Version classiqueVersion mobile

Florilège au jardin de l’histoire des Noirs (Zuhür Al Basatin). Tome 1, volume 1

 | 
Shaykh Muusa Kamara

Chapitre IV. Émancipation d’autres guerriers, les seɓɓe Labboyaɓe, Duganaaɓe et Mboonnaaɓe

Texte intégral

L’émancipation des seɓɓe Labboyaaɓe et Duganaaɓe

Salli Belli Jah et la rupture avec les Deeniyankooɓe d’Horkayere [Da 17]

1Le groupe des Labboyaaɓe et des Duganaaɓe est formé de plusieurs clans (qabā’il) dont les plus proches des Deeniyankooɓe sont les Bannoornaaɓe [BANNOR]. Ce sont eux qui perçoivent pour les Deeniyankooɓe l’aumône légale (zakāt) des Labboyaaɓe, et reçoivent les reins de chaque bête tuée par ceux-ci. Ils sont originaires de Bajar.

2Parmi les clans des Labboyaaɓe, il y a les Gey, qu’on appelle les Baawelnaaɓe, et les Sek, qu’on appelle les Daneyaaɓe.

3Parmi leurs chefs il y a les Saakooɓe [Saako] dont le premier dignitaire (wajīh) est Sawa Saajo, et les Jahjaaɓe [Jah] dont le personnage le plus illustre est Salli Belli. On a dit qu’il était le chef de tous les clans du Ngenaar, de Gaawol [Ng 1] jusqu’à Alanaa, à l’époque où Suie Njaay était à Horkayere.

4On dit aussi que c’était lui qui avait brisé la mesure de grains de Sule Njaay. [En voici l’histoire] : Sule Njaay avait une grande jatte qui pouvait contenir vingt mesures de grains (sa’) et faisait obligation à chaque famille de Ngenaar de la remplir avec des céréales chaque jour, ou chaque semaine, ou chaque mois, ou chaque année ou à chaque moisson. L’informateur n’a pas précisé, et Allah est plus savant.

5Sule Njaay continuait de se comporter de cette façon avec eux jusqu’au jour où, ayant appris que ses ennemis qui se recrutaient parmi les Deeniyankooɓe et les Saybooɓe restés au Fuuta, étaient venus le combattre, il convoqua les gens du Ngenaar et leur demanda d’aller combattre l’ennemi. Leurs notables dirent alors à Salli Belli : « Réponds-lui, puisque tu es notre chef.» Celui-ci dit à Sule Njaay : « Je ne partirai pas combattre l’ennemi et je ne demanderai à personne de le faire.» Sule Njaay lui demanda : « Quelle est la cause de toute cette colère, ô Salli ? Tu es très fâché !» Salli lui répondit : « C’est parce que tu nous rends la vie difficile, à nous les gens du Ngenaar, avec tes prélèvements en céréales. Nous ne sommes que des esclaves. Celui qui parmi vous vaincra l’autre, deviendra notre maître. »

6Suie Njaay appela son esclave, [223b] Sammba Bah, et lui ordonna de casser la jatte devant eux. Et pour calmer totalement Salli, Sule Njaay lui offrit l’esclave Sammba Bah. Salli dit alors à Sule : « Dans ces conditions, nous acceptons », puis il ordonna aux gens du Ngenaar d’aller combattre l’ennemi. Ils le firent et sortirent vainqueurs de la bataille, grâce à Allah le Très-Haut.

7Les derniers descendants de l’esclave Sammba Bah se trouve à Seruga, un village au-delà du Julol.

8Ainsi se comportaient les Labboyaaɓe avec les Deeniyankooɓe jusqu’à la mort de Salli Belli.

Sawa Saajo Saako et les Tooroɓɓe

9A la fin de la domination des Deeniyankooɓe et à l’arrivée au pouvoir des Tooroɓɓe, qui sont les imām de l’islam, les chefs des Labboyaaɓe se mirent d’accord pour dépêcher des émissaires chez l’Almaami Abdul afin de lui prêter serment d’allégeance.

10Ils choisirent pour cette mission Sawa Saajo, qui était devenu leur chef après Salli Belli et qui était des Saakooɓe [Saako], et envoyèrent avec lui deux frères de Salli Belli, Munke Belli et Demmba Belli [Jah], deux hommes des Duganaaɓe, Gelaajo Takka et Biraama Takka

Les Labboyaaɓe à Buruuji [Da 18]

11Ils partirent en groupe chez l’Almaami et lui demandèrent l’autorisation d’habiter à Buruuji, à côté de Barkeewi [Da 18]. Il la leur accorda et leur donna (en plus les terres) qui se trouvent entre Butukuru Luuje – qui est le nom des arbres qui se trouvaient entre Jincaη [Da 13] et Padalal [Da 16] – et Ganki Umaru Naaye à Lobbudu Bata entre Gumal [Da 19] et Waawnde [Da 20] au Sénégal, en face de Ɓokki Goriñe, qui est la frontière entre les Deeniyankooɓe et les Haayrankooɓe en Mauritanie.

Les Duganaaɓe à Padalal [Da 16]

12Ultérieurement, deux hommes des Duganaaɓe, Dewa Jeegi et Hammee Jeegi, se rendirent chez l’Almaami et lui demandèrent l’autorisation d’habiter à Padalal [Da 16]. Celui-ci leur répondit : « Dites à vos frères, les Labboyaaɓe, de vous donner les terres que je leur avais données auparavant, celles qui se trouvent juste derrière Bappalel, entre Padalal et Buruuji. »

13On dit qu’à l’origine de cette histoire, un conflit aurait éclaté à Buruuji entre un certain Aljuma, des Duganaaɓe et certains Labboyaaɓe, au sujet du partage d’une offrande, une vache. Les Labboyaaɓe avaient voulu donner à leur chef, ‘Amar Siidi, le morceau de viande appelé biwol [diaphragme]. Buubu Aljuma leur avait alors dit : «A quelle portion de biwol aura droit notre chef, Hammee Jeegi ? ». « Aucune », lui avaient répondu les Labboyaaɓe. C’est pour cela que les Duganaaɓe s’étaient fâchés et étaient partis demander à l’Almaami Abdul l’autorisation de s’installer à Padalal, et Allah le Très-Haut est plus savant.

Les chefs des Labboyaaɓe à Buruuji [Da 18]

14Une fois que les Labboyaaɓe eurent reçu l’autorisation de l’Almaami, ils s’installèrent à Buruuji, puis ils dirent à Sawa Saajo : « Tu es le plus âgé d’entre nous, alors prends le pouvoir. » Sawa refusa et désigna à sa place le fils de son frère, ‘Amar, qui fut le premier à gouverner Buruuji. Il était des Saakooɓe.

15Demmba Belli, des Jahjaaɓe [Jah], lui succéda, puis son frère, Munke Belli, puis Hammadi Yero, puis Niila Banna, puis Kebaa, puis Sammba Munke, puis’Abd al-Qādir. Et tous étaient des Jahjaaɓe.

16Quant aux Saakooɓe, le premier dignitaire parmi eux fut Sawa Saajo, puis le fils de son frère, ‘Amar, puis Hammadi Billo, Baydi Saako, Siree Sammba Sirguru et son frère Yero Sammba Sirguru, l’actuel chef de Barkeewi [Da 18].

17Quant aux Daneyaaɓe, aucun d’entre eux ne fut à la tête de Barkeewi, excepté Buubu Hammadi Saana.

Rupture entre les Labbuyaɓe et les Haayrankooɓe qui s’installent à Gumal [Da 19]

18Une fois les Labboyaaɓe [224a] installés à Buruuji après la mort de Satigi Sule Buubu et de l’Almaami Jaaye à Tulel, et l’émigration des Deeniyankooɓe chez les Bambara, les Haayrankooɓe de Gumal commencèrent à les opprimer durement à l’époque de Silmaan Hammadi. En effet, ils cohabitaient avec eux à Buruuji.

19On dit que les Labboyaaɓe ne pouvaient pas tuer un poulet ou pêcher un poisson sans donner une partie de ce poulet ou de ce poisson aux Haayrankooɓe.

