Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies de la comparaison internationale

 | 
Michel Lallement
, 
Jan Spurk

Introduction. Les comparaisons internationales : intérêt et actualité d’une stratégie de recherche

Michèle Dupré, Annie Jacob, Michel Lallement, Gilbert Lefèvre et Jan Spurk

Texte intégral

1Que l’on donne priorité à l’apprentissage des techniques d’enquête et d’investigation les plus concrètes ou que l’on emprunte les chemins plus abstraits de la réflexion épistémologique, les ouvrages d’initiation aux méthodes des sciences sociales ne font plus défaut aujourd’hui. Aussi pédagogique soit-il, le discours de la méthode n’aurait guère d’efficacité s’il se réduisait à un simple florilège de considérations livresques. En sciences sociales comme en de nombreux autres domaines, la recherche empirique reste un moment privilégié et irremplaçable au service de l’acquisition du savoir-faire scientifique. On ne se risquera pas à l’exercice périlleux qui consisterait à tenter une impossible recension et une improbable classification des techniques utilisées à l’heure actuelle dans le vaste domaine des sciences de l’homme et de la société. Plutôt que de tenter ce pari impossible, le présent ouvrage s’intéresse à une stratégie de recherche particulière : la comparaison internationale. La comparaison n’est pas, il est vrai, une technique à proprement parler. Elle s’apparente bien davantage à une posture intellectuelle qu’à une méthode au sens strict du terme. Elle ne souffre pas, par ailleurs, d’une forme d’exclusive disciplinaire. Mobilisée en économie, en gestion, en histoire, en science politique, en sociologie…, la comparaison internationale est une stratégie de recherche qui transcende les clivages et les territoires constitués. En dépit d’un tel constat, force est de remarquer que les confrontations interdisciplinaires sur la portée et les limites de la posture comparative sont rares, pour ne pas dire inexistantes. Parce que, à condition d’être maîtrisé, le décloisonnement entre les champs du savoir est souvent source d’étonnements féconds et d’enrichissement réciproques, nous avons souhaité œuvrer dans cet ouvrage en faveur d’un regard interdisciplinaire sur les comparaisons internationales. Telle est la première ambition de la présente entreprise collective.

Les enjeux de la comparaison

2La pratique de la comparaison n’est pas nouvelle. Les historiens des sciences nous rappellent que l’essor du comparatisme est inséparable des sciences de l’homme. Au xixe siècle, en effet, la démarche comparative devient un gage de connaissance nouveau dans des domaines aussi différents que la grammaire, la littérature, le droit ou encore l’anatomie (Jucquois, Vielle, 2000). Elle a donc été tôt assimilée à un processus particulièrement heuristique auquel certains sociologues, E. Durkheim (1895) le premier, prêtaient les vertus d’une quasi-expérimentation. Dans les pages qui suivent, plusieurs contributions rappellent ce fait élémentaire et elles déclinent, d’une discipline à l’autre, les arguments qui ont été mobilisés et éprouvés pour ériger la comparaison en stratégie de recherche pertinente. Il ne faut pas, pour autant, faire preuve de naïveté. Comparer – et comparer des sociétés entières au premier chef – n’est jamais dénué d’enjeux extrascientifiques. Les travaux d’anthropologie historique rappellent ainsi fort opportunément les risques d’ethnocentrisme que la confrontation de Soi à l’Autre peut emporter avec elle (Jacob, 1994).

3Le degré d’intérêt, les enjeux et les méthodes de la comparaison ont par ailleurs évolué dans le temps. Au cours du xxe siècle, l’usage de la comparaison internationale a connu un nouvel essor lors des années 1960 pour des raisons qui tiennent d’abord au contexte géopolitique du moment mais aussi à la nécessité à laquelle se croient confrontés certains chercheurs, celle de rationaliser, grâce à la comparaison, la supériorité du modèle de développement économique et politique occidental, celui du monde anglo-saxon au premier chef. Comme le suggère O. Giraud dans le présent ouvrage, la science politique trouvera là matière à débats et discussions. Mais les années 1960 correspondent également à la période de renaissance de la sociologie, ou du moins de sa forte institutionnalisation ainsi qu’en témoignent le développement des postes d’enseignants à l’université, la naissance de revues académiques, la création de laboratoires de recherches… La sociologie redécouvre alors, en cette période, des « pères fondateurs » (dont M. Weber) qui lui permettent de conforter sa légitimité mais aussi des méthodes d’investigation dont, précisément, le comparatisme (Noiriel, 1998).

