « pères fondateurs » de la sociologie ont existé, on le sait, des contacts, des échanges et des influences mutuelles bien que, priorité nationale oblige, ces influences aient rarement été cultivées et bonifiées par les auteurs. Depuis ces travaux pionniers, les comparaisons au sens large du terme ont malgré tout acquis bonne presse et les échanges intellectuels au-delà des frontières étatiques se sont multipliés. Les aspects épistémologiques et les enjeux politiques de la comparaison internationale se trouvent au centre de nos réflexions. D’abord, on se penchera sur l’objet de la comparaison et sur celui qui compare. Ensuite, on situera la recherche comparative dans le cadre évolutif de l’Europe des nations. La nation, l’État-nation et la culture nationale sont les points de repère des comparaisons traditionnelles. Or, la situation actuelle en Europe nous invite à revenir sur ce qui lie les nations, les États et les cultures en Europe pour, enfin, développer quelques perspectives relatives aussi bien à la culture européenne qu’au futur des stratégies de recherches comparatives.

Éléments pour une épistémologie de la comparaison

Comparer ?

  • 1 Pour une synthèse de ces différentes approches de la comparaison, voir l’introduction de cet ouvrag (...)

2Trop souvent et trop injustement considérée comme la touche exotique de recherches habituellement d’envergure nationale, la comparaison s’inscrit dans une tradition encore bien vivante. Depuis les années 1940 (au plus tard), trois axes peuvent être distingués en matière de comparaisons internationales. Le premier renvoie au théorème de la modernisation qui se fonde sur la conviction que, peu ou prou, l’histoire se développe en suivant le fil rouge de la rationalité. Il s’agit d’une seule rationalité qui, tôt ou tard, par la voie ou non de détours, etc., triomphera des particularismes nationaux. Le deuxième axe rassemble les travaux qui s’inspirent des approches de type cross national, fonctionnaliste ou encore des perspectives sociétales. Le dernier axe, enfin, s’instruit d’un point de vue déterministe en donnant priorité soit aux paramètres technologiques, soit aux variables culturelles1… Ces approches n’ont pas vraiment disparu, loin de là : elles constituent même des entrées toujours privilégiées. Pour mieux en évaluer l’intérêt, convenons que la comparaison internationale n’est pas la seule entrée possible. Il y a d’autres manières de comparer qui sont au moins aussi légitimes que les comparaisons internationales.

3Ces comparaisons concernent en premier lieu des objectivations sociales, qu’il s’agisse des entreprises, des organisations, des structures étatiques, du « système politique » ou encore des médiations sociales et des négociations, des technologies, des institutions multiples et diverses, etc. L’avantage de travailler avec de telles objectivations est bien connu et il est bien réel. En se penchant sur des objectivations, on peut intellectuellement lier des processus sociaux par leur résultat, c’est-à-dire par leur forme inerte et chosifiée. C’est ainsi que l’on procède, par exemple, lorsque l’on compare la réduction du temps de travail ou les systèmes de représentation des intérêts des salariés en Europe.

4Le risque est cependant parfois d’hypertrophier la logique nationale. Avant de se lancer dans une recherche d’ampleur internationale, ne convient-il pas de se demander dans quelle mesure l’on peut traiter du phénomène qui fait l’objet de la réflexion comme phénomène national ? N’y a-t-il pas d’autres critères plus pertinents pour saisir cet objet comme l’âge, le genre, la classe sociale, etc. ? La comparaison des systèmes de représentation des salariés, de la cogestion (de droit et de fait), de la réduction du temps de travail, etc., n’est-elle pas plus pertinente entre plusieurs entreprises, en tant qu’objets significatifs, qu’une comparaison sur le plan international ? Par exemple, les pratiques de Renault peuvent être comparées à celles en vigueur chez Volkswagen sans que les différences et les similitudes soient réductibles à des critères nationaux. Cela ne signifie pas pour autant que les spécificités nationales n’existent pas. Les travaux sur la « logique de l’honneur » de P. d’Iribarne (1989) ou l’approche sociétale développée par le LEST (Maurice, Sellier, Silvestre, 1982) nous convainquent bien de l’existence et de l’importance du fait national. Mais pour comparer, nous semble-t-il, il faut savoir prendre en compte ces deux registres complémentaires.

