Version classiqueVersion mobile

Florilège au jardin de l’histoire des Noirs (Zuhür Al Basatin). Tome 1, volume 1

 | 
Shaykh Muusa Kamara

Chapitre VI La révolution tooroɓɓe du xviiie siècle, l’Almaami Abdul et Ceerno Sulaymaan Baal

Texte intégral

Généalogie des Kan issus de Hammee Juulɗo

1Almaami Abdul est le fils de Alfaa Hammadi, fils de al-Ḥājj Lamin, fils de Maat, fils de Abdul, fils de Aali, fils de Hammee Juulɗo Kan, qui est le point de rencontre de tous leurs clans [264b].

Elimaan Dimat à Dimat [Di 17]

2C’est ainsi que les Kan de Dimat sont issus de Raasin Hammee Juulɗo Kan, père de Hunntu Raasin, père de Elimaan Bubakar Kudeeje, l’ancien [al-kabīr], père de Saydu Elimaan, père de Elimaan Bubakar Kummba Huley qui vivait encore récemment [al-muta’akhir], père de Elimaan Saydu, père de Elimaan Mammadu Daada.

Ceerno Gamugu à Ciloñ [Bo 30]

3Hunntu avait un frère qui s’appelait Maalik Raasin Hammee aussi, père de Buubu Maalik, père de Saydu Buubu, frère de Kudi Buubu laquelle est Paɗel Jeliyya, mère de l’Almaami Abdul.

4Les Kan de Gamugu sont issus de Saydu Buubu Maalik.

Ceerno Kolcel à Seedo [Ng 20]

5En outre, Maalik [Raasin Hammee] était également le père de Abdullaahi, père de Riɗwaan Abdullaahi, lequel est Tafsiiru Demmba duquel les gens de Kolcel à Seedo [Ng 20] sont issus.

Fig. 5 : Les Kan, clercs musulmans (tooroɓɓe). Conversion religieuse, implantation au Fuuta Tooro et titulatu

6Parmi ses enfants, il y avait Abaas Tafsiiru, père de Alfaa Saydu, père de Mammadu Alfaa, de Abaas Alfaa et de Ja‘fara Alfaa.

7Quant à Abaas Alfaa, il était le père de Alfaa Abaas et de Aḥmad Tijānī, qui sont à Seedo actuellement.

8Alfaa Saydu Abaas avait un frère qui s’appelait Usmaan Abaas, père de Saydu Usmaan, père de al-Ḥājj Mammadu Saydu.

9Quant à Mammadu Alfaa, il était le père de Abdul Mammadu et de Ja‘fara Mammadu.

10Abdul mourut en laissant un fils qui s’appelait Mammadu Abdul. Quant à Ja‘fara, il est toujours en vie à Seedo.

Elimaan Neega à Njott et Ɓokki-Jawe [Ng 12]

11Hammee Juulɗo Kan était aussi le père de Aali Hammee, père de Makam Aali, père de Muusa Hammee Makam, père de Makka Muusa, père de Ibra Makka, père de Umar Ibra et de Yero Ibra.

12Umar était le père de Hammee Umar, père de Buubu Hammee, lequel est Buubu Gunnda, père de Sammba Buubu, père de Buubu Sammba, père de Mammadu Buubu, le chef du village actuel de Njott [Njaakiri].

13Quant à Yero Ibra, il était le père de Aḥmad Yero, père de Al-Ḥamdu Aamadu et de Koorka Aamadu.

14La descendance de Al-Ḥamdu se compose de femmes [seulement].

15Quant à Koorka, il était le père de Hammadi Koorka, père de Bookar Hammadi, père de Ibra Bookar, lequel est Hugi, père de Mammadu Hugi, qui possède de nombreuses de vaches à Njott actuellement.

16Muusa Makam avait un frère qui s’appelait Aali Makam, père de Sammba Aali, père de Hammee Sammba, père de Jijili Hammee, père de Raasin Jijili, père de Hammadi, père de Abdul Baaba, père de Bookar Abdul qui habitait à Yarnu.

17Buubu Gunduh avait un frère qui s’appelait Sawa Sala, lequel est Sammba Hammee, qui fut le premier à habiter Ɓokki Jawe [Ɓokki-Diavé (Ng 12)]. Il était le père de Daawda Sammba, père de Abdul Daawda al-Jaawodalli qui habitait à Maatam [Ng 11].

Almaami Koɓɓillo [Bo 32]

18Hammee Juulɗo Kan était aussi le père de Aali Hammee, père de Abdul Aali, père de Maat Abdul, père de al-Ḥājj Lamin, père de Alfaa Hammadi, père de l’Almaami Abdul.

Elimaan Duga, à Ciloñ [Bo 30]

19Abdul Aali était aussi le père de Maalik Abdul qui était le frère utérin de Maat Abdul, dont la mère s’appelait Guuro Dewa Kan. Sa sœur, Haari Dewa Kan, était la mère de Lamin Haari, père de Sawa Lamin, père de Dewa Sammba, père de Moktaar Demmba, père de Aamadu Moktaar, père de Mammadu Aamadu, lequel est Kuulaatu.

Carte 5. Le village de l’Almaami Abdul, Koɓɓillo [Bo 32] à la frontière du Booseya et du Ngenaar.

20Je ne sais pas si Dewa Kan faisait partie des gens de Segele ou non ; Allah le Très-Haut est plus savant.

21Quant à Maalik Abdul, [265a] il était le père de Demmba Maalik, lequel est connu sous le nom de Demmbata, et duquel les Duganaaɓe sont issus. Ils se sont scindés actuellement en deux familles [bayt], puisque Demmba Binnta était le père de Seydi Demmba, père de Hammadi Seydi, père de Umar Hammadi et de Siree Hammadi.

22Umar prit le titre d’Elimaan Duga. Il était le père de Mammadu Elimaan Duga, père de Aḥmad Ummu, Aali Mahmuud, Umar Mujju, Aamel Baaba, Sammba Ummu et d’autres.

23Quant à Siree Hammadi, qu’on appelait Elimaan Siree, il était le père de Bookar Elimaan, père de Mammadu Bookar et de Aḥmad Bookar.

24Mammadu était le père de Aḥmad Mammadu et de Bookar Mammadu qui est [ou sont] à Ciloñ [Bo 30].

  • 1 Fils aîné d’al-Ḥājj Umar.

25Quant à Aḥmad Bookar, il était le père de Baaba Aamadu, qui est à Bamako avec sa mère [qui est] la fille de l’amīr [?] Aḥmad Ben al-Shaykh Umar1.

26Demmba Maalik, qui est Demmba Binnta, avait un frère qui s’appelait Lamin Maalik, père de al-Qāsim Lamin, père de Yero al-Qāsim, père de Bubakar Yero, père de Aamadu Bubakar, père de Silmaan Aḥmad, imām actuel de la mosquée de Koɓɓillo [Bo 32].

27Al-Qāsim Lamin avait aussi comme fils, Abdul Moodi, que j’ai connu personnellement.

Ceerno Ciiwel à Doondu [Ng 4] et les Moodi Nalla à Daw et Doolol [Da3]

28De Aali Hammee Juulɗo Kan sont issus aussi les [porteurs du titre de Ceerno] de Ciiwel à Doondu et les [porteurs du titre de El] Moodi Nalla. Ils étaient tous issus de Paate Aali, car Moodi Sammba Paate Aali était le père de Nalla Moodi dont les gens de Moodi Nalla étaient issus, et Daawda Sammba Paate Aali était le père de Siiwel.

Elimaan Coɗay à Aañam Coɗay [Bo 23]

29Du même Aali Hammee descendent les gens de Coɗay, car ils étaient issus de Sammba, ceux de Mboolo [Mboolo-Biraan], [Yi 13] et de Fakkaar.

30Sache ensuite que certains Jalluɓe de Koɓɓillo n’aimaient pas qu’on dise d’eux qu’ils avaient la même origine que les gens de Coɓay [Bo 22], car ces derniers n’étaient que des pêcheurs et des chasseurs et ne s’intéressaient pas au savoir [al-’ilm].

31Sache aussi que Aali Hammee Juulɓo Kan était plus connu sous le nom de Aali Takko Naango Sooya. Takko Naango était sa mère et elle appartenait aux Soohsooɓe Woɗaaɓe ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

32Parmi la descendance de Hammee Juulɗo Kan, il y avait les Jalluɓe Mboltoñ à Aañam Godo, [Bo 25] qui sont issus de Yero Aali Hammee Juulɗo, les Jalluɓe Marsa, qui sont partis au Ɓunndu, et les Jalluɓe Bomeyaaɓe.

Les Jalluɓe Marsa, de Haymedaat [Yi 12] au Ɓunndu

33L’informateur prétend que les Jalluɓe Marsa étaient des Peuls du roi Faren et de ses bergers.

34Si cela était vrai, ils seraient des Peuls de ce roi dès l’origine.

35[265b] L’informateur prétend [aussi] que les Jalluɓe Marsa qui avaient émigré au Ɓunndu étaient originaires d’un endroit du Fuuta mauritanien [Muritānī Fuuta], qui s’appelait Haymedaat, [Yi 12] et qui est habité actuellement par les Yirlaaɓe Jeeri.

36L’Arɗo des Jalluɓe était le propriétaire des terrains de cultures ou kolaaɗe à Haymedaat. Ils sont actuellement dans les mains d’un jeune garçon qui fait partie des Jalluɓe et qui s’appelle Yero Usmaan, plus connu sous le nom de Merjun. Son père était Arɗo des Jalluɓe et le nom de leur terrain de cultures s’appelle kolangal Yero.

37Quand l’Arɗo [des] Jalluɓe avait émigré de Haymedaat à l’époque de Koli et était arrivé au Ɓunndu avec son groupe, le prince de cette contrée l’avait installé à Marsa, entre Gaabu et Golmi, et lui avait donné le titre d’Almaami [des] Jalluɓe.

38Au Ɓunndu, il était à la tête des villages de Marsa, Gese Beeli et Kolangal, et Allah le Très-Haut est plus savant.

Les Parents ascendants et collatéraux de l’Almaami Abdul

Les Bomeyaaɓe de Koɓɓillo, du Fori à Koɓɓillo [Bo 32]

39On dit que Abdul Aali Hammee Juulɗo Kan habitait avec ses gens, les Bomeyaaɓe, à un endroit en Mauritanie qui s’appelait Bomi.

40Il était, peut-être, leur chef et l’imām de leur mosquée. Il était connu chez les Jalluɓe et autres, sous le nom de Abdul Aali Bomi.

41Elimaan Mammadu Raabi incitait ses gens à confirmer leur autorité sur Bomi et ses terres auprès des Français, mais il mourut avant qu’ils le fassent.

42On dit qu’il y avait dans le terrain de culture de Maafundu [Mafoundou, [Br 9)] situé au Fori [ou Gorgol], une pierre sur laquelle était inscrit le nom de Abdul Aali. C’est ce que nous a rapporté Ceerno Sulaymaan, l’imām de la mosquée de Koɓɓillo, qui avait obtenu cette dernière information auprès de Abdul Siidi, à Sinncu Bumaka [Bo 6] ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Biographie d’al-Ḥājj Lamin [Kan]

  • 2 Les Maures sont appelés par Kamara « Bayādīn », c’est-à-dire « les blancs » comme le faisaient les (...)

43Le petit-fils [de Abdul Aali], Lamin Maat Abdul Aali, plus connu sous le nom de al-Ḥājj Lamin, quitta la Mauritanie pour aller habiter à Koɓɓillo [Bo 32] au Sénégal, à cause, peut-être, du mal que les Baydān [al-bayādīn]2 lui faisaient à l’époque de Satigi. Il avait demandé à ce dernier, l’autorisation d’habiter à Koɓɓillo ; ce qui lui fut accordé. Satigi lui avait donné la direction du village de Koɓɓillo et des terres qui l’entouraient, sauf celles qui étaient dans les mains des Humaynaaɓe.

44On dit que [Satigi] lui avait donné [toutes les terres qui s’étendaient] de Kurtu Doka, qui est un endroit entre Ɓokki Jawe [Ɓokki-Diawé, Ng 13] et les Duganaaɓe, jusqu’à Layru Sabuudu, entre Juubbe et Koɓɓillo. Layru désigne de longs bâtons qu’on plantait dans le sol, sous l’eau, pendant les périodes des inondations afin d’attraper les gros poissons.

45Quant à Saa Buuɗi, c’était le nom d’un homme qui appartenait aux gens de Ciloñ, dont on dit [266a] qu’il était le grand-père de Demmba Siree, dont le père, Siree Demmba, travaillait à Saint-Louis [Ndar] dans le service des télécommunications [Télégramme].

46Son fils Demmba Siree est à Ciloñ actuellement.

47Al-Ḥājj Lamin avait enregistré dans un livre tout ce que Satigi lui avait donné. C’était un savant, un travailleur et un homme béni. On dit qu’il avait fait deux fois le pèlerinage.

48Sa tombe se trouve à Koɓɓillo et les gens s’y rendent en pèlerinage.

49Je connais trois de ses enfants, dont tous les Jalluɓe de Koɓɓillo sont issus.