20Lorsque les Labboyaaɓe partaient à la pêche, les Haayrankooɓe les guettaient dans un endroit entre le lieu de la prise et le village. Ils attendaient leur arrivée et leur prenaient tous les gros poissons et ne leur laissaient qu’un petit nombre de petits poissons. Quand les Labboyaaɓe réussissaient à capturer un gros poisson sans que les Haayrankooɓe en aient connaissance, ils le découpaient tout en expectorant et toussant très fort, de manière à ce que les autres ne s’en aperçoivent pas, car, dans le cas contraire, les Haayrankooɓe torturaient le propriétaire du poisson et le lui arrachaient.

21Lorsque les Haayrankooɓe en avaient assez de manger de la viande de tel ou tel animal, ils demandaient aux Labboyaaɓe de leur apporter celle d’une autre espèce. Ils faisaient la même chose avec les poissons.

22Cette situation dura jusqu’au jour où deux femmes des Labboyaaɓe, Banna Munke et Kadi Belli, rassemblèrent leurs bijoux en or, et partirent voir Ceerno Tillere [Aan], qui était le chef de tout le Ngenaar à l’époque et qui habitait à Guuriiki Koliyaaɓe. Elles lui firent part de leur conflit avec les Haayrankooɓe.

23Ceerno leur ordonna de retourner chez elles, en leur promettant de venir les voir le lendemain.

24En effet, Ceerno arriva le lendemain par surprise, au moment où les Haayrankooɓe faisaient la sieste. Il donna l’ordre à ceux-ci de quitter Buruuji sur-le-champ, et versa par terre leurs pots qui contenaient de la teinture ainsi que leurs marmites qui contenaient leur repas.

25Il les fit s’installer dans l’endroit où ils sont actuellement, c’est-à-dire à Gumal [Da 19], et désigna la rivière’Aali Siree, entre Buruuji et Gumal, comme frontière entre eux et les Labboyaaɓe.

26Il leur avait dit en les installant à Gumal : « Restez ici cette année, et l’année prochaine je vous installerai dans un endroit plus loin que celui-ci.» Cependant, lors d’un combat il fut tué par l’Almaami Yuusuf [Lih] à Ngijiloñ avant la fin de l’année, et les Haayrankooɓe restèrent à Gumal jusqu’à aujourd’hui [224b], comme nous allons le voir dans l’histoire des Aan’aanɓe, si Allah le Très-Haut le veut.

Les Caam et Njaay, chefs des Duganaaɓe de Padalal [Da 16]

27Quant à Dewa Jeegi et Hammee Jeegi [CAAM], des Duganaaɓe, qui avaient demandé à résider à Padalal [Da 16], ils habitèrent avec les Silɓe jusqu’à ce qu’un désaccord naisse entre eux.

  • 1 Voir la fin du premier chapitre, au folio 182b.

28Ils demandèrent alors l’aide de Suie Buubu, qui leur avait envoyé Bookar Siree Njaay, lequel chassa les Silɓe et s’installa avec les Duganaaɓe, ce que nous avons vu auparavant1.

29Dewa Jeegi est le père de Seydi Demmba, père de Hammadi Seydi, père de Ahmadu Hammadi, connu sous le nom de Ahmadu Paate, qui est toujours en vie.

30Quant à Hammee Jeegi, il est le père de Siree Hammee, père de Makka Siree, père de Hammee Makka, connu sous le nom de Hammee Moodi, qui est toujours en vie en Mauritanie (Moodi est le nom de sa mère).

31Le patronyme (laqab) de Dewa Jeegi et Hammee Jeegi est Caam, d’après ce qu’on dit, et Allah est plus savant.

32Quant à Buubu Sammba [Njaay], le chef actuel de Padalal de la Mauritanie, il est le fils de Sammba Hammadi Buubu, qui était le chef de Padalal du Sénégal, à l’époque où Siree Diiye [Bah] était le chef du diwān de Padalal.

33Buubu Sammba est issu d’un homme qui s’appelle Buubu Aljuma Jaaye, père de Hammadi Buubu, père de Sammba Hammadi Buubu, père de Buubu Sammba.

34Sammba Hammadi Buubu avait un frère qui s’appelait Demmba Hammadi Buubu, père de’Abd Allah Demmba, lequel est Yurgu Demmba, qui est à Padalal actuellement.

35Aljuma Jaaye avait un frère qui s’appelait Demmba Jaaye, père de Aadama Demmba, père de Raasin Aadama et Sammba Aadama, dont la descendance est à Padalal en Mauritanie actuellement.

36La cause de l’appellation de Padalal par ce nom est qu’à l’endroit où se trouve le village, il y avait un grand arbre sur lequel les oiseaux mettaient leurs fientes qui étaient nombreuses et avaient formé des taches sur l’arbre. Les Fulɓe Jaawɓe appelaient cet arbre fadali (ou padali), comme la robe d’une vache, et, lorsque les gens s’étaient installés aux alentours de cet arbre, ils l’avaient appelé fadalal (ou padalal) ; et Allah le Très-Haut est plus savant. Le patronyme des descendants de Aljuma Jaaye et Demmba Jaaye est Njaay.

37Les Duganaaɓe du Fuuta sont ceux qui y étaient demeurés avec le reste des Deeniyankooɓe et des Saybooɓe, après l’émigration des descendants [du Satigi] Buubu Muusa au Damnga, et qui s’étaient installés à Horkayere [Da 17], et Allah le Très-Haut est plus savant.

Comment les Jahjaaɓe sont devenus Labboyaaɓe

38Sache que les Jahjaaɓe qui sont devenus les Labboyaaɓe sont originaires de Juude Jaaɓe [Da 16]. Ils étaient venus avec Saa Ɓooy Sule Moodi Bookar Sawa Laamu, afin d’aider les enfants de Buubu Muusa contre Sammba Gelaajo, d’après ce qu’on dit, puis ils s’étaient liés par de nombreux mariages avec les Labboyaaɓe et étaient devenus très intimes avec eux. Et c’est pour cela qu’ils sont devenus des Labboyaaɓe ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Seɓɓe Koliyaaɓe et tooroɓɓe Joottinaaɓe

Les Tooroɓɓe des Koliyaaɓe de Jannjooli [Ng 30] : les Joottinaaɓe

39Sache qu’à Jannjooli il y a des gens qui ne sont pas des Koliyaaɓe, mais qui sont devenus Tooroɓɓe. Ils sont originaires de Belli Jootti, un village du Ɓunndu. C’est pour cela qu’on les appelle ici les Jottinaaɓe.

40Le premier d’entre eux qui vint à Jannjooli fut Alfaa Yero, car lorsqu’il arriva à Horkayere [Da 17], il demanda où se trouvaient les Koliyaaɓe chez qui il voulait aller, puisqu’il avait entendu dire qu’ils traitaient bien leurs voisins. On lui répondit que la plupart d’entre eux étaient à Jannjooli. Il partit alors et les rejoignit. Il leur raconta son histoire et les Koliyaaɓe l’accueillirent bien et l’installèrent tout seul dans un endroit situé entre eux et le marigot de Jannjooli.

41Lorsque les Tooroɓɓe mirent fin à la domination des Deeniyankooɓe, certains avaient émigré [chez les] Bambara. Hammadi Jali et son fils, Buubu Hammadi Jali, qui était le chef des habitants de Garli [Ng 31], à côté de Maatam [Ng 11], avaient émigré aussi avec eux.

Les terres de Ceerno Njaay à Jannjooli [Ng 30]

  • 2 Bede est le pluriel de weduru, le gourdin.

42Après le départ de Hammadi Jali, les Koliyaaɓe confisquèrent ses terres, actuellement appelées Bede2 [Ng 30] – bede signifie « les petits gourdins » - car les Koliyaaɓe avaient expulsé à coups de bâtons le reste des habitants de Garli qui protégeaient leurs récoltes en chassant les oiseaux avec ces gourdins.

  • 3 On retrouve ces terrains dans le domaine attribué à Joom Njaay de Jannjooli [Ng 30]. Voir carte Sch (...)

43Ils avaient ensuite donné ces terres à leur shaykh, [225a] Alfaa Yero, ainsi que les terres de Buuba (ou Poopa) de Bile, de Lobbudu Bile et d’autres terrains de culture de décrue3.