5Pour comparer, il convient également d’accepter le principe d’altérité. Comparer implique en effet qu’il y ait un Autrui différent de Moi. Le modèle de l’État-nation, tel qu’on peut le trouver en Europe, se prête facilement à ce type de raisonnement. Son existence est d’abord évidente et indiscutable : il y a empiriquement un État allemand, un État français, un État belge, un État luxembourgeois, un État italien, un État espagnol, etc., et chacun de ces États possède bel et bien des spécificités fortes. Ensuite, ces États se sont construits en interaction les uns avec les autres. L’illustration la plus claire et la plus sanglante mais aussi la plus importante pour l’histoire de l’Europe est celle du couple franco-allemand, exemple couramment évoqué dans ce livre. On ne saurait oublier en effet que les États français et allemand se sont aussi édifiés à coup de guerres et de conflits armés. Cette dimension politique de l’histoire de la démarche comparative doit nous rappeler également que les sciences sociales font partie de la culture dominante qui est intrinsèquement liée à la nation et l’État-nation. N’oublions pas que « l’Europe des États » s’est constituée sur la base d’une « culture cultivée » (comme dirait E. Morin), culture qui a désigné comme Autrui les empires situés de l’autre côté de la Méditerranée (« les musulmans »), les « barbares » de l’Est (régimes despostiques asiatiques), etc.

6Il est vrai que les États-nations qui forment le noyau dur de l’Union européenne (la France et l’Allemagne au premier chef) se défont petit à petit, au rythme de la construction européenne. Dans ce cadre, on comprend l’intérêt plus qu’actuel d’une stratégie qui doit permettre de cerner les particularités et les similitudes des différents États-nations qui devraient « fusionner » ou se conjuguer pour faire émerger la structure politique de l’Europe de demain. Nous savons bien que cette perspective est à l’origine de nombreuses demandes de recherches comparatives intra-européennes. Ces demandes sont l’expression d’un effort en faveur d’une nouvelle régulation des rapports sociaux et organisationnels. À ce titre, la comparaison internationale peut flirter avec l’expertise. Mais le processus est loin d’être simple. Il existe, en Europe continentale, un fonds culturel commun qui persiste et se reproduit grâce une dialectique subtile associant tradition continentale, cultures non européennes (surtout la culture nord-américaine), cultures régionales et cultures nationales. Si la comparaison nous renvoie bien à des enjeux nationaux, elle ne peut se limiter – on le voit à nouveau – à ce seul niveau d’analyse.

7En bref, et pour résumer le sens de nos premières remarques, disons que les comparaisons internationales (sup)posent, entre autres :

  • l’existence de nations, de cultures nationales et d’autres systèmes symboliques propres aussi bien à la nation dont le chercheur fait partie qu’à la nation qui fait l’objet de ses recherches ;

  • pour que l’on puisse constituer une comparaison raisonnable, on doit poser comme a priori que les phénomènes que l’on compare ont quelque chose d’essentiel en commun, sinon, la comparaison perdrait son sens.

Le chercheur « dans le coup »

8La comparaison n’est pas une nécessité qui s’impose au chercheur en sciences sociales. Les seules demandes croissantes en faveur de telles recherches ne pourraient pas produire d’ailleurs plus qu’un petit ruisseau d’expertise. Bien entendu, comme nous l’avons noté précédemment, il existe une réelle volonté politique de demander, de stimuler et peut-être même de provoquer les recherches internationales, mais ce qui importe beaucoup plus pour la comparaison internationale c’est la position du chercheur qui mène les recherches internationales. S’engager dans une recherche internationale exige de la part du chercheur une posture particulière qui appelle explication. L’approche internationale et comparative est le résultat, et non pas le point de départ, d’une réflexion méthodologique, d’un travail intellectuel et d’un choix théorique que l’on souhaite maintenant expliciter.

