Version classiqueVersion mobile

Florilège au jardin de l’histoire des Noirs (Zuhür Al Basatin). Tome 1, volume 1

 | 
Shaykh Muusa Kamara

Chapitre V. Histoire des tooroɓɓe d’origine soninke

Texte intégral

Histoire des Barooɓe

1Les Barooɓe prétendent qu’ils sont originaires du Bornu, qu’ils avaient quitté pour le Wagadu [239a].

  • 1 Il s’agit de patronymes soninke installés dans la moyenne vallée en plusieurs vagues et qui ont fai (...)

2Ils avaient porté les patronymes de tous ceux chez qui ils étaient passés. C’est pour cela que leurs patronymes sont nombreux : Kebbe, Dukkure ou Dukke, Koreera, Gasama, Sumaare1. Certains d’entre eux portent le patronyme Baro, en souvenir de leur premier domicile, le Bornu. Ce sont les chefs, jusqu’à maintenant. Parmi les patronymes, il y a également Talla, mais ceux qui portent ce patronyme sont des Tallakoronaaɓe d’origine. Nous raconterons leur histoire plus loin.

3Il y a aussi des Barooɓe qui portent le patronyme Caam. Ils sont à Haayre [La 4] et sont des Caamɓe originaires de Halwaar [To 18]. Ils peuvent être imām des mosquées, mais ils ne gouvernent jamais [239b]. Parmi les imām des mosquées des Barooɓe, il y a aussi ceux dont le patronyme est Kebbe.

4L’un des premiers domiciles des Barooɓe est Tulel Barooɓe. Tulel est le diminutif de tulde qui signifie la « butte de sable ». Tulel, donc, veut dire la « petite butte ». Cette petite butte se trouve en face de Ndormbos [Na 4], en Mauritanie. C’est de là qu’ils avaient traversé le fleuve et étaient partis s’installer à Jakel [Yi 9], entre Salnde [Yi 10] et Waasetaake [Yi 3].

  • 2 Jaaba est peut-être la déformation du verbe arabe ajāba qui signifie « répondre », «exaucer » (S. B(...)

5Ils s’étaient ensuite dispersés dans le Fuuta. Certains d’entre eux étaient partis à Haayre [La 4], d’autres à Jaaba [Ha 6]. Ces derniers furent à l’origine de l’appellation de Jaaba, parce que, dès qu’ils s’y étaient installés, Satigi Dekle leur avait demandé de faire une prière pour lui lors d’un grave événement. Et Allah ayant exaucé leurs prières, on les avait appelés Jaabanaaɓe, et l’endroit où ils habitaient, Jaaba2. On dit [aussi] que ce village fut appelé ainsi [à cause du] nom de Jaaba Waali, qui fut le premier à y habiter. Et Allah est plus savant.

6Les Jaabanaaɓe comptèrent parmi eux l’Almaami Njaay, un des almaami du Fuuta.

7On dit que les Barooɓe sont issus de trois hommes : Hammee, ‘Eli et Dowut, qui étaient frères utérins. C’étaient eux qui avaient quitté le Bornu pour le Wagadu. Hammee était descendu chez un homme dont le patronyme est Kebbe, et avait adopté ce patronyme ; ‘Eli était descendu chez un autre homme dont le patronyme est Dukkure et avait, lui aussi, adopté ce patronyme. Quant à Dowut, il avait dit : « Je ne prends comme patronyme que le nom de l’endroit d’où je viens. » Et il s’était fait appeler Baro.

8Il se peut que ce soit ‘Eli qui avait Baro comme patronyme, et Allah est plus savant.

9Ils avaient ensuite quitté Wagadu et étaient partis, avec les gens de Jaafunu, à Layyeen, un endroit à Tagant, ou entre Tagant et l’Affole [240a] : et Allah le Très-Haut est plus savant.

10Après, ils s’étaient séparés des gens de Jaafunu et étaient partis vers l’ouest. Ils avaient traversé le fleuve et s’étaient installés à Barooɓe Jakel [Yi 9], au Sénégal. ‘Eli et Dowut moururent, et Hammee y resta avec leurs enfants.

Les Baro, Añ et Njaay à Tummbere Gumde [Br 12]

  • 3 Dans le Gorgol.

11On prétend que Hammee était un homme de savoir et un homme pieux. Une fois, Koli, ou bien ses hommes, l’avaient capturé et l’avaient enveloppé dans de l’herbe sèche. Puis ils l’avaient ligoté avec des cordes, avant de le jeter dans le feu. L’herbe sèche et les cordes avaient brûlé, mais Hammee était sorti indemne. Depuis, le Satigi l’avait appelé auprès de lui et lui avait demandé de s’installer à Tummbere Gumde [Br 12]3, en Mauritanie, qui était peut-être le village le plus proche du domicile du Satigi de l’époque, et Allah le Très-Haut est plus savant.

12Hammee y était parti et avait laissé les enfants de ses frères à Barooɓe Jakel [Yi 9].

13On dit que les Barooɓe avaient émigré de Bajar avec les Mboonnaaɓe, puisqu’ils s’étaient installés avec eux à Tulel Barooɓe [Ha 4], et par peur des Baydān, étaient ensuite partis à Barooɓe Jakel [Yi 9]. Il se peut qu’ils se soient installés à Bajar après avoir quitté Wagadu. Mais ce sont là des informations obscures et ambiguës ; et Allah le Très-Haut est plus savant [240b].

14Mahmūdu Aali, qui est l’ancêtre des Njaayɓe [Njaay] de Wudduru [Ng 8], qui sont originaires du Jolof, les avait rejoints à Tummbere Gumde [Br 12], et s’y était installé avec eux.

15Les gens qui passaient par cet endroit demandaient : « holi wumtinbetu bih ? », c’est-à-dire: « Qui sont [ces gens] qui se sont rassemblés ici après s’être dispersés ? ». Le mot wumtinbe devint leur nom de clan, puis s’est transformé en gumde.

16Taabure [Añ] était très courageux et bon guerrier, et c’est pour cela que le Satigi l’avait appelé auprès de lui. Hammee Kebbe aimait beaucoup, lui aussi, Taabure. Mahmūdu Aali [Njaay], qui enviait Taabure le fit se brouiller avec Hammee Kebbe, en disant à ce dernier que Taabure avait tué trente personnes dans le pays d’où il avait émigré.

17Hammee [Kebbe] convoqua Taabure et lui demanda si c’était vrai ce que Mahmūdu Aali avait dit. Taabure répondit affirmativement. Hammee Kebbe lui dit alors : « Sois mon ennemi, déteste-moi, je vais être ton ennemi, et te détester. »

18Les gens commencèrent à dire « Taabure gajaatu », expression qui devint son patronyme Tambura. [Ensuite] ils commencèrent à l’appeler Añ, qui signifie « détester » à l’impératif.

19La haine s’installa alors entre Mahmūdu Aali et Taabure à cause de cela, et fut transmise à leurs descendants jusqu’à aujourd’hui [241a].

20Il est rare de trouver des Jaaybe de Wudduru [Ng 8] qui aiment les descendants de Taabure [qui habitent à Gaawol (Ng 1)], et ce jusqu’à maintenant. Et Allah le Très-Haut est plus savant.

Rapports entre les Gumdenaabe et les Talla

21On dit que les gens de Gumde [et] les Barooɓe ne trouvaient d’épouses que parmi les gens de Jiinge [Talla]. Cela est dû peut-être au fait que les gens du Satigi [les Deeniyankooɓe] se considérant comme supérieurs, n’aimaient pas avoir des liens de mariage avec eux, et parce les gens de Jiinge étaient les premiers à s’être installés dans ce pays.

22Les gens de Jiinge sont des oncles maternels des gens de Gumde et des Barooɓe, c’est pour cela que ceux-ci leur confiaient leurs affaires et les respectaient beaucoup.

23Cette situation dura jusqu’au déclin des Deeniyankooɓe dû au conflit qui avait opposé Sammba Gelaajo à Konko Buuba Muusa. [Les gens de Gumde et les Barooɓe ?] traversèrent alors le fleuve et s’installèrent au Sénégal, jusqu’à l’apparition de l’islam avec Ceerno Sileymaan Baal et l’Almaami Abdul. C’est pour cela, peut-être, que les Njaayɓe Wudduru s’étaient dispersés dans tout le pays.

Histoire des Ceerno Njaay de Wudduru [Ng 8]

24Certains d’entre eux sont à Kake, et sont tous issus de Yeyya Njaay, originaire du Jolof. Il se peut que ce soit lui qui était avec les Gumdenaabe à Tummbere Gumde et non pas Mahmūdu Aali, qui, cependant, fut le premier parmi eux à s’installer à Wudduru [Ng 8], et qui est un descendant de Yeyya Njaay. Il se peut qu’il soit le frère de Maat Aali, père de Takko Maat, mère de Ceerno Makam Aatumaani. D’après certaines traditions, elle est Takko Maat Aali Yeyya Njaay ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Tabl. 5. Charte politique de Wudduru (Oudourou) [Ng 8]. Ceerno Njaay.

Tabl. 5. Charte politique de Wudduru (Oudourou) [Ng 8]. Ceerno Njaay.

Sources : Vidal (M.) 1924, p. 85 ; Demmba Aamadu Njaay (76 ans), chef de village, Muusa Buubu Njaay (64 ans), le 1/3/85.

  • 4 Fulɓe probablement originaires de Gimi ou des Yirlaabe, d’après Vidal (1924, p. 85). Dans ce passag (...)

25Lors d’un hivernage [241b], Mahmūdu Aali avait trouvé les Jimeyaaɓe [Bah, peul]4, à Gawde Boffe, à l’extrême est du Damnga, d’autres disent à Jekulaani, à l’extrême ouest du pays du Ɓunndu. Il était resté avec eux jusqu’à la fin de la saison.

26Les Jimeyaaɓe partirent ensuite chez l’Almaami Abdul qui leur demanda de s’installer à Wudduru afin de garder le gué contre [les attaques] des Baydān. Ils s’y installèrent et brûlèrent beaucoup d’arbres afin de préparer des terres cultivables.

Les Ceerno Njaay

27De son côté Mahmūdu Aali [Njaay] alla chez l’Almaami Abdul et lui demanda un endroit pour habiter. L’Almaami lui donna la cuvette de Gawdal [Ng 8] au Ngenaar.

28Lorsqu’ils [les gens de Mahmūdu Aali] commencèrent à s’installer, les Jimeyaaɓe qui les connaissaient, puisqu’ils s’étaient rencontrés à Gawde Boofe, partirent chez l’Almaami et lui demandèrent de leur donner Mahmūdu Aali pour qu’il soit leur imām. L’Almaami leur dit : « Vous ne voulez pas quelqu’un d’autre ? » Ils répondirent : « Nous ne voulons que lui. » L’Almaami leur dit alors : « Le lézard a ramassé le bois avec lequel il sera grillé ! » Expression qui devint ensuite un dicton, car l’Almaami connaissait la fermeté et la brutalité de Mahmūdu Aali.

29On appela alors Mahmūdu Aali et on l’informa du désir des Jimeyaaɓe et de leur chef, à l’époque Malal Hammadi Bookar, qui tenait à ce que Mahmūdu Aali s’installât chez eux. Celui-ci accepta et fut le premier à quitter avec eux Gowdal pour Wudduru [242a].

30Au moment où les Jimeyaaɓe et les Njaayɓe s’associèrent à Wudduru, un conflit éclata entre eux à cause des terres. Ils se rendirent alors chez l’Almaami afin qu’il départage et qu’il délimite une frontière entre leurs terres respectives.

31Lorsqu’ils furent devant l’Almaami et lui racontèrent le problème, celui-ci dit à Malal Hammadi, le chef des Jimeyaaɓe : « Ne t’avais-je pas dit auparavant que “le lézard a ramassé le bois avec lequel il sera grillé”, mais tu ne m’as pas écouté. Retournez donc [à votre village] et que Malal Hammadi et ses gens gardent les terres qu’ils avaient défrichées et peuplées, et que le reste des terres non défrichées aille aux Njaayɓe. »

Tabl. 6. Charte politique de Gaawol [Ng 1]. Elfekki Añ.

Tabl. 6. Charte politique de Gaawol [Ng 1]. Elfekki Añ.

Sources : Vidal (M.) 1924, pp. 61-62, 89 ; Abdul Ceerno Añ (58 ans), chef de village, Baylaa Mammadu Añ (48 ans), Muusa Mammadu Añ (58 ans).

32Ce Malal Hammadi est Malal Hammadi Bookar Delo Niima Teŋella [Bah], duquel sont issus des Jimeyaaɓe Wudduru, et dont le chef porte le titre de Joom Jaalal. Il mourut à la bataille de Bunngoowi.

33Les Njaay sont puissants à Wudduru, Saaraaji, Duudi et Kake.

34Auparavant, ils avaient l’habitude de nommer comme chef le plus âgé d’entre eux, même s’il était d’un autre village. A ce titre, il recevait comme part de viande le diaphragme (biwol), les impôts sur les récoltes des terres destinées au trésor public (bayt al-māl) et les redevances des propriétaires des maisons, dont étaient exemptes celles de leurs familles.

35Leur chef porte le titre de Ceerno Njaay et, comme il a été dit auparavant, ils portent ce titre au nom de Gumde. Cependant, il n’y eut parmi eux aucun almaami du Fuuta, d’après ce que nous savons.

36Ils ont la même origine que les Njaayɓe Bakkel, les Njaayɓe Hoorefoonde [Bo 15] et leurs semblables. Ils sont tous originaires du Jolof.

Histoire des Elfekki Añ

37Taabure est, lui aussi [242b], originaire du Wagadu, d’après ce qu’on dit, d’un de ces villages appelé Narwaballa.

38Il errait sur terre au moment où il fut accueilli par les gens de Koli. [Son clan] était en déplacement au moment où il rejoignit les guerriers de Koli, lors de leur émigration au Fuuta.

39Koli commença à poser des questions à Taabure sur des événements passés et celui-ci répondit avec exactitude. C’est pour cela que Koli le traita avec égard et générosité et l’emmena avec lui au Bajar, puis au Jolof, et ensuite au Tooro.

40Taabure est dérivé de taabaane, qui signifie « un seul pied » dans la langue des Aswaanik, c’est-à-dire des Sarakolle, auxquels Taabure appartenait. On dit aussi que Taabure étant boiteux, son nom signifie dans leur langue « le pied malade ».

Les Elfekki du Tooro

  • 5 On trouve un autre Elfekki qui porte le patronyme Ndongo à Dado dans le Tooro [To 2]. D’après les t (...)

41Taabure resta au Tooro avec le reste de l’armée de Koli et se maria avec la fille de l’Elfekki Gede du clan des Aaw5.

42Lorsque sa femme fut enceinte, Taabure la quitta. Il se peut qu’il ait rejoint les gens de Koli et se soit installé avec eux avant qu’il parte à Tummbere Gumde, et Allah le Très-Haut est plus savant.

43La femme accoucha par la suite d’un garçon qu’on appela Maat Taabure. Lorsque celui-ci atteignit la majorité, son grand-père maternel, l’Elfekki Gede, mourut en ne laissant que des enfants en bas âge. On alors à Maat Taabure de succéder à son grand-père, jusqu’à ce que les enfants de celui-ci grandissent.

44Il accepta et fut appelé Elfekki Maat. Quand ses oncles maternels eurent grandi, il leur rendit le pouvoir.

45Cependant, il continua à porter le titre d’Elfekki, malgré son abdication, jusqu’à sa mort au Tooro.

46Ses enfants, Aali Maat, Soy Maat et Hammee Maat, [243a] quittèrent ensuite le Tooro pour se rapprocher du Satigi.

Les Elfekki intronisateurs des Satigi à Horkaƴere [Da 17]

47Il se peut qu’ils se soient installés à Tummbere Gumde [Br 12] après la mort de leur grand-père, Taabure, et qu’ils y soient restés jusqu’au déclin des Deeniyankooɓe, suite au conflit entre Sammba Gelaajo et Konko. Ils partirent ensuite à Horkaƴere [Da 17] où ils habitaient avec le Satigi Sule Njaay.

48Ils appelaient leur chef Elfekki, allusion au titre de leur ancêtre Elfekki Maat Taabure.

49Leur chef était traité avec égard et respect par le Satigi, à cause du prestige dont jouissait leur ancêtre Taabure.

50C’était leur chef, l’Elfekki, qui intronisait le nouveau Satigi et lui mettait le turban sur la tête. Joom Jaalal [Bah] lui donnait alors trois esclaves ou un cheval d’une valeur équivalente.

51Ils faisaient partie des chefs des guerriers Koliyaaɓe, qui étaient les chefs de la province du Ngenaar.

52Ils avaient commencé à passer la saison froide à Jannjooli [Ng 30], et l’hivernage à Sende. Leur chef à cette époque était Aali Maat. C’est lui qui avait épousé une femme des gens de Jiinge [appelée] Defaa Raamata Lamin, fille de la sœur de Siree Lamin et Aali Lamin [Talla].

53Après la mort de Aali Maat, son fils, Sammba Defaa, lequel est Sammba Aali Maat Taabure, lui succéda. Il était l’un des plus célèbres chefs du Ngenaar.

54Parmi les enfants qui lui succédèrent après sa mort, il y a Maat Sammba et Aatumaani Sammba [243b]. C’était ce dernier qui était parti avec les gens de Gajak, à Giray [Ng 2], où ils s’étaient installés. Il mourut et fut enterré à Tulumel Giray, un endroit à l’est de Giray, du côté de Yuwlewute. [Ce village] fut par la suite déserté de ses habitants et devint un tas de ruines.

Ralliement de Maat Sammba [Añ] et des Koliyaaɓe aux Tooroɓɓe

55Maat Sammba Defaa jouissait d’un grand prestige auprès du Satigi, a tel point qu’il l’avait désigné comme l’un des grands chefs du Ngenaar.

56Ceerno Sileymaan Baal lui demanda de l’aide afin de combattre [faire le jihād contre] les Deeniyankooɓe, mais Maat Sammba refusa fermement. Cependant, Ceerno Sileymaan Baal renouvela sa demande jus-demanda qu’à ce que Maat ait accepté, à condition de devenir le chef de tout le Ngenaar, si Ceerno réussissait à s’emparer du pouvoir.

57Ceerno Sileymaan accepta et l’Elfekki Maat commença à soulever les chefs de l’armée contre le Satigi et à les inciter à la désobéissance, bien que [le Satigi?] ait pris leurs filles comme concubines et servantes.

58Les liens entre le Satigi et les chefs de son armée s’affaiblirent, et les Koliyaaɓe finirent par partir à Jannjooli [Ng 30].

59Ceerno Sileymaan entreprit ensuite de combattre les Baydān, qui le tuèrent au Fori [Gorgol].

60Les gens prêtèrent alors serment d’allégeance à l’Almaami Abdul, chez qui les Koliyaaɓe partirent avec Dewa Arwaa, fils de l’Elfekki Maat, qui, quant à lui, était demeuré à Jannjooli [Ng 30] avec le reste de leur famille.

61Maat fut le premier d’entre eux à porter le titre d’Elfekki du Ngenaar, puisque tous les chefs de cette province étaient sous son autorité. On dit aussi qu’il a vécu cent ans.

