Version classiqueVersion mobile

Florilège au jardin de l’histoire des Noirs (Zuhür Al Basatin). Tome 1, volume 1

 | 
Shaykh Muusa Kamara

Chapitre III. Émancipation des guerriers des deeniyankookɓe, les seɓɓe koliyaaɓe

Texte intégral

1Les Koliyaaɓe sont ceux qui sont rattachés à Koli Teqella par le lien qui unit le maître à son affranchi (al-wala’) comme les Labboyaaƃe à Labba Teŋella et les Duganaaƃe à Duga Teqella. Les Koliyaaɓe formaient la majeure partie de l’armée de Koli, celui-ci s’étant emparé d’eux dans plusieurs pays. On dit aussi que les Duganaaɓe sont (originaires) de Sankulla et que Siree Dara [JAH] est originaire de Kunaadugu, etc.

2Avant de parler de l’histoire (des Koliyaaɓe), nous allons en introduction donner quelques informations sur Horkayere [Da 17], leur habitat le plus ancien au Sénégal, car nous ne connaissons pas leurs résidences antérieures.

Les villages kolyaaɓe

Les Kolyaaƃe d’Horkayere [Da 17]

Horkayere, capitale du Satigi Suie Njaay

3Horkayere, dans notre langue, signifie « un endroit où se trouve de petites pierres ». Horkayere se dit aussi pour une pierre ; alors qu’au pluriel on dit horkadye.

4On dit que tout Ngenaari (ou originaire de Ngenaar) revenant à Horkayere [Da 17] était considéré comme quelqu’un qui revenait à son village (d’origine) après une absence, car tous les Ngenaari sont originaires de Horkayere. Sache que Suie Njaay fut le premier à habiter à Horkayere.

  • 1 Tamarindus indica.
  • 2 Elacis guineensis, palmier à huile (?).

5La limite du village s’étendait des tamariniers1 (jaɓɓe), qui les séparaient des Boosoyaaɓe [Da 15] et qu’on appelle jusqu’à aujourd’hui Jabbe Gelaajo Daara [216a], du nom d’un homme appartenant aux Deeniyankooƃe, jusqu’aux arbres appelés tuge2, qui les séparaient de Gasammbiri [Da 18/Da 8], et qu’on appelle jusqu’à maintenant Tuji Jagi, du nom d’un autre homme appartenant aux Bannoornaaƃe [BANNOR], fils de Sammba Daɓɓel, de Liyur, un village qui se trouvait au Bajar. Le singulier de tuji est tuki. C’est pourquoi on appelait aussi (ces arbres) tuki jagi. Le village s’étendait donc du lieu-dit Jabbe Gelaajo Dara à Tuki Jagi.

6Ses habitants se ravitaillaient en eau au marigot de Julol qui s’étendait de Fammi Girte, une aiguade du côté sud-est de Julol, jusqu’à Tinati Aali Siree, du côté nord-ouest. (Toute cette zone) était constituée d’aiguades où on se lavait, où on lavait les vêtements, avec l’eau desquelles on arrosait, etc. Aali Siree est le père de Hadiya Aali, père de Umar Hadiya, lequel est Alfaa Umar, qui appartenait aux Salsalɓe [SAL] de Horkayere et qui était un homme de savoir.

7On dit qu’on pouvait voir les cultures et les maisons de Waawnde [Da 20] à partir de Horkayere, car les arbres et les plantes étaient rares à cette époque à cause du grand nombre d’habitants. C’est pour cela que Suie Njaay et ses ministres partaient souvent, pour satisfaire leur besoin naturel, à l’île Aali Sammba, en Mauritanie entre Yella [Da 23] et Waawnde, à côté de Ballel Soomnaaɓe [Da 22].

8Quand Sule Njaay arrivait à Ballel, il ordonnait à ses serviteurs de l’attendre là-bas, descendait de son cheval et montait à bord du bateau qui le transportait à l’île où il satisfaisait son besoin naturel, puis il revenait au bateau qui le reconduisait à Ballel Soomnaaɓe, ensuite, ils remontaient sur leurs chevaux et repartaient à Horkayere. Il faisait toujours cela, sauf pendant la nuit.

9Un jour, lorsqu’il était sur le bateau pour aller à l’île Aali Sammba ou bien il en revenait pour aller à Ballel, lorsqu’une « chose » énorme et terrifiante lui apparut (dans la rivière). Il tira un coup de fusil, sa main se brisa et il mourut sur-le-champ. On dit que sa tombe se trouve à Waawnde et que personne ne la connaît. On dit aussi qu’on l’avait (Sule Njaay) transporté à Horkayere où il fut enterré en cachette pour que personne ne puisse connaître sa tombe ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

10Suie Njaay ne quittait jamais son fusil, de jour comme de nuit. C’était son camarade de lit pendant la nuit et son compagnon pendant le jour, à tel point qu’on disait à celui qui ne se séparait pas de quelque chose : « Toi et ta chose, vous êtes comme Suie Njaay et son fusil. »

  • 3 Illisible.

11[216b] Il y avait à Ballel [Da 22], à côté du fleuve, un endroit où les terres étaient en état d’être cultivées. Un des conseillers de Sule Njaay lui avait demandé cet endroit pour y planter des...3. Sule Njaay le lui avait donné. Cet endroit produit aujourd’hui des cultures qui appartiennent aux descendants de ce conseiller, qui s’appellent Kariimu Demmba, père de Siree Kariimu, de Maamuudu Kariimu et de Muttaar Kariimu.

12Siree Kariimu est le père de Jibi Siree, père de Funee Jibi et de Bookar Jibi, qui sont à Padalal [Da 16].

13Maamuudu Kariimu est le père de Siree Maamuudu, père de Sammba Siree et de Kummba Siree, mère de Ahmad Bookar.

14Muttaar Kariimu est le père de Siree Muttaar, père de Hammadi Siree, père de Saara Hammadi, qui est le mari de la fille de Hammadi Abdul Jagi, père de Abdul Sara, qui (réside) à Horkayere [Da 17].

  • 4 Aristida.

15Lorsque Sule Njaay envoyait ses armées contre (les) Wolof, elles revenaient victorieuses. Peut-être cela se produisit-il lorsque les Wolof cessèrent d’obéir à Sule Njaay, car auparavant ils lui étaient soumis, d’après ce qu’on dit ; et Allah le Très-Haut est plus savant. Après cela, (les plantes) sawɗe4 poussèrent à Horkayere. Elles y sont jusqu’à maintenant. On dit que les sawɗe poussèrent à Horkayere parce que les chevaux mangeaient ces plantes dans le pays des Wolof, et qu’à leur retour, ils y rejetaient leurs excréments permettant aux sawɗe d’y pousser.

16Les sawɗe sont des plantes qui ressemblent au mil (appelé) sunna mais leurs tiges sont plus minces et donne de mauvaises céréales. Une fois brûlé le sawɗe donne une cendre amère qui sert à (fabriquer) du savon et de la teinture. Dans notre langue, on l’appelle cakkiri. Sa semence fut apportée à Gasammbiri [Da 17/Da 22] par un certain Buubu Dugel afin de l’utiliser aux mêmes fins (qu’à Horkayere). Sammba Lamin fit la même chose à Poolel Jaawɓe [Da 17].

Abandon de Suie Njaay par les Koliyaaɓe et dispersion

  • 5 Une des deux capitales du Ɓunndu.

17Suie Njaay était marié avec deux sœurs, puisque quand on lui avait apporté l’une d’elles, Faatimata Majul, on lui avait dit que sa sœur était plus belle qu’elle. Alors, il avait demandé qu’on la lui amenât, ce qui fut fait. Elle s’appelait Binnta Majul. Elles étaient des Jaawamɓe, originaires d’un village du Ɓunndu qu’on appelait Fedande, qui est peut-être désert maintenant, et qui se trouvait à côté de Kusan Almaami5; et Allah le Très-Haut est plus savant.

18Cela montre que Suie Njaay épousait les femmes sans l’assentiment de leurs parents ou de leurs proches, et que chaque fois qu’il entendait parler d’une jolie femme, il ordonnait qu’on la lui amène (même) par force ; et Allah le Très-Haut est plus savant. Cela montre aussi que le Ɓunndu était sous son autorité.

