Version classiqueVersion mobile

Stratégies de la comparaison internationale

 | 
Michel Lallement
, 
Jan Spurk

Première partie. Dynamiques de la comparaison internationale

Les modèles de capitalisme allemand et japonais : une mise en perspective comparative et diachronique1

Gerhard Lehmbruch

Texte intégral

  • 1 Cette contribution s’inspire d’un article beaucoup plus long : « The Institutional Embedding of Mar (...)
  • 2 La métaphore de l’encastrement (embeddedness) renvoie bien sûr à K. Polanyi (1957).

1Les économies allemandes et japonaises se distinguent l’une de l’autre par un ensemble particulier d’institutions dans lequel s’encastre le marché capitaliste2. Mais ces institutions n’existent pas uniquement par elles-mêmes : elles ne peuvent être séparées, en l’occurrence, du cadre cognitif qui les soutient. En s’appuyant sur la comparaison de deux trajectoires nationales, le présent chapitre rend compte précisément de la façon dont les relations entre institutions et « définitions sociales de la réalité » ont contribué soit à des changements de type institutionnel soit à la persistance d’idiosyncrasies propres à chaque modèle. Pour ce faire, nous commencerons par fournir un cadre d’analyse général avant d’appliquer ce dernier aux cas de l’Allemagne et du Japon d’après guerre.

Institutions et cognition : un cadre d’interprétation

L’irréversibilité des investissements institutionnels

2Parmi les chercheurs en sciences sociales, il est devenu courant d’évoquer des « modèles » de capitalisme – on parlera par exemple de modèle allemand (Markovits, 1982) – et de mettre ainsi l’accent sur les caractéristiques propres à chacun d’entre eux pour mieux les opposer. On distinguera alors le modèle rhénan, le modèle nippon et le modèle néo-américain (Albert, 1991), etc. De tels « modèles » ont été conçus comme autant de configurations d’institutions relativement cohérentes, configurations qui encadrent l’échange marchand et au sein desquelles l’on peut observer une certaine congruence entre les types de contraintes produites par chaque institution. Sociologues et politologues ont été attentifs à de tels modèles lorsqu’ils ont mené des recherches d’« économie politique comparée » (Zysman, 1983 ; Hall, 1986 ; Campbell, Hollingsworth, Lindberg, 1991 ; Hollingsworth, Schmitter, Streeck, 1994 ; Hall, Soskice, 2001) ou encore, plus précisément, sur les « systèmes sociaux de production » (Hollingsworth, Boyer, 1997).

3Dans cette littérature, une place de choix est accordée aux thèses de la path dependency. Les chercheurs inspirés par cette problématique soulignent l’interdépendance entre institutions au sein des espaces sociétaux ainsi que la « pression qui en résulte afin de créer des normes et des règles consistantes à travers tous les secteurs institutionnels » (Hollingsworth, 1997, p. 267). Ceci, disent-ils, est porteur de continuité. En effet, les institutions ne changent pas complètement au hasard. L’évolution institutionnelle dépend d’« une logique spécifique à chaque système » (ibid.). Certains historiens de l’économie abondent dans un sens similaire lorsqu’ils mettent l’accent sur le caractère systémique des choix microéconomiques. Pour ces historiens-économistes, l’histoire a bien de l’importance dans la mesure où les choix opérés à un moment donné du temps réduisent l’éventail des choix ultérieurs possibles (David, 1985 ; North, 1990 a). Les recherches sur le développement technologique ont ainsi identifié « plusieurs caractéristiques clés […] communes à des processus systémiques : 1) forte interrelation technologique, 2) retours croissants, ou répercussions positives, et 3) irréversibilité de l’investissement redevable à l’apprentissage et aux routines » (Powell, 1991, p. 193).

4Notre contribution fait sienne une telle hypothèse, celle en vertu de laquelle il existe une « irréversibilité de l’investissement ». Ceci signifie que les trajectoires propres à chaque modèle de capitalisme sont les résultantes d’interrelations entre les institutions situées à l’interface entre le politique et l’économie d’une part, les systèmes de valeurs hégémoniques qui guident la pratique des acteurs d’autre part. Autrement dit, ces deux dernières variables sont le produit de compromis sociaux qui permettent de réguler les relations des acteurs économiques et politiques au sein d’un système donné ou d’un secteur donné (Jobert, 1995). Dans des circonstances normales, abandonner ces institutions et ces valeurs au profit de nouvelles entraîne des coûts considérables pour la majorité des acteurs. C’est pourquoi les choix opérés par ces derniers tendent à être cohérents avec le mode de développement antérieur afin de ne pas mettre systématiquement en danger les compromis élaborés précédemment. L’histoire ne fonctionne pourtant pas à la répétition pure et simple. Aussi lorsque changement institutionnel et politique il y a, celui-ci présuppose des modifications des valeurs cognitives, normatives et instrumentales qui soutiennent l’action des élites. Constater cela revient à se poser la question des conditions de changement des systèmes de valeurs hégémoniques. Pour préciser le propos, nous retiendrons la définition suivante : un système de valeur est « une configuration d’idées et d’attitudes au sein de laquelle les éléments sont liés entre eux par une certaine forme de contrainte ou d’interdépendance fonctionnelle » (Converse, 1964, p. 207). Par discours, nous entendrons par ailleurs un processus de communication basé sur un ensemble de valeurs articulées entre elles d’un point de vue conceptuel et dont la charpente est cohérente sur le plan logique. Un discours politique se réfère ainsi à un ensemble de valeurs de base et d’allégations normatives. Les objectifs et les actions auxquels invite à souscrire une politique publique servent à définir le sens de l’action collective et à établir l’identité collective des acteurs sociaux qui partagent ce discours spécifique (Jobert, Muller, 1987).

Coalitions de discours et changement social

  • 3 Les notions de forum et d’arène appartiennent à la sémantique de l’analyse politique de l’action pu (...)