  • 1 Voir, parmi l’immense littérature actuelle dédiée au sujet, les travaux de M. Castells (1996), A. G(...)

4Aujourd’hui, il est une autre raison qui pousse à la redécouverte de la stratégie des comparaisons internationales : la mondialisation. Derrière ce terme polysémique se cachent des significations et des réalités multiples mais ce terme véhicule surtout nombre d’angoisses et de prénotions. Faut-il craindre réellement l’hégémonie des multinationales ? S’attendre à un raz de marée culturel issu d’outre-Atlantique ? Redouter ou espérer la construction d’une Europe transnationale ?… Parmi des centaines d’autres, ces quelques questions sont au cœur des inquiétudes du temps et elles motivent débats, actions collectives, compromis nouveaux, essais et diagnostics1… Bref, un champ entier de connaissances nouvelles s’ouvre à nous et, en raison même de l’envergure du phénomène, l’on peut faire le pari que la comparaison internationale (re)deviendra dans les années qui viennent un outil d’investigation privilégié pour ceux qu’intéressent les transformations du monde moderne. Par-delà l’intérêt que l’on peut trouver à la reviviscence de la comparaison, un des risques, et non des moindres, est que l’outillage se résume, comme c’est souvent le cas dans certaines instances administratives, à une batterie d’indicateurs dont l’usage politique le dispute à la faible pertinence scientifique.

5Ajoutons d’emblée que, comme nous l’avons précédemment suggéré, la comparaison n’est pas réductible au simple et unique statut de méthode. Comme le suggère G. Jucquois (2000), le comparatisme est tout à la fois méthodologie, épistémologie et éthique.

6– Méthodologie  : il faudrait en fait décliner le terme au pluriel. Les travaux comparatifs empruntent souvent des voies différentes : recours aux données quantitatives ou confrontation de monographies, historicisation de l’objet ou approche en coupes synchroniques, prise en compte de deux pays seulement ou intégration d’un échantillon plus important de sociétés… En matière de comparaison, la variété du « bricolage » méthodologique est une réalité que l’on ne prend guère le temps d’interroger pour elle-même. Elle est pourtant déterminante si l’on souhaite comprendre la portée, mais aussi les limites des multiples études qui se réclament de la famille comparatiste.

7– Épistémologie  : comparer engage une philosophie du savoir qui n’a rien d’anecdotique. Faire de l’altérité un opérateur de connaissance, consacrer le détour comme mode privilégié d’investigation… voilà autant de formulations qui rappellent que la comparaison nous place d’emblée sur le registre d’une épistémologie fondamentalement dialectique en vertu de la quelle la négation de Soi par confrontation à l’Autre reste un moyen privilégié de la connaissance du Même.

8– Éthique enfin : le risque majeur de la méthode comparative est de confiner rapidement vers une forme de relativisme dont les travers épistémologiques et politiques ont souvent été dénoncés (Putnam, 1984). La question est réelle. Notre conviction reste cependant qu’en pratiquant la comparaison internationale il s’agit moins de montrer, à la façon des libertins d’hier, que « tout se vaut » mais bien plutôt que l’on gagne à éclairer les faits sociaux à la lumière de leur singularité et déterminants multiples pour pouvoir, le cas échéant, peser sur leur transformation.

  • 2 Vingt-quatre communications ont été présentées dans le cadre de ce séminaire qui a rassemblé des ch (...)

9Ces dernières questions pourront paraître bien abstraites. Elles sont en fait le produit diffus de pratiques de recherches multiples menées dans un monde social en pleine transformation. C’est pour tenter de répondre à quelques-unes des interrogations qui viennent d’être esquissées que nous avons organisé un séminaire interdisciplinaire et international sur les méthodes de la comparaison. Ce dernier s’est déroulé à Paris au cours des années 1998, 1999 et 2000. Il a bénéficié du soutien du programme « L’identité européenne en questions » du CNRS2. Le présent ouvrage propose une présentation raisonnée et synthétique de ces travaux. Toutes les contributions sont inédites et, après débats et discussion au sein du séminaire, elles ont été reprises et rédigées dans un même esprit, celui qui consiste à interroger aujourd’hui, et dans une optique interdisciplinaire, l’intérêt et la portée des stratégies de recherche fondées sur la comparaison internationale. De là autant de questions qui traversent l’ensemble des chapitres qui suivent : pourquoi (encore) utiliser la méthode comparative ? si faire des sciences sociales, c’est bien comparer, que signifie aujourd’hui avoir recours à une telle stratégie ? quelles méthodes faut-il alors utiliser et pour quels objets ? que nous disent les différentes disciplines « académiques » à ce propos ? y a-t-il plus exactement des problématiques communes, des méthodologies à rapprocher ? doit-on privilégier méthode déductive ou méthode inductive ? comment articuler monographies et vastes fresques « sociétales » ? à quoi servent les typologies ? comment lier histoire et comparaisons internationales ?, etc. On le voit, les questions sont multiples et, loin d’épuiser le sujet, l’ambition du présent ouvrage consiste plus simplement à s’inscrire dans ce vaste ensemble problématique pour faire le point sur l’intérêt de la comparaison internationale ainsi que sur les pistes encore prometteuses qu’il nous reste à explorer.