  1. Le premier est Hammadi al-Ḥājj, connu sous le nom de Alfaa Hammadi, père de l’Almaami Abdul.

  2. Le deuxième est Abdul al-Ḥājj.

    • 3 Ancien village situé près de l’actuel Kaédi (R.I.M.) (Bo 10), c’était la patrie des Ceerno Molle po (...)

    La troisième est leur sœur Amīna al-Ḥājj, qui était l’épouse de Ceerno Makam Atumaani [SOH]. Parmi leurs enfants, il y avait Aysha Makam, que Ceerno Makam Alfaa Hammadi Aali, qui habitait à Ciloñ Rewo3, avait épousée. Il était marié aussi avec la fille de Ceerno Molle, et c’était lui qui avait écrit le commentaire [sharh] de « al-farā ‘id al-risaliyya » connu sous le nom de « Ibrahīmī » ou « sharh Ibrahīmī Fulukan ».

50Ceerno Makam avait eu avec [Amīna al-Ḥājj] d’autres enfants que Aysha Makam, comme nous l’avons vu dans l’histoire du Gidimaxa.

51Leur mère, c’est-à-dire, la mère de Hammadi al-Ḥājj Lamin, de Abdul al-Ḥājj et de Amīna al-Ḥājj, est Kummba Buubu Hawo Junji Yero Yeyya Njaay, des Njaayɓe Kumde. C’était elle qui avait introduit chez les Jalluɓe, la coiffure « Geeji Fali », c’est-à-dire, [la coupe] circulaire autour de la tête d’une oreille à l’autre comme ceci : Geeji est le pluriel de Geejol, et signifie qu’on laisse une ligne circulaire [autour de la tête] lorsqu’on coupe les cheveux.

52On peut penser que les enfants de Kummba Buubu mouraient souvent, alors que, à partir du moment où elle commença à leur couper les cheveux de cette façon ils restèrent en vie. Aussi elle tira un bon augure de cette coiffure et l’adopta comme une tradition qui se perpétua chez les descendants de Hammadi al-Ḥājj et de Abdul al-Ḥājj et parmi leurs esclaves, comme les gens de Moodiɓe, jusqu’à maintenant.

53Cela montre qu’ils étaient des Peuls d’origine, car certains Peuls, comme les Jaawɓe, coupaient les cheveux de leurs enfants de la même façon, comme nous allons le voir [en parlant] de leur histoire ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Une vie de saint, l’Elimaan Demmba Umahaani [Kan]

54Abdul al-Ḥājj Lamin [2] était le père de Elimaan Ibra, connu sous le nom de Elimaan Demmba Umahaani. C’était un saint [walī, un savant et un travailleur. Ses invocations étaient toujours exaucées. Il était à la fois le chef du village et l’imām de la mosquée, et cela pendant trente ans. Il a vécu quatre-vingt-dix ans. Il jeûnait tout le temps et se tenait à l’écart des gens. Il passait toute la journée près de la tombe de son grand-père, al-Ḥājj Lamin, à lire le Coran. Celui qui l’offensait [266b] mourait aussitôt, ou bien, un grand malheur s’abattait sur lui sur-le-champ, et ne le quittait qu’à la mort, et même dit-on, quand une mouche se posait sur lui, elle tombait morte.

55Il était tolérant. C’était lui qui avait donné son champ de coton, de Daabiya, à Bookar Aali Dunndu [Kan] afin qu’il s’y installe avec ses gens [qawm], quand les Baydān [al-bayādīn] les avaient attaqués à l’endroit où ils habitaient auparavant.

56Hammadi al-Ḥājj Almaami Abdul incendia leurs maisons deux fois. Il ne s’était arrêté de le faire que lorsqu’ils s’étaient plaints auprès de Elimaan Demmba, qui avait blâmé Hammadi et lui avait interdit de recommencer.

57C’était [Elimaan Demmba] qui avait hérité des champs donnés par le Satigi à al-Ḥājj Lamin, ainsi que de ceux sis à Lelo que l’Almaami Abdul avait soustraits aux WoccinaaBe [Tuure].

58Quiconque se disputait avec lui mourait souvent rapidement.

59Parmi ses enfants, il y avait Muḥammad Elimaan Demmba, père de Ibra Muḥammad, connu sous le nom de Demmba Binntu, père de Muḥammad Demmba, qui vit à Koɓɓillo actuellement.

60Muḥammad Elimaan Demmba avait un autre fils qui s’appelait Bookar Muḥammad, connu sous le nom de Bookar Binntu qui est au pays de Siin, à Waagaan [?] actuellement. Il a un fils là-bas qui s’appelle Abdul Bookar.

61Muḥammad Elimaan Demmba avait un [troisième] fils, qui s’appelait Abdul Muḥammad, au village de Jaalal, dans le pays de Jan, près de Ngijiloñ [?] [Ng 6].

  • 4 Illisible.

62Il avait aussi [un fils qui s’appelait] Bookar Elimaan, et qui fut tué à Magaama [Maghama, (Da 10)] avec Ceerno Barahiim. On l’appelait Alfaa Bookar. Il était le père de Muḥammad Alfaa4...

63Il [sic] était le père de Muḥammad Binntu, de Maamuudu Binntu et de Siidi Binntu. Leur mère, Binntu Sharīf, prétendait qu’elle était une noble [sharaf]. Elle était la sœur de Muḥammad Sharīf, qui est mort, et de Aḥmad Sharīf.

64Muḥammad Binntu est actuellement à Koɓɓillo.

65Quant à Maamuudu Binntu, il était avec Sharīf Yunus et avait épousé sa fille, et maintenant, il est avec Abd Khal, qui est chef du village de Batan, et a épousé sa fille également.

66En ce qui concerne Siidi Binntu, il est au Sénégal [Maghrib].

67Parmi les filles de Elimaan Demmba, il y avait Rugiyata Elimaan [267a] mère de al-Ḥājj Muḥammad sā‘īd de Kolcel [Ng 20] [al-Kolseli] disciple de al-Shaykh Sa‘ad Būh [sā‘d Abīh] ; qu’Allah soit satisfait de lui et de son père !

68Al-Ḥājj Muḥammad sā‘īd était le frère de la mère de Baccili, qui était un de nos élèves, et qui est devenu élève de al-Shaykh Muḥammad Babah ben al-Ṣiddiq à Ciloñ.

69Muḥammad Babah, le neveu de al-Ḥājj Muḥammad, était un grand connaisseur de la langue arabe. Il avait loué notre ouvrage intitulé : ‘awn al-laif fī jawāb Amad al-sharīf [L’Assistance du Bon (Allah pour répondre à Aḥmad al-Sharīf], en ces termes :

  • 5 Shaykh Muusa Kamara.

« Louange à Allah qui donne la sagesse à qui Il veut. Celui qui l’a reçue est quelqu’un qui a reçu un grand bien.
Que la prière et le salut soient sur la plus noble des créatures, notre Seigneur Muḥammad, doué de sagesse et d’éloquence devant lesquelles sont restés impuissants les plus éloquents des Arabes.»
Quand j’ai lu ce livre béni, écrit dans le style sage de notre Shaykh et savant maître, Siidi Muusa ben Aḥmad5, j’ai vu qu’il a atteint l’objectif que plusieurs avaient voulu atteindre ; j’ai décidé de faire cet éloge, car [ce livre] a discerné ce qui est vrai de ce qui ne l’est pas, concernant ces six questions [sic] et a expliqué aux ignorants que la noblesse [al-sharaf] ne se prouve pas par des papiers ou par le fait que le feu ne nous brûle pas, mais par de véritables faits historiques.
Qu’Allah récompense O Shaykh et te donne une longue vie. Amīn ! Muḥammad Babah.»

  • 6 S’agit-il de Dumga-Wuro Ceerno ?

70Parmi les filles de Elimaan Demmba [aussi], il y avait Kudi Elimaan, mère de Jooɗo Kudi, connue sous le nom de Aysha Tafsiir, mère de Ahmas Aysha et de Yaḥya Aysha, qui sont à Wuro Ceerno [Ng 16]6.

71Il y avait [aussi] Zaynab Demmba dont la descendance masculine s’est éteinte. Elle avait une fille qui s’appelait Labuda Zaynab, mère de Bookar Sidiiki et de Dikko Labuda, épouse de Sulaymaan, l’imām de la mosquée de Koɓɓillo, [Bo 32] et qui est devenu aveugle maintenant. Qu’Allah nous préserve !

Mariages entre une famille d’électeurs (Kan Aali Dunndu) et une famille d’éligibles (Kan Hammee Juulɗo), Ceerno Yaḥya

  • 7 Mentionné en 266a.

72Parmi les enfants de Abdul al-Ḥājj Lamin7 il faut citer Aḥmad, père de Tafsiir Buubu, qui était le père de Ceerno Yaḥya, le célèbre savant et grand homme. Il était comparable à Muḥammad al-Maqāmī en savoir et était son contemporain.

  • 8 Traité de droit malikite de SAḤNŪN.

73On avait dit à Abdul Bookar, chef [amīr] du Fuuta à l’époque [de Ceerno Yaḥya] : « Qu’est-ce qui t’empêche de [267b] nommer Ceerno Yaḥya imām du Fuuta. Il mérite l’imāmat plus qu’aucun autre, à cause de son savoir et de sa piété.» Il avait répondu : « Non, même s’il avait appris la Mudawwana8 par cœur, car il appartient à la famille de l’Almaami Abdul dont le pouvoir a été affaibli par les notables du Fuuta et qui a été tué faute d’être destitué. Nous avons peur que la même chose ne se reproduise.»

74[Néanmoins] Abdul Bookar avait donné sa fille, Kuro Abdul, en mariage à Ceerno Yaḥya, qui en eut des enfants. Ceerno Yaḥya mourut avant al-Shaykh Muḥammad al-Maqāmī. Or Abdul Bookar avait donné sa fille au début à al-Shaykh Muḥammad al-Maqāmī, puis il avait renoncé et il l’avait donnée à Ceerno Yaḥya. L’histoire est la suivante.

75Abdul Bookar aimait beaucoup Ceerno Maamuudu [le père de al-Shaykh Muḥammad al-Maqāmī]. Il l’avait pris comme son Shaykh et grâce à ses invocations, toutes les actions de Abdul Bookar furent réussies. Il lui avait donné en mariage Pennda Kan, l’esclave de son père, et la mère de son frère Baydi Bookar qui devint l’élève de Ceerno Maamuudu et qui partit avec lui au Ɓunndu.

76Abdul donna sa fille Kuro au Shaykh Muḥammad, fils de Ceerno Maamuudu, et ce dernier donna la sienne, Rahma, à Ceerno Yaḥya.

  • 9 Grand-père d’Abdul Bookar.

77Quand Ceerno Maamuudu revint du Ɓunndu, il commença à se préparer pour célébrer le mariage de sa fille, Rahma, avec Ceerno Yaḥya. Le frère aîné de ce dernier, Abdul Mammadu, était une personne jalouse. Il empêcha Ceerno Maamuudu de s’installer à Tiggere [Ng 10], mais celui-ci y arriva quand même. Il réussit à brouiller Ceerno Maamuudu avec Abdul Bookar à qui il avait dit : « Donne ta fille à Ceerno Yaḥya, car al-Shaykh Muḥammad est ton ennemi.» [D’autre part] il ne cessait de rappeler à ce dernier l’assassinat de l’Almaami Abdul par Aali Dunndu9, tout en feignant un grand regret. « S’il s’empare de toi, lui disait-il, il te tuera sûrement. » Abdul l’avait cru et avait donné sa fille, Kuro, à Ceerno Yaḥya qui avait accepté de l’épouser, parce qu’Abdul Mammadu et les ministres d’Abdul Bookar avaient approuvé ce mariage et n’avaient pas cessé de le louer. Et c’est ainsi que Ceerno Yaḥya renonça à épouser la fille de Ceerno Maamuudu. C’est ce qu’on dit ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

78[268a] Parmi les autres enfants de Abdul al-Ḥājj Lamin, il y avait Ceerno Foode. C’était lui qui avait ramené les Jalluɓe à Koɓɓillo après leur émigration à Pafa, alors que l’Almaami Abdul était à Pir où il étudiait. La descendance de Ceerno Foode s’est éteinte.

  • 10 Ces terrains sont très proches les uns des autres.

79Parmi ses filles, il y avait Rahmata Abdul al-Ḥājj, connue sous le nom de Rahmata Soxona, épouse d’al-Shaykh Abd al-Qādir, connu sous le nom de Cukayel. L’Almaami Abdul la lui avait donnée en mariage, ainsi que la perception [des terres] de Tiggere Yeene [Ng 10] et Beŋke [Ng 28]10.

80Elle lui avait donné comme enfants, 1) Ceerno Maamuudu, 2) Asma et [trois filles), 3) Huley, 4) Maymuuna, 5) et Habi.

812) Asma s’était marié avec Paɗel, fille de Ceerno Molle Aamadu Moktaar [Lih].

82La mère de Paɗel Aram, s’était mariée avec Ceerno Molle après la mort de l’Almaami Abdul.

83Asma conçut de Paɗel, Maamuudu Paɗel, et [d’autres] enfants à Magaama [Maghama (Da 10)].