44Alfaa Yero était l’un de ceux qui avaient fait leurs études avec l’Almaami Abdul à Pir.

45On raconte que l’Almaami était un soir l’hôte des Koliyaaɓe à Jannjooli. Ils avaient ce soir-là tué sept bœufs pour lui. Par oubli et parce qu’il y avait un grand nombre d’invités, ils n’avaient donné aucun morceau de viande à Alfaa Yero. Le lendemain matin, celui-ci alla saluer l’Almaami, puis lui dit : « Je suis ton frère en Allah le Très-Haut, et ton compagnon d’études. J’ai passé la nuit ici, et on a tué pour toi un certain nombre de bœufs sans qu’on m’en donne un seul morceau. Ceci n’est pas acceptable. »

46L’Almaami le crut et lui présenta ses excuses, puis il ordonna aux Koliyaaɓe de lui donner la poitrine de chaque bête qu’ils tueraient. Ceux-ci acceptèrent.

47Alfaa Yero était très âpre, comme vous allez le voir. Chaque fois que les Koliyaaɓe tuaient une bête, Alfaa Yero envoyait un proche assister au découpage. Son envoyé recommandait de ne pas diminuer sa part de poitrine, et les Koliyaaɓe excédés, avaient cessé de lui en donner en contrepartie de la prière à leurs morts ainsi que du biwol (diaphragme, muscle, qui est le morceau de viande rond situé entre le poitrail et le nombril), pour le gouvernement du village, et les felewere, les cuisses asaale et la moitié de la peau, pour la toilette mortuaire. Quant aux pêcheurs, il leur prenait la moitié de ce qu’ils pêchaient, et lorsqu’ils ne pêchaient rien, ils lui donnaient un poulet pour les terres qui ne se louaient pas.

48On dit que les invocations de Alfaa Yero étaient toujours exaucées et, lorsqu’il faisait un talisman pour quelqu’un, il obtenait souvent le résultat espéré, à tel point que les femmes des boisseliers (Lawɓe) racontaient cela dans leurs chants. Elles disaient : « Taali winda naam Alfaa Yerab taalibe windi », ainsi que d’autres chants comme celui-ci, et Allah le Très-Haut est plus savant [225b].

Généalogie des Ceerno Njaay

49Leur chef actuel est Ceerno Al-Ḥusayn, plus connu sous le nom de Sende ben Maḥmūd ben’Eli ben Alfaa Yero.

50‘Eli est aussi le père de Sammba’Eli, père de Jawli, qui était le chef des Joottinaaɓe. Jawli ben Sammba’Eli a un fils, qui est actuellement à Jannjooli [Ng 30] et qui s’appelle Ḥusayn Jawli.

51Alfaa Yero avait aussi un fils qui s’appelait Sammba Alfaa, frère de ‘Eli Alfaa. Ce Sammba est le père de Ḥusayn et de Ceerno Bookar, qui moururent en Orient [au Mali] pendant l’émigration [fergo] du Shaykh al-Ḥājj ‘Umar. On ne connaît pas leurs descendants.

52Alfaa Yero avait un autre fils, qui s’appelait Jibi Alfaa et qui n’avait eu que des filles. Il est le père de Pennda Jibi, mère de Hammadi Pennda, père de Siidi Hammadi qui est à Jannjooli actuellement.

53Leur chef porte le titre de Ceerno, et les habitants de son quartier sont appelés Joottinaɓe.

54Une fois, un des leurs mourut. L’un [de ses proches] voulut tuer un boeuf à cette occasion. Il le prit, puis il l’attacha devant la maison de celui qui était leur chef à cette époque, et dit à ce dernier : « Si tu veux prendre la poitrine (biwol), les cuisses (asaale) et la moitié de la peau, il vaut mieux que tu prennes [le bœuf] tout entier. Comme cela, je serai tranquille une fois pour toutes.» Et le chef le prit.

55Une autre fois, un des Joottinaaɓe mourut au moment où le chef était parti passer l’été à Garli. Selon leur coutume, les Joottinaaɓe n’enterraient leurs morts qu’en présence de leur chef. Les proches du défunt informèrent alors le chef de ce décès afin qu’il rentre [226a]. Mais il mit beaucoup de temps pour revenir. Entre-temps, les proches du défunt craignant que le cadavre ne soit putréfié, l’enterrèrent. Quand le chef arriva, il les réprimanda sévèrement et leur ordonna d’exhumer le corps, mais les Koliyaaɓe intercédèrent auprès de lui en faveur des Joottinaaɓe et dirent à ces derniers de lui offrir une belle vache pour le satisfaire. Ils le firent, et le chef leur pardonna et donna la vache aux Koliyaaɓe, lesquels étaient en quelque sorte ses conseillers.

Relations entre les Seɓɓe Koliyaaɓe et les Fulɓe Cuutinkooɓe

Cuutinkooɓe et Raηaaɓe au Maasina

56Nous avons appris que les Cuutinkooɓe et les Raηaaɓe ont la même origine et ont des liens de sang commun.

57Parmi leurs anciennes coutumes, lorsqu’un Cuutinke trouvait une vache aveugle, noire ou qui a la queue coupée ou les cornes cassées, appartenant aux Raηaaɓe, il la prenait pour lui. Le contraire ne se faisait pas.

58Et lorsqu’un Cuutinke commet une erreur (ou un acte honteux), les Raηaaɓe ne lui disent rien, mais si c’est le contraire, les Cuutinkooɓe les blâment. Cette coutume subsiste encore, contrairement à la première qui a disparu.

59Les Cuutinkooɓe et les Raηaaɓe sont originaires du Maasina, d’un endroit qui s’appelait Seeno Kaare Ari. De là, ils étaient partis chercher des pâturages, mais les pasteurs, en chemin, s’étaient disputés, puis ils s’étaient fâchés et s’étaient dirigés vers le Fuuta Tooro.

L’installation des Cuutinkooɓe près de Jowol [Ng 3]

60Ils ont longtemps été installés dans un endroit appelé Cuusi, entre Gorgol (Fori) et Jowol [Ng 3] en Mauritanie. C’est pour cela qu’ils ont été appelés Cuutinkooɓe, c’est-à-dire les habitants de Cuuti.

61Dans notre langue, Cuutinkooɓe signifie « les gens qui se sont fâchés et qui sont partis ». C’est pour cela qu’ils avaient appelé leur premier domicile au Fuuta, Cuuti, que les Bayān (les Maures) appellent Cuusi.

62Durant leur longue installation à Cuusi (quelques) conflits les opposèrent au Satigi. (L’un de ces conflits s’est produit) lorsque les conseillers du Satigi [226b] virent une belle femme parmi les Cuutinkooɓe et en informèrent celui-ci. Le Satigi donna alors l’ordre de l’enlever et la lui amener.

63Les proches de la femme les suivirent jusqu’au domicile du Satigi. (Cependant), les Koliyaaɓe leur offrirent l’hospitalité, et ils se réconcilièrent avec le Satigi après que celui-ci eut accepté de leur donner de l’argent et de conclure la paix. Les Cuutinkooɓe lui laissèrent alors la fille.

L’alliance entre les Seɓɓe Koliyaaɓe et les Fulɓe Cuutinkooɓe

64Ultérieurement le Satigi fit en sorte que les Cuutinkooɓe fraternisent avec les Koliyaaɓe, et depuis ce jour-là, les Cuutinkooɓe ont pris les Koliyaaɓe comme intermédiaires auprès du Satigi et devinrent comme une seule faction.

65Un autre conflit opposa les Cuutinkooɓe au Satigi. Ce fut lorsque les chiens lancés contre le bétail par les proches du Satigi attaquèrent un troupeau appartenant aux Cuutinkooɓe et le massacrèrent. Ces derniers tuèrent quelques-uns de ces chiens, puis eurent peur du Satigi et s’enfuirent au Ɓunndu.

66Ils s’installèrent dans un endroit auquel ils donnèrent le nom de leur chef à l’époque, Fisa Daaru. Certains d’entre eux partirent à Siraa et un autre groupe à Gaabu.