5Analyser les systèmes constitutifs des modèles de « capitalisme encastré » oblige donc à prendre au sérieux les cadres cognitifs, les normes et les règles qui informent l’ordre économique et social. Cet ensemble commun aux élites économiques et politiques qui occupent des postes stratégiques d’un pays est un matériau qui sert à construire l’identité collective d’une communauté politique, à mettre au point des « recettes » et à construire des répertoires pour l’action collective. Ces élites n’ont pas nécessairement une formation scientifique et leurs croyances ne témoignent pas toujours d’une cohérence conceptuelle caractéristique des théories économiques et sociales. Si elles ne relèvent pas du registre académique, ces croyances n’en contribuent pas moins à la construction des discours de politique publique. C’est pourquoi l’étude des discours et de leurs impacts est une question de recherche empirique. Comme le souligne B. Jobert (1995), l’interprétation de la réalité sociale est inséparable des processus de négociation et d’échanges politiques mais il convient de bien différencier les espaces pertinents. Si tous deux sont des lieux de négociation et d’élaboration de représentations collectives et de compromis sociaux, les forums de débat scientifique obéissent à une logique qui n’est pas celle qui préside au fonctionnement des arènes politiques3. Ajoutons que, à mesure que les forums scientifiques gagnent en ampleur internationale, les divergences potentielles avec les discours politiques nationaux vont croissantes, ce qui rend de plus en plus incertaine la force des interactions entre ces deux types de discours (Jobert, 1994). Pour ne citer qu’elles, les thèses keynésiennes ou la théorie des anticipations rationnelles ont circulé et continuent de circuler dans ces différents cercles de communication. Les idées keynésiennes ont été introduites de la sorte dans différents espaces nationaux mais leur sens précis « a été affecté par la nature du discours politique dominant » (Hall, 1989, p. 383). La raison en est que les discours politiques nationaux sont fondés sur des conceptions qui attribuent un certain rôle au gouvernement, qui valorisent un certain nombre d’idéaux politiques et qui font sens sur fond d’une mémoire collective marquée par une série d’expériences politiques passées. Cette structure spécifique est « basée sur un réseau d’associations liant les idéaux politiques communs, des concepts familiers, des objectifs clés et des expériences historiques collectives » lorsqu’elles sont « interprétées par une succession de leaders politiques » (ibid.). La structure et l’ancrage institutionnel de la communication des élites insérées dans de tels réseaux constituent donc une variable importante qui permet d’expliquer les variations des discours d’une nation à l’autre.

6Cette interaction entre élite politique et élite intellectuelle renvoie à ce que certains nomment une « coalition de discours » (Wittrock, Wagner, Wollmann, 1991, p. 76). Ce qui est désigné ici est l’action d’individus qui occupent des positions variées mais qui partagent un même système de valeurs et qui savent se coordonner entre eux. Lorsque l’on observe les choses de près, l’on s’aperçoit que la composition de ces coalitions varie d’un pays à l’autre, l’administration étatique occupant par exemple une place plus importante dans les configurations de type corporatiste (Jobert, Muller, 1987). Mais, quelles que soient les différences de cette nature, il est indéniable que, dans les deux pays qui vont retenir notre attention (l’Allemagne et le Japon), le cadre cognitif a été fortement modelé par l’interaction entre bureaucrates et chercheurs en sciences sociales (Pyle, 1974). Les coalitions de discours qui en résultent ont eu des effets de long terme : non seulement, elles ont donné un sens et une cohérence aux politiques menées mais elles ont également servi de ressources interprétatives aux gens les plus ordinaires afin de décrypter leur vie quotidienne. Il faut ajouter que le devenir de ces discours hégémoniques n’a rien de prédictible (David, 1997). Seule une étude empirique permet de comprendre leur destin. Par moment, certaines « coalitions de discours » s’avèrent si stables et si puissantes qu’aucune idée hétérodoxe ne parvient à les subvertir. Dans d’autres périodes critiques, en revanche, l’émergence d’une coalition alternative et minoritaire peut ouvrir la voie au changement politique. En témoigne l’expérience de l’Allemagne de la fin du xixe siècle telle qu’elle a été étudiée par H. Rosenberg (1967). L’hypothèse de ce dernier est que des ruptures brusques dans le développement économique peuvent être suivies par des réadaptations profondes de nature politique et institutionnelle. Il est fort probable que, dans ce processus, la variable « coalition de discours » soit un élément important qui participe au réajustement d’ensemble. Dans la mesure où H. Rosenberg développe une telle hypothèse en référence à la théorie des cycles longs de type Kondratieff, on peut pousser le raisonnement jusqu’à évoquer également des cycles de coalitions qui accompagnent les évolutions de long terme des économies modernes.

7Pour être pertinente, une telle perspective de recherche suppose donc de mettre à jour les contestations des discours hégémoniques ainsi que les différents processus qui conduisent à une révision des valeurs et des normes sociales de base. Cela ne signifie pas pour autant qu’il faille examiner uniquement les éléments de rupture les plus systématiques. Les discours peuvent évoluer en intégrant de nouveaux éléments ou bien en en éliminant d’autres. La cooptation de nouvelles élites issues de milieux différents ou l’emprunt d’idées circulant par-delà les frontières assurent de même des transformations continues. C’est pour cette raison qu’il est particulièrement intéressant d’observer le rôle des élites qui, ici et là, jouent un rôle de médiation important dans la diffusion et l’évolution des discours hégémoniques. Ces dernières n’assurent pas pour autant une fonction d’homogénéisation des valeurs entre les pays. C’est même l’inverse que l’on peut constater, y compris au sein d’un espace national donné où le discours dominant dans un secteur d’activité peut entrer en conflit avec d’autres « référentiels » sectoriels. Pour pouvoir coexister, ces différents discours doivent cependant disposer de bases d’accord communes qui puissent permettre d’intégrer les organisations, les subcultures et les secteurs dans un ensemble qui ne soit ni trop instable ni trop incertain quant à son évolution. On peut faire l’hypothèse que la plupart des acteurs concernés souhaitent éviter une telle incertitude, ce qui explique que les changements interviennent souvent à la marge et soient gérés de manière à éviter la remise en cause radicale du système existant. Ce système est, en d’autres termes, le produit de négociations et de compromis entre des acteurs en compétition qui savent stabiliser les relations de pouvoir qui les relient. Et cette stabilisation provient du fait que, pour de nombreux acteurs impliqués, il est coûteux la plupart du temps de remettre en cause les termes du compromis ainsi élaboré, même lorsque celui-ci ne satisfait pas exactement aux espérances de ces derniers.

8Notons, pour conclure sur ce point, que l’analyse historique des modèles d’encastrement du capitalisme montre à quel point les discours hégémoniques dont il vient d’être question peuvent s’adapter au fil du temps et manifester également un réel pouvoir intégrateur. Dans les deux pays qui vont maintenant nous retenir, ces discours ont pour origine une volonté forte : celle de contenir la montée du socialisme pour mieux mettre en échec celui-ci. Ceux-ci ont alors réussi ce tour de force d’intégrer dans un tout l’ensemble des discours antisocialistes. Comme nous allons le montrer, cela n’aurait pas été possible s’il n’y avait pas eu différenciation discursive ou, si l’on préfère, la production d’un discours clé très ambigu d’une part, des discours organisationnels et sectoriels à même d’informer la politique d’autre part. Nous montrerons également que les changements de discours hégémoniques peuvent détruire des interdépendances sociétales complexes. Auparavant, il faut bien insister sur le fait que l’adoption d’un cadre cognitif partagé est une action qui ne peut être isolée des processus d’institutionnalisation. Les preuves nous en sont fournies à l’observation des crises historiques les plus profondes. De telles crises sont des vecteurs importants pour la recomposition des institutions, des relations marchandes et des discours. La crise économique qui ébranla l’empire de Bismarck dans la première décennie de son existence a joué un tel rôle catalytique. Les deux guerres mondiales qui ont suivi ont suscité d’importantes innovations institutionnelles et facilité l’introduction d’une nouvelle coalition de discours. Le processus est en fait dialectique dans la mesure où les transformations institutionnelles favorisent les mutations discursives, et inversement.

