Version classiqueVersion mobile

Florilège au jardin de l’histoire des Noirs (Zuhür Al Basatin). Tome 1, volume 1

 | 
Shaykh Muusa Kamara

Chapitre II. L’aristocratie des Fulɓe Yaalalɓe

Texte intégral

1Ceux dont nous allons parler ici sont les Yaalalɓe qui n’étaient pas devenus des Peuls nomades (Fullān al-bādiyya), et pasteurs (ahl al-mashiyya). A propos de ces derniers, on ne connaît en général ni lignage d’appartenance, ni père, ni mère.

2Sache que les Deeniyankooɓe prétendaient que seuls les liens du sang (al-rahīm) les reliaient aux Yaalalɓe et rien d’autre. Cependant, le Tārīkh al-Sudān a contredit cette assertion en les considérant comme des Yaalalɓe et rien d’autre.

  • 1 Le village de Fajar est encore actuellement dirigé par les Jawara.

3Ɓokke Jaawara, appartenant au village de Fajar [Da 32]1, dans le cercle (diwān) de Maatam, niait l’existence d’un lien (intisāb) entre les Deeniyankooɓe et Sunjata : il disait qu’ils étaient des Yaalalɓe tout simplement et rien d’autre et qu’ils n’avaient aucun rapport avec Sunjata.

Légendes à propos de Teŋella et de Koli Teŋella

4Les historiens des Deeniyankooɓe rapportaient des légendes au sujet des liens entre eux et les Yaalalɓe. Ce n’est, peut-être, que pour se vanter. [183a] Ce sont des mensonges flagrants ; et Allah est plus savant.

Les deux pères de Koli

5Les Deeniyankooɓe prétendaient que Teŋella était un Jaalaalo. Il était venu chez Sunjata, du pays de Bajar pour lui demander (quelques) biens. Sunjata lui promit que tout ce qui sortirait en premier de sa maison le lendemain serait à lui. Le destin de Allah le Très-Haut aurait voulu que ce soit l’épouse servile (jārīya) de Sunjata, qui était enceinte, qui sortit la première. Sunjata l’offrit à Teŋella avec tous les biens qu’elle avait, en lui demandant de ne pas la toucher avant l’accouchement.

Carte ancienne 2. Esquisse du Damga de Balel à Matam au moment de l’inondation dans les journées du 15 au 19 septembre 1860 par J. E. Braouezec (1862), « Note sur une exploration dans le Fouta et le Damga », Bu Société de géographie, série V, 4 (juill.-déc.), pp. 921-424.

6Teŋella l’emmena chez lui où elle s’installa. Elle mit au monde un garçon. Teŋella l’appela Koli, associa son nom au sien et l’adopta. On l’appela Koli Teŋella, comme c’était la tradition dans la langue des Peuls du Soudan qui accolent (le nom de) l’enfant à (celui de) son père.

7Sunjata ne prêta aucune attention à cette affaire ; et ce n’est que quinze ans plus tard qu’il envoya des griots (Jaareebe) et quelques ministres à Teŋella le Peul pour lui demander ce qu’était devenu son fils qui était dans le ventre (de sa femme). Il leur avait dit (avant de partir) : « Si vous voyez que le bas des pieds (du garçon) touche la terre c’est qu’il est mon fils, et s’il y a un espace entre le bas de ses pieds et la terre c’est qu’il est le fils de Teŋella et pas le mien. »

8Lorsqu’ils arrivèrent, ils constatèrent que les pieds du garçon touchaient la terre. Alors ils commencèrent à lui chanter les mêmes chansons qu’ils chantaient à son père puis ils le prirent avec eux sur un cheval, et partirent chez Sunjata. Ils trouvèrent ce dernier mort. Ses enfants empêchèrent Koli d’hériter de son père et lui dirent : « Tu es le fils d’un Peul » (wulād Fulānī), c’est-à-dire de Teŋella.

9Alors il retourna chez lui (mais) il trouva Teŋella mort aussi. Ses enfants, des Yaalalɓe, l’empêchèrent d’hériter, en justifiant leur attitude du fait qu’il était le fils de Sunjata.

Origine du nom des Deeniyankooɓe et conquêtes de Koli

10Koli partit, en errant sur terre. Il arriva en pays joola ou sereer. Le chef (amīr)de ce pays lui confia ses vaches pour les faire paître. Il demeura ainsi jusqu’à l’arrivée chez ce chef d’un devin (‘arrāf) qui identifiait grâce à des signes, les vaches et les animaux qui portaient bonheur, ou ceux qui portaient malheur. Il dit au prince : « Lorsque cette génisse mettra bas son premier veau, celui qui boira son lait pendant trois jours consécutifs, deviendra un grand roi ou (s’il l’est déjà) il deviendra encore plus grand. » Koli était présent et avait tout entendu. Le chef lui dit : « Dès que la génisse mettra bas, avertis-moi ou amène-la moi. » Koli répondit : « D’accord. »

11Or quand la génisse eut mis bas, Koli cacha le veau dans le désert, et commença à traire la génisse et à boire son lait matin et soir.

12Le soir, quand les vaches revenaient (du pâturage), il attachait le veau contre un arbre dans un endroit caché. Au matin, quand elles partaient paître, il emmenait la génisse à son veau et il la trayait à ce moment-là. Il fit cela pendant trois jours.

13Le devin revint, et en regardant les vaches, il sut que la génisse avait mis bas, il y a quelques jours. Il dit : « La génisse a mis bas il y a trois nuits. » Le prince dit (alors) à Koli : « Est-ce vrai ce qu’il dit ? » Koli nia complètement. Le chef se tut quoiqu’il sût que son devin avait raison car il ne s’était jamais trompé dans des cas comme celui-là. Aussi il envoya des hommes espionner le berger. Ils découvrirent la vérité et informèrent le chef qui voulut tuer le berger. Cependant les opinions de (ses) dépendants (al-ra’iyya) étaient divisées à ce sujet. [183b]

14Certains, parmi eux, dirent qu’il ne devait pas être tué et se joignirent au berger Koli et combattirent à ses côtés. Ils furent victorieux de leurs adversaires qui étaient avec le chef et tuèrent ce dernier.

15Koli devint leur roi pendant trente trois ans. On dit qu’il habitait, pendant son règne, dans un endroit qui s’appelait Deeni près de Bargny, du côté de Tinguu Kej, que les Français appellent Rufisque. C’est pour cela qu’on les appelle (les) Deeniyankooɓe...

16On dit que, quand Koli devint roi des Joola ou des Sereer, son règne durant longtemps et lui-même étant devenu célèbre, les fils de Teŋella al-Jālālli, dont Koli était frère utérin, entendirent parler de lui, partirent le rejoindre et devinrent ses guerriers.

17Ultérieurement Koli apprit que la terre du Fuuta-Tooro était fertile et décida de s’y rendre. Il demanda aux gens du pays de partir avec lui. Tout le monde accepta, sauf une petite partie qui resta dans le pays.

18Ceux qui l’accompagnèrent étaient les Koliyaaɓe et tous les fils de Teŋella al-Jālālli ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

  • 2 Il s’agit du Ñoomi, royaume situé sur la rive nord de la Gambie, à l’embouchure du fleuve (Charles (...)

19On dit que quand Koli émigra au Fuuta, certains de ses esclaves se laissèrent distancer et s’enfuirent au Ñoomi2. Un de ses fils les avait poursuivis, mais ils étaient déjà arrivés à Sanngamare (Sangomar). Les gens de Ñoomi appartenant à deux villages Yesiw et Berendi, adoptèrent le fils de Koli, l’installèrent chez eux et le désignèrent comme leur roi. Ce fils de Koli s’appelait Bankiri Koli, père de Sonko Bankiri. C’est de lui que les rois de Ñoomi étaient issus. D’après ce qu’on raconte, leur patronyme, là-bas, est Sonko.

20Ceux qui n’avaient pas accompagné Koli étaient les Jolaaɓe et les Sereer. (Cependant) tout le monde était sous l’autorité (mulk) de Koli ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

21Comment peut-on concilier cette tradition avec celle que rapportent les Tārīkh, al-Sudān et al-Fattāsh, à savoir que le père de Koli, Teŋella était parti du Fuuta Tooro, qu’il se rendit au pays de Jara où il devint un grand roi jusqu’à ce qu’il soit assassiné, (et que) son fils, Koli, était parti avec le reste de l’armée au Fuuta. Ce sont des informations ambiguës, contradictoires et obscures, et des histoires compliquées et ténébreuses ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

22Ce sont les Tārīkh, al-Sudān et al-Fattāsh qui ont raison, le reste n’est que légende ; et Allah le Très Haut est plus savant.

Les yaalalɓe sédentaires

23Quand les Deeniyankooɓe faisaient la conquête d’un pays, ils y mettaient les Yaalalɓe comme gouverneurs (ou percepteurs d’impôts, ‘ummāl).

  • 3 On retrouve une variante de cette généalogie dans l’ouvrage de Siré Abbās Soh (1913) sous le titre (...)

24Les Deeniyankooɓe ont l’autorité suprême car ce sont les descendants (dhurriyya) de Koli tandis que les Yaalalɓe descendent de Maaliga Geɗal, frère de Teŋella Geɗal3. Les enfants de Maaliga Geɗal sont Mori Maaliga, qu’on appelait aussi Mooli Maaliga [1.1], Sama Maaliga diminutif de Sammba Maaliga [1.2], Aali Maaliga [1.3], Debee Maaliga [1.4], ou plutôt Demmba Maaliga, Ceerno Maaliga, qui désigne peut-être Siree Maaliga [1.6], Paateeri Maaliga [1.7] et Paate Maaliga [1.5].

25Maintenant nous allons énumérer leurs descendants jusqu’à nos jours, si Allah le Très-Haut le veut.

  • [1.1] Mooli Maaliga était le père de Soogi Mooli, père de Luru Soogi, père de Hamad Luru, connu sous le nom de Hamad Jali, qui était le chef de Garli [Ng 31], un village situé au sud de Maatam. Il était le père de Buubu Hamad, père de Siree Buubu, père de Diiye Siree une vieille femme renommée chez nous. [184a] Cette branche n’a plus de descendance dans cette région ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

26Mooli Maaliga avait une fille qui s’appelait Adijam Mooli, mère de Rulde Adijam, mère de Moodi Rulde, père de Aali Moodi, père de Buubu Aali, père de Hasan Buubu, père de Siree Ḥasan, lequel est Siree Jaalaalo. Ils étaient les maîtres (sādat) des esclaves (al-mawāli) connus sous le nom de Saare Mooli [habitants le village — saare — de Saare Moli].

  • [1.6] Pateeri Maaliga, était le père de Amīna Fateeri, père de Sansun Amīna, père de Silaymani Sansun, père de Aḥmad Silaymani et de Karim Sulaymaan. Aamadu était le père de Maamuudu Aamadu, connu sous le nom de Maamuudu Doso qui vit au Bunndu, à Dalafï.

27Ils avaient failli être des Peuls nomades ( Fullān al-bādiyya), voire ils l’étaient, car ils se séparèrent très tôt des Deeniyankooɓe.

28On ne nous a pas rapporté le nom des descendants de Kariimu Silaymani ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

    • 4 Suudu signifie la case ou la maison.

    [1.8] Quant à Paate Maaliga, je ne connais aucun de ses descendants et je ne sais rien de lui, sinon qu’ils portent le nom de Maabuɓe suudu Paate. On dit que l’origine (des Maabuɓe) remonte à leur père qui était descendu avec ses femmes et ses enfants, chez les fils de Maaliga Geɗal dont le cadet était Paate (Maaliga). On les avait mis dans la maison de ce dernier et aux heures de repas, on disait : « Appelez tous les Maabuɓe qui sont dans la case — suudu4 — de Paate. » Ils venaient tous alors, et après avoir mangé, ils retournaient à la maison de Paate. Et quand il y avait un travail pour eux, on disait : « Appelez les Maabuɓe suudu Paate. » Paate leur avait laissé sa maison, et depuis lors ils ne quittèrent plus (les fils de Maaliga Geɗal) jusqu’à nos jours.

29Les Maabuɓe suudu Paate

30Bookar Aamadu Aali Kurmel, dont j’avais dit auparavant qu’on lui avait coupé les tresses et celles de son compagnon, était l’un d’eux. Leur patronyme est Gise, et entre eux, les Deeniyankooɓe et les Yaalalɓe, il y a une si grande familiarité qu’on dirait qu’ils sont liés par des liens de parenté. Ce sont eux leurs premiers griots, et jusqu’à maintenant, ils habitent à leur côté ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

31Les [véritables] Maabuɓe suudu Paate sont issus de Sannga Ajara Buubu Semunna Gay Jugu Aali Kantu. Sannga Ajara était le père de Jaaye Sannga et Kurmel Sannga. Jaaye était le père de Hamad Jaaye, père de Bugal Hammadi, père de Umar Bugal et de Sallī Bugal.

  • Umar était le père de Hammadi Umar, père de Maamuudu Hamad qui est actuellement à Oolol Jaawbe [La 5]. Umar Bugal était aussi le père de Sammba Umar, connu sous le nom de Sam Bugal et Sam Tokosel, et qui avait un fils à Oolol Jaawɓe dans le Laaw [La 5].

  • Sallī était le père de Saada Sallī, qui est à Oolol actuellement, et qui a un frère qui s’appelle Umar Sallī.

32Quant à Kurmel, il était le père de Aali Kurmel, père de Aamadu Aali et Bookar Aali.

  • Aamadu [Aali] était le père de Bookar Aamadu, père de Mammadu Bookar, de Sule Maabo et de Jaaye Maabo.

  • Bookar Aali était le père de Sam Bookar, père de Aali Kurmel qui avait le même âge que nous, et qui mourut ces dernières années à Maatam [Ng 11] où il avait des enfants. Il avait un frère qui s’appelait Sirgel, et qui mourut lors de la bataille d’Elana ( ?) en Mauritanie, lors des affrontements avec Abdul Bookar [Kan], sans laisser d’enfants. (Ceux que je viens de citer) sont les seuls que je connais parmi eux au Fuuta ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

33La coutume veut que lors de la récitation des généalogies (ansāb) des Yaalalɓe, des Jaawɓe ou des Deeniyankooɓe, ce soit le plus vieux (al-kabīr) parmi eux qui commence à chanter, et que, quand il s’arrête, il incite celui qui est un peu plus jeune (al-saghīr) que lui à chanter en lui lançant le mot « ‘albuh » (ou « alyuh ») ; celui-ci se met debout et commence à chanter. Je crois que ce mot est bambara. C’est pourquoi on les rattache aux Yaalalɓe et on appelle les Gise « Maabo Jaalaalo » ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Les Yaalalɓe de Wudduru (Ng 8) descendants de Mooli Maaliga [1.1]

34Parmi les descendants de Mooli Maaliga, il y avait aussi Gale Mooli, père de Sammba Gale, [184b] père de Hammadi Bookar, père de Husayni Hammadi qui (vit) actuellement à Bappalel [Da 12] et qui est marié avec Rellaa Garli Gelaajo. Il habitait auparavant à Wudduru [Ng 8], où on l’appelait Husayni Jeeri, (du nom de) sa mère.

35Sa grand-mère (mère de sa mère) est Haawa, fille de Malal Hammadi Bookar des Yaalalɓe Jimeyaaɓe de la branche issue (banī) de Nima Teŋella. C’est ce qu’a rapporté Husayni Jeeri à notre ami, gendre et bien-aimé, le très savant ‘Abd al-Rahman al-Girlaji, du clan des Jalluɓe.