Les Cuutinkooɓe à Walel [Da 17]

67Un conflit éclata par la suite entre Fisa et un autre chef des Cuutinkooɓe, Aalì Foosiri, à cause d’une femme. Une partie des habitants de Fisa partit à cause de cela vers l’est, au Kaarta, et l’autre partie resta au Ɓunndu.

68Quant aux gens d’Aali Foosiri, ils retournèrent au Fuuta, puisque les Koliyaaɓe avaient dit au Satigi qu’il n’aurait pas dû se séparer de gens tels que les Cuutinkooɓe et qu’il leur avait alors demandé d’aller les chercher, s’ils acceptaient de revenir.

69Les Koliyaaɓe partirent alors au Ɓunndu, chez les Cuutinkooɓe qui y étaient restés, et ils leur demandèrent de revenir, après les avoir assurés qu’ils ne risquaient aucune poursuite pour la faute qu’ils avaient commise et qui était à l’origine de leur départ.

70Ils revinrent au moment où le Satigi de l’époque, Sule Njaay, était à Horkayere, puis ils s’installèrent dans un endroit qu’ils appelèrent Walel, du nom d’un esclave des Sannaraaɓe qui passait son temps à chasser les bêtes sauvages dans cet endroit.

Les Cuutinkooɓe à Jannjooli [Ng 30]

71[227a] Un autre conflit avec le Satigi les poussèrent à partir à l’intérieur du Fuuta où Ceerno Sulaymaan Baal avait commencé son jihād, mais les Koliyaaɓe les poursuivirent jusqu’à Jannjooli afin d’être proches du Satigi.

72Les Cuutinkooɓe acceptèrent et s’installèrent dans un endroit appelé Tulde Moodi Aali. Tulde signifie la « colline », et Moodi Aali est probablement l’un des leurs.

73[Le folio [227b] est blanc]

Les Cuutinkooɓe à Sinncu Garba [Ng 29]

74Un homme des Sannaraaɓe, appelé Jam Golo, vint les voir et resta très longtemps avec eux [228a] ; on dit même qu’il s’était installé avec eux. C’est lui qui leur montra la rivière qui est à Sinncu Garba et leur dit que l’eau s’y trouvait en abondance. Ils partirent – à cette époque l’eau était rare à Jannjooli – et s’y installèrent.

75On dit que les descendants de cet homme sont, encore maintenant, avec les Cuudnkooɓe et se sont intégrés à eux.

76Les Cuutinkooɓe se dispersèrent. Les uns restèrent à Sinncu Garba, à Waasaa Kodde et à Lotokki ; Ce sont les gens de Aali Cobbas. Les gens de Aali Hammadi retournèrent à Walel, quant à ceux d’Aali Foosiri, ils partirent à Saare Kuro.

Parallèle entre les migrations des Cuutinkooɓe et celles des Koliyaaɓe

77Les Cuudnkooɓe se dispersèrent puisque les Koliyaaɓe s’étaient eux aussi dispersés, suite à un conflit qui les avait opposés au Satigi. Les uns restèrent avec ce dernier à Horkayere, les autres partirent, qui à Jannjooli, qui à Sinncu Garba, qui à Ngijiloñ.

78Les Cuutinkooɓe se dispersèrent suite au départ des Koliyaaɓe, parce qu’une grande amitié les liaient les uns aux autres, à tel point qu’ils formaient une seule faction. Ils s’entraidaient pour l’acquittement du prix de sang, et formaient une seule ligne au combat.

79On avait (même) commencé à appeler les Cuutinkooɓe « les KoliyaaBe blancs ». Ils ne s’éloignaient jamais des Koliyaaɓe. Ils avaient habité ensemble à Walel, au moment où les Koliyaaɓe étaient avec le Satigi à Horkayere, et lorsque certains Koliyaaɓe s’étaient installés à Jannjooli, une partie des Cuutinkooɓe les avaient rejoint à Tulde Moodi Aali – seule une rivière séparait les deux villages – [228b], et lorsque les Koliyaaɓe s’étaient installés à Sinncu Garba, les Cuutinkooɓe habitèrent avec eux, et puis à côté d’eux, à Waasaa Kodde Walotukke. Ensuite, lorsque les KoliyaaБe s’installèrent à Ngijiloñ, les Cuutinkooɓe vécurent à côté d’eux, à Saare Kuro, Aali Wuri et Keedeele [ou Poongel Guuɓe], près du fleuve.

80On dit que l’émigration des Cuutinkooɓe de Walel à Jannjooli, et celle des Koliyaaɓe de Horkayere à Jannjooli s’effectuèrent en même temps.

81Le conflit entre les Koliyaaɓe et le Satigi au sujet de l’assassinat de Gelaajo Kenje fut la cause de l’émigration de tous, Cuutinkooɓe et Koliyaaɓe ; et Allah le Très-Haut seul le sait !

82Ce que nous avons dit auparavant, à savoir que les Cuutinkooɓe s’enfuirent vers le Ɓunndu et s’installèrent dans un endroit auquel ils donnèrent le nom de leur chef à l’époque, Fisa Daaru, est contraire à ce que nous a raconté le chef de Fisa Daaru, Bookar ben Hammadi ben Maku ben Sammba ben Maalik ben Daaru. (Il a dit) que Daaru est le nom de son arrière-grand-père, qui fut le premier à s’installer à Fisa.

  • 4 Texte illisible.

83Fisa, dans la langue des Mallinkooɓe, signifie « mieux ou meilleur », puisque c’était un Malinke qui aidait (Daaru) à chercher un endroit pour s’y installer, et lorsqu’ils arrivèrent au lieu de Fisa, le Malinke lui dit : « janka fisa », ce qui veut dire « ici c’est mieux, ou c’est meilleur »4.

84Il m’a raconté cela au mois de sha‘ban 1328 de l’hégire (1910).

85Il se peut que le chef des Cuutinkooɓe, Fisa Daaru, soit né à Fisa, et ceci expliquerait qu’on l’ait appelé ainsi, ou quelque chose de semblable ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

L’organisation politique des Cuutinkooɓe

86Sache que l’ensemble des Cuutinkooɓe était dirigé par un chef (amīr). Il était leur maître (ou gouverneur) (hakīm), et n’était choisi que parmi le clan (qabīla) des Jallo. Il portait le titre d’Arɗo.

87C’étaient les Cuutinkooɓe appartenant au clan des Bari qui désignaient l’Arɗo, lequel devenait alors le jom de tous les Cuutinkooɓe où qu’ils fussent, et résidait à Walel.

88Cependant, chaque village gardait son propre chef [jom wuro] même le village où l’Arɗo s’installait, mais tous ces jom wuro étaient sous son autorité. Le chef du village était choisi parmi tous les clans peuls, qu’ils soient des Bah, des Bari, ou des Soh, mais jamais des Jallo, parmi lesquels on ne choisissait que l’Arɗo.

  • 5 Texte illisible.

89Les imām de leurs mosquées [elimaan] n’étaient choisis que parmi le clan des Deh5.

90[229a] De l’Arɗo, il ne subsiste actuellement que le nom, puisqu’il ne jouit plus de la même autorité qu’auparavant. Les autres clans, comme les Soh ou les Bah, choisissent leurs chefs parmi les leurs maintenant ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

91A l’origine l’Arɗo n’était pas issu des Cuutinkooɓe, mais il avait émigré chez eux en venant du Tooro. Les Cuutinkooɓe l’avaient installé avec eux, puis lui avaient donné le pouvoir. Il prenait pour lui chaque animal qui entrait dans sa maison ou dans son champ et tout ce qui se trouvait dans le trésor public (bayt al-māl) lui appartenait. Chaque fois que les Cuutinkooɓe tuaient un animal, ils lui donnaient la partie appelée hoore buhal, la cuisse.

92Lorsque le Satigi demandait aux Cuutinkooɓe de lui fournir des soldats, l’Arɗo devait en fournir le double. Si, par exemple, une famille fournissait deux soldats, l’Arɗo devait en fournir quatre, et si elle en fournissait un, il devait en fournir deux, et ainsi de suite ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

93L’Arɗo jugeait aussi tous les crimes et délits des Cuutinkooɓe, sauf lorsqu’il s’agissait d’un meurtre.