Discours et institutions

9Hier comme aujourd’hui, les discours sur la « gouvernance » de l’économie ne sont pas purement abstraits : ils sont le produit de communautés intellectuelles fondées sur une culture et un langage communs et à même de diffuser leurs convictions, y compris au-delà des frontières. L’adoption des enseignements d’A. Smith par la bureaucratie prussienne en est une belle illustration tout comme, plus récemment, l’appropriation du discours libéral par les anciens pays socialistes d’Europe de l’Est. C’est exactement ce même processus qui donne sens à la relation qu’entretiennent l’Allemagne et le Japon à la fin du xixe et au début du xxe siècle. Les travaux consacrés aux influences extérieures sur le développement japonais – particulièrement au cours de l’ère Meiji – soulignent soit les emprunts à des idées en vogue à l’étranger (Pyle, 1974) soit l’adaptation des institutions en référence, ici aussi, à des réalités extra-japonaises (Westney, 1987). Dans les lignes qui suivent, nous nous intéresserons à ces deux dimensions constitutives du capitalisme de l’ère Meiji : impact du discours d’une part, l’importance des emprunts institutionnels d’autre part.

10En Allemagne et au Japon, il est possible de distinguer deux périodes cruciales dans le cours du développement capitaliste. La première consacre la formation d’un discours hégémonique qui, hanté par le spectre de la « question sociale », de la crainte d’une désintégration sociétale voire du risque révolutionnaire, promeut des réformes sociales conservatrices. La seconde phase accompagne la grande transformation des économies capitalistes (au sens où l’entend K. Polanyi, 1957) et, plus spécifiquement, la crise des démocraties libérales qui culmine, en Allemagne et au Japon, dans la période qui précède la guerre. Cette période de crise est propice aux innovations institutionnelles. Certaines d’entre elles deviennent des pièces centrales du « capitalisme encastré » d’après guerre. Une telle reconstruction démocratique a abouti à des réorientations significatives. Pour autant, il importe de bien percevoir également – ce que ne font pas nombre de recherches récentes – le poids des continuités. En effet, si dans les deux pays la défaite de 1945 a longtemps été considérée comme un tournant radical, l’on reconnaît désormais que des éléments propices au changement avaient déjà été mis en place au cours des années 1930 et au début des années 1940. La période d’occupation peut être alors analysée comme un moment où la reconstitution des « coalitions de discours » aiguille différemment les trajectoires des modèles allemands et japonais.

11Dès la fin du xixe siècle, des institutions à même de réguler les échanges marchands voient le jour à la fois en Allemagne et au Japon. Elles forment des configurations institutionnelles (ou, pour emprunter un langage maintenant plus familier, des « modèles ») congruentes avec les contraintes qui pèsent sur les marchés. Si ces configurations peuvent être considérées comme le produit d’événements politiques majeurs ou encore des réponses à des changements économiques et sociaux, force est de constater dans le même temps une forte pérennité de leurs caractéristiques de base au cours du temps. Comme nous allons le montrer maintenant, le modèle rhénan et le modèle nippon se distinguent bien du modèle néo-américain (tel que le définit en tous les cas M. Albert, 1991) et chacun d’entre eux peut et doit être analysé en référence à une trajectoire historique singulière au sein de laquelle institutions et coalitions de discours occupent une place de choix.

  • 4 Le lecteur intéressé par de plus amples indications sur les conditions du transfert et de la réappr (...)

12Qu’en est-il plus exactement dans chacun des deux pays qui nous retiennent ici ? En Allemagne, les recherches menées par G.W.F. Hegel et L. von Stein sur les conséquences sociales de la dynamique du marché capitaliste suscitent tôt un discours professé par une coalition de bureaucrates et de chercheurs en sciences sociales. Celui-ci subvertit progressivement le discours libéral de l’ancienne génération de bureaucrates réformateurs pour s’imposer comme nouveau discours hégémonique à l’occasion du déclin économique des années 1870. Le nouveau discours se veut réformateur : il s’agit de contrecarrer les conséquences du marché sur la société et de créer des institutions qui serviront à protéger les individus et les groupes sociaux contre des risques que ces derniers ne pourraient maîtriser par eux-mêmes. Initialement, ce discours réformiste était un instrument de défense plutôt conservateur. Mais l’histoire de la démocratie politique conduit à des inflexions notables qui nourrissent ledit discours d’éléments issus de sous-cultures minoritaires (celles du catholicisme social et de la démocratie social-réformiste). Le discours en faveur d’un capitalisme régulé s’en trouve alors renforcé et il contribue à fortifier l’idée en vertu de laquelle des institutions capables de réguler le marché sont les conditions d’une paix sociale et industrielle. Dans le Japon de l’ère Meiji, les conservateurs sociaux empruntent certaines des idées centrales du discours allemand que nous venons d’évoquer mais ils les intègrent dans un modèle sociétal différent, un modèle de société vertical4. Ceci signifie notamment la chose suivante : alors que le discours allemand insiste sur la fonction de solidarité que doivent prendre en charge associations et classes sociales, les Japonais développent une rhétorique qui met davantage l’accent sur un modèle familial d’entreprise à même de remplir cette fonction.

13La crise des années 1930 et 1940 (« la grande transformation » de K. Polanyi) infléchit ces deux discours et se traduit par des mutations institutionnelles notables, à commencer par la percée d’associations de nature « corporatiste » disposant du monopole de la représentation des intérêts ouvriers. Dans les deux pays, la dynamique d’une telle politique d’intégration est certes freinée par l’avènement de régimes politiques répressifs au cours des années 1930. Il n’empêche : après guerre, cette infrastructure associative reste encore bien vivace et elle servira de ferment à la construction d’un nouvel ordre démocratique. C’est ce que nous allons observer de plus près maintenant.

La configuration allemande d’après guerre

La construction d’une économie sociale de marché5

  • 5 La notion d’économie sociale de marché (Soziale Marktwirtschaft) est introduite en Allemagne en 194 (...)
  • 6 En 1945, de nombreux dirigeants industriels influents ont été arrêtés (certains même au titre de cr (...)

14En Allemagne, le déclin de la dictature nazie et l’occupation alliée se sont traduits par une rupture profonde avec les éléments fondamentaux constitutifs du régime hitlérien. Pourtant, certains des changements institutionnels qui avaient été renforcés plutôt qu’inventés par les dirigeants nazis ont laissé une empreinte importante au niveau des institutions intermédiaires. La réorganisation de l’industrie pendant la période nazie n’a pas été marquée par un chamboulement complet : de nombreux responsables et de nombreuses associations sont ainsi restés en place. La continuité vaut aussi pour l’après-guerre puisque certains des représentants officiels d’associations professionnelles ont repris les rênes de leurs organisations lorsque ces dernières ont été à nouveau reconnues en Allemagne de l’Ouest. De fait, les interventions des Alliés dans le domaine de la gouvernance industrielle se sont avérées limitées et transitoires6. L’on peut même affirmer que l’expérience de la Reichsgruppe Industrie a été un élément de continuité important : par exemple, dans le domaine de l’industrie manufacturière, certaines associations professionnelles de branches auparavant autonomes ont simplement servi à composer, par fusion, la nouvelle VDMA (Verein Deutscher Maschinen-und Anlagenbau). Plus qu’à une recomposition radicale des associations professionnelles, c’est donc bien plutôt une simple concentration que l’on a pu observer dans certains cas (Weber, 1991).