9Il ne s’agit pas ici de raconter la vie des chercheurs. Encore qu’il soit intéressant de noter que nombre de chercheurs qui se lancent dans les aventures comparatives ont un trait biographique lié à l’étranger et aux étrangers… Rappelons que, en dépit de ce rapport jamais innocent avec l’étranger, c’est le chercheur qui constitue son objet par le regard qu’il porte sur ce dernier. Pour paraphraser des formules bien connues de G. Bachelard et de R. Aron, la question préforme la connaissance que l’on peut obtenir de l’objet de recherche. Partant, dans le cas de la recherche comparative et en schématisant, il nous semble possible de distinguer trois profils et attitudes de recherche :

  • Le « tête de pont » : le chercheur est intéressé par ce qui est différent chez les autres, donc chez les étrangers. La question comparative situe d’une manière stricte le chercheur : il fait partie d’un collectif social constitué et « fermé » (c’est le monde de la recherche). C’est en tant que membre de ce collectif qu’il se penche sur les autres qui, à leur tour, font partie d’un autre collectif constitué d’une manière semblable. En travaillant sur son objet, le chercheur constitue ce dernier et, en même temps, il se constitue comme autrui par rapport à son objet. Dans ce cas de figure, enfin, les deux collectifs, dont le chercheur et son objet font partie, se distinguent très clairement l’un de l’autre.

  • Le « rapporteur » : ici, le chercheur s’intéresse aux objectivations qui fixent le cadre des acteurs dans un champ donné. Les règles explicites comme les réglementations (juridiques ou autres) en font partie tout comme les aspects quantifiables (par exemple la durée de la formation scolaire, du temps de travail, la fréquence de chômage et sa durée, l’âge des salariés et des chômeurs, etc.). Cette démarche élimine a priori les acteurs de l’analyse car les acteurs sont des êtres vivants, conscients et créateurs aussi bien de leurs existences que de leurs avenirs.

  • Le « touriste » : celui-ci rapporte une image de l’autre pays selon ses impressions groupées, classées et convenablement présentées (Smith, 2000). Autrui y joue un rôle bien modeste et objectivé. Ce qui intéresse le « touriste » est ce que l’on peut consommer et s’approprier : la beauté des paysages, la grande culture, la bonne cuisine ou encore la saleté des villes, etc.

10Cette typologie nous rappelle à l’évidence : comme n’importe qui, le chercheur est situé dans l’espace social et il doit savoir s’arracher ou au moins prendre conscience de cette situation pour se pencher sur les acteurs de l’autre société étudiée. Autrement dit, il travaille sur ce qu’il n’est pas pour rendre l’Autre intelligible. Si cette façon de faire n’est pas spécifique à l’approche comparative, celle-ci ne peut voir le jour en revanche sans un tel travail. Tel est à notre sens l’engagement du chercheur. Et c’est dans cette tension entre, d’une part, la distinction stricte de moi et d’autrui et, d’autre part, dans l’a priori qu’il existe quelque chose d’essentiel qui nous lie, que se crée la comparaison internationale. Bien entendu, au moins au départ, cette manière de faire n’implique nullement un classement ou, bien pire, une xénophobie ou une xénophilie. En revanche, on constate facilement, et souvent tristement, la force de l’ethnocentrisme.

11Ajoutons que l’activité professionnelle du chercheur oscille par ailleurs entre deux pôles : participer à l’intelligibilité de la société (la sienne ou celle des autres) ou se lancer dans l’expertise. L’expertise a une longue tradition dans les sciences sociales et elle informe le regard que le chercheur-expert porte sur son objet : il se fige pour être maniable. La société se réduit de plus en plus à ses objectivations. De cette façon, par exemple, la culture perd son caractère créateur pour apparaître comme un système de formation et d’éducation, de productions artistiques, cinématographiques, théâtrales et littéraires. Le risque majeur de l’expertise est de pousser la comparaison vers la recherche du « meilleur modèle », c’est-à-dire de l’exemple à suivre. C’était le cas du capitalisme américain dans les années 1950 et 1960. Dans les années 1980, les entreprises japonaises et leurs stratégies ont fait de même l’objet d’un véritable mythe qui, dans ses excès, n’est pas sans rappeler l’adoration des staliniens pour l’URSS. En règle générale, cette manière de procéder se borne à un check-up des préjugés, des stéréotypes et des prénotions existants. Cette démarche est facilement critiquable. Néanmoins, c’est elle qui fait l’objet de demandes de type politique ou médiatique.