94Le nom du premier Arɗo qui émigra du Tooro chez les Cuutinkooɓe est Goli.

95Fin de l’histoire des Cuutinkooɓe

Histoire d’autres guerriers, les Seɓɓe Mboonnaaɓe. Déplacements des Mboonnaaɓe

Les Mboonnaaɓe au Bajar et au Bunndu

96Sache que les Mboonnaaɓe sont des Seɓɓe d’origine. Ils avaient quitté le Bajar quelque temps après Koli, et lorsqu’ils arrivèrent au ‘Bunndu, ils furent vaincus par ses habitants.

97[229b] Les rescapés rentrèrent au Bajar et, après un certain temps, ils décidèrent d’émigrer au Fuuta. Cette fois-ci, beaucoup de gens s’étaient joints à eux et avaient formé une grande armée, à tel point que l’on raconte que, pendant leur émigration, ils avaient tué un éléphant, et chacun d’entre eux avait reçu comme part de viande juste de quoi remplir sa main, mais certains rien, tellement ils étaient nombreux.

98Lorsque les gens du Ɓunndu apprirent leur arrivée, ils dirent : « Les anciens vaincus sont revenus », ce qui est la signification du mot mboonnaaɓe, qui veut dire « ceux qui furent vaincus », et c’est pour cela qu’ils furent appelés Mboonnaaɓe.

99Les gens du Ɓunndu les avaient suivis, mais lorsqu’ils arrivèrent à l’endroit où les Mboonnaaɓe avaient tué l’éléphant, ils ne trouvèrent que du sang, des os et des restes de l’animal. Ils eurent peur et rentrèrent chez eux.

100Les Mboonnaaɓe avaient continué leur route jusqu’à ce qu’ils rencontrent leur Shaykh, Dewa Alaku des Gilngolnaaɓe, qui sont parents des gens de Kasga [La 11], de Golleere [La 14], et de Semme [Da 21]: [Dewa] appartenait au clan des Njaay, de Haayre-Mbaara [La 10], près de Kasga, en Mauritanie.

101[Digressions] : Parmi les Njaayɓe Gilngol, il y a Ceerno Raasin ben Ceerno Ibrāhīm, père de Alfaa Sammba, père de Sa’id Alfaa, [230a] père de Tafsiiru Mammadu, qui habite actuellement le village de Haawre [Da 26] et a un frère qui s’appelle Jibiriiru, lequel connaît bien leur histoire.

102Dewa Alaku les avait accompagnés pendant leur migration en tant que Shaykh et comme l’un des leurs. Ils l’avaient beaucoup aimé, et il avait fini par s’installer avec eux.

Les Mboonnaaɓe chez les Halayɓe, à Dubaange [Ha 6]

103Ils avaient continué leur route jusqu’à ce qu’ils traversent le fleuve et ils s’étaient installés à Dubaange [Ha 6] en Mauritanie, en face de Demet [Ha 7]. Ils furent les premiers à habiter à Dubaange, d’après ce qu’on dit.

104Dubaange [Ha 6] était un marais entouré d’arbres lorsqu’ils arrivèrent. On les avait appelés alors les Mbolonaaɓe, car mbolo signifie le marais. Puis ce nom devint Mbolnaaɓe. Ils ont donc deux noms : MboonnaaBe et Mbolnaaɓe.

105Ils étaient restés à Dubaange avec leur Shaykh, Dewa Alaku [Njaay], jusqu’à l’arrivée de Sukki Aali et son frère, Seydi Aali, de clan Sal.

106Seydi est le père de Saajo Seydi, père de Sawa Saajo, le fondateur de Cempeη [Da 1], comme nous allons le voir plus tard, si Allah le Très-Haut seul le veut.

107Quant à Sukki Aali, il est le père de Makam Sukki, père de Paate Makam et Yero Makam.

108La chefferie des Mboonnaaɓe était aux mains de la branche issue de Sukki Aali, jusqu’à ce qu’ils habitent à Cempeηη, puis elle était passée aux mains de celle de Sawa Saajo. Leur chef à cette époque était Yero Makam [230b], durant le règne duquel les Mboonnaaɓe s’étaient dispersés, comme nous le verrons plus tard, si Allah le Très-Haut le veut.

109Il se peut que, lorsque Sukki Aali était arrivé chez les Mboonnaaɓe, ceux-ci l’avaient désigné comme leur chef, ou bien il était devenu chef à cause de sa personnalité. On raconte que rien ne se décidait sans lui.

110On dit que les Halayɓe n’avaient de chef auparavant que parmi les plus courageux d’entre eux, quelle que fût leur appartenance sociale.

111Après la mort de Sukki Aali, son fils Makam Sukki lui succéda.

Affrontement avec les Bayān et dispersion des Mboonnaaɓe

112Pendant le règne de Yero Makam, les Bayān (Maures) étaient venus prendre le tribut annuel chez les Mboonnaaɓe. Ils avaient logé dans les maisons de ces derniers, et certains d’entre eux avaient logé dans la maison de Saajo Seydi, père de Sawa Saajo, qui avait atteint l’âge adulte et qui était très courageux.

113Au moment où les Mboonnaaɓe étaient en train de parler de l’impôt, un Bayān demanda à la mère de Sawa Saajo de lui donner à boire. Celle-ci lui apporta de l’eau dans une calebasse sale. Le Bayān la prit et remarqua la saleté. Il jeta violemment la calebasse qui se cassa, puis donna un coup de pied à la femme, qui tomba à terre. A cet instant-là, revenant du conseil du village Sawa Saajo entra dans la maison. Lorsqu’il vit sa mère à terre, il prit son arme et tua le Bayān [231a].Les autres Bayān, qui étaient dans le village, s’enfuirent chez eux afin de se préparer à la guerre.

114Les Mboonnaaɓe stupéfaits ne surent que faire. Ils ne pouvaient pas chasser Sawa Saajo, ni le remettre aux Bayān, à cause de la puissance de sa famille. Ils émigrèrent alors au Jolof, à l’exception d’une partie d’entre eux qui traversa le fleuve et s’installa au Sénégal en compagnie des Halayɓe, avec lesquels ils sont toujours, et une autre partie s’installa à Ndormbos [Ha 4] et dans d’autres villages. Et Allah le Très-Haut est plus savant.

115Ceux qui étaient partis au Jolof s’y étaient installés jusqu’à ce qu’ils soient chassés par les conseillers du chef (amīr) du Jolof.

Les Mboonnaaɓe du Damnga

Les Mboonnaaɓe à Horkayere [Da 17]

116Ils partirent ensuite chez le Satigi, qu’ils trouvèrent à Horkayere [Da 17] et s’y installèrent avec lui.

117Sawa Saajo brouilla, par la suite, le Satigi avec son conseiller Gelaajo Keje, en lui racontant que celui-ci le trompait avec sa femme.

118Tout le monde savait cela, mais personne n’osait en parler. En fait la femme en question était l’épouse légale de Gelaajo Keje, mais lorsque le Satigi l’avait vue, elle lui avait plu et il l’avait arrachée à son conseiller Cependant Gelaajo avait continué de la voir en cachette, jusqu’à ce que Sawa Saajo mit le Satigi au courant. Celui-ci les avait surpris ensemble il avait tué Gelaajo Keje.

119[231b] Cet accident fut à l’origine d’un conflit entre le Satigi et les Koliyaaɓe, qui avaient demandé de leur livrer les Mboonnaaɓe comme prix de sang de Gelaajo Keje. Le Satigi, qui au début refusait, accepta de les leur livrer.

120Quand les Mboonnaaɓe l’apprirent, ils s’enfuirent chez les Tooroɓɓe, les imām des musulmans. Cela coïncida avec le début de la puissance des Tooroɓɓe et le déclin de l’Etat du Satigi.

Les Mboonnaaɓe à Kanel [Da 4]

121Les Mboonnaaɓe s’installèrent à Kanel après avoir été poursuivis par les Koliyaaɓe qui voulaient les ramener de force, mais ils n’y étaient pas parvenus et les avaient laissé partir.