843) Quant à Huley Rahmata, elle était la mère de Bookar Huley, père de Abdul Bookar et de Ibrahiima Bookar.

854) Maymuuna Rahmata était la mère de Sule Maymuuna, père de Faaɗima Suie, épouse de Haamiidu.

  • 11 Guriiki Sammba Joom (Gouriki-Samba-Diom ?)

865) Quant à Habi Rahmata, elle était la mère de Amoyel Paɗel, mère de Amīna Ama et de Rahmata Ama, filles de Abd al-Karīmu Kursum qui vivait à Guuriiki Hammadi Saajo [Da 13]11

  • 12 Voir 292a.

87En ce qui concerne la descendance de Ceerno Maamuudu, fils de Ceerno Cukayel, nous allons en parler en citant les enfants de l’Almaami Abdul, si Allah le Très-Haut le veut12.

Échange de femmes entre condisciples et assimilation aux Kan, Ceerno Cukayel

88Les gens du Fuuta sont en désaccord complet à propos de l’origine de al-Shaykh Abd al-Qādir, connu sous le nom de Ceerno Cukayel.

  • 13 Illisible.

89Les uns disent qu’il était originaire du clan [gabīla] Kan de Pafa13..., des Kanhanɓe [de]Ɓuloñ, qui est le nom de la rivière Baj, en Mauritanie. Ils [le clan ?] y étaient propriétaires d’une terre d’après ce qu’on dit, et Allah le Très-Haut est plus savant.

90D’autres disent qu’il était originaire de Dimat [Di 7], d’autres du Ɓunndu, d’autres de Samb.

91Je ne sais pas quelle alternative retenir ; aussi ai-je préféré rapporter celle qui suscite un certain accord.

92On dit que Ceerno Cukayel avait rencontré l’Almaami Abdul à Pir, lorsqu’ils étaient étudiants. Une grande amitié les lia l’un à l’autre et chacun d’entre eux prit soin de l’autre.

93C’est pour cela que quand ils furent de retour, l’Almaami lui donna en mariage sa cousine Rahmata Soxona, fille de Abdul al-Ḥājj Lamin et de Soxona.

94[268b] [Ceerno] habita avec l’Almaami qui l’avait intégré aux siens [qawm]. On l’avait appelé Ceerno Cukayel – ce qui signifie « le petit Shaykh » [al-Shaykh al-saghīr] – parce qu’il avait le même nom que l’imām, Abd al-Qādir. En effet les enfants n’aimaient pas l’appeler par ce nom, par respect à l’égard de l’Almaami et l’avaient appelé Ceerno Cukayel : il resta connu sous ce nom.

Alfaa Hammadi et sa descendance

  • 14 Voir 266a : en effet l’autre nom de Alfa Hammadi était Hammadi al-Ḥājj.

951) Alfaa Hammadi, fils de al-Ḥājj Lamin, était l’aîné des enfants de ce dernier14. J’ai préféré parler de lui à la fin parce qu’il y a beaucoup de choses à dire à son sujet.

96[Alfaa] était parti à Jenne [Djenné], une grande agglomération du pays du Maasina, pour étudier. Il en revient [transformé] en savant, en travailleur et en homme béni [mubārak] : son maître [Shaykh] là-bas, était, peut-être, al-Shaykh Nuhu, auprès duquel Karamoko Ba avait étudié à Tuba [au] Fuuta-Jaloo ; et Allah le Très-Haut est plus savant].

97Sur le chemin du retour, il était passé chez sa sœur [Amina al-Ḥājj], épouse de Ceerno Makam Atumaani [Soh], qui avait fui les exactions des chefs Deeniyankooɓe et qui s’était installé à Melga [peut-être après le départ d’Alfaa].

98[Alfaa] resta chez eux un certain temps et se maria avec Amīna Moodi Nalla [Kan] qui lui donna Aamadu Alfaa Hammadi, plus connu sous le nom de Aamadu Amīna, qui avait émigré avec ses gens [ahl] à Melga, après que l’Almaami Abdul eut été investi du pouvoir, et qu’il y mourut.

99Après la mort de Aamadu Amīna, l’Almaami Abdul ordonna qu’on lui ramène les enfants de celui-ci. Lorsqu’ils furent revenus, il maria sa fille, Raabi Almaami, avec le fils [de Aamadu Amīna], Muḥammadu Aamadu Amīna. Elle lui donna [comme enfants] Bookar Raabi, Alfaa Raabi et Abdul Raabi.

Chef de village/imām de la mosquée à Koɓɓillo [Bo 32], Muḥammad Aamadu

100Ce Muḥammad Aamadu devint chef [amīr] de Koɓɓillo après Elimaan Demmba Umahaani, déjà cité. Quand Bookar Aali Dunndu eut pris Ceerno Muḥammad, fils de Ceerno Cukayel comme maître [shaykh] et ami intime, Muḥammadu Aamadu limogea ce dernier de [son poste] d’imām de la mosquée de Koɓɓillo.

101(Il avait attendu) vendredi, que Ceerno Muḥammad monte en chaire [minbar] afin de prononcer le prône [khutba], pour lui demander de descendre en lui disant : « Tu es un ministre [wazīr], et le ministre ne peut jamais être un imām. » Il l’avait remplacé par Ceerno Aamadu ben Bookar, père de Sulaymaan, l’actuel imām de la mosquée de Koɓɓillo, dont nous avons parlé en invoquant [l’histoire de] Abdul al-Ḥājj Lamin et de ses enfants, et qui était originaire des Duganaaɓe.

102Après son limogeage de l’imāmat, Ceerno Muḥammad s’était évertué avec Hammadi al-Ḥājj, fils de l’Almaami Abdul à destituer Muḥammadu Aamadu du pouvoir [mulk] de Koɓɓillo, ce qui fut fait, avec l’assentiment de l’Almaami du Fuuta à l’époque.

103J’ai vu une lettre que Ceerno Muḥammad fils de Ceerno Cukayel avait écrite, pour Bookar Aali Dunndu, au Shaykh [269a] Aamadu Maamuudu, chef des Idaylik, et qui montrait sa maîtrise de la langue arabe. Le texte de cette lettre est le suivant :

  • 15 Coran, Sourate LIII, Versets 1, 2, 3.

« Louange à Allah qui a ordonné aux gens de s’entraider dans la crainte d’Allah et qui a interdit de s’entraider dans le péché, la haine et les désirs de ce monde.
Qu’Allah répande Sa prière et Son salut sur [le Prophète] au sujet duquel Le Miséricordieux a juré par » l’étoile quand elle s’abîme » qu’il [le Prophète] » n’est pas égaré, qu’il n’erre point [et qu’]il ne parle pas par propre impulsion15 », Notre Seigneur Muḥammadu, qu’Allah avait fait triompher de ses ennemis. [Qu’Allah répande Sa prière et Son salut aussi] sur la famille et les compagnons [du Prophète].
[Je te salue d’un] salut plus appétissant que la [liqueur] rousse, plus beau que les visages des bien-aimés, plus lumineux que la jacinthe, plus parfumé que le musc, plus sucré que le miel, plus agréable que le lait, plus brillant que le soleil, plus beau qu’une perle dans sa coquille, plus redoutable que les chevaux pendant la guerre, plus long que le désert dans son horizon étendu. Si sa [bonne] odeur se répand, elle couvrira les deux Orients. Et si son miel se mélange avec de l’eau, il fera souffrir le contenu des deux mers.
De la part du fils de Aali Dunndu, Abuu Bakr, dont Allah a élevé le rang au-dessus de tous ses contemporains ; qui est comme de la pluie pour ses amis et comme le lion contre ses ennemis ; qui est un refuge pour les opprimés et un secours pour les faibles et les pauvres ; qui est le meilleur descendant de ses grands aïeux, son successeur ne périra pas et son prédécesseur ne s’oubliera jamais, qui est, outre sa bonne éducation, un homme courageux et généreux et qui porte secours à tous ses amis. Qu’Allah fasse durer son règne [dawla], par la grâce du fils de’Adnan [le Prophète].
A la communauté [jamā‘a] dont Allah a élevé le rang, grâce à sa revivification [ihyā’] de la religion, à son amour pour les gens de la religion [ahl al-dīn] et à sa haine pour ses ennemis. Je veux dire par ceci toute la communauté des Idaylik, et plus particulièrement à leur étoile brillante, dont la bénédiction [baraka] est sollicitée, celui qui suit la tradition [sunna] du [Prophète], la meilleure des créatures, celui qui éduque ses élèves [ou disciples] [talamidh] selon la bonne voie, celui dont le savoir [‘ilm] et la croyance [dīn] sont connus de tous, grands et petits. Je veux désigner par là le maître [Shaykh] [269b] des maîtres, le pôle [qutb] des pôles de son temps, Aamadu Maamuudu. Qu’Allah prolonge sa vie grâce [au Prophète], la plus noble des créatures.
Le motif de cette lettre est de vous dire, après avoir pris de vos nouvelles et celles de vos proches, que nous vous aimons pour Allah et [Son] envoyé, et que nous ne sollicitons rien de votre part sinon vos prières.
Nous sommes avec vous tant que nous sommes en vie. Vous n’allez voir et entendre de notre part que du bien, si Allah le veut, puique vos biens [amwāl] sont les nôtres. Vos amis sont les nôtres, vos ennemis aussi. Nous aimons ceux qui vous aiment et nous sommes hostiles à ceux qui vous le sont.
Personne, parmi les gens du Fuuta, ne touchera à vos biens tant que nous serons en vie. SALUT ! »

  • 16 Voir supra 268b.

104Muḥammad Aamadu16 était très tolérant et était un homme de foi.

105Un esclave des Sillanaaɓe avait coupé l’oreille du fils de ce dernier, Bookar Raabi, qui est Bookar Muḥammad Aamadu. L’affaire avait été portée devant l’Almaami Baaba Lih, fils de TafsiirƁoggel, à Jaaba [Diaba-Maondé (He 6)]. Celui-ci jugea que le sang versé de l’oreille ne devait pas être vengé et que l’esclave devait [seulement] être puni et ramené à son maître.

106Muḥammad Aamadu était très fâché [après le verdict]. Il se tut pendant un long moment avant de dire d’une voix très haute : « Baaba Lih TafsiiruƁoggel devancera ses gens [qawm] au jour du jugement dernier. Il les emmènera en enfer. Quels lieux affreux pour eux !»

107Quand il eut dit cela, l’Almaami ordonna de livrer l’esclave au fils de Muḥammad Aamadu, car il avait peur de la malédiction proférée par ce dernier.

108Nous avons dit auparavant que Raabi, fille de l’Almaami Abdul, avait, comme enfants, 1) Alfaa Raabi, 2) Bookar Raabi et 3) Abdul Raabi.

1091) Abdul Raabi était le père de mon ami intime de Koɓɓillo, Muḥammad Abdul Raabi, qui mourut en 1337 de l’hégire [1918/1819] et qui fut un grand savant.

110D’après ce que j’ai entendu, il avait répondu à plus de cent questions, posées par les Français, concernant le fiqh ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

111C’est lui qui avait composé ces vers dans lesquels il fait mon éloge :

« De ma part, à celui qui connaît le secret de sa [propre] pensée intime [sarīra],
J’envoie mes salutations sans fin, ni limite.
Si tu ne connais pas [celui de qui je parle], demande-le moi,
(Il est un) profit sans mal et un bénéfice sans risque,
(C’est quelqu’un qui) donne à celui qui est dans le besoin,
(Qui) aide celui qui demande l’aide,
(C’est) le maître [Shaykh] des maîtres, le plus brave des braves, notre maître,
Muusa ben Aamadu, le grand tolérant. »

112Il avait composé plusieurs [autres] poèmes dans lesquels il faisait mon éloge et que je ne reproduis pas pour abréger. Qu’Allah ait nos âmes et la sienne et qu’Il nous pardonne et lui pardonne. Amīn ! Amīn !

1132) Quant à Alfaa Raabi, il était le père de Umar Alfaa, père de Aamadu Umar, qui est à Koɓɓillo actuellement.

1143) De la descendance de Bookar Raabi, il ne reste que des filles.

115Quand Alfaa Hammadi, fils de al-Ḥājj Lamin, revint de son voyage dont nous avons parlé, il trouva son père toujours en vie. On dit qu’il ne l’avait pas vu pendant trente ans.

116Il se maria aussi avec Kudi Buubu Maalik Raasin de Gamugu, à Ciloñ. [Kudi Buubu] était connue sous le nom de Paɗel Jeliyya : Paɗel veut dire « la petite chaussure » [ou plutôt le diminutif de « chaussure » [al-nu‘aylah]. Quant à Jeliyya, [c’était le nom de] sa mère, qui était la fille de Abdul Siree Lamin, et la sœur de Bookar Abdul Siree Lamin, du clan [qabīla] des Talla [Ceerno Ngappugu [Da 7)]. Paɗel était la mère de l’Almaami Abdul.

117Al-Ḥājj Lamin mourut à Koɓɓillo, et sa tombe devint un lieu de pèlerinage. Il fut remplacé par Alfaa Hammadi car il était le plus âgé et le plus instruit des Jalluɓe [270a].