19Quand Sule Njaay emmena les deux sœurs, il avait fait construire à chacune d’elle sa propre maison (pour que) l’une ne puisse pas voit l’autre. Pourtant il avait cent ou trente (autres) femmes, d’après ce qu’on dit ; et Allah le Très-Haut est plus savant. C’est pour cela que quand Ceerno Sulaymaan BAAL lui avait dit [217a] que c’était illicite d’avoir ce (grand) nombre de femmes, il lui avait répondu que seules trois ou quatre parmi elles étaient libres : une fille descendant de Teqella, une [seconde] appartenant aux Yaalalɓe et une autre appartenant aux Raqaaƃe ou aux Jaawamɓe. Il avait, peut-être, considéré les deux Jaawamƃe comme étant une seule parce qu’elles étaient des sœurs, à cause de son ignorance. « Quant aux autres, ajoutait-il, ce ne sont que des esclaves. »

20C’est pour cela que les Koliyaaɓe s’étant fâchés, avaient tous émigré vers l’ouest (al-maghrib) et avaient habité à Jannjooli [Ng 30], comme nous allons le voir. Une autre partie d’entre eux était allée vers l’est (al-mashriq). Certains habitèrent à Cañaf [Da 34], d’autres à Yaasin Lakke [Da 35], à Alanaa, à Mboolo Babba ou à Gujun.

21Satigi laissa (en paix) ceux qui étaient partis vers l’est et ne les avait pas combattus, tandis qu’il avait poursuivi ceux qui étaient partis au Fuuta, et leur livra bataille à Banaaji [Da 8].

22Quand les gens entendirent des coups de fusils provenant du côté des musulmans, ils demandèrent ce qui se passait. On leur répondit : « L’armée de Satigi et celle des Koliyaaɓe se sont rejointes à Banaaji et s’affontent. » Ils dirent alors : « Les ennemis d’Allah se sont rejoints à Banaaji. » Cela est devenu un dicton jusqu’à nos jours. On dit, en effet, lorsqu’on s’étonne de quelque chose : « Les ennemis d’Allah sont arrivés à Banaaji. »

23Satigi avait établi sa résidence à Horkayere [Da 17], du côté du marigot de Julol. Il avait fait creuser des fossés autour d’elle, des deux côtés vers Julol. Chaque jour plus de mille guerriers y passaient la nuit, à tour de rôle. Leur tour n’arrivait qu’après un an ou six mois, à cause de leur grand nombre.

Règne de Suie Buubu et retour des Koliyaaɓe à Horkayere

24Les choses se passèrent ainsi jusqu’à la mort du Satigi. Il fut remplacé par Sule Buubu Gaysiri, ce qui causa la colère et le départ des descendants (banū) de Buubu Muusa et de leurs amis qui étaient très nombreux. Sule Buubu fit tout ce qui était possible pour résoudre ces problèmes [internes aux Deeniyankooƃe], jusqu’à ce que les gens du Fuuta lui envoyent un détachement à Horkayere qui tua plusieurs personnes parmi ses gens, mais surtout un grand nombre de ses chevaux ; or, la mort d’un seul d’entre eux était, pour Sule Buubu, l’équivalent de la mort de dix guerriers.

25Il fut très triste. On lui dit : « Si tu traverses le fleuve et si tu habites en Mauritanie, tu vas remplir le cœur de tes ennemis de chagrin et de colère [car tu seras inattaquable]. » [C’est pourquoi] il traversa le Fleuve et habita à Waali [Da 18], et Horkayere devint un village désert sans habitations.

26Durant le règne de l’Almaami Abdul, après celui de Ceerno Sulaymaan Baal, une partie des Koliyaaɓe, qui étaient partis à l’est, à Mboolo Babba, par exemple, et en d’autres endroits, revinrent, avec les Jaawƃe qui sont à Poolel Jaawƃe [Da 17] maintenant, et avaient habité à Fuy, qui est un marigot près de l’aiguade de Julol si on vient du côté du fleuve du Fuuta, par Padalal [Da 16]. Leur chef à cette époque était Kabala. Ils avaient demandé à Sule Buubu l’autorisation d’habiter à Horkayere. Ce dernier refusa. Ils firent la même chose auprès de l’Almaami Abdul qui leur répondit : « Jouez au plus fin (avec lui) jusqu’à ce qu’il vous autorise [217b] à habiter ce village. Quant à moi, je suis trop loin de vous [pour intervenir] ».

27Ils retournèrent chez Sule Buubu et commencèrent à le flatter en lui disant par exemple : « C’est pour toi que nous voulons habiter [à Horkayere] et pour personne d’autre. Nous y serons comme tes enfants. Nous ferons la paix avec tes amis et la guerre à tes ennemis. »

28Suie Buubu fut satisfait et les autorisa à habiter Horkayere et leur donna les terres alentours. Les Koliyaaɓe y habitèrent avec les Jaawƃe Poolel, avant que ces derniers partent à Poolel, comme nous allons le voir en parlant de l’histoire de Jaawƃe, si Allah le Très-Haut le veut.

Les Elimaan Lewa [Sal] à Horkayere

29Quand ils furent installés à Horkayere, les Koliyaaɓe envoyèrent chercher les fils de Ceerno Haymut Takko [SAL] qui était mort à Mboolo Babba. Parmi eux, il y avait Ahmad Bodeejo et Ahmad Ɓaleejo. Les Koliyaaɓe les avaient peut-être choisis au lieu des Jahjaaƃe à cause de la position de ces derniers vis-à-vis de l’Almaami Abdul. Les Jahjaaƃe remplissaient la fonction d’Elimaan Lewa à l’époque des Satigi Deeniyankooƃe qui étaient les ennemis de l’Almaami (Abdul) et l’Almaami n’aimait pas ceux qui étaient de leur côté ; c’est pour cela que les Koliyaaɓe avaient choisi les Salsalƃe [plutôt que les Jahjaaƃe] pour remplir la fonction de Elimaan Lewa. Et c’est pour cette raison que les Salsalƃe portent le titre d’Elimaan Lewa jusqu’à nos jours ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

30Le premier, parmi eux, qui fut nommé Elimaan Lewa à l’époque des Satigi fut Elimaan Seydi Hammaat Silmaan Bookar, dont la mère est Hawu Seydi Aatumaani Sawa Dame al-Hājj Gaji [JAH]. Il fut nommé à ce rang parce que son oncle maternel, Ceerno Aamadu Seydi Aatumaani, dont la descendance s’est éteinte aujourd’hui, était trop âgé.

31C’est alors que quand vint son tour de devenir imām, et vu son grand âge, (Ceerno Aamadu) avait transmis la charge à son neveu Elimaan Seydi.

32Après la détérioration de l’autorité des Satigi et la prise du pouvoir par les Koliyaaɓe, le seul [parmi les Salsalƃe] qui portera le titre d’Elimaan Lewa fut Ahmad Bodeejo. Nous donnerons des informations détaillées sur les Salsalɓe en parlant de leur histoire, si Allah le Très-Haut le veut.

Les premiers chefs Koliyaaɓe d’Horkayere

33Nous avons déjà dit que le chef des Koliyaaɓe, lors de leur retour de Mboolo Babba, était Kabala, dont le nom fut donné à des cultures d’hivernage qui se trouvaient entre eux et Semme [Da 21]. (Kabala) s’appelait Sammba Aali Bakhan Sammba. (Les Koliyaaɓe) sont issus d’un homme qui s’appelait Sammba, père de Yettum Sammba et de Bakhan Sammba.

  • Yettum Sammba est le père de Buubu Yettum, père de Sam Buubu, père de Yero Sammba et de Haymut Sammba.

  • Yero Sammba est le père de Soyubu Yero, père de Muusa Soyubu et d’autres. Ce Muusa Soyubu guérissait la lèpre, savoir qu’il transmit à ses descendants à Horkayere.

  • Haymut Sammba est le père de Jagi Haymut, père de Abdul jagi, père de Mammadu Abdul, qui nous a rapporté ces informations.

  • Quant à Bakhan Sammba, il est le père de Aali Bakhan, père de Sammba Aali, lequel est Kabala dont la descendance s’est éteinte.

34Les gens de ce clan (qabīla) ont comme patronyme (laqab), Ngallan.

Rupture entre les Deeniyankooɓe et les Koliyaaɓe

35[218a] On dit qu’à l’origine le conflit entre les Deeniyankooɓe et les Koliyaaɓe était dû à l’un des grands chefs et notables des Koliyaaɓe qui s’appelait Gelaajo Kinji. Il était un des ministres les plus proches de Suie Njaay à cette époque.

36Ce chef avait vu une belle femme et était tombé amoureux d’elle. Il demanda sa main à sa famille, qui la lui donna en mariage. Et comme Gelaajo ne quittait jamais la maison de Satigi, il y avait emmené sa femme. Quand Satigi la vit, elle lui plut aussitôt et il dit à Gelaajo : « Une femme comme celle-là n’est faite que pour moi. Laisse-la moi (même) malgré toi ». Gelaajo fut forcé de s’exécuter. Cependant il continua de voir la femme en cachette et de trahir Satigi, jusqu’au moment où il fut découvert et Satigi l’exécuta.