Comparaison, distanciation et épaisseur historique

12La comparaison internationale implique – nous venons de le voir – une position particulière du chercheur. Le risque majeur est alors que la comparaison se limite au fact finding, c’est-à-dire au constat d’objectivations que l’on assemble et rassemble. On peut alors facilement glisser vers la naturalisation des faits constatés. La conséquence qui en découle est que le chercheur peut attribuer aussi facilement qu’indûment des propriétés et des caractéristiques à un ensemble d’acteurs que, une fois défini par ses caractéristiques, l’on construit et nomme à l’aide de vocables comme celui de « peuple d’un pays », c’est-à-dire les habitants d’un État-nation.

13Ces risques et difficultés ne doivent pas condamner des démarches empiriques et descriptives. Ces obstacles peuvent être contournés et ils prennent même un véritable sens scientifique dès lors que le chercheur sait se positionner consciemment en se posant des questions telles que : quel est mon rapport avec l’objet sur lequel je travaille ? quelle question posé-je et pourquoi ? de quelle façon suis-je engagé dans ce rapport avec autrui qui est l’objet de ma recherche ? Pour éviter les travers précédents, la recherche doit également respecter l’épaisseur historique et sociale du phénomène en question. Par là, nous désignons d’abord des projets de société, plus ou moins pétrifiés au cours de l’histoire, qui produisent une inertie sociale rassurante et étouffante à la fois. Ce « manque d’oxygène » pousse les acteurs à (tenter de) dépasser cet état social. La notion d’épaisseur historique et sociale indique ensuite l’importance de l’ancrage du phénomène étudié dans une société qui, par définition, possède toujours de solides racines historiques. C’est à ce titre que la place de l’État est toujours importante dans les études comparatives. N’est-il pas le garant par excellence du statu quo et de la reproduction sociale ? Respecter l’épaisseur historique et sociale signifie enfin privilégier les situations concrètes au détriment des stéréotypes.

14Au total, pratiquer la comparaison oblige bien à prendre en charge cette épaisseur historique et sociale :

  • en analysant les phénomènes qui font l’objet de la comparaison comme autant d’ensembles constitués par des acteurs concrets et situés au sein de leurs contingences ;

  • en s’assurant que les deux « pôles » de la comparaison – moi et autrui – soient construits de la même manière afin que les deux entités soient bien l’objet de l’analyse comparative ;

  • en traitant de la constitution de ces phénomènes comme d’un processus de rupture, de continuité et d’émergence ;

  • en conjuguant enfin les argumentations diachronique et synchronique : une véritable comparaison ne peut pas se contenter ni d’uniques reconstructions historiques d’un phénomène ni de la seule démonstration de l’existence de ressemblances et de différences entre les sociétés étudiées.

La comparaison comme enjeu politique

15Abordons maintenant la dimension plus proprement politique de la comparaison internationale, notamment afin de mettre en évidence la place et l’évolution déterminantes des États-nations dans nos façons de penser et de procéder. Pour le suggérer, commençons par poser un principe d’analyse : celui du social comme processus.

La constitution du social comme processus de rupture, de continuité et d’émergence

16Que faut-il entendre par émergence ? Par là, nous entendons un avenir possible que les acteurs réalisent dans leurs actions. L’action comme constitution du social nous permet de reconstruire théoriquement cette émergence, sa forme, ses raisons, etc. Le travail historique nous permet de connaître les possibilités et les alternatives ainsi que les choix des acteurs dans une situation donnée. Bien entendu, ce qu’on retient comme création n’est que la réalisation d’un possible, les autres ont « échoué » pour des raisons contingentes. Mais pour bien se rendre compte de la qualité du social émergé, il faut reconstruire aussi les « autres possibles » afin de se pourvoir d’une image du « champ des possibles » à l’époque où l’émergence en question a pris son essor. Par conséquent, on n’a pas affaire à un quelconque destin, à une quelconque logique a priori ou à une nécessité allant de soi. Dans le meilleur des cas, on peut reconstruire une « logique objective » de la création (si on veut se servir de cette expression) qui n’est rien d’autre que la reconstruction de ce processus selon ses objectivations.