15Une telle continuité dans l’action et la position des élites n’est certes pas perceptible dans l’ensemble des associations professionnelles. Pour autant, même là où de nouvelles associations professionnelles ont vu le jour (sur la base de recrutement et d’élections démocratiques), le IIIe Reich a laissé sa trace : il n’a pas été question en effet de remettre en cause le principe de monopole pour revenir à la logique de fragmentation pluraliste qui caractérisait d’importants secteurs économiques sous la république de Weimar. Ainsi, si le Reichsnährstand a bien été aboli, le Deutsche Bauernverband (association des agriculteurs allemands) a pu conserver le monopole de la représentation professionnelle sans qu’il soit possible à la pluralité des intérêts paysans de s’exprimer à travers une diversité d’associations. De même, la confédération allemande des syndicats ouvriers (Deutscher Gewerkschaftsbund) a-t-elle été organisée sur la base d’un double principe : principe unitaire d’une part puisque le DGB inclut en son sein des organisations d’inspirations idéologiques multiples ; principe de différenciation d’autre part puisque, en lieu et place des corporations de métiers, ce sont des fédérations d’industrie qui servent de groupes de référence. L’héritage nazi est ici incontestable. Ce dernier aura en effet servi à renforcer un modèle d’organisation corporatiste qui est devenu une des caractéristiques importantes de l’Allemagne de l’Ouest après 1945.

16Il faut ajouter que les syndicats ouvriers ont bénéficié de la sympathie des autorités d’occupation (notamment de ceux de la zone britannique). Cela explique notamment pourquoi les dirigeants industriels ont cherché le soutien des organisations syndicales lorsque des menaces ont commencé à peser (démantèlement des usines, droits de propriété menacés…). Cela est particulièrement vrai dans l’industrie lourde de la Ruhr. En tout état de cause, la conséquence en a été un changement de climat social d’autant plus important que les dirigeants des organisations syndicales ont opté, eux aussi, pour la coopération en rejetant, comme les employeurs, l’idée d’une intervention de l’État dans les relations professionnelles. Tel est le principe de la Tarifautonomie (autonomie de négociation collective), principe que l’on considère aujourd’hui comme garanti par la constitution et qui structure toujours les relations de travail contemporaines. Le symbole le plus important de cette rénovation fondatrice de l’économie sociale de marché à l’allemande reste, à n’en point douter, le système de cogestion.

L’émergence du credo « ordo-libéral »

  • 7 L’école « ordo-libérale » tire son nom de la revue Ordo (qui signifie ordre). « Ordre » est un term (...)

17Bien que le discours de l’économie sociale de marché soit un produit de la théorie « ordo-libérale », ces deux registres d’argumentation ne peuvent être confondus (Ambrosius, 1977 ; Lange-von Kulessa, Renner, 1998). La rhétorique de l’économie sociale de marché est véritablement mise en forme dans les premières années qui suivent la Seconde Guerre mondiale alors que l’« ordo-libéralisme » s’inscrit dans une histoire de plus longue durée7. L’ordo-libéralime naît avec l’agonie de la république de Weimar. Il est une réponse alternative à la répression (Abelshauser, 1991 ; Haselbach, 1991 ; Nicholls, 1994). Les pionniers de l’ordo-libéralisme – A. Rüstow (un éminent dirigeant de l’industrie mécanique), W. Röpke et W. Eucken – attribuent la crise à la victoire de « bêtes sauvages mues par l’égoïsme économique pluraliste » (Rüstow, cité par Nicholls, 1994, p. 49). Aussi plaident-ils en faveur d’un État fort qui puisse s’engager dans la restauration d’un ordre économique. Un tel programme « libéral autoritaire » entre assez bien en phase, à l’époque, avec la plate-forme de F. von Papen et de K. von Schleicher qui, dans la phase finale de la république, avaient expérimenté une « dictature présidentielle ». Quand A. Hitler arrive au pouvoir, certains des pères spirituels de ce programme ont quitté l’Allemagne (A. Rüstow). D’autres, restés dans le pays, se saisissent de l’occasion pour développer leurs idées dans le sein du régime nazi. Ils se rencontrent alors dans le cadre des sections économiques de l’Akademie für Deutsches Recht, un corps de conseils officiels établi pour, selon les termes de ses statuts, « réaliser le programme national-socialiste dans le champ entier du droit et de l’économie en contact étroit et permanent avec les autorités compétentes en matière de législation ». La section sert en fait de substitut informel au Verein für Socialpolitik (qui a été supprimé par le régime nazi) et elle constitue ainsi une sorte de contrepoids aux partisans de l’économie planifiée. Parmi les membres de cette section, on trouve des personnalités aussi éminentes que W. Eucken, F. Böhm, L. Miksch ou encore A. Müller-Armack, personnalités qui gagneront toutes en importance sociale au cours de l’ère Adenauer.

18Au sein de la structure polycratique qui caractérise le régime nazi, les libéraux autoritaires de l’Akademie für deutsches Recht constituent donc une école de pensée réputée et dotée d’une forte légitimité (Abelshauser, 1991 ; Herbst, 1982). Ennemis tout à la fois du libéralisme classique et de l’économie planifiée, ces « ordo-libéraux » s’adaptent bien au discours économique officiel du IIIe Reich. Bien que l’engagement originel d’Hitler de restaurer l’économie de marché (programme de gouvernement du 23 mars 1933) n’ait pu être maintenu, ces économistes reconnaissent qu’il ne s’agit pas d’un renoncement de principe (Blumenberg-Lampe, 1973). Pour leur part, ils rejettent le programme d’autarcie économique (propagé par certains porte-parole nazis) et proposent d’explorer deux options : celle de la Grossraumwirtschaft (terme codé qui désigne en langage national-socialiste l’intégration économique de l’Europe sous hégémonie politique allemande) et la Weltwirtschaft (économie ouverte) (Blumenberg-Lampe, 1973). De surcroît, bien que peu intéressés par les questions de régulations sociales, ils estiment qu’en raison des risques de chômage après guerre, il n’est peut-être pas inutile d’organiser le marché du travail.