Les « Koliyaaɓe » de Jannjooli [Ng 30] et leur séparation d’avec les « Wurankooɓe » d’Horkayere [Da 17]

37Les Koliyaaɓe avaient très peur, et leur peur s’était accrue avec la venue de Ceerno Sulaymaan Baal, comme nous l’avons vu. La plupart d’entre eux partirent à Jannjooli, tandis que la plupart des Cuutinkooɓe partirent à Tulde Moodi Aali, à côté de Jannjooli [Ng 30].

38Ceux qui étaient restés avec Satigi jouèrent la médiation pour que les autres reviennent mais ces derniers refusèrent, surtout qu’ils avaient combattu à Banaaji [Da 8] (l’armée de Satigi) qui n’avait pas réussi à les faire revenir, comme nous l’avons déjà vu.

Tabl. 2. Charte politique de Jaanjooli (Diandiouli) [Ng 30]. Joom Njaay.

Tabl. 2. Charte politique de Jaanjooli (Diandiouli) [Ng 30]. Joom Njaay.

Sources : Demmba Hammadi Njaay, Bookar Sende Njaay, Sulaymaan Demmba JEI), Hammadi Demmba Jallo, al-Hājj Saydu Mammadu SAL, al-Hājj Mammadu Abdul ÑAŋŋ, Umar Sammba Jallo, le 12/4/84.
Code des ethnies – WOL = Wolof, SON = Soninké. – et des groupes statutaires haalpulaar’en – TOO = Tooroodo, PUL = Pullo, CED = Ceoɗɗo, CUB = Cubballo.

39Les hommes de Satigi rejoignirent (Jannjooli) en montant sur leurs chevaux, et dès qu’ils trouvaient un enfant (des Koliyaaɓe), ils le prenaient avec eux et le ramenaient chez Satigi. Les mères de ces enfants, ne pouvant supporter cette séparation, retournaient chez Satigi, puis leurs maris les suivaient

40Quand les Koliyaaɓe voyaient venir les chevaux de Satigi vers Jannjooli, ils disaient : « Jannjooli Satigi ngarii ». Jannjooli signifie les chevaux qui semblent danser en marchant, et ngarii, « ils ou elles sont venus(e)s ». C’est pour cela qu’on avait appelé cet endroit Jannjooli.

  • 6 Voir infra.
  • 7 Les porteurs du titre de Farmbaal se recrutent parmi les Joob.

41Ceux qui étaient restés avec Satigi et ceux qui le rejoignirent ensuite, furent appelés Wurankooɓe. Auparavant ils s’appelaient tous Koliyaaɓe, comme en témoignent de nombreuses preuves. Par exemple, les Wurankooɓe Jooɓɓe [Joob], plus connus chez nous sous le nom de gens de Bijew, et les Koliyaaɓe Jooɓɓe, comme les gens de Yero Kolsel, ont la même origine6. Ils viennent tous de Farmbaal, à Kayhaydi [Bo 11]7. Seulement quand les gens de Yero Kolsel quittèrent les Deeniyankooɓe avec les autres, on les avait appelés les Koliyaaɓe, et ceux qui étaient restés, les Wurankooɓe.

42Sache que les Wurankooɓe prétendent être supérieurs aux Koliyaaɓe, et ceux-ci aux Labboyaaɓe, qui eux-mêmes prétendent être supérieurs aux Duganaaɓe, eux-mêmes supérieurs aux Bowsenaaɓe, qui prétendent être supérieurs aux Saare Alinkooɓe, ceux-ci aux Bunnaaɓe qui eux-mêmes prétendent être supérieurs aux Buurnaaɓe qui sont au dernier rang.

43Si (par exemple) on donne quelque chose au chef des Koliyaaɓe, il le prend dans ses mains, se tourne vers Jagaraf Labboyaaɓe et le lui tend ; celui-ci le prend, puis se tourne vers le chef des Duganaaɓe et le lui tend, lequel le prend puis se tourne à son tour vers le chef des Bowsenaaɓe et le lui tend, et ainsi de suite, jusqu’au dernier rang.

Les Koliyaaɓe de Sinncu Garba [Ng 29]

44Les Koliyaaɓe restèrent à Jannjooli jusqu’à l’arrivée d’un homme appartenant aux Fulɓe Jeeri [218b], c’est-à-dire, aux Sannaraaɓe, qui s’appelait Jam Gulu. Il avait avec lui ses chiens et ses lances et passait toute la journée en brousse, et le soir, il retournait à Jannjooli, chez les Cuutinkooɓe. Il leur montra le marigot qui se trouvait à Sinncu Garba, en précisant qu’il y avait de l’eau en abondance.

45Les Cuutinkooɓe y déménagèrent, puis Moodi Lorel [1] des Koliyaaɓe les y suivit, ensuite Sawa Subbal [2], Aali Hammee [3], Sawa Gaabu [4], des Koliyaaɓe Julayelnaaƃe, Sawa Jaw [5], Moodi Kudiwiti [6] et Sawa Sukke [7]. Tous les sept étaient des Koliyaaɓe.

46[1] Ils étaient ensemble à Sinncu Garba, sauf Moodi Lorel qui avait préféré habiter tout seul dans un endroit isolé, qu’on appelait Wuro Moodi. Quand il mourut, son fils Garba Moodi Lorel lui succéda.

47L’année même de leur installation, ils avaient cultivé leurs terres en hiver. La terre de Garba donna une très bonne récolte, contrairement à celle des autres. Garba commença à acheter du mil à tous ceux qui venaient vendre leurs récoltes à Sinncu Garba, et quand ces vendeurs revenaient chez eux, ils conseillaient à tous ceux qui désiraient vendre leur blé d’aller le faire à Sinncu. Garba devint tellement célèbre que le village porta son nom et devint Sinncu Garba [Ng 29]. La maison que son père, Moodi Lorel, avait bâtie la première fois porte jusqu’à maintenant le nom de Wuro Moodi. Sinncu veut dire « hameau qui vient d’être fondé ».

48Parmi les enfants de Garba, il y avait Buubu Garba, dont seules les filles, parmi sa descendance, sont en vie actuellement, Sammba Garba, père de Daawda Sammba, qui vit actuellement au Fuladugu, c’est-à-dire au Firdu, et Yero Garba, connu aussi sous le nom de Silay Garba, père de Moodi Silay, de Demmba Silay, de Saydu Silay, de Bookar Silay et de Hamid Silay. Ils sont tous en vie maintenant et habitent à Sinncu Garba. Ils ont un frère aîné qui s’appelle Hammadi Silay, qui était devenu soldat et était entré en sarwis (service militaire). Il était connu là-bas sous le nom de Mammadu Yero et est resté militaire jusqu’à l’âge de la retraite. Il était revenu à Sinncu Garba, puis il était reparti au Maghrib et ensuite en France. Actuellement on ne sait pas où il se trouve. Ils ont (aussi) une sœur qui s’appelle Lorel Yero ou Lorel Silay, épouse de Ceerno Aali à Sinncu Garba. Elle lui a donné des enfants.

49[2] Quant à Sawa Subbal, il est le père de Yero Sammba, père de Aali Yero, qui est à Sinncu Garba actuellement.

50[3] Aali Hammee est le père de Demmba Aali, père de Buyri Demmba, qui est à Sinncu Garba actuellement.

51[4] (Parmi les enfants de) Sawa Gaabu, il y a Sallī Mammadu que les gens de Sinncu Garba veulent nommer comme leur chef, après avoir destitué Demmba Yero l’année précédente, mais leur chef Hammadi Alfaa n’a pas accepté, et ce jusqu’à ce jour, Ier août 1921.

52J’ai appris plus tard qu’ils ont nommé son frère à sa place. Je crois qu’il s’appelle Muusa et est plus connu sous le nom de Mooroh ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

  • 8 Il s’agit là d’une métaphore. En effet, nul souverain n’entrait à cheval dans leur village, ce qui (...)

53Sawa Gaabu appartenait aux Koliyaaɓe Julayelnaaɓe. Les gens prétendent qu’aucun prince ne passe jamais chez eux ou à côté d’eux par peur de leurs pouvoirs magiques. [219a]Julayel est le diminutif de jullaare qui signifie « souche » et si ce morceau de l’arbre, après l’avoir coupé, reste sur la route, il fait trébucher les passants. On disait que (les Kollyaaɓe Julayelnaaɓe) possédaient une magie capable de faire tomber le roi de son cheval8 ou de le détrôner ; et Dieu le Très-Haut est plus savant.