Installation de Dewa Arwaa à Ciloñ [Bo 30] et fondation de Gaawol [Ng 1]

62Dewa Arwaa et les Koliyaaɓe s’installèrent avec l’Almaami Abdul à Ciloñ. L’Almaami demanda ensuite à Dewa de lui chercher quelqu’un pour protéger la frontière [au niveau] du gué de Gaawol [Ng 1] contre les infiltrations des Baydān, [244a] qui traversaient le fleuve et attaquaient certains villages. Dewa choisit son frère Moodi Maat, qui fut ainsi le premier à s’installer à Gaawol.

63Pendant tout ce temps ils ne s’étaient jamais séparés de la famille de Hammee Kebbe [à tel point] qu ‘Elimaan Yero, un descendant de Hammee Kebbe s’était installé avec Moodi Maat à Gaawol où leurs maisons étaient contiguës.

64Moodi Maat était chargé de la protection [de toute la partie] comprise entre Gaawol [Ng 1] et Yawlewute, un endroit entre Giray [Ng 2] et Jowol [Ng 3]. Or, il avait du mal à l’assurer, puisque c’était au-delà des limites de son territoire. C’est pour cela que l’on avait fait appel à Sammba Siree Maalik, du clan des Jah, afin d’aider Moodi Maat dans sa tâche.

65Sammba Siree, qui venait d Aaañam Wuro Siree, s installa a Giray, afin de protéger son gué. Il se maria, par la suite, avec la sœur de Moodi Maat qui lui donna Ismaayla Sammba Siree, qui mourut lors de son émigration avec le Shaykh al-Hājj Umar. De sa descendance, il ne reste actuellement que des filles.

Généalogie des descendants de Aatumaani Añ

66Nous avons déjà dit que Sammba Defaa avait eu comme entants Maat Sammba et Aatumaani Sammba.

67Citons ici quelques-uns des descendants de Aatumaani, afin de pouvoir parler de Ibraa Jaatara qui est l’un d’entre eux.

68Aatumaani est le père de Jaatara Aatumaani, père de l’Elfekki Ahmadu Jaatara [I] et Ibra Jatara [II], lequel est l’Almaami Ibra Jaatara.

69I. L’Elfekki Aamadu Jaatara est le père de l’Elfekki Muhammadu, de l’Elfekki Aatumaani et de Buubu Siree...

70a) L’Elfekki Muhammadu eut comme enfants Baydi Elfekki et Abdul Elfekki…

71b) L’Elfekki Aatumaani eut comme enfants Muhammad Elfekki, Umar Elfekki, Hammid Elfekki, Bayda Elfekki, Jaatara Elfekki et Abdul Elfekki, lequel était commerçant à Kaay où il mourut [244b].

72Muhammad Elfekki a comme enfants Malal, Haashim et Abuu. Ils sont tous célibataires actuellement.

73Umar Elfekki Aatumaani est le propriétaire de ma maison à Hulde.

74Hammid Elfekki a comme enfants Muhammad Hamīd, qui est actuellement au-delà de la mer salée, dans le pays des Français. Sa mère est Deñnce, fille de Siree Diiye, un Deeniyanke, qui était le chef de Padalal [Da 16]. [Les autres] enfants de Hammid Elfekki sont Ibrāhīm, Baaba, ‘Abd Allah, Buubu Siree, Bayla, Umar et Malal.

75Bayla Elfekki Aatumaani est à Hulde actuellement. Je le connais personnellement.

76Jaatara Elfekki est à Hulde, lui aussi. Il est le père de Yaḥya, qui apprend le français maintenant à Gori, et d’autres enfants.

77c) Quant à Buubu Elfekki Ahmad Jaatara, lequel est Buubu Siree, il est le père de Malal Buubu, qui était le chef du canton (dīwān) de Liitaama en Mauritanie, et qui fut limogé et mourut peu après. Il est le père d’un enfant appelé Ahmad Jaatara.

78II. L’Almaami Ibra Jaatara est le père de Bayla Almaami Ibra, père de l’Elfekki Ahmad Bayla, qui était le chef du dīwān du Ngenaar Sina, et qui est mort. Qu’Allah l’ait en Sa miséricorde. Il était tendre, pleurait beaucoup et ne se séparait jamais du Coran. Il était très généreux, patient, courageux, éloquent, pudique et viril. Il m’aimait beaucoup et me préférait à plusieurs hommes de savoir. Qu’Allah nous et lui pardonne, amīn !

79Il est le père de Muhammad Elfekki, le chef actuel de Gaawol [Ng 1], et de notre disciple et bien-aimé, l’Elfekki Sammba Defaa, actuellement chef du canton du Ferlo, dans la circonscription de Maatam.

80Muhammad Elfekki, le chef du Gaawol, est le père de Sammba Muhammad, connu sous le nom de Sammba Defaa.

81L’Elfekki Sammba Defaa, fils de l’Elfekki Ahmad Bayla, a comme enfants actuellement Ahmad Sammba, Abdul Sammba et ‘Abd Allah Sammba. Qu’Allah augmente leur nombre. Amin ! Amīn !

Sinncu Jomjoor [Bo 14], Joŋto et Sillanaaɓe [Bo 13]

82Sache que la limite entre le Ngenaar et le Booseya passait, au début, par une petite colline à l’est du cimetière de Gaawol [Ng 1]. à côté de Silkel Aali Gaari. C’était en même temps la frontière entre Farba Jowol et Jaagaraf Joŋto [Bo 13], avant Koli, d’après ce qu’on dit [245a].

Tabl. 7. Charte politique des villages de Joŋto/Sillanaaɓe [Bo 13]. Jaagaraf Soh/Ceerno Silla

Tabl. 7. Charte politique des villages de Joŋto/Sillanaaɓe [Bo 13]. Jaagaraf Soh/Ceerno Silla

Sources : Jaagaraf Aamadu Soh, Elhajji Aamadu Saar, Mammadu Umar Saar, Jibi Mawdo Congan, Sidi Mammadu Saar, Sammba Hammadu Saar, Saydu Sammba Cooy, Bookar Hammadi Saar, le 16/6/84.

Tabl. 8. Charte politique de Sinncu Jomjoor (Diomdior) [Bo 4]. Jaagaraf Soh.

Tabl. 8. Charte politique de Sinncu Jomjoor (Diomdior) [Bo 4]. Jaagaraf Soh.

Source : Yahyaa Hammadi Soh (70 ans), le 16/6/84.

83Gaawol donc se trouvait dans le Booseya, comme vous l’avez déjà appris.

84Les gens de Sinncu furent les premiers à avoir habité Gaawol. Ils l’avaient quitté ensuite pour aller s’installer à Joŋto, mais comme les bords du fleuve s’effondraient souvent à cet endroit, ils étaient revenus à Sinncu Jomjoor [Sintion Diomdior, Bo 14].

85Ils sont les maîtres du célèbre Wallere Joŋto, qu’ils avaient possédé avec les Caamɓe [Caam].

86Les Caamɓe faisaient partie des gens de Sinncu Jomjoor, mais, après l’introduction de la religion [musulmane] et l’installation des Sillanaaɓe à Sillaa [Bo 13], ils avaient rejoint ces derniers et avaient cessé d’habiter avec les gens de Sinncu par honte, à cause de l’ignorance [religieuse] de ces derniers ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Généalogie des descendants de Maat Sammba Añ

87Voyons maintenant les descendants des fils de Maat Sammba, Dewa Aarwa et Moodi Maat.

  • 6 Voir le chapitre suivant.

88Dewa Aarwa était l’un des grands chefs du Ngenaar. Il était contemporain de l’Almaami Abdul et habitait avec lui à Ciloñ [Bo 30], comme nous l’avons déjà vu. C’était lui qui avait brûlé toute la récolte des céréales de l’Almaami lorsqu’il était en conflit avec les gens du Fuuta, ainsi que nous allons le voir6.

89Il est le frère de Moodi Maat. Leur père est Maat Sammba Defaa, qu’on appelle Demmba Maat, père de Siidi Demmba, père de Maat Siidi et Bayla Siidi.

90Maat est le père d ‘Elimaan Maat et Bayla Maat, que j’ai connus personnellement.

91Quant à Bayla Siidi, il est le père de Bookar, qui est à Kaay actuellement, et Buubu Siree Bayla Siidi, qui est à côté de Sarlinu actuellement.

92Moodi Maat fut le premier d’entre eux à habiter à Gaawol, à la demande de l’Almaami Abdul.

93Il est le père d’Ahmad Moodi, d’Abdul Moodi et d’Umar Moodi.

94Ahmad Moodi est le père de Mammadu Ahmad, père de Taabure Mammadu et de Maat Mammadu, qui sont en vie actuellement et habitent à Gaawol [Ng 1]

95Quant à Abdul Moodi, il est le père de Aatumaani Abdul, père d’Ahmad Aatumaani, qui est à Fatik actuellement.

96Et Umar Moodi [enfin] est le père de Hafsa Umar, mère de Ceerno Hadiya, qui est à Giray [Ng 2].

Les histoires drôles de Hammee Añ

97Il y avait avec les gens de Gumde, au moment où ils habitaient en Mauritanie à l’époque du Satigi, un homme farceur originaire des Sal de Gede. Cet homme tua une personne, puis s’enfuit à Tummbere [Br 12], où il demanda la protection de Taabure, ou de son fils, qui la lui accorda et lui donna son patronyme Añ. L’homme, qui s’appelait Hammee Sal devint donc Hammee Añ. Il était aussi d’une très grande beauté. [Taabure, ou son fils] dit aux gens : « C’est mon fils. Celui qui le touchera, je le tuerai. »

98Les blagues de Hammee Añ sont à l’origine de celles que font les gamins [maintenant].

99[Par exemple], quand il avait un plat sans sauce, il partait sur les routes et attendait que l’une des femmes peules qui troquait du lait contre des céréales passe, et il lui disait : « Tu veux faire du troc [avec moi] ? » Si elle répondait affirmativement, il lui disait : « Pose donc le lait [qui est sur] ta tête. » Et lorsqu’elle le posait, il jetait son repas dedans. La femme peule se mettait à crier : « Tu as gâté mon lait ! », et Hammee Añ lui disait : « Sépare ton lait de mon repas et rends-le moi. » Ce qu’elle faisait. De cette façon, il arrivait à avoir de la sauce pour son repas.

100Autre histoire drôle. Le Satigi avait un beau cheval gras, mais il était difficile à monter. Hammee Añ avait dit au Satigi : « Si tu me confies ton cheval, il deviendra très docile. » [245b] Le Satigi le lui confia, et Hammee Añ l’avait pris chez lui et l’avait enfermé pendant une semaine sans lui donner ni à manger ni à boire, sauf de quoi le tenir en vie. Lorsqu’il l’avait ramené au Satigi, le cheval était tellement fatigué qu’il ne tenait plus debout. Le Satigi dit alors à Hammee : « Qu’est-ce que tu as fait, Hammee ? Tu as tué mon cheval ! Je n’ai plus besoin de lui maintenant. » « Mais Seigneur », avait répondu Hammee « il est docile maintenant ! Mais cela dit, si tu ne le veux plus, donne-le moi ! » Et Satigi le lui avait donné.

101Parmi les blagues qu’il racontait, il y a également celle-ci. Il était une fois invité dans la famille de sa femme. Sa belle-mère, qui préparait le repas, ne trouva pas la louche, que nous appelons dans notre langue kuundal ou holfo. Hammee avait vu où elle se trouvait, mais il n’avait pas osé, par pudeur le dire à sa belle-mère. Il se tourna alors vers son élève et lui dit : « Quel stupide tu es ! J’essaie de t’apprendre depuis que le soleil est en face de cette louche – et il la désigna du doigt – et jusqu’à maintenant tu n’as rien compris ! » Et c’est de cette façon que sa belle-mère sut où se trouvait la louche.

102Autre blague : il était à nouveau invité dans la famille de sa femme, mais il n’était arrivé qu’après le repas. Ils commencèrent à lui dire : « Tu nous as fait honte ! Tu n’es arrivé qu’après l’heure du repas. » Hammee se tut, puis il dit à son élève : « Ton problème est simple comme paggiri : qu’on lui enlève la peau ou qu’on le lave [simplement], on peut le manger, et à plus forte raison si on le pile car cela devient du kodde. » La famille de sa femme comprit et lui prépara du kodde.

103Le kodde se prépare de la façon suivante : on grille des épis, puis on prend les céréales et on les pile jusqu’à ce qu’elles deviennent de la farine. Ensuite on mouille cette farine et on la met dans un mortier afin d’obtenir une pâte qu’on appelle kodde. Quant au mot paggiri [246a] il désigne les céréales [qu’on cultive] dans l’eau et que les Baydān appellent mutri dans leur langue.

104Il racontait également cette histoire : Hammee savait qu’il y avait de la viande séchée dans la maison de la famille de sa femme. Un jour, il s’isola avec le frère de sa femme, qui était très jeune, et lui dit : « Vous avez toujours de la viande séchée ? » L’enfant répondit affirmativement, et Hammee lui dit : « Cependant, votre maison est fermée partout.

  • Non, notre maison n’est jamais fermée.

  • Où est votre viande séchée ?

  • Dans le magasin.

  • Mais votre magasin est bien fermé ?

  • Non. Notre magasin n’est jamais fermé.

  • Mais vous ne dormez pas la nuit ?

  • Si, ma famille dort beaucoup, à tel point que nous ne faisons la prière d’al-Subh (l’aurore) qu’après le lever du soleil. »

105A la tombée de la nuit, Hammee alla au magasin, l’ouvrit et y entra. Il commença à manger la viande séchée, jusqu’à ce qu’il s’endorme dans le magasin. Le lendemain matin, la famille de sa femme remarqua que le magasin était ouvert, et on commença à chercher celui qui avait fait cela.

106Hammee se leva et dit : « Je dors mal et je suis somnambule. Je suis entré dans le magasin en dormant », puis il sortit du village et s’assit. Chaque fois que quelqu’un vint à passer, Hammee lui demanda ce qu’on racontait à Gumde. Si le passant répondait qu’on ne racontait rien, Hammee lui disait : « Tu ne viens pas de Gumde ! »

107Il continua ainsi jusqu’à ce qu’un groupe de gens passe, et Hammee leur posa la même question. Ils répondirent : « Les gens racontent que Hammee Añ a passé la nuit à manger de la viande séchée de la famille de sa femme dans leur magasin. » Hammee leur dit alors : « Vous venez vraiment de Gumde ! » Expression qui devint un dicton, qui se dit jusqu’à maintenant pour celui qui apporte la véritable nouvelle. On dit : « aan dawi Gumde », c’est-à-dire: « C’est toi qui as quitté Gumde tôt le matin. » Et Allah le Très-Haut est plus savant.

108Les farces et les blagues de Hammee Añ sont nombreuses, et l’on raconte qu’elles sont à l’origine de celles que les taalibe (al-Talāmidh) danseurs font maintenant dans le Fuuta [246b].

109On dit qu’à l’origine de cela, le père (ou l’homme) remplissait un plat de couscous la nuit, puis il demandait à sa fille aînée d’aller le distribuer aux taalibe.

110Du temps de l’Almaami Yuusuf [Lih] jusqu’à celui de Shaykh al-Hājj Umar, les taalibe avaient rendu obligatoire cette pratique. A chacune de ces deux époques, un taalibe s’était illustré dans ce domaine. A la première, ce fut Bīr Keldi, d’après ce qu’on dit, et à la seconde, Dewa Tabbuure Dimmbam.

111Fin de l’histoire de Gumde. [Cependant], nous reparlerons beaucoup d’eux dans l’histoire des Banɓe (ou Panɓe) et nous y évoquerons la suite de leurs chefs, si Allah le Très-Haut le veut.

Histoire des Talla, Ceerno Jiinge et Ceerno Ngappugu

112C’est-à-dire ceux dont la patronyme était Tarawore est devenu Talla. Tarawore provient des Sarakolle. Il correspond à Dembele en bambara et à Joob en wolof. Quant au terme Tarawore, il signifie « la grande oreille » chez les Sarakolle, d’après ce qu’on dit ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

113Ce qui est sûr, c’est que les Tallakoronaaɓe sont des Sarakolle d’origine. Ils ont émigré du Wagadu dans le Kiŋngi, suite à la multiplication de conflits qui y avaient éclaté, et étaient partis au Fuuta. Leur chef à cette époque était Aali Lamin, le frère aîné de Siree Lamin.

Aali Lamin Talla, ancêtre des Ceerno Jiinge

114Ils étaient passés sur la rive droite, jusqu’à ce qu’ils arrivent à un endroit situé à l’est de Ngijiloñ [Ng 6], et s’y étaient installés. Puis ils l’avaient appelé du même nom que leur village d’origine, Jiinge, dans le Wagadu. Car Jiinge est un village situé dans le pays de Koodaala, qui est intégré au Baaxunu, tandis que le Wagadu est également dans le Baaxunu même ; et Allah est plus savant.

115Aali Lamin était leur maître spirituel, et leur chef. On l’appelait Ceerno Jiinge, titre qu’on avait commencé à donner, dans notre pays, à tout chef de Jiinge, et ce jusqu’à maintenant, septembre 1919.

Siree Lamin Talla, ancêtre des Ceerno Ngappugu

116Siree Lamin, qui voulait devenir chef, les avait quittés par la suite, et s’était installé dans un endroit qu’on a appelé Ngappugu, puisque, lorsque Siree Lamin s’y était installé avec ceux qui l’avaient suivi, les gens disaient : « Sirene affantu wuroŋe ? », c’est-à-dire, « Est-ce que Siree va fonder un village ici ? » On avait alors appelé cet endroit Ngappugu, qui veut dire « un village nouvellement créé... » [247a] On appelait Siree Lamin, Ceerno Ngappugu, qui devint son titre et celui de tout chef issu de sa descendance jusqu’à maintenant.

117Aali Lamin et ses gens quittèrent ensuite leur village et partirent s’installer dans un endroit appelé Tummbere Jiinge [Br 12], à l’est de Jowol [Ng 3], sur la rive mauritanienne.

118Après la mort de Aali Lamin, son fils, Ibra Aali Lamin, lui succéda. Il en fut de même pour son frère, Siree Lamin, qui fut remplacé après sa mort par son propre fils, Bookar Siree.

Repli sur la rive gauche et dispersion des Talla

119Lorsque les attaques des Baydān se multiplièrent, ils quittèrent les deux villages et longèrent le fleuve vers le Tooro. Quand il y furent arrivés, ils traversèrent le fleuve et entrèrent au Sénégal. Ils décidèrent ensuite d’aller s’installer près du Satigi, qui résidait à cette époque à Horkaƴere [Da 17], afin qu’il les protège

120Sur le chemin de retour, certains se fixèrent à Ceelaw [To 21], d’autres à Marda [To 24], d’autres à Haayre [La 4], d’autres à Aañam Goli [Bo 20], et d’autres enfin à Dumnga Wuro Ceerno Demmba [Ng 16].

121Ibra Aali Lamin mourut lors de cette émigration, et fut remplacé par son fils, Ma‘ādi Ibra Aali Lamin.

Les Ceerno Jiinge Talla

Les Ceerno Jiinge à Horkaƴere [Da 17] et au Ɓunndu

  • 7 Repris en grande partie in O. Kane 1986.