Les espaces problématiques de la comparaison internationale

10Pour mieux planter le décor, commençons par signaler quelques repères importants dans le champ qui nous intéresse. Dans un article souvent cité, M. Maurice (1989) propose de distinguer trois approches comparatives. La première (approche fonctionnaliste ou cross-national) est le produit des années 1950 et 1960 et a connu un certain succès au sein des pays anglo-saxons. Les postulats de base sont doubles : absence d’interaction entre le niveau micro des phénomènes étudiés et l’ensemble macrosocial d’une part, forte continuité (et donc comparabilité) entre ces mêmes phénomènes d’un espace national à l’autre, d’autre part. La seconde démarche (culturaliste ou cross-cultural) s’oppose terme à terme à la précédente : on y soutient en effet qu’aucun fait social n’est intelligible hors de la culture nationale dans laquelle il prend racine, ce qui implique nécessairement, seconde caractéristique, une forte discontinuité de ce même fait entre les espaces mis en comparaison. Selon les termes de M. Maurice, l’analyse sociétale opère moins « une impossible intégration de paradigmes qui s’opposent » qu’un « déplacement des logiques d’analyse qui les caractérisent » (p. 183). L’objectif est en effet de décliner des « cohérences nationales » à partir d’un « modèle virtuel », d’articuler acteurs et sociétés sans souci de donner la prééminence à l’un ou l’autre de ces pôles et, in fine, de donner sens aux formes de construction des sociétés : « les catégories et les dimensions d’analyse entrent en cohérence entre elles dans la mesure où elles sont conceptualisées comme éléments d’une société. C’est là, la signification première de l’effet sociétal » (p. 186).

  • 3 Pour un élargissement critique et une « actualisation » centrée sur le fait éducatif, on se reporte (...)

11Ce dernier parti pris méthodologique a pris une réelle consistance lors de l’étude du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST) d’Aix-en-Provence, étude consacrée à la comparaison des rapports salariaux allemands et français (Maurice, Sellier, Silvestre, 1982). De cette investigation fondée initialement sur une interrogation relative aux écarts de hiérarchie salariale dans les deux pays, les chercheurs du LEST ont tiré un schéma d’interprétation qui associe à chaque pays une articulation spécifique entre systèmes éducatifs, systèmes de relations professionnelles et modes d’organisation des entreprises. Si l’on mesure la pertinence heuristique de ce programme de recherche non seulement à la force des résultats obtenus mais également au volume et à la qualité des commentaires qu’il a pu susciter, alors nul doute que la thèse de l’effet sociétal aura fait date. Le présent ouvrage ne fait d’ailleurs pas exception à la règle puisque de nombreuses contributions y font explicitement référence, à commencer par celle d’A. Labit et J. Thoemmes qui propose un bilan et une discussion raisonnés de cette approche. On aura beau jeu, notamment dans certains des chapitres qui suivent, de pointer le caractère nécessairement daté (la décennie 1970) des analyses livrées dans l’ouvrage de M. Maurice, F. Sellier et J.-J. Silvestre3. Reconnaissons ce faisant que ces chercheurs ont été les premiers à mettre leurs conceptions à l’épreuve d’autres « terrains », notamment ceux de la Grande-Bretagne (Maurice, Sorge, Warner, 1980) et du Japon (Maurice, Mannari, Takeoka, Inoki, 1988), mais aussi à susciter plus récemment encore réactions et regards croisés à propos de la portée de la thèse de l’effet sociétal trois décennies après sa formulation initiale (Maurice, Sorge, 2000).