36Ḥusayni Jeeri avait deux frères à Wudduru [Ng 8], l’un s’appelait Bookar Hammadi, et l’autre Sammba Hammadi.

Les Yaalalɓe de Kunndel (Ng 9) descendants de Sammba Maaliga [1.2]

  • 5 Ancêtre des Yaalalɓe de Maatam, voir infra.
  • 6 Ancêtre des Yaalalɓe de Kunndel que Kamara énumère ici.

37Quant à Sammba Maaliga Geɗal, qu’on appelait aussi Sama Maaliga, il était le père de Bohum Sama [2.4], père de Gata Bohum5 [3.1] et de Sonko Bohum6 [3.2]. Ce dernier fut le père de Gelaajo Sonko, père de Siree Gelaajo, de Biraama Gelaajo et de Saada Gelaajo.

  • Biraama Gelaajo était le père de Abdul Joom al-Salīm, qui réside actuellement à Kunndel (en) Mauritanie [Kunndel Rewo, Ng 9].

  • Siree Gelaajo, était le père de Buubu Siree, lequel est Buubu Habi, père de Hammadi Buubu al-Salīm qui habite actuellement à Kunndel (au) Sénégal [Ng 9], et qui a un frère qui s’appelle Gelaajo Buubu al-Salīm qui habite, lui aussi, à Kunndel (au) Sénégal. Ils avaient un (autre) frère, intelligent, qui n’avait pas d’égal parmi eux, et qui maîtrisait très bien la langue française. Il s’appelait Sule Buubu et était connu chez les Français sous le nom de Bah Sule. Il mourut en 1923.

  • Quant à Saada Gelaajo, il n’a pas de descendants.

38Abdul Joom Biraama a comme enfants actuellement : Hammadi Abdul, Sammba Abdul, Siree Abdul et Saad Abdul.

  • 7 Sur les cartes anciennes la zone deeniyankooɓe correspond grossièrement à la province du Damnga qui (...)

39Sonko Bohum fut le premier à habiter Kunndel [Ng 9]. Il était le gouverneur (ou le percepteur des impôts) (‘āmil) du Satigi, (sur toute la région qui va du pays des) Deeniyankooɓe jusqu’à Giray [Ng 2]7, d’après ce qu’on dit.

Terres de Kunndel [Ng 9]

40Tous les terrains de cultures [de décrue] de Kunndel leur appartenaient. Lorsque ce fut le tour du fils de Sonko Bohum, Gelaajo Sonko (de devenir ‘āmil), cela coïncida avec l’émigration de Sule Buubu et des Deeniyankooɓe vers le Gidimaxa, lors de la désignation de (celui qui allait devenir) l’Almaami Abdul. Gelaajo Sonko partit alors avec eux. Les Aananbe, qui faisaient partie des Duganaaɓe, demandèrent, avec l’appui de Abdul Siree Dara [Jah], à Almaami Abdul de leur donner les terres de Kunndel. Il les leur donna et les Aananɓe confièrent aux pêcheurs de Kunndel le soin de percevoir les redevances pour eux.

41Lorsque Sule Buubu retourna [au Fuuta], Gelaajo Sonko y retourna (lui aussi), puis il demanda qu’on lui rende les terres. Les gens du Fuuta lui dirent : « Nous ne te les rendons pas parce que tu as accru le nombre de nos ennemis : (malgré cela) nous vous avons vaincus. Maintenant, tu vas garder l’île sur laquelle se trouvent tes cultures. Elle est entièrement à toi, mais [tu n’auras] rien d’autre. »

42Les choses en restèrent là jusqu’à l’arrivée des Français qui nommèrent Barka Joom al-Mātami (de Maatam) comme chef de canton. Ce dernier leur rendit les terres, (mais) je ne sais pas ce que Joom Hammadi Alfaa a fait avec eux maintenant.

43Sache que Gelaajo Sonko avait une sœur dont le nom est Kummba Sonko et qu’on appelait Kuwa Sonko. Elle était la mère de l’Almaami Bookar Saboy, père de ‘Uthmān l’Almaami, père de Diiye Hurwiya, mère de Sammba Hammee et de Bookar Hammee, qui sont actuellement à Waali [Da 18] et dont nous avions déjà parlé.

Peuls de Kunndel [Ng 9]

44Sonko Bohum exerçait son autorité sur tous les Peuls (Fulɓe) qui dépendaient de Kunndel. Ils étaient [185a] très nombreux. Cependant, ils sont partis maintenant [sans laisser de trace], comme s’ils n’avaient jamais existé. Ils se sont dispersés à l’intérieur des terres, au Ferlo et au Bunndu. On les trouve, actuellement, (même) à Tiggere Fulɓe [Ng 10] et dans d’autres villages. Une partie d’entre eux habitait à l’ouest de Ganngel [Da 13], puis ils sont partis, et jusqu’à maintenant on leur attribue cet endroit. On l’appelle « Wiinde Kunndel » car wiinde signifie « un endroit qui était habité puis abandonné par ses habitants ».

45Il se peut que les Peuls de Kunndel soient des Yaalalɓe à l’origine, mais à partir du moment où ils deviennent des bergers nomades et pasteurs, leur statut devient celui de dépendants, comme il est dit dans le hadith « La paix » : « Celui qui suit la queue des vaches devient une personne méprisable » ou quelque chose d’analogue. Cependant je ne suis pas sûr de leur origine, ni de leur généalogie. Mais Abdul Joom Kunndel, prétend qu’ils héritent d’eux lorsque ceux-ci ne laissent pas d’héritiers. Je ne sais pas si c’est un héritage du Trésor public (wirāthāt bayt-al-māl) ou un héritage parental (wirāthāt al-’asabiyya), à cause de leur ignorance, et Allah le Très-Haut est plus savant.

46Ils [les Yaalalɓe de Kunndel] sont les maîtres des esclaves qu’on appelle collectivement les Saare Sama.

Les Yaalalɓe de Maatam [Ng11]

47Quant à Gata Bohum [3.1] [fils de Bohum Sammba, lui-même fils de Sammba Maaliga (voir supra)], il était le père de Sammba Gata, père de Hammadi Sammba, appelé aussi Hammadi Sawa Rellaa.

  • Ce dernier était le père de Joom Sammba, père de Barka Joom, notre gendre, Sammba Hammadi, autre nom de Joom Sammba, avait deux frères :

    • l’un est Siree Hammadi, connu sous le nom de Siree Diiye, père de Diiye Siree, qui est décédée ;

    • et l’autre s’appelait aussi Siree Hammadi, mais était connu sous le nom de Bookar Diiye, père de Sammba Jaka, père de Gata Bah, qui fait maintenant du commerce avec les Français à Mopti dans un village du Maasina, et qui a un frère là-bas, qui s’appelle Barka et qui fait lui aussi du commerce avec les Français. Tous les deux sont fils de la fille de ma sœur Kajjata Sammba Joom.

48Sammba Jaka avait un autre fils qui s’appele Siree Diiye, qui est un commerçant à Labbe au Fuuta Jaloo, d’après ce qu’on dit.

49Sammba Jaka avait un frère du côté du père qui s’appele Gelaajo Bookar qui était le maire de Maatam ces dernières années avant qu’il soit limogé en 1935. Il y vit actuellement avec ses enfants.

50[185a] Les habitants de Maatam sont divisés actuellement en deux groupes : un groupe avec Joom Hammadi Alfaa, d’après ce qu’il prétend, et un second avec Gelaajo Bookar d’après ce qu’il prétend aussi. Ils sont comme deux personnes qui sont en procès l’une contre l’autre.

51J’ai demandé à chacun d’entre eux, sans la présence de l’autre, de peur d’un conflit, de me réciter sa généalogie.

Histoire de Maatam d’après la tradition yaalalɓe (I-a) de Joom Hammadi Alfaa

52Joom Hammadi Alfaa m’a dit qu’il appartenait aux Deeniyankooɓe qui sont originaires du Mande, du clan (qabīla) des Malinkooɓe. Leur premier ancêtre s’appelle Junjunnafa, père de Maysa Junjun, père de Kunkundin, père de Nare, père de Kay, père de Makam Kay, père de Seega Makam, père de Futakay Seega, père de Sunjata, père de Teŋella, père de Hamad Teŋella, Gata Teŋella, Mooyaato Teŋella et Nuhum Teŋella.

53Gata Teŋella est celui qui est connu sous le nom de Gata Lajal, père de Sammba Gata et Jaaye Gata, qui est le père de Buubu Jaaye, père, de Sule Buubu, père de Buubu Sule, père de Gurel Buubu, père de Bay Gurel, père de Yero Bay et Umar Bay, connu sous le nom de Umar Rellaa [4.1a], et qui est le père de Hammadi Umar [5.1a] et Sammba Umar [5.2a].

54Hammadi Umar [5.1a] est le père de Bookar Hammadi [6.1a], Sammba Hammadi [6.2a], Alfaa Hammadi [6.3a], Bayla Hammadi [6.4a], Yero Hammadi [6.5a] et Maamuudu Hammadi [6.6a].

  • Alfaa Hammadi [6.3a] est le père de Hammadi Alfaa [7.4a], père de Abdul Hammadi, Haamiidu Hammadi, Umar Hammadi, Mammadu Hammadi et Siree Hammadi.

55Parmi les autres enfants de Alfaa Hammadi, il y a (aussi) Ismaa Alfaa, père de Al-Hasan Ismaa et Bookar Ismaa.

56Parmi ses enfants (encore), il y a Sammba Alfaa, père de Ismaa Sammba et Maamuudu Sammba.

57Quant aux enfants de Bayla Sammba, ce sont Al-Hasan Bayla et Sam Bayla.

58Al-Hasan Bayla est le père de Bookar Al-Hasan, Sammba Al-Hasan et Gelaajo Al-Hasan.

59Sam Bayla est le père de Gelaajo Sammba.

  • Bookar Hammadi Umar [6. 1a], est le père de Abdul Sammba, Bayla Sammba et Baydi Sammba [185b]. Abdul Sammba est le père de Jibi Abdul et Mammadu Abdul.

60En matière de pouvoir (al-khilāfa), il est sûr que Umar Rellaa et ses descendants ont gouverné le village de Maatam d’une poigne de fer, que ce soient Yero Hammadi [6.5a], Abdul Sammba [7.3a], Ismaa Alfaa [7.5a] et après lui, Hammadi Alfaa [7.2a] qui est le chef (amīr) de tout le Ngenaar. Ici se termine la discussion. (Ces propos ont été recueillis le Samedi 3 Safar 1342 de l’hégire, ce qui correspond au 15 septembre 1923.)

61D’autre part Joom Hammadi Alfaa (m’) a rapporté également que lorsque les Deeniyankooɓe, les Yaalalɓe, les Jaawarankooɓe et les Haayrankooɓe quittèrent le Mande, ils se séparèrent à un endroit qui s’appelle Juburun. Certains d’entre eux partirent au Kajoor, quant à Ngorel il partit avec les Bumeyaaɓe, à Caannkonñ Moodi Makka [arrière-pays de Wurosoogi, Ng 27] où il était resté quelques jours, avant de partir à Maatam. Lorsqu’il y était arrivé, il y trouva des gens qui s’appelaient Fadduɓe. Ngorel les chassa du village, s’en rendit maître, et s’y installa avec son fils, Umar Rellaa qui était un homme fort et courageux.

62Une fois bien installé, Bay retourna au Mande afin de ramener ses enfants, mais lorsqu’il y fut arrivé, il mourut. Son fils Umar Rellaa lui succéda et devint souverain. Il avait avec lui ses deux fils, Hammadi Umar et Sammba Umar, etc. [186a] Que Allah nous pardonne (Joom Hammadi Alfaa),Amīn  !

Histoire de Maatam d’après les traditions (II) des clans pêcheurs

63Les gens de Maatam m’ont dit que les Faal-Faalɓe, les Geygeyɓe et le Kamaraaɓe furent les premiers à avoir bâti une maison à Maatam.

  • 8 Les Faal sont encore actuellement. à la tête du village de Kenene.

64Le premier des Faalfaalɓe [Faal] (qui s’installa) à Maatam fut un homme qui s’appelait Baji Hammadi Aali Maamuudu. C’était son grand-père, Aali Maamuudu, qui était parti du Kajoor au Fuuta, afin de combattre du côté de Dammel, son cousin, et s’était installé à Kenene8 [La 6], du côté de Aram [La 7] dans le Law.

  • 9 Exactement à mi-chemin (voir carte).

65La raison de l’installation de Baji Hammadi à Maatam, vient de ses déplacements en quête du savoir. Il était parti d’abord à Horkaƴere [Da 17] puis à Waawnde [Da 20] où il était resté quelques années, avant de se décider à retourner à Aram, le village de son grand-père. Il passa par le village de Garli [Ng 31] au moment du partage des terres et en reçut lui aussi, mais ne pouvant pas s’installer là, il continua son chemin vers Aram [La 7]. Arrivé à Urki, un endroit entre Maatam et Nawel9, au bord du fleuve et à côté de la rivière des Wammbaaɓe, il y trouva Buubu Sammba Jom, Jom Soogi et Sawa Saydu, qui furent à l’origine, (respectivement) des Geygeyɓe Maatam, des Jungunaaɓe et des Kamaraaɓe Maatam.

66Ils habitaient avec leurs gens à Urki depuis neuf ans, et lorsque Baji arriva chez eux, ils lui demandèrent de rester avec eux [186b]. Baji accepta puis alla faire un tour autour d’Urki pour voir s’il y avait un endroit plus convenable que celui-ci pour y habiter. L’endroit de Maatam lui plut ainsi qu’aux autres. Ils partirent s’y installer à l’exception de Jom Soogi qui resta à Urki.

67A Maatam, Baji Hammadi, Sawa Saydu et Buubu Sammba Jom vivaient côte à côte. Leurs maisons étaient voisines. Hammadi Sawa Rellaa, qui habitait à Lotokke [dans l’arrière-pays de Sinncu Garba, [Ng 29)], puis à Waasa Kodde [idem], commença à venir les voir et passer la saison sèche (froide et chaude) avec eux, et à l’hivernage, il retournait à Waasa Kodde. Au bout d’un certain temps, ils lui demandèrent de venir s’installer avec eux à Maatam. Hammadi accepta, Baji Hammadi lui donna sa maison tandis que Buubu Sammba et Sawa Saydu lui donnèrent chacun une partie des leurs. Hammadi Sawa Rellaa s’installa dans cette maison qui était entourée de celles de Buubu Sammba et de Sawa Saydu. Ses descendants s’y trouvent jusqu’à maintenant. Ce sont eux qui dirigent les affaires des descendants de ces trois hommes, et entre eux, les rapports sont toujours bons ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

68[187a] On dit que Buubu Sammba Jom, ancêtre des Geygeyɓe [Gey], est d’origine malinke et qu’il avait quitté le Bambuk pour Gurel Haayre, puis pour Maatam. Il était chasseur au début, puis il était devenu pêcheur et pêchait dans le fleuve.

  • Quant à l’ancêtre des Kamaraaɓe [Kamara] ce fut Sawa Saydu qui vint s’intaller à Maatam. De ses descendants il ne reste à Maatam qu’un seul homme qui s’appelle Mammadu Sawa Tokosel, quant aux autres, ils sont dispersés dans tout le pays. Parmi eux il y a Sinsu Jaaju qui était à Jinsaq, et parmi ses enfants, il y a Abdul Sinsu et Birom. Parmi les descendants de Sawa Saydu encore, il y a Sam Paate, qui était à Guuriiki [Da 17] et qui mourut en laissant deux filles et un garçon, Kagel, qui mourut l’année dernière, 1923, en ne laissant qu’une fille.