122Les gens de Jiinge, avec leur chef Ma‘ādi Ibra Aali Lamin, s installèrent, pendant un certain temps, avec le Satigi à Horkaƴere [Da 17]7.

123Une partie d’entre eux partit ensuite au Ɓunndu. Certains d’entre eux s’installèrent dans un village appelé Koñan, où leur chef porte le titre de Ceerno Jiinge jusqu’à maintenant, et d’autres encore s’installèrent dans un village appelé Jamweli où leur chef porte également le titre de Ceerno Jiinge, jusqu’à maintenant aussi.

124Les Labboyaaɓe et les Duganaaɓe, qui sont deux clans Seɓɓe attachés au Satigi, étaient les plus proches de Ceerno Jiinge Ma‘ādi parmi les autres clans. Il se peut qu’ils aient cohabité.

Leur installation à Hammadi Hunaare [Da 14-1]

  • 8 Sur Hammadi Hunaare, voir Vidal (1924, p. 96), et surtout la monographie dont a été tiré l’article (...)
  • 9 Ces lieux peuvent être localisés sur la carte de Schmitz et Sow (1989).

125Une partie d’entre eux partit par la suite à Hammadi Hunaare8 et défricha des terrains de jeeri qui s’y trouvaient. Ils demandèrent ensuite au Satigi de les autoriser à s’y installer avec Ceerno Jiinge Ma‘ādi et ses gens. Le Satigi accepta, et il se peut qu’il ait donné à Ceerno Jiinge les terrains de cultures de décrue suivants : Jeli Baawe Aalinaaɓe, Wallere Galle Ganna, Falo Muduku Buubu et Jaŋngel Demmba Aamadu9, jusqu’à la limite du territoire du village de Booseyaaɓe [Da 15] ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Tabl. 9. Charte politique de Hammadi Hunaare [Da 14-1, 2, 3, 4]. Ceerno Dem.

Tabl. 9. Charte politique de Hammadi Hunaare [Da 14-1, 2, 3, 4]. Ceerno Dem.

Source : Vidal (M.) 1924, p. 96.

126Hammadi Hunaare [Da 14] est le nom d’un village au Damnga, situé au nord du marigot de Julol, qui prend naissance entre Waawnde [Da 20 et Njella [Da 23]. Hammadi est le nom d’un chasseur-pêcheur, et Hunaare est le nom de sa mère. Il venait à cet endroit afin de pêcher dans le marigot et de chasser dans le jeeri.

127[247b] On disait à celui qui voulait de la viande : « Va voir (chez) Hammadi Hunaare ! »

128Hammadi Hunaare venait à cet endroit seulement pour y pêcher et chasser, puis il repartait chez lui, alors on avait fini par donner son nom à cet endroit qui était désert, jusqu’à ce qu’[une partie des gens de Jiinge] s’y soient installés.

Les Dem de Hammadi Hunaare

  • 10 Les Dem portent également le titre de Ceerno et sont à la tête des quatre quartiers. D’après Leblan (...)

129On dit que leur arrivée à Hammadi Hunaare coïncida avec celle des Dembuube [Dem]10, qui venaient du Jolof. On dit aussi que les Demdemɓe ont plus de terres de décrue que les Talla (Ceerno Jiinge). Quant aux terres de jeeri, chaque fois que les gens de l’un d’entre eux (Dem OU Talla) en cultivaient une parcelle, ils en prenaient une parcelle comme impôt. C’était leur coutume auparavant, mais actuellement je ne connais pas les limites de leurs terres.

Le quartier Maabo de Hammadi Hunaare [Da 14-3]

  • 11 Pourtant, les Maabuɓe sont parmi les rares artisans spécialistes à être chefs de territoire et à fo (...)

130A Hammadi Hunaare, il y aussi les Maabuɓe. Ils constituent un groupe spécialisé : les hommes sont tisserands et cultivateurs, tandis que les femmes sont potières. On les considère communément comme des gens vils, bas, cupides, et mendiants, et ils sont les clients des Dembemɓe11.

Les Jaawara de Hammadi Hunaare [Da 14-4] et d’ailleurs

  • 12 Actuellement, le chef de village est un Jaawara.

131Les Sarakolle, qui forment une autre composante d’Hammadi Hunaare, choisissent leur chef, jusqu’à maintenant, parmi les Jaawara12. Ils sont originaires du Kaarta, qu’ils avaient quitté suite à un conflit interne.

132Ce conflit avait éclaté après la mort [de l’un de leurs] rois. Son fils, Silaamaka, et son frère [celui du roi], Bannjugu, se disputèrent le pouvoir.

133Bannjugu dit à Silaamaka, qui était plus âgé que lui : « Le pouvoir me revient puisque tu es le fils de mon frère. » « Certes, lui répondit celui-ci, mais je suis plus âgé que toi. »

134Les nombreux frères consanguins de Silaamaka se mirent tous contre leur oncle, Bannjugu. Celui-ci fit appel à leurs souverains, les Masalankoobe [Masasi], qui lui prêtèrent de l’aide et chassèrent [Silaamaka et ses partisans] hors du Kaarta.

  • 13 Voir infra, le chapitre suivant.

135Ceux-ci partirent à l’ouest, vers le Fuuta, qu’ils atteignirent après plusieurs haltes. Arrivés au Fuuta, ils trouvèrent l’Almaami Abdul en route vers le Kajoor où allait se dérouler la bataille [de Bunngoowi13] ils lui envoyèrent des hommes pour combattre avec lui et des messagers pour lui demander l’autorisation de s’installer dans ses terres. L’Almaami Abdul, qui se trouvait à Appe à cette époque, les autorisa à s’installer où ils voulaient au Fuuta.

136Chacun d’entre eux choisit un endroit, et ils se divisèrent alors en plusieurs factions.

  • Leur chef à l’époque, Bay Jumay, choisit Hammadi Hunaare [Da 14], où il fut à l’origine des jaawaraŋnkooɓe, qui y habitent actuellement.

  • Gallere, un des leurs, choisit Fajar, où il fut à l’origine de ses actuels habitants.

    • 14 A Sooringo Seɓɓe ainsi qu’à Fajar [Da 32], les Jaawara fournissent encore actuellement les chefs de (...)

    Gata choisit Sooringo [Da 6]14.

  • Enfin, Sammba Neyba choisit Kanel [Da 4], où ses descendants habitent toujours. Ils sont devenus des pêcheurs et on a oublié qu’ils sont des Jaawara à l’origine et qu’ils ont abandonné la tradition des Sarakolle et ne parlent plus leur langue [248a].

  • Farimaka choisit Seeno Kaliduyaaɓe.

  • Fullu Muttaar choisit Nabbaaji [Ng 21].

  • Muusa Daabo choisit Ɓokkijaawe [Ng 12].

  • Kuta Maamadi choisit Saadel [Ng 7].

  • Moodi Kannja choisit Caannkoñ [Ng 27].

  • Daba Mawɗo choisit Njum [To 19], etc., et tous sont des (ahl) Jaawara.

137Une grande partie d’entre eux se trouve aussi dans le Ɓunndu, et à part ceux qui sont à Kanel [Da 4], ils sont tous restés des Sarakolle, et ont gardé leur langue et leurs coutumes jusqu’à maintenant.

138Ils ne sont pas chefs de territoires ou de domaines fonciers au Fuuta, mais ils louent les terres et ne prétendent jamais en être les propriétaires.

139Ils rentrent rarement en conflit avec les autres, et le fait qu’ils soient venus avec leurs chefs, les Jaawara, en est peut-être la raison.

Les Ceerno Ngappugu Talla de Sinncu Bamammbi [Da 7]

140Revenons à ce dont nous parlions [c’est-à-dire] l’histoire des Tallakoronaaɓe.

141Bookara Siree Lamin mourut pendant leur émigration. Il fut remplacé par son fils, Ceerno Baaba Bookara Siree Lamin, dont le premier domicile [après l’émigration] fut Kulluga, un endroit près de Hammadi Hunaare [Da 14]. Il le quitta après et s’installa à Banaaji [Da 18].

142Des parents à lui, riches en bestiaux, découvrirent des terres noires bonnes pour la culture et le pâturage – ñaaruwal –, à l’endroit où se trouve l’actuel Sinncu Bamammbi [Da 7]. Ils informèrent Ceerno de leur découverte et lui demandèrent de partir s’installer avec eux là-bas, ce qu’il fit.

143Les arbres al-‘ushr, que les Baydān appellent tūrze, et que nous, gens du Fuuta, appelons bamammbi, se trouvaient en grand nombre dans cet endroit. C’est pour cela que les gens appellent ce village Sinncu Bamammbi. Sinncu désigne un lieu nouvellement habité et dont la population est peu nombreuse.

144Ils y habitent jusqu’à maintenant.

145Le titre (laqab) de tout chef choisi parmi les descendants de Siree Lamin est jusqu’à aujourd’hui Ceerno Ngappugu, car ce fut le titre de leur aïeul, Siree Lamin lorsqu’il s’installa à Ngappugu, comme nous l’avons déjà vu.

146A Sinncu Bamammbi habitent [aussi] les Ngappugunaaɓe, qui étaient avec [les Talla] à l’époque de Siree Lamin, et les Njaaruwalnaaɓe, qui avaient indiqué cet endroit à Ceerno Baaba et s’y étaient installés avec lui.

Le partage des terres de décrue à Sinncu Bamammbi [Da 7] entre les enfants de Ceerno Baaba (1-4)

147[248b] Certains d’entre eux prétendent que leurs terrains de cultures de décrue appartenaient aux [affranchis] Labboyaaɓe et que c’était le Satigi qui les avait arrachées à ces derniers et les leur avait données.

148D’autres prétendaient que ces terres appartenaient aux Peuls Raŋaaɓe, qui habitaient à Kellol et à Andiyari, et que [les Tallakoronaaɓe] se les étaient appropriées grâce au Satigi et les avaient partagées entre eux. On dit aussi qu’elles appartenaient aux Peuls jooɓɓe [Kah], d’autres disent aux Hontorɓe ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Tabl. 10. Charte politique de Sinncu Bamammbi [Da 7]. Ceerno Ngappugu Talla

Tabl. 10. Charte politique de Sinncu Bamammbi [Da 7]. Ceerno Ngappugu Talla

Sources : Vidal (M.) 1924, pp. 94-96 ; Kaali Talla, le 24/4/83.

149Ils avaient ensuite partagé les terres entre eux à la mort de Ceerno Baaba. Ils avaient donné :

  • à Hammee Baaba [les terres de] Bolol et Baarol Atu,

  • à Sa‘īd Baaba [les terres de] Lawbewol,

    • 15 On retrouve tous ces terrains de cultures dans la toponymie qui a été relevée et localisée par A. L(...)

    à Hamza Baaba [les terres de] Nimsaani – nimsaani veut dire « qui n’a pas regretté », peut-être parce que celui qui les cultive ne le regrette pas – et aussi [les terres de] Maaykal Dommka, ce qui veut dire « mort de soif », à cause de la rareté de l’eau dans ces terres pendant la récolte des cultures de décrue, car celle-ci se fait généralement au mois d’avril et mai [saison sèche], au moment où la chaleur devient terrible au Fuuta15.

  • 16 Winnde désigne en pulaar un ancien lieu habité. C’est donc l’inverse de sinncu qui est le nom d’un (...)

150Hamza Baaba possédait aussi quelques terrains à Aañam Goli [Bo 20], et je ne sais pas si leur possession datait d’avant ou d’après le partage des terres ; et Allah le Très-Haut est plus savant. On dit que les gens de Ngappugu avaient habité à l’ouest de Aañam Goli [Bo 20] lors de leur émigration du Tooro à Horkaƴere [Da 17]. Il y a là-bas un endroit qui s’appelle jusqu’à maintenant, Wiinde Ngappugu16.

151Lorsqu’ils s’installèrent à Sinncu Bamammbi et que la religion [musulmane] triompha, l’Almaami Abdul voulut nommer un percepteur de redevances parmi les gens du savoir [i.e. les Tooroɓɓe], à Aañam Goli [Bo 20]. Les gens de Ngappugu choisirent Hamza Baaba, qui, diton, était le fils aîné de Ceerno Baaba, et l’emmenèrent chez l’Almaami Abdul qui accepta ce choix, d’autant que l’Almaami était le mari de la sœur de Hamza, Amīna Baaba.

152L’Almaami lui confia la perception des redevances foncières de Aañam Goli [Bo 20], de Wuro Moolo [Bo 19], d’une partie de Hoorefoonde, appelé Jalañol [Bo 15], et d’une partie de Njaayɓe Wuro Siree [Bo 23]. Seul Abuu, des Gaajooɓe d’Aañam Goli refusa de donner l’impôt à Hamza Baaba. Il se peut qu’il l’ait donné directement à l’Almaami sans intermédiaire. Parmi les Gaajooɓe d’Aañam Goli, il y a Sammba Ahmad, qui est mort, et Demmba Ahmad, qui est toujours en vie.

153Après la mort de l’Almaami, Hamza Baaba accapara ses terrains de cultures, comme l’ont fait tous les gens du Fuuta ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Carte 4 : Les terres de décrue des Talla à Sinncu Bamammbi [Da 7].

Villages

Villages

Un signe barré horizontalement signifie que ce sont des descendants d esclaves qui sont majoritaires dans le village

Titres

Ceerno Fayfaajo

Titre de chef de terre, de village contrôlant une ou plusieurs cuvettes de décrue (kolangal) formant un leydi.

(Sal)

Nom d’honneur du lignage à l’intérieur duquel est élu le titulaire chef de terre, de village Titres et noms d’honneur sont portés au moins deux fois, à moins que le village ne soit au centre du territoire
– au centre des terrains de culture contrôlés par le chef de terre
– au-dessus ou au-dessous du village de résidence du chef de terre, de village. Il arrive que plusieurs chefs de terre, de quartier, résident dans le même village.

  • Les descendants de Ceerno Baaba avaient donné [les terres de] Dedal Baaba à Pennda Baaba, mère de Baaba Pennda.

    • 17 On trouve la même tradition dans Vidal (1924, p. 95). Toutefois selon ce dernier, l’aîné de la fami (...)

    Quant aux [terres de] Itital, Lewe et Dedal17, ils avaient décidé le ne pas les partager mais de les laisser à la disposition de celui qui porterait le titre de Ceerno Ngappugu.

La reconstitution du patrimoine par les descendants de Wahaabu Baaba (5)

154Wahaabu Baaba mourut avant son père Ceerno Baaba, mais il avait laissé un garçon appelé Muhammad Wahaabu, à qui on n’avait donné aucune terre puisque son père mourut avant Ceerno Baaba.

155Muhammad Wahaabu entreprit une tournée dans le pays, à la recherche du prestige et du pouvoir. Il habita d’abord à Guuriiki Koliyaaɓe [Da 13] [village de Seɓɓe] sans obtenir ce qu’il cherchait, puis il s’installa à Ciloñ [Bo 30] et s’y maria, et ensuite à Kanel, où il se maria avec Rama Tafsīr Ahmad [Wan].

156Grâce à ces mariages, il jouit d’un grand prestige dont sa descendance a hérité.

157Parmi les enfants qu’il avait eus avec son épouse de Kanel, il y eut un fils qui est connu, Ceerno Haadiya Muhammad Wahaabu, et d’autres [249a]. Ils sont tous de grands notables.

158Les terres de Dunndu [au nord de Da 7], qui sont actuellement dans les mains de certains descendants de Ceerno Muhammad Wahaabu, ou de ses fils, l’Almaami Raasin Selli [1865-1875] ou Aali Selli, appartenaient auparavant aux Jaawamɓe, du clan de Bookum, habitants à Guuriiki. Lors d’un conflit, à propos de la propriété de ces terres, ils avaient sollicité l’aide de Aali Selli [ou Aali Muhammad Wahaabu] contre l’Almaami du Fuuta de cette époque. Après leur extinction, Aali Selli demanda à l’Almaami d’alors, Muhammad al-Mbummbi [Wan] d’après ce qu’on dit, de lui donner ces terres, qui étaient devenues propriété du trésor public (bayt al-māl).

159L’Almaami les lui donna et Aali Selli en resta le propriétaire pendant deux ans, avant qu’il n’émigre avec le Shaykh al-Hājj Umar.

160Son père, l’Almaami Raasin Selli quitta par la suite Ciloñ [Bo 30], le village de sa mère [Selli Lih], et s’installa à Sinncu Bamammbi, le village de son père. Il porta d’abord le titre de Ceerno Ngappugu avant de devenir l’Almaami du Fuuta.

161Les terres de Dunndu passèrent dans ses mains, puisqu’il était son frère, et, lorsqu’il devint l’Almaami du Fuuta, il consolida cette propriété, et ce jusqu’à maintenant.

162Comme la partie occidentale de Saaloor était contiguë à celle de Dunndu, ils l’avaient annexée, car à l’époque ils étaient puissants ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Les alliances matrimoniales avec les autres familles torooɓɓe

163Sache que la famille des Ceerno Ngappugu [Talla] jouit d’un grand prestige au Fuuta, puisqu’ils sont alliés, par mariage, aux autres grandes familles.

164Chaque grande famille des Tooroɓɓe leur a donné une de leurs filles, ou bien, à l’inverse, en a reçu.

  1. Les premiers à avoir contracté mariage avec eux furent les Añ de Gaawol [Ng 1], issus de Taabure. En effet, leur chef à l’époque épousa Rama Lamin, sœur de Aali Lamin et Siree Lamin, et eut des enfants avec elle.

  2. L’Almaami Abdul [Kan] lui aussi épousa la fille de Ceerno Baaba, Amīna Baaba, mais il mourut sans avoir eu d’enfants avec elle.

165Il se peut qu’Amīna Baaba soit morte avant son père, Ceerno Baaba, puisqu’elle n’avait pas eu de part lors du partage des terres, ou bien il se peut qu’elle ait eu sa part des terres et qu’elle les ait données à certains de ses frères ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

  • 18 Dans le chapitre sur le Booseya, Kamara développe les mariages entre les Talla et les Lih, que nous (...)

166Même maintenant, les chefs tooroɓɓe continuent à prendre des femmes chez eux, et eux, de leur côté, se marient avec les femmes des chefs tooroɓɓe18.

167A l’inverse, les membres de la famille des Ceerno Jiinge fréquentaient et se mariaient moins avec les notables tooroɓɓe que ceux des Ceerno Ngappugu, et c’est pour cela que ceux-ci avaient renié et avaient prétendu qu’ils n’avaient pas la même origine et que seul le patronyme les avait réunis, et ce malgré le fait que tout le monde reconnaît qu’ils sont tous des Sarakolle, et que les généalogistes et les griots reconnaissent qu’ils ont la même origine, et que certaines personnes parmi les gens de Ceerno Ngappugu même reconnaissent que leur origine et celle des gens de Ceerno Jiinge sont les mêmes [249b].

168[Cependant], la plupart d’entre eux nie cela, surtout les plus ignorants. J’avais épousé une femme de la famille (āl) de Hammee Baaba et je lui avais demandé s’ils avaient la même origine que les gens de Ceerno Jiinge, et elle avait prétendu qu’elle avait entendu un membre de la famille de Muhammad Wahaabu dire qu’il n’y avait aucun lien entre eux.