17L’émergence n’est pas non plus une création ex nihilo. La contingence ou la facticité (dans le sens sartrien du terme) sont le point de départ de l’action, elles marquent l’acteur et ses actions aussi bien que la pensée du social (sans pour autant les déterminer). De là provient la nécessité de penser tous les phénomènes que nous analysons concrètement, c’est-à-dire en situation(s). Les conceptions classiques par exemple (les formes de solidarité d’E. Durkheim, la communauté et la société de F. Tönnies et de M. Weber) peuvent nous servir de points de repère dans l’analyse d’un phénomène donné, mais sans plus. Elles n’expliquent pas a priori une situation donnée. Soyons plus explicite encore. Dans la reconstitution d’une situation donnée, d’un présent, c’est-à-dire d’un « être passé, dépassé » (Sartre), nous retrouvons d’abord la rupture en tant que dépassement du passé. Nous rencontrons ensuite la continuité. Cet être a un passé sans lequel il ne peut exister et sans lequel il est impensable. Mais la continuité n’est pas la prolongation simple du passé qui s’impose naturellement (un destin). Il s’agit des parties, des éléments ou des fragments que les acteurs « investissent » dans la construction de leur avenir.

  • 2 La notion d’anomie proposée par J. Duvignaud n’a pas le même sens que celle que lui attribue E. Dur (...)

18Partant des principes précédents, on peut comprendre pourquoi les ruptures sont en général des mouvements de long terme, des mouvements discontinus et à rythme variables. En tant qu’élément fondateur des sociétés européennes, la rupture avec l’esclavage a demandé des siècles… Il en a été de même avec la christianisation du continent. Ajoutons que l’anomie, au sens où l’entend J. Duvignaud (1973)2, est au cœur de telles ruptures. C’est « l’écartèlement entre deux mondes dont l’un n’en finit pas de mourir tandis que l’autre n’en finit pas de naître » (Le Breton, 2000, p. 145). C’est dans ces situations et dans ces périodes de ruptures que la liberté des hommes s’agrandit. Cette liberté déboussole beaucoup d’acteurs, elle en est même angoissante tant est « effrayante une liberté que ne guide plus un devoir ».

L’Europe, les États-nations et les comparaisons internationales

19Sur la base des hypothèses précédentes, avançons maintenant dans notre lecture politique des comparaisons. Pour ce faire, partons du constat simple que, comme si cela allait de soi, les comparaisons internationales engagent souvent des espaces nationaux. Or, l’analyse politique nous apprend que la notion de « nation » ne prend son sens actuel qu’au cours du xixe siècle et qu’elle renvoie à une situation singulière : celle de la coexistence de plusieurs États-nations en Europe. Plus encore, les conceptions de la nation sont variées. À la conception allemande de la nation qui se base sur le Volksgeist (esprit du peuple) en référence à Herder, s’oppose une notion française de nation. Mais cette dernière, strictement républicaine, ne se retrouve nullement dans les textes de références. Au vrai, en France comme en Allemagne, et dans les œuvres qui ont une réelle influence, on trouve des réflexions fondées sur l’idée de Volksgeist. Les raisons et les arguments avancés pour justifier un tel choix sont différents d’un auteur à l’autre. Il nous est donc impossible, sur le plan théorique, d’évoquer une spécificité nationale du point de vue de la définition de la nation. Ainsi, côté allemand, Herder (en général fort mal compris), T. Mommsen et T. Mann se servent-ils du Volkgeist pour penser la fondation de la nation. Mais cela est vrai aussi en France avec J. de Maistre et E. Renan. Tous ont également en commun le refus de la tradition des Lumières qui se manifeste par exemple dans la position de Sieyès. Si, en revanche, on observe les mouvements sociaux qui ont donné vie à la nation française et à la nation allemande, l’on constate que dans l’histoire de la France domine un amalgame d’arguments républicains et d’arguments qui mettent en avant l’existence d’un Volksgeist (Finkielkraut, 1987). En Allemagne, la dominance du principe de Volksgeist dans les mouvements sociaux est absolument évidente. L’identité nationale s’explique ainsi avant tout comme le résultat des actes constitutifs des mouvements sociaux et non pas par des différences d’approches théoriques.