122Dewa Alaku [Njaay] était avec eux durant tous ces événements, d’après ce qu’on dit, et y avait peut-être vécu longtemps. Il s’était lié d’une grande amitié avec un Pullo des Woodaaɓe du Tooro ou de leurs esclaves, du clan des Soh. Il s’appelait Yero Dagu et était un des conseillers du Satigi.

123Au moment où les Mboonnaaɓe étaient à Kanel, un des Almaami du Fuuta vint chercher des volontaires pour [empêcher le passage des pillards] et garder le gué de Cempeη-Cempeη, c’est-à-dire juude Cempeη-Cempeη. Avant qu’il en ait parlé, un de ses conseillers, le maabo, MoodiBay, proche de l’Almaami Abdul, dit-on, alla voir Sawa Saajo dans la nuit et l’informa de l’intention de l’Almaami, puis il lui dit d’accepter [cette offre].

124Lorsque, le lendemain, l’Almaami fit sa proposition, Sawa Saajo fut d’accord. L’Almaami lui dit alors : « Va donc fermer la frontière à ce gué, et tout ce que tu y trouveras, prends-le.»

Une première faction Mboonnaaɓe s’installe à Cempeη [Da 1]

  • 6 Des enquêtes socio-économiques récentes ont été menées par John Magistro 1993 (voir Salem-Murdock e (...)

125Sawa Saajo partit avec un groupe de Mboonnaaɓe qui avaient accepté de le suivre, et ils s’installèrent à Cempeη6, [232a] qui s’appelait auparavant Cempeη-Cempeη [Da 1].

126Juude signifie, dans notre langue, l’endroit du fleuve où on peut traverser à pied sans avoir besoin de pirogues. Quant à cempeη-cempeη, c’est le bruit que font les pieds de ceux qui traversent le gué.

127Certains Mboonnaaɓe partirent ensuite à Mogo Haayre [Ng 23], d’autres restèrent avec Dewa Alaku.

128Après cela, leur chef de l’époque, Yero Makam, rejoignit Sawa Saajo, qui était le fils de sa sœur. Il renonça au pouvoir et s’installa à Cempeη jusqu’à sa mort.

L’autre faction s’installe à Wodobere [Da 2]

129Ceux qui étaient restés avec Dewa Alaku [Njaay] partirent, par la suite, à Hayta, un endroit entre Cempeη et Doolol.

130Sawa Saajo commença à leur prendre par la force ce que le chef prenait d’habitude à ses gouvernés. Ils s’enfuirent alors à Godobel, un endroit entre Caali [Da 4] et Wodobere [Da 2], afin de s’éloigner du despotisme de Sawa Saajo. Ce qui n’avait pas empêché celui-ci de continuer de percevoir la taxe.

  • 7 D’après Demmba Sammba Soh et le conseil de Wodobere [Da 2], le 6 avril 1984, c’est toujours un Soh (...)

131Dewa Alaku et les chefs Mboonnaaɓe allèrent chez les Deeniyankooɓe, emmenèrent le Pullo, Yero Degu Takko [Soh] et le nommèrent chef et lui confièrent leurs affaires. Yero les fit partir de Godobel à Wodobere [Da 2] et les protégea contre Sawa Saajo, [232b] grâce à sa force et à son intelligence. Ses descendants continuèrent à gouverner jusqu’à ce jour à Wodobere7.

  • 8 A moins que ce soit le grand-père de Demmba Lewel.

132[Une autre tradition] dit que la cause du départ de Kanel des habitants de Wodobere est l’égarement de l’un de leurs pêcheurs, Jaddo Demmba Lewel8. Dewa Alaku partit le chercher et le trouva à Sagi, un marigot qui coule entre Cangay Mboonnaaɓe [Da 1] et Cangay Dewa Seydi. Dewa constata en même temps qu’il y avait beaucoup de poissons dans cet endroit. Il remarqua quelques terres cultivables au bord du fleuve, puis il alla les demander à l’Almaami de l’époque. Ce dernier lui dit de prendre celles qui n’étaient pas encore défrichées.

133Il coupa les arbres qui poussaient sur les terres de Cangay Mboonnaaɓe, quant à ceux de Cangay Dewa Seydi, ils étaient déjà coupés. Nous en avons déjà parlé dans l’histoire des Koliyaaɓe.

134Sache que le fleuve passait à proximité des maisons à Wodobere, avant qu’il dévie de son chemin et s’éloigne du village vers la Mauritanie. Actuellement le fleuve passe à plus d’un mille de Wodobere. Louange à [Allah], Capable de faire ce qu’Il veut.

Les Njaay imām de Wodobere

135Sache aussi que Dewa Alaku [Njaay] avait un fils qui s’appelait Sawa Demmba, père de Hammaat Sammba, père de Al-Ḥasan, père de Muhammad Al-Ḥasan, [233a] notre disciple (murīd) qui mourut il y a quelques années. Qu’Allah ait nos âmes et la Sienne, Amīn !

136Muhammad Al-Ḥasan a laissé un enfant de sexe masculin, qui s’appelle Buubu. Grâce en soit rendue à Allah.

137Dewa Alaku avait deux sœurs : l’une s’appelait Saajo Alaku, mère de Hammaat Saajo, père de Maḥmūd Hammaat, père de Ḥasan Maḥmūd, père de Hārūn Ḥasan, notre disciple, lequel est toujours en vie – merci Allah ! – et habite à Wodobere.

138La seconde s’appelait Binnta Alaku, mère de Jibi Binnta, lequel était le père de Ifraa Jibi, père de Demmba Ifraa, père de Yukure et Baydi Sillu.

139Demmba Ifraa avait une sœur qui s’appelait Kummba Ifraa, mère de Bookar Sammba, notre excellent disciple.

Les Jaagaraf Wodobere [Soh]

140Quant à Yero Degu [Soh], il est le père de Sammba Yero et Buubu Yero, père de Abdul Buubu, Siley Buubu et Jibi Buubu, père de Jaagaraf Sammba Jibi et Demmba Jibi.

141Jaagaraf Sammba Jibi est le père de Moodi Jaagaraf et de Yero Jaagaraf. Tous les deux ont gouverné Wodobere. Ils sont morts ces dernières années. Allah ait nos âmes et la sienne.

142Quant à Demmba Jibi, il est le père de Mammadu Demmba et de Sammba Kummbayel, qui gouverne Wodobere en cette année 1921.

143Quant à Siley Buubu, il est le père de Bookar Siley, père de ma femme, Subel Bookar Siley, qui est décédée. Qu’Allah ait nos âmes et la sienne.

144Les descendants de Yero Degu, que je n’ai pas cités, n’ont pas eu d’enfants.

Les Jaagaraf Sal, chefs des Mboonnaaɓe de Cempeη [Da 1]

145[233b] Nous avons déjà vu que Sukki Aali [Sal] est le père de Makam Sukki, père de Paate Makam et de Yero Makam, et que les membres de la famille des Sukki étaient les chefs de tous les Mboonnaaɓe jusqu’à ce qu’ils partent à Kanel et se dispersent après la prise du pouvoir par Sawa Saajo. Certains d’entre eux partirent à Mogo Haayre [Ng 23] et d’autres avaient suivi Dewa Alaku.

146Leur chef à cette époque était Yero Makam, père de Hammadi Yero, qui n’avait eu qu’une seule fille, Pennda Hammadi, mère de Aysata Pennda, mère de Barka Aysata, qui habite actuellement à Wodobere.

147Quant à Paate Makam, il est le père de Makam Paate, père de Hammadi Hammaat, connu sous le nom de Hammadi Buuya, père de Abdul Hammadi, lequel est Abdul Maḥmūd, notre disciple qui nous aime. Il a un petit frère utérin qui s’appelle Sammba Hammadi, et un frère consanguin qui s’appelle Mammadu Hammadi.

148Parmi les enfants de Sukki ‘Aali, il y aussi Seydi Sukki, père de Yero Seydi, père de Sammba Yero, père de Dewa Sammba, père de Sawa Demmba et Maḥmūd Demmba, qui sont toujours en vie à Cempeη.

  • Sawa Saajo est le père de Dewa Sammba, qu’on appelle Dewa Hawwa et qui n’a pas laissé d’enfants.