169J’appris que c’était la famille de Muhammad Wahaabu qui niait avec le plus de force [toute origine commune avec les gens de Ceerno Jiinge]. Elle se considère supérieure à tous les descendants de Ceerno Baaba, et dit qu’elle est la seule qui mérite de gouverner Sinncu Bamammbi.

Rivalités entre Ceerno Ngappugu et Ceerno Jiinge

  • 19 Il faudrait dire plutôt leadership car selon Touati (1994 : 81) le mot provient de ra’īs
  • 20 Sourate xcvi, 6-7.

170La cause de cette prétention est la succession du pouvoir dans leurs mains de père en fils, car le pouvoir (al-ri‘āsa)19 est la cause majeure de la tyrannie et de l’infidélité (al-kufrān). [Il était dit] dans le Coran : « L’homme en vérité est tyran, parce qu’il ne tient pas compte des autres. »20

171C’est le pouvoir qui a poussé le Pharaon (Fir‘awn) et d’autres à la tyrannie et à l’infidélité, qu’Allah nous préserve. C’est lui aussi qui a poussé de nombreuses personnes à prétendre être d’origine noble (al-sharaf), et c’est lui aussi qui a poussé de nombreuses personnes à rompre les liens avec leurs familles et à renier leurs parents, et à plus forte raison les autres.

  • 21Anwār, pluriel de nawr (et non de nūr), lumière, clarté, illumination, signifie aussi fleurs. (S. (...)

172Le Shaykh ‘Abd al Wahhāb al-Sha‘rānī, qu’Allah soit satisfait de lui et qu’Il fasse du paradis sa demeure, a dit [dans son livre] : Lawāqih al-anwār al-qudsiyya fi bayān al‘ūhūd al-muhammadiyya (« Les Lumières21 sacrées les plus fécondantes pour montrer les engagements muhammadiens ») :

« Nous avons pris l’engagement devant l’Envoyé d’Allah, qu’Allah répande Sa prière et Son salut sur lui, de ne jamais renier notre appartenance à notre père et à notre mère, si Allah élève notre rang dans ce monde, même s’ils sont la lie de la société, comme les paysans, les barbiers ou les balayeurs, et de ne jamais dire “celle-ci est notre mère et celui-ci est notre père”, et taire leur origine.
« Cet engagement peut être violé par de nombreuses personnes qui désirent avoir un rang élevé parmi les gens, comme les Qādī, les agents et les commerçants, et dont l’origine n’est pas connue.
« J’ai même vu un Qādī dont la mère, qui vivait à la campagne, est venue lui rendre visite. A son arrivée, il la salua comme une étrangère, de peur que sa femme, la citadine (al-misriyya), le déshonore à cause de l’origine de sa mère. Il lui dit : “Écoute, vieille femme, si tu dis que tu es la mère du Qādī, je te chasserai [de la maison] et je ne te laisserai jamais y remettre les pieds!”, ensuite, il ajouta : “Donnez à manger à la paysanne !”
« J’ai vu un autre homme qui avait renié son père lorsque celui-ci était venu le voir de la campagne. Il lui avait dit : “Écoute, maudit vieillard, si tu dis que tu es mon père, je ne te laisserai jamais plus mettre les pieds ici”, puis il avait commencé à dire devant ses élèves : “Donnez à manger au paysan !”
« Son père s’était installé à côté de la zāwiya. puis il était rentré chez lui au bout d’un an.
« Si l’un de ces deux hommes avait donné de beaux vêtements à sa mère ou à son père - ce dont ils étaient vraiment capables - puis s’il l’avait fait entrer chez lui, personne ne l’aurait déshonoré, mais c’est l’ignorance et la malédiction d’Allah [qui les avaient rendus comme cela]. Puisse Allah le Très-Haut nous accorder Sa grâce, ainsi qu’à [ces deux hommes] », Amīn ! [250a]

  • 22 Muslim et al-Bukhāri.

173Les deux Shaykhs22 rapportent [que le Prophète a dit]: « Celui qui prétend être [le fils de quelqu’un] qui n’est pas son père, en sachant bien qu’il n’est pas son père, le Paradis lui est interdit. »

174Dans une autre version : « Celui qui renie ses maîtres [ses parents ?] (mawālī) Allah, les anges et tous les gens le maudissent, et aucun de ses [bons] actes ne sera accepté par Allah le jour de sa résurrection. »

175Al-Tabarānī a rapporté [le hadīth suivant] : « Celui qui prétend avoir une origine (nasab) qui n’est pas la sienne est un infidèle (kafara bi Allah), et celui qui renie son origine, même si elle est basse, est un infidèle [aussi]. »

  • 23 Cinq lignes pour expliquer le mot rîf (« campagne, champ  ») d’après al-Qāmūs et Tāj al-‘arūs.

176[23...]

177Le Shaykh‘Abd al-Qādir al-Fāsī, qu’Allah soit satisfait de lui !, a dit dans al-Ajwiba al-ughrā (Les Réponses mineures): « La reconnaissance des liens de sang à la naissance (silat al-rahīm) sont contraignants. Al-Qādī ‘Iyād a dit dans al-lkmāl (L’Achèvement): « Il n’y a pas de doute que les liens de sang sont obligatoires, et les rompre est très grave. »

178Quant aux limites des liens du sang, Shihāb al-Dīn al-Qarāfī a dit dans ses Furū (Développements) d’après al-Turtūshī : « Certains savants (‘ulamā) disent que les liens du sang forment un empêchement que si ces liens sont trop proches. Lorsqu’il y a deux personnes, l’une de sexe masculin et l’autre de sexe féminin, ils ne [peuvent] pas se marier s’ils sont apparentés comme les pères, les mères, les frères, les sœurs, les grands-pères, les grands-mères, les oncles paternels, les tantes paternelles, les oncles maternels et les tantes maternelles.

179Pour les enfants de ceux-ci [les oncles et les tantes ?], la reconnaissance des liens du sang ne sont pas obligatoires, puisqu’ils peuvent se marier entre eux.

180Ce qui valide ces propos, c’est qu’il est interdit de se marier avec deux sœurs, ou avec une femme et sa tante paternelle ou maternelle, car cela rompt les liens du sang.

181Quant au mariage entre cousins et cousines, il est possible, puisque les liens du sang dans ce cas ne sont pas contraignants. »

182Al-Qalshānī a dit, après avoir cité al-Qarāfī : «[Les liens du sang] peuvent être recommandés dans le cas du cousin (fils de l’oncle paternel) et de tous ceux qui ont un lien avec un père ou une mère proches ou lointains. »

183La même chose qu’al-Qarāfī, avec plus [de détails], est rapportée par al-Qādī ‘Iyād dans al-Ikmāl.

184Si tu as compris ceci, sache que les gens de Ceerno Ngappugu continuent de commettre un grand péché tant qu’ils ne reconnaissent pas que les gens de Ceerno sont leurs frères.

185Malgré cela, les gens de Ceerno Ngappugu se marient beaucoup avec des femmes des Ceerno Jiinge, et ceux-ci font la même chose.

  • 24 La suite du texte fait défaut (p. 494 du manuscrit de Ganngel).

186Cette année, 1919, Ceerno Ngappugu24... [250b]

187... Il demanda à Allah le Très-Haut de le prendre avant moi pour qu’il ne souffre pas si je venais à mourir avant lui. Il fit cela en versant des larmes, et moi, je le regardai, étonné de la noblesse de ses sentiments, et de ses capacités à raisonner.

188J’ai corrigé auprès de lui plusieurs questions de fiqh. Il était pour moi comme un Shaykh. Puisse Allah le récompenser !

Moodi Muhammad Aalimu, Marabout Originaire Du Fuuta Jaloo

189Il avait appris ces sciences auprès de notre Shaykh, le très savant et notre maître le très intelligent, le Shaykh Muhammad Aalimu, plus connu sous le nom de Moodi Muhammad Aalimu, le faqīh originaire et natif du Fuuta Jaloo, et domicilié et enterré au Fuuta Tooro, où son tombeau est devenu un lieu de pèlerinage.

190Il était venu au Fuuta Tooro quand il était jeune, après la mort de ses parents. Il avait laissé ses frères dans leur village, Laaliya, dans le dīwān de Kolaaɗe, dans le Fuuta Jaloo.

Sa chaîne de formation (silsila) intellectuelle

191Après avoir appris le Coran, il avait commencé ses études dans le Ɓunndu. Il avait étudié la Risāla d’Ibn Abū Zayd al-Qayrawānī auprès de Ceerno Sileymaan Mudaara, puis il avait obtenu l’autorisation (al-ijāza) de l’enseigner à son tour.

192Ceerno Sulaymān avait reçu l’ijāza pour sa part, auprès de son Shaykh Alfaa Moodi Haarunna, qui vivait à Kellol et mourut en martyr avec l’Almaami Abdul, lors de la bataille de Guuriiki, et qui l’avait reçue (l’ijāza), quant à lui, de son Shaykh Alfaka Hammadi à Kiidiira, dans le Ɓunndu également.

193Celui-ci l’avait reçue de son Shaykh Alfaka Raki, le Sarakolle, qui l’avait reçue de son Shaykh‘Abd Allah Wage, le Sarakolle aussi, qui l’avait reçue de son Shaykh Abū Muhriz, qui l’avait reçue de son Shaykh, l’auteur de la Risāla, Abū Muhammad Sālih ‘Abd Allah ben Zayd al-Qayrawānī al-Maghribī al-Mālilī. Qu’Allah soit satisfait d’eux tous !

194C’est ce que Ceerno ‘Abd Allah fils de Ceerno Jiinge Hamza m’a dit de vive voix.

Poursuite de sa quête de savoir à Haayre [La 4] et Golleere [La 14]

195Lorsqu’il finit d’étudier la Risāla auprès de Ceerno Sileymaan Mudaara, qui n’enseignait que cela, Moodi Muhammad Aalimu demanda à celui-ci l’autorisation de partir étudier le reste des ouvrages du fiqh malékite. Il la lui accorda et Moodi partit à Haayre [La 4], dans la région du Tooro où Ceerno Saalif [Baro] enseignait le premier tome du Mukhtasar du très savant Shaykh Khalīl.

  • 25 Celui-ci deviendra brièvement Almaami en 1866.

196Il étudia cette première partie auprès de lui, puis la seconde auprès de Ceerno Alhasan [Baro], qui se trouvait, lui aussi, à Haayre à cette époque25. Sache que Ceerno Saalif et Ceerno Alhasan étaient tous les deux du clan (qabīla) des Barooɓe [251a].

197A l’époque où Moodi Aalimu étudiait la seconde partie du Mukhtasar auprès de Ceerno Alhasan, les gens du Fuuta avaient désigné celui-ci comme imām, c’est-à-dire Almaami [1866]. Bien que Ceerno Alhasan ait été très occupé par ses nouvelles fonctions, Moodi Aalimu avait continué d’étudier auprès de lui jusqu’à ce qu’il ait eu fini le deuxième tome.

198Il partit ensuite à Golleere [La 14], un village du Laaw, où Ceerno Moodi Daara du Fuuta Jaloo tenait une école de fiqh. Parmi ses élèves, il avait Moodi Haamiidu du Fuuta Jaloo. Lorsque Moodi Aalimu arriva à Golleere, il n’y trouva pas Ceerno Moodi Daara, qui était rentré au Fuuta Jaloo. Cependant, il y trouva Ceerno Buubu Gaajo, qui avait étudié le fiqh auprès de Ceerno Ahmad Halima à Seeno Paalel [Da 6], et qui était, dit-on, un des élèves de Ceerno Moodi Daara ; et Allah est plus savant.

199Après la mort de son Shaykh, Ceerno Buubu Gaajo était devenu responsable de cette école et y donnait des cours auxquels assistaient des étudiants (talaba) comme Moodi Haamiidu.

200Telle était la situation à l’arrivée à Golleere de Moodi Aalimu, qui ré-étudia le deuxième tome [du Mukhtasar] auprès de Ceerno Buubu Gaajo, et le comprit très bien.

201Moodi Haamiidu et Moodi Muhammad avaient leurs propres élèves, autres que ceux de leur Shaykh Ceerno Buubu Gaajo. Après la mort de celui-ci, son école passa dans leurs mains. [Cependant], chacun d’entre eux avait gardé la sienne.

Mariages et installation à Njaayeen [Di 10], Aañam Siwol [Bo 24] et Ɓokkijaawe [Ng 12]

  • 26 Mariage sadaga en aumône.

202Cette situation dura jusqu’à ce qu’une femme, appelée Paate Kummba et appartenant aux Fulɓe Jasarnaaɓe, à Njaayeen [Di 10] dans le Tooro, se soit offerte26 à Moodi Muhammad, malgré les nombreux fiancés qui s’étaient présentés pour demander sa main, tellement elle était belle. Elle avait décliné toutes ces offres et avait choisi ce Shaykh béni. [Le poète dit :] « Si Allah met des gens au service d’un Bienheureux, ils seront heureux eux aussi. »

  • 27 Dans le cadre de sa politique de démembrement du Fuuta, Faidherbe sépare la province du Dimat pour (...)

203Moodi Muhammad accepta [cette offre] et partit avec ses élèves à Njaayeen [Di 10]. Il s’y installa et y resta longtemps, avec sa femme, avant de partir au Fuuta27, suite à une inspiration subite (wārid).

204Lorsqu’il y pénétra avec Paate Kummba, les gens de Aañam Siwol [Bo 24] [d’un côté], et ceux d’Aañam Godo [Bo 25] [de l’autre] voulurent qu’il s’installe avec eux. Il choisit Siwol. Il aimait beaucoup les gens de Siwol, et les considérait comme ses proches et sa famille. Sa femme, Paate, mourut par la suite. Il eut avec elle son fils Umar.

205Un faqīh du Fuuta Jaloo, appelé Moodi Umar, qui habitait à Ɓokkijaawe [Ng 12], un village du Ngenaar où il tenait une école de fiqh, mourut en laissant une fille appelée Banaare. [251b] Moodi Muhammad l’épousa après la mort de sa femme, Paate, et partit s’installer à cause de cela à Ɓokkijaawe. Il y resta jusqu’à sa mort.

  • 28 La suite est illisible.

206Il eut avec Banaare [trois] garçons, ‘Uthmān, ‘Abd al-Rahmān et ‘Abd al-Rahīm, et une fille, qui est la femme de Moodi Bookar, le savant28...

  • 29 La suite est illisible.

207Moodi Muhammad épousa aussi une autre femme des Jaawara29…Il eut avec elle son fils Sa‘d et une fille....

Panégyrique de Moodi Muhammad

208Moodi Muhammad Aalimu était très pudique, très modeste, très poli et très discret.

209Par pudeur, modestie et politesse, il ne donnait jamais de cours à ses élèves en présence d’un autre savant (‘ālim), même si celui-ci était moins instruit que lui.

210Grâce à sa grande modestie, il avait appris beaucoup de sciences auprès de ses élèves, comme [l’étude de] Tuhfat al-Hukkām, al-Maqāmāt d’al-Harīrī, al-Maqsūra d’Ibn Durayd, al-dāliyya d’al-Yūsī, Qurrat al-absār, al- ‘Ishrīniyya, connu chez nous sous le nom d’Ibn Mahīb, etc.

211Sa seule préoccupation était Allah le Très-Haut, que ce soit en prières, en dhikr, en enseignement ou en discussion avec un invité.

212Si une personne venait le voir pendant qu’il priait, il abrégeait sa prière et allait à sa rencontre, et dès qu’elle était partie, il retournait à sa prière [252a].

213Il donnait ses cours de la matinée jusqu’à la prière de l’après-midi (al-‘asr), et à l’arrivée de l’heure de la prière, il interrompait l’enseignement, faisait sa prière, puis retournait à ses cours, qu’il donnait avec une voix agréable.

214Ainsi, tel était son emploi du temps pendant les deux jours de congé chez nous, le mercredi et le jeudi.

215Il riait des plaisanteries des élèves [mais], la plupart du temps, il ne faisait que sourire.

  • 30 Sourate LXXXVI. (S.B.)

216Il faisait une prière surérogatoire après celles d’al-maghrib et d’al-‘ishā, et au milieu de la nuit, il récitait toutes les Sourates du Coran, en partant de celle « Par le ciel et l’étoile du matin »30 jusqu’à la dernière, une sourate pour chaque rak‘a.

217Ce témoignage est rapporté par l’élève de Moodi Aalimu, Ceerno ‘Abd Allah ben Ceerno Jiinge, qui avait passé dix-sept nuits avec lui à travailler la terre et à voyager.

218Moodi Aalimu tombait rarement malade. Il était parmi ceux pour qui la prière de l’auteur de la Risāla était exaucée, car, il est vrai qu’Ibn Abū Zayd al-Qayrawānī avait prié pour que le lecteur de son livre soit en bonne santé et détienne beaucoup de sciences et de biens.

219Moodi Aalimu était de taille moyenne, plutôt petit. Il était très noir et ses yeux étaient rouges. Il ne disait que du bien sur les saints (awliyā’) de son époque. Il était de bonne foi, et aimait tout le monde, d’après ce que nous savons, et Allah le Très-Haut est plus savant !

220Ceerno ‘Abd Allah était parmi ceux qui avaient reçu sa bénédiction [252b]. Louange à Allah, Maître de toutes les créatures, et qu’Il répande Sa prière sur notre maître Muhammad et sur toute sa famille et ses compagnons.

  • 31 Ce qui correspond au 23 ou 24 janvier 1898.

221Le Shaykh [Moodi] Muhammad Aalimu mourut le dernier jour de Sha‘bān, d’autres disent le 1er ramadan 1315 de l’hégire31.

222Ceerno Yoro Baal a composé un poème élégiaque de trente-quatre vers, qui commence ainsi :

«O mes yeux, comme vous êtes avares ! [Pourquoi]
ne versez-vous pas des larmes comme de la pluie
Durant toute [ma] vie, [à la mémoire de] mon savant.
Quelle est grande ma douleur !»

Histoire des Tallakoronaaɓe, suite

Autres traditions sur les Ceerno Jiinge

223[253a] On raconte aussi que, lorsque les gens de Jiinge avaient quitté le Wagadu, ils avaient rencontré Koli à Sangan (ou Sajar), et étaient restés avec lui jusqu’au moment où ils étaient entrés au Fuuta. Ensuite, ils s’étaient installés avec lui à Ngijiloñ [Ng 6] [en] Mauritanie, de l’autre côté du fleuve Sénégal.

224Ils habitaient [auparavant] avec les Deeniyankooɓe à Jiinge et à Tummbere Jiinge, et, lorsque le conflit éclata entre Sammba Gelaajo et Konko Buubu Muusa, la majorité des gens de Jiinge avaient soutenu Konko, tandis que seule une minorité était avec Sammba.

225Après sa défaite, ce dernier émigra à Jamweli où les gens de Jiinge le suivirent. Ceux d’entre eux qui sont restés y sont jusqu’à maintenant ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

226On dit que c’était leur ancêtre, Moodi Naami Naam, qui avait émigré du Wagadu pour le Fuuta.