12La discussion autour de l’effet sociétal alimente pour partie les réflexions présentées dans cet ouvrage. Nous nous demandons notamment dans quelle mesure une telle problématique a pu effectivement bénéficier d’actualisations intéressantes et quelles sont les perspectives qui restent encore à développer. Comme dans les premiers travaux du LEST et comme dans d’autres recherches comparatives françaises récentes, l’Allemagne est ici aussi un espace national de référence privilégié par de nombreux contributeurs. Cet intérêt particulier à l’endroit de nos voisins d’outre-Rhin n’est pas le fait du hasard. Il y a à ce phénomène de bonnes raisons explicatives qui trouvent leur racine dans une histoire commune et tourmentée. Ce n’est pas une coïncidence si E. Durkheim, le premier, a déjà pu gérer un rapport aussi ambivalent avec ce pays. À la fois débiteur d’idées émises initialement par des économistes, psychologues ou philosophes allemands, le père de la sociologie française entretient avec l’Allemagne un rapport de défiance qu’il partage avec de nombreux autres intellectuels qui restent traumatisés par les relations difficiles que la France a pu entretenir avec l’Allemagne. La même remarque vaudrait certainement encore aujourd’hui en raison notamment des rapports de complémentarité et de concurrence économiques qui lient les deux pays. Au risque de la surinterprétation, peut-être peut-on voir là une des raisons à la propension récurrente qui consiste, côté français, à valoriser le « modèle » allemand (si celui-ci existe encore ou a même jamais existé) tant dans les discours politiques que scientifiques. De ce constat dérive une autre ambition du présent ouvrage : celle qui consiste à relativiser la valeur du « modèle » allemand et, plus encore, à ouvrir la comparaison vers d’autres cieux européens.

  • 4 Sans grande originalité, nous appellerons ici « institution » tout ensemble de règles, formelles ou (...)

13Il est, de ce point de vue, une seconde accroche tout aussi intéressante que celle proposée par l’école sociétale et qui nous servira également d’arrière-fond problématique. Il s’agit en l’occurrence de la tradition de la political economy comparée. Encore trop ignorée en France, la political economy n’est pas sans affinité intellectuelle évidente avec l’approche sociétale et plus encore avec l’école française de la régulation (Boyer, Saillard, 1995). Tout comme ces dernières, celle-ci s’appuie sur le postulat en vertu duquel les institutions conditionnent les conduites et les performances économiques. L’intérêt de cette nouvelle variante institutionnaliste4 s’est affirmé très vite au tournant des années 1970 et 1980 lorsque, à la faveur de l’essoufflement des politiques keynésiennes, l’on aperçoit que les théories économiques habituelles ne peuvent rendre raison à elles seules d’une inflation et d’un chômage de plus en plus préoccupants pour les pays occidentaux. Les comparaisons internationales sont alors un moyen privilégié pour tester l’influence des systèmes de représentation des intérêts sur les modes de régulation économiques. Les articles fondateurs de P. Schmitter (1974) et de G. Lehmbruch (1977) donnent le la. À leur suite, de nombreux travaux proposent des typologies fondées sur l’opposition entre pays pluralistes et néocorporatistes. Les premiers (États-Unis, Grande-Bretagne, Italie…) paient en terme d’inflation et de conflictualité l’existence de défauts de coordination entre des groupes d’intérêt multiples et en concurrence les uns avec les autres. Les seconds (pays nordiques, Allemagne, Autriche…) se révèlent plus efficients en raison d’un mode de régulation politique qui favorise la concertation et la centralisation des décisions (Calmfors, Driffill, 1988).

  • 5 Ces deux principes de coordination ont été formalisés par O. Williamson (1975).
  • 6 On trouvera dans le chapitre rédigé par J. O’Reilly une présentation plus complète de cette orienta (...)