149Sawa Saajo est aussi le père de Siree Sammba, père de Sammba Siree, père de Ando Sammba et Siree Sammba, connu sous le nom de Siree Buuse. Il est toujours en vie.

150Arɗo est le père de Abdul Arɗo, qui est toujours en vie, lui aussi [234a].

  • Quant à Siree Saajo, il est le père de deux Abdul Siree, dont l’un est connu sous le nom de Abdul Boyyi et l’autre sous le nom de Abdul Daali, qui est le père de Sammba Abdul Daali, père de Demmba Daali, lequel est père de Dewa Sammba, de Husayni Sammba, de Hammadi Sammba et de Siley Sammba. Ils sont tous en vie actuellement.

151Abdul Boyyi est le père de Demmba Abdul, père de Hammadi Demmba, qui est toujours vivant.

152Parmi les enfants de Siree Saajo ; il y a aussi Sammba Siree, ‘Umar Siree, Bookar Siree et Moodi Siree.

153Sammba Siree est le père de Hamadi Sammba, qui est en vie actuellement.

  • 9 Apparemment, il manque une phrase.

154Bookar Siree est le père de Abdul Bookar. Ils sont connus sous le nom de Mammadu Seydi et Demmba Seydi, et d’autres enfants9.

155Enfin, Moodi Siree est le père de Paate Moodi, père de Moodi Paate, qui est en vie actuellement.

  • Les descendants de Paate Saajo sont les plus importants de tous, puisque onze d’entre eux avaient gouverné Cempeη.

156Paate Saajo est le père de Moodi Paate et Abdul Paate. Moodi est le père de Sammba Moodi, père de Moodi Sammba, l’actuel chef de Cempeη.

157Sammba Moodi avait un frère qui s’appelait Paate Moodi, père de Moodi Paate, père de Abdul Moodi Paate. [Ces deux derniers] sont en vie actuellement.

158Abdul Paate est le père de Muttaar Abdul, père de Sammba Muttaar et de Moodi Muttaar, qu’on appelle Ñana et qui est en France actuellement. Quant à Sammba Muttaar, il habite à Cempeη maintenant [234b].

Les Mboonnaaɓe des Halayɓe et du Ngenaar

Les Ja Ndoogu de Saare Ndoogu [Ha 4] (Halayɓe)

159Parmi les anciens villages des Mboonnaaɓe, il y a Saare Ndoogu [Ha 4], qui se trouve à l’ouest du poste de Bogge [Ha 4]. C’est là où réside le Ja Ndoogu, qui est le titre de leur chef, du clan des SAL, qui furent les premiers titulaires parmi les Mboonnaaɓe. Le premier des Ja Ndoogu, ou l’un d’entre eux, avait un mauvais caractère. Une fois, en traversant le fleuve en pirogue, ses vêtements s’étaient mouillés. Il avait alors pris son fusil, ou une autre arme, et avait tué le piroguier.

160Lorsque la tyrannie de ce Ja Ndoogu devint insupportable, ses gens se plaignirent auprès du Satigi du Fuuta de l’époque, qui leur envoya un des enfants de Yero Jam Koli. Celui-ci s’installa avec eux et s’empara de quelques-unes de leurs terres. Parmi ses descendants, il y a les gens de jere jugge.

161On dit que le Satigi leur avait envoyé Yero Jam Koli lui-même, et non pas un de ses enfants. Et Allah le Très-Haut est plus savant.

162Ensuite le Ja Ndoogu fut choisi parmi les Kelli et les Sih.

163Parmi ces Ja Ndoogu il y a Buuyel, qui est à Gurel près de Demet.

Les Ja Ndoogu de Mogo Haayre [Ng 23] [Ngenaar]

164Les habitants de Mogo Haayre, au Damnga, ont à leur tête un Ja Ndoogu dont le patronyme est Sih [Ng 23].

165Parmi eux aussi, [235a] il y a ldi Alfaa [Sih], qui fut tué par Abdul Bookar [Kan], parce qu’il était un ami et conseiller de l’Elfekki [Añ] et avait combattu à ses côtés pendant la bataille de Caannkoñ [Ng 27]. C’est pour cela d’ailleurs que Baydi Elfekki avait tué Ceerno Celol Siree, père de Abdul Siree, parce qu’il était un ami et conseiller de Abdul Bookar.

166L’actuel Ja Ndoogu de Mogo Haayre s’appelle Jubayru, et son patronyme est Sih également. Il est le cousin de ldi Alfaa, cité plus haut.

167Les percepteurs des redevances du Ja Ndoogu de Mogo sont des Buurnaaɓe, dont les patronymes sont Jak, Booy, Jaw et Mbaar.

168On dit que le lignage des Kelli est supérieur à celui des Mboonnaaɓe, parce qu’ils se sont convertis à l’islam les premiers, et aussi parce qu’ils sont des hommes de savoir. C’est pour cela que l’Almaami les avait désignés comme imām des mosquées des Mboonnaaɓe, et Allah le Très-Haut est plus savant.

169Ceux qui portent le patronyme Kelli, Sih, Ñ, ou Joob sont pour les Mboonnaaɓe comme les Tooroɓɓe, et c’est parmi eux que les Ja Ndoogu sont choisis.

170On dit que ces sont [les gens du] clan (qabīla] de Kelli, qui portent le patronyme Joob, et Allah le Très-Haut est plus savant.

Les Mboonnaaɓe de Ndormbos [Ha 4]

171Les Mboonnaaɓe sont formés de clans comme Yennaake et Ja Ndoogu, qui ont peuplé les villages Saare Ndoogu [Ha 4], Wodobere-Yennaake [Da 2], Ndormbos [Ha 4] et Sakkooɓe Wuronaaɓe.

Mboonnaaɓe et Barooɓe

172On dit qu’il y avait des liens de parenté et de sang entre les Mboonnaaɓe et les Barooɓe, puisque ces derniers habitaient à Ndormbos en Mauritanie, [235b] et les Mboonnaaɓe étaient leurs voisins, puisqu’ils avaient émigré ensemble du Bajar, d’après ce qu’on dit.

173Lorsque le mal que leur causait les Bayān était devenu insupportable, les Barooɓe s’étaient enfuis et avaient traversé le fleuve, puis ils s’étaient installés au Sénégal. Les Mboonnaaɓe, en revanche, étaient restés en Mauritanie, en faisant tantôt la guerre aux Bayān, tantôt la paix avec eux.

174Cela avait duré jusqu’à ce que Sawa Saajo tue un Bayān. Après quoi, ils avaient tous traversé le fleuve et s’étaient dispersés. Les uns étaient partis au Jolof, d’autres au Fuuta, et une autre partie d’entre eux était restée avec les Barooɓe.

175A Ndormbos, il y a des gens qui portent le patronyme Kebbe et à Wodobere [Da 2] aussi, il y a des cousins à eux ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

176‘Uthmān Aali raconte que Ceerno Njaay, des Barooɓe Jakel lui a dit qu’un homme des Mboonnaaɓe était parti, à l’époque de Ceerno Barahiim [Kan], à Magaama [Da 10], et lorsqu’il y était arrivé, chaque clan voulait cohabiter avec eux, mais l’homme leur avait répondu : « Je ne reste qu’avec les BarooBe, parce qu’ils étaient mes proches auparavant. » Et depuis, cet homme fut considéré comme l’un des Barooɓe de Magaama ; et Allah le Très-Haut est plus savant [236a].

Charte politique de Ndormbos [Ha 4]

177Sache que Yennaake était à l’origine un endroit [Ha 4] près de Ndormbos. Puis Yennaake et Ndormbos sont devenus un seul village, dont un quartier est appelé Yennaake et l’autre Ndormbos, jusqu’à maintenant.

178Quant à Saare Ndoogu, c’est le nom d’un village à l’intérieur de la Mauritanie. Près de Ndormbos, sur l’autre rive du fleuve en Mauritanie, il y a un autre village appelé Ndormbos : les habitants de ces deux villages constituent Ndormbos.

  • Le chef de Ndormbos porte le titre de Jaagaraf. Il assure la gestion de toutes les cuvettes de décrue, ou kolaade, et de tous les champs de berge, ou pale, que ce soit en Mauritanie ou au Sénégal.