227Moodi était le père de Sala Moodi, père de Subalɓe Sala, père de Saagaan Subalɓe, père de Faamatel Saagaan, père de Biraan Faamarel, père de Lamin Biraan, père de Aali Lamin et Siree Lamin, dont la mère est Kummba Bookar Aali ‘Eli Banaa, des Sal de Gede [To 14].

  • 32 Il s’agit probablement d’une erreur. Ce sont plutôt les sœurs de Aali Lamin et de Siree Lamin. (S. (...)

228Ses sœurs32 sont Yumma Lamin, qui était l’épouse de Ceerno Bismoor, Raamata Lamin, mère de Defaa Raamata, mère de Sammba Defaa, des gens de Gumde Taabure [Br 12], et [enfin], Yumma Jeŋ Lamin, mère de Maymuuna Yumma, laquelle est Maymuuna Njaay, mère de Ceerno Sileymaan Baal.

229[Ces informations] sont rapportées par Muusa Saalif, un griot des gens de Waawnde [Da 20], [cependant], c’est quelqu’un qui est connu pour inventer ce qu’il dit.

La branche des Ceerno Ngappugu dont est issu l’Almaami Muttaar Kudeeji

230Sache que l’Almaami Muttaar Kudeeji fait partie des [gens] de Ngappugu, car Siree Lamin Biraan est le père de Abdul Siree, père de Bookar Abdul et Lamin Abdul ; et Bookar Abdul est le père de Baaba Bookar, lequel est Ceerno Baaba, qui fut, dit-on, le premier d’entre eux à s’installer à Sinncu Bamammbi ; et Lamin Abdul est le père de Siree Lamin Tokooso (al-saghīr), père de Muttaar Siree, qui est l’Almaami Muttaar ; et Allah le Très-Haut est plus savant !

231Nous rapporterons, par la suite, les différentes ramifications issues de Bookar Abdul et Lamin Abdul ; si Allah le Très-Haut le veut. [253b]

Généalogie de la famille de Ceerno Jiinge À hammadi Hunaare [Da 14]

232Sache que leur chef (kabīr) porte le titre (yulaqqab) de Ceerno Jiinge. Ils sont issus de Ceerno Jiinge Aali Lamin, frère de Siree Lamin, duquel est issu le clan (qabīla) de Talla parmi les gens de Sinncu Bamammbi.

233Aali Lamin est le père de Lamin Aali, Sileymaan Aali et Ibra Aali.

234Lamin Aali est le père de Ma‘ādi Lamin, père de Hammaat Ma‘ādi, Demmba Ma‘ādi, Ibra Ma‘ādi et Sileymaan Ma‘ādi.

235Hammaat Ma‘ādi est le père de Baaba Hammaat et de Hammadi Hammaat.

236Baaba Hammaat est le père de Muhammadu Baaba, père de Buubu Muhammadu, père de Mahmūd Buubu, qui est aveugle et qui habite actuellement à Hammadi Hunaare, en cette année 1926.

237Quant à Hamadi Hammaat, il est le père de ‘Abd al-Rahmān Hammadi, père de Abdul ‘Abd al-Rahmān, connu sous le nom de Abdul Cukalel, c’est-à-dire « le petit Abdul », père de Ismā‘īla Abdul, père de Ahmadu Ismā‘īla, qui habite dans le Firdu actuellement.

238Quant à Ibra Ma‘ādi, il est le père de Hammaat Ibra, Demmba Ibra et Siree Ibra.

239Hammaat Ibra est le père de Ibra Hammaat, père de ‘Uthmān Ibra, Muhammad Ibra et Bookar Ibra.

240‘Uthmān Ibra est le père de Demmba ‘Uthmān, qui habite [actuellement] à Ceelaw, dans le Tooro.

241Quant à Bookar Ibra, il est le père de Muhammad Bookar, qui habite lui aussi à Ceelaw actuellement.

242Quant à Muhammad Ibra, il mourut en ne laissant qu’une fille, appelée Jeynaba Muhammad, qui habite, elle aussi, à Ceelaw.

243Quant à Siree Ibra, il est le père de Sammba Siree, père de Abdul Sammba, père de Mahmūd Abdul, père de Muhammad Mahmūd, qui est actuellement à Hammadi Hunaare.

244[254a] En ce qui concerne Demmba Ibra, on ne nous a rien rapporté sur lui ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

245Quant à Sileymaan Aali Lamin, il est le père de Saa‘idu Sileymaan, père de Umar Saa‘idu, père de Biraan Umar, père de Hammaat Biraan, père de Ibra Hammaat et Sa‘d Hammaat.

246Ibra Hammaat est le père de Suurki, avec un S ‘ajami, c’est-à-dire un S qui se prononce entre le S et le J.

247Quant à Sa‘d Hammaat, il est le père de Belli Talla et Baydi Talla, qui habitaient à Ñooro.

248Belli n’eut qu’une seule fille.

249Revenons au reste des descendants de Lamin Aali.

250Demmba Ma‘ādi Lamin Aali est le père de Lamin Demmba, père de Umar Lamin, qu’on appelait Alfaa Umar, Ibra Lamin, Hammaat Lamin et les filles, Habī Lamin et Nimsaani Lamin.

251Alfaa Umar Lamin est le père de Kajjata Alfaa Umar, mère de Muhammad Falil, qui [habite] à Sinncu Bamammbi, et qui est le père de Ahmad Muhammad, Ismā‘īl Muhammad et Ibra Muhammad.

252Ibra Lamin est le père de Habī Ibra, mère de Ceerno Jiinge Muhammad, Ceerno Bookar et Alfaa, un des fils de Ceerno Jiinge Hamza. Nous les citerons tous [plus tard], si Allah le Très-Haut le veut.

253Quant à Habī Lamin, elle est la mère de Sa‘d Hammaat et Ibra Hammaat, dont nous avons déjà parlé.

254Quant à Nimsaani Lamin, elle est la mère de Ahmad Hammee Baaba, qui [habite] à Sinncu Bamammbi, et qui est le père de Muhammad Falil, dont nous venons de parler.

255Quant à Hammaat Lamin, il est le père de Ceerno Jiinge Hamza, père de Ceerno Jiinge Muhammad et ses deux frères utérins, Ceerno Bookar et Alfaa, à qui son père avait donné le nom de son oncle, Alfaa Umar Lamin.

256Parmi les descendants de Ceerno Jiinge Hamza, il y a Lamin, Ya‘quba, Malal, ‘Abbās, Ceerno Aadama et mon frère et bien-aimé, le faqīh Ceerno ‘Abd Allah.

257Quant à son fils, Ceerno Jiinge Muhammad, il est le père de Bookar Muhammad, Zakariya et Ahmad [254b].

258Quant à Ceerno Bookar, il est le père de Muhammadu, Ibāhīma, al-Tayyib et al-Tāhir.

259Quant à Alfaa Umar, il est le père de Muhammad Alfaa et Wahābu.

260Quant à ‘Abbās, il est le père de Muhammad ‘Abbās.

261Quant à Malal, il est le père de Umar Malal.

262Quant à Ceerno Aadama, il est parti dans le pays du Siin, à l’ouest du Sénégal !

263Quant à mon frère et bien-aimé Ceerno ‘Abd Allah, il a eu des enfants, mais je ne suis pas sûr de leurs noms.

  • 33 Cela correspond au 26 avril 1806.
  • 34 C’est-à-dire en 1808-1809.

264Le père de tous ceux-ci, Ceerno Jiinge Hamza, est né deux ans après l’assassinat de l’Almaami Abdul à Guuriiki, et comme celui-ci fut assassiné dans la matinée du jeudi 7 safar 1221 de l’hégire33, Ceerno Jiinge Hamza est donc né en 122334

Calendrier historique et chronique

  • 35 Ce calendrier historique a été entièrement annoté par Ibrahima Sali dont les initiales (I. S.) sero (...)

265Dix ans avant l’assassinat de l’Almaami Abdul, l’armée des Bambara avait attaqué Bule Bane, capitale du Ɓunndu à cette époque [255a]35.

266Treize ans avant l’attaque de Bule Bane, l’armée des Bambara déjà avait attaqué Jammal Ndenndoori dans le Damnga.

267Dix ans avant l’attaque de Jammal Ndenndoori, l’Almaami Mammadu Biraan avait gouverné le Fuuta.

268Dix-huit ans avant le règne de l’Almaami Muhammadu Biraan, le Shaykh al-Hājj Umar avait forcé les gens du Fuuta à émigrer.

  • 36 1926-1927.

269De cette émigration à nos jours, 1345 de l’hégire36, soixante-neuf ans se sont écoulés.

270Trente et un ans après cette émigration, les Français avaient exilé les Fuutankoobe (al-Fūtiyyin), qui s’étaient installés à Segu, vers le Fuuta.

271Ceerno Jiinge Hamza mourut deux ans après cet exil, à l’âge de quatre-vingt-quatre ans environ ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Une chronique du Fuuta

272J’ai vu dans un papier un récit de l’Almaami Muhammad al-Saldī (ou de Salnde), qui comportait un grand nombre de chroniques (tawārīkh) du Fuuta. Il m’a paru intéressant d’en rapporter quelques-unes :

  • 37 1779-1780.
  • 38 1727-1728.

« En 1193 de l’hégire37, l’Almaami Abdul, qui naquit en 114038, fut nommé souverain du Fuuta.

  • 39 1783-1784.

En 119839, Aamadu Muttaar Dewa Elimaan naquit à Pete [Yi 5].

  • 40 1785-1786. ‘Eli al-Kawrī (le « Noir ») Wuld Amar Wuld Eli Shandora régna sur le Trārza de 1760 à 17 (...)

En 120040 se déroula la guerre [contre] ‘Eli al-Kawrī, souverain des Trārza. La même année, Ahmad al-Amīn Dewa Elimaan naquit à Pete.

  • 41 1798-1799. La bataille eut lieu en 1789. Encouragé par sa victoire sur le Trārza, l’Almaami Abdul K (...)

En 121341 se déroula la bataille de Bunngoowi entre l’Almaami Abdul et le Dammel.

  • 42 1806-1807. Après deux années de captivité, l’Almaami Abdul Kader Kan fut libéré par son vainqueur. (...)

En 122142, l’Almaami Abdul fut tué à Guuriiki [Da 13].

  • 43 1809-1810. Mammadu Hammaat Bah, plus connu sous le nom de Maadiyu Bah, était né vers 1800 dans le v (...)

En 122443, il y eut la guerre d’al-Mahdī.

  • 44 1822-1823.

En 123844 se déroula la bataille de Daabiya en Mauritanie.

  • 45 1823-1824.

En 123945 se déroula la bataille de Ndenndoori et Kuluga pendant le règne de l’Elfekki Aamadu Jaatara [255b].

  • 46 1824-1825.

En 124046, l’Amaami Muhammad al-Amin naquit à Pete. La même année se déroula la guerre de Mudeeri.

  • 47 1828-1829. L’Almaami Yuusuf Siree Lih, de Jaaba-Dekkle (Hebbiyaabe), exerça les fonctions d’Almaami (...)

En 124447, l’Almaami Yuusuf Siree Lih mourut à Jaaba [He 6],

  • 48 1830-1831.

En 124648, la situation devint normale [à l’époque] de l’Almaami Baaba, après une terrible famine.

  • 49 1831-1832.
  • 50 1832-1833.

En 124749, il y eut une bonne récolte [à l’époque] de l’Almaami Mammadu Biraan, dont on dit qu’il fut investi en 124850.

  • 51 1855-1856. La construction du poste de Maatam fut achevée en novembre 1857, au lieu de la date prop (...)

En 127251, le poste de Maatam [Ng 11] fut construit.

  • 52 1859-1860. Garli est situé à une quinzaine de kilomètres en amont de Maatam. En février 1858, l’Alm (...)

En 127652, les gens passèrent la saison des pluies à Garli [Ng 31]c, afin de traverser le fleuve.

  • 53 1860-1861.

En 127753, le Shaykh al-Hājj Umar passa la saison froide à Hoorefoonde [Bo 15]. En cette même année, il obligea les gens du Fuuta à émigrer à Ñooro et à Segu. Pendant cette émigration, la plupart moururent de faim. »

273Tout ceci s’est passé six ans avant ma naissance.

  • 54 Le poste de Salnde fut créé en août 1859. Le choix de cette localité était d’une grande importance (...)

« En 127854, le poste de Salnde [Yi 10] fut construit, et Baydi Suwaadu, fils de l’Almaami Mammadu Lamin, naquit. «.... rayonnera dans le Fouta et chez les Braknas » (Ans. 2B 32. Folio 80. Faidherbe au ministre. 12 mai 185 8). Grâce au poste de Salnde, les Français intervinrent plus facilement aussi dans les affaires des tribus du centre et de l’est du Brākna. (I. S.)

  • 55 1863-1864.

En 128055, il y eut une bonne récolte à Jaaba [He 6] [à l’époque de] l’Almaami Aamadu. La même année se déroula la bataille de Sew, avec un S‘ajami, qui se prononce entre le S et le J.

  • 56 1864-1865.

En 128156 se déroula la bataille de Didel. [Didel] est le nom d’une rivière qui [passe] à côté du village de Joŋnto et dans laquelle se déverse un affluent du fleuve, entre Sillanaaɓe et Jorŋnto [Bo 13].

La même année se déroula la bataille entre le Shaykh al-Hājj Umar [256a] et les gens du Maasina, dans un endroit appelé Maani Maani. Ce jour-là, il y eut une éclipse du soleil.

  • 57 1867-1868.

En 128457, la peste frappa les vaches.

  • 58 1870-1871. Saada Wan, neveu de l’Almaami Mammadu Biraan Wan, fut élu Almaami du Fuuta-Tooro le 6 ao (...)

En 128758, l’Almaami Saada fut investi [dans ses fonctions] à Mbummba [La 23]. La même année, en été, la peste sévit à Saint-Louis (Ndar) et ses régions occidentales.

  • 59 1871-1872. Il s’agit plutôt du choléra qui avait sévi dans la vallée du Sénégal durant les années 1 (...)

En 128859, en hiver, la peste atteignit le Fuuta.

  • 60 1873-1874. Jooroodu est une plaine située entre Pete (Yi 3), Nguy et Galoya (Yi 8), dans les Yiirla (...)

En 129060, il y eut la bataille de Jooroodu.

  • 61 1874-1875. La bataille de Caski se situe aussi dans le contexte de la guerre civile de 1871-1879. L (...)

En 129161, il y eut la bataille de Caski Mbarga [Bo4]. A la fin de l’hiver de la même année, Ahmad Hammee attaqua Pete [Yi 3]. On dit que cette bataille avait fait cent soixante-dix victimes, entre morts et noyés, parmi les habitants de Pete.

  • 62 1878-1879. Laam Tooro Sammba Umahaani Sal fut déposé en mars 1860 par les Français à cause de ses p (...)

En 129662, Sammba Nguma fut traîtreusement assassiné, Laam Tooro Sammba mourut, et [le] Colonel arriva à Meri.

  • 63 1879-1880. La construction d’une ligne télégraphique entre Saint-Louis et Bakkel répondait au souci (...)

En 129763, le télégraphe fut installé dans la province (diwān) du Laaw, [puis dans celle des] Yiirlaabe, et à Salnde [Yi 10].

  • 64 1881-1882. Le Gouverneur Briere de l’Isle ne voulant pas entreprendre seul la campagne de mars-avri (...)

En 129964 , il y eut la bataille de Ndirboya, et la bataille du Laam Tooro Mammadu Mbowba contre les Tuwābīr.

  • 65 1883-1884. Il s’agit certainement de la Comète de Halley connue au Fuuta-Tooro sous le nom de Hoode (...)

En 130165, l’astre qui a une queue [comète] apparut [256b].

  • 66 1884-1885. Les batailles de Abdalla et de Ndirboya entrent dans le cadre de la guerre civile de 187 (...)

En 130266, il y eut la bataille de ‘Abdalla.

  • 67 1885-1886.

En 130367, Sammba Nguma émigra et, avant lui, Yero Baalel.

  • 68 1886-1887.

En 130468, il y eut la bataille de Maabaa (ou Saabaa), un des villages du pays de Segu [?]. La même année, Muhammad al-Amīn al-Kunjūrī attaqua Bakkel, mais il fut vaincu.

  • 69 1889-1890.

En 130769, il y eut la bataille de Gori dans Jaafunu.

  • 70 1890-1891. Marabout de la confrérie Tījaniyya d’obédience omarienne, Ceerno Sammba Jaadana Njaac ét (...)

En 130870, Ceerno Sammba Jaadana mourut. »

274C’est durant l’année en question que je me suis installé à Cikkitte [Yi 1], un village des Yirlaaɓe Allayiɗe. J’y suis resté cinq ans avant que je parte m’installer à Ganngel [Da 13].

  • 71 1891-1892. A partir de mars 1891 des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, des Ferganŋkooɓe, f (...)

« En 130971, le fleuve déborda. La même année, l’armée française évacua vers le Fuuta, les Fūtiyyin (les Fuutankooɓe) qui s’étaient installés à Ñooro.

  • 72 1892-1893.

En 131072, la peste frappa les vaches. Les Baydān appellent cette épidémie bū marrāra ([« la maladie du] fiel »), car elle attaque le fiel de la vache, qui enfle, entraînant sa mort sur-le-champ.

Cette année-là, tous les bovins, ou presque, du Fuuta et des Baydān du Sahara moururent.

  • 73 1894-1895.

En 131273, la peste sévit.

  • 74 1895-1896.

En 131374, la pluie et le froid firent quelques victimes. »

  • 75 Avril-mai 1896.

C’est au [mois de] dhū al-qai‘da de cette année75, que je me suis installé à Ganngel [Da 13].

  • 76 1898-1899.

« En 131676, le Shaykh Njaay al-Galuyawi (de Galoya [Yi 8]) mourut.

Samori, capturé par les Français, traversa le Fuuta pour être conduit en France.

  • 77 20 février 1901. Abdul ‘Aziz Wan avait succédé à son frère Ibra Almaami décédé en décembre 1895 d’u (...)

Le samedi 1er dhu al-qai‘da 131877, Abdul’Aziz fut traîtreusement assassiné à Mbummba [La 23].

  • 78 1907-1908.

En 132578, le fleuve déborda, ce qui entraîna la destruction des habitations de Kaay. » [257a]

275La même année naquirent mon fils, Khalīl, qui est actuellement avec les médecins de la France [étudiant en médecine en France], Mammadu Jibi, le fils de mon frère et compagnon, Maalik, et [enfin] Saada Buuyel, le fils de mon élève, Mammadu Seydi.

Généalogie de la famille de Ceerno Jiinge a Hammadi Hunaare [Da 14], suite

276Revenons donc à ce dont nous parlions, c’est-à-dire les descendants de Aali Lamin.

277Sileymaan Ma‘ādi est le père de A lbarka Sileymaan, père de Sammba Albarka et Hammadi Albarka, qui était connu sous le nom de Ceerno Hammadi Albarka.

278Sammba est le père de Hammaat Sammba, qui fut tué lors de l’attaque des Bambara contre Guluza et Jammal Ndenndoori, à l’époque de l’Elfekki Ahmad Jaatara.