14Dans les années 1980 et 1990, cette veine ne se tarit pas. Tout au contraire. Les travaux sur les systèmes sociaux de production (Streeck, Schmitter, 1986 ; Hollingswoth, Boyer, 1997 ; etc.) mettent en évidence la pluralité des figures du postfordisme et s’efforcent de décrire en détail le sens et la logique des multiples trajectoires industrielles des espaces de production locaux, sectoriels et nationaux. Sur un registre quelque peu différent, P. Hall et D. Soskice (2001) proposent aujourd’hui d’analyser les stratégies des firmes en resituant l’action de ces dernières dans leurs cadres nationaux. Le postulat de départ est de type combinatoire : dans chaque pays, les entreprises peuvent être comprises comme des acteurs qui doivent composer avec un ensemble de variables déterminantes de leur efficacité (relations professionnelles, système de formation et d’éducation, corporate governance, relations inter-firmes, mode de gestion de la main-d’œuvre). Partant, ils distinguent (à la suite des travaux pionniers de D. Soskice) deux types-idéaux qui bornent un large spectre sur lequel s’ordonnent toutes les variétés de capitalisme contemporain. À un extrême l’on trouvera ainsi les économies libérales de marché (liberal market economies) au sein desquelles la compétition marchande et la hiérarchie organisationnelle assurent la coordination entre acteurs économiques5. De l’autre, des économies (coordinated market economies) dont la dynamique repose bien davantage sur une logique de l’interaction (liens contractuels, fonctionnement en réseaux, etc.)6.

  • 7 Le premier de ces modèles n’assure de protection qu’aux populations les plus précaires, les program (...)

15Dans la floraison des travaux institutionnalistes que nous venons d’évoquer trop rapidement, l’ouvrage de G. Esping-Andersen (1990) mérite certainement un traitement particulier. Les multiples commentaires qu’a suscités la modélisation de la protection sociale proposée dans ce livre sont autant d’indicateurs de l’intérêt et de la vivacité des débats entre comparatistes. Pour situer les mondes de l’État-Providence les uns par rapport aux autres, G. Esping-Andersen utilise la notion, difficile à rendre en français, de « decommodification ». Ce terme fait référence au degré d’autonomie dont disposent les individus pour vivre selon un standard minimum défini socialement et cela indépendamment de leur participation au marché (Esping-Andersen, 1990, p. 37). Grâce à cet appui heuristique, G. Esping-Andersen distingue trois types-idéaux maintenant bien connus : le modèle libéral (ou résiduel) (États-Unis, Canada, Australie…), le modèle social-démocrate (Danemark, Norvège, Suède…) et le modèle conservateur et corporatiste (Allemagne, Autriche, Italie…)7. Contestable et contestée, cette partition a nourri de multiples critiques : caractère ethnocentrique de la modélisation proposée, vision trop étroitement statique du fonctionnement de l’État-Providence, relégation à la marge du statut des minorités ethniques, caractère sexué (autrement dit, masculin) de cette représentation des mondes de la protection sociale… Le revers positif de la critique est la production d’une pléthore de travaux comparatifs qui, à l’heure où les questions de flexibilité et de solidarité sont plus pressantes que jamais, ont revu, amendé, dynamisé… la typologie précédente (Ebbinghaus, Manow, 2001 ; Esping-Andersen, 1999 ; Guillemard, 2002 ; MacLaughlin, Glendinning, 1996 ; Pierson, 2001 ; Scharpf, Schmidt, 2000…).

La comparaison internationale comme stratégie de recherche

16La comparaison internationale est une stratégie de recherche et non pas simplement une méthode : telle est, d’un mot, la thèse centrale de cet ouvrage. Plusieurs arguments en persuaderont à la lecture des chapitres qui suivent. En premier lieu, et comme nous l’avons précédemment suggéré, la comparaison n’implique pas nécessairement l’usage d’un seul et unique instrument d’investigation. En s’appuyant sur l’examen d’objets précis et de démarches de recherche concrètes, plusieurs contributeurs mettent ainsi en évidence l’intérêt mais aussi les limites de la confrontation de données statistiques (A. Bevort et D. Trancart, C. Erhel, A. Desrosières, A. West). Si, en dépit de l’« incomparabilité » intrinsèque des chiffres émanant d’espaces nationaux dont les histoires, les structures, les institutions… sont différentes, aucun de ces chercheurs ne prétend, au nom du relativisme, renoncer à la comparaison. L’usage pertinent de cette dernière exige en ce cas une double précaution : d’une part, être capable au préalable de comprendre et d’expliquer les modes de production des données utilisées ; d’autre part, ne pas s’en tenir à la confrontation terme à terme des objets investigués. C’est pourquoi l’histoire des institutions mais aussi celle des pratiques de recherche tiennent une telle place dans les réflexions qui suivent. C’est pourquoi également le séminaire qui été à la base de cet ouvrage a systématiquement encouragé les discussions et chassés-croisés entre disciplines et spécialités : de nombreuses contributions en portent la marque.