Transition du titre d’Elimaan Duga [Bo 30] des Dem aux Kan

118Faisaient partie des Jalluɓe les gens [ahl] de al-Ḥājj Lamin ainsi que les Duganaaɓe, car ils cohabitaient avec eux à Koɓɓillo et ne les avaient jamais quittés avant d’adopter le nom de Duganaaɓe.

119Ils furent appelés Duganaaɓe alors que [le titre d’] Elimaan Duga appartenait, au début, au clan [qabīla] Dem. Un des fils de Maalik Abdul Aali [Kan] épousa la fille de Elimaan Duga qui lui donna des enfants qui avaient grandi et qui étaient instruits.

  • 17 Il portait donc non pas le patronyme Dem, mais celui de Kan ou Jallo.

120Elimaan Duga [des Demdemɓe] mourut en laissant des enfants [mâles] en bas âge. Il fut remplacé par un de ses petits-fils [un fils de sa fille]17. Quand les enfants de Elimaan Demdemɓe [Elimaan Duga] grandirent, ses neveux refusèrent de leur rendre leur titre qui resta dans les mains des Jalluɓe [270b] jusqu’à aujourd’hui d’après ce qu’on dit, et Allah le Très-Haut est plus savant.

121Après la mort de al-Ḥājj Lamin, ils [les Jalluɓe] furent très maltraités par les Deeniyankooɓe et les Bayḍān fal-bayāin]. Alfaa Hammadi émigra alors avec les Jalluɓe, les Hiray et les Humaynaaɓe qui étaient avec lui, au Saalum et ils habitèrent dans le diwān de Pafa, dans un endroit appelé Jamaa, [et c’est pour cela qu’] ils appelaient Ceerno Aamadu, « Seriñ Jamaa Siree », car seriñ dans la langue wolof veut dire « al-Shaykh ».

122C’était là-bas que son fils béni, Abd al-Qādir, c’est-à-dire l’Almaami Abdul, était né. Il avait le même nom que son oncle Abdul al-Ḥājj Lamin, qui s’appelait lui aussi Abd al-Qādir. On avait ajouté le nom [Abdul] à celui de son père et on avait supprimé [le mot] al-Qādir, et on disait Abdul al-Ḥājj.

L’Almaami Abdul

  • 18 L’auteur utilise les valeurs numériques données aux lettres de l’alphabet arabe abajadi propre à l’ (...)

123L’Almaami Abdul naquit en 1140 de l’hégire, l’année m.q.sh18 [1727-1728]. Il était plus âgé que al-Shaykh Aḥmadu al-Tijānī de dix ans, puisque ce dernier, qu’Allah soit satisfait de lui, était né en l’an n.q.sh. [1150 [1737)].

124L’Almaami était plus âgé aussi que le Shaykh Sīdī al-Mukhtār al-Kuntī de deux ans, puisque le Shaykh – Allah soit satisfait de lui ! – était né en l’an b.m.q.sh., [1142 [1729)].

  • 19 Muḥammed Fāḍel est mort en muḥarram 1286 (= avril 1869), âgé de 91 ans, selon un manuscrit mauritan (...)

125Il était, aussi, plus âgé que le Shaykh Muḥammad al-Fādil al-Ḥawḍī de soixante et onze ans, puisque [ce dernier], Allah soit satisfait de lui, était né en l’an a.i.r.sh., [1211 [1796-1797)] ; et Allah le Très-Haut est plus savant19.

126L’Almaami Abdul était aussi plus âgé que le Shaykh Umar de soixante-treize ans, puisque le Shaykh, Allah soit satisfait de lui, était né en l’an j.i.r.sh., [1213 [1798-1799].

  • 20 Apparemment il y a une erreur puisque l’Almaami Abdul est né en 1140 et Muusa Kamara en 1279, donc (...)
  • 21 Voir Bousbina (1992).

127L’Almaami est [enfin] plus âgé que moi, l’auteur de ce recueil [al-majmū‘], Muusa, fils de Aamadu, plus connu sous le nom de Muusa Kamara, de soixante-sept ans20, puisque je suis né en l’an sh.r.f. [1279 (1862-1863)], d’autres disent que je suis né en l’an a. sh.r.f. [1280 (1863-1864)]21. Puisse Allah le Très-Haut m’enfiler sur le même cordon, Amīn ! et Allah le Très-Haut est plus savant.

128Revenons à ce dont nous parlions, c’est-à-dire à l’histoire de l’Almaami Abdul.

129Son père, Alfaa Hammadi, mourut au Saalum. Sa tombe à Pafa est un lieu de pèlerinage. Ils avaient émigré par la suite de Pafa au Ɓunndu. Une partie des Duganaaɓe et des Humaynaaɓe était restée à Pafa et y habite jusqu’à maintenant. [Ceux qui étaient partis] habitèrent à Jamweli, au Ɓunndu où mourut Paɗel, la mère de l’imām. Ils quittèrent Jamweli pour Hulnde où mourut Abdul al-Ḥājj dont le lieu de sépulture est inconnu.

Condisciples de l’Almaami Abdul à Pir

  • 22 Célèbre école coranique en pays wolof. Voir Thierno Ka (1982). Au xixe siècle, l’appartenance d’un (...)

130De Hulnde, Abdul partit à Pir au Kajoor22 pour étudier. Parmi ceux qui se rendirent également à Pir, il y eut aussi Ceerno Bayla [Soh], chef de Haawre [Aouré (Da 26)], Alfaa Hammadi Paalel [Bah] de Nabbaaji [Ng 21]’ Dawdamaan, appelé également [271a] Alfaa Yero de Jannjooli [Ng 30], Ceerno Abd al-Kariim [Daf] de Seeno-Paalel [Da 4],

131Maamuudu Aali Raasin [Lih], chef de Ciloñ [Bo 30], Tafsiiru Ɓoggel [Lih] de Jaaba [He 6], un homme de Fitu Paate [?] dans le Ɓunndu, deux tisserands originaires du Ñooro, Ceerno Sulaymaan Baal, dont certains disent qu’il n’y était pas allé, et d’autres gens du Fuuta.

132Pir est l’un des villages du Kajoor. Il y avait là un savant faqīh et homme béni. Tous ceux qui jouirent d’une bénédiction et d’une vénération, parmi les premiers savants du Fuuta Tooro furent ses élèves ou élèves de ses élèves.

133A l’époque où l’Almaami Abdul était absent pour ses études, le fils de Abdul al-Ḥājj Lamin, Ceerno Fodiya, partit avec ceux qui étaient restés avec lui parmi les descendants de al-Ḥājj Lamin, ainsi que les Duganaaɓe et les Humaynaaɓe pour Koɓɓillo où ils trouvèrent les gens de Aaso [qui viennent] du Tooro et les Jaawɓe Jammbo.

Ceerno Sulaymaan Baal

  • 23 Première tradition concernant l’origine du clan Baal : appartenance aux Bakarnaaɓe (Wodaaɓe) du Maa (...)

134Ceerno Sulaymaan Baal appartenait à la tribu des Woɗaaɓe23, qui comptaient plusieurs clans [qabā’il] : Jaasarnaaɓe, Tasarnaaɓe, Torjanaaɓe, Bulkolnaaɓe, Hontorɓe, Deekolnaaɓe, Kaawelnaaɓe, Jalbanaaɓe, Njakirnaaɓe et Bakarnaaɓe. C’est à ce dernier clan qu’appartenait Ceerno Sulaymaan Baal. Ils étaient issus d’un homme appelé Bakar Barahiim, père de Sammba Bakar, père de Raasin Sammba, père de Ceerno Sulaymaan Baal, dont [le vrai] nom est Sulaymaan Raasin. Bakar Barahiim avait un frère qui s’appelait Usmaan Barahiim. Il avait émigré au Maasina et avait habité dans un pays appelé Fittooɓe, dont les habitants portent le patronyme [laqab] « Bari », ce qui signifie « Saŋare ». Il se peut que l’origine de tous soit le Maasina.

135Les gens de Ceerno Sulaymaan Baal émigrèrent au Fuuta ; et Allah le Très-Haut est plus savant. Usmaan Barahiim apprit la science, là-bas, jusqu’à ce qu’il devint un grand et brillant savant. Il était le père de Buubu Usmaan, père de Hammadi Buubu, qui est Hammadi Lobbo Aysha, père de Aamadu Hammadi [271b] Lobbo qui est al-Shaykh Aamadu Hammadi Lobbo, père de Aamadu Sayku, père de Aamadu Mo Aamadu qui fut tué par al-Shaykh Umar au Maasina.

  • 24 Deuxième tradition : appartenance aux Mbanntuunaaɓe (To 10) du Tooro.
  • 25 Hasay vient probablement de « hsey », diminutif de hāsī, : le puits, en ḥasāniyya. Le titre de Ceer (...)

136On dit aussi24 que Ceerno Sulaymaan Baal appartenait par son origine, aux Uruurɓe Mbanntunaaɓe. Il les avait quittés et avait émigré à Booɗe [La 3]. On l’avait appelé Ceerno Aaso. L’origine des Aaso remonte à leur premier domicile en Mauritanie, que les Baydān appellent « Hasay »25 et qui se trouve à proximité de Buye en Mauritanie ; et Allah le Très-Haut est plus savant. Son patronyme était Bah à l’origine, mais il l’avait changé en Baal. On dit que le patronyme des Uruurɓe Firdu est Baal, ce qui signifie Bah chez eux ; et Allah le Très-Haut est plus savant. Le fait que le patronyme [de Ceerno Sulaymaan] était Bah montre qu’il appartenait aux Uruurɓe, car c’était le patronyme le plus répandu chez eux.

137On dit [aussi] qu’il avait comme patronyme Bari, ce qui veut dire Saŋare chez les Fulɓe du Maasina et d’autres, et qu’il l’avait changé en Baal ; et Allah le Très-Haut est plus savant. Le clan de al-Shaykh Aamadu au Maasina était celui de Saŋare. Voir le Tarīkh al-fattāsh ; et Allah le Très-Haut seul connaît la vérité et le plus vrai des propos.

138Ceerno Sulaymaan Baal était le fils de Raasin, fils de Sammba, fils de Bookar, fils de Barahiim.

139Sammba Bookar avait un frère qui s’appelait Habi Bookar, père de Lamin Habi, père de l’Almaami Hammadi et de l’Almaami Bookar, qui étaient frères du côté paternel.

140Raasin Sammba, père de Ceerno Sulaymaan Baal, avait un frère qui s’appelait Yero Sammba, père de Paate Yero et de Maalik Yero.

141Paate Yero était le père de Siley Paate, père de Ismaa Siley, père de Baydi Baalel, qui est à Mow actuellement.

142Quant à Maalik Yero, il était le père de Elimaan Ismaa Maalik, père de Kudeeje, qui fut l’épouse de Abdul Bookar Aali Dunndu à Jowol [Ng 3].

Lutte de Ceerno Sulaymaan Baal contre les Bayḍān

143On dit que Ceerno Sulaymaan Baal avait étudié auprès des Bayḍān [al-bayāīn], et que plusieurs élèves soudanais [al-sudāniyyin] le suivaient pour qu’il leur enseigne le Coran ; et quand il décida de revenir au Fuuta, ses élèves le suivirent. Sur le chemin du retour, ils descendirent du côté de Fori, près de quelques puits où des esclaves des Ḥayba puisaient de l’eau. Ceerno Sulaymaan se mit [à l’ombre] d’un arbre, et ordonna à ses élèves, qui avaient soif, de demander [272a] aux propriétaires des puits de leur donner de l’eau, et s’ils refusaient, de leur demander de leur vendre la quantité d’eau qui pourrait étancher leur soif, et s’ils refusaient encore, de les battre et de leur prendre de l’eau par la force.

  • 26 Dabābis : pluriel du dialectal debbūs : bâton de berger (C.H.).

144Quand les élèves demandèrent aux propriétaires des puits de leur donner de l’eau, ils refusèrent. Les élèves leur demandèrent ensuite de la leur vendre, [mais] ils refusèrent [aussi], et c’est alors qu’ils les battirent et leur prirent l’eau par force. Ces derniers partirent vite informer l’émir, Ḥayba, de ce qui s’était passé. Il leur dit : « Comment sont-ils armés ? – Ils possèdent seulement des massues [dabābis]26 » répondirent-ils.

145Ḥayba monta sur son cheval et partit à leur recherche. Il les trouva sous les arbres à côté des puits et vit qu’ils avaient accroché leurs planchettes coraniques dans les arbres. Il fixa le Shaykh et dit [à ses hommes] : « Laissez-le. Sa fin sera terrible à cause des troubles qu’il occasionnera [fitna]. Il sera sûrement tué. » Allah confirma la prédiction de Ḥayba et Ceerno Sileymaan finit par être tué, comme nous allons le voir, si Allah le Très-Haut le veut.

  • 27 Cette historiette montre l’opposition des Tooroɓɓe à la mise en esclavage des musulmans, précepte c (...)