    • 10 Chef des pêcheurs-bateliers.
    • 11 Tufnde.
    • 12 On a là un exemple caractéristique de la gestion écologique des terres de décrue, de la pêche et de (...)

    C’est lui qui désigne le Jaaltaaɓe10, qui est également le responsable de toutes les rampes d’abreuvement du bétail11, ainsi que des chemins qui y conduisent12.

  • L’imām de la mosquée de Ndormbos porte le titre d’Elimaan, et se recrute parmi les descendants d’Umar Kelli. Cet homme était venu passer l’hivernage chez eux. Étant un homme de savoir, ils lui avaient demandé de rester avec eux, et lui avaient donné une maison et un morceau de terre. Puis ils l’avaient désigné comme imām de leur mosquée et lui avaient confié la responsabilité de s’occuper des affaires des morts.

179Le Jaagaraf de Ndormbos se recrute parmi les Caam.

Clans et terres des Halayɓe

180Sache ensuite que certains parmi les Kelli s’étaient mariés avec des Sih de Saare Ndoogu, et c’est à cause de cela qu’ils devinrent les chefs des Mboonnaaɓe de la province de Halayɓe sise en Mauritanie.

181Il y avait avec eux, là-bas, les gens de Hartalla, qui s’étaient rapprochés du fleuve ensuite et s’étaient installés à Ceenel [Ha 10], en Mauritanie toujours.

182Les Mboonnaaɓe étaient installés à cette époque à Tulde Mboon, puis ils étaient partis à Ndormbos, au Sénégal.

183Ces clans, c’est-à-dire les gens de Hartalla [Ha 10] et ceux de Dubaange [Ha 6], se marient entre eux. Il y a des Mboonnaaɓe qui habitent avec les gens de Dubaange, et d’autres avec ceux de Hartalla.

184Étant donné que la presque totalité des terres de la Mauritanie appartient aux gens de Dubaange et Hartalla, ils ne possèdent pas de terres au Sénégal, d’après ce qu’on dit.

185Quant aux Mboonnaaɓe, ils ont des terres en Mauritanie et au Sénégal en même temps. Nous citerons quelques-unes de ces terres des Halayɓe dans leur histoire, si Allah le Très-Haut le veut.

Les Mboonnaaɓe de Mogo Haayre [Ng 23] (suite)

186Nous avons déjà vu que, lorsque les Mboonnaaɓe étaient à Kanel [Da 4], une partie d’entre eux était partie à Mogo Haayre [Ng 23] [236b]. On dit qu’ils étaient partis à Cempeη rejoindre ceux qui y étaient restés, puis ils les avaient quittés et étaient partis à un endroit près de Tiggere [Ng 20], qui s’appelle jusqu’à maintenant Weendu Mboonnaaɓe (la rivière des Mboonnaaɓe). Ils y avaient habité quelque temps avant de partir à Nabbaaji [Ng 21], un marigot proche de Sinncu Mogo. Ensuite, ils étaient partis à Jeeri Mogo où, vu leur grand nombre, ils avaient construit sept mosquées et où ils ne passaient pas une nuit sans que leur imām ne tue quelques bêtes, à cause de leur grand nombre et de leur richesse en bétail.

187Pendant l’émigration du Shaykh Umar, ils avaient quitté Jeeri Mogo pour Sinncu Mogo, où ils habitent actuellement (1924).

188Ils possèdent comme terres la moitié du kolangal Nusum [Ng 24], situé entre Nabbaaji [Ng 22] et Maatam [Ng 11], et le kolangal appelé Jaagili Mboonnaaɓe [Ng 27].

Origine légendaire des Elimaan Sih

189Le patronyme de l’imām des Mboonnaaɓe de Saare Ndoogu et Mogo est Sih. Leur imām est issu, d’après ce qu’ils prétendent dans leurs légendes, d’un homme qui s’était marié avec deux femmes : l’une appartenant à l’espèce humaine, et l’autre à celle des démons. Puis il avait fait construire à chacune d’elles une chambre à l’intérieur de sa maison.

190Il informa ensuite les gens de ce qui s’était passé et leur interdit de s’approcher de la chambre de la femme démon.

191Les deux femmes furent enceintes et mirent au monde deux garçons.

192Un jour, après avoir fait la prière de l’aurore, l’homme commença à réciter ses wird, alors la femme démon entra et posa son enfant à côté de lui avant d’aller accomplir ses tâches.

193Un peu plus tard, la femme humaine vint à son tour et voulut poser son enfant à côté de l’homme. A l’aide de son chapelet, il lui fit signe de ne pas poser l’enfant mais la femme ne comprit pas son geste, posa l’enfant et s’en alla.

194Lorsque la femme démon revint, elle confondit son enfant avec celui de l’autre femme et prit l’enfant de celle-ci. La femme humaine fit de même [237a].

195La femme démon sut que ce n’était pas son enfant, et, comme son enfant ne lui avait pas été restitué, elle se fâcha et partit chez sa famille en emportant avec elle l’autre enfant.

196De son côté, la femme humaine renia l’enfant qu’elle avait, et le rendit à son père, qui le prit et suivit les traces de la femme démon. Et lorsqu’il l’eut rejointe, il lui donna son enfant et reprit l’autre. Cependant, la femme démon lui dit : « Quand vous rentrerez, il faut organiser [en l’honneur de] l’enfant le jeu suivant : tous les vieux [du village], hommes et femmes, se mettent au milieu de l’endroit où se déroulera le jeu. Puis les jeunes dansent en clignant les yeux, remuant les lèvres et faisant des signes avec les mains, tout en regardant vers le ciel. Le jeu doit s’arrêter-au moment où les chanteurs prononcent le mot Barka. Grâce à ce jeu l’enfant deviendra un homme parfait, sinon sa vie sera en danger. »

197Au retour du père et de son enfant au village, les habitants firent ce que la femme démon avait dit. Et depuis, ils ont adopté ce jeu comme une coutume, qu’ils pratiquent à chaque naissance et circoncision, et ce jusqu’à aujourd’hui.

198Depuis ce jour-là et jusqu’à maintenant, tout le monde a respecté cette coutume, à l’exception d’une seule femme qui a refusé d’organiser un tel jeu à la naissance de son enfant, lequel est devenu handicapé mental, et ses mains et ses pieds sont paralysés [237b].

199On prétend que seuls ceux qui sont issus de cet homme sont les véritables originaires de Saare Ndoogu.

200On dit que Saare Ndoogu signifie « la ceinture par rapport au pantalon », parce que, chaque fois que les Mboonnaaɓe quittaient ce village, ils finissaient toujours par y revenir ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

201[Manquent dans le texte les folios 238a, 238b.]

202Fin de l’histoire de Mboonnaaɓe.

Notes

1 Voir la fin du premier chapitre, au folio 182b.

2 Bede est le pluriel de weduru, le gourdin.

3 On retrouve ces terrains dans le domaine attribué à Joom Njaay de Jannjooli [Ng 30]. Voir carte Schmitz, Sow, Nuttall (1989). Ces terrains sont revendiqués, encore aujourd'hui, par les chefs de villages de Jannjooli (interview Demmba Hammadi Njaay, Bookar Sende Njaay, Sulayman Demmba JEη et le conseil de village, le 12 avril 1984).

4 Texte illisible.

5 Texte illisible.

6 Des enquêtes socio-économiques récentes ont été menées par John Magistro 1993 (voir Salem-Murdock et al. 1994).

7 D’après Demmba Sammba Soh et le conseil de Wodobere [Da 2], le 6 avril 1984, c’est toujours un Soh qui est chef de village, avec le titre de Jaagaraaf : mais il a changé de catégorie d’appartenance, puisque les Soh sont devenus des Seɓɓe (A. Sow).

8 A moins que ce soit le grand-père de Demmba Lewel.

9 Apparemment, il manque une phrase.

10 Chef des pêcheurs-bateliers.

11 Tufnde.

12 On a là un exemple caractéristique de la gestion écologique des terres de décrue, de la pêche et de l’accès à l’eau des troupeaux, assuré par un chef de territoire (jom leydi) dans un cadre spatial qui enjambe le fleuve (cf. J. Schmitz 1986).

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search