17Outre la comparaison nourrie à l’aide de données quantitatives, on trouvera également dans les pages qui suivent des réflexions sur les usages des méthodes qualitatives : observation participante, entretiens, analyse documentaire… (A. Gueissaz, B. Collet, C. Vassy, A. Jacob, B. Rist et A. Simonyi). Un des intérêts de ces contributions est de nous laisser voir les problèmes concrets rencontrés par le chercheur qui compare des univers similaires dans des environnements variés : obstacle de la langue, degrés de familiarité et donc d’empathie inégaux, étude de micro-organisations dont on ne comprend la logique qu’au prix d’un détour institutionnel conséquent… Mais l’autre intérêt de ces mêmes contributions est aussi de dévoiler les « petits trucs » utilisés pour rendre la recherche opérationnelle, les exigences empiriques et éthiques que les chercheurs s’imposent, les marges d’incertitude qui continuent d’imprégner les interprétations, etc. Bref, comme dans le cas précédent, c’est bien aussi de la comparaison in vivo dont traite cet ouvrage.

18La comparaison n’est pas qu’une méthode mais elle est plus fondamentalement une stratégie heuristique de recherche. Pour défendre à nouveau cette idée, il est une autre ligne argumentaire que nous avons souhaité suivre : celle en vertu de laquelle de nombreuses disciplines font usage de la comparaison, se heurtent à des questions et à des obstacles identiques mais sans pour autant apporter des réponses nécessairement similaires. Pour s’en persuader, nous avons demandé à des chercheurs de disciplines différentes de dresser, chacun à leur manière, un état des lieux dans leur domaine. À la lecture de ces différentes contributions, de nombreuses convergences apparaissent immédiatement : pluralité des méthodes en vigueur dans chaque discipline, même difficulté à comparer en toute rigueur un objet unique (le système politique, l’école, la politique économique, les comptabilités d’entreprise…), évolution des préoccupations politico-scientifiques et donc transformation des priorités et des façons de faire…

19Pour autant, un des résultats intéressants de cette confrontation est l’existence d’idiosyncrasies dont on ne saurait sous-estimer l’importance. Le degré de réflexivité sur la démarche employée est ainsi fortement variable : le souci du retour critique est par exemple nettement plus affirmé – et cela se comprend aisément – chez les historiens de la statistique (A. Desrosières) que chez les économistes où, comme le montre C. Erhel, le paradigme néoclassique continue d’imposer une vision universalisante. En d’autres termes, l’état du champ académique n’est pas sans influence déterminante, dans chaque discipline, sur les modes d’usage de la comparaison. Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi certaines approches restent confinées à un espace disciplinaire précis. L’analyse comparative qualitative de C. Ragin (1996) par exemple n’a, semble-t-il, trouvé que peu d’échos en dehors des sciences politiques (O. Giraud). Plusieurs hypothèses pourraient être esquissées pour en rendre raison : le recours à l’algèbre booléenne qu’impose cette méthode ne correspond guère à une instrumentation habituellement mobilisée par les sociologues français (M. Lallement) ou les spécialistes de sciences de l’éducation (A. Bevort, D. Trancart), la comparaison qualitative des phénomènes macrosociaux est un projet qui s’articule mal avec les préoccupations et les ambitions de l’économie orthodoxe… Bref, d’une discipline à l’autre, les « problèmes » peuvent être communs mais les méthodes et les réponses qu’autorise la comparaison sont parfois bien différentes.

20Les comparaisons internationales sont, à notre sens, plus qu’une méthode pour une dernière raison encore. C’est une véritable stratégie de la distanciation qui oblige à questionner en permanence les instruments les plus élémentaires qui concourent tant à la mise en forme de notre pratique de chercheurs qu’à la construction de nos manières plus générales de penser, de sentir ou d’agir. À ce titre, la démarche comparative ne peut ignorer le poids de l’histoire. Tel est le message principal que livre ici G. Lehmbruch. Procédant à une lecture rétrospective de long terme, il met en évidence l’existence de contaminations fortes entre Allemagne et Japon, contaminations dont la portée est habituellement ignorée dans les comparaisons synchroniques. Tel est également le sens de la thèse soutenue par C. Dubar, C. Gadea et C. Rolle : plutôt que de s’en tenir à la seule mise en évidence de cohérences et de synergies propres à chaque espace national, la bonne stratégie ne consiste-t-elle pas aussi, voire surtout, à comparer en dynamique, à se défaire du réflexe systémiste pour examiner de l’intérieur les articulations et tensions qui travaillent chaque configuration ? De ce fait notamment, la démarche comparative ne peut pas plus ignorer la force des enjeux sociaux (M. Dupré, O. Giraud) et politiques (J. Spurk) qui influencent les questions « pertinentes » qui, à un moment donné, sont mises sur le marché de la commande scientifique. Plus généralement encore, ce sont les catégories que nous mobilisons parfois les plus communément (à l’instar de celles de temps ou d’emploi examinées par F. Michon ou encore J. O’Reilly) qui montrent une extrême résistance à la comparaison et invitent, là aussi, à adopter des postures de distanciation et de déconstruction.