  • Quant aux Ndongonaaɓe qui sont à Maatam, ils avaient comme patronyme (laqab), Ndongo et habitaient à Giimi, puis à Demet [Ha 7], avant que l’un d’entre eux ne parte à Hujjiliire dans le Bunndu, puis à Mullisigu. Après l’attaque des Deeniyankooɓe contre ce dernier village, ils étaient partis à Doolol [Da 3]. Celui qui les avait quittés (à Demet) s’appelle Soogi ‘Uthmān et était accompagné de son frère, Jom ‘Uthmān. Ils s’étaient installés à Doolol et chacun d’entre eux eut un enfant à qui il donna le nom de son frère.

69Jom Soogi quitta ensuite Demet pour Urki, un endroit entre Maatam et Nawel, comme nous l’avons déjà vu. Il y resta quelques années avant de partir à Maatam où se trouvent actuellement, en 1924, ses descendants qu’on surnomme Ndongo, et qui sont les oncles maternels (akhuwāl) des Gaajooɓe. On dit que les Faalɓe [Faal] sont les oncles maternels des Geygeyɓe [Gey] et des Saarɓe [Saar] qui sont avec eux à Maatam.

  • Quant aux Cubbunaaɓe [Cubbu], [187b] leur ancêtre est Mugum Kir, plus connu sous le nom de Ngorel Cubbu, qui était un chasseur. Il avait quitté le village de Khelli (ou Jali) dans le Jolof ou le Kajoor, et était parti au Fuuta Tooro, et s’était installé à Fori [le Gorgol, dans l’arrière-pays de Kayhaydi [Bo 10]. Il était le compagnon du Farba Erem, et lorsque Koli avait attaqué ce dernier, il les avait tués tous les deux, ainsi que Farmbaal.

70Quelques-uns de ses descendants vinrent à Maatam et y habitèrent avec ceux qu’ils avaient trouvés parmi les descendants des Cubbunaabe qui habitaient à Joŋto [Bo 13].

71Parmi ses descendants, il y a Maalik Kurkul, Haamiidu Paate, Al-Hasan Buku et ses frères, Maalik Kummba, Al-Hasan Kummba, Hammadi Kejje et Liwel Kejje, père de Sule Liwel de Maatam.

72Parmi ses descendants aussi, il y a Malal Seennde qui vit actuellement à Nawel [Ng 11], et Sam Maraama qui vit actuellement à Nganno [Da 4].

73Leur sont apparentées quelques personnes à Jammel Jali [Ng 11]. Ils sont les oncles maternels des Bahbaaɓe, qui sont avec eux à Maatam et qui sont originaires de Hoorefoonde, du clan de Koolaato. Ils sont (aussi ?) les oncles maternels des Mboojɓe [Mbooj] et des Kebbenaaɓe [Kebbe] qui sont à Maatam.

    • 10 Probablement situé dans une boucle d’une mare entre les deux villages en question. L’ensemble des t (...)
    • 11 Luggere désigne une fosse de profondeur moyenne dans le lit mineur : chaque territoire de pêche com (...)

    En ce qui concerne les Joobbe [Jooɓ], le premier ancêtre qui s’installa à Maatam s’appelle Ubey, fils de Asta, fils de Muusa, fils de Makasalla Jaaw. Ce dernier habitait avec Makasalla Tuwi, à Jaabali Doob10 en Mauritanie, entre Wudduru [Ng 8] et Saadel [Ng 9]. Ils étaient réputés pour leur savoir. Ubey était (lui aussi) un homme du savoir, il quitta (Jaabal Doob) et partit à Maatam. Les habitants de ce village le nommèrent imām de leur mosquée et s’adressèrent à lui pour résoudre leurs problèmes. On raconte aussi que c’est lui qui leur avait écrit un talisman [188a] sur la peau d’un bouc vivant qu’ils avaient noyé, après l’avoir chargé de pierres, dans la fosse du lit mineur, Delaama, qu’on appelle jusqu’à maintenant Luggere Damdi11.

74Les descendants de Ubey sont jusqu’à maintenant à Maatam. Après lui, aucun de ses descendants n’a enseigné, ni appris le Coran, qu’à Allah le Très-Haut ne plaise !

Histoire de Maatam d’après la tradition yaalalɓe (l-b) de Gelaajo Baakar

75Gelaajo Bookar prétend que l’origine de Hammadi Sawa Rellaa remonte à Muusa Jundeq, père de Almusaayaa Jiki, père de Kuusigaamaka, père de Guli Gay, chef du Kaaso, père de Sunjata, chef du Mande, père de Naare Sunjata, père de Bukari Naare, père de Banna Bukari, père de Geɗal Banna, père de Teŋella Geɗal et Maaliga Geɗal, père de Muri Maaliga, Aali Maaliga, Sama Maaliga, Debee Maaliga, Sirinna Maaliga, Zaynaba Maaliga, Paate Maaliga et Paateeri Maaliga.

76Sama Maaliga est le père de Sammba Sama et Bohum Sama. Ce dernier est père de Gata Bohum, père de Sammba Gata, aussi appelé Sawa Rellaa, père de Hammadi Sammba, père de Joom Sammba Hammadi, Bookar Mboondi, Siree Diiye, Bookar Diiye et Gelaajo Diiye. Quant à ses filles, elles sont six. Les aînées sont Haawa, Kannde et Alaa Innde.

  • 12 Il s’agit probablement d’une esclave puisque le nom de son clan comprend l’appellation du hameau se (...)

77Gelaajo Bookar prétend aussi que le chef actuel du Ngenaar, Joom Hammadi Alfaa est originaire du Ɓunndu, d’un village qui s’appelle Sawa Konte. Leur ancêtre, appelé Bay Ngorel, est le père de Umar Bay, appelé aussi Umar Rellaa. Ils prétendent que cette Rellaa appartenait aux Saare Moolinkooɓe et qu’elle s’appelait Rellaa Tange12.

78Sawa Rellaa fut appelé ainsi, par Rellaa qui l’avait élevée et mariée à Bay Ngorel, et Allah Très-Haut est plus savant.

  • 13 Pale, pluriel de falo, désigne les champs de berge du lieu-dit Nalal (voir carte) : les champs de b (...)

79Lorsqu’ils eurent quitté Sawa Konte, ils s’intallèrent à Caannkoñ Hiray [188b] ou d’après ce qu’on dit à Caannkonñ Moodi Makka, qui était Caannkoñ Bumeyaaɓe. Ils partirent ensuite à Suuduru, entre Caamɓe [Ng 26] et Wuro-Soogi [Ng 27], et prirent pour habitude de passer la saison sèche à Maatam et de retourner à Suuduru pendant la saison des pluies. Lorsqu’ils venaient à Maatam, Ubey était occupé à effectuer le gardiennage de ses champs situés à Pale Naalal13, entre Maatam et Jammel, du côté de la Mauritanie, ce qui permettait à Hammadi Umar, qui était aveugle et qui avait appris le Coran auprès des Bumeyaaɓe-Caannkoñ de le remplacer comme imām à la mosquée de Maatam. Cela se passait tous les ans jusqu’à la mort de Ubey. Les habitants de Maatam remplacèrent celui-ci par Hammadi Umar comme imām de la mosquée. Lorsque ce dernier fut installé à Maatam, les Ndongooɓe lui donnèrent leur fille Faamata Lobbo Soogi en mariage, qui lui donna Bookar Faamata, Sammba Faamata, Bayla Faamata, Yero Faamata et Alfaa Faamata.

80Les Faalɓe et les Geygeyɓe lui donnèrent un champ [de berge] à Falo Ɓoggel, entre Jammel et Siiwe [Ng 11]. Ce champ devint la frontière entre les terres des Faalɓe et celles des Geygeyɓe jusqu’à nos jours. Alors qu’avant les terres de ces deux clans étaient adjacentes, chacun d’eux découpa un morceau de ses terres situé du côté où leurs terres se rencontraient et le donna à Hammadi Umar Bay Gurel ; et Allah le Très-Haut est plus savant. Les descendants de Hammadi Umar et leurs proches commencèrent à contracter mariage avec les Sebbe [les guerriers] et avec les pêcheurs [les Subalɓe] qui avaient lié des liens d’amitié avec eux.

  • 14 Kamara reprend la généalogie des descendants d’Hammadi Umar en insistant sur la parenté utérine qui (...)

81[Revenons aux enfants d’Hammadi Umar]14[189a]

  • Bookar Faamata [6.1a], qu’on appelait Ceerno Bookar est le père de Abdullaahi Ceerno, Haamiidu Mataar et d’une fille qui est peut-être celle qu’on appelait Kummba Suudu.

  • Sammba Faamata [6.2a] est le père de Abdul Sammba, connu sous le nom de Kurtu [7.3A], de Bayla Sindel, de Baydi Sammba et deux filles.

  • Bayla Faamata [6.4a] est le père de Alasan Bayla et Sam Bayla.

  • Yero Faamata [6.5a] n’a laissé que deux filles : Raki Yero qui était l’épouse de Sam Bukka et Kadiija Yero, qui était l’épouse de Alasan Bukka.

  • Les enfants de Alfaa Faamata [6.3a], sont : Ismaa Alfaa [7.5a] et Hammadi Alfaa [7.4a], le chef actuel du Ngenaar.

  • 15 En l’absence de capitale, l’Almaami désigné par élection résidait dans le village où il était notab (...)

82Les clans cités ci-dessus ainsi que d’autres restèrent ensemble à Maatam jusqu’à l’arrivée de Faidherbe en 1857. Lorsqu’il arriva dans ce village, le chef de Maatam à l’époque, Joom Sammba, et les dignitaires du village étaient partis chez l’Almaami du Fuuta, qui s’appelait à cette époque l’Almaami Mammadu Biran [Wan], à Mbummba [La 23]15, comme ils avaient l’habitude de le faire chaque année.

83Faidherbe débarqua à Maatam par la rampe d’accès à l’eau connu sous le nom de Tufnde Birik [le tufnde construit en briques ?], et au-dessus duquel il y avait un verger. Arrivé au verger, il y trouva Barka Joom avec des enfants de Maatam. M. Faidherbe posa sa main sur la tête de Barka Joom et dit : « C’est probablement le fils de Joom Sammba », les enfants répondirent : « oui ». M. Faidherbe sortit un registre qui contenait les noms des dignitaires de village, et demanda aux enfants où se trouvaient leurs pères, ils lui répondirent qu’ils étaient partis chez l’Almaami du Fuuta.

84Faidherbe alla au village puis revint au verger et dit aux enfants : « Dites à vos pères, lorsqu’ils reviendront, que je suis venu m’installer ici avec eux, que s’ils refusent j’achèterai un emplacement et que s’ils refusent encore, je m’installerai quand même de gré ou de force. » Lorsque les parents furent rentrés, les enfants leur rapportèrent ce qu’avait dit Faidherbe. Les parents leur demandèrent de leur montrer les traces de ses pieds et lorsqu’ils les eurent montrés, ils les balayèrent et dirent : « Que (Faidherbe) habite avec nous ou nous, nous habitions avec lui, que Allah nous en préserve ! »

85Faidherbe retourna au village une deuxième fois, mais dès qu’il descendit du navire, [189b] les habitants le repoussèrent en lui tirant dessus avec leurs fusils.

  • 16 Chant de guerre propre aux Seɓɓe.

86Il revint une troisième fois et leur dit : « Je vais m’installer avec vous de force. » Il sortit des outils de construction et commença à construire (un fort) après avoir repoussé les habitants à l’intérieur du village après de nombreux coups de fusils. Ceux-ci rassemblèrent une armée formée de guerriers de tout le diwān, de Sinncu-Garba [Ng 23] jusqu’à Mogo-Haayre, et partirent combattre Faidherbe qui les repoussa plusieurs fois, mais chaque fois ils revinrent à la charge, jusqu’à ce qu’il les prenne par la ruse. Il leur avait fait croire qu’il était vaincu en abandonnant la construction du bâtiment au moment où elle avait atteint la taille d’un homme et en embarquant sur le bateau avec ses hommes comme s’ils allaient rentrer à Saint-Louis. Le navire revint après, et lorsque les guerriers l’aperçurent, ils entrèrent à l’intérieur de leurs maisons et commencèrent à chanter un chant [de guerre connu] sour le nom de Kontimpaaj16. Cependant le navire ne s’arrêta pas et continua sa route comme s’il allait vers Bakkel. Les guerriers crièrent : « le navire s’est enfui ! » ; mais lorsque celui-ci eut dépassé Maatam, il fit demi-tour et revint au village en tirant des coups de canon, tuant quelques-uns et faisant fuir les autres, ce qui mit fin au conflit jusqu’à maintenant.

87Comme les habitants de Maatam et des villages voisins étaient incapables de repousser (les Français), et qu’ils avaient appris que l’Almaami du Fuuta avait vendu leur village à M. Faidherbe, ils se réconcilièrent avec ce dernier et lui confièrent Barka Joom comme preuve de réconciliation.

88Faidherbe l’emmena à Saint-Louis pour qu’il apprenne le français, et les habitants de Maatam se réinstallèrent dans leur village. Les habitants du diwān autour de Maatam [le Ngenaar] se réconcilièrent eux aussi avec les Français. On dit que le fort (qasr) de Maatam fut construit en 1275 de l’hégire [1858-1859], et Allah le Très-Haut est plus savant [190a].

Lutte pour le pouvoir à Maatam entre les deux maisons issues d’Hammadi Sawa Rellaa (b) et d’Umar Bay (a)

Conflits entre Siree Diiye (6.2b) et Yero Faamata (6.5a)

89Cette même année [1858-1859] fut l’année de l’émigration [fergo] de Shaykh Umar. Il avait obligé les gens à émigrer avec lui, et les habitants de Maatam ne firent pas exception, laissant le village désert. Lorsqu’ils revinrent, à l’exception de Gelaajo Diiye [6.4b] qui poursuivit le fergo, ils eurent peur de rentrer à Maatam car ils croyaient que le Commandant s’était fâché contre eux puisqu’ils avaient émigré sans l’avoir avisé de leur départ, ni avoir demandé son autorisation. Ils envoyèrent Yero Faamata [6.5 a] au Commandant afin de solliciter son autorisation pour rentrer et s’installer avec lui au village. (Ils avaient choisi Yero Faamata pour cette mission), parce qu’il était l’ami d’un Wolof, nommé Decce Masa’ūdu, qui accompagnait le Commandant. Il était peut-être son interprète. Lorsque Yero Faamata eut rencontré l’homme et lui eut expliqué sa mission, celui-ci lui dit : « N’aimerais-tu pas être le chef du village ? ». « J’aimerais bien », répondit Yero Faamata. Le Wolof lui dit : « Alors, je partirai voir le Commandant avec toi et je lui dirai que tu es capable de faire revenir les gens au village qui deviendra comme avant, à condition qu’il t’en confie la direction. »

90Ce Wolof était l’ennemi de Siree Diiye [6.2b], qui lui avait enlevé sa femme, Caannkoñ Daamaari, laquelle est Fula Dagaaju, originaire de Doolol [Da 3]. Decce Masa’ūdu et Yero Faamata partirent ensuite chez le Commandant, et Decce dit à celui-ci que Yero était capable de faire revenir les habitants de Maatam à leurs maisons, à condition qu’on lui confie la direction des affaires du village après leur retour. Le Commandant accepta, et Yero Faamata retourna chez les gens de Maatam et leur dit que le Commandant était d’accord pour qu’ils retournent au village. Quelque temps après leur retour et leur installation à Maatam, le Commandant les convoqua et leur dit qu’il avait désigné Yero Faamata comme son auxiliaire et chef de Maatam. Les habitants du village lui répondirent : « Yero n’était que le messager [que nous t’avions envoyé] afin que tu nous autorises à rentrer à Maatam, mais il nous a trahis et a prétendu que c’était lui qui nous avait fait revenir. Ce n’est qu’un menteur. » Cependant le Commandant ne les crut pas et n’attacha aucune attention à ce qu’ils disaient.