279Hammaat est le père de Ceerno Jiinge Wahaabu, père de Faatimata Wahaabu, mère de al-Hājji Siree, du clan (qabīla) des Jah, des Hebbiyaaɓe Jaaba. Il est actuellement en Mauritanie, dans un village appelé Kudin.

280[Faatimata Wahaabu] est aussi la mère de Alfaa Bookar [qui est] à Demet Halayɓe, et qu’on considère comme un [homme qui connaît les] sciences, telles que la grammaire, le fiqh et la lexicographie, et Allah le Très-Haut est plus savant.

Les Talla de Ngijiloñ [Ng6]

281Quant à Ceerno Hammadi Albarka Sileymaan Ma‘ādi Lamin Aali Lamin, [voyons comment] il naquit et habita à Ngijiloñ.

282A Ngijiloñ, il y a un gué à partir duquel [257b] des pilleurs Baydān traversaient le fleuve afin de piller des villages sénégalais, après que les Jaawɓe et les Halayɓe s’y étaient installés. Lorsque les Baydān les eurent chassés de ces villages, Hammadi Hasan, qui était le plus âgé des Koliyaaɓe, s’installa avec ceux-ci à Ngijiloñ. Cependant il mourut quelques jours plus tard.

283Informé de sa mort par les Koliyaaɓe, l’Almaami Abdul désigna à sa place Siree Daara [Jah], qui demanda à l’Almaami d’envoyer avec lui un élève qui soit un imām, et un enseignant. L’Almaami leur recommanda le fils de sa sœur, Albarka, et les Koliyaaɓe l’emmenèrent avec eux à Ngijiloñ. Il s’installa dans une maison, entre le fleuve et la mosquée, qui fut détruite ces dernières années.

284A l’époque de Ceerno Hammadi, les Koliyaaɓe quittèrent leurs habitations, qui furent détruites en partie par [les débordements du] fleuve, et s’installèrent à l’ouest de Ngijiloñ et appelèrent cet endroit Sinncu Ceerno Hammadi, où Ceerno Hammadi mourut sans laisser d’enfants.

  • 79 Illisible.

285Albarka Sileymaan s’attribua les terres que les Koliyaaɓe avaient possédées. Il prit un grand morceau des terres au bord du fleuve et de celles appelées Taret, [258a]79..., Leli, Kadaa, Buubu en Mauritanie, et Fali, à l’ouest de Ngijiloñ, à proximité des habitations, du côté de Aali Wuri [Ng 6]. Pale, qui est le pluriel de falo, veut dire « cultures de berge ».

286Il prit aussi un morceau des terres [appelées] pooɗe, qui est le pluriel de foonde, et qui sont des terres qui se cultivent pendant la saison des pluies, puisqu’elles sont rarement touchées par les inondations.

287La mère de Ceerno Hammadi s’appelle Faati Maalik. Elle avait eu une fille avec un autre homme qu’Albarka Sileymaan. Elle s’appelle Takko Faati, mère de Kaaliidu Takko, père de Bara, qui se trouve actuellement à Nganno [Da 4] et qui est [notre] informateur au sujet de Ceerno Hammadi.

288Bara a un frère utérin qui s’appelle al-Hājji Khālīd et qui se trouve actuellement à Jowol [Ng 3].

289Faati Maalik avait une sœur, qui s’appelait Raki Maalik, mère de Bookar Raki, dont le père est Hammadi Hasan, le chef des Koliyaaɓe au début de leur installation à Ngijiloñ.

290Bookar Raki est le père de Sammba Bookar, père de Booti Sammba, connu sous le nom de Booti Kummbel.

291Ceerno Hammadi mourut sans laisser d’enfants et, comme ses terres étaient gérées [258b] par les descendants de Hammadi Hasan, puisque, ayant des liens de sang avec lui, c’étaient eux qui percevaient en son nom les impôts et les droits de location de ces terres, elles sont donc restées entre leurs mains, et ce jusqu’à maintenant.

292Ceci est étrange, puisqu’il y a à Hammadi Hunaare, dans le Damnga [Da 14], des parents (‘usba) de Ceerno Hammadi, parmi les gens de Jiinge ; et deux journées ou une journée et demi [de marche, voire] une seule journée pour celui qui marche vite, les séparent [des terres de Ceerno Hammadi].

293[Qu’ils n’aient pas pris les terres de Ceerno Hammadi] s’explique peut-être par la faiblesse des gens du Damnga, la fainéantise des gens de Jiinge à cette époque, et la puissance des Koliyaaɓe et leur grand sens de l’injustice.

294C’est pour cela, peut-être, que Maalik Hammaat Siree Daara avait voulu s’approprier les terres de Ceerno Hammadi en prétendant qu’elles étaient devenues propriété du Trésor public (bayt al-māl) puisqu’elles n’appartenaient à personne.

295Cependant, Sammba Bookar Hammadi Hasan, père de Booti Kummbel, demanda l’intervention des chefs et notables koliyaaɓe afin qu’il garde ces terres, puisque son père en était le percepteur et puisqu’il avait des liens de parenté avec eux.

296Maalik accepta l’intercession des Koliyaaɓe par respect envers eux, toutefois, il prit injustement une partie des terres de Taret pour lui, et une partie de celle de pooɗe pour son ministre Demmba Taalu, et il laissa le reste aux descendants de Hammadi Hasan [259a] ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

297On dit que lorsque Kaaliidu Takko, père de Bara et Mammadu Kaaliidu, fut revenu de son exil à Ñooro, il demanda aux Koliyaaɓe de Ngijiloñ de lui rendre ses terres. Ceux-ci lui rendirent les terres de son père seulement, et lui dirent : « Prends ces terres. Elles te suffiront, puisque tu es faible, et tu n’as pas assez de gens qui peuvent travailler pour toi... »

298Ils donnèrent aussi à son fils, Mammadu Kaaliidu, une partie des terres de son grand-père Ceerno Hammadi à Taret.

299Bara Kaaliidu alla à son tour chez Booti Kummbel afin qu’il lui donne un morceau des terres de son grand-père, Ceerno Hammadi. Booti lui répondit : « Tu es venu trop tard. J’ai perdu ces terres ! » Cependant, il lui donna un morceau de terre à Ooliwaaw, et l’année d’après, il lui donna un morceau de terre à Darba.

300Après l’avoir cultivée, Bara Kaaliidu fit un voyage à l’ouest (al-maghrib), et en revenant, il passa chez ses parents qui étaient à Nganno [Da 4]. Ceux-ci voulurent qu’il s’installe avec eux et Bara accepta. Ils partirent alors chercher sa famille à Ngijiloñ et la ramenèrent à Nganno, et depuis ce temps-là, Bara n’est plus revenu à Ngijiloñ, et ce jusqu’à maintenant.

301Quant à leur frère, al-Hājji Kaaliidu, il habite jusqu’à maintenant à Jowol.

  • 80 Illisible.

302Quant à Ibra Aali Lamin80...

Les Talla de Sinncu Bamammbi [DA 7]

Les terres des Talla à Sinncu Bamammbi [Day]

303La raison pour laquelle les descendants de Bookar Abdul ont conservé, [259b] pour eux tous seuls, les propriétés (amlāk) de Sinncu Bamammbi, est la suivante : c’était Baaba Bookar qui les avait demandées- au Satigi Sule Njaay, qui les lui avait données, prétend-on ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

304On dit qu’il y avait avec Ceerno Baaba Bookar, à cette époque, plusieurs familles (diyār), comme les Gerernaaɓe, qui étaient venues avec lui de Ger, les Wurankooɓe, dont le patronyme (laqab) est Sal, et dont Bookar Sammba fait partie. Ils étaient venus avec Baab Bookar de Aañam Goli [Bo 20].

305[Il y avait avec lui aussi] les Jahjaaɓe Lewenaaɓe, dont Shaykh Ismā‘īl, disciple de Shaykh Yubba, fait partie, les Ndongooɓe, auquel appartient Aali Suugu qui est à Sinncu Bamammbi, les Jooɓɓe, envoyés par le Satigi avec eux comme leurs précepteurs et qui à ce jour sont éteints, et les Cimbuɓe, dont le patronyme est Clmbo, et dont Saydu Mammadu fait partie.

306Tous ceux qui ont été cités avaient une terre attachée à celle de Ceerno Ngappugu à Dedal ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

307On dit que les gens de Ngappugu étaient venus à Sinncu Bamammbi pour être les imām de la mosquée seulement, quant aux terres, elles étaient dans les mains des Hontorɓe, des Ndongooɓe, des Jaawɓe et des Raŋaaɓe. Lorsque ceux-ci se furent affaiblis et la religion [musulmane] se fut introduite [dans la région] les gens de Ngappugu devinrent leurs chefs et s’approprièrent leurs biens, et ce jusqu’à aujourd’hui.

308Nous trouvons une allusion à cela dans leurs propos, à savoir que c’était le Satigi qui avait demandé aux Jooɓɓe d’aller avec eux afin de percevoir leurs impôts.

309Il se peut que le Satigi ne les ait pas rendus propriétaires de ces terres, mais il leur avait seulement demandé de les cultiver et avait demandé aux Jooɓɓe d’aller avec eux afin de percevoir les impôts pour lui ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

310Après ce renversement de situation, les gens de Ngappugu s’étaient partagés les terres entre leurs voisins et eux.

311Les descendants de Ceerno Baaba eurent Farawol Jaawɓe, car Umar Sammba, qui est à Sinncu Bamammbi [fait partie des Jaawɓe], et Dimbaaru, qui est à Guuriiki Koliyaaɓe [Da 13]. Ils eurent aussi Hontorɓe et Wenndu Naawudi.

312Quant aux descendants de Mammadu Wahaabu, ils eurent l’exclusivité d’Andiyari, car, prétend-on, c’était Muhammad Wahaabu qui avait fait venir les Raŋaaɓe et les Direnaaɓe du Ɓunndu à Andiyari, et c’est pour cela qu’il avait tous les pouvoirs sur eux, et ce jusqu’à sa mort.

313Le village devint ensuite la propriété de ses enfants.

314Un conflit éclata entre les habitants d’Andiyari, et l’un d’entre eux alla se plaindre auprès de Ceerno Haadiya Mammadu Wahaabu [260a].Ce dernier convoqua son adversaire, qui refusa de se présenter. Ceerno Haadiya partit alors avec une partie des gens de Ngappugu [pour se rendre] à Andiyari où il obligea les habitants à lui verser mille bīsa (pièces de tissus), ce qu’ils firent après avoir vendu leurs biens.

315Après le départ de Ceerno Haadiya, les habitants d’Andiyari quittèrent leur village et se dispersèrent. Certains retournèrent au Ɓunndu, d’autres s’installèrent à Sinncu Bamammbi.

316On dit que Farawol Jaawɓe était [la propriété] exclusive de Ceerno Hammee Baaba, Andiyari, celle de Mammadu Wahaabu, et Wenndu Naawudi, celle de Hamza Baaba.

Une lettre de Ceerno Haadiya

317Parmi ce que Ceerno Haadiya Mammadu Wahaabu, qui m’avait en haute estime et affection, m’a écrit, il y a la lettre suivante :

« Louange à Allah, qui a ouvert les yeux des connaisseurs qui, lorsqu’ils ont su que ce monde n’est qu’un bref passage, y ont renoncé, et [louange à Allah] qui a fermé les yeux des ignorants, qui, ne sachant pas que les biens de ce monde ne sont pas éternels, continuent à désirer ce monde.
Que la prière et le salut soient sur celui dont toute lumière est issue. Celui-ci est notre seigneur [le Prophète] Muhammad ben ‘Abdallah, qui a dit : “Soyez des amis sincères, car un ami [peut] intercéder en faveur de son ami [auprès d’Allah] le jour du jugement dernier.”
Un grand salut et une belle salutation qui contiennent de l’amour, du respect et une prière [pour toi], qui durera toute ma vie.
De Ismā’īl (sic), fils de Shaykh Muhammad Wahaabu, à mon illustre fils, l’Ami d’Allah (walī Allah) Mūsā ben Ahmad, le généreux.
Un poète a dit :
‘Combien de pères dont le rang est élevé grâce au fils, Comme [c’était le cas] pour ‘Adnān grâce à l’Envoyé d’Allah.’
La raison de t’écrire est de te demander de tes nouvelles et de celles de ta famille.
J’ai entendu dire aussi que l’un de tes élèves t’a envoyé dix livres. J’aimerais bien que tu m’en envoies un, car tu es mon fils, mon Shaykh et mon bien-aimé, et l’argent et la boue sont pareils pour toi, puisque ta sainteté (wilāya) est parfaite (kamāl), et, que tu le saches ou non, moi je sais que tu es un walī, grâce à la lumière de mon cœur et aux signes de la sainteté qui apparaissent sur toi, car les walī sont de trois [sortes] : les “dévoilés” (makshūf). [c’est-à-dire] ceux dont la sainteté (wilāya) est connue de toutes les créatures – les hommes, djinns et les anges ; ceux dont la sainteté n’est connue que des anges, mais ni des hommes ni des djinns ; [enfin], ceux dont la sainteté ne sera connue que le jour du Jugement dernier. Ceux-là sont supérieurs aux “dévoilés”.
Salut ! »

318Je dis : trente ans environ se sont écoulés entre la rédaction de cette lettre et cette année, qui est l’année 1922 ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Généalogie des Talla de Sinncu Bamammbi [Da 7]

319[260b] En ce qui concerne la généalogie (nasab) des descendants de Siree Lamin, frère de Aali Lamin, nous avons déjà vu que Siree Lamin était le père de Abdul Siree, père de Bookar Abdul et Lamin Abdul.

  • 81 L’Almaami Muttaar fut Almaami juste après la mort de l’Almaami Abdul, en 1806-1807 (Robinson et al. (...)

320Lamin Abdul est le père de Siree Lamin al-Saghîr, père de Muttaar Siree, lequel est l’Almaami Mukhtār81, père de Ceerno Faalel, le disciple (murīd) de Shaykh Sidiya, qui fut battu à mort par le Shaykh Umar parce qu’il l’accusait de contraindre les gens du Fuuta à émigrer au pays du Sudān.

321Ce Ceerno Faalel est le père de Mammadu Lamin, père de Haamiidu Mammadu, lequel est Haamiidu Talla, père de Mammadu Haamiidu Bamammbi mort en 1921 en laissant un enfant dont je ne connais pas le nom.

322Parmi les enfants de Ceerno Faalel, il y a également deux filles : Ummu Talla, qui était l’épouse de Ceerno Barahiima, qui fut tué par Abdul Bookar, et Mahjūba, qui était l’épouse de Shaykh Muhammad al-Maqāmī.

  • 82 La page contient des ajouts en marge, illisibles.

323Parmi les enfants de l’Almaami Muttaar, il y aussi Mahmūd Almaami, père de Sawo Mahmūd, mère de Habsa, épouse de Ceerno ‘Abdallah al-Hunārî [Da 14]82...

324Quant à Bookar Abdul, il est le père de Baaba Bookar, lequel est Ceerno Baaba, père de Wahaabu Baaba, Hamza Baaba, Sa‘îd Baaba et Hammee Baaba.

325– Wahaabu Baaba est le père de Mammadu Wahaabu et de Ibra Wahaabu.

326Muhammad Wahaabu est le père de Raasin Selli et de Aali Selli, qu’il eut avec son épouse de Ciloñ [Bo 30], de Bayla, de Mahmūdu et de Hadiya, qu’il eut avec son épouse de Kanel [Da 4], Rahmata Tafsiiru Ahmad, et [enfin] de Abdul Mammadu Wahaabu, qu’il eut avec son épouse, qui appartenait aux Duganaaɓe.

  • 83 L’Almaami Raasin Selli fut élu à deux reprises, en 1866-1867 et en (Robinson et al. 1972).

327Raasin Selli était un des almaami du Fuuta83. Il est le père de Malal Almaami, qui mourut en 1921, en ne laissant que des filles.

328Quant à Aali Selli, il est le père de Mahmūd Aali, qui mourut lui aussi en ne laissant que des filles, et de Siree Aali, qui est au Maasina, mais nous ne savons pas s’il a des enfants là-bas ou non.

329Quant à Bayla, il mourut sans laisser d’enfants.

  • 84 Il s’agit peut-être d’Aamadu Bamba Mbakke, fondateur du mouridisme, le mot seriñ désignant le marab (...)

330Par contre, Mahmūd est le père de Siree Lamin, qui [travaille] au tribunal de Kanel, et de Sa‘da, qui était avec Seriñ Bamba84 et qui mourut en laissant des enfants là-bas, d’après ce que nous avons entendu dire. [Mahmūd] est aussi le père de Abdul Mahmūd, connu sous le nom de Abdul Kariimu.

331∙ Quant à Haadiya, lequel est Ceerno Haadiya et qu’on appelle aussi Ismā’īl, c’est lui qui m’a écrit la lettre déjà citée. Il est le père de Mammadu Haadiya, Siree Lamin et Bayla. Ils sont tous en vie et habitent à Bamammbi actuellement.

332Quant à Abdul Wahaabu, il n’a laissé que des filles.

333Quant Ibra Wahaabu, il est le père de Baydi Ibra, qu’on appelait Tafsiiru Baydi, père de Mammadu Baydi et de Siree Lamin, qui sont à Ciloñ.

  • Quant à Hamza Baaba, il est le père de Bookar Hamza, père de Ismā’īl Bookar, qui mourut en ne laissant que des filles.

334Parmi les enfants de Hamza Bookar il y a aussi Mammadu Bookar, qu’on appelait Alfaa Muhammad, père de Umar Alfaa qui est au Badibu actuellement, et qui est le père de Siidi Alfaa qui est à Bamammbi actuellement, [261a] de Mayram Alfaa, qui était l’épouse de Malal Almaami, et d’autres filles.

  • Quant à Saydu Baaba, il est le père de Bookar, d’Alhasan et de Jibi.

335Bookar est le père de Muhammad Bookar et d’Ibra Bookar. Mammadu Bookar est le père de Saydu Baaba, qui est Kaolack actuellement, et de Aamadu Mammadu, père de Mammadu Aamadu, qui est à Bamammbi actuellement. Mammadu Bookar est aussi le père de Sammba Talla, qu’on appelle Ibra Mammadu, de Hafsa Mammadu, épouse de Ceerno ‘Abd Allah de Hunaare. Quant à Ibra Bookar, aucun de ses descendants n’est en vie actuellement.

336Quant à Alhasan Saydu Baaba, il est le père de Mammadu Alhasan, père de Ibra Mammadu, qu’on appelait Ibra Bodeeji et qui mourut à Bamammbi en y laissant des enfants.

337Quant à Jibi Saydu Baaba, il est le père de Rahmata Jibi, qui était l’épouse de l’Almaami Raasin Selli et qui ne lui avait pas donné d’enfants. Il est aussi le père d’autres filles que Rahmata ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

  • Quant à Hammee Baaba, il est le père de Ahmad Hammee, père de Mammadu Falil, le chef actuel du village de Sinncu Bamammbi.

338Parmi les enfants de Hammee Baaba aussi, il y a Sidiiki Hammee, père de Wahaabu Sidiiki, d’al-Hājj Siree Lamin et du très savant, le Shaykh Hammee Baaba al-Ṣaghîr [ou Tokooso]

339Wahaabu mourut à Bamammbi, en y laissant des enfants.