Construction de l’ouvrage

21Plus qu’une simple collection de textes, le présent ouvrage a l’ambition de présenter un ensemble de contributions qui, à défaut de composer un tout parfaitement homogène, entendent s’inscrire sur une même ligne mélodique. Tous les auteurs des différents chapitres répondent à un questionnement de base : celui de la pertinence de la comparaison internationale comme stratégie de recherche. Pour ce faire, nous avons privilégié des textes qui s’inscrivent soit sur un registre épistémologique (grâce notamment à l’examen de différents champs disciplinaires ou à un retour sur les conditions sociales de mise en œuvre de la comparaison) soit sur un registre méthodologique. Dans ce dernier cas, l’option qui a été arrêtée a consisté à demander à chaque chercheur de partir de sa pratique concrète pour nous livrer ce qui, à ses yeux, constitue non seulement les enjeux et les difficultés théoriques de la comparaison mais aussi les moyens opérationnels de faire de la recherche au quotidien. Cette entrée dans l’atelier de la science en action et cette mise en commun des doutes et des pratiques nous paraissent être un des apports les plus originaux de ce travail collectif. Nous avons un regret majeur cependant : celui de n’avoir pu étendre nos investigations dans un périmètre qui peine à dépasser l’espace européen. Si cette limite vient pour partie de notre fait, elle est aussi l’expression symptomatique des pratiques comparatives contemporaines qui, en France tout du moins, se distinguent par une faible ouverture des recherches aux horizons internationaux les plus variés.

22Ce livre est divisé en quatre grandes parties assorties d’une conclusion à quatre voix. La première partie aborde les dynamiques de la comparaison internationale, étant entendu qu’un tel intitulé recouvre au moins deux invitations complémentaires : la première incite à situer nos pratiques de chercheurs dans une épaisseur temporelle (celle des débats académiques, celle de l’histoire politique…), la seconde invite à travailler les comparaisons en dynamique. Dans cet esprit, le premier chapitre est consacré à une discussion de l’approche sociétale, approche dont il faut bien convenir qu’elle continue de structurer largement les débats dans l’espace d’interrogations qui est le nôtre (A. Labit, J. Thoemmes). Trois éclairages sont ensuite proposés : le premier fait la démonstration que, sans recul historique, la comparaison internationale n’a guère de sens (G. Lehmbruch). Prenant pour prétexte l’analyse des systèmes de formation dans les pays européens, le deuxième milite en faveur d’une approche « configurationnelle » et dynamique des comparaisons internationales (C. Dubar, C. Gadea, C. Rolle). Le dernier éclairage porte sur les enjeux à la fois épistémologiques et politiques de tout travail comparatiste (J. Spurk).

23La seconde partie est consacrée à l’examen systématique des usages et des enjeux propres à quelques disciplines des sciences de l’homme et de la société : science politique (O. Giraud), sociologie (M. Lallement), sciences de l’éducation (A. Bevort, D. Trancart), économie (C. Erhel) et statistique (A. Desrosières). La troisième partie examine les méthodes et les outils de la comparaison internationale. Dans sa contribution, J. O’Reilly recense les différentes méthodes en usage à l’heure actuelle pour appréhender la diversité des systèmes nationaux d’emploi. Dans les deux chapitres qui suivent, c’est au tour de F. Michon puis d’A. West de proposer un bilan critique des outils utilisés dans leurs champs d’études respectifs : le temps de travail et les systèmes éducatifs. C. Vassy conclut l’ensemble à l’aide d’une réflexion sur la portée et les usages des méthodes qualitatives appliquées aux comparaisons internationales. La quatrième partie rassemble une série de textes qui articulent explicitement réflexivité et pratique comparative : analyse des modes d’intégration en France et en Allemagne (B. Collet), évaluation de la politique sociale en France et en Hongrie (A. Jacob, B. Rist, A. Simonyi), bilan d’enquêtes comparatives sur les universités (A. Gueissaz) et, enfin, regard croisé sur les sociologies du travail françaises et allemandes (M. Dupré, O. Giraud).