91Bookar Faamata [6. 1a] [190b] et Bayla Faamata [6.4a] dirent à Yero : « Ô Yero ! abandonne ce poste puisque (les habitants) n’acceptent pas ton autorité. » Yero refusa et leur répondit : « Celui à qui on donne le pouvoir, doit l’accepter. » Bookar et Bayla quittèrent Maatam, le premier pour Wuro-Soogi [Ng 27], et le second pour Garli [Ng 31], et s’installèrent dans ces deux villages.

92Sammba Faamata [6.2a] (en revanche), heureux et joyeux du pouvoir que (sa famille) avait acquis après la mort de Joom Sammba, tira un coup de fusil et chanta des poèmes à pleine voix.

93[Dans l’autre parti] Siree Diiye, furieux comme un lion, quitta Maatam pour Doolol [Da 3] en laissant Bookar Diiye et ses frères à Maatam. Il commença à piller le bétail des habitants de Maatam, puis partit à Wuro-Soogi [Ng 27] où il tua Bookar Faamata. Il se rendit ensuite à Garli [Ng 31] où il tua Bayla Faamata. Il rentra de nuit à Maatam, réveilla Bookar Diiye [6.3b] et lui ordonna de venir le rejoindre. Le lendemain, celui-ci se prépara et s’exécuta. Siree Diiye partit ensuite au village de Tiggere [Ng 10] où il s’installa pour quelques jours. Le Commandant y dépêcha un détachement de guerriers accompagnés de Yero Faamata et de certains habitants de Maatam, comme Umar Aamadu, Bookar Faamata et d’autres, afin de tuer Siree Diiye.

94Lorsqu’ils arrivèrent à Tiggere, ils les trouvèrent en train de jouer du tambour et de danser. Ils se cachèrent derrière le village et les attaquèrent à l’aube. Ils tuèrent Siree Diiye, le décapitèrent et amenèrent sa tête au Commandant de Maatam qui leur dit qu’il n’en avait rien à faire et qu’ils pouvaient l’emporter où ils voulaient. Parmi les compagnons de Siree Diiye qu’ils avaient aussi tués, il y avait Hammadi Siree Kummba, père de Soogi Cubbu, et Hammadi Paate Gelaajo.

95L’arrivée de Barka Joom [7.1b] à Maatam en provenance de Saint-Louis coïncida avec l’assassinat de son oncle Siree Diiye. Lorsqu’il apprit cela, il retourna à Podor, où il prit le bateau, et alla informer le Gouverneur Jauréguiberry de cet acte odieux. Barka Joom et le Gouverneur prirent le bateau ensemble et s’arrêtèrent à Jammel Jale [Ng 11] après s’être mis d’accord pour limoger Yero Faamata. Le Gouverneur organisa une élection pour choisir entre Bookar Diiye [6.3b] et Yero Faamata [6.5a] [191a]. Il convoqua les habitants de Maatam et leur dit : « Que ceux qui sont partisans d’élire Yero Faamata se lèvent, et que ceux qui choisissent Bookar restent assis. » Aucun habitant de Maatam ne s’étant levé, le pouvoir revint à Bookar Diiye.

Conflits entre Bookar Diiye (6.3 b) et Yero Faamata (6. 5a)

96Le Gouverneur limogea le Commandant et nomma à sa place un autre nommé Paul, puis prit le bateau avec Barka Joom et retourna à Saint-Louis.

97Les habitants de Maatam et Bookar Diiye retournèrent à leur village et organisèrent une fête dans la maison de Bookar pour célébrer l’événement. Ils battirent du tambour et tirèrent des coups de fusils. Les voyant faire cela, Yero Faamata et ses frères commencèrent à faire la même chose chez eux, mais Bookar alla chez le Commandant et l’informa de ce qui s’était passé. Le Commandant arriva aussitôt et embarqua Yero Faamata, ses frères et leurs familles dans un bateau et leur ordonna de traverser le fleuve et de quitter Maatam. Sachant qu’ils étaient chassés du village et qu’ils se dirigeaient vers le sud-est, Bookar Diiye envoya un détachement aux habitants de Wodobere [Da 2] pour leur demander d’attendre Yero Faamata et sa famille au village de Doolol Siwre [Da 3] et de les tuer là-bas.

98En effet, lorsque Yero Faamata était chef de Maatam, il avait arraché leurs biens aux habitants de Wodobere pendant « l’émigration » [le fergo] de Shaykh Umar. C’est pour cela que, dès qu’ils reçurent la lettre de Bookar, ils partirent à Doolol Siwre [Da 3] et attaquèrent Yero Faamata et sa famille. Ils tuèrent Alfaa Faamata [6.3 a] et Sammba Faamata [6.2a] : quant à Yero Faamata, il réussit à s’échapper avec certains membres de sa famille, et se rendit au poste de Bakkel [191b] où il resta quelques jours avant de le quitter. On dit que c’était le Commandant de Maatam qui avait demandé à celui de Bakkel d’empêcher Yero Faamata de rester plus longtemps dans ce poste.

99En quittant Bakkel, Yero passa de l’autre côté du fleuve, par la Mauritanie, et alla à Horndolde [Da 11]. Il s’y installa un certain temps, jusqu’à ce que son fils, Sammba Yero, se marie avec une fille de pêcheurs de Horndolde, du clan Ñ, puis il retourna à Maatam et demanda la paix et la réconciliation. Le Commandant et Bookar acceptèrent, et Yero s’installa à Foonde Dow où avait été construite la nouvelle résidence du Commandant de poste. Cependant les habitants de Maatam traitèrent Yero avec beaucoup d’hostilité. Il partit alors à Siiwe [Ng 11] et y habita avec Alfaa Seydi jusqu’à la première épidémie de peste qui l’emporta. Que Allah nous ait en Sa miséricorde, ainsi que lui et tout le monde.

100Lorsque Yero Faamata était chef de Maatam, il avait envoyé son fils, Bayla Yero Faamata, faire des études en français, à Saint-Louis, où il mourut.

101Quand le pouvoir revint aux mains des enfants de Hammadi Sawa Rellaa, le conflit cessa entre eux et les enfants de Umar Bay Gurel, dont l’autorité s’était affaiblie, et qui s’était mis au service de ceux d’Hammadi Sawa Rellaa, à l’exception de Abdul Sammba Hammadi Umar Bay Gurel, connu sous le nom de Kurtu [7.3a], lequel était devenu chef de Maatam pendant une courte durée, suite au limogeage de Bookar qui avait repris la direction du village après. La raison de ce limogeage est la suivante : Abdul Joom Sammba Hammadi Sawa Rellaa [7.2b], dont la mère était des Saybooɓe Jaaba, était parti [192a] à Jaaba [Bo 33] rendre visite à ses oncles maternels. Son arrivée dans ce village coïncida avec une bataille entre les Français et Abdul Bookar [Kan]. C’était la bataille de Ndirboya. Abdul Joom s’engagea aux côtés de l’armée d’Abdul Bookar et fut blessé dans cette bataille.

102Les enfants de Umar Bay dénoncèrent [Bookar Diiye] auprès du Commandant, qui limogea Bookar et le chassa ainsi que sa famille, à Wuro-Soogi, en lui disant : « Vous assistez nos ennemis contre nous. » Bookar lui répondit : « Celui qui a commis cet acte est très jeune et il ne nous a pas consultés, alors tu ne vas pas nous chasser à cause de cela. » Le Commandant ne le crut pas et le remplaça par Abdul Sammba, cité plus haut. Bookar écrivit une lettre au Gouverneur dans laquelle il lui expliqua ce que le Commandant leur avait fait, à cause d’un acte commis à leur insu : il remit la lettre à un homme appelé Moodi Buubu qui la porta à Saint-Louis. Le Gouverneur répondit à cette lettre en ordonnant au Commandant de ramener Bookar et sa famille à Maatam, de lui confier la direction du village comme auparavant et de ne pas lui tenir rigueur d’un acte commis par un enfant. On dit que le limogeage de Bookar fut d’un ou deux mois ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

103Durant le gouvernement de Maatam par Bookar, un conflit entre les enfants de Hammadi Sawa Rellaa et ceux de Umar Bay avait éclaté à cause d’un problème de limites des terrains de cultures [192b] se trouvant au Foonde Foogel Haare. Le conflit avait tout d’abord opposé les esclaves des descendants de Hammadi Sawa Rellaa, dont Waali Haawa et Sallī Haawa, et ceux de Umar Bay, parmi lesquels il y avait Sammba Hammadi Umar et certains de ses frères, et quelques-uns de leurs proches comme Sammba Silay Mayram, demi-frère de Mayram Silay, mère de Sammba Alfaa Hammadi Umar. C’est ce Sammba Silay qui était parti à Juude Guuriiki [Da 13], où il mourut en y laissant ses enfants.

104Il y avait aussi les descendants de Umar Bay, Sam Paate, du clan des Hamaraaɓe à Maatam qu’il avait quitté pour Juude Guuriiki où il mourut aussi. De ses descendants, il ne reste que des filles. Lorsque les decendants de Umar Bay se battirent contre les esclaves des descendants de Hammadi Sawa Rellaa, ils furent vaincus par ces derniers à cause de leur grand nombre. Sammba Hammadi pénétra dans une dense forêt, qu’on appelle Guumi dans notre langue. Il fut poursuivi par Waali Haawa qui voulait le frapper, mais Sammba Hammadi, qui avait un fusil, tira et le tua. Sallī Haawa le poursuivit à son tour, mais il subit le même sort que Waali Haawa.

105Quelqu’un alla informer les habitants de Maatam de cette bataille, Bookar Diiye et certains habitants du village traversèrent aussitôt le fleuve et croisèrent les enfants de Umar Bay et ceux qui, rentrant au village, les accompagnaient. Une bataille faillit aussi éclater entre eux. Bookar voulait [193a] s’emparer de Sam Paate Sammba Saydu (sans combat), mais celui-ci lui dit : « Arrête-toi ! Ne t’approche pas de moi ! » Bookar répondit : « Tu fais cela à moi, Sam Paate », et, lorsqu’il s’approcha de lui, Sam Paate tira avec son arc, et sa flèche toucha Bookar à la poitrine, mais sans danger. Bookar demanda aux esclaves de les capturer avec les mains et de les ligoter. Sammba Silay réussit à s’enfuir à Jammel où il traversa le fleuve. Arrivés à Maatam, les esclaves voulurent se venger, mais Bookar le leur interdit et fit payer aux tueurs le prix du sang des deux esclaves tués. Ce prix de sang fut de deux esclaves pour chaque esclave tué. Parmi les esclaves pris, il y avait Seriba Mawɗo.

106Après cela aucun conflit n’éclata entre eux, et les enfants de Umar Bay devinrent les associés et délégués de ceux de Hammadi Sawa Rellaa.

Conflits internes aux descendants d’Hammadi Sawa Rellaa [b]. Bookar Diiye contre Barka Joom

107C’est entre les descendants de Hammadi Sawa Rellaa que la discorde s’installa plus tard et ils devinrent frères-ennemis, car après quelques années de gouvernement de Bookar Diiye [6.3 b], le Commandant dit à celui-ci : « Je voudrais te remplacer par Barka Joom [71b] car tu as vieilli, tandis que Barka est jeune et connaît notre langue. » Bookar et tous les habitants de Maatam refusèrent, à l’exception de Al-Hasan Demmba, qui alla avec Barka chez le Commandant et lui dit : « Les habitants de Maatam m’ont envoyé pour te dire qu’ils acceptent la nomination de Barka Joom à la place de son oncle Bookar », et le Commandant nomma Barka à la tête de Maatam.

108Lorsque Bookar le sut, [193b] il se mit en colère et quitta Maatam pour Wuro-Soogi [Ng 27], où il passa la saison froide, puis, à la saison des pluies, il partit à Juude Guuriiki [Da 13], où il resta une année entière. Il envoya ensuite son fils, Sammba Jaanga à Abdul Bookar [Kan] pour solliciter son aide. Celui-ci écrivit une lettre au Commandant du poste de Salde, que nous appelons Tebegut, Monsieur Allys, dans laquelle il lui expliqua que le Commandant de Maatam avait destitué l’oncle pour le remplacer par le neveu — ce qui est contraire aux traditions du Fuuta —, et qu’il voulait rallumer le conflit qui avait éclaté entre les descendants de Hammadi Sawa Rellaa et ceux de Umar Bay Gurel.

109Abdul Bookar mit la lettre entre les mains de Sam Belal, Baydi Bookar Aali Dunndu, son frère, Siree Sammba Joom et d’autres Fuutanke, qui la portèrent au Commandant de Salde. Celui-ci envoya de son côté une lettre au Commandant de Maatam dans laquelle il lui demanda de ramener Bookar à Maatam et de lui rendre la direction du village. Dès la réception de la lettre de Monsieur Allys, le Commandant de Maatam s’embarqua avec son interprète, Mammadu Darsi, dans un bateau à vapeur et partit à Juude Guuriiki, où il arriva à midi. Il demanda à Bookar de revenir à Maatam et, lorsqu’il y fut revenu, il lui en rendit la direction et chassa Barka Joom à Garli [Ng 31].

110Bookar resta au pouvoir jusqu’à sa mort. Son fils, Sammba Jaanga, sans jamais être nommé chef de Maatam, continua à y faire la loi jusqu’au jour où il vola de l’argent aux Français et fut découvert [194a].On l’emprisonna mais il réussit à s’enfuir.

111On ramena Barka Joom à Maatam et on lui en confia la direction. Son pouvoir s’en trouva encore plus élargi et Barka devint chef de tout le diwān autour de Maatam, de Sinncu Garba [Ng 29] jusqu’à Nabbaaji Siwol [Ng 21]. Il y resta douze ans, avant que le Commandant Verjoli [ ?] le destitue.

Nomination de Gelaajo Baakar à la tête de l’escale de Maatam

112La cause de cette destitution est la suivante : l’interprète Sur Kunaare et Elimaan Demmba Kayli de Wuro-Soogi allèrent voir le Commandant et lui racontèrent que Barka Joom avait invité chez lui un grand sorcier, Ardo Galo Paate, afin de les ensorceler ainsi que le Commandant, et qu’il lui avait donné un cheval. Le Commandant envoya un garde à l’Ardo pour le châtier mais ils ne le trouvèrent pas puisqu’il avait déjà quitté Maatam. Il convoqua ensuite Barka Joom, l’informa de ce qu’il avait fait, le limogea et lui donna le choix de partir là où il voulait, Barka choisit Loobaali et s’y exila [Da 25].

113Le Commandant nomma Elimaan Demmba Kayli de Wuro-Soogi chef de tout le diwān à l’exception de Maatam, mais il fut limogé deux ans plus tard par Monsieur Lanzoli ( ?)