340Quant à al-Hājj Siree Lamin, il mourut après son retour du pèlerinage en ne laissant qu’une fille.

  • 85 Sur Hammee Baaba Talla qui fut le plus grand lettré de l’école de Ciloñ, voir la thèse de Alassane (...)

341Quant au très savant Hammee Baaba, il est toujours en vie à Ciloñ, où il a des enfants, d’après ce que nous avons entendu dire85. Allah soit loué !

342Parmi les autres enfants de Hammee Baaba al-Kabîr (ou Mawdo, le grand) il y a Hamza Hammee, père de Ahmad Hamza et Abdul Hamza, dont les enfants sont à Bamammbi actuellement, et de Siree Lamin, qui était dans l’administration (al-makhzan) française, mais fut limogé. On dit qu’il est parti en pèlerinage.

343Parmi les enfants de Hamza Hammee, il y a aussi Hammee Hamza, que j’ai rencontré en 1921, lorsqu’il était en train d’étudier la Risāla d’Ibn Abū Zayd al-Qayrawānī, en fiqh malikite, auprès de Ceerno ‘Abd Allah al-Hunaari. Il est le père de mon [ex] femme, Mayram Baaba, que j’avais épousée et que j’ai répudiée par la suite.

344Puisse Allah corriger nos défauts dans ce monde et dans l’autre, Amīn !

345Parmi les enfants de Hammee Baaba al-Kabîr, il y a [ensuite] Abdul Hammee qui était à Marila, un village du côté de Kuñakari. Il est le père de Ibrahiima Abdul et d’autres. Fin.

346Allah le Très-Haut est plus savant.

Importance des relations utérines

  • 86 Kamara analyse deux exemples de rameaux utérins, l’un qui associe les Talla à des Soh peuls, l’autr (...)

347[261b] On dit que la mère de Ceerno Baaba bookar s’appelait Ummu Saga. [C’est pour cela] qu’on l’appelait Baaba Ummu86.

348Parmi ses frères et sœurs utérins, il y a Umar Ummu Saga et Aysata Ummu.

349Umar est le père de Alfaa Idiriiss, père de Zakariya, qui était des gens de Kuñakari.

350Quant à Aysata Ummu Saga, elle est la mère de Jeynaba Aysata, Habî Aysata et Hafsa Aysata.

351Jeynaba Aysata est la mère de Haamiidu Talla, père de Muhammad Haamiidu, qui mourut à Bamammbi en 1921,

352Quant à Hafsa Aysata, elle est la mère de Ismā’īla Bookar, père de Aysata Ismā’īla, qui est morte cette année 1922, à Bamammbi.

353Saga était une femme des Soohsooɓe Fuli Jaaki. Parmi ses enfants, il y a Yero Saga, père de Hammadi Yero Saga. Il avait un village qu’on lui attribuait, à l’est de Sinncu Bamammbi et qui fut détruit lors de l’émigration du Shaykh Umar.

354Yero Saga jouissait d’un grand prestige, à tel point que tout le monde, à l’époque, voulait contracter des liens de mariage avec lui. Il avait des terrains de cultures de décrue (kolaaɗe) dont on dit qu’elles sont passées actuellement dans les mains des gens de Fayfayo [Da 8], et d’autres disent qu’elles sont la propriété des gens de Ngappugu.

355Ceux dont les ancêtres en ligne maternelle sont [issues] de Abdul Siree Lamin Biraan, ont des liens de parenté (dhawī arhām) avec les Talla.

356[Ces mères] sont Kuro Abdul, Jiba Abdul et Jeliyaa Abdul.

  • Kuro est la mère de Maari Kuro, mère de Barka Maari, père de Ahmad Barka qu’on appelle aussi Sam Barka du clan de Dem. Il est actuellement à Wennuude.

357Maari Kuro est aussi la mère d’une fille appelé Faati Maari, mère de ‘Abdu Allahi, notre disciple (murīd) qui appartient également aux Demdemɓe.

  • Quant à Jiba Abdul, elle est la mère de Muttaar Jiba, père de Aatumaani Muttaar, père de Mammadu Aatumaani qui habitait à Appe Saakooɓe.

  • Quant à Jeliyaa Abdul, elle est la mère de Paɗel Jeliyaa, mère de l’Almaami Abdul.

  • [Rappelons que] Bookar Abdul, est le père de Baaba Bookar [262a], lequel est Ceerno Baaba, duquel les Talla de Sinncu Bamammbi sont issus.

  • 87 Les rapports entre cousins croisés donnent lieu à des échanges de calomnies ou de moqueries stéréot (...)

358Les gens de Talla n’ont pas de « parents à plaisanterie » (mumāzih) [ou relation de denɗiraagal87 ou senankuyaagal], sinon avec les gens de Gumde, puisqu’ils sont les descendants de la fille de leur sœur, Defaa Rahamata Lamin, et des Soohsooɓe, puisqu’ils comptent parmi eux le mari de Pennda Baaba Bookar ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Les Talla Dispersés

Les Talla de Wodobere [Da 2]

359On raconte que l’Almaami Muttaar Siree avait un frère, qui s’appelait Mahmūd Siree, père de Hammadi Mahmūd, père de Abdul Hammadi et Sammba Hammadi.

360Abdul est le père de Pennda Abdul, mère du Shaykh Sileymaan.

361Quant à Sammba Hammadi, il est le père de Aamadu Sammba, père de Sammba Aamadu et Umar Ahmad dont les enfants sont à Wodobere actuellement.

362C’est Aamadu Sammba qui était parti s’installer à Wodobere, où il était connu sous le nom de Yero Aysata. Son fils, Sammba Aamadu, y était connu sous le nom de Sammba Yero.

363Je dis : il se peut que Umar Aamadu y ait été connu, lui aussi, sous le nom de Umar Yero ; et Allah le Très-Haut est plus savant. Fin.

Les Talla devenus pêcheurs à Mbaañ [Yi 12]

  • 88 Kamara décrit là un processus de changement d’identité statutaire vers le bas, puisqu’un membre du (...)

364On dit aussi que Aali Lamin et Siree Lamin avaient un frère qui s’appelait Demmba Lamin et dont on ne parle pas parce que, lorsque son fils Umar Demmba Lamin était parti faire ses études chez les Baydān, il s’était installe chez les pêcheurs de Mbaañ et avait fini par épouser une de leurs filles, [appartenant au groupe statutaire des Subalbe], qui lui avait donné ses enfants. Ses parents de clan Talla étaient venus le chercher pour le ramener chez eux, a condition qu’il laisse ses enfants sur place avec leur mère, puisqu’elle était une femme subalɓe. Umar Demmba Lamin leur avait répondu: « Dans ce cas, laissez-moi ici avec mes enfants. Je ne retournerai jamais chez vous et je ne porterai plus votre patronyme (laqab), en revanche, je porterai celui de la mère de mes enfants qui s’appelle Sih »88.

365Umar Demmba Lamin est le père de Aali Umar, père de Sammba Aali, père de Siley Sammba, père de Muusa, qui est un pêcheur, et qui est toujours en vie, a Mbaañ.

366C’est ce que Shaykh Sileymaan de Hoorefoonde [Bo 1 5] m’a rapporte; et Allah le Très-Haut est plus savant.

367[Folios blancs 262b, 263a, 263b, 264a, 264b].

Notes

1 Il s’agit de patronymes soninke installés dans la moyenne vallée en plusieurs vagues et qui ont fait l’objet d’un certain nombre de travaux universitaires (voir O. Kane 1986, pp. 40-51 ; S. D. Ndiaye 1985-1986 ; M. S. Bathily 1987).

2 Jaaba est peut-être la déformation du verbe arabe ajāba qui signifie « répondre », «exaucer » (S. Bousbina).

3 Dans le Gorgol.

4 Fulɓe probablement originaires de Gimi ou des Yirlaabe, d’après Vidal (1924, p. 85). Dans ce passage Kamara ne parle pas de la troisième composante de ce village, celle des Yiirlaaɓe.

5 On trouve un autre Elfekki qui porte le patronyme Ndongo à Dado dans le Tooro [To 2]. D’après les traditions récentes recueillies au début des années 1980 (Abdul Ceerno Añ, chef de village, Bayla Mammadu Añ...), l’implantation dans le Tooro étant considérée comme moins prestigieuse serait postérieure à celle de Gaawol.

6 Voir le chapitre suivant.

7 Repris en grande partie in O. Kane 1986.

8 Sur Hammadi Hunaare, voir Vidal (1924, p. 96), et surtout la monographie dont a été tiré l’article de C. Leblanc (1964).

9 Ces lieux peuvent être localisés sur la carte de Schmitz et Sow (1989).

10 Les Dem portent également le titre de Ceerno et sont à la tête des quatre quartiers. D’après Leblanc (1964), leur domaine en culture de décrue est plus important que celui des Talla.

11 Pourtant, les Maabuɓe sont parmi les rares artisans spécialistes à être chefs de territoire et à former un quartier.

12 Actuellement, le chef de village est un Jaawara.

13 Voir infra, le chapitre suivant.

14 A Sooringo Seɓɓe ainsi qu’à Fajar [Da 32], les Jaawara fournissent encore actuellement les chefs de villages.

15 On retrouve tous ces terrains de cultures dans la toponymie qui a été relevée et localisée par A. Lericollais et son équipe dans les années 1970, soit quelque cinquante ans après la rédaction du texte de Kamara (Lericollais et Diallo 1980), et qui a permis de dresser la carte de Schmitz et Sow (1989): Hammee Baaba reçoit les terres du nord-ouest, Sa‘īd celle du centre et Hamza celles du sud-ouest, selon un découpage grossièrement tranversal au fleuve, bien qu’il ne se prolonge pas jusqu’à ce dernier.

16 Winnde désigne en pulaar un ancien lieu habité. C’est donc l’inverse de sinncu qui est le nom d’un nouveau village. Dans les terres de l’intérieur, le jeeri, ces emplacements, souvent fumés grâce à la présence des parcs à bétail durant la saison des pluies, sont cultivés en rotation.

17 On trouve la même tradition dans Vidal (1924, p. 95). Toutefois selon ce dernier, l’aîné de la famille qui hérite du titre de Ceerno Ngappugu possède, en dehors de sa part, les deux cuvettes de décrue de Itital et Dedal Tierno.

18 Dans le chapitre sur le Booseya, Kamara développe les mariages entre les Talla et les Lih, que nous avons résumé dans le graphique joint.

19 Il faudrait dire plutôt leadership car selon Touati (1994 : 81) le mot provient de ra’īs

20 Sourate xcvi, 6-7.

21Anwār, pluriel de nawr (et non de nūr), lumière, clarté, illumination, signifie aussi fleurs. (S. B).

22 Muslim et al-Bukhāri.

23 Cinq lignes pour expliquer le mot rîf (« campagne, champ  ») d’après al-Qāmūs et Tāj al-‘arūs.

24 La suite du texte fait défaut (p. 494 du manuscrit de Ganngel).

25 Celui-ci deviendra brièvement Almaami en 1866.

26 Mariage sadaga en aumône.

27 Dans le cadre de sa politique de démembrement du Fuuta, Faidherbe sépare la province du Dimat pour l’annexer à la Colonie du Sénégal, par arrêté du 18 juin 1858. Par un autre traité signé en août 1859 il en sera de même pour le Tooro. (I.S.)

28 La suite est illisible.

29 La suite est illisible.

30 Sourate LXXXVI. (S.B.)

31 Ce qui correspond au 23 ou 24 janvier 1898.

32 Il s’agit probablement d’une erreur. Ce sont plutôt les sœurs de Aali Lamin et de Siree Lamin. (S. B).

33 Cela correspond au 26 avril 1806.

34 C’est-à-dire en 1808-1809.

35 Ce calendrier historique a été entièrement annoté par Ibrahima Sali dont les initiales (I. S.) seront rappelées à la fin des notes les plus importantes.

36 1926-1927.

37 1779-1780.

38 1727-1728.

39 1783-1784.

40 1785-1786. ‘Eli al-Kawrī (le « Noir ») Wuld Amar Wuld Eli Shandora régna sur le Trārza de 1760 à 1785. Entre 1768 et 1785, cet Émir développa, grâce aux soutiens successifs des Anglais, des Marocains et des Français, une puissante armée qui désola par ses razzias le Waalo et la partie occidentale du Fuuta. Ces razzias alimentèrent en esclaves les traites négrières atlantique et saharienne. Même l’Émirat du Brākna, dirigé par son parent Mukhtār Agrish n’échappa pas à cette domination militaire. En octobre 1785, une coalition militaire entre cet Émirat et un contingent du Fuuta commandé par Tafsiiru Aamadu Hammaat Kuro Wan de Kanel vainquit à Leyyaat l’armée de Eli qui y trouva la mort. Celui-ci s’était coalisé avec le Brak du Waalo Fara Pennda Tëgg Rel et le Dammel du Kajoor Amari Ngoone Ndella. (I. S.)

41 1798-1799. La bataille eut lieu en 1789. Encouragé par sa victoire sur le Trārza, l’Almaami Abdul Kader chercha à imposer sa « loi non seulement aux Trashaz, mais aussi aux Braknaz, aux Dramanko, aux rois nègres ses voisins et même aux Français du Sénégal » (Xavier Goldberry, Fragment d’un voyage en Afrique fait pendant les années 1485-1786 et 1787 dans les contrées occidentales de ce continent). Il appliqua une poilique musulmane hégémoniste dans le Waalo et le Kajoor. Il envahit le premier auquel il imposa l’islam comme religion d’État, en forçant à la conversion son souverain Fara Pennda. Puis il attaqua le second pour répondre à l’appel du parti maraboutique du Njambuur qui luttait contre le Dammel. L’armée de l’Almaami fut détruite à Bunngoowi dans le Kajoor par la coalition armée de ces deux pays wolof qui avaient bénéficié des fournitures en armes des négriers du Sénégal, adversaires de la politique du Fuuta qui s’opposait à la traite des musulmans. Amari Ngoone Ndella retint l’Almaami prisonnier pendant deux années, en attendant la disparition de toute menace du prosélytisme musulman fuutanke. (I. S.)

42 1806-1807. Après deux années de captivité, l’Almaami Abdul Kader Kan fut libéré par son vainqueur. Rentré au Fuuta, il reprit ses fonctions. Un parti oppositionnel qui s’était constitué pendant sa période de captivité, et dirigé par Aali Dunndu Segele, principal « grand électeur » de l’Almaami et le grand-père de Abdul Bookar Kan, lutta contre son autoritarisme. Cette lutte plongea le pays dans une guerre civile qui opposa les partisans de l’Almaami à une coalition du parti oppositionnel avec le “Ɓunndu et des Bambara venus du Kaarta. Il fut tué à Guuriiki dans le Damnga en 1806. (I. S.)

43 1809-1810. Mammadu Hammaat Bah, plus connu sous le nom de Maadiyu Bah, était né vers 1800 dans le village de Suuyumma (To 6) près de Podoor, dans le Tooro. Membre de la confrérie de la Tijaniyya, il s’était proclamé Māhdi, et installé dans son village qu’il avait appelé Wuro Maadiwu (en Pulaar, le village de Mahdī) où ses nombreux disciples venaient le rejoindre. Son discours réformateur et ses campagnes contre le pouvoir central amenèrent l’Almaami Yuusuf Siree Lih et le Batu Mawbe (le grand conseil) à lutter contre lui. Il fut battu lors de la bataille de Numa, près de Golleere (La 14), dans le Laaw. Après cette défaite, il se retrancha dans son village pour se consacrer à ses enseignements. En 1847, il refusa de suivre dans le Kaarta son ancien condisciple Al Ḥājj Umar venu lui rendre visite à Wuro Maadiwu. Ses correspondances avec le Gouverneur Faidherbe et le Capitaine Flize (Ans. 13G136, pièces 21-28) prouvent incontestablement qu’il était devenu un informateur zélé de Saint-Louis sur les agissements de Al-Hājj Umar pendant la tournée de celui-ci dans le Fuuta en 1859, et sur le développement de la Tijaniyya dans la province du Tooro. Maadiyu Bah mourut le 5 septembre 1862. Il fut remplacé par son fils aîné, Aaamadu Maadiyu, qui sera encore connu plus tard sous le nom de Shayku Aamadu. (I. S.)

44 1822-1823.

45 1823-1824.

46 1824-1825.

47 1828-1829. L’Almaami Yuusuf Siree Lih, de Jaaba-Dekkle (Hebbiyaabe), exerça les fonctions d’Almaami du Fuuta-Tooro neuf fois. Il fut celui qui obtint le plus de mandats sur l’ensemble de la durée du régime des Almaami (1775-1890). Les dates de son dernier mandat et de sa mort proposées par Shaykh Muusa Kamara et par Siré Abbās Soh dans les Chroniques du Foûta Sénégalais sont contradictoires. Le premier fait mourir Yuusuf Siree Lih en l’an 1244 de l’hégire (1829), alors qu’à cette date, selon les « Chroniques », il était encore en fonction pour la huitième fois (1829-1831). Toujours selon « Les Chroniques » son neuvième et dernier mandat daterait de 1834 et aurait duré six mois. Mais elles ne précisent pas la date de son décès (I.S.). Dans leur synthèse chronologique, Robinson, Curtin et Johnson (1972) lui attribuent un dernier mandat en mars 1835. (I. S.)

48 1830-1831.

49 1831-1832.

50 1832-1833.

51 1855-1856. La construction du poste de Maatam fut achevée en novembre 1857, au lieu de la date proposée par Shaykh Muusa Kamara. Dans le cadre de sa campagne d’implantation de postes militaires sur le territoire du Fuuta-Tooro, le Gouverneur du Sénégal Faidherbe avait proposé au ministre de la Marine, dès novembre 1856, la construction de deux nouveaux postes militaires à Salnde dans le Yiirlaabe et à Maatam dans le Ngenaar. La conjoncture voulut que celui de Maatam fût construit le premier pour endiguer à partir de l’est du Fuuta ce que Saint-Louis appelait « le danger omarien ». Outre cet intérêt militaire, Maatam devint un important centre de transactions commerciales entre le Fuuta oriental, les pays maures du Brākna et du Tagant et les maisons de commerce de Saint-Louis. (I. S.)

52 1859-1860. Garli est situé à une quinzaine de kilomètres en amont de Maatam. En février 1858, l’Almaami Mammadu Biraan vint superviser malgré lui les travaux du barrage de Garli destiné à couper les communications entre Saint-Louis et le Haut-Sénégal. Cette initiative avait été prise par une partie des populations du Damnga et du Ngenaar favorables au parti anti-colonial opposé à la création d’un poste à Maatam. Pendant qu’on construisait le barrage, d’autres partisans, pour empêcher toute activité commerciale des traitants, pillaient les caravanes des maures qui se dirigeaient vers ce poste, et parfois massacraient leurs propriétaires Mais les troupes de l’Almaami subirent une sanglante défaite le 4 avril 1858 à Cempeŋ (Da 1), après qu’ils eurent attaqué des caravanes de Shratit et de Brâkna fortement escortées par des milices composées d’Harātīn. Devant les menaces du Gouverneur Faidherbe d’attaquer son armée, Mammadu Biraan préféra quitter Garli pour retourner à Mbummba. Le barrage, qui était d’ailleurs mal construit, céda sous la pression des eaux de la crue. (I. S.)