19À cette fin, et pour éviter notamment les risques de surenchère, un document de travail préparé par A. Lampe propose d’autoriser à nouveau les organisations d’employeurs (sur la base d’une adhésion volontaire), autorisation assortie d’un monopole de représentation garanti par l’État. Dans ce projet, les organisations auraient compétence pour s’engager dans des négociations collectives placées sous le contrôle des Treuhänder der Arbeit, institutions créées par le régime nazi pour réguler les conditions de travail et de rémunérations et éviter de la sorte « tout abus de pouvoir économique ». Le même document propose que l’assurance chômage ne soit plus prise en charge par l’État mais par les syndicats, moyen, selon l’auteur, d’impliquer ces derniers dans les politiques d’emploi et de salaire et donc de pouvoir leur faire accepter des réductions de salaire en période de chômage croissant (Blumenberg-Lampe, 1973). Ces idées ont une affinité évidente avec la tradition étatiste des économistes allemands. Des Kathedersozialisten les libéraux autoritaires héritent en effet de l’ambition de concilier ordre capitaliste, réforme sociale et soutien d’un gouvernement fort (Abelshauser, 1991). Mais l’État ne doit pas servir ici à corriger le marché. Il doit bien plutôt aider ce dernier à mieux fonctionner pour garantir la compétitivité de l’économie nationale.

20Lors de la phase finale du régime nazi, certains ordo-libéraux ont pris contact avec l’opposition conservatrice. On peut penser que, parmi les raisons qui ont présidé à cette rencontre, figurait la volonté d’un C.-F. Goerdeler de redonner place à un État fort, à la règle de droit et à des principes humanitaires de base dans une période de fin de règne marquée par l’arbitraire et le chaos. Ce fait a pu nourrir l’hypothèse en vertu de laquelle l’économie sociale de marché serait née du mouvement de résistance à Hitler. Ce n’est pourtant pas si simple puisque les idées ordo-libérales ont aussi éveillé et retenu l’intérêt de dirigeants nazis aussi influents qu’O. Ohlendorf, un économiste qualifié qui dirige la section économique de la Reichssicherheitshauptamt (le service de renseignements de la SS). À partir de 1943, O. Ohlendorf est sous-secrétaire d’État au ministère de l’Économie et il sait défendre à l’occasion ses positions intellectuelles face notamment aux thuriféraires de la planification du ministère de l’Armement (Boelcke, 1983 ; Herbst, 1982 ; Brackmann, 1993). Plus encore, dès 1940, des discussions sont menées au sein du régime afin d’anticiper ce que pourrait être l’économie d’après guerre. L’idée d’un retour du marché, d’une restauration de l’entreprise privée et de la mise en place d’un ordre compétitif est mise en débat et elle trouve d’ailleurs des soutiens dans les rangs mêmes de la SS. Quant aux ordo-libéraux, ils figurent parmi les experts qui ont contribué à nourrir la discussion (Herbst, 1982).

La coalition de discours sur l’économie sociale de marché

21En 1945, la capitulation inconditionnelle puis l’élimination des autorités administratives centrales allemandes ont été des facteurs de rupture dans le mode de fonctionnement de la bureaucratie. Quant aux planificateurs de guerre, ils ont été tout bonnement éliminés de la scène politique. Comme nous allons le montrer, cela constitue une différence fondamentale entre l’Allemagne et le Japon. Il est vrai qu’en Allemagne de l’Ouest, l’on peut malgré tout parler de continuité dans la mesure où des serviteurs de l’État qui avaient été démis de leur fonction en raison de leur adhésion au parti nazi ont été réadmis au début des années 1950 (Ritter, 1998). Une vision globale des choses n’est cependant pas satisfaisante dans la mesure où, en dépit de cette réintégration, de profondes transformations ont bien affecté les élites et l’administration. On en veut pour exemple le fait que, lorsqu’en 1947-1948, les autorités d’occupation américaines et britanniques commencent à réorganiser l’administration de l’économie ouest-allemande dans la Bizone, une nouvelle coalition de discours hégémonique émerge autour et sous l’impulsion des zélateurs d’une Ordnung der Wirtschaft. Même si le personnel de base de l’administration économique de la Bizone est alors largement composé de personnes qui ont été recrutées au sein de l’ancienne administration du Reich (Ambrosius, 1977), les emplois de direction sont pris en charge en revanche par de nouveaux arrivants.

22La montée dans la hiérarchie de ces derniers est le résultat d’une lutte politique pour l’hégémonie. D’emblée, en effet, la reconstruction économique de la Bizone avait été contestée par les différents partis politiques. Parmi les coalitions de discours en concurrence, l’une des plus influentes – du moins au début – défendait la voie d’un « socialisme démocratique » et elle empruntait même quelques notions aux thèses de la « planification démocratique » telles qu’elles avaient été développées dans les années 1930 dans différents pays européens de l’Ouest. Ces idées étaient en vogue dans le parti social-démocrate mais elles trouvèrent un écho considérable également au sein de l’aile gauche des chrétiens-démocrates. Après la constitution, en 1948, du conseil économique pour la Bizone anglo-américaine, les sociaux-démocrates (sous la direction de K. Schumacher) optent pour une stratégie d’opposition résolue. Le discours de la « planification démocratique » commence alors à perdre en influence et celui de l’« ordo-libéralisme » gagne au contraire en importance, comme en témoigne notamment le fait que certains de ses défenseurs acquièrent des positions clés dans le domaine de la politique économique. L’élection de L. Erhard au poste de directeur de l’administration économique de la Bizone (1948) puis sa nomination comme ministre de l’Économie après la proclamation de la République fédérale (1949) ont permis très concrètement le recrutement de personnes gagnées à la cause de l’école ordo-libérale au sein de l’appareil politico-administratif.

23Dans cette nouvelle coalition de discours, des économistes de culture universitaire (une caractéristique familière de l’ancienne Verein für Socialpolitik) jouent un rôle important. Le représentant le plus éminent de ce groupe est A. Müller-Armack. En 1952, celui-ci prend la tête du Grundsatzabteilung (département de politique économique) du ministère fédéral de l’Économie. Il s’agit d’un événement institutionnel important dans la mesure où ce département a eu une influence déterminante sur le gouvernement et s’est révélé être le gardien du credo néolibéral au sein de la machinerie gouvernementale. Un des leaders incontestés de cette nouvelle coalition discursive, A. Müller-Armack, est celui qui, par ailleurs, introduit la notion de Soziale Marktwirtschaft (économie sociale de marché) et qui en définit les caractéristiques principales. Proche des ordo-libéraux depuis son affiliation à l’Akademie für Deutsches Recht, A. Müller-Armack construit néanmoins une version quelque peu éclectique du modèle libéral puisque, derrière l’idée d’économie sociale de marché, se marient libéralisme et interventionnisme étatique (Lange-von Kulessa, Renner, 1998). A. Müller-Armack joue donc, on le voit, un rôle important dans cette réinterprétation pragmatique de l’approche ordo-libérale (Nicholls, 1994). Selon lui, la fonction redistributrice de l’État-Providence peut se justifier à la condition (vague, il est vrai…) qu’elle ne perturbe pas le bon fonctionnement des marchés, qu’elle n’interfère pas avec les processus d’allocation primaire des ressources… (Müller-Armack, 1956). A. Müller-Armack estime par ailleurs que le gouvernement doit pouvoir réguler des secteurs aussi importants que celui des transports, de l’agriculture ou encore du crédit (Müller-Armack, 1976). À la différence de l’ordo-libéral W. Eucken, A. Müller-Armack apporte enfin un soutien résolu aux politiques de plein emploi. En bref, donc, la doctrine promue sous l’intitulé de Soziale Marktwirtschaft justifie une régulation de l’économie mais à condition que cette dernière reste « en conformité avec le marché » (Lange-von Kulessa, Renner, 1998).