114Les habitants de Maatam avaient refusé qu’on nomme à leur tête quelqu’un en dehors des descendants de Hammadi Sawa Rellaa, c’est pour cela qu’ils n’avaient pas accepté le gouvernement d’Elimaan Demmba Kayli. Suite à ce refus, [194b] le Commandant leur avait demandé s’il y avait encore un descendant de Hammadi. Ils lui avaient répondu : « Gelaajo Bookar, qui se trouvait à l’époque à Saint-Louis. » Le Commandant lui demanda de venir puis lui donna la direction de Maatam au moment où Elimaan Demmba était à la tête du canton (diwān).

Hammadi Alfaa, chef du canton de Maatam

115Le limogeage de ce dernier coïncida avec l’arrivée de Hammadi Alfaa Hammadi Umar Bay [7.4a], après son absence à Saint-Louis. D’autres candidats comme Baydi Tamar et Jawli de Jannjooli, Demmba Yero de Sinncu-Garba [Da 30] et Sammba Jaanga auraient voulu être nommés à la tête du diwān. L’interprète, Saydu Buubu Sule, lui aussi voulait le pouvoir de ce diwān, mais le Commandant l’en empêcha. Devant cette situation, le Commandant convoqua les chefs de village du diwān, et organisa un vote pour mettre à la tête du diwān une des personnes citées ci-dessus. Hammadi Alfaa arriva en tête avec cent voix de plus que les autres. Le Gouverneur de Saint-Louis envoya une lettre au Commandant de Maatam pour lui faire savoir que Hammadi Alfaa était nommé chef du diwān du Ngenaar le 1er janvier 1902. Il est encore maintenant, fin 1923, chef de ce diwān, et Allah le Très-Haut est plus savant.

116Lorsque Hammadi Alfaa s’installa dans ses fonctions, il commença à vouloir s’emparer, par la ruse, du pouvoir détenu alors à Maatam par Gelaajo Bookar [195a]. Lorsque celui-ci le comprit, il eut peur, se retira et rendit le pouvoir au Commandant car il savait que ce dernier soutenait Alfaa Hammadi et qu’ils s’étaient alliés tous deux pour le destituer.

117Alfaa Hammadi devint chef de Maatam et de tout le diwān. Cependant, afin de venger ses parents, il commença à maltraiter les gens. Ne pouvant plus le supporter, les habitants de Maatam refusèrent son gouvernement et se plaignirent de lui au Commandant qui le limogea et nomma à sa place son frère aîné, Ismaa Alfaa Hammadi Umar Bay, qui resta à ce poste jusqu’à sa mort. Les habitants furent contents de lui et firent tous son éloge après sa mort.

118A la mort de Ismaa Alfaa Hammadi, Gelaajo Bookar [7.4b] arriva à Maatam, qu’il avait quitté lorsqu’il avait abdiqué et remis le pouvoir aux mains du Commandant et qu’il était parti à l’est vers Bakkel, Khay et au-delà.

119Lorsqu’il revint à Maatam, le poste de chef du village était vacant. Il demanda à occuper ce poste, mais il fut concurrencé par Al-Hasan Bayla Hammadi Umar Bay. Le Commandant organisa une élection, et Gelaajo Bookar en sortit vainqueur. Il devint chef du village, et ce jusqu’à maintenant, fin 1923 [195b] ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Les Yaalalɓe de Guuriiki [Da 13]

  • 14 Normalement Alajey, fils d’Alajey devrait s’appeler Alajey Alajey. Selon Siré Abbās Soh (1913) les (...)

120Aali Maaliga Geɗal est le père de Alajey Aali Maaliga Geɗal, père de Alajey Aali14, père de Gata Alajey, père de Siree Gata, père de Sammba Siree, père de Aaliw Sammba, lequel est Joom Aaliw, père de Sammba Joom.

121Sammba Siree avait un frère qui s’appelait Demmba Siree père de Sule Demmba, père de Gata Sule, lequel est Joom Gata, qui avait remplacé au pouvoir Joom Aaliw après sa mort et avant la nomination de Sammba Joom.

122On l’appelait aussi Gata Kajjata, car sa mère Kajjata, était la fille de Sammba Siree déjà cité, et on l’appelait Kajjata Sammba.

123Joom Gata est le père de Sammba Gata, qui est en bonne santé actuellement (1920) et qui habite le village de Bakkel, dans le diwān de Liitaama, dans la circonscription de Kayhayɗi.

Les Yaalalɓe de Siiwe [Ng 11]

124Gata Alajey avait un frère qui s’appelait Aru Alajey, père de Daawud Aru, père de Yero Daawud, connu sous le nom de Yero Haari, Haari étant le nom de sa mère. Il est le père de Mīsīn Yero et Abdullaahi Yero, qui fut assassiné à Kumballi [Da 10] ou à Fimmbo [Da 13], d’après ce que d’autres disent. Ils y furent attaqués par les descendants de Teŋella et les Masalankoobe qui tuèrent Abdullahi Yero.

  • Parmi les enfants d’Abdullahi Yero, il y a Mīsīn Abdullahi et Ismaa’īla Abdullahi.

125Mīsīn Abdullahi est le père de Mammadu Mīsīn et Yero Mīsīn.

126Mammadu Mīsīn n’a pas laissé d’enfants.

127Quant à Yero Mīsīn, il est le père de Aamadu Yero, Al-Hasan Yero et Alfaa Yero. Aamadu et Al-Hasan moururent et leurs enfants sont à Sīwe avec leur oncle Alfaa, qui est leur chef actuellement.

128Isma’īla Abdullahi [196a] est le père de Mīsīn Isma’īla qui fut tué à Ségu à l’époque de Madaani, fils de Aamadu [Taal] lors de la bataille de Dagona, nom d’un des villages de Ségu. Cette bataille est célèbre chez eux et fut leur dernière bataille contre les Bambaras.

129Lors de cette bataille, fut tué [celui qui était] son ami intime et son bien-aimé dont il ne se séparait jamais, Elimīn ben al-Mustafā, père de Aamadu Elimaan.

  • Quant à Mīsin Yero Haari, il est le père de Seydi Aamadu, connu sous le nom de Alfaa Seydi, Nalla Aamadu, père de Haari Nalla, qui habite à Siiwe actuellement, enfin de Maalik Aamadu et Abdullahi Aamadu. Ces deux derniers moururent sans laisser d’enfants.

130Des descendants d’Alfaa Seydi, il ne reste que deux filles, Ummu et Amīna. Quant à sa mère, elle s’appelait Guuriiki, fille de’Abd alRaḥmān ben Maḥmūd ben Nalla Moodi [Kan].

131On dit que la mère de Aamadu Mīsīn s’appelait Raabi Ceerno Ciiwel, et Allah le Très-Haut est plus savant.

132On dit aussi que lorsque Abdullaahi Haari fut tué à Kumballi [Da 10], son frère, Mīsīn Yero Haari partit s’installer à Sīwe. Il fut le premier d’entre eux à habiter dans ce village avec les deux enfants de son frère assassiné, Mīsīn Abdullaahi et Ismā’īla Abdullahi.

133Mīsīn resta cinq ans [196b] à Sīwe avant de mourir. Il fut remplacé par Mīsīn Abdullaahi qui resta au pouvoir pendant douze ans. Après sa mort, son frère Ismā’īla Abdullahi lui succéda et mourut après huit ans de règne. Il fut remplacé par Mammadu Mīsīn, fils de Abdullahi ben Yero Haari. A sa septième année de règne, le Shaykh Umar arriva chez eux et les entraîna vers l’est, comme il l’avait fait avec tout le monde.

134Mammadu Mīsīn mourut à Woytila après leur arrivée à Ségu.

135Il se peut que Alfaa Seydi soit devenu chef de Siiwe après l’émigration du Shaykh al-Ḥājj Umar ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

  • 18 Les onze premières lignes de la page, ainsi que des annotations en marge, sont rayées.

136[197a]18 Alajey Aali avait une fille qui s’appelait Jejje Aajey, mère de Pennda Jejje, mère de Kummba Pennda, mère de Hammadi Kummba et de Maamuudu Kummba.

137Hammadi Kummba est le père de Maamuudu Hammadi, chef actuel de Wuro-Moodi en Mauritanie, dans le canton de Lītāma, dans le cercle de Kayhayɗi. On l’appelait aussi Demmba Ufe.

138Quant à Maamuudu Kummba, il est le père de Faatima Maamuudu et de Rellaa Maamuudu, dont la mère est Mujel Yero Wuuri.

139Faatima avait comme époux Lam Tooro Sidi Abdul, qui eut avec elle une fille qui s’appelait Faatim. Quant à Rellaa, nous ne connaissons aucun de ses descendants.

140Sache que les Deeniyankooɓe habitaient de l’autre côté du fleuve, en Mauritanie, dans les terres des Blancs (barari al-bayādīn).

Les Yaalalɓe de Guuriiki [Da 13], Sammba Siree

141A l’époque où le Satigi Buubu Muusa résidait au Fori [Gorgol], à Tummbere Jiinge, la plupart des gens du Fuuta habitaient là-bas d’après ce qu’on dit.

  • 19 Dans le Gidimaxa.
  • 20 Dans la boucle du fleuve située entre Guuriiki Kolyaaɓe et Guuriiki Sammba Joom se trouve un terrai (...)

142Siree Gata, habitait à Beylugge19 en automne et à Fimmbo [Da 13] en hiver. Du printemps à l’été, il descendait au lit (batha) du Dudi occidental sénégalais, qui est le lit du Maham Laamɗo20, et, à la saison des pluies, il retournait à Beylugge. Il faisait ainsi jusqu’à ce qu’il fût tué, à l’écurie, par son cheval, qui lui donna un coup de sabot dans le ventre, entraînant une mort immédiate.

Sammba Siree à Horndolde [Da 11] et Ganngel [Da 13]

  • 21 Ce sont les Ñ qui fournissent encore les Jaaltaaɓe, qui sont à l’heure actuelle les chefs du vill (...)

143Après sa mort, son fils, Sammba Siree, partit habiter à Horndolde. On dit qu’il fut le premier (d’entre eux) à y habiter peut-être avec les pêcheurs de clan Ñ, car leur ancêtre, Buubu Mboolo, était le premier à y habiter, d’après ce qu’on dit21.

144Il [Sammba Siree] avait une fourmilière et s’était installé à côté d’elle. Dans notre langue [le pulaar], nous appelons la fourmilière saari horndolde, et c’est pour cela que ce village fut appelé Horndolde.

145Sammba Siree partit ensuite à Ganngel [Da 13], car ce village est proche de Waali [Da 18] où résidait son beau-père [Sule Buubu], dont il avait épousé la fille, Jaanga Sule, à laquelle on attribue le figuier qui se trouve à l’est de Ganngel et qu’on appelle « Yiiwal Jaanga » : yïiwesignifie figuier dans notre langue, yiiwal est son augmentatif etyiiwel est son diminutif [197b]. On dit que ce figuier avait poussé dans les champs de berge (falo) de Jaanga Diiye, champs qui se trouvaient au-dessus du village de Ganngel. En effet, les esclaves, servantes et ouvriers de Jaanga Diiye — dont le père de Sule Muttaar, Abdul Daado, des Liiduɓe Rinjaw —, qui travaillaient dans ces terres, posaient leurs pots remplis d’eau à côté de ce figuier. Jaanga Diiye venait souvent dans ses champs et s’asseyait à côté de ce figuier, et c’est pour cela qu’on avait ajouté son nom [à celui du champ].

146Le domicile de Jaanga et de son mari, Sammba Siree, est occupé actuellement par les Jahjaabe Ganngel.

147Quant à Joom Aaliw, il ne restait jamais dans le même domicile ; et Allah le Très-Haut est plus savant. Les deux villages Horndolde et Ganngel, et les terres Duudi lui appartenaient. Doolol [Da 3] lui revint plus tard puisqu’il fut habité par ses esclaves, les Saare Aalinkooɓe, d’après ce qu’on dit.

148Quand le Satigi Sule Buubu émigra au Gidimaxa, Sammba Siree partit à Jumfun chez l’Almaami Hamad Ayshata, qui était un membre de sa parenté de lait, puisque Gata Bambi et Faayol Bambi étaient frères utérins ; et Gata était le père de Siree Gata, père de Sammba Siree ; et Faayol était la mère de Ayshata Faayol, mère de Hammadi Ayshata ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

149Quand Sule Buubu revint à Waali [Da 18], Sammba Siree revint à Ganngel [DA 13] avec les Dawdawɓe, qui s’y trouvent actuellement. Ils les avaient emmenés d’un village du Bunndu qui s’appelle Debbo Silɓe. Le plus connu parmi eux est Buubu Labba, père de Sam Buubu, de Moodi Buubu, d’Aḥmad Buubu et d’Abdul Buubu. Leur mère s’appelait Jehe. Buubu Labba eut avec elle des filles, dont Pennda Jehe.

150Sam Buubu est le père de Jaabe Sammba, père de Haamiidu Jaabe et d’autres.

151Moodi Buubu est le père de Getu Moodi, de Sammba Ayshata, Isaaga Moodi et d’autres.

152Aamadu Buubu est le père de Siidi Aamadu, qui habitait à Bappalel [Da 12], de Labba Aamadu, mère de Haamiidu Jaabe, et d’autres.

153Abdul Buubu est le père de Siree Abdul, de Say Abdul, Dulo Abdul et d’autres. Dulo Abdul est le père de Siree Dulo, le généreux, qui est à Kaay actuellement.

154Lorsque Sammba Siree revint avec Buubu Labba [Daw] et d’autres, ils habitèrent en Mauritanie, à Ganngel je crois [198a]. Sammba Siree confia la maîtrise de la pêche dans les rivières autour de Ganngel à Buubu Labba. J’ajoute que ce commandement est toujours dans les mains de ses descendants [Bowsenaaɓe] jusqu’à nos jours. Sammba Siree resta à Ganngel jusqu’à l’assassinat du Satigi Sule Buubu. Après cet assassinat, les Bowsenaaɓe quittèrent Waali [Da 18] et allèrent au Fuuta chez leurs frères, les Duganaaɓe. Lorsqu’ils passèrent par Ganngel, Jaanga Diiye les empêcha de continuer leur route vers le Fuuta et leur dit : « Si mes frères, Siree Sule Buubu, Sammba Sule et Buubu Sule, sont jeunes et n’ont pas pu vous protéger, mon mari et moi nous vous protégerons contre tous ceux qui pourraient vous faire du mal ».

155Elle demanda l’aide de son mari qui revenait de la chasse, car il était un excellent archer. Il la lui accorda, et c’est ainsi que les Bowsenaabe s’installèrent à Ganngel.

156Quant aux Saare Aalinkoobe, lorsque Sammba Siree partit se réfugier au Bunndu, ceux qui n’avaient pas pu émigrer avec lui partirent à Bappalel [Da 12]. La mère de Sammba Biraama faisait partie des Saare Aalinkoobe (de) Doolol. Elle s’appelait Dewal.

  • 22 Illisible.

157Ganngel, Horndolde et Doolol étaient gouvernés par Sammba Siree. Les griots lui attribuent même le gouvernement de Fugu. Ils disent dans leurs chants22 : « Fugu sabay gawde jiime maa juu. »

158Les Saare Aalinkoobe partirent voir [198b] l’Almaami Abdul et lui dirent : « Sammba Biraama est le fils de notre sœur et nous aimerions qu’il habite avec nous et nous gouverne si Sammba Siree ne revient pas chez nous. » L’Almaami Abdul accepta, et Sammba Biraama s’installa à Horndolde [Da 11].

