Version classiqueVersion mobile

Stratégies de la comparaison internationale

 | 
Michel Lallement
, 
Jan Spurk

Première partie. Dynamiques de la comparaison internationale

Avant-propos

Texte intégral

1L’ambition de cette première partie est de poser quelques jalons relatifs aux questionnements épistémologiques qui, depuis longtemps déjà, sourdent les pratiques des comparatistes. Comme dans de nombreuses contributions de ce livre, nous avons souhaité que ces interrogations ne soient pas abordées de façon trop abstraite – au sens premier du terme – mais que les auteurs qui les prennent en charge puissent les intégrer en référence explicite à leur démarche, leurs hésitations, leur matériaux de recherche… C’est pourquoi l’on ne trouvera pas dans cette partie de discours épistémologiques épurés de toute arête empirique ou de réflexions politiques. C’est au contraire un comparatisme à l’ouvrage que nous souhaitons promouvoir, meilleur moyen nous semble-t-il de donner à voir les difficultés, enjeux et choix de la stratégie de recherche qui nous intéresse.

2Dans les chapitres qui suivent, il est un premier questionnement transversal qui touche directement à l’épistémologie de la comparaison. Celle-ci peut se décliner de la sorte : que faut-il comparer ? quels pays retenir ? quels niveaux privilégier ? à quelles variables doit-on prêter attention ? etc. Ces interrogations sont bien évidemment fondamentales. Si elles ne prétendent pas épuiser la discussion, les contributions qui suivent apportent néanmoins trois éléments de réponse importants. On constatera, en premier lieu, combien l’Allemagne est présente non seulement dans cette partie mais également dans le reste de l’ouvrage. Ce n’est évidemment pas un hasard tant, comme le rappelle J. Spurk, l’histoire commune à ces deux pays explique largement ces relations de fascination réciproque. Ce n’est donc pas un hasard non plus si les travaux de l’école d’Aix (Maurice, Sellier, Silvestre, 1982) qui ont d’abord porté sur l’Allemagne et la France sont aussi présents dans l’esprit de nombreux contributeurs. C’est pourquoi d’ailleurs cette partie s’ouvre, grâce à A. Labit et J. Thoemmes, par une présentation critique d’une recherche dont il n’est pas exagéré de penser qu’elle aura marqué le comparatisme contemporain.

3Un second point commun aux chapitres qui constituent cette première partie tient au refus de la comparaison statique. Fondée sur une connaissance approfondie de l’histoire politique de l’Allemagne et du Japon, la démonstration que nous offre G. Lehmbruch illustre tout l’intérêt d’un regard diachronique sans lequel l’exercice, si souvent pratiqué, de l’examen systématique et synchronique des ressemblances et des dissemblances n’aurait guère d’intérêt. Opérant de manière différente, puisqu’ils proposent avant tout un bilan critique des typologies de systèmes nationaux de formation ouvrière, C. Dubar, C. Gadea et C. Rolle aboutissent en fait à une conclusion similaire. Figer l’objet à l’excès est de mauvaise politique scientifique. Voilà pourquoi ils proposent un double raisonnement en dynamique : grâce à la notion de configuration d’une part, par l’attention portée aux trajectoires et aux identités d’autre part. Observer les destins nationaux et les effets de path dependency (G. Lehmbruch), s’armer de la notion de configuration sans être tenté de réifier cette dernière (C. Dubar, C. Gadea, C. Rolle), situer les régulations sociales dans une dynamique temporell (A. Labit, J. Thoemmes) ou encore faire montre d’un recul critique pour positionne les recherches à l’aune d’une histoire politique (J. Spurk), voilà autant d’injonctions convergentes qui relèvent bien plus que du simple discours de la méthode. Avec l’exigence réflexive suggérée précédemment, cette incitation à inscrire les faits sociaux comparés dans des séquences diachroniques (dont les termes et la qualité peuvent varier) participe directement à la construction d’une épistémologie de la distanciation dont nous verrons également, dans les autres parties de cet ouvrage, les multiples implications pour la comparaison internationale.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search