20Aujourd’hui, bien que de nouveaux nationalismes émergent un peu partout et sous les formes les plus diverses en Europe, les rapports franco-allemands ne se caractérisent pas de cette manière. On a pris l’habitude, dans le domaine des relations internationales, d’indiquer que les ennemis héréditaires de jadis se sont réconciliés pour former depuis la Deuxième Guerre mondiale le couple franco-allemand, couple qui forme même le noyau dur de l’Union européenne. Il y a bien entendu de temps en temps des scènes de ménage mais rien d’anormal à cela. En tous les cas, le divorce n’est pas à l’ordre du jour. De là le constat en vertu duquel l’Europe d’aujourd’hui se trouve dans une situation très contradictoire : l’effondrement des anciens « pays de l’Est » a fait renaître des mouvements nationaux et nationalistes. En même temps, on assiste au dépassement de la nation et de l’État-nation traditionnel par le biais de la construction européenne. On entend par ce terme l’émergence d’une Europe plus politique, plus culturelle et plus sociale qu’auparavant. Il s’agit en bref de l’émergence d’une « Europe étatique ». Dans cette situation, l’identité nationale ou encore le nationalisme paraissent de plus en plus anachroniques, bien qu’ils soient dans la vie quotidienne (mais aussi en politique) très vivants et presque omniprésents. En effet, incontestablement, partout en Europe, la xénophobie et le racisme, en se réclamant de l’identité nationale, ont gagné du terrain pour s’installer comme une véritable force culturelle et politique.

  • 3 N’oublions pas que dans l’Europe des États-nations, les États se constituent les uns contre les aut (...)

21Cependant, historiquement parlant, les États-nations et l’identité nationale se sont constitués en Europe sur la base d’un fonds culturel, politique et militaire commun contre les « musulmans » et contre le « nouveau monde » : « Ce qui caractérise la culture européenne, d’une manière générale, je dirais que c’est une lutte séculaire contre le mal. […] Le mal est inexpiable dans le monde et la culture européenne, certainement, est une réflexion sur le problème du mal, sur la pensée […] le mal n’est pas un concept américain » (Sartre, 1949, p. 242). Ni russe d’ailleurs, peut-on ajouter. Cette spécificité européenne aurait permis de penser l’Europe comme une entité contradictoire3. Il est intéressant de noter que cette façon de voir a cédé le pas au cours des années 1950 au profit d’approches empiristes et positivistes caractéristiques des sciences sociales.

22Pourtant, même si les États-nations se défont lentement à l’heure de l’Europe, nous ne pouvons ignorer que le sentiment national existe toujours. Ce dernier évoque la solidarité et la fraternité entre les membres de la communauté nationale. L’image d’un même sang coulant dans les veines des membres d’une nation exprime pathétiquement une telle impression. Les mythes d’un passé commun enracinent ce sentiment dans l’histoire du peuple et de la nation, une histoire écrite avec le sang. D’où l’importance des guerres pour la (re)constitution des nations. L’histoire officielle des nations, telle qu’elle est par exemple enseignée à l’école, correspond tout à fait au sentiment national. Encadrés par un État, forts de signes d’appartenance qui les distinguent des étrangers, dotés d’une conscience nationale et d’un sentiment d’appartenance national, les individus trouvent avec la nation un puissant facteur d’identification. Enracinée dans l’histoire commune, créatrice et garante de la situation actuelle, la nation engage également les acteurs dans le processus de création d’un avenir commun qui doit correspondre à la reproduction de la communauté nationale. Tel est bien le sens de la nation comme communauté de destin. La dialectique entre État et nation permet de la sorte à la culture nationale d’exercer une fonction de dominance. Mais, bien qu’expression légitime de la nation, elle ne se réduit pas à la mise en forme symbolique des idées des dominants. Grâce notamment à la mise en débat public des projets d’avenir commun, elle est le creuset qui porte en germe les développements politiques futurs.

23Le modèle idéal que nous venons d’esquisser ne peut prétendre à la pérennité absolue. Comme toute forme politique, la nation est aux prises avec le changement social et cette nécessité permet de penser la possibilité d’un dépassement du cadre national en direction par exemple d’identités et de cultures nouvelles dont l’horizon européen offre aujourd’hui les actualisations les plus évidentes. Autrement dit, l’identité et la culture nationales constituent un héritage. Mais cet héritage ne se transmet pas automatiquement : on doit l’accepter, c’est-à-dire « réinvestir » celui-ci dans la société actuelle (Sartre, 1939, 1960 ; Bourdieu, 1992 ; Bourdieu, Passeron, 1964). Le destin qui lie les membres d’une nation n’est donc pas a priori une fatalité, bien qu’il puisse le devenir.