159Lorsque Sule Buubu mourut, Sammba Siree revint (à Horndolde) et fit acte d’allégeance auprès de l’Almaami Abdul. Il lui demanda par la suite de lui rendre la chefferie de Horndolde. L’Almaami lui répondit : « D’accord, je vais le faire, mais pour le moment je suis occupé. Je me prépare à mener une offensive contre le Brak du Waalo. Il faut donc que tu sois notre allié, et dès notre retour je te rendrai Horndolde, qui était aux mains de ton père. »

160(Cependant) le destin de Allah avait voulu que Sammba Siree soit tué lors de cette campagne, près du lac Tawwe, c’est-à-dire le lac situé près de Richard Toll ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Force magique de Sammba Siree

161On dit que Sammba Siree était un grand magicien, un excellent chasseur et un homme très courageux que rien n’impressionnait.

162Comme exemple de son savoir-faire en sorcellerie, on dit qu’il changeait une charge d’herbe en un âne et ordonnait à l’un de ses esclaves d’aller vendre l’âne aux Aswaanik [Soninke] au Ngalam. Après la vente, lorsque le vendeur rentrait, l’âne redevenait ballot d’herbe comme avant.

163Sammba Siree était aussi connu pour sa compétence à confectionner des talismans qui protègent pendant les combats (hijāb al-qitāl) ou autres. Après son assassinat, son fils, Joom Aaliw, dit qu’il ne porterait jamais le talisman contre les balles (hijāb al-rasās) ou autres durant les combats, car si le talisman avait été efficace, son père n’aurait pas été tué pendant la bataille ; et Allah le Très-Haut seul sait.

164Autre exemple des pouvoirs de sorcellerie de Sammba Siree : un jour, pendant que le griot (qawwāl) leur chantait et leur récitait lesexploits de leurs aïeux, chacun de ceux qui étaient présents commençait à dire « demain, je vais faire ceci et cela » ; par exemple, « j’apporterai une gazelle vivante ». Sammba Siree leur dit : « Demain, je vous apporterai du lait de l’éléphant. » Le lendemain, il partit à Warla, une rivière en Mauritanie, à Ganngel, près du fleuve. Il y avait avec lui un témoin, dont le nom m’a été donné par l’informateur, (et que) j’ai oublié. Ils se cachèrent jusqu’à ce qu’une éléphant femelle vienne boire à la rivière de Warla. Sammba Siree prit un récipient et partit la traire, pendant qu’elle était en train de boire. Quand son récipient fut plein de lait, il revint, mais le témoin s’était enfui entre-temps, il avait eu peur de l’éléphant femelle. Sammba Siree le rejoignit et ils retournèrent ensemble à Ganngel. Les gens admiraient son courage, son sang-froid et ses connaissances magiques.

165Je pense que ce ne sont que des fables de conteurs.

Hammadi Sammba Siree et les terres de Ganngel [Da 13]

  • 23 Terres de berges probablement situées en face de Guuriiki Sammba Joom.

166Après la mort de Sammba Siree, son fils, Hammadi Sammba Siree, lui succéda à la tête de Ganngel, malgré son faible art oratoire, son inexpérience en politique et son peu d’ambitions. Cela était dû, d’après ce qu’on raconte, à sa piété et à son ascétisme, à tel point qu’il faisait lui-même office de muezzin à la mosquée de Ganngel. C’est pourquoi Doolol [Da 3] était passé aux mains de Sammba Biraama et que les gens (ahl) de Seeno Palel [Da 6] commençaient à percevoir l’impôt (zakāt) (des terres) du falo Puyaŋ23 et à les louer.

167A cette époque, Joom Aaliw était encore un enfant, il avait cinq ou sept ans. Les terres de Koli Debbo [199a] n’étaient pas bonnes pour la culture, en revanche le falo Tabaki, qui se trouvait juste en contrebas du village, un peu vers l’est, donnait de bonnes récoltes.

168Quand Joom Aaliw devint adulte, il commença à revendiquer les terres qui appartenaient à son père. Il utilisa pour cela la ruse et la corruption des notables, jusqu’à ce qu’il atteigne son but. Il chassa ensuite les gens de Seeno Palel de sa terre. On dit qu’on lui avait aussi donné Horndolde, où il habita un certain temps.

169Les conflits s’accentuèrent alors entre lui, et Buubu Mira et Gelaajo Sammba, tous deux fils de Sammba Biraama Sawalaamu, à tel point qu’il fit sortir l’impôt (zakāt) de Wul des magasins où ils entreposaient les céréales.

170Quand la tension monta entre lui et Buubu Mira, les habitants de Horndolde [Da 11] et de Bappalel [Da 12] se réunirent et envoyèrent de l’argent, en secret, aux chefs (ru’asa) du Fuuta afin qu’ils les aident à chasser Joom Aaliw du village de Horndolde.

171Ces chefs demandèrent à Joom Aaliw de quitter Horndolde et de retourner à Ganngel jusqu’à ce qu’ils viennent partager ces terres entre eux. Joom Aaliw s’exécuta et quitta Horndolde pour Ganngel.

172Ces conflits durèrent jusqu’à ce que le fils de Joom Aaliw, Sammba Joom, se marie avec une fille Deeniyanke, Kummba Gelaajo Sammba Biraama, de laquelle il eut (un fils), Siree Sammba.

173Les gens de Bappalel [Da 12] et de Horndolde [Da 11] se réunirent et organisèrent un beau spectacle en l’honneur de Joom Aaliw. Joom leur dit  « Que voulez-vous de nous maintenant ? » Ils répondirent : « Nous voulons que le conflit cesse entre toi et les fils de Biraama. » Joom accepta ; et depuis ce jour, je n’ai jamais entendu dire que l’un d’eux ait reparlé de ce sujet. Ils avaient désigné, comme frontière entre eux, Waltunde Bappalel, ou un peu au-delà. Nous reparlerons, avec plus de détails, de Joom Aaliw plus tard ; si Allah le Très-Haut le veut.

Doolol-Subalo [Da 3] et les autres villages riverains du fleuve au Damnga

  • 24 Situé à côté de l’actuel Nganno [Da 4].

174Il n’y avait aucun village entre Horndolde et Doolol, sauf Tinali24, qui était habité par (les) Raŋaaɓe. Quant à Nganno, Bow, Caali [Da 4], Wodobere [Da 2] et Cempeŋ [Da 1], ils furent peuplés après Doolol à l’époque de l’Almaami Yuusuf afin de protéger les gués contre (les incursions) des Bayḍān (al-bayāḍīn), et Allah le très-Haut est plus savant.

175On dit que ceux qui ont comme patronyme Gay au Fuuta sont originaires de Dunngel [dans le Laaw 1 5] et qu’une partie d’entre eux était allée à Doolol, dans le Damnga, qui signifie duuldi wi leeɓaaɓe, c’est-à-dire « le rassemblement des sorciers », qui est un village au bord du fleuve entre Wodobere et Cempeŋ. Commentaire : Doolol n’est peut-être qu’une mauvaise variante de Duungel ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

176Parmi ceux qui étaient partis à Doolol, il y avait Mboolo Demmba, Sidiiki Demmba, Jom Demmba et bien d’autres. Ces trois hommes qui étaient du clan des Gay, furent les premiers à habiter Doolol [Da 3]. Il se peut que ce soit après les Saare Aalinkoobe puisqu’on dit que ceux-ci furent les premiers à s’installer à Doolol [Da 3], et Allah le Très-Haut est plus savant.

177Mboolo, Sidiiki et Jom Demmba furent rejoints par Soogi ‘Uthmān et Joom ‘Uthmān, du clan des Donko, dont le patronyme devient Ndongo par la suite.

178Soogi et Jom étaient originaires de Giimi. Après sa destruction par les Deeniyankooɓe, ses habitants se dispersèrent par groupes. La plupart d’entre eux partirent à Bahbaabe [A 18] et Demet [Ha 7]. Soogi ‘Uthmān et Joom ‘Uthmān étaient parmi ceux qui étaient partis à Demet. Ils allèrent ensuite au Bunndu. [199b] Ils habitèrent à Hujulire, puis à Mulli Simu et enfin à Doolol. Toutes ces migrations étaient dues à des guerres que d’autres leur faisaient. A cette époque les gens étaient devenus comme les poissons — les grands avalaient les petits.

179Par la suite, ils furent rejoints à Doolol [Da 3] par les gens (ahl) de Saare Aali. Et c’est à cause de cela qu’ils passèrent sous l’autorité de Sammba Siree, car (les gens de Saare Aali) étaient les esclaves (mawālī) de Sammba Siree. Ils devinrent les maîtres des champs de berges (falo) (qui s’étendaient) de Jammel Jaj, un gué entre Caali [Da 4] et Wodobere [Da 2], jusqu’à Rās al-raml (le cap de sable), un endroit, entre Doolol et Cempeŋ [Da 1], qu’on appelait Lobungel avant la création de ces villages.

180Les gens de Caali arrivèrent plus tard (à Doolol [Da 3]), puis les gens de Cempeŋ et ensuite les gens de Wodobere, mais personne ne contesta l’autorité des gens de Doolol, car ils furent les premiers à habiter le village.

  • 25 Chasseurs maures qui se nourrissent de viande séchée.
  • 26 Litt. « laissant (ces maisons) plus propres que la parure (de la main) » (anqa min al-rāha).

181Après la mort de Sammba Siree, c’est Sammba Biraama qui commença à prélever l’impôt (al-gharāma) et le produit de la terre parce que sa mère appartenait aux Saare Aalinkooɓe, qui habitaient avec eux, et parce que Hammadi Sammba Siree était faible et inexpérimenté. Sammba Biraama avait pris tous leurs biens au point qu’ils étaient devenus comme des Nimādī25, ne possédant que (du) tabaki et des poissons. Il avait même commencé à leur prendre aussi ces choses. Ses hommes entraient dans les maisons et s’emparaient de tout le tabaki et les poissons qui s’y trouvaient, n’y laissant absolument rien26.

182Les gens de Doolol ne supportant plus cela, décidèrent de partir. Leur grand sorcier à l’époque, qui s’appelait Joom Altine, leur dit : « Ne partez pas à cause de cela, je vais m’occuper de lui. »

183Quand Sammba Biraama revint avec ses hommes, Joom Altine l’ensorcela, et à la tombée de la nuit, une hyène vint lui manger l’œil. Il partit alors avec ses hommes sur-le-champ et mourut peu après.

184Ses hommes retournèrent ensuite à Doolol [Da 3] afin d’exterminer les habitants de ce village, car ils étaient persuadés que la hyène était l’un d’entre eux. Quand les gens de Doolol apprirent cela, ils demandèrent à Hammadi Sammba Siree de les aider en payant le prix du sang (al-diya) (de Sammba Biraama) ou autre chose, et de les délivrer de la colère des gens de Sammba.

185Hammadi refusa de leur venir en aide à cause de son indolence et de son indifférence ; il était, d’après ce qu’on dit, négligent. Quand ils n’eurent plus d’espoir en son aide, ils partirent se réfugier à Cempeŋ, car il existait un lien de parenté entre eux et les gens de Ngijiloñ [Ng 6] comme il en existait un entre ces derniers et ceux de Cempeŋ.

186Quand les hommes de Sammba Biraama arrivèrent (à Doolol) et n’y trouvèrent pas ses habitants, ils suivirent leurs traces jusqu’à Cempeŋ. Puis ils demandèrent aux habitants de ce village de les faire sortir afin de les massacrer. Ces derniers leur répondirent : « Laissez-les chez nous, et nous vous paierons le prix du sang (al-diya). » Les hommes de Sammba Biraama acceptèrent après de vives négociations.

187Les habitants de Cempeŋ leur donnèrent le prix du sang et leur rachetèrent (de ce fait) les habitants de Doolol [Da 3] [200a] qui passèrent sous leur autorité. Ils commencèrent à percevoir les impôts des terres déjà citées, jusqu’à l’arrivée des Français qui supprimèrent les impôts prélevés sur eux et sur tous les autres pauvres. Que Allah les récompense par le bien !

188Soogi ‘Uthmān mourut à Doolol. Quant à Joom ‘Uthmān, il était parti à Maatam et y fut à l’origine du clan de Dongo.

189Parmi les descendants de Mboolo Demmba [Gay], déjà cité, il y avait Baygu, père de Siley Baygu, et Kariimu Njobbo, frère de Baygu, tous deux fils de Sammba, fils de Mboolo Demmba.

190Demmba Duudi, le chef actuel de Doolol, est un descendant de Sidiiki Demmba. Il est le fils de Umar, fils de Sidiiki Demmba.

191Quant à Jom Demmba, il n’avait pas de descendants, et Joom Altine n’avait laissé qu’une fille qui s’appelait Njobbo et était la mère de Kariimu Njobbo.

Joom Aaliw fonde Guuriiki [Da 13]

192Joom Aaliw ne s’était jamais intéressé, d’après ce que nous avons appris, à Doolol parce qu’il habitait loin de là, ou parce que (les habitants) étaient liés aux gens de Cempeŋ, qui étaient eux-même liés aux gens de Ngijiloñ [Ng 6] ; et Allah est plus savant. Cependant, il avait possédé le terrain de Jinsaq ; c’est une longue histoire et c’est pour cela que nous n’en parlerons pas. C’était lui qui avait fondé Guuriiki Sammba Joom [Da 13] et il fut le premier à y habiter, après la mort de l’Almaami Abdul.

193Lorsque le père de Joom Aaliw, Sammba Siree, fut tué, en combattant l’armée de l’Almaami Abdul, comme nous l’avons vu, sa mère, Jaanga Diiye, l’emmena, avec quelques habitants de Ganngel, chez les Deeniyankooɓe à Tulel, et ils habitèrent chez eux. Joom Aaliw avait cinq ans. Le chef des Deeniyankooɓe à cette époque était l’Almaami Jaaye Konko Buub Muusa.

194Quand les gens du Fuuta chassèrent l’Almaami Abdul [ce dernier chercha refuge auprès des Deeniyankooɓe, qui l’installèrent à Tulel [Da 19] avec les Haayrankooɓe]. Joom Aaliw vit l’Almaami Abdul à l’occasion de sa circoncision. Quand l’Almaami Abdul fut assassiné et que les Haayrankooɓe furent chassés de Tulel, l’Almaami Jaaye s’y installa avec ses gens (qawm), les Deeniyankooɓe et les Yaalalɓe. Ils ne cessèrent point de semer l’injustice et le désordre, jusqu’à ce que l’Almaami Hammadi Ayshata al-Bundi (de Ɓunndu) et Aali Dunndu s’unissent pour les combattre. Ils leur livrèrent (en effet) combat ensemble, tuèrent l’Almaami Jaaye et bien d’autres et capturèrent les femmes, les enfants et les esclaves. Parmi les captifs, il y avait Jaanga Diiye. Elle fut capturée par l’armée (des) Bambara qui accompagnaient l’Almaami Hammadi Ayshata. Elle était très grosse et mourut en captivité, entre Horkaƴere [Da 17] et Gasammbiri [Da 2] [200b] à cause de l’épuisement et de la fatigue.

195On raconte que cinquante personnes parmi les esclaves de Sammba Siree périrent ce jour-là. Parmi les habitants de Ganngel [Da 13] qu’on avait capturés, il y avait Pennda Jehe, fille de Buubu Labba déjà cité. Buubu Jaaye al-Hayaranki al-Kumballi était amoureux d’elle, il la racheta à ses ravisseurs et demanda sa main aux rescapés de sa famille. Ils la lui donnèrent comme épouse ; et elle lui donna (un fils), Hammadi Pennda, père de Jaaye Hammadi, qui est le chef (ra’is) actuel de Gumal [Da 19].