  • 8 Cette révolution idéologique est accomplie avec l’adoption du Godesberger Programm de 1959. Le prog (...)
  • 9 Cette expression allemande fait référence à de Fribourg (Freiburg im Breisgau), forteresse universi (...)

24Mélange de libéralisme et d’interventionnisme, cette doctrine doit pour partie son succès au charisme de ce grand communicateur que fut L. Erhard, une des figures dominantes de cette coalition de discours. Mais le succès tient également au caractère flexible et adaptatif de ce discours. Les néolibéraux d’après guerre, notamment les Sozialausschüsse (les comités sociaux des syndicats chrétiens) de l’aile gauche de la CDU y ont ainsi puisé matière à interprétations et réinterprétations politiques. N’était-ce pas d’ailleurs un excellent moyen de renforcer la cohérence d’un parti politique (la CDU en l’occurrence) dont la clientèle était singulièrement hétérogène sur le plan social ? Il faut rappeler à ce propos que, au cours de la période de l’Allemagne impériale et pendant la république de Weimar, la cohérence de la CDU avait été assurée grâce à l’ancrage religieux du parti dans une minorité catholique. Dans les premières années d’après guerre, beaucoup d’adhérents avaient ensuite fait évoluer leur préférence en direction des protestants conservateurs. Le discours de l’économie sociale de marché a donc eu cette fonction de restaurer une unité perdue en se substituant à un référent religieux désormais obsolète. Le nouveau mythe est indéniablement simplificateur : il est fondé sur une représentation élémentaire d’une réalité en fait fort complexe. Mais il n’en est pas moins fonctionnel comme en témoigne son hégémonie progressive. Dès la fin des années 1950, les sociaux-démocrates abandonnent progressivement la doctrine de la planification démocratique et se laissent gagner, à l’instar de la CDU, aux thèses de l’économie de marché (Nicholls, 1994)8. Cette conversion est la première étape d’un processus qui voit ensuite K. Schiller, ministre social-démocrate de l’Économie de 1967 à 1971, consacrer la synthèse entre keynésianisme et ordo-libéralisme (Freiburger Imperativ9). Le keynésianisme subissant par la suite quelques discrédits intellectuels, les sociaux-démocrates n’hésiteront pas, dans les années 1990, à s’engager plus fermement encore dans les voies de l’économie sociale de marché, sans que cela apparaisse contradictoire, bien au contraire, avec le système de relations professionnelles allemand (Abelshauser, 1999 ; Naphtali, 1928 ; Thelen, 1991). De ce fait, les syndicats de salariés n’ont pas eu de problèmes pour s’insérer, eux aussi, au sein de la coalition de discours de l’économie sociale de marché.

Stratégies économiques et capitalisme managérial dans le Japon d’après guerre

25Abordons maintenant le cas japonais et examinons, de manière similaire, le jeu croisé des discours et des transformations institutionnelles. Précisons d’emblée que, après la défaite de 1945, l’on assiste à une perte d’influence de l’Allemagne sur le Japon, alors même que celle-ci avait été véritablement importante de l’ère Meiji jusqu’à la période du début des années 1940. Les autorités d’occupation américaine ont cherché, avec plus ou moins de succès, à remodeler les institutions japonaises. De fait, les États-Unis ont donc succédé à l’Allemagne comme source d’inspiration intellectuelle. Après guerre, la génération des économistes et des juristes japonais formés dans les universités allemandes reste certes en fonction à des postes clés de l’administration mais les intellectuels les plus jeunes préfèrent désormais se rendre dans les universités américaines. C’est donc au total forts d’une tradition allemande (notamment pour ce qui a trait aux relations professionnelles) mais aussi en empruntant au modèle américain que les Japonais reconstruisent leur pays après la guerre.

La continuité des élites bureaucratiques

26Au Japon, et à la différence de l’Allemagne, les liens étroits unissant responsables politiques, élites industrielles et personnels administratifs perdurent après guerre (Gao, 1997 ; Johnson, 1982 ; Okazaki, 1997). Un exemple révélateur de cette continuité peut être trouvé à l’examen de la priorité donnée en 1946 à certains secteurs (le charbon, l’acier, les engrais chimiques) dont le développement est supposé conditionner celui de l’industrie manufacturière dans son ensemble (Kosai, 1988). Ici, le raisonnement est similaire à celui qui préside au lancement du premier plan français (celui de Jean Monnet en 1946) puisque l’objectif est aussi le soutien des secteurs de base (Cohen, 1969). Dans les deux pays, de surcroît, la mise en pratique de ces plans n’est possible, selon les dirigeants, qu’à condition que la bureaucratie contrôle l’économie. De ce point de vue, la différence avec l’Allemagne est intéressante à souligner. En Allemagne, un programme d’investissement lourd est également planifié par voie réglementaire (Investitionshilfegesetz). Mais il l’est beaucoup plus tard (en janvier 1952) quand l’impact de la crise coréenne et la pression de la haute commission alliée forcent à revoir les stratégies libérales déployées par L. Erhard (Abelshauser, 1983). L’Investitionshilfegesetz met en place une taxe obligatoire d’un milliard de DM aux dépens des industries de consommation et au profit de certains secteurs d’industrie de base. Le volume financier ainsi engagé est en fait bien plus modeste que les sommes en jeu en France et au Japon. Le processus n’en est pas moins intéressant à observer dans la mesure où il trahit bien la montée en puissance progressive d’une économie sociale de marché corporatiste (Hentschel, 1996).

27Quoi qu’il en soit, au Japon, la défaite de 1945 et les réformes engagées par les Alliés dans l’après-guerre ont un impact profond sur les institutions et sur la structure de coalition des discours hégémoniques. Mais le cas de figure est un peu différent comparé à celui de l’Allemagne, où la capitulation bouleverse complètement l’administration centrale et crée des discontinuités fortes dans la prise en charge des fonctions les plus importantes au sommet de la pyramide bureaucratique. Au Japon, les règles du changement sont indirectement édictées par la puissance occupante. Celle-ci réorganise également de manière sélective le champ administratif, notamment en dissolvant le ministère de l’Intérieur (Naimushō). Au regard de l’Allemagne, le Japon bénéficie néanmoins d’une plus grande continuité de sa structure bureaucratique (Pempel, 1987). Une des raisons tient au fait que les économistes ont joué un rôle important dans la conception des politiques. Un grand nombre d’entre eux avaient déjà pris part au débat relatif au système économique des années de guerre (Gao, 1994, 1997). Cette implication explique la survivance et la transformation de principes de base mis en avant pendant la période de guerre afin de gérer les colonies : approche stratégique de l’économie, maintien de l’ordre, défiance à l’égard d’une concurrence excessive, rejet de la notion de profit (Gao, 1997). En dépit de ces affirmations tôt avancées, le Japon met plus du temps que l’Allemagne à accueillir en son sein un discours hégémonique et cohérent. Bien que la reconstruction économique soit la priorité incontestée, bureaucrates et économistes sont divisés sur la marche à suivre pour mettre en œuvre concrètement une telle option. Ils ne partagent pas non plus le même avis quant au rôle du commerce international comme variable déterminante pour le devenir du Japon.