Tabl. 3. Charte politique de Sinncu Garba-Garjki/S.G.-Koliaabe/S.G.-Falɓe [Ng 29]. Jaandu Njaay/Sumaare/Faal.

Tabl. 3. Charte politique de Sinncu Garba-Garjki/S.G.-Koliaabe/S.G.-Falɓe [Ng 29]. Jaandu Njaay/Sumaare/Faal.

Tab. 3. Charte politique de Sinncu Garba-Gaŋki/S.G.-Koliaabe/S.G.-Falbe [Ng 29]. Jaandu Njaay/Sumaare/Faal. (suite)

Tab. 3. Charte politique de Sinncu Garba-Gaŋki/S.G.-Koliaabe/S.G.-Falbe [Ng 29]. Jaandu Njaay/Sumaare/Faal. (suite)

Sources : Mammadu Gaŋki Njaay, Foode Sammba Drame, Abu Wunde Loh, Malal Ndaw, Mammadu Lowel Njaay, à Sinncu Garba Gaŋki, le 10/4/84.

54[5] De Sawa Jaw est issu Elimaan Bookar qui était l’ancêtre des imām de la mosquée de Sinncu Garba.

55[6] Quant à Moodi Kudi, il est le père de Aali Moodi, père de Alarba Aali. Moodi Kudi est aussi le père de Saydu Moodi, père de Bookar Saydu. Alarba et Bookar sont à Sinncu actuellement.

56De Yata est issu un homme qui s’appelle Bookariyyu, et qui se trouve lui aussi à Sinncu Garba actuellement.

57[7] Quant à Sawa Sukki, l’informateur ignore sa descendance, et Allah le Très-Haut est plus savant.

Les Koliyaaɓe de Ngijiloñ [Ng 6]. Scissions entre ces derniers et ceux de Sinncu Garba [Ng 29] et de Jannjooli [Ng 30]

58La moitié des Koliyaaɓe resta à Jannjooli tandis que l’autre groupe résidait à Sinncu Garba, jusqu’à ce que l’Almaami Abdul prit le pouvoir ; et c’est alors que la seconde moitié des Koliyaaɓe partit le rejoindre à Ngijiloñ [Ng 6].

59Si (par exemple) une famille avait deux enfants, l’un d’entre eux rejoignait l’Almaami et l’autre restait à la maison ; et si elle en avait quatre, deux s’en allaient et les deux autres restaient. Il y avait auparavant des [Koliyaaɓe qui faisaient partie de la communauté des] Loojo et [de celle] des Welingara à Jannjooli. Actuellement, ils n’y sont plus, sauf une partie des Welingara. En revanche, ils sont tous à Ngijiloñ, même maintenant.

60Quand ils rejoignirent l’Almaami Abdul, ils habitèrent avec lui à Ciloñ, et quand il quitta [Ciloñ] pour Koɓɓillo, ils partirent aussi.

61L’Almaami leur avait ordonné ensuite de partir à Ngijiloñ et d’y construire un ribāt (campement militaire) afin de boucler le gué par lequel les Maures (al-bayādīn) traversaient le fleuve, menaient des campagnes contre les villages sénégalais et prenaient leur bétail. Le chef des Koliyaaɓe à cette époque s’appelait Hammadi Hasan et était très âgé. Les Koliyaaɓe n’avaient pas apprécié le fait de partir (à Ngijiloñ) car ils ne voulaient pas se séparer de l’imām.

62Ce dernier ordonna aux pêcheurs d’habiter à Mbaxana [Ng 15] et de transporter les Koliyaaɓe gratuitement sur leurs bateaux chaque fois que ceux-ci voudraient aller le voir durant la période des hautes eaux. Les pêcheurs s’étaient exécutés. Ils habitent à Mbaxana jusqu’à maintenant. L’imam les avait peut-être gratifiés de quelque chose pour qu’ils acceptent. C’était digne de son rang. Qu’Allah soit satisfait de lui !

  • 9 Le nom du village, Ngijiloñ est le diminutif pluriel de gijili, Boscia Senegalensis.

63Les Koliyaaɓe partirent à Ngijiloñ qui est le diminutif de gjili, qui veut dire « les arbres que les Maures (al-Bayādīn) appellent izin »9. Ils avaient trouvé ces arbres dans cet endroit puis ils avaient donné le diminutif de leur nom au village, car les arbres izin sont souvent petits.

64Leur chef à cette époque était Hammadi Hasan. Aucun de ses descendants n’est en vie actuellement. Au moment où ils coupaient ces arbres pour bâtir le village, les Koliyaaɓe avaient porté leur chef sur un brancard et ils l’avaient déposé à côté des arbres où il mourut.

Les chefs koliyaaɓe et l’origine de leur patrimoine

Siree Daara Jah, chef des Koliyaaɓe de Ngijiloñ [Ng 6]

65Siree Daara devint leur chef. Entre lui et l’Almaami Abdul, il y avait une grande amitié, contrairement à l’hostilité que son fils portera à l’Almaami, et ce alors même que son nom, Abdul Siree, donné par son père, était celui de l’imam.

66Après la mort de son père, Abdul Siree devint, avec les Boosoyaaɓe et d’autres, un ennemi de l’imam, qu’ils tuèrent à Guuriiki [Da 13].

67[219b] Siree Daara ne resta chef des Koliyaaɓe, après la mort de Hammadi Hasan, que pendant cinq années seulement. Il mourut lors de la bataille de Bunngoowi.

Terres données à Siree Daara Jah

68[1] L’Almaami Abdul lui avait donné les terrains de cultures de Nawel [Ng 11], un village au Sénégal, près de Maatam, et toutes celles qui se trouvaient au-delà du fleuve, d’après ce qu’on dit, car l’Almaami Abdul avait une fois voulu traverser la rivière de Wambooɓe, mais elle était profonde, et en plus il y avait de la boue. L’Almaami Abdul était descendu de son cheval et avait traversé la rivière sur le dos de Siree Daara. C’est pour cela que cette rivière porte le nom de Wambooɓe, wammbude signifiant « quelque chose porté sur le dos ». Cette rivière se trouve en contrebas et en face de Nawel.

69C’est parce que Siree Daara l’avait porté sur son dos que l’Almaami Abdul lui avait donné les cultures de Nawel et l’avait nommé percepteur de ces terres. C’est ce qui est le plus logique.

70On dit que Nawel fut habité après l’Almaami Abdul. Ses habitants vivaient auparavant à Beeli Jaalo, un endroit près de Seennde. Ils ne se sont installés à Nawel qu’à l’époque de l’Almaami Yuusuf. Et Allah est sont installés à Nawel qu’à l’époque de l’Almaami Yuusuf. Et Allah est plus savant.

Tabl. 4. Charte politique de Ngijiloñ (Nguidilogne)-Lodio/ N.-Welingara [Ng 6]. Jaagaraf Jah/ Jaagaraf Sal

Tabl. 4. Charte politique de Ngijiloñ (Nguidilogne)-Lodio/ N.-Welingara [Ng 6]. Jaagaraf Jah/ Jaagaraf Sal

Sources : Vidal (M.) 1924, pp. 65, 84-87 ; Sara SAL (67 ans), chef de village, Saali Sammba Sal (70 ans), Sammba Saali Kamara, Sammba Saali Sal (76 ans), le 28/2/85.

71Parmi les autres terrains de culture que l’on attribue à Siree Daara, il y a :

72[2] une partie des terres de Leli [Ng 14], une partie de Gada [Ng 13], une partie de Sayte Galel, en contrebas de Ciloñ [Bo 30]],

73[1] Falo Nawel [Ng 11], en Mauritanie et au Sénégal,

74[3] et à proximité de Jannjooli [Ng 30], Lewe [Ng 29], Sangay Dewa Seydi, que cultivent les gens de Cempeŋ [Da 1],

75[4] (enfin) Bele Bule, au-dessus de Sinncu Garba [Ng 29].

76[5] On dit que c’était Siree Daara, accompagné du grand-père de Hammee Ruqi, et du grand-père de Jugiri ou Yugiri, lequel est Abdul Hammadi qui (habitait) à Ngijiloñ, qui étaient allés voir Tafsīr Ahmad [WAN] à Kanel [Da 4] et lui avaient demandé de leur donner des cultures fluviales de décrue. Il leur avait donné Bele Bule. C’était à l’époque où ils habitaient à Jannjooli, avant de partir au Fuuta. Peut-être les avait-il seulement nommés comme percepteurs de ces terres et leur avait-il donné quelques parcelles pour les cultiver pour leur propre compte ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

77Je ne sais pas pourquoi les descendants de Siree Daara sont les propriétaires de ces terres actuellement. C’est peut-être à cause de leur noblesse et de leur alliance (muwālāt) avec les gouverneurs (wulāt) du Fuuta qui leur avaient injustement laissé ces terres ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

  • 10 Village de pêcheurs situé en aval de Ngijiloñ [Ng 6].