Le refuge chez les utérins du Tooro

196Parmi ceux qui eurent la vie sauve ce jour-là, il y avait Joom Aaliw. Il était très jeune à cette époque. Il partit ensuite au Tooro rejoindre sa demi-sœur, Diiye Jaanga, qui était mariée à Gelaajo Decce à Gede. Le père de Diiye était Sammba Umahaani Tube (c’est pour cela que les habitants de Gede l’appelaient Sammba Umahaani Tube). La sœur de Diiye est Booli Sammba Umahaani Tube, mère de Booli, mère de Elimaan Mammad Daada, qui est à Dimat [Di 7].

197Avant son mariage avec Gelaajo Decce à Gede [To 14], Diiye Jaanga était mariée avec Bookar Siree Konko Buubu Muusa, avec lequel elle avait eu Sammba Diiye, père de Hammee Sammba Diiye, de Sule Sammba Diiye et d’autres.

  • Hammee Sammba Diiye est le père de Konko Hammee et d’autres.

  • Sule est le chef actuel de Waali [Da 18].

  • Quand Diiye Jaanga quitta son premier mari, Bookar Siree, Gelaajo Decce, du clan des SAL de Gede [To 13], l’épousa. Elle lui donna (un fils), Bookar Gelaajo, lequel est Bookar Diiye, frère de Sammba Diiye du côté maternel et d’une fille appelée Njerebi Gelaajo.

  • Bookar (Diiye) est le père de Njerebi Bookar, mère de Jaanga Barka, mon épouse de Maatam, morte au début de 1921 ; que Allah ait notre âme et la sienne ! Amīn ! Bookar Gelaajo eut d’autres enfants que Njerebi Bookar, que nous ne citons pas pour résumer.

  • Njerebi Gelaajo est la mère de Kummba Njerebi, que Allah ait notre âme et la sienne !

198Sache que Gelaajo Decce, le mari de Diiye Jaanga, était marié aussi avec Jate Jag, laquelle lui donna (une fille) Njerebi Gelaajo, mère de Kummba Njerebi, citée plus haut. Quand Gelaajo Decce mourut, Joom Aaliw épousa la co-épouse (dirra) de sa sœur [Diiye Jaanga], Jate Jag qui était originaire de Janka Gede, du Wolo. Elle lui donna (comme enfants)

199Sammba Joom et Kajjata Joom. Njerebi Joom est donc la sœur de Sammba Joom du côté maternel, ce qui est très évident.

Joom Aaliw récupère ses terres grâce à l’Almaami Yuusuf Lih

200Quand Joom Aaliw revint à Ganngel, il trouva que le pouvoir n’était plus entre les mains de sa famille à cause de la faiblesse de son frère aîné Hammadi Sammba Siree, comme nous l’avons déjà vu. Après son retour du Tooro, Joom Aaliw n’habita pas à Ganngel mais partit chez ses oncles maternels à Waali Jantaŋ. Il resta chez eux jusqu’à la mort de son frère aîné, Hammadi Sammba Siree, puis il retourna à Ganngel, où il habita jusqu’à sa mort, lors de l’émigration (hijra) du Shaykh Umar, à Saŋe Loobaali [Da 24]. Que Allah le Très-Haut ait son âme !

201Ceerno Tillere Aḥmad Delo [Aan] était le chef (amīr) de tout le Ngenaar et occupait le même rang qu’Elfekki [Añ], Il aimait les gens du savoir et de religion [les Tooroɓɓe] et les préférait aux autres. C’est pour cela qu’il avait choisi (les) Jaawamɓe Seeno Paalel et leur avait donné les terrains de culture de Bappalel et ceux des Yaalalɓe (de) Ganngel. Ils étaient les percepteurs (jubat) (des terres) de Koli Debbo et de Puyaŋ ; ils y percevaient la location (kira) et l’impôt (zakāt), tandis que Hammadi Sammba Siree ne réagissait pas et ne savait quoi faire.

202Or, l’Almaami Yuusuf [Lih] aimait les Jaagorde et les préférait aux autres. Peut-être avait-il peur qu’ils fassent avec lui la même chose qu’avec l’Almaami Abdul car c’étaient eux qui faisaient et défaisaient l’Almaami (ahl al-hall wa al-’aqd). Il avait combattu au début Ceerno Tillere, puis il était parti habiter à Guuriiki Koliyaabe, car cette localité se trouvait au centre du Ngenaar.

  • 27 Il est probable qu’il s’agit de terres situées en Mauritanie, en face de Bappalel.

203Joom Aaliw soutenait (ma’a) l’Almaami Yuusuf. Il partait de Ganngel avec le conseiller (de l’Almaami Yuusuf), Sule Ngorel Waali, père de Umar Sule, père de Abdul Labbo et de Diiye Labbo, et ils passaient tous les deux chez Ceerno Kaffuke Hammee Baaba al-kabīr, puis ils allaient chez l’Almaami Yuusuf. Ils faisaient cela jusqu’à ce qu’ils tuèrent Ceerno Tillere à Ngijiloñ. L’Almaami Yuusuf rendit alors à Joom Aaliw les possessions de son père, qui étaient les terres de berges (falo)de Puyaŋ et de Koli Debbo, et d’autres. Quant aux cultures de Dude, les gens de Bappalel vinrent les demander à l’Almaami Yuusuf (en s’engagant à) les cultiver et à lui payer la location et l’impôt. Il accepta, parce que Ganngel était loin de Dude27 et il avait peur des Baydān et aussi parce qu’il avait suffisamment de terres autres que celles de Dude pour ses gens. Les habitants de Bappalel cultivèrent les terres de Dude jusqu’à ce que Joom Aaliw habite à Guuriiki. Il leur arracha ces terres et les donna aux gens de Guuriiki qui les cultivent jusqu’à maintenant, ce que nul ne conteste.

204C’est l’Almaami Yuusuf qui donna la propriété (mulk) de Jinsan à Joom Aaliw. La localité était habitée par les Lewenaabe du clan (qabīla) des Sal. C’était, peut-être, Ceerno Tillere Aḥmad Delo qui les avait emmenés au début afin d’y habiter et de prendre ses cultures ; et Allah le Très-Haut est plus savant. En effet, c’est l’Almaami Yuusuf (aussi) qui avait demandé à Joom Aaliw d’habiter à Guuriiki afin de protéger le gué (makhada) situé à proximité.

205Joom Aaliw était de ceux qui croyaient au al-sale et au fait de boire le sang des cœurs. Il prétendait qu’il savait le faire, ainsi que la sorcellerie, et d’autres (choses) semblables ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

206Joom Aaliw est le père de Sammba Joom, de Sule Joom et de Jaaye Joom. Parmi ses filles il y a Kajjata Naaga et Jinnda. Aucun d’eux n’a laissé d’enfants sauf Sammba Joom. Quant à Jaanga Joom, elle avait un fils qui s’appelait Konŋkoyel, un diminutif.

207joom Aaliw mourut à Saŋe Waalo [Da 24], ou à Loobaali [Da 25] en Mauritanie, lors de l’émigration du Shaykh Umar ; qu’Allah ait notre âme et la sienne, Amīn ! Joom Aaliw était marié avec Ayshata Jaaye, (fille de) l’Almaami Jaaye Konko Buubu Muusa [8.5] et sœur de Aaliw Faamata du côté maternel. Elle lui avait donné Sule Joom. Quand elle mourut, il épousa sa sœur agnatique, Aminata Jaaye, qui lui donna Diiye Joom, Jaanga Joom, Njaay Joom, Jaaye Joom, Bakar Joom et Konko joom. Aucun d’eux n’a laissé de descendants sauf Jaanga Joom, comme nous l’avons déjà dit. Joom épousa par la suite Billel Gay, sœur de Hammadi Gay. Elle lui avait donné Jinnda Joom et Rasuulu Joom. Jinnda mourut sans laisser d’enfants, quant à Rasuulu, il a actuellement des enfants en vie.

Les exploits de Sammba Joom

208Sammba Joom a laissé de nombreux faits mémorables et de bons souvenirs. Il était un bon maître et un chef généreux et menait ses hommes à la victoire. Qu’Allah lui accorde, et à nous également, Son pardon. Amῑn !

Sammba Joom et al-Ḥājj Umar

209Sammba Joom et son père, Joom Aaliw, émigrèrent avec le Shaykh al-Ḥājj Umar vers le Soudan. Joom Aaliw mourut à Loobaali [Da 25]. Quant à Sammba Joom, il continua avec le Shaykh et resta avec lui un certain temps.

210On raconte qu’un jour, afin que ses guerriers se reposent et se divertissent, le Shaykh leur demanda d’organiser des courses de chevaux. Il y avait avec eux un homme de Ciloñ nommé Ibra Bookar Ceerno Molle qui était un excellent cavalier, habile en équitation. Il était toujours à cheval et entrait et sortait de sa maison à cheval. Ce jour-là il fit la même chose, et Sammba Joom, qui était d’une grande beauté, se leva, monta sur son cheval et courut très bien, et très vite et devança tous ceux qui étaient déjà partis avant lui. Il tira un coup de fusil tout en étant retourné en arrière, puis un autre par-devant. Les gens furent étonnés de ce qu’il avait fait et dirent : « Sammba Joom a gâché le jeu », (car), après cela, personne ne regarda plus ni ne prêta attention au reste de la course tellement ils furent étonnés par sa prestation. Parmi ceux qui furent étonnés, il y avait le Shaykh Umar. Du coup, les gens arrêtèrent la course.

211Par la suite, des gens vinrent de Dingiraay informer Alfaa Aamadu, le frère aîné du Shaykh de la malhonnêteté (ifsād) des fils du Shaykh al Ḥājj Umar que celui-ci y avait laissés. Ils traitaient les gens injustement et les obligeaient à faire ce qu’ils n’avaient pas envie de faire. Alfaa Aamadu rapporta cela au Shaykh devant tout le monde : celui-ci devint fou de colère, car Alfaa avait parlé des défauts de ses enfants en public.

212Quand le Shayk rentra chez lui, Alfaa Aamadu vint lui demander pardon. Il s’agenouilla comme lors de la prière, puis [201a] fixa le sol et présenta toutes ses excuses, pour que le Shaykh lui pardonne. Le Shaykh lui pardonna et fut satisfait de lui. Pour lui montrer que son pardon était total, le Shaykh lui dit : « Demande-moi ce que tu veux ! ». Alfaa lui répondit : « Je ne veux que le cheval de Sammba Joom. » Le Shaykh attendit qu’il fasse nuit, puis il se rendit dans la maison de Sammba Joom. A son arrivée, il salua ses occupants et, quand ils l’eurent reconnu, ils se levèrent par respect, lui souhaitèrent la bienvenue et lui dirent : « Que désires-tu, ô Shaykh ! ? » Il répondit : « Je suis venu faire une requête comme un pauvre. Je suis un élève coranique (tilmīdh) parmi les fils des anciens élèves qui demandaient l’aumône (al-sadaqa) jadis, et toi (Sammba Joom), tu es le fils des anciens grands rois. » Sammba Joom lui dit : « Quelle est ta demande ? » Le Shaykh lui répondit : « Ton cheval. » Sammba Joom lui dit : « Je ne l’ai emmené que pour (faire) le jihādavec toi, et maintenant je te le donne, il est à toi. »

213On enleva les entraves du cheval et on le conduisit à la maison du Shaykh, qui le donna à Alfaa Aamadu.

  • 28 Ce passage est cité par D. Robinson (1988b, p. 93). Cette chaîne sera offerte ensuite à Faidherbe c (...)

214Quelques jours plus tard, le Shaykh invita Sammba Joom chez lui, et quand il vint, le Shaykh sortit une chaîne d’or pur dont les deux extrémités allaient de la tête de Sammba Joom jusqu’à son orteil28 ; il la lui donna ainsi qu’un excellent cheval et beaucoup de vêtements qu’on lui avait apportés du Maasina. Quant à la servante (jārīya) (de Sammba Joom), Dafa, elle lui fut offerte par Alfaa Umar Ceerno Bayla [Wan].

215Quand al-Shaykh Umar retourna au Fuuta, Sammba Joom fut parmi ceux qui revinrent avec lui, ainsi que sa suivante Dafa. Cependant, quand al-Shaykh al Ḥājj Umar voulut [201b] à nouveau quitter (le) Fuuta pour Sudān, Sammba Joom et tous ses gens (qawm) se cachèrent et s’enfuirent à Maatam [Ng 10] où ils demandèrent asile à son Commandant de poste. Ils restèrent à Maatam jusqu’à ce que le Shaykh arrive au Sudān, puis ils retournèrent à Guuriiki.

  • 29 Faidherbe fut gouverneur du Sénégal à deux reprises : de 1854 à 1861, puis de 1863 à 1865, après l’ (...)

216Le Damnga était placé à l’époque de Faidherbe29 sous l’autorité du Commandant de Bakkel. Sammba Joom alla le voir, et lui promit qu’il soutiendrait la France. Le Commandant de Bakkel le nomma chef de canton (diwān) des Deeniyankooɓe et d’autres villages, lui donna un drapeau français et lui ordonna de le hisser chaque fois qu’il verrait passer un navire à vapeur pour que ses passagers puissent le voir et savoir qu’ils sont en sécurité.

217Le nom de ce Commandant était Paul Mariani.

218Sammba Joom prit, par la suite, une grande partie de l’or que lui avait donné le Shaykh al Ḥājj Umar, et le confia à Hammadi Aaliw Faamata, à sa sœur utérine Kajjata Joom et à l’amie de celle-ci, Jawli Maḥmūd, puis il les envoya à Ndar (Saint-Louis) et leur demanda de donner cet or au Gouverneur Faidherbe. Ils le firent et revinrent chez Sammba Joom.

219Il se peut que Faidherbe ait recommandé au Commandant de Bakkel de bien traiter Sammba Joom, car ce Commandant avait ordonné à Sammba Joom et à tous les gens du canton des Deeniyankooɓe et (les habitants de) quelques villages de l’intérieur de venir chez lui. Dès qu’ils arrivèrent, il les fit entrer, puis il demanda à Sammba Joom s’il y avait, parmi ceux qui étaient présents, quelqu’un qui lui désobéissait. Sammba Joom répondit oui et cita des noms. Parmi ceux cités, il y avait l’Almaami Siree (qui habitait à) Loobaali [Da 24] et qui était l’Almaami des Deeniyankooɓe à l’époque. D’après la description (de Sammba Joom), (l’Almaami Siree) était borgne et avait des cicatrices de petite vérole sur le visage.

220Le Commandant mit tous les opposants en prison, et dit à Sammba Joom : « Personne d’entre eux ne sortira de prison, sauf ceux à qui tu pardonneras et pour lesquels tu demanderas la liberté. » Sammba joom lui demanda de faire sortir Sam Bilaali, Moodi Sule, Hammadi Takko, Kariimu Siree, bref tous ses amis proches, et le Commandant les relâcha. [202a] Seuls l’Almaami Siree et les autres opposants comme lui restèrent en prison. Sammba Joom retourna avec ses amis dans leurs villages. Plus tard il écrivit au Commandant pour qu’il libère l’Almaami Siree al-Loobaali (de Loobaali [Da 24]) et ceux qui étaient avec lui en prison. Ce que fit le Commandant.