146Une autre tradition rapporte que quand Ceerno Sulaymaan Baal fut sur le chemin du retour, il vit dans un village près du fleuve, un bateau hâlé par des cordes, à l’intérieur duquel il y avait un homme lisant le Coran27. Il se précipita vers lui et lui demanda comment il en était arrivé là. Celui-ci lui répondit : « J’étais en voyage à Bakkel, le village où aujourd’hui on a construit ce fameux poste, qui est le dernier des postes sénégalais vers le sud, du côté de Khay [Kayes]. Ses princes, des Njaaygankooɓe, m’ont arrêté et vendu, par la force, aux propriétaires de ce bateau qui me conduit maintenant à Ndar [Saint-Louis]. » Ceerno Sulaymaan dit aux occupants du bateau : « Relâchez-le, c’est un musulman, donc il est libre. » Ceux-ci lui répondirent : « Ce que tu dis nous importe peu. Nous l’avons acheté avec notre argent. » Ceerno avait avec lui un élève qui s’appelait Aali Mayram et qui était habile à la lutte et très fort physiquement. Il se battit tout seul avec les occupants du bateau, les vainquit et fit sortir du bateau l’homme qui lisait le Coran. Le Shaykh le relâcha et lui ordonna de partir.

  • 28 Le village de Booɗe a à sa tête un Ceerno Aaso qui se recrute encore actuellement chez les Baal. (J (...)

147Jusqu’à ce jour, tous les jeunes [272b] et tous les enfants du Fuuta chantent quand on frappe les tambours de la lutte : « So Alla e Geelel Aali Mayram » [C’est grâce à Allah et à Geelel...]. Geelel est le surnom de tous ceux qui s’appellent Aali chez nous ou qui sont des disciples [atbā’] de Aali ; et Allah le Très Haut seul le sait. On dit que cette histoire s’est passée à Subalo Jaarangel, au-dessus de Booɗe Tantaaji28 [La 3], qui est à l’ouest de Hunuko Haayre [Ounouko-Aéré, (La 3)]. Parmi les gens de Jaarangel, il y a Aali Mayram, l’élève de Ceerno Sulaymaan Baal, qu’on cite dans les chants de la lutte quand on frappe les tambours, [en disant] « Gollee busee Aali Mayram ». Les gens de Booɗe [La 3] puisaient l’eau près de Jaarangel, quand la rivière qui passait à côté de leur village était à sec ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

148Cette histoire s’était passée avant la construction du poste de Bakkel qui était auparavant un port où mouillaient les bateaux français. Certains prétendent qu’il fut construit en 1852 ; et Allah le Très-Haut Seul connaît la vérité.

Lutte de Ceerno Sulaymaan Baal et des Jaawɓe-Jammbo contre le Laam Tooro

149Sache qu’Allah avait mis les Jaawɓe Jammbo [Jah] [To 10] à la disposition de Ceerno Sulaymaan Baal, grâce à Ceerno Buubu Kaasum, qui était un des leurs et qui avait douze fils connaissant bien le Coran [huffādh], Quand ce dernier et son [ou ses] fils eurent obéi à Ceerno Sulaymaan, les Jaawɓe Jambo firent la même chose et combattirent avec lui le Laam Tooro [Sal].

  • 29 Village riverain du fleuve Sénégal situé entre Rosso et Saint-Louis.
  • 30 Al-khunt désigne en Mauritanie arabophone les étoffes, tissus, surtout noirs (mode ancienne) puis p (...)
  • 31 Désigne probablement une « guinée filature ».

150[A l’origine de ce combat contre le Laam Tooro], il y avait une femme veuve qui vivait avec ses enfants orphelins. Elle partit [une fois] à Njajeer29 pour acheter du tissu [khunt30] à ses orphelins, puisque, dans tout le Fuuta, le khunt ne se trouvait qu’à Njajeer, d’après ce qu’on disait. En rentrant chez elle après avoir acheté du khunt-feltuur31, les hommes [qawm] du Laam Tooro [To 14] l’arrêtèrent et lui prirent son khunt. La femme demanda l’aide de Ceerno Sulaymaan Baal, qui était connu par sa piété et son secours. Celui-ci demanda au Laam Tooro de rendre le khunt à la femme, mais il refusa. Ceerno Sulaymaan renouvela la demande une deuxième fois, puis une troisième fois, et à chaque fois, le Laam Tooro refusait. A la fin ce dernier déclara : « Cet élève, Sulaymaan Baal, est un grand gourmand. Il veut que nous vomissions ce que nous avons mangé [le butin]. » Il envoya une armée pour tuer ou capturer Ceerno Sulaymaan Baal et ce dernier demanda l’aide des Jaawɓe Jammbo. Les deux armées se rencontrèrent à Kole-Gejay, [273a] un lieu désert entre Booɗe [La 3] et Doɗel [To 28], et Ceerno Sulaymaan Baal en sortit vainqueur.

  • 32 L’émir du Trārza maure, qui règna de 1836 à 1860. L’émirat du Trārza se situe sur la rive droite, à (...)

151L’armée du Laam Tooro revint défaite. Celui-ci demanda l’aide de Muḥammad al-Ḥabīb al-Tarrūzī [du Trārza]32 qui lui fournit une grande armée. L’armée des Jaawɓe Jammbo se joignit à celle d’al-Shaykh Sulaymaan Baal, [et cette fois] elles furent vaincues. Ceerno Sulaymaan et tous les Jaawɓe Jammbo furent chassés du Tooro et partirent au Fuuta. Ceerno Sulaymaan Baal habita à Koɓɓillo [Bo 32] après avoir essayé d’habiter à Jaaba [Bo 33].

  • 33 Usba a un sens fort de cohésion, d’esprit partisan ; cela désigne donc un clan.
  • 34 Littéralement « la tête de la mare ». Mais il s’agit là d’un toponyme ambigu sémantiquement puisqu’ (...)
  • 35 I.e. le « puits », voir supra n. 25.

152On appelle cette bataille « Shiinju Ɓooy » car les morts dans cette bataille et leurs chevaux avaient les dents découvertes. On dit qu’elle s’appelait plutôt « Soongo Ɓooy » qui est [le nom] d’un endroit où se trouvent les tamariniers à Aañam Toowngel [To 13/ 14)], et où cette bataille se déroula peut-être. Quand les Jaawɓe Jammbo [To 10] se mirent, grâce à Ceerno Buubu Kaasum, à la disposition de Ceerno Sulaymaan Baal, celui-ci était peut-être allé s’établir chez eux à Jammbo où il serait resté jusqu’à son affrontement avec Laam Tooro. Ce qui est plausible ; et Allah le Très-Haut est plus savant. Ce qui est encore plus vraisemblable c’est que les Jaawɓe s’allièrent avec Ceerno Sulaymaan Baal parce qu’ils appartenaient tous au même clan [‘usba]33, puisque Ceerno Sulaymaan faisait partie des Woɗaaɓe. Or les Woɗaaɓe et les Jaawɓe sont comme une seule communauté, car ils habitaient tous en Mauritanie, à Hooreweendu34 où se trouve Aaso connu chez les Bayḍān sous le nom de Hasay35, qui fut leur premier domicile.

153D’autre part, toutes ces batailles se déroulèrent probablement en Mauritanie et non à Kole Gejay ou à un autre endroit, avant qu’ils soient chassés de la Mauritanie et de Jammbo par les Bayḍān et qu’ils entrent au Fuuta ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

  • 36 Calaaga est un village situé à l’est du Tooro (To 25), près de Doɗel cité plus haut.

154Ceerno Buubu Kaasum était le père de Ceerno al-Ḥasan Jaawo des Jegesnaaɓe [To 13/14]. C’est ce dernier qui avait corrigé [le texte de] la planchette que Joorngal Calaaga avait écrit. Joorngal était très fier de lui parce qu’il avait appris le Coran par cœur ; d’ailleurs dès qu’il entendait parler de quelqu’un qui avait appris le Coran, il allait le voir et écrivait de mémoire devant lui chaque jour un izb, jusqu’à ce qu’il finisse tout le Coran, sans que l’autre ait à le corriger, tellement sa mémorisation était correcte. Il se nomma lui-même Joorngal Calaaga36, ce qui veut dire « la planche sèche de Calaaga » car personne n’avait à mouiller sa planchette pour la corriger. Il la portait sèche chez le correcteur qui la lui rendait telle quelle.

155Cela avait duré jusqu’à ce qu’il aille chez Ceerno al-Ḥasan Jaawo à Jammbo [To 10]. Il mit par écrit un izb du Coran et Ceerno, constatant qu’il avait fait une faute, la corrigea ; et depuis on disait : « Joorngal Calaaga leppi to Jammbo », ce qui veut dire : « le sec de Calaaga est devenu mouillé ou humide à Jammbo »; et Allah le Très-Haut est plus savant.

  • 37 Le laqab, chez les Arabes, correspond plutôt à un surnom qu’à un patronyme (C. H.).

156[273b] Le patronyme [laqab]37 de Joorngal Calaaga était Kebbe. Il avait un neveu qui est à Calaaga [Tialaga (To 25)] actuellement et qui s’appelle Alfaa Bookar. Joorngal Calaaga n’avait peut-être pas d’enfants ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Terres des Baal à Koɓɓillo [Bo 32]

  • 38 En 265b. C’est le Satigi qui donne la terre à al-Ḥājj Lamin.

157Sache que tous les Jaawɓe, qui sont maintenant au Fuuta, habitaient à Jammbo [To 10], au Tooro : quand ils vinrent habiter à Koɓɓillo [Bo 32], ils commencèrent à cultiver les terrains que Satigi al-Ḥājj Lamin [Kan] leur avait donnés38.

158Ceerno Fodiya, fils de Abdul al-Ḥājj Lamin, et ceux qui étaient avec lui vinrent habiter avec eux, sans que cela déclenche aucun problème au sujet des cultures qui, probablement, suffisaient à tout le monde. La maison et le puits de Ceerno Sulaymaan Baal se trouvent à Koɓɓillo, jusqu’à maintenant à l’est du village, ainsi que les tombes de ses gens [qawm], qui sont les gens [ahl] de Aaso. On appelle ces tombes Aaso ou Mati, et on dit jusqu’à aujourd’hui Mati Aaso.

  • 39 On peut localiser la cuvette de Mati à la frontière de Bo 33 et Ng 12. Sur la carte de Schmitz J., (...)

159Mati était l’un des terrains de culture [kolaaɗe] que Satigi al-Ḥājj Lamin leur avait donnés et qui se composaient de : Mati oriental, Mati occidental, Jalluɓe, Gaduri et Deluw. Ces terres se trouvent entre celles de Korɗo Dugi et Layru Sabbundu, déjà citées39.

160Il y avait parmi les Jaawɓe Koɓɓillo aussi, un clan [qabīla] des Bah, qui se rattachait à Ceerno Sulaymaan Baal ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

161J’ai appris qu’il y a actuellement à Booɗe une fraction peule à qui on donne le patronyme Baal.

Lutte des gens du Fuuta contre les Bayḍān et mort de Sulaymaan Baal au Fori (Gorgol)

  • 40 Le sā’ comme le mudd sont des unités de mesures du tribut en nature (horma) le plus souvent annuel, (...)

162Sache que ce sont les Deeniyankooɓe qui ont introduit l’unité de mesure du [sa’] au Fuuta, lors de leurs guerres contre les Bayḍān [al-bayāīn]. Sammba Gelaajo disait aux Bayḍān : « Si vous me soutenez contre Konko et si je suis vainqueur, je vous donnerai un sa’40 pour chaque personne, chaque année. » On dit [même]: « vingt sā’ pour chaque personne, chaque année. »

163Konko leur promettait la même chose ; d’où l’institution du sā’ [au Fuuta], d’après ce qu’on dit ; et Allah le Très-Haut est plus savant. On dit qu’ils avaient assigné aux gens du Fuuta, petits et grands, hommes et femmes, [le paiement d’une] sā’ deux fois par an, une lors de la récolte à la fin de la saison humide pour les cultures sous pluie, et une seconde fois, lors de la moisson des cultures de décrue [nīliyyun] [à la fin de la saison sèche], au printemps ou en été, car le printemps se transforme chez nous en été.

  • 41 Sur ce passage très important, voir l’annexe du chapitre 6 rédigée par I. A. Sall.

164Ils [les Bayḍān ?] s’étaient répartis les royaumes et les provinces des Soudanais [al-sawādīn]41:

  • [Le royaume du] Waalo Brak pour les Trārza [émirat du Trārza],

  • [La province du Fuuta Tooro], le Tooro pour les Wuld Alfaa, qui font partie des Awlād Siyyid [émirat du Brākna, branche cadette],

  • [La province du] Laaw pour les Wuld Hammeyyada, qui sont des Awlād Noghmāsh [émirat du Brākna, branche aînée],

  • [La province des] YirlaaBe [274a] et des Hebbiyaaɓe pour les Wuld Nasir, qui sont des Awlād A‘li [émirat du Brākna],

  • [La province du] Booseya pour Ahel al-Heyba [émirat du Brākna],

  • [La province du] Ngenaar et [le pays] des Haayrankooɓe jusqu’au Kaaraxooro, pour les Lītāma [émirat du Brākna],

  • Du Kaaraxooro jusqu’à Qaasaat pour les Awlād Leghwayzī [une fraction des Awlād Mbārek du Ḥawḍ],

  • Les Bambara [al-Banābir] pour les Awlād Mbarek [région du Ḥawḍ].

165C’est ce que m’a rapporté Demmba Gelaajo, lequel est Demmba Wuld Gelaajo, chef des Lītāma.