24Partant, quelle est la conséquence de ces réflexions pour les comparaisons internationales ? La conclusion importante est la suivante : il ne faut pas faire du cadre national une variable inerte. Comme n’importe quelle forme de lien social, la nation se constitue dans des actions concrètes et conscientes. Dans les analyses comparatives, il importe dès lors de respecter une distinction simple mais lourde de conséquences : la distinction entre « visions du monde » (Kant), opinion au sens du Meinen hégélien (Hegel, 1807) d’un côté, analyse théorique de l’autre. Cela signifie, en d’autres termes encore, qu’il faut savoir distinguer les visions du monde et les opinions qui guident les acteurs (dont nous faisons partie, bien entendu) et l’analyse théorique dont l’objectif consiste à rendre intelligible le fait social étudié.

La « vision du monde » comme élément déterminant des identités nationales

25Si la dualité précédente fait sens, il n’est pas dénué d’intérêt de se pencher avec plus d’attention encore sur la notion de « vision du monde » comme facteur constitutif des identités nationales dont les comparaisons internationales tentent de rendre compte. À cette fin, partons de l’idée suivante : l’opinion que je me fais du monde n’existe qu’au sein d’un espace public où se forgent également les « visions du monde » des autres. La « vision du monde » qui est constitutive des réalités nationales que, en tant que chercheurs, nous souhaitons analyser est donc un montage d’images, de métaphores, de fragments d’argumentations rationnelles et de mythes. Ces images dépendent beaucoup de la situation concrète et elles permettent aux acteurs de donner un sens à leur existence. En outre, ces images sont liées à l’histoire individuelle et collective. Elles sont liées à des unités sociales (la nation, la classe sociale, etc.) et elles permettent à l’acteur individuel de se positionner dans l’interprétation collective de la réalité de ces unités auxquelles l’acteur appartient. Tous les acteurs – y compris les chercheurs – vivent avec et au milieu de ces images. Ces dernières servent à la (re)construction identitaire : les images ainsi produites sont en effet un moyen de produire de l’identité en formalisant des oppositions de type moi-autrui, nous-vous…

  • 4 Il va de soi que C. Schmitt ne représente pas pour nous une référence pour l’analyse de la nation.
  • 5 L’existence d’acteurs constituant la nation (le peuple) permet alors de définir un destin, destin c (...)

26L’analyse de la construction des « visions du monde » montre bien que la constitution d’une nation implique toujours une unité culturelle. Et peu importe que cette unité soit légitimée sur un registre linguistique, religieuse, éthique ou ethnique. Il faut ajouter que, du point de vue de cette « vision du monde », cette unité n’a pas de fondement empirique. La nation et sa culture se constituent avant tout grâce à la fameuse Substanz der Gleichartigkeit (substance de similarité) dont parle C. Schmitt. Cela passe par des mobilisations pour créer un lien communautaire fondé sur ce bien supérieur commun qu’est ladite substance de similarité et pour se démarquer de ceux qui sont différents (andersartig)4. Dans la « vision du monde » ainsi constituée, la « substance de similarité » de la communauté peut paraître, aux yeux des acteurs, un « don », un héritage quasi naturel et souvent même physique (le sang aryen par exemple) pour légitimer l’être de la nation à un moment historique donné de son existence : il est légitimement ce qu’il est parce qu’il est. Il ne faut pas sous-estimer la force de ces représentations dans le travail de comparaisons internationales. Encore aujourd’hui, les acteurs d’un même espace national constituent leur identité en référence à une histoire et à un passé communs. À leur yeux, il existe donc un destin collectif, une sorte de passivité et de déterminisme métaphysique, qui lie les membres de la nation dans le présent, qui les a liés dans le passé et qui les liera dans l’avenir5. Dire cela signifie, in fine, que les comparaisons internationales ne sont pas dénuées d’enjeux politiques forts : on ne peut en effet impunément travailler sur des identités comme les nations sans toucher du doigt les fondements politiques et idéologiques (les « visions du monde ») qui sont à la base de leur construction et, par voie de conséquence, risquer de mettre en péril les principes de légitimité qui les constituent.