53 1860-1861.

54 Le poste de Salnde fut créé en août 1859. Le choix de cette localité était d’une grande importance pour Faidherbe. En effet il permettait le maintien d’une présence française dans le Fuuta central, après l’établissement des postes de Podoor dans l’Ouest et de Maatam dans l’Est. Selon le Gouverneur, Salnde devait être «un centra de commerce important, un refuge nécessaire et un point d’appui pour la navigation des bâtiments de commerce, un centre de plus d’où...» l’action française  «...rayonnera dans le Fouta et chez les Braknas» (Ans, 2B 32. Folio 80. Faidherbe au ministre. 12 mais 1858). Grâce au poste de Salnde, les Français intervinrent plus facilement aussi dans les affaires des tribus de centre et de l’est du Brākna. (I.S.)

55 1863-1864.

56 1864-1865.

57 1867-1868.

58 1870-1871. Saada Wan, neveu de l’Almaami Mammadu Biraan Wan, fut élu Almaami du Fuuta-Tooro le 6 août 1867, à la place de Ceerno Raasin Selli Talla de Sinncu Bamammbi (Damnga) déposé pour la seconde fois par le Batu Mawbe (le Grand Conseil des électeurs) le 2 août.

59 1871-1872. Il s’agit plutôt du choléra qui avait sévi dans la vallée du Sénégal durant les années 1868-1869. Les localités de Dagana, de Podoor, de Salnde et de Maatam enregistrèrent de fortes mortalités. Maatam perdit le tiers de sa population. Entre les 7 et 17 janvier 1869, 126 personnes décédèrent dans le Yiirlaabe-Hebbiyaabe (Ans. 13G148. Salde le 21 janvier 1869). Pour amener les populations du Tooro à lutter contre la présence française dans la vallée du Sénégal, Aamadu Maadiyu donna à cette épidémie une explication mystique : le choléra serait une punition d’Allah contre les populations du Fuuta qui avaient laissé les chrétiens occuper un pays de l’Islam. On enregistra au cours de cette période de nombreuses conversions, principalement chez les Fulbe Wodaabe. Beaucoup parmi les convertis migrèrent dans le Kaarta. (I. S.)

60 1873-1874. Jooroodu est une plaine située entre Pete (Yi 3), Nguy et Galoya (Yi 8), dans les Yiirlaaɓe. La bataille de Jooroodu eut lieu le 17 mars 1872. Elle opposa les armées coalisées de Ibra Almaami (Wan) du Laaw et de Ismaila Siley Aan du Yiirlaabe Pete renforcées par les Brākna Awlād Ahmed, Awlād A’li (Naseri) et les Awlād Nugmash contre l’armée du Boosoya conduite par les Jaagorde Abdul Bookar Kan, Ceerno Molle Mammadu Lih appuyés par les Awlād A’li (Heyba) et les Awlād ‘Ayd. Cette bataille se situe dans le cadre de la guerre civile qui ravagea le Fuuta-Tooro, principalement sa partie centrale, entre 1871 et 1879. (I. S.)

61 1874-1875. La bataille de Caski se situe aussi dans le contexte de la guerre civile de 1871-1879. Le 14 avril 1873 Abdul Bookar défait l’Elfekki Gaawol Atumaani Aamadu Jaatara (Añ) et son neveu Buubu Siree Añ qui contestaient son influence politique dans le Fuuta oriental. Ayant compris que le prochain objectif militaire du Jaagorgal était l’ouest, les dirigeants du Yiirlaabe, du Laaw ayant à leur tête Abdul ‘Aziz Wan, le frère de Ibra Almaami, parti dans le Kajoor aider le Dammel Lat Joor contre Aamadu Maadiyu Bah, attaquèrent préventivement le Booseya le 19 avril. Les armées coalisées du Laaw, du Yiirlaabe, des Tuwābīr, et des Awlād Nugmash furent sévèrement défaites à Baari, un terrain marécageux situé près de Caski, par les troupes du Hirnaannge Booseya (Booseya occidental) commandées par Ceerno Molle Mammadu Aamadu Lih. (I. S.)

62 1878-1879. Laam Tooro Sammba Umahaani Sal fut déposé en mars 1860 par les Français à cause de ses positions favorables au mouvement omarien. Saint-Louis avait fait prévaloir le traité de protectorat du 10 avril 1859 signé avec le Tooro. Mais aucun texte antérieur à 1863 ne prévoyait la possibilité pour le Gouverneur de déposer ou de nommer un Laam Tooro, sur proposition des chefs de provinces, comme le prétendirent les Français. Un tel traité ne sera imposé au Tooro qu’en mars 1863. Après avoir rallié pendant quelques mois le mouvement de Ceerno Barahim Kan dans le Damnga, Sammba Umahaani rejoignit le parti anti-Français. Sa lutte contre la présence française dans le Tooro fut facilitée par la nomination à la tête du pays du premier Almaami membre de la confrérie de la Tijaniyya, Aamadu Ceerno Demmba Lih de Jaaba. Sa désignation répondait aux exigences du programme de reconstitution du Fuuta-Tooro amputé de ses provinces occidentales du Dimat (185 8), du Tooro (1859). L’Almaami envahit cette dernière dès le 9 septembre 1862, et reprit ses prérogatives : il rétablit Sammba Umahaani dans ses fonctions de Laam Tooro à la place de Siree Gelaajo Sal qui était imposé par Saint-Louis, exigea des chefs traditionnels de la province «... de ne plus écrire ou de recevoir les lettres des blancs...» et supprima les impôts établis par l’Administration coloniale. Mais dès son retour dans sa capitale, Jaaba, les Français ramenèrent au pouvoir Siree Gelaajo le 10 décembre 1862. En février 1863, l’armée centrale revenue dans la province se saisit de Siree à Dumnga et le fit exécuter.
Mais Sammba Umahaani, plus soucieux de regagner durablement son pouvoir, garanti jusque-là par une autorité centrale instable et affaiblie, et devenu sceptique sur la possible réintégration des territoires de l’ouest, préféra entamer des négociations secrètes avec le gouverneur de Saint-Louis. Il promit de restaurer la paix dans la province sous l’autorité d’une administration française, à la seule condition d’être rétabli dans ses fonctions de Laam Tooro. Pour se conformer à ses promesses, il réussit à faire évacuer le contingent de l’armée centrale. Il signa le 26 mars 1863 le traité d’annexion du Tooro à la colonie du Sénégal, mettant ainsi les populations de la province «... sous la dépendance et la protection de sa Majesté l’Empereur des Français ». Entre 1863 et 1878, Sammba Umahaani entretint des rapports instables avec Saint-Louis : tantôt allié des Français quand ceux-ci acceptaient son pouvoir, tantôt ennemi inconditionnel et partisan d’un Fuuta indépendant et reconstitué, quand on l’y chassait. Il ne fut pas le seul parmi les dirigeants du Tooro à avoir eu une attitude fluctuante vis-à-vis de Saint-Louis. Laam Tooro Hammee Ngay Sal et Laam Tooro Sidiiki Sal pratiquèrent la même politique. Toujours au pouvoir, Sammba Umahaani décéda de mort naturelle le 26 juillet 1878 à Gede (To 13). Son neveu Mammadu Abdul Sal lui succéda le 1er octobre de la même année. (I. S.)

63 1879-1880. La construction d’une ligne télégraphique entre Saint-Louis et Bakkel répondait au souci de la puissance coloniale d’établir une liaison permanente et rapide entre les différents postes échelonnés le long du fleuve. Car la précarité des moyens de communications pendant la période des basses eaux et la lenteur de la correspondance ne permettaient guère une meilleure coordination entre Saint-Louis, la Moyenne Vallée et le Haut-Fleuve. Le commandant du poste de Salnde faisait remarquer qu’ «un simple fil télégraphique suffirait à sevrer forcément cette dépendance en faisant éviter des retards et des complications ». Si les travaux du tronçon Dagana-Podoor furent « menés rondement » et achevés le 17 mai 1877, il n’en fut pas de même entre cette dernière localité et Bakkel. Le tronçon Podoor-Salnde ne fut achevé que le 31 mai 1880.
La présence d’un télégraphe dans le Fuuta était perçue comme un nouveau moyen utilisé par les Français pour accélérer le processus de démembrement du pays entamé par Faidherbe depuis 1854. Pour de nombreux dirigeants, principalement ceux du Fuuta central, le télégraphe représentait «... le signal de l’entière domination des Blancs, de la fin du règne des coutumes locales, de l’établissement de l’impôt, etc. ». C’est pourquoi ils cherchèrent, autant que faire se peut, à retarder les installations des tronçons du Hebbiyaabe et du Booseya par des destructions des matériels et par des attaques contre les équipes d’ouvriers chargés de la construction de la ligne. En octobre 1880, la destruction d’un dépôt de poteaux télégraphiques à Aañam Barga (Bo 29) dans le Booseya donna au Gouverneur Briere de L’Isle le prétexte pour déclencher une offensive militaire contre cette province entre mars et avril 1881. Les troupes françaises aidées par leurs alliés du Laaw et les Tuwābīr pratiquèrent une véritable politique de la terre brûlée dans le Yiirlaabe et dans le Booseya. Les villages de Nguy (Yi 1), Hoore Foonde (Bo 15), Caski (Bo 4) et Neere (Bo 1) furent attaqués, de nombreux habitants furent faits prisonniers. Pour affamer les populations, des récoltes furent brûlées. Sous la direction du nouvel Almaami, Siree Baaba Lih dit Buubu Abba, nommé par souci d’apaisement, un traité fut signé à Gababe le 16 mai suivant, engageant Abdul Bookar (Kan) et ses partisans à autoriser la poursuite des travaux pour la construction des tronçons du Fuuta central et oriental. (I. S)

64 1881-1882. Le Gouverneur Briere de l’Isle ne voulant pas entreprendre seul la campagne de mars-avril 1881 contre le Booseya, décida d’y associer certains dirigeants dont le Laam Tooro Mammadu Abdul Sal appelé encore Mammadu Mbowba. Celui-ci avait une raison essentielle d’accepter la proposition de participer à l’expédition militaire. Depuis 1879 les maures Tuwābīr avaient inauguré une campagne de pillages dans le Tooro et le territoire des HalayBe, par l’enlèvement en mars de cette année de près de 2000 têtes de bétail appartenant en partie au Laam Tooro Mammadu Abdul. D’ailleurs les différents commandants qui se succédèrent à Podoor pendant cette période se plaignirent souvent de ces pillages. Mammadu Abdul avait accusé le chef des Yiirlaabe Pete, Ismayla Siley «... d’avoir appelé les maures touabirs en face du Lao et de l’Irlabe afin qu’ils y trouvent un refuge après avoir pillé les gens du Toro » note l’un d’eux (Ans. 13G 128. n° 14. Pièce 66. Podor, 14 avril 1879. Lettre du commandant A. Louis au Gouverneur). Ces pillages avaient suscité un mécontentement généralisé des villages de la province et mis le Laam Tooro dans une mauvaise position politique face à ses compétiteurs. Mais les Français s’étaient toujours opposés à toute campagne de représailles contre leurs précieux alliés du Brākna qu’ils utilisaient souvent contre le Booseya. Mammadu Abdul saisit donc cette occasion pour se venger des Tuwābīr. Au lieu d’accomplir les tâches militaires contre le Booseya que lui avaient confiées les Français, il choisit plutôt de rejoindre la rive droite pour s’attaquer aux Tuwābīr, alors que ceux-ci étaient mobilisés pour gêner le déploiement des troupes coalisées du Booseya et des Abakāk du Tagant. Il leur enleva 8 à 9000 moutons pour compenser les quelque 2000 bœufs, moutons et chèvres que le Tooro avaient perdus. Puis il retourna à Gede sans se soucier de la suite de l’expédition contre le Booseya. Il refusa de restituer le bétail malgré les ordres de Saint-Louis qui tenait à une «... stricte exécution des conventions passées avec les Touabirs » qui avaient rendu d’importants services en pillant et en brûlant les villages du Fuuta central opposés à la construction du télégraphe. Mais il finit par le faire à Podoor au Capitaine Rémy, le Directeur des Affaires politiques. Il fut néanmoins destitué le 30 avril 1881 et remplacé en juin de la même année par son rival Hammee Gaysiri. (I. S.)

65 1883-1884. Il s’agit certainement de la Comète de Halley connue au Fuuta-Tooro sous le nom de Hoodere Laaci (l’étoile à queue). (I.S.)

66 1884-1885. Les batailles de Abdalla et de Ndirboya entrent dans le cadre de la guerre civile de 1871-1879. (I.S.)

67 1885-1886.

68 1886-1887.

69 1889-1890.

70 1890-1891. Marabout de la confrérie Tījaniyya d’obédience omarienne, Ceerno Sammba Jaadana Njaac était issu de la famille des Njaac de Juude Jaabe (La 16) et de Golleere (La 14) dans le Laaw. Comme Ceerno Barahim Kan dans le Fuuta oriental (1864-1868) et Aamadu Maadiyu (1862-1875) dans le Tooro, au Kajoor et au Jolof, lui aussi avait voulu jouer un rôle politico-religieux dans le Laaw. Son mouvement avait représenté entre 1889 et 1890 un danger politique pour Ibra Almaami Wan et pour Saint-Louis qui allait achever la conquête coloniale du Fuuta-Tooro. D’autant qu’il avait rejoint fin mars 1890 le parti anti-colonial, sous l’initiative de l’un des lieutenants de Abdul Bookar, Demmba Daramaan Wan, un ennemi irréductible de Ibra Almaami. Au début du mois d’avril, avec l’aide de Mammadu Abdul Bookar, Sammba Jaadana tenta de parvenir à Kasga «... pour faire sortir femmes, enfants, esclaves et troupeaux et les conduire à Kayhaydï ». Mais la coalition des troupes de Ibra Almaami, des Awlād Nughmash et Awlād Heyba eut raison de lui. Il fut tué le 6 avril 1890 à la bataille de Gawdal Kooli, près de Juude Jaabe, par les hommes de Sīd’Ahmed Wuld Ahmed Wuld Heyba qui offrit sa tête comme trophée à Ibra Almaami. (I. S.)

71 1891-1892. A partir de mars 1891 des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, des Ferganŋkooɓe, furent chassés du Kaarta vers le Fuuta-Tooro par le colonel Archinard qui venait d’occuper Ñooro, le 1er février 1891. (I. S.)

72 1892-1893.

73 1894-1895.

74 1895-1896.

75 Avril-mai 1896.

76 1898-1899.

77 20 février 1901. Abdul ‘Aziz Wan avait succédé à son frère Ibra Almaami décédé en décembre 1895 d’un cancer de l’estomac. Il fut assassiné par Demmba Daramaan Wan et Mammadu Biraan Wan qui finirent par se rendre volontairement à l’Administration du Cercle de Kayhaydï. Jugés et condamnés à mort par le tribunal de ce chef-lieu en 1901, ils furent exécutés par décapitation la même année à Mbummba, en présence des administrateurs des cercles de Podoor et de Kayhayɗi (I. S.)

78 1907-1908.

79 Illisible.

80 Illisible.

81 L’Almaami Muttaar fut Almaami juste après la mort de l’Almaami Abdul, en 1806-1807 (Robinson et al. 1972).

82 La page contient des ajouts en marge, illisibles.

83 L’Almaami Raasin Selli fut élu à deux reprises, en 1866-1867 et en (Robinson et al. 1972).

84 Il s’agit peut-être d’Aamadu Bamba Mbakke, fondateur du mouridisme, le mot seriñ désignant le marabout en wolof.

85 Sur Hammee Baaba Talla qui fut le plus grand lettré de l’école de Ciloñ, voir la thèse de Alassane Mbaye Thiam (1987).

86 Kamara analyse deux exemples de rameaux utérins, l’un qui associe les Talla à des Soh peuls, l’autre des Talla à d’autrres Tooroɓɓe, les Dem et les Kan. Sur l’existence et l’importance de matrilignées associant aussi bien au niveau local que central différentes grandes familles, voir Schmitz (1985a).

87 Les rapports entre cousins croisés donnent lieu à des échanges de calomnies ou de moqueries stéréotypées. Gages d’alliances puisque découlant d’un échange de femmes, ils sont étendus métaphoriquement aux rapports entre clans et même entre ethnies dans toute l’Afrique de l’Ouest. Sur les cousins à plaisanterie chez les Haalpulaar, voir Y. Wane (1969, p. 129 sq.). (J. S.)

88 Kamara décrit là un processus de changement d’identité statutaire vers le bas, puisqu’un membre du groupe statutaire des Tooroɓɓe devient un pêcheur, les Subalɓe étant considérés comme le groupe inférieur des libres. Dans d’autres passages du Zuhūr (Kamara 1975), il est plus précis quant aux modalités de ces conversions statutaires qui supposent l’apprentissage, la maîtrise technique et donc magique d’un savoir-faire, ici la pêche. Le mariage et l’adoption du nom de clan de la famille de la femme signifient le couronnement du processus, qui ne se réalise véritablement qu’à la génération suivante, celle des enfants du couple qui sont considérés comme Subalɓe.

Table des illustrations

Titre Tabl. 5. Charte politique de Wudduru (Oudourou) [Ng 8]. Ceerno Njaay.
Légende Sources : Vidal (M.) 1924, p. 85 ; Demmba Aamadu Njaay (76 ans), chef de village, Muusa Buubu Njaay (64 ans), le 1/3/85.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tabl. 6. Charte politique de Gaawol [Ng 1]. Elfekki Añ.
Légende Sources : Vidal (M.) 1924, pp. 61-62, 89 ; Abdul Ceerno Añ (58 ans), chef de village, Baylaa Mammadu Añ (48 ans), Muusa Mammadu Añ (58 ans).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8462/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tabl. 7. Charte politique des villages de Joŋto/Sillanaaɓe [Bo 13]. Jaagaraf Soh/Ceerno Silla
Légende Sources : Jaagaraf Aamadu Soh, Elhajji Aamadu Saar, Mammadu Umar Saar, Jibi Mawdo Congan, Sidi Mammadu Saar, Sammba Hammadu Saar, Saydu Sammba Cooy, Bookar Hammadi Saar, le 16/6/84.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8462/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tabl. 8. Charte politique de Sinncu Jomjoor (Diomdior) [Bo 4]. Jaagaraf Soh.
Légende Source : Yahyaa Hammadi Soh (70 ans), le 16/6/84.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8462/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tabl. 9. Charte politique de Hammadi Hunaare [Da 14-1, 2, 3, 4]. Ceerno Dem.
Légende Source : Vidal (M.) 1924, p. 96.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8462/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tabl. 10. Charte politique de Sinncu Bamammbi [Da 7]. Ceerno Ngappugu Talla
Légende Sources : Vidal (M.) 1924, pp. 94-96 ; Kaali Talla, le 24/4/83.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8462/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Carte 4 : Les terres de décrue des Talla à Sinncu Bamammbi [Da 7].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8462/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Topographie
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8462/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Villages
Légende Un signe barré horizontalement signifie que ce sont des descendants d esclaves qui sont majoritaires dans le village
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8462/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Territoires
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8462/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search