  • 42 Equivalent en pulaar du mudd horma (voir note 40).

166Quand Ceerno Sulaymaan Baal habitait à Koɓɓillo [Bo 32], il commença à faire des tournées dans le pays, pour prêcher et demander aux gens de nommer leurs propres imām, parmi leurs savants [‘ulamā] et de se libérer du joug des Deeniyankooɓe et des Bayḍān, qui exigeaient d’eux le versement d’un tribut, le muudo borma42 Les gens lui dirent : « Si nous trouvons quelqu’un qui puisse nous ouvrir cette porte – c’est-à-dire la porte de la délivrance de ce joug – nous le suivrons.»

167Ceerno Sulaymaan trouva, dans un village, des Bayḍān qui, pour abuser les gens, utilisaient un mortier pour mesurer le muudo horma, ce qui en modifiait la quantité. Il leur interdit de le faire et il leur demanda de revenir à [l’ancienne] mesure du sa’. Ils refusèrent et menacèrent de le tuer s’il ne retirait pas ce qu’il venait de dire. Le Shaykh prit le mortier de la main d’un d’entre eux et le frappa sur le crâne, entraînant une mort immédiate.

  • 43 L’ancien Tilogne, en Mauritanie, situé à quelques kilomètres au nord-ouest de l’actuel Kayhayɗi (Bo (...)

168La bagarre éclata avec violence entre ses gens et les Bayḍān qui furent vaincus à cause de leur faible nombre, puisqu’ils n’étaient pas venus pour faire la guerre. Les rescapés retournèrent chez eux, puis revinrent avec une grande armée. [Entre-temps], Ceerno Sulaymaan Baal continua sa prédiction et dit aux gens : « Si vous prétendez obéir à celui qui ouvre la porte [de la libération], alors je vous l’ai ouverte. Continuez à glorifier Allah avec force, Il vous assistera. » A cet instant, l’armée des Bayḍān les surprit à Ciloñ43 et aux alentours. Ils furent vaincus au début, mais les gens du Fuuta n’eurent de cesse d’apporter des secours, de s’entraider et de combattre les Bayḍān, jusqu’à la victoire et jusqu’à la retraite des Bayḍān au-delà du fleuve Sénégal.

169Lors de cette bataille, le chef des Liiduɓe, qui sont actuellement [274b] à Ciloñ, fut tué. Son nom m’échappe maintenant.

170J’ai appris que ces Bayḍān sont des Lītāma car Raag, c’est-à-dire Fori [en pulaar, soit le Gorgol], leur appartenait au début, mais ils en furent chassés par les Ahl Ḥayba après une défaite. On l’appelait d’ailleurs Raag Saybooɓe. [Le clan des] Saybooɓe était celui d’un de leurs chefs les plus connus. Les Lītāma dominaient, d’après ce qu’on dit, un « Grand État » [al-dawla al-‘azīma]. Ce sont eux qui tuèrent Ceerno Sulaymaan Baal.

  • 44 On retrouve là des idées d’inspiration kharijite. Notons que ces mêmes idées seront utilisées bien (...)

171Ceerno Sulaymaan Baal ordonna aux gens du Fuuta de repousser les Bayḍān et de les combattre chez eux au Fori, afin de leur couper tout espoir de prendre le Fuuta. Les Deeniyankooɓe soutenaient les Bayḍān dans leur guerre contre les gens du Fuuta, et pourtant ils furent [toujours] vaincus par al-Shaykh Sulaymaan Baal. Ils avaient peur de lui, [car] il était courageux, n’avait jamais peur et combattait lui-même. Il prêchait à ses soldats et leur demandait d’être patients, car « la victoire, disait-il, vient avec de la patience ». Il leur disait aussi : « Je ne sais pas si je vais mourir dans cette bataille, [mais], si je meurs, nommez [à ma place] un imām savant, pieux et ascète, qui ne s’intéresse pas à ce monde ; et si vous constatez que ses biens s’accroissent, destituez-le et dépouillez-le de ses biens : et s’il refuse d’abdiquer, combattez-le et chassez-le afin qu’il n’établisse pas une tyrannie dont ses fils hériteraient44. Remplacez-le par un autre, parmi les gens du savoir et de l’action, de n’importe quel clan. Ne laissez jamais le pouvoir à l’intérieur d’un seul clan afin qu’il ne devienne pas héréditaire. Mettez au pouvoir celui qui le mérite, celui qui interdit à ses soldats de tuer les enfants et les vieillards sans force, de déshabiller [violer] les femmes, et à plus forte raison de les tuer.» [C’est la raison pour laquelle quand] les gens du Fuuta combattaient les Bayḍān, ils en sortaient vainqueurs.

172Ceerno Sulaymaan vit, au cours de l’une de ses conquêtes, une femme nue. Il se retourna et, en pleurant, il dit : «O Allah ! prends-moi ce jour-même ! » et [à l’instant même], il reçut une flèche, dont on ignore la provenance, et mourut à Fori, où se trouve sa tombe à l’endroit appelé Tummbere-Jiinge [Br 12], d’après ce qu’on dit. Les Bayḍān eurent peur d’eux [les gens du Fuuta] [275a] et cessèrent de les attaquer et de prélever les sa’ jusqu’à aujourd’hui. Qu’Allah ait notre âme et celle [de Ceerno Sulaymaan Baal], qu’Il soit satisfait de nous et de lui et qu’Il le mette au Paradis.

173Son règne avait duré deux ans ; [d’autres] disent trois ans ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Éloge de Sulaymaan Baal par Elfekki Muhammadu (Añ)

174Elfekki Muhammadu ben Muhammadu ben Muhammadu ben Muhammadu [sic] ben Buubu Ben Yuusuf ben Sulaymaan ben Aali [Añ], fit l’éloge de Ceerno Sulaymaan Baal, après la mort de ce dernier, [dans un poème] dans lequel il dit : « Ceci est un poème de l’humble serviteur [d’Allah], appelé Elfekki Muhammadu, au sujet de son meilleur Shaykh, Ismā’īl Baal, lorsqu’il avait appris son sommeil [sa mort] » :

Vous avez annoncé la mort du meilleur d’entre vous, et la récompense n’est pas pour vous,
C’est sûr. Ayez pitié de Ismā’īl Baal,
Les gens se sont divisés : les uns pleurent et les autres, tu [peux] dire, rient.
On a annoncé une bonne nouvelle aux morts ?
Le guide a disparu, ayez de la patience.
Les gens de l’écriture [ahl al-raqm] ont arrêté (leurs activités) suite au sommeil [la mort] de leur maître [sayyid].
Que son Allah l’ait en Sa miséricorde, Amīn !
Ils ont été laissés [tous seuls].
O malheur ! O malheur !
(Quelle) solitude éternelle.
Vous nous avez dit : silence, O imām qui [lui] ont succédé.»

  • 45 Voir infra fo. 292a.

175J’ai trouvé ces quatre vers dans un vieux manuscrit, parmi les livres de Ceerno Maamuudu, fils de Ceerno Muhammadu, fils de Ceerno Cukayel45. Ils sont écrits dans un mauvais arabe et ne riment pas.

176Elfekki avait écrit « Ismā’īl Baal » au lieu de « Sulaymaan Baal ». Il s’agit peut-être d’une autre personne ou bien, Elfekki croyait que le mot « Ismā’īl » est plus proche de l’arabe que le mot « Sulaymaan », ou bien, qu’il rimait bien dans ce poème ; et Allah le Très-Haut est plus savant, car des imām, parmi les Baal au Fuuta, on ne connaît que al-Shaykh Sulaymaan Baal, l’Almaami Hammadi Baal, l’Almaami Bookar Baal et l’Almaami Muhammadu Lamin Baal, qu’Allah ait leurs âmes à tous !

177Sache que les premiers savants du Fuuta Tooro ne connaissaient que le fiqh malékite et la science des secrets des lettres [asrār al-hurūf], et que rares sont ceux qui, parmi eux, maîtrisaient bien l’arabe. Ils sont donc excusables pour ne pas avoir été parfaits en poésie arabe. Qu’Allah nous pardonne et nous protège ainsi qu’eux. Amīn ! Amīn !

178On dit que Ceerno Sulaymaan Baal ou l’Almaami Abdul, avait mis le verset [du Coran] : « Que vous sortiez de notre pays ou que vous entriez dans notre religion », dans un pentagone vide au milieu, et dans ce vide, il avait énuméré les chefs Deeniyankooɓe, comme le font les gens de cet art ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

  • 46 Village du Ngenaar, dirigé par les Elfekki Gaawol qui se recrutent encore maintenant parmi les Añ. (...)

179Quand je suis allé à Gaawol [Ng 1]46, j’ai montré ces vers à la jamā’a [de cette localité], et ils m’ont dit qu’ils ignoraient le lien généalogique [nasab] de l’auteur de ce poème avec leurs parents.

  • 47 Dans une boucle du Duwe, il existe en effet une dynastie des Elfekki Daɗo (To 2) d’où sont originai (...)

180[275b] Il était, probablement, un des Elfekki du Tooro47, car ce titre [laqab] est ancien chez eux. Dans une région, à l’est de Gede [To 13/ 14], il y a des Seelooɓe dont les chefs portent le titre de Elfekki. C’est à partir d’eux que ce titre s’est transmis à Gaawol. [Donc] le titre d’Elfekki est récent à Gaawol, et les Seelooɓe l’ont créé au départ. L’auteur des vers [cités ci-haut] est probablement un des leurs.

181Nous avons déjà montré comment les gens de Gaawol leur ont emprunté le titre d’Elfekki, en parlant de l’histoire des Elfekki [de] Gaawol ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

182On dit que [le titre d’] Elfekki Gede était l’apanage du clan [qabīla] Aaw et que c’est le Laam Tooro qui lui avait attribué la perception de quelques terrains de cultures kolaaɗe et qui lui avait donné le titre d’elfekki qui signifie la même chose que Jaagaraf, et Allah le Très-Haut est plus savant.

Politique intérieure et extérieure de l’Almaami Abdul

Choix et élection de l’Almaami Abdul

  • 48 Observation peu claire car le Damnga et le Ngenaar sont toutes deux des provinces du Fuuta.

183Revenons à ce dont nous parlions, c’est-à-dire à l’histoire de l’Almaami Abdul. Quand l’imām revint de Pir où il fit ses études, il s’installa au Ɓunndu, mais il souffrit des vexations de la part de ses dirigeants, et partit à un endroit qu’on appelait Appe, au Damnga, dont les habitants sont appelés Ngenaar48. Il s’y installa avec ses élèves qui étudiaient auprès de lui.

184Les gens du Fuuta lui envoyèrent quelqu’un pour le mettre à l’épreuve et s’assurer qu’il était bien un savant. Ils firent la même chose avec Tafsiir Ɓoggel [Lih] à Jaaba [He 6], Tafsiir Aamadu Hammaat [Wan] à Kanel et Ceerno Abd-al-Karīm à Seeno-Paalel [Da 4]. Quand les examinateurs revinrent, ils informèrent [les gens du Fuuta] que l’Almaami Abdul était le meilleur, par son savoir, son travail, sa modestie, sa politesse et sa pudeur. Ils lui proposèrent de le choisir comme imām, mais il refusa.

185Ils l’emmenèrent avec eux malgré lui. A Joŋto [Bo 13], ils portèrent [l’affaire] devant un lettré originaire du Baaxunu, d’après ce qu’on prétend. Son verdict fut que l’Almaami Abdul devait être imām. Celui-ci dit : « Non, sauf s’ils me jurent de ne jamais me trahir.» Les cinquante chefs, parmi les gens du Fuuta, qui étaient présents jurèrent tous, et à ce moment-là, l’Almaami Abdul se sentit rassuré.

186On dit que [les gens du Fuuta] lui prêtèrent allégeance à Jorbiwol [Bo 2] ou à Sinncu Hammadi Mayram [Ha 4], sous des tamariniers qu’on appelle Jaaɓe Dulo, près des bords du fleuve [Nīl]. Ce fut en 1191 de l’hégire [1777-1778]. L’Almaami Abdul avait cinquante ans [à l’époque]. [276a] Il régna pendant trente ans, avant d’être tué à l’âge de quatre-vingts ans.

187Les chefs du Fuuta lui ordonnèrent de s’installer à Ciloñ. Il leur demanda que leurs enfants ou certains d’entre eux ou quelques-uns de leurs frères s’y installent également avec lui.

188Parmi ceux [qui vinrent habiter avec lui à Ciloñ], il y eut des Elfekki Añ, dont le chef était Dewa Arwa et dont les cultures se trouvent là-bas jusqu’à maintenant, des gens de Sinncu Bamammbe [Da 7], dont Muhammadu Wahaabu [Talla] qui avait habité [avec l’Almaami] à Ciloñ et à Koɓɓillo, et d’autres chefs.