28Par ailleurs, si, tout comme en Allemagne, l’organisation en partis politiques signifie existence d’une arène centrale à même de traduire des choix en décisions, ce n’est pas pour autant le gage d’une convergence entre les deux pays. En Allemagne, le débat entre partisans de la planification et zélateurs de l’économie de marché prend corps par l’intermédiaire de partis politiques qui s’affrontent sur les scènes électorale et parlementaire. On en sait l’issue : la coalition menée par la CDU l’emporte en 1949. Au Japon, en revanche, les controverses sont internes puisqu’elles opposent différentes coalitions du parti démocratique libéral (Kume, 1997 b). Au sein du parti, une faction se fait l’avocate d’un interventionnisme résolu en donnant la priorité à la production et en mettant l’accent sur le développement du marché intérieur. Pour elle, le maintien d’une économie fermée est une condition de base pour la mise en œuvre d’une politique interventionniste (Gao, 1997 ; Kosai, 1988). H. Arisawa est un des économistes partisans d’une telle solution. Influencé par une problématique marxiste, il milite en faveur d’une politique qui donne priorité au développement industriel et, de fait, ses idées avaient déjà eu une grande influence sur la politique planificatrice adoptée durant la guerre. Imposée par les autorités d’occupation, la politique déflationniste de J. Dodge met fin à la brève hégémonie de ce discours néomercantiliste. Un tel tournant donne alors avantage aux partisans d’un développement économique fondé sur l’échange international. Dans les années 1950, la thèse en vertu de laquelle il convient de favoriser les exportations devient dominante. À cette fin, et à la différence de l’Allemagne, priorité n’est pas donnée au marché comme instrument de régulation. Pour les Japonais, le pilotage stratégique doit revenir au gouvernement, et plus précisément encore au ministère du Commerce et de l’Industrie (MITI). Un second tournant d’importance est négocié en 1960 lorsque le gouvernement keynésien de H. Ikeda adopte une politique de croissance forte et de libéralisation du commerce. In fine, cette option consacre l’hégémonie d’un discours dont la portée intégrative est comparable à celle de l’économie sociale de marché en Allemagne de l’Ouest.

La coalition de discours du capitalisme managérial et l’émergence de la J-entreprise

29Après guerre, les deux changements les plus importants en matière de gouvernance industrielle que l’on puisse imputer aux occupants sont, d’une part, l’incitation au développement d’un capitalisme de type managérial et, d’autre part, la forme de reconnaissance des organisations syndicales. Au Japon, tout comme en Allemagne d’ailleurs, l’intervention des Alliés a été évolutive, à mesure notamment de la croyance croissante accordée par les Américains aux vertus de l’entreprise privée. Il n’en reste pas moins que les zaibatsu ont été dissous très tôt et que cela a eu un impact important sur les modes de gouvernance industrielle (Gao, 1997). La suppression de certains instruments de contrôle dont bénéficiaient auparavant les actionnaires et le renforcement de la séparation propriétaires-gestionnaires renforcent le pouvoir des managers et stimulent l’avènement de ce que l’on a appelé une « révolution managériale par le bas » (Aoki, 1988 a ; Nakamura, 1995). Le capitalisme familial se voit ainsi supplanté par un nouveau capitalisme de type managérial. À la différence des managers de l’avant-guerre (bantō) qui entretenaient des liens étroits avec les familles de propriétaires, les nouveaux managers sont à la fois plus dépendants à l’égard des actionnaires et moins soucieux de loyauté envers leurs employés (Hirschmeier, 1976 ; Iwata, 1992). Quant aux syndicats, après guerre, ils sont conçus comme les héritiers des tōsei-kai (Murakami, 1984), ce qui signifie que le système de relations professionnelles japonais est pensé comme devant favoriser une étroite relation de coopération entre syndicats et gouvernement.

30Ces transformations expliquent qu’un nouveau discours réformiste gagne le corps des jeunes managers, celui-là même qui commence à s’imposer sur la scène économique grâce à son action au sein des Keizai Dōyukai (comités japonais pour le développement économique). Le discours vise clairement « une démocratisation de l’entreprise » (Hirschmeier, 1976 ; Hirschmeier, Yui, 1981 ; Otake, 1987). Mais le discours est également mâtiné d’une idéologie qui, comme nous venons de le voir, est fondée sur la volonté de restreindre l’autorité des actionnaires pour mieux promouvoir le statut des managers et des salariés de l’entreprise (Gao, 1997 ; Okazaki, 1994). En basant leur argumentaire sur la séparation entre propriété et gestion, ces managers promeuvent leur fonction au rang de médiation entre salariés et capitalistes et revendiquent à ce titre une distribution égale des profits entre les trois parties en jeu. Ce capitalisme réformiste, qui rappelle de façon remarquable les idées de J. Burnham (1942), est conçu comme une contre-feu à la politique de nationalisation socialiste des entreprises.

31Dans l’immédiat après-guerre, l’engagement militant des nouveaux syndicats japonais laisse peu de place à toute préoccupation réformiste centrée sur l’entreprise. Tout comme en Allemagne, les options syndicales sont largement influencées par les occupants. En Allemagne, les relations de travail sont pacifiées et les syndicats adoptent un modèle de partenariat social qui ne déroge pas avec les pratiques en vigueur dans le passé. Au Japon, en revanche, les syndicats modérés qui maintiennent l’ancienne ligne d’avant guerre (celle du Sōdōmei) se font déborder sur leur gauche par des syndicalistes engagés et militants (Garon, 1987). La guerre froide puis, en 1948, la politique de stabilisation économique mise en place par les occupants poussent J. Dodge à coopérer avec le gouvernement japonais, ce qui renforce alors d’autant la polarisation sociale. Pour illustration, on notera que, côté employeurs, les « managers militants » organisés dans la fédération des employés Nikkeiren occupent une place centrale dans la lutte qui vise la restauration des prérogatives managériales au sein de l’entreprise (Kume, 1998). Les conflits intenses qui émaillent les années 1949 à 1953 sont, à ce titre, particulièrement intéressants à prendre en compte dans l’analyse. Pendant cette période cruciale, on assiste d’abord à un effort concerté de la part des employeurs, du gouvernement et des autorités américaines d’occupation afin d’aboutir à l’élimination des syndicats radicaux. La restructuration qui en a suivi a débouché ensuite sur la fondation d’un modèle de partenariat social différent du modèle allemand, notamment parce que celui-là est plus étroitement dépendant des pratiques bureaucratiques japonaises d’avant guerre, pratiques qui avaient déjà promu un syndicalisme modéré centré sur l’entreprise.