24Quatre courts chapitres viennent clore l’ouvrage. Le premier, qui est le fait de l’un d’entre nous (M. Lallement), propose une synthèse raisonnée des principaux apports de ce travail collectif. Les trois suivants ont été rédigés par une sociologue (C. Marry), un économiste (B. Gazier), et un politiste (B. Jobert). Nous avons demandé à ces trois collègues de réagir à l’ensemble des contributions précédentes sur la base de leur propre expérience et de leur propre culture de recherche. Cette ouverture permet d’éclairer certains des multiples points aveugles de notre travail mais aussi, et peut-être surtout, de faire rebondir nos propres questionnements vers des terrains et des espaces problématiques qui sont restés ici largement occultés. Nous les remercions de cette contribution qui non seulement apporte une pierre supplémentaire à cet ouvrage collectif mais prévient aussi de tout risque d’enfermement ou de conclusion définitive à propos d’une stratégie de recherche dont les enjeux et les objets sont largement évolutifs. Nous souhaitons dire également notre gratitude envers M. Maurice, non seulement parce que ses travaux inspirent nombre de discussions et débats au sein de cet ouvrage, mais aussi parce que nous avons pu bénéficier de diverses manières de ses conseils et commentaires avisés. Il nous faut enfin remercier avec chaleur ceux sans qui ce travail n’aurait pu voir le jour : le Centre national de la recherche scientifique qui en a assuré le financement, la Maison des sciences économiques (Paris I) et le Conservatoire national des arts et métiers qui ont accueilli nos rencontres, les intervenants et participants aux séminaires et, enfin, Y. Bensaâdoune (GRIS, Rouen) qui a assumé avec efficacité la plus grosse partie de l’organisation matérielle de ce programme de recherche.

Notes

1 Voir, parmi l’immense littérature actuelle dédiée au sujet, les travaux de M. Castells (1996), A. Giddens (1999), S. Sassen (1998) ou encore J. Stiglitz (2002).

2 Vingt-quatre communications ont été présentées dans le cadre de ce séminaire qui a rassemblé des chercheurs de toute la France en économie, science politique, sociologie et sciences de l’éducation. Des collègues allemands, anglais, hongrois et suisses ont pu également se joindre au groupe.

3 Pour un élargissement critique et une « actualisation » centrée sur le fait éducatif, on se reportera par exemple aux travaux d’E. Friedberg et C. Musselin (1989) et, plus spécialement, ceux de J.P. Géhin et P. Méhaut (1993) ; pour ce qui concerne l’organisation du travail et la structure des entreprises, on lira avec profit les ouvrages collectifs dirigés, respectivement, par P. Cohendet, M. Hollard, T. Malsch, P. Veltz (1988) et par J. Spurk (1997). Quant aux relations professionnelles, on peut notamment renvoyer au travail de M. Lallement (1999). Ajoutons que, en innovant par intégration de l’espace de la famille, les travaux de J. Gadrey, F. Jany-Catrice et T. Ribault (1999) utilisent explicitement le modèle de l’effet sociétal appliqué à la comparaison socio-économique de l’emploi dans le commerce de détail.

4 Sans grande originalité, nous appellerons ici « institution » tout ensemble de règles, formelles ou non, susceptibles d’exercer sur les individus une contrainte extérieure et que ces derniers adoptent pour des raisons matérielles, morales, cognitives…

5 Ces deux principes de coordination ont été formalisés par O. Williamson (1975).

6 On trouvera dans le chapitre rédigé par J. O’Reilly une présentation plus complète de cette orientation de recherche ainsi d’ailleurs que des éléments relatifs aux travaux sur le néocorporatisme et aux travaux sur les figures de l’État-Providence.

7 Le premier de ces modèles n’assure de protection qu’aux populations les plus précaires, les programmes d’aide sont ciblés et le niveau de la dépense sociale est faible. Le second est universaliste dans la mesure où il reconnaît des droits sociaux à tous les citoyens. Typiquement beveridgien, il garantit, grâce à un financement d’origine essentiellement fiscale, une protection sociale élevée (nombreux risques couverts, multiples services pris en charge). Le dernier, enfin, accorde des droits sociaux en fonction du statut professionnel. D’inspiration bismarckienne, il assure principalement la redistribution sur la base des cotisations sociales.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site