189Une autre tradition dit que les gens du Fuuta avaient envoyé un savant du Fuuta Jaloo [dans tous les pays] à l’est et à l’ouest du Fuuta, avec comme mission de chercher celui qui mérite d’être [leur] imām. Il partit à l’ouest, mais il ne trouva personne digne de ce rang, puis à l’est, non plus, jusqu’à ce qu’il arrive à Appe et y trouve l’Almaami Abdul et soit satisfait de lui. Il lui dit : « Les gens du Fuuta m’ont envoyé pour t’emmener chez eux, car ils ont un problème qu’ils n’ont pas pu résoudre et veulent que tu viennes sur place afin de leur donner des conseils. »

190Almaami Abdul partit avec lui [et quand ils furent arrivés chez les gens du Fuuta], ceux-ci lui demandèrent d’être [leur] imām, [mais] il refusa. Ils l’emmenèrent chez Ceerno Abd al-Karīm de Seeno-Paalel, qui lui dit : « Quand [l’homme] égaré [al-dāll] demande la direction [vers le droit chemin] [al-hidāya], au savant, celui-ci doit le guider.»

191Ils ne cessèrent de lui demander d’être leur imām jusqu’à ce qu’il accepte et l’emmenèrent au centre du Fuuta, à Jaaɓɓe Dulo, près de Jorbiwol, frontière entre les Booseyaaɓe et les Hebbiyaaɓe, et ils lui prêtèrent allégeance.

192Après cela, [276b] l’Almaami Abdul leur demanda de lire le Coran en entier, ce qu’ils firent, puis il leur demanda de lire al-‘Ishriniyyat, connu chez nous sous le nom de Ibn Muib, ce qu’ils firent. Il leur demanda ensuite de lire alā’il al-khayrāt, ce qu’ils firent. Il leur dit après : « Que les lettrés s’engagent à me remettre sur la bonne voie s’ils voient que je suis dans l’erreur.» Et les lettrés s’engagèrent à le faire. Puis il leur dit : « Que les grands électeurs [Jaagorɗe], comme Aali Siidi [Bah], Aali Dunndu [Kan], Siley ‘Amar, Saajo Dunndu, Sawa Dewa Naayel, Sawa Yeene, Galo Lummbol et Hammadi Aali, qui ne sont que des “princes sans instructions”, que ceux-ci s’engagent à obéir aux gens du savoir et à exécuter leurs ordres lorsque ces derniers se seront mis d’accord sur un problème », et [ceux-ci] s’engagèrent à le faire.

  • 49 Passage traduit, in Robinson, 1975b, pp. 196-197.

193Il leur dit [enfin] : « Que les Yirlaaɓe et les Booseyaaɓe nouent des liens de fraternité entre eux, qu’ils se considèrent comme frères, et que chacun des habitants d’une province traite ceux de l’autre province avec amabilité et avec le sourire. » Et depuis ce jour-là, ils sont devenus frères, et entretiennent des rapports de plaisanterie entre eux jusqu’à maintenant. Et l’Almaami de continuer : « Ce sont deux populations [qabīla] très fortes, et si leurs cœurs s’unisssent, nous serons les plus forts49. »

Premier complot contre l’Almaami Abdul qui quitte Ciloñ [Bo 30] pour s’intaller à Koɓɓillo [Bo 33]

194Installé à Ciloñ [Bo 30] par les gens du Fuuta, l’Almaami Abdul commença à combattre les Deeniyankooɓe à Waali Jantaŋ [Da 18]. Il ordonna à Ceerno Bayla, à Haawre [Soh, (Da 26)], de s’installer, avec son armée, à Gumal, afin de protéger les leurs qui étaient au-delà du fleuve [Nīl]. Ce dernier fut tué par l’armée de Sule Buubu à Gumal [Da 19]. Dès que l’Almaami eut appris la nouvelle, il envoya une armée qui les attaqua et tua leur chef Suie Buubu, comme nous l’avons déjà vu, en racontant leur histoire. L’Almaami Abdul resta à Ciloñ vingt-trois ans.

  • 50 Celui-ci fera partie des comploteurs qui auront raison de l’Almaami Abdul (cf. infra, 283a). L’expu (...)

195Les Liiduɓe n’avaient pas apprécié le fait que l’Almaami Abdul s’installe à Ciloñ. Ils disaient que leur autorité sur le village avait cessé [le jour où] l’Almaami s’y était installé. Ils disaient à l’Almaami : « Qu’est-ce qui t’empêche d’habiter au Fuuta si tu y as un village ?» Le chef des Liiduɓe, à l’époque, était Ceerno Molle Aamadu Moktaar [Lih]50, qui était jaloux et faisait partie des grands ennemis de l’Almaami Abdul.

196Le destin d’Allah le Très-Haut avait voulu qu’un membre du clan des Elimaan Coɗay [Kan, (Bo 22)] tue quelqu’un [d’autre] avec préméditation. Ils cachèrent [l’affaire] à l’Almaami et se dirent : « Que l’assassin et la famille de l’assassiné se réconcilient, moyennant “un prix du sang”, sans que l’imām le sache, car s’il le sait, il tuera l’assassin ; et alors l’âme de l’assassin et celle de l’assassiné partiront ensemble, et ce sera une perte pour nous.»

197Quand l’imām, qui était un homme qui s’en était remis entièrement à Allah et qui n’avait peur d’aucun reproche quand il s’agissait [d’appliquer la loi] d’Allah, sut ce qui s’était passé, il monta sur son cheval et partit aussitôt à Coɗay [Bo 22]. Il demanda que la loi ]al-shar‘] soit appliquée ; et puisque l’Elimaan [Coɗay] avait caché cette affaire importante, le juge décida qu’il serait puni.

198[277a] Un des gens de Coɗay dit : « Celui qui le frappe, je le tuerai. » Néanmoins, l’Almaami ordonna qu’on frappe l’Elimaan. Quand celui qui était chargé d’exécuter la punition frappa avec le fouet, l’homme de Coɗay le tua d’un coup de fusil. Et la guerre éclata entre eux.

199L’Elimaan Coɗay était soutenu, en secret, par Ceerno Molle Aamadu Moktaar [Lih], par Ceerno Balla Cooyri [Kan], duquel étaient issus les Kahkaaɓe Cooyrinkooɓe à Aañam Siwol [Bo 24], et par d’autres hypocrites et semeurs de discorde. Ils combattirent l’imām pendant son retour à Ciloñ [Bo 30], dans un endroit à l’ouest de Siwol [Bo 24], qui s’appelait Bayt Allah. Ils le poursuivirent, en tirant avec leurs fusils, tandis que les gens de celui-ci le défendaient, jusqu’à ce qu’il arrive à Aañam Barga [Bo 29] où son esclave Kola mourut. l’Almaami l’aimait beaucoup et ce jour-là Kola s’était bien battu et il avait tué plusieurs guerriers. Lorsqu’on lui eut dit que Kola était tué, l’Almaami dit : « Ya alla Kola », qui devint un dicton. « Ya alla » veut dire « Soit ! » ; le sens est, peut-être, « nous acceptons [ce qui provient de Toi] O Allah ! que ce soit un bonheur ou un malheur. »

200Après cette bataille, l’Almaami quitta Ciloñ [Bo 30] pour Koɓɓillo [Bo 32] où il résida pendant sept ans, ou moins que cela, d’après ce qu’on dit, jusqu’à ce qu’il soit exilé du Fuuta et tué à Guuriiki [Da 13], comme nous allons le voir dans l’histoire du Ɓunndu.

201Je ne sais pas si, après cette bataille, [les gens de Coɗay] lui avaient livré l’assassin et s’il l’avait tué. Celui qui sait [ce qui s’était passé] est [prié] de le rajouter ici.

Guerres de l’Almaami Abdul contre les Bayḍān

  • 51 Le même lieu, Hooreweendu, est invoqué également dans la lutte de S. Baal contre les Maures (voir s (...)

202L’Almaami Abdul était un homme intraitable et déterminé. Il apprit un jour que les bergers des Bayḍān avaient attaqué ceux des Noirs à Hooreweendu, un endroit en Mauritanie, près du fleuve et situé en face de Demet [Ha 7], de Sinncu Daŋɗe [Ha 2] ou de Ndormbos [Ha 4]. On dit [aussi] que Hooreweendu n’est que l’autre nom de Giimi, à côté de Iliiga. C’était le domicile des Jaawɓe, et, entre ce village et le fleuve, il y aurait trois jours [de marche ?]51. Lorsque l’Almaami eut appris cette nouvelle, il dit : « hol Hammee, hol hoore weendu », ce qui veut dire : « Que veut Hammee de Hoore Weendu ». Hammee se dit, chez nous, de tout maure de sexe masculin dont on ignore le nom, tout comme Faɗuma, pour toute femme maure. [277b] [Cette phrase] signifie donc « que vient prendre ce Maure à cet endroit », et devint un dicton qui se dit au sujet de celui qui prend ce qui ne lui appartient pas. Almaami Abdul leur envoya une armée qui les attaqua, fut victorieuse, pilla leurs biens et captura leurs esclaves.

203Il envoya en second lieu un détachement pour combattre les Bayḍān à Falo Koli, près de Giray, dont le chef était Bookar Sidiiki, fils de Ceerno Molle Maamuudu Aali Raasin [Lih]. Il fut tué à cet endroit.

  • 52 Émir du Trārza qui régna de 1760 à 1786. Kamara bouscule la chronologie : P. Marty 1917-1918 (dans (...)
  • 53 Les deux villages, bien qu’éloignés approximativement de 150 km sont tous les deux dirigés, encore (...)

204L’Almaami Abdul combattit [enfin] A’li al-Kawrī52, chef des Awlād Aḥmad min Damān, en 1255 de l’hégire [1839-1840]. Il sortit victorieux de ce combat et ramena les tambours des vaincus au Fuuta. Auparavant, ils ne connaissaient pas les tambours [al-bubil], mais seulement les tambourins [al-tubūl]. Au cours de cette bataille, Tafsiiru Ɓoggel [Lih] fut blessé et retourna à Jaaba [He 6] où il succomba, des suites de sa blessure. Tafsiiru Aamadu Hammaat [Wan] était à Kanel [Da 4] et désobéissait aux ordres de l’Almaami Abdul qui le chassa de ce village et lui ordonna de retourner à Mbummba. Quand l’imām passa par Mbummba [La 23]53, pour aller [combattre] A’li al-Kawrī, Tafsiir Aamadu voulut l’attaquer. On dit à l’Almaami Abdul : « Ne te bats pas avec lui, car tu seras comme celui qui charge son fusil pour tuer un éléphant, et en cours de route, rencontre un lapin : s’il tire sur le lapin, il va perdre ses balles pour rien, car souvent le fusil est chargé en fonction de ce qu’on veut chasser. » On lui dit ensuite : « Tafsiir Aamadu aime le commandement [al-ri’āsa], le mieux est de lui dire : tu es le chef et tu commandes cette armée, et il sera à toi. » Ce qu’il fit, et Tafsiir Aamadu se calma et partit avec eux. Il fut blessé et retourna à Mbummba [La 23] [sic], où il mourut des suites de sa blessure ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Les amis bayḍān de l’Almaami Abdul

  • 54 Il s’agit de al-Mukhtār ibn sa’id al-Jakānī, dit Wuld Būna (mort en 1220/1805), l’un des plus grand (...)

205On dit que quand Allah eut donné la victoire à l’Almaami Abdul sur les Awlād Aḥmad min Damān, le savant Jakānī Wuld Būna54 composa ces vers [278a] :

  • 55 Ce poème a été traduit en américain dans l’article de Robinson (1975, pp. 203-204).

« Je loue Allah, notre Créateur, pour les immenses grâces qu’Il nous a données.
Que la prière et la paix soient sur la meilleure des créatures,
Celui qui possède des vertus, Muḥammad.
J’implore Allah pour qu’Il pardonne les péchés de Abd al-Qādir, le roi magnanime,
Qu’Il le guide vers le droit chemin.
Qu’Il l’assiste durant toute sa vie.
Serviteurs d’Allah, dites-moi tous,
Amīn, quand je prie Allah pour cet imām.
Car la prière [pour l’imām] est une prière pour tous les musulmans.
Alors, comprenez ce que je dis
Allah est satisfait des actes, des intentions et des propos [de l’imām].
Il mena des campagnes contre ceux qui l’avaient attaqué
Pour les punir, [et ce] après le mois sacré.
Les descendants de Cham et de Sem, reconnaissent tous, sa justice dans tout ce qu’il fait.
Quand il attaqua les gens de Damān, ils comprirent qu’ils ne pouvaient plus rester [chez] eux (or), leur chef me disait chaque fois qu’il venait me voir : “mes tentes ne bougeront pas d’ici.”
Délivre-moi des soucis du cœur,
O imām, protégé par Allah.
Mets-moi devant les autres car
Mon corps est faible à cause de la maladie.
La prière et le salut d’Allah, soient sur le meilleur des hommes55. »

206On dit que Wuld Būna était un des amis les plus intimes de l’Almaami Abdul et qu’il venait le voir souvent ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

207Parmi ses [autres] amis intimes, il y avait le très savant et remarquable Siidi Muḥammadu [Muḥammad al Ghallāwī]. Il était venu voir l’Almaami Abdul et lorsqu’il avait voulu retourner chez lui, l’Almaami demanda à Abdul Siree Ḥasan [Tuure] de lui écrire une lettre [de recommandation] pour cet homme très savant et remarquable. En voici le texte :

  • 56 La province du Booseya.

« Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux. Qu’Allah répande Sa prière sur notre Seigneur Muḥammadu. Louange à Allah seul. Que seule Son essence dure [pour l’éternité]. Que la prière et la [278b] paix soient sur celui après qui il n’y aura plus de Prophète.
De la part du Commandeur des Musulmans (amīr al-muslimīn), al-Shaykh Abd al-Qādir, à tous ceux qui vont lire cette lettre, qu’ils soient qadis, muftis, ministres ou chefs de village, de Ciloñ [Bo 30] à Hoore Foonde [Bo 15]56, des Yirlaaɓe, des gens de Golleere [La 14] et de Haayre,

Notes

1 Fils aîné d’al-Ḥājj Umar.

2 Les Maures sont appelés par Kamara « Bayādīn », c’est-à-dire « les blancs » comme le faisaient les auteurs arabes du Moyen Age : la réalisation en dialecte ḥasāniyya donne « Baydān » dont le sens subit un élargissement, puisqu’on désigne par ce mot aussi bien les « Maures blancs », c’est-à-dire les libres, que les sudān, les « noirs », esclaves et Harātīn. Les négro-africains (Wolof, Haalpulaar’en ou Soninke) sont désignés par le mot « Kwār» (sing. Kawrī) (Constant Hamès).

3 Ancien village situé près de l’actuel Kaédi (R.I.M.) (Bo 10), c’était la patrie des Ceerno Molle portant le patronyme Lih.

4 Illisible.

5 Shaykh Muusa Kamara.

6 S’agit-il de Dumga-Wuro Ceerno ?

7 Mentionné en 266a.

8 Traité de droit malikite de SAḤNŪN.

9 Grand-père d’Abdul Bookar.

10 Ces terrains sont très proches les uns des autres.

11 Guriiki Sammba Joom (Gouriki-Samba-Diom ?)

12 Voir 292a.

13 Illisible.

14 Voir 266a : en effet l’autre nom de Alfa Hammadi était Hammadi al-Ḥājj.

15 Coran, Sourate LIII, Versets 1, 2, 3.

16 Voir supra 268b.

17 Il portait donc non pas le patronyme Dem, mais celui de Kan ou Jallo.

18 L’auteur utilise les valeurs numériques données aux lettres de l’alphabet arabe abajadi propre à l’Afrique du Nord et à l’Afrique de l’Ouest (Saïd Bousbina, infra S.B.).

19 Muḥammed Fāḍel est mort en muḥarram 1286 (= avril 1869), âgé de 91 ans, selon un manuscrit mauritanien (L. Bouvat, 1912, p. 187), ce qui le ferait naître en 1778 ; quant à P. Marty, (1915-1916, P. 117), il écrit qu’il « naquit dans le Hodh vers 1780 ». On est donc loin de la date avancée ici (Constant Hamès, infra C.H.).

20 Apparemment il y a une erreur puisque l’Almaami Abdul est né en 1140 et Muusa Kamara en 1279, donc la différence est de 139 ans au lieu de 67 comme le dit Kamara.

21 Voir Bousbina (1992).

22 Célèbre école coranique en pays wolof. Voir Thierno Ka (1982). Au xixe siècle, l’appartenance d’un ancêtre de son lignage au groupe des condisciples de Pir témoignera retrospective-ment de l’ancienneté de la conversion à l’islam, qui conditionne l’entrée dans celui des Tooroɓɓe. Il s’agit là d’un topos analogue à celui des co-pèlerins de La Mecque qu’on rencontre parmi d’autres sociétés islamisées d’Afrique de l’Ouest.

23 Première tradition concernant l’origine du clan Baal : appartenance aux Bakarnaaɓe (Wodaaɓe) du Maasina.

24 Deuxième tradition : appartenance aux Mbanntuunaaɓe (To 10) du Tooro.

25 Hasay vient probablement de « hsey », diminutif de hāsī, : le puits, en ḥasāniyya. Le titre de Ceerno Aaso dériverait donc de « hsey » : on trouve effectivement une cuvette de décrue qui porte le nom de « Assou » au nord-est du village de Mbooyo (To 12) (cf. Schmitz et Sow, carte B, 1989). D’autre part « Buye » signifie « mon père » en ḥasāniyya et désigne probablement le village de Mbooyo, (To 12) où sera rompu le lien tributaire entre Maures et Fulɓe. Même passage in Kamara, 1931/Hilliard 1977, p. 145 (C. H., J. S.).

26 Dabābis : pluriel du dialectal debbūs : bâton de berger (C.H.).

27 Cette historiette montre l’opposition des Tooroɓɓe à la mise en esclavage des musulmans, précepte coranique que ne respectaient pas les Maures et que les premiers Almaami avaient voulu imposer aux traitants de Saint-Louis par différents traités. Sur le paradoxe de l’islam, religion émancipatrice des esclaves en son centre durant les premiers siècles, repoussant dans une périphérie de plus en plus soudanienne au cours des siècles les zones de capture et donc les institutions liées à ces pratiques – non-respect des préceptes coraniques, dénégation et racisme – voir Lewis 1993. Les Tooroɓɓe eux-mêmes suivront en raccourci une telle évolution puisque l’on sait l’importance de la masse servile capturée lors du jihād du Shaykh Umar (voir Meillassoux 1985).

28 Le village de Booɗe a à sa tête un Ceerno Aaso qui se recrute encore actuellement chez les Baal. (J.S.).

29 Village riverain du fleuve Sénégal situé entre Rosso et Saint-Louis.

30 Al-khunt désigne en Mauritanie arabophone les étoffes, tissus, surtout noirs (mode ancienne) puis par extension tous les tissus. Voir R. Basset (1909, p. 126) (C.H.).

31 Désigne probablement une « guinée filature ».

32 L’émir du Trārza maure, qui règna de 1836 à 1860. L’émirat du Trārza se situe sur la rive droite, à l’ouest de la province du Tooro.

33 Usba a un sens fort de cohésion, d’esprit partisan ; cela désigne donc un clan.

34 Littéralement « la tête de la mare ». Mais il s’agit là d’un toponyme ambigu sémantiquement puisqu’il est proche de Haayreweendu (i.e. « la mare de la colline ») et surtout géographiquement puisqu’il désigne plusieurs lieux. Hooreweendu s’appliquerait à la fois à un lieu situé à proximité du fleuve, près de Mbooyo (To 12), si l’on suit la note 25 ou à Giimi en Mauritanie (Kamara 1931, in Hilliard 1977, p. 143) c’est-à-dire une agglomération située entre Aleg et Moudjeria sur une « ligne » qui dessine l’un des principaux axes de transhumance autour de l’oued Katshi emprunté par les Awlād Siyyed, la tribu émirale des Brākna, au xixe siècle qui ne contrôlait en réalité que la partie ouest de l’émirat. Cet axe, d’après H. Gaden, était jalonné par « un certain nombre de points qui ont été occupés autrefois par les Peuls, notamment Aleg (Hayre-Vêndu), Choggar (il existe deux Choggar, dont l’un est encore appelé Choggar-Tôro), Guimi (Gīme), etc. » (Soh 1913, p. 242). Quel que soit son emplacement exact, cette localité, que l’on peut néanmoins situer sur la rive droite, dans le Brākna, est le plus souvent liée à un ancêtre fondateur de la grande tribu des Jaawɓe (ceux qui portent en général le patronyme Jah), l’Arɗo Yero Diide, qui aurait domminé le Tooro rive droite, comme les Laam Tooro (portant le patronyme Sal) aurait dominé la rive gauche (Kamara, ibid.). Cet Arɗo des Jaawɓe – tribu à laquelle Kamara rattache beaucoup d’ancêtres de lignages toorooɓɓe (les Lih...) – aurait été vaincu par Koli Teŋgella (ou un de ses successeurs) qui, lui, appartenait aux Uruurɓe (de patronymle Bah) et installa sa capitale sur un axe de transhumance lié à un affluent du Sénégal, le Gorgol ou Fori, situé plus à l’est. (J.S.).

35 I.e. le « puits », voir supra n. 25.

36 Calaaga est un village situé à l’est du Tooro (To 25), près de Doɗel cité plus haut.

37 Le laqab, chez les Arabes, correspond plutôt à un surnom qu’à un patronyme (C. H.).

38 En 265b. C’est le Satigi qui donne la terre à al-Ḥājj Lamin.

39 On peut localiser la cuvette de Mati à la frontière de Bo 33 et Ng 12. Sur la carte de Schmitz J., Sow, A. et Nuttall, C. 1989. Les autres toponymes restent mystérieux (J.S.).

40 Le sā’ comme le mudd sont des unités de mesures du tribut en nature (horma) le plus souvent annuel, de valeur parfois symbolique, qui institue une relation hiérarchique de dépendance dans la société maure. Ces unités ont des valeurs différentes selon les régions en Mauritanie. Plus précisément le « mudd el-horma », encore appelé « mudd seddūm », vaut deux nefga à Atar et à Aoujeft. Il sert de base pour fixer la horma ou tribut dû par les Zenāga [les tributaires] à leurs suzerains ; la nefga est un sous-multiple du mudd (0,350 kg) ; le mudd horma vaut donc 0,700 kg. Le sa‘ équivaut à 4 mudd horma. soit 2,800 kg. Voir Leriche (1951) (C. H.). Par ailleurs, il semble que l’équivalence en kilos ou en litres du mudd comme unité de capacité ait augmenté au cours du xixe siècle passant de deux litres en moyenne à quatre litres au xxe siècle, d’après un certain nombre de sources rassemblées par Curtin (1975, pp. 57-58). D’après O. Kane (1986, p. 666) le muudo horma (forme pulaar du mudd horma) daterait de la fin du xviie siècle, c’est à dire de la fin de la guerre des marabouts.

41 Sur ce passage très important, voir l’annexe du chapitre 6 rédigée par I. A. Sall.

42 Equivalent en pulaar du mudd horma (voir note 40).

43 L’ancien Tilogne, en Mauritanie, situé à quelques kilomètres au nord-ouest de l’actuel Kayhayɗi (Bo 10).

44 On retrouve là des idées d’inspiration kharijite. Notons que ces mêmes idées seront utilisées bien plus tard par Abdul Bookar Kan (voir supra 267b) pour justifier l’assassinat d’Abdul Kader Kan, le premier Almaami. (C.H.)

45 Voir infra fo. 292a.

46 Village du Ngenaar, dirigé par les Elfekki Gaawol qui se recrutent encore maintenant parmi les Añ. Ce lignage faisait partie des grands électeurs de l’Almaami.

47 Dans une boucle du Duwe, il existe en effet une dynastie des Elfekki Daɗo (To 2) d’où sont originaires les Añ. Actuellement ce sont les Ndongo qui fournissent les Elfekki. (J. S.)

48 Observation peu claire car le Damnga et le Ngenaar sont toutes deux des provinces du Fuuta.

49 Passage traduit, in Robinson, 1975b, pp. 196-197.

50 Celui-ci fera partie des comploteurs qui auront raison de l’Almaami Abdul (cf. infra, 283a). L’expulsion de Ciloñ aurait eu lieu en 1799-1800. Cf. Robinson 1975 p. 214, n. 78.

51 Le même lieu, Hooreweendu, est invoqué également dans la lutte de S. Baal contre les Maures (voir supra, 273a), mais il est situé dans le Tooro, et non dans les Halayɓe. Voir la note 34 du folio 272a pour l’assimilation avec Giimi.

52 Émir du Trārza qui régna de 1760 à 1786. Kamara bouscule la chronologie : P. Marty 1917-1918 (dans « L’émirat des Trārza », p. 91) détaille tout ceci mais le situe en 1786, date de la mort dans ce combat d’A’li al-Kawrī qui règne depuis 1760. (C. H.)

53 Les deux villages, bien qu’éloignés approximativement de 150 km sont tous les deux dirigés, encore à l’heure actuelle, par la famille Wan.

54 Il s’agit de al-Mukhtār ibn sa’id al-Jakānī, dit Wuld Būna (mort en 1220/1805), l’un des plus grands savants de son époque. Auteur prolifique et grand maître de la théologie musulmane traditionnelle fondée sur la logique aristotélicienne (‘ilm al-kalām), il était l’ennemi déclaré des Sūfi-s de son temps, notamment de Sīdi al-Mukhtār al-Kuntī (m. 1226/1811). Voir al-Baritaylī 1982, p. 141, al-Shinqītī 1989, p. 277, An-Naḥwī 1987, p. 490 et 530 (Dedoud Ould Abdellah). Selon Robinson (1975b, p. 203) Wuld Būna aurait été un condisciple de l’Almaami Abdul ; ils auraient donc tous les deux reçu l’enseignement des Awlād Daymān du Trārza d’après Johnson 1974, p. 294.

55 Ce poème a été traduit en américain dans l’article de Robinson (1975, pp. 203-204).

56 La province du Booseya.

Table des illustrations

Légende Fig. 5 : Les Kan, clercs musulmans (tooroɓɓe). Conversion religieuse, implantation au Fuuta Tooro et titulatu
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Carte 5. Le village de l’Almaami Abdul, Koɓɓillo [Bo 32] à la frontière du Booseya et du Ngenaar.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8463/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 655k

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search