La comparaison à l’heure européenne

27Dans un petit texte de 1949 intitulé « Défense de la culture française par la culture européenne », J.P. Sartre évoquait déjà les problèmes que nous avons soulevés. Bien que ses réflexions fussent profondément marquées par la guerre froide et par ses activités militantes, ses propos restent toujours pertinents. Selon J.P. Sartre, la situation des Européens deviendrait plus uniforme. Comme le soutient le philosophe français lors de ses différentes interventions publiques, l’existence d’une Europe économiquement et socialement unifiée serait à l’ordre du jour. L’Europe en question est une Europe socialiste, foyer d’une nouvelle culture à même de dépasser les cultures nationales. J.P. Sartre n’a pas été le premier ni le dernier à se poser la question de l’avenir des cultures nationales au sein de l’Europe. Par exemple, sur le même sujet, les réflexions élaborées par T. Adorno et M. Horkheimer dans les années 1940 sont peut-être, théoriquement parlant, plus pertinentes. Mais la position de J.P. Sartre a au moins l’avantage de nous indiquer l’importance de la particularité de cette culture européenne et d’attirer ensuite notre attention sur les référents contre lesquels cette culture peut se constituer.

28Un tel débat et une telle manière de voir ne sont plus guère à la mode aujourd’hui. Le message le plus répandu consiste à construire l’Europe en référence à un super-État d’un côté et à une culture cultivée de l’autre (Morin, 1987). À notre sens, il manque toujours un véritable projet social pour l’Europe, un dessein à même de constituer une véritable identité européenne. Ce qui se joue aujourd’hui avec la construction de l’Europe n’est pourtant pas mince : à l’heure où les nations comme communautés de destin perdent de leur efficace, où les cultures nationales s’effritent (Spurk, 1997)…, les projets politiques alternatifs à la seule intégration nationale restent encore à construire.

29C’est pour cette raison que, à l’heure où émerge une nouvelle Europe, les comparaisons internationales constituent tout à la fois une stratégie de recherche et un enjeu politique de première importance. Mais cela, on l’a dit, n’est pas sans risques ni ambiguïtés. Si l’Europe se caractérise par une situation de rupture-émergence qui donnera fort probablement naissance à un nouvel État européen, les sciences sociales peuvent être tentées de glisser vers l’expertise : l’on compare alors pour maîtriser, pour harmoniser, pour dominer, pour imposer un avenir considéré comme le seul réalisable… Une autre perspective est envisageable. Elle consiste à se pencher sur les possibles qui s’ouvrent à l’occasion des ruptures actuelles. L’analyse diachronique de la constitution des constellations qui ont opposé les nations entre elles et l’analyse de leurs implications constituent une première voie pour réfléchir sur les sentiers de l’avenir. L’analyse synchronique de la construction européenne en cours est une seconde voie complémentaire. Ces deux approches, diachronique et synchronique, sont à conjuguer afin de comprendre les spécificités nationales qui se sont constituées dans le passé et qui sont en voie d’être dépassées à l’heure de la construction de l’Europe.

Notes

1 Pour une synthèse de ces différentes approches de la comparaison, voir l’introduction de cet ouvrage ainsi que les contributions d’O. Giraud et d’A. Labit et J. Thoemmes ; voir également l’article de M. Maurice (1989).

2 La notion d’anomie proposée par J. Duvignaud n’a pas le même sens que celle que lui attribue E. Durkheim.

3 N’oublions pas que dans l’Europe des États-nations, les États se constituent les uns contre les autres et en général par le biais de guerres. C’est le dépassement de cette forme d’altérité qui est aussi en jeu avec la construction européenne.

4 Il va de soi que C. Schmitt ne représente pas pour nous une référence pour l’analyse de la nation.

5 L’existence d’acteurs constituant la nation (le peuple) permet alors de définir un destin, destin commun par définition à tous les membres de la nation. La conséquence est qu’en créant de l’unité, l’on exclut en même temps. Cette « communauté de destin » (O. Bauer, 1987) qu’on appelle la nation se constitue bien souvent, en effet, contre certaines minorités du pays mais aussi contre les autres peuples qui se structurent de la même façon.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site