78[6] Parmi les villages que l’on attribue (à Siree Daara), il y a Aali Wuuri [Ng 5]10 du nom d’une personne qui s’étant réfugiée auprès de Siree Daara devint son alliée.

79Ces terres sont peut-être rattachées à Siree Daara seulement parce qu’il en était le percepteur nommé par l’imām, ou peut-être aussi parce qu’il jouissait d’une grande considération et était le chef des Koliyaaɓe, même si ces derniers en étaient les véritables propriétaires.

80Nous montrerons, plus loin, comment il s’était approprié Cangay Dewa Seydi, afin que tu vois, par analogie, comment il s’était approprié les autres terres ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

La descendance de Siree Daare Jah

81Quand l’Almaami Abdul avait combattu et vaincu le Brak, prince du Waalo, celui-ci s’était enfui chez le Dammel Hammadi Ngoone Ndella et s’était réfugié auprès de lui, d’après ce qu’on dit. L’Almaami Abdul avait pris sa maison et quatre femmes : deux filles de Brak, Aram Bakkar et Faatu Jullit, et deux filles de son frère, Maryam MBOOC et Hanna Mbooc, d’après ce qu’on dit.

  • 11 Voir infra 280a.

82L’Almaami avait donné Hanna Mbooc à Siree Daara qui l’avait prise pour concubine. Elle lui avait donné deux fils : Muhammad Siree connu sous le nom de Muhammad Hanna, et Bookar Siree, connu aussi sous le nom de Bookar Hanna11.

83Muhammad Siree est le père de Ahmad Gurmu qui est à Ngijiloñ actuellement, et qui est (connu sous le nom de) Ahmad Muhammad Siree Dara.

84Quant à Bookar Siree, il est le père de Moodi Bookar, père de Ahmad Moodi, le chef actuel de Ngijiloñ.

85Quand Siree Daara mourut à Bunngoowi, Aali Buubu Yettum, un des chefs Koliyaaɓe, épousa Hanna Mbooc, qui lui donna comme enfants : Jibi Aali, père de Sammba Jibi, lequel est Hamid Dabbu, qui mourut ces dernières années et que j’ai connu personnellement. Il était un des ministres de Abdul Bookar.

Abdul Siree Jah, l’adversaire des Almaami

86[220a] Parmi les enfants de Siree Daara, il y a aussi Abdul Siree qui n’eut que des filles comme descendance. Il était très célèbre et jouissait d’une grande puissance auprès des gens du Fuuta. On raconte à son sujet (cette histoire).

87Parmi ceux qui étaient présents à un conseil de l’Almaami Muhammad [Wan] à Mbummba [La 23], il y avait Ismā’īl Nalla [Kan], père de Daawda Ismā’īl (qui est) à Doolol Siwre [Da 3]. Il était orgueilleux, d’après ce qu’on dit, et, pendant ce conseil, il fut très grossier avec l’Almaami qui le chassa du Fuuta et lui ordonna de regagner immédiatement sa maison à Doolol en Mauritanie, sans s’arrêter chez personne, de Mbummba à Doolol, pour manger, se reposer ou boire. Les biens de tous ceux qui l’accueilleraient chez eux deviendraient propriété du trésor public (bayt al-māl).

88L’Almaami Muhammad envoya des émissaires et des lettres à tous les villages que Ismā’īl devait traverser pour les informer de sa décision.

89Ismā’īl monta sur son cheval et repartit chez lui. Il ne s’arrêta que dans le désert entre deux villages, ne buvant que l’eau du Fleuve et ne mangeant que la nourriture qu’il avait apportée avec lui. Personne n’osait lui offrir l’hospitalité.

90Quand il arriva à Ngijiloñ, Abdul Siree Daara l’arrêta et lui demanda de descendre chez lui, bien qu’il eut entendu parler de ce qui s’était passé entre lui et l’Almaami Muhammad. Ismā’īl lui dit : « Non, j’ai peur pour toi. » Abdul Siree lui répondit : « Je suis en sécurité. N’aie pas peur pour moi, tu vas voir ». Il l’hébergea et, en signe d’hospitalité, tua un mouton pour lui devant tout le monde. A la tombée de la nuit, Ismā’īl voulut partir, mais Abdul Siree lui demanda de passer la nuit chez lui pour qu’il se repose. Il tua un autre mouton pour lui. Ismā’īl partit le lendemain.

91Quand Almaami Muhammad apprit cela, il écrivit à Abdul Siree, le menaçant et lui promettant tous les malheurs.

92Abdul Siree alla voir Ceerno Tillere [Aan] et lui dit : « As-tu le courage de m’écrire une lettre pour lui répondre ? » Celui-ci répondit affirmativement : « Écris donc, lui dit-il, "De moi à Muhammad Takko – il ne l’appelait pas Almaami – Je te destitue et je t’ôte mon allégeance, et tous les habitants du Fuuta vont faire la même chose que moi ».

93Quand l’Almaami Muhammad reçut la lettre, il se dépêcha d’envoyer à Abdul Siree cent bīsa (étoffes ?) afin de le satisfaire. Celui-ci accepta et demanda aux Koliyaaɓe de les partager entre eux.

Maalik Hammaat Siree Jah, l’allié d’Abdul Bookar Kan

94Parmi les enfants de Siree Daara, il y a aussi Hammaat Siree, père de Maalik Hammaat qui jouissait d’une très grande célébrité et puissance dans le Fuuta. C’était lui qui avait mis fin à l’autorité de l’Elfekki du Ngenaar [Añ de Gaawol, Ng I], et avait pris sa place, [réalisant] la même chose qu’Abdul Bookar [Kan] avec l’Almaami. Ils étaient contemporains et se soutenaient mutuellement.

95Maalik Hammaat avait auparavant brouillé son oncle, Bookar Siree Daara, chef des Koliyaaɓe à l’époque, avec les Français. Ceux-ci l’avaient exilé à Ndar (Saint-Louis) et comme ils n’avaient pas pu prouver sa culpabilité, ils l’avaient ramené (dans son pays), d’après ce qu’on dit.

96Au retour de son oncle, Maalik avait eu peur des représailles et il était parti chez Ceerno Brāhīm [Kan]. [220b] Depuis, il n’avait cessé de déstabiliser l’autorité de ce dernier, qui fut assassiné par Abdul Bookar.

97On dit que quand Abdul Bookar s’empara de Ceerno Brāhīm son intention n’était pas le tuer, mais seulement de l’envoyer à Aañam afin d’enseigner [le savoir coranique] aux enfants du Fuuta. Cependant Ceerno Molle Mammadu [Lih], père de Labuda, mère de Kume, lui déconseilla de faire cela, tout comme Maalik Hammaat qui lui dit : « Ceerno Brāhīm jouit d’une grande considération auprès de la plupart des gens, qui l’aiment beaucoup. Si tu le laisses partir, il te tuera sûrement ».

98C’est ainsi qu’Abdul Bookar tua Ceerno Brāhīm ; ce que nous allons voir en parlant de l’histoire des Boosoyaaɓe ; si Allah le Très-Haut le veut.

99Maalik et Abdul s’étaient ensuite promis de s’entraider et de gouverner le Ngenaar, à Doondu, ensemble.

Maalik Hammaat supplante l’Elfekki (Añ) du Ngeenar

  • 12 Le grand-père d’Abdul Bookar.

100Le premier soutien qu’apporta Maalik à Abdul fut (le suivant) : Aali Dunndu12 [Kan] avait une petite tablette (lawh) sur laquelle était écrit un talisman (fa’ida), qui permettait d’avoir du prestige et de la considération. Il l’accrochait au bout de l’arçon de sa selle, lorsqu’il montait à cheval.

101Aali voulait épouser une femme de Gaawol [Ng I], mais il mourut chez elle avant le mariage. On le transporta à Aañam Siwol [Bo 24] où il fut enterré selon son testament.

102Sa tablette était restée chez la femme de Gaawol qui s’était mariée avec Elfekki Ahmad Jatara [AÑ], lequel de cette façon devint propriétaire de la tablette. Bookar Aali [son fils] la lui demanda mais elle ne lui fut pas restituée.

103Après sa mort, ce fut son fils, l’Elfekki Muhammad, père de Baydi Elfekki, qui hérita de la tablette.