Sammba Joom et les Deeniyankooɓe

221Les Deeniyankooɓe, surtout Hammee Bugal de Barkeewi, étaient pleins de haine envers Sammba Joom. Ils menacèrent de le tuer publiquement ou par trahison.

222La mère de Sule Joom et celle de Konko Joom, frères de Sammba Joom du côté paternel, étaient les sœurs de Aaliw Faamata, comme nous l’avons déjà dit. Ce dernier était jaloux du prestige dont jouissait Sammba Joom, à l’inverse de ses neveux, et il commença à inciter les Deeniyankooɓe à tuer Sammba Joom. Hammee Bugal lui dit : « Joue au plus fin avec lui et emmène-le chez nous à Barkeewi, en lui disant que tu veux nous réconcilier. »

223Aaliw Faatimata insista auprès de Sammba Joom jusqu’à ce qu’il accepte de partir avec lui à Barkeewi. Il y alla chevauchant son beau cheval, accompagné de Sam Billel, Say Abdul et d’autres, tous armés. Aaliw Faamata les accompagna pour faire semblant de reconcilier Sammba Joom avec les Deeniyankooɓe. En fait, ce n’était pas pour cela, mais son désir était de voir comment Sammba Joom serait tué.

224Lorsqu’ils arrivèrent à Barkeewi, Hammee Bugal et Sallī Barkeewi les accueillirent et les saluèrent. Sammba Joom leur dit : « Où sont les autres ? On nous avait dit qu’à notre arrivée vous seriez rassemblés cet après-midi. » Hammee Bugal lui répondit : « Descends de ton cheval ; les gens vont venir maintenant. » Quand il fut descendu de son cheval, Hammee Bugal eut peur de le tuer. Cependant il lui prit son cheval et partit vite avec Sallī Barkeewi chez Abdul Bookar [Kan] afin de le brouiller avec lui.

225Quand il fut arrivé chez lui, il lui dit : « Ce cheval appartient à Sammba Joom le renégat (al-murtadd), qui a lié son sort aux Français (al-nasāra). Je te l’apporte pour que tu le prennes. »

226[202b] Sammba Joom, malgré son alliance (muwālāt) avec la France, n’avait pas délaissé Abdul Bookar. Au contraire, il lui envoyait régulièrement de l’argent. C’est pour cela que Abdul Bookar dit à Hammee Bugal : « Je prends son cheval, mais je le lui rendrai. » Abdul prit en effet le cheval et le renvoya, accompagné d’un de ses fidèles, à Sammba Joom.

227Hammee Bugal, désespéré, retourna chez lui. Sur le chemin du retour, il rencontra Bakkar Wuld Suwayd Aḥmad, qui voulait mener une razzia contre les gens du Fuuta. Hammee Bugal lui dit : « Si tu veux de l’argent, suis-moi avec ton armée, je te montrerai (où tu peux en trouver). » Hammee ne voulait (en réalité) que la mort de Sammba Joom. Ils le suivirent jusqu’à Guuriiki [Da 13], et Hammee Bugal dit (à Bakkar) : « Dans ce village tu trouveras une très grande somme d’argent à condition que tu tues son chef. »

228Sammba Joom avait été prévenu de la venue de Bakkar avec Hammee Bugal. Il avait entouré son village d’un mur bien fortifié et avait creusé des fossés de tous les côtés entre le village et le mur qui l’entourait, et il y avait fait entrer les habitants de Ganngel et les Koliyaabe de Guuriiki ainsi que leurs troupeaux. Quand Bakkar et son armée arrivèrent, ils encerclèrent le village sauf du côté du fleuve et l’assiégèrent cinq jours durant sans succès.

229Pendant ce temps, les guerriers de Bakkar razziaient le Damnga chaque jour, et revenaient le soir chez Bakkar pour passer la nuit.

230Sammba Joom envoya, par l’intermédiaire d’un homme de Moodi Nalla [Kan] ou Moodi Sahel, beaucoup d’or en cadeau à Bakkar. Celui-ci l’accepta et dit à l’envoyé de Sammba Joom qu’il avait accepté le présent et qu’il ne leur manquait que le gage d’hospitalité. Sammba lui envoya un grand nombre de moutons et de bœufs [203 a] en signe d’hospitalité, et Bakkar fut très satisfait.

231Les guerriers de l’armée de Bakkar détroussèrent Hammee Bugal et Sallī Barkeewi et les chassèrent, après avoir failli les tuer. Ces derniers s’enfuirent éreintés et défaits.

232Cette histoire s’est déroulée il y a soixante-neuf ans, soit en 1279 (1861), une année avant ma naissance et nous sommes actuellement en 1348 (1930) et j’ai 68 ans.

Sammba Joom et les esclaves de Bookar Saada [Sih] du Ɓunndu

233Le Commandant de Bakkel, dont nous avons déjà parlé, était passé (un jour) chez Sammba Joom, qui, à cette époque, n’avait qu’une seule vache donnant du lait et qui allaitait son veau. Après avoir trait la vache, Sammba la tua en honneur du Commandant. Il était très généreux, tolérant et pudique. Il protégeait les gens les uns vis-à-vis des autres. Les esclaves du Ɓunndu, qui se sauvaient de chez leurs maîtres, Sihsiibe ou autres, se réfugiaient souvent chez lui et le préféraient à leurs propres maîtres, à cause de la prospérité de son territoire, de sa bonne gestion et de son agréable compagnie.

234Bookar Saada [Sih], prince du Bunndu à l’époque, dit aux habitants de Bakkel de le prévenir d’urgence si Sammba Joom se rendait chez eux. Un jour, Sammba Joom arriva à Bakkel, et les habitants de ce village envoyèrent prévenir immédiatement Bookar Saada de sa venue. Celui-ci prit aussitôt la route avec son cortège. Quand il arriva à Bakkel, il alla chez le Commandant Paul Mariani et trouva Sammba Joom avec lui. Il dit au Commandant : « Mes esclaves se sont enfuis et se sont réfugiés chez lui (Sammba Joom). Je demande qu’il me les rende. »

235[203b] Le Commandant lui dit : « Se sont-ils sauvés avant ou après la conquête (ghazwa) de Gemmu, le village où habitait Siree Aadama que nous avions tué ? ». Il lui répondit : « Ils se sont sauvés avant cela... ». Le Commandant lui dit alors : « Si cela s’est passé avant la conquête de Gemmu, n’en parlons plus. Les esclaves appartiennent (à Sammba Joom). »

236Bookar Saada retourna le jour même chez lui. (Cependant) il continua à déployer tous ses efforts pour récupérer ses esclaves. Il sollicita l’Almaami (du) Fuuta au pouvoir et Abdul Bookar [Kan], en vain, car Sammba Joom jouissait d’un grand prestige.

237Voilà ce qu’a rapporté Bookar Binnta à Fimmbo [Da 13], en Mauritanie, dans le canton de Lītāma, dans le cercle de Kayhaydi ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Les terres de Sammba Joom

  • 30 On ne peut identifier que Nabere sur la carte Kanel Sémé/Maghama (Schmitz & Sow 1989).

238En ce qui concerne les terrains de culture de décrue en Mauritanie, Jaaw, Gulagal, Nabbere30, appartenaient à un chef Jaawbe [Jah], Ardo Sule, qui les avait donnés à Jaanga Diiye, mère de Joom Aaliw. Quant aux autres terrains situés en Mauritanie, Kolaade et autres, c’est Muhammad Sheyn Jiddu Bakkar wuld Suwayd Aḥmad, [chef des Idaw ‘Ish], qui les avait donnés à Joom Aaliw, après la chute de la domination des Deeniyankooɓe au Sénégal et en Mauritanie.

239Pendant leur règne, les Deeniyankooɓe avaient donné ces terres aux Yaalalɓe, [204a] mais après la défaite de ceux-ci, elles étaient passées dans les mains des Idaw ‘Ish, et c’est leur chef, Muhammad Sheyn Jiddu Bakar Wuld Suwaydi Aḥmad, qui les avait données à Joom Aaliw ; et Allah le très-Haut est plus savant.

240Quant aux terres qui sont sur la rive gauche [sénégalaise] du fleuve, elles leur avaient été données par les Almaami du Fuuta, l’Almaami Abdul [Kader Kan], l’Almaami Yuusuf [Lih] et aussi l’Almaami Muhammad al-Mbummbi [Wan], comme toutes les terres des gens du Fuuta et Allah le Très-Haut est plus savant.

Descendance de Sammba Joom

241[204b] Sammba Joom est le père de Gata Sammba Joom, père de Sammba Gata, connu sous le nom de Sammba Ganngel, chef du village de Fimmbo [Da 13], en Mauritanie, dans le canton du Lītāma, dans le cercle de Kayhaydi. II est le fils de la fille d’une de mes sœurs.

  • Sammba Joom est aussi le père de Jaaye Sammba, qui est une personne influente et un interprète connu dans le poste de Mbuut, dans le canton de Gorgol. Il est aussi le père de Rasuulu Sammba, chef du village de Guuriiki [Da 13], de Sule Sammba, un homme généreux, tolérant et clément, chef de notre village de Ganngel [Da 13].

242Ces trois (derniers, Jaaye, Rasuulu et Sule) sont les fils de mon autre sœur. Ils ont tous des enfants, louange à Allah, que nous ne citons pas pour abréger.

    • 31 D’après M. Vidal (1924, P. 72), Aali serait l’aîné de la famille.

    Sammba Joom avait d’autres enfants, parmi lesquels Aali Sammba31 dont la mère est une esclave (ama), qui s’appelait Dafa et qui était parmi les captifs de Kaaso lors des conquêtes de Shaykh Umar. Elle fut donnée à Sammba Joom, par Alfaa Umar Ceerno Bayla [Wan], un des compagnons du Shaykh Umar. Sammba Joom l’avait prise comme servante ou femme esclave (jārīya), et devint la mère de son fils Aali Sammba déjà cité.

243Parmi ses fils encore, il y a Bookar Sammba, Saajo Wuro, Hammadi Sammba, Siree Sammba et d’autres.

244Parmi ses filles, il y a Kajjata Sammba, qui est la fille de ma sœur et sœur utérine de Jaaye, Rasuulu et Sule dont nous avons déjà parlé.

245Parmi ses autres filles, il y a aussi Kummba Diiye que Sammba Joom m’avait donnée comme épouse, l’année de sa mort, au début de 1313 [1895-1896]. Il l’avait dotée de deux esclaves, Malatal et sa mère Kummba Safatu. Quant à moi, je lui ai donné un coran (mishaf). Elle est la mère de mon fils Turaadu, l’interprète, et d’autres enfants, [205 a]louange à Allah le Maître des créatures ! [voir fig. 2]

246[Revenons en arrière]. Hammadi Sammba Siree est le père de Yero Hammadi connu sous le nom de Yero Wuuru, et de Sammba Hammadi.

  • Yero Hammadi est le père de Mujel Yero, épouse de Maamuudu Kum Budel auquel elle donna Faatimata Maamuudu et Rellaa Maamuudu, comme nous l’avons déjà vu.

  • Sammba Hammadi est le père de Fisel Sammba, laquelle était l’épouse de Konko Joom Aaliw et mourut lors de la première (épidémie) de peste en 1287 [1870-1871].

  • Yero Wuuru eut comme fils Sammba Yero qui mourut lors de l’émigration du Shaykh Umar, sans laisser d’enfants.

247Sammba Siree avait aussi un fils qui s’appelait Gata Sammba Siree qui mourut sans laisser d’enfants, et une femme captive (ama) qui s’appelait Maalaado Gata, mère de Pennda Maalaado, mère de Juulde Pennda, lui-même père de Kummba Jaate.

248Joom Aaliw avait donné Pennda Maalaado comme dot à sa sœur Faatimata Sammba Siree, et l’avait mariée à Hammadi Saajo Maalik, qui habitait à Guuriiki Hammadi Saajo.

Notes sur les esclaves. Les titres des Yaalalɓe

249Sache que les descendants (banī) de Aali Maaliga Geɗal sont les maîtres des esclaves (mawālī), qu’on appelle Saare Aalinkoobe et que les Saare Mooli, les Saare Sama et les Saare Aali sont tous des Sebbe Fuuta et non pas des Peuls (Fullān), ni des Toorobbe, ni des esclaves sauf dans leur lointaine origine. Ils sont comme les Wurankooɓe, les Koliyaaɓe, les Labboyaaɓe, les Duganaaɓe, les Maccuɓe Satigi, c’est-à-dire les esclaves de Satigi, les Bunaaɓe ou d’autres clans des Seɓɓe Fuuta. Ils sont tous égaux, [205b] et se marient entre eux. Cependant, Abdul Joom Gudel m’a rapporté que les Saare Mooli, les Saare Sama et les Saare Aali étaient tous des esclaves des Yaalalɓe ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

250Sache aussi que l’ancien et l’actuel titre (laqab) des chefs Yaalalɓe est Joom ; quant aux souverains Deeniyankooɓe, leur ancien titre était Satigi et est devenu Almaami. (C’est le titre qu’ils utilisent) jusqu’à maintenant.

251Les branches (furū’) issues de Debee Maaliga et de Sireena Maaliga sont celles qui se trouvent à Gamaaji [To 17] et à Ciile Buubakar [Di 8], deux villages du Tooro. Le chef de Gamaaji [To 17] est appelé Joom Gamaaji, et celui de Ciile, Joom Bawtungol. Je ne connais pas le lien entre ces branches et leurs origines yaalalbe, en raison de la longue distance qui nous sépare d’eux.

252L’informateur prétend qu’à l’origine de la construction de ces deux villages il y a un homme qui s’appelait Wele Bah qui s’était marié avec deux femmes : l’une était du côté de Ciile et l’autre du côté de Gamaaji. Les deux femmes tombèrent enceintes et mirent au monde deux garçons. Wele appela l’enfant qui était né à Yero Afo Wele, et celui né à Ciile, Soose Afo Wele. Ces deux garçons, bénis de Allah, possédèrent chacun beaucoup de terres et jouirent d’une grande autorité. Ils avaient pris le titre de Joom Jaalal. Personne ne conteste leur appartenance aux Yaalalɓe, cependant je ne connais pas leur généalogie (nasab). Mais une chose est sûre, nos gens (qawm) sont des Yaalalɓe.

253Leurs griots (qawwālūn), les Maabube Suudu Paate, [206a] sont tous d’accord pour faire remonter leur origine à Debee Maaliga Geɗal et à Sireena Maaliga Geɗal, et Allah le Très-Haut est plus savant.

Conflit foncier entre Shaykh Muusa Kamara et les fils de Sammba Joom

  • 32 Voir sur ce conflit de terre, Robinson (1988b, p. 97).

254Un Jaalaalo, dont le nom était Sawa Demmba Malal Huli habitait a Bali Suuri, un endroit situé au sud-ouest de Hammadi Hunaare [Da 14], du côté sud-ouest. Il était le propriétaire du terrain de Beeli Bawe32. Les Peuls (Fullān) Yaalalɓe qui étaient avec lui, l’appelaient Joom Jaalal. A l’époque de l’émigration de Shaykh Umar, Sawa Demmba, et tous les Peuls présents avec lui à Bali Suwi, effectua, en manière de rupture définitive (hijrat inqita’), une émigration ; et, selon la coutume des gens du Fuuta, tous ceux qui faisaient ce type d’émigration se voyaient déposséder de leurs terres qui devenaient la propriété de l’Almaami du Fuuta ou de celui qui le représentait comme Abdul Bookar ou