32À l’occasion du tournant évoqué précédemment (celui de la politique de croissance forte associée à une libéralisation du commerce), le management et les salariés reconsidèrent cependant leurs stratégies respectives. Pour chacun de ces acteurs, il devient clair que les questions technologiques doivent prendre le pas sur les questions d’oppositions salariales afin de pouvoir conquérir des avantages concurrentiels sur les marchés internationaux. C’est pourquoi les employés syndiqués au sein du Nikkeiren révisent quelque peu leur position initiale pour se réconcilier avec les thèses énoncées dès les premières années de l’après-guerre par le Keizai Dōyūkai. En clair : la voie est ouverte pour accentuer encore davantage le rapprochement entre management et salariés et fortifier de la sorte l’opposition de ces deux acteurs contre le tiers parti que constituent les actionnaires (Aoki, 1988 a). Ce discours « intégratif » a enfin une répercussion institutionnelle non négligeable dont nous pouvons toujours observer les implications. Il légitime en effet la pratique de négociations coordonnées au niveau national (shuntō) ainsi que la participation « corporatiste » des organisations syndicales à l’élaboration des politiques publiques (Garon, 1987 ; Kume, 1998).

* * *

33Au terme de cette mise en perspective Allemagne-Japon, que peut-on conclure ? Nous observons d’abord une convergence institutionnelle. Au Japon comme en Allemagne, en effet, l’après-guerre est une période où se construit dans les deux pays un système original qui articule négociation centralisée et négociation d’entreprise. Ce système a fait montre de son efficacité relative, notamment si on le compare à des modèles corporatistes plus centralisés encore (Kume, 1997 a). Cette convergence n’est pas analysable cependant en termes de mimétisme. Le Japon n’a pas copié le modèle allemand. La thèse que nous défendons est que, si convergence il y a, celle-ci est davantage le produit d’un discours hégémonique sur le « capitalisme régulé », discours semblable dans les deux pays et qui s’est imposé dans l’un et l’autre espace par articulations de forces autrefois en opposition.

34Aujourd’hui, les institutions des capitalismes allemands et japonais subissent des pressions croissantes, à un point tel d’ailleurs que d’aucuns nourrissent des spéculations qui alimentent la thèse d’une évolution commune des deux pays en direction du modèle anglo-américain. Si nous tentons d’extrapoler les observations précédentes, il n’est pas exclu qu’une telle convergence advienne effectivement. Pour autant, une des conditions majeures afin qu’un tel mouvement se réalise – et c’est là une des leçons principales de la présente contribution – est la suivante : non seulement les institutions devront évoluer mais il devra en être de même avec les coalitions de discours hégémoniques, coalitions qui, nous l’avons vu, accompagnent, soutiennent et légitiment toute transformation structurelle durable.

Notes

1 Cette contribution s’inspire d’un article beaucoup plus long : « The Institutional Embedding of Market Economies : The German “Model” and its Impact on Japon », in Streeck W., Yamamura K. eds, The Origins of Non Liberal Capitalism : Germany and Japan, Ithaca, N. Y., Cornell University Press, 2001. L’auteur remercie les éditions de l’université Cornell pour avoir accepté le principe de la présente adaptation en langue française. La mise en forme du texte a été réalisée par J. Spurk et la traduction par M. Dupré. L’ensemble a été révisé par M. Lallement.

2 La métaphore de l’encastrement (embeddedness) renvoie bien sûr à K. Polanyi (1957).

3 Les notions de forum et d’arène appartiennent à la sémantique de l’analyse politique de l’action publique, telle qu’elle a été notamment promue grâce aux travaux de B. Jobert et P. Muller. Ces derniers s’intéressent à la régulation politique, soit aux conditions de production, d’interprétation, de légitimation, de négociation et de mise en œuvre des politiques publiques. Dans ce cadre, les politologues nomment « forums » les lieux investis par certaines professions, agents publics, experts scientifiques… au sein desquelles les acteurs travaillent avant tout à l’interprétation des politiques publiques : construction d’un langage commun, définition de la réalité sociale, réinterprétation des normes… Les « arènes » sont également des communautés de politique publique mais elles sont davantage orientées, à la différence des précédentes, vers la négociation des modes de mise en application des politiques publiques (Jobert, 1998). (N.d.T.)

4 Le lecteur intéressé par de plus amples indications sur les conditions du transfert et de la réappropriation des pratiques et institutions allemandes au sein de l’espace japonais pourra se reporter à la version longue, en langue anglaise, de la présente contribution.

5 La notion d’économie sociale de marché (Soziale Marktwirtschaft) est introduite en Allemagne en 1948. Elle a été développée sur le plan théorique par A. Müller-Armack (économiste libéral, universitaire puis secrétaire d’État) et a servi de référence centrale à L. Erhard qui devint ministre de l’Économie de la RFA en 1949. Telle qu’elle a été reprise à son compte après guerre par L. Erhard, la doctrine de l’économie sociale de marché est fondée sur l’idée que l’action d’un État fort est bénéfique au fonctionnement d’une économie de marché puisqu’il garantit les conditions d’une véritable concurrence et assure en même temps le respect d’impératifs sociaux minimaux. Cela n’implique pas pour autant un extrême engagement de l’État. Au contraire, puisque la seule réglementation, minime, que l’économie de marché puisse supporter est un encadrement limité de la répartition des ressources. (N.d.T.)

6 En 1945, de nombreux dirigeants industriels influents ont été arrêtés (certains même au titre de criminels de guerre). Cela n’a pas été cependant un facteur de rupture décisif pour les gouvernances industrielles. Les plans américains destinés à « casser les trusts » n’ont pas eu plus de conséquences durables, à l’exception peut-être des cas d’IG Farben et de Vereinigte Stahlwerke. Quant aux trois grosses banques allemandes (Deutsche Bank, Dresdner Bank et Commerzbank), elles n’ont pas eu besoin de plus d’une décennie pour endiguer la dynamique du déclin.

7 L’école « ordo-libérale » tire son nom de la revue Ordo (qui signifie ordre). « Ordre » est un terme clé dans la théorie de W. Eucken qui sera discutée dans les lignes qui suivent. Notons simplement ici qu’ordre renvoie à un système stable de règles.

8 Cette révolution idéologique est accomplie avec l’adoption du Godesberger Programm de 1959. Le programme d’action de 1952 avait déjà préparé le terrain en introduisant l’idée suivante : « concurrence aussi loin que possible, planification aussi loin que nécessaire ».

9 Cette expression allemande fait référence à de Fribourg (Freiburg im Breisgau), forteresse universitaire ordo-libérale la plus connue de l’époque.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search