104Abdul Bookar succéda à son père. Il demanda lui aussi la tablette, mais il ne l’eut pas davantage.

105Quand Maalik Hammadi avait promis à Abdul Bookar de l’aider et de s’associer à lui pour gouverner Ngenaar, celui-ci avait accepté non sans cacher sa méfiance.

106Maalik lui dit : « Je vais chasser le doute de ton cœur, en te rendant la tablette de Aali Dunndu ». Abdul lui répondit : « Si tu fais cela, jamais je n’aurai de doutes envers toi. »

107A cette époque, Elfekki était l’hôte des gens de Doondu [Ng 4]. Maalik dit à Abdul : « Donne-moi quelques-uns de tes hommes, afin de t’apporter la tablette. »

108Outre son groupe de Koliyaaɓe, il partit avec des gens d’Abdul Bookar. Quand il fut arrivé à la maison d’Elfekki, il trouva celui-ci en train de se préparer à quitter Doondu. Son cheval était sellé et la tablette y était accrochée. Maalik dit aux gens de Abdul : « Nous, nous allons nous mettre entre Elfekki et son cheval, et vous, vous allez prendre la tablette et l’apporter vite (à Abdul). » Ce qu’ils firent.

109A la perte de la tablette, Elfekki cria : « Je jure devant Allah, que, si on ne me rend pas la tablette, je combattrai (ceux qui l’ont prise) même seul. » Maalik lui dit : « Quelle est l’utilité de cette tablette ? Tu ne vas rien perdre en la perdant, et eux ils ne vont rien gagner. Tu règnes de Gaawol jusqu’à Norul, cela ne te suffit pas ?» [221a] Elfekki se calma et renonça à la tablette.

110Comme Maalik semblait de bonne foi, il croyait que ce dernier était de son côté et qu’il n’allait soutenir personne parmi les gens de Ngenaar contre eux. Mais les choses ne se passèrent pas ainsi.

111On dit aussi [d’après une autre version] que la femme qu’Aali Dunndu avait épousée était de Aañam Siwol et que, quand celui-ci mourut, elle avait caché la tablette. (C’est pour cela) que les héritiers de Aali ne l’avaient pas trouvée. Quand elle s’est mariée avec Elfekki Ahmad Jatara [AN], celui-ci avait pris la tablette, qui ensuite fut prise à son fils l’Elfekki Muhammad par Abdul Bookar qui en devint le propriétaire, ainsi que nous venons de le voir.

112Maalik avait soutenu Abdul Bookar grâce à ses ruses et à sa réputation, jusqu’à ce qu’ils parviennent à gouverner le Ngenaar.

113Auparavant, Abdul ne possédait rien au Ngenaar, sauf (une case) où dormir.

Les Koliyaaɓe d’Horkayere, l’Elfekki et les Français

114Jubayru Mboolo [Sal ?], des Koliyaaɓe d’Horkayere [Da 17], était très puissant au Ngenaar après le départ des Lewenaaƃe [Sal] lors de l’émigration de al-Shaykh Umar. Il avait pris tout ce qu’ils possédaient, et les esclaves fuyaient leurs maîtres pour venir se réfugier chez lui et personne ne pouvait rien contre eux par la suite.

115Abdul Bookar, lorsqu’il fit route vers le Bunndu, passa une fois par Horkayere pour voir sa femme Diba. Il demanda à Jubayru Mboolo quelques esclaves, mais celui-ci refusa, (bien plus), ces gens faillirent le frapper. En revenant du Ɓunndu, Abdul Bookar passa chez Sammba Joom [BAH] à Guuriiki [Da 13] et lui demanda de lui donner des esclaves du Ɓunndu, car ces derniers fuyaient leurs maîtres et se réfugiaient également auprès de lui. Sammba Joom refusa.

116Voilà ce qu’était Abdul Bookar au début, au Ngenaar et au Damnga. Une fois on le frappait, une autre on le chassait, jusqu’à ce qu’il se soit associé avec Maalik Hammaat et grâce à leurs ruses et à leur puissance, ils avaient pu s’approprier le Damnga et Allah le Très-Haut est plus savant.

117Jubayru Mboolo était en discorde avec l’Elfekki et ne lui obéissait pas, (ce qui avait poussé) celui-ci à le brouiller avec les Français.

  • 13 Lieu-dit situé en amont de Maatam, donc à l’ouest de Orkayere.

118Ceux-ci envoyèrent un petit bateau à vapeur à Horkayere en provenance de Wambooɓe13 à l’époque des inondations. Ils y arrivèrent en pleine nuit et tout le monde dormait. Les sanadir (laptots ?) descendirent du bateau et partirent à la maison de Jubayru. Ils le trouvèrent endormi dans la cour, ils le prirent de force et l’emmenèrent dans le bateau. Personne ne sait jusqu’à maintenant où il fut emmené.

119Les gens de Horkayere soutenaient l’Elfekki et avaient apprécié ce qui s’était passé, et c’est pour cela que personne n’était intervenu quand on avait pris Jubayru et personne n’avait levé la tête quand il avait commencé à crier.

  • 14 Dans la seconde version, le bateau à vapeur, probablement un aviso, fait un détour par le marigot d (...)

120[D’après une autre tradition], on dit que le bateau à vapeur, qui avait pris Jubayru Mboolo avait remonté le marigot de Ballel Soowonaaɓe [Da 22] entre Yella et Waawnde, à Horkayere14, en plein jour et non pas à la nuit, et qu’un Français (Nasrāni) en était descendu et était allé voir Jubayru et lui avait dit : « Viens (avec nous) au bateau, nous allons t’emmener chez le commandant de Maatam qui veut te parler. »

121Jubayru partit avec eux et quand il fut monté dans le bateau celui-ci fit demi-tour et retourna d’où il était venu.

122Dans ce même bateau, il y avait Bookar Siree Daara. En arrivant à Ndar, les Français examinèrent leurs cas. Bookar Siree Daara [Jah] fut ramené au Fuuta, comme nous l’avons déjà vu ; quant à Jubayru Mboolo, il fut écroué et resta en prison jusqu’à sa mort. [221b] Allah nous en préserve !

123Depuis, aucun bateau à vapeur n’est entré à Horkayere par le Julol, d’après ce qu’on dit.

L’Elfekki Mammadu

124En ce qui concerne l’Elfekki, il habitait à Seennde, [en face de Maatam]. Les esclaves fuyaient leurs maîtres, venaient se réfugier chez lui et le prenaient pour maître. Avec lui, ils commettaient des brigandages sur la route qui mène à Maatam. Ils attaquaient tous ceux qui passaient par cette route et leur prenaient leurs biens.

125Ces attaques devenaient très fréquentes et les plaintes auprès du commandant de Maatam devenaient nombreuses. Celui-ci arrêta l’Elfekki et le menaça d’exil. L’Elfekki lui promit de ne plus se livrer à ces attaques, et le commandant le relâcha.

126Une fois retourné chez lui, il recommença à commettre ces vols. Le commandant l’arrêta une deuxième fois et le fit remonter dans le bateau à vapeur. Le fils de l’Elfekki, Baydi, demanda au commandant de relâcher son père ou bien de le prendre avec lui et de l’exiler lui aussi. Ils furent embarqués tous les deux dans le bateau et emmenés à Ndar.

127L’Elfekki y mourut et son fils partit à Gorée pour apprendre le français avant de retourner au Fuuta où il mourut ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

  • 15 Village de pays soninke ?

128Avant tous (ces événements), Maalik Hammaat avait accompagné, avec Demmba Talu, al-Shaykh Umar lors de son émigration jusqu’à Yeliman15 où ils avaient habité. Ensuite, ils s’étaient enfuis. Ils furent poursuivis par les esclaves de al-Shaykh Umar qui voulait les ramener. Demmba Talu tua l’un d’eux et les autres rebroussèrent chemin et les laissèrent partir. Maalik et Demmba rentrèrent sains et saufs au Fuuta.

129Après il s’est passé ce que nous avons déjà vu auparavant, à savoir la brouille de son oncle avec les Français.

Les Conngaan, parents maternels des Jah

130Siree Daara appartenait au clan de Jah et ses gens habitaient à Ngijiloñ [Ng 6]. C’est son fils Abdul Siree qui avait amené les Waalɓe, ses oncles maternels de Ciloñ [Bo 30], suite au conflit qui avait éclaté entre lui et les gens de Welingara qui l’enviaient et voulaient contester son autorité.

131Il leur avait dit : « Je vais vous amener des gens qui vont me soutenir contre vous.» Il demanda aux habitants de Ciloñ de venir avec leurs familles à Ngijiloñ très vite. Il s’était mis d’accord avec eux auparavant sur cette question.

132Les Waalɓe quittèrent Ciloñ et arrivèrent à Ngijiloñ la nuit. Le lendemain matin, quand les habitants de Ngijiloñ les virent, ils dirent : « Est-ce que ces gens ont passé la nuit ici ou bien sont-ils arrivés au petit matin ? » « Ils ont passé la nuit ici », leur répondit-on. Et c’est pour cela qu’on les a appelés Waalɓe, qui signifie « ceux qui ont passé la nuit » (al-ba’itin).

133Leur chef Saydu Hawri, qui est Saydu Paate Siidi, est le père de Muhammad Saydu Paate, de Shaykh Saydu Paate et de Siree Lih.

134Paate Siidi avait un frère qui s’appelait Hammaat Siidi, père de Saydu Hammaat, connu sous le nom de Saydu Billel, père de Mammadu Saydu. Ils étaient restés à Ciloñ.

135Mammadu Saydu Billel était connu pour son amitié avec Abdul Bookar. Il était l’un de ses conseillers.

136Ils sont du clan (qabīla) des Conngaan.

Yero Kolcel Joob, chef des Koliyaaɓe de Jannjooli [Ng 30]

137Parmi les chefs de Welingara, il y a Yero Kolcel Joob], Kolcel est le nom de sa mère. Quant à son père, c’est Erem Alawuun, père de Dewa Erem aussi. Siree Banel, le commerçant, étant l’un de ses descendants.

138Parmi les descendants de Yero Kolcel, il y a notre frère Nayki, fils de l’Elfekki Hammadi Yero Kolcel.

  • 16 Kuwa est un diminutif de Kummba.

139Parmi les terrains de cultures qu’on attribue à Yero Kolcel, il y a Cangay Gelaajo [Ng 30] Kuwa16 Kolcel (du nom) de la sœur utérine de Yero Kolcel, mère de Gelaajo Kummba, père de Hammadi Gelaajo, père de Sammba Hammadi qui [222a] est le percepteur actuel des descendants de Yero Kolcel.

140Gelaajo Kuwa Kolcel était à Ngijiloñ avec les gens de Welingara, et l’avait quitté pour Jannjooli [Ng 30] où ils sont actuellement.

141On dit que les terrains de cultures de Cangay Gelaajo appartenaient aux Jaawɓe Hommbo, c’est-à-dire aux Ferooɓe. Leur chef à l’époque était Arďo Haymut Jammu qui était contemporain de l’Almaami Abdul. Celui-ci lui avait demandé d’être le percepteur de ces terres et le chef des Ferooɓe. Arďo Haymut lui avait répondu : « Je ne peux pas être Arďo et devenir Jaagaraf aussi. Jamais on n’entendra parler de cela ! »

142L’Almaami confia alors la perception de ces terrains à Hammadi Kolcel, des Sumarenaaɓe Koliyaaɓe [Sumaare] de Sinncu Garba [Ng 29], qui était le frère de Yero Kolcel du côté maternel.

143Hammadi Kolcel fut tué lors du combat de l’Almaami contre Jelde ; un village près de Tiyaabu. Jelde était habité par les Saybooɓe Basilankooɓe, mais aujourd’hui il est inhabité. Ses ex-habitants sont ceux qui sont à Mannayel actuellement.

144Après la mort de Hammadi, plusieurs chefs koliyaaɓe dont Siree Daara, Aali Jubayru [Sal], Yero et d’autres, demandèrent à l’Almaami de leur confier la perception de ces terrains de cultures. (Cependant), Kuwa Kolcel alla voir l’Almaami et lui dit : « Mon frère Hammadi, qui a été tué en combattant pour toi, a un frère qui a atteint l’âge adulte et s’appelle Yero Kolcel. Confie-lui la perception de ces cultures. »

145L’Almaami lui demanda : « Est-il un bon guerrier ? » – « Oui », répondit-il.

146L’Almaami demanda qu’on aille le chercher et quand il arriva, il lui donna un cheval et lui dit : « Monte-le au galop afin que je puisse connaître tes capacités en équitation ». (Yero) monta le cheval et galopa très bien. Il avait avec lui un fusil à deux coups, il tira deux fois de chaque côté de sa monture, tout en regardant derrière lui.

147L’Almaami sut alors que Yero était capable de combattre l’ennemi et lui confia la perception des terrains de cultures, perception qui depuis ce jour-là est entre leurs mains, et ce jusqu’à aujourd’hui.

148[222b] Après la mort de l’Almaami, ils commencèrent à percevoir les redevances des terrains de cultures à leur propre compte et cela jusqu’à maintenant. Les gens (ahl) de Siree Daara et d’autres firent la même chose. Cela montre que pour tous ceux parmi les gens du Fuuta qui s’approprièrent une terre à l’époque de l’Almaami, il s’agissait au début seulement d’en percevoir (les impôts). Ce n’est qu’après la mort de l’Almaami, qu’ils commencèrent à prélever injustement ces impôts pour eux ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

149Yero Kolcel possédait aussi des cultures à Etital [Ng 30] qui, comme Cangay Gelaajo, se trouvent entre Garli [Ng 31], Kerla et Jannjooli [Ng 30].

Autres chefs des Koliyaaɓe-Welingara

  • Parmi les chefs de Welingara, il y a aussi Aali Jubayru, duquel est issu Hammee Rugi, du clan de Sal. Il avait comme cultures à Sinncu Garba, Yun Faalɓe.

  • Parmi les autres chefs de Welingara, il y a Yero Dooro, duquel est issu Daji, père de Jibi Daji et Baydi Daji, du clan de Baccili (ou Basilankooɓe). Les Bassiliyīn (gens du clan Baccili), dont une partie était avec les Koliyaaɓe et le reste avec les Deeniyankooɓe, étaient originaires d’un village qui s’appelait Nuffalel situé entre Bakkel et Tiyaabu, dans le pays des Basilankooɓe. Ils étaient violents avec tous et attaquaient les passants. Plusieurs villages s’étaient réunis avec les Basilankooɓe et d’autres pour les combattre. Ils tuèrent la plupart d’entre eux, et les rescapés s’enfuirent chez les Deeniyankooɓe et s’intégrèrent aux esclaves de ceux-ci, (comme) les Koliyaaɓe, les Labboyaaɓe et d’autres. Nous avons parlé d’eux avec un peu plus de détails en évoquant l’histoire des Basilankooɓe. Relisez le passage en question si vous voulez.

  • Parmi les chefs de Welingara aussi, il y a Yero Yettum duquel sont issus Abdul Khālīd, Sammba Yegu et Hamid Dabbu, dont nous avons déjà parlé et qui appartenait au clan de J, puisqu’il était issu de Buub Yettum.

  • Parmi les (autres) chefs de Welingara, il y a Mayata Saydu Birom, duquel sont issus Hammadi Dado et Umar Dado, fils de Paate Demmba Aali Mayta. Est aussi issu de lui, un homme des Koliyaaɓe qui est commerçant actuellement et s’appelle Hasan b. Buubu Demmba Aali Mayata. Ils étaient du clan Sal, ils n’étaient cependant pas proches parents d’Aali Jubayru.

  • Parmi ces chef aussi, il y a Sammba Aali Maaram, père de Khālīd Sammba, père de Sammba Khālīd, de Bookar et de Mboolo. Sammba Aali Maaram est aussi le père de Abdul Sammba, père de Sammba Abdul qui habitait Guuriiki Koliyaaɓe.

Yero Dane, ancêtre des chefs des Koliyaaɓe de Sinncu Garba [Ng 29]

150Quant à Yero Dane, il avait émigré, avec les Koliyaaɓe, chez l’Almaami Abdul, puis il avait émigré à Ngijiloñ [Ng 6]. L’Almaami lui avait, peut-être, confié la perception des redevances des terres de Sinncu Garba : Munjarel, Sukutal, Bannagel et Kelelel, qui sont dans les mains de ses descendants actuellement. De ce fait, il était le chef des habitants de Sinncu Garba [Ng 29] et quand il était à Ngijiloñ [Ng 6], il ne leur parlait que lorsqu’ils venaient le voir.

151Il mourut à Ngijiloñ et fut remplacé par son fils Abdul Yero Dane.

152L’Almaami demanda aux (Koliyaaɓe) s’il y avait quelqu’un parmi eux qui pourrait garder la frontière de Gawju, un endroit du côté de Maatam, entre Jammel et Wudduru, et si tu veux, entre Jammel et Kunndel, endroit qui était un désert plein de voleurs et de lions. Abdul Yero Dane lui répondit : « Moi ! ».

153[223a] Il partit et habita à Gawju où il s’appropria les terrains de cultures des deux côtés du fleuve : du côté de la Mauritanie et du côté du Sénégal. Il y resta jusqu’à sa mort.

154Son fils Sammba Abdul lui succéda. Il resta à Gawju jusqu’à l’époque de Ceerno Brāhīm [Kan], puis il partit le rejoindre à Magaama. Après l’assassinat de Ceerno Brāhīm, Sammba Abdul partit à Sinncu Garba [Ng 29] et devint son chef pour quelques jours. Il mourut lors de la première (épidémie) de peste.

155Il fut remplacé par son frère Yero Abdul, père de Demmba Yero, qui était chef du village de Sinncu Garba et fut limogé en 1925.

156Demmba Yero avait plusieurs enfants ; parmi eux il y a Mammadu Demmba, qui est sandar (laptot ?) actuellement, Abdul Demmba, connu sous le nom de Karli, Ahmad Demmba, Yero Demmba, Maalik Demmba, al-Hasan Demmba, Malal Demmba, Kalidu Demmba, Muusa Demmba et Aadama Demmba.

157Quant aux enfants de Sammba Abdul Yero Dane, qui mourut de la peste, il s’agit d’Ahmad Sammba et de Khālīd Sammba.

158Khālīd Sammba est le père de Muhammad Khālīd, Demmba Khālīd et Yero Khālīd. Ils sont tous à Sinncu Garba [Ng 29] actuellement.

159Les gens de Yero Dane possédaient aussi les terrains de cultures de Kolaaɗe à Ngijiloñ.

160[D’après une autre tradition], on dit que Abdul Yero Dane n’était pas mort à Gawju, mais qu’il était parti à Sinncu Garba parce qu’il avait peur de la trahison de Abdul Siree Daara. Il fut attaqué à Gawju par les voleurs maures (al-bayādīn) qui voulaient le tuer (mais) Allah lui sauva la vie. Il partit aussitôt vivre à Sinncu Garba.

161Après sa mort, il fut remplacé par son fils Sammba Abdul à Sinncu Garba, puis partit habiter à Magaama avec Ceerno Brāhīm. Quand ce dernier fut assassiné, Sammba Abdul revint à Sinncu Garba où il devint chef pour quelques jours et mourut lors de la première épidémie de peste, comme nous l’avons déjà vu ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Autres observations sur les Kolyaaɓe

162Les Palimmpa étaient et sont les percepteurs des Koliyaaɓe, et Palimmpa est le titre (laqab) de chaque chef de famille parmi eux.

163(Le) Palimmpa, qui fut assassiné à Bunngoowi, s’appelait Siree Hammadi, père de Aali Siree, père de Bayda Palimmpa, de Ismaa Palimmpa et de Sammba Palimmpa. Ismaa est le père de Jaturu, le ministre bien-aimé de notre actuel amīr’Abd al-Salām.

164Sache que tous les Koliyaaɓe peuvent faire de la politique. Dès qu’un chef apparaît parmi eux, tout le monde le suit. Cependant les personnes âgées sont beaucoup plus considérées même si le chef jouit d’une autorité totale sur eux et sur tous les gens de Ngenaar.

165[La cuvette de décrue appelée] Cangay Dewa Seydi [Da 1] comprend un nombre important de terrains de cultures dont prennent soin les habitants de Cempeŋ, les Ferooɓe et d’autres. Elles furent attribuées à l’origine, à Dewa Seydi des Kamaraaɓe [Kamara] Mahinaaɓe de la fraction (‘usba), de Hammee Fili, qui habite à Loobaali [Da 25].

166Dewa Seydi habitait à Kanel [Da 4], et les Koliyaaɓe à Jannjooli [Ng 3]. Quand les Tooroɓɓe eurent pris le pouvoir et que leurs maîtres, les Deeniyankooɓe, furent vaincus, les Koliyaaɓe émigrèrent (chez les) Bambara et habitèrent au Gidimaxa. Dewa Seydi émigra avec eux par amour de sa tribu (‘ashīra) et de ses maîtres (ou esclaves) (mawālī).

167Après son émigration, Almaami Abdul voulut transformer les terrains de cultures de Cangay en propriété du trésor public (bayt al-māl), (mais) Siree Daara lui dit : « Ne faites pas des cultures de mon oncle maternel une propriété du trésor public. Je suis de votre côté. Donnez-les moi, et quand mon oncle reviendra, je les lui rendrai. »

168Siree Daara envoya chercher son oncle, et quand il revint, il lui dit : « Voici tes terres, reprend-les ! »

169A la mort de Siree Daara et de Dewa Seydi, leurs enfants commencèrent à se disputer la propriété de ces terrains. Elles appartinrent tantôt aux fils de Siree Daara et tantôt à ceux de Dewa Seydi. Les choses en restèrent là jusqu’à l’époque de Abdul Bookar qui arracha ces cultures des mains des fils de Dewa Seydi et les confia à Maalik Hammaat, et le conflit s’apaisa.

170Après la mort de Maalik Hammaat, ce fut sa fraction (‘usba) qui hérita, injustement et par force, de ces cultures, et cela à cause du silence des fils de Dewa Seydi et de la puissance des autres ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

171Quant au lien de parenté qui unissait Siree Daara et Dewa Seydi, le voici : leur grand-mère Suyu est la mère de Buy, mère de Demmba Buy, père de Dara Demmba, père de Siree Daara.

172Suyu est aussi la mère de Biras Suyu, père de Jabbere Biras, père de Juku Jabbere, père de Seydi Juku, père de Dewa Seydi, le propriétaire (des cultures) de Cangay. Le reste de ses descendants est actuellement à Cempeŋ ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

173Fin de l’histoire des Koliyaaɓe

Notes

1 Tamarindus indica.

2 Elacis guineensis, palmier à huile (?).

3 Illisible.

4 Aristida.

5 Une des deux capitales du Ɓunndu.

6 Voir infra.

7 Les porteurs du titre de Farmbaal se recrutent parmi les Joob.

8 Il s’agit là d’une métaphore. En effet, nul souverain n’entrait à cheval dans leur village, ce qui signifie qu’ils n’étaient soumis à aucun pouvoir (O. Kyburz).

9 Le nom du village, Ngijiloñ est le diminutif pluriel de gijili, Boscia Senegalensis.

10 Village de pêcheurs situé en aval de Ngijiloñ [Ng 6].

11 Voir infra 280a.

12 Le grand-père d’Abdul Bookar.

13 Lieu-dit situé en amont de Maatam, donc à l’ouest de Orkayere.

14 Dans la seconde version, le bateau à vapeur, probablement un aviso, fait un détour par le marigot de Julol situé à l’est de Horkayere, détour qui indique que la crue s’était déjà retirée.

15 Village de pays soninke ?

16 Kuwa est un diminutif de Kummba.

Table des illustrations

Titre Tabl. 2. Charte politique de Jaanjooli (Diandiouli) [Ng 30]. Joom Njaay.
Légende Sources : Demmba Hammadi Njaay, Bookar Sende Njaay, Sulaymaan Demmba JEI), Hammadi Demmba Jallo, al-Hājj Saydu Mammadu SAL, al-Hājj Mammadu Abdul ÑAŋŋ, Umar Sammba Jallo, le 12/4/84.Code des ethnies – WOL = Wolof, SON = Soninké. – et des groupes statutaires haalpulaar’en – TOO = Tooroodo, PUL = Pullo, CED = Ceoɗɗo, CUB = Cubballo.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tabl. 3. Charte politique de Sinncu Garba-Garjki/S.G.-Koliaabe/S.G.-Falɓe [Ng 29]. Jaandu Njaay/Sumaare/Faal.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8460/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tab. 3. Charte politique de Sinncu Garba-Gaŋki/S.G.-Koliaabe/S.G.-Falbe [Ng 29]. Jaandu Njaay/Sumaare/Faal. (suite)
Légende Sources : Mammadu Gaŋki Njaay, Foode Sammba Drame, Abu Wunde Loh, Malal Ndaw, Mammadu Lowel Njaay, à Sinncu Garba Gaŋki, le 10/4/84.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8460/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tabl. 4. Charte politique de Ngijiloñ (Nguidilogne)-Lodio/ N.-Welingara [Ng 6]. Jaagaraf Jah/ Jaagaraf Sal
Légende Sources : Vidal (M.) 1924, pp. 65, 84-87 ; Sara SAL (67 ans), chef de village, Saali Sammba Sal (70 ans), Sammba Saali Kamara, Sammba Saali Sal (76 ans), le 28/2/85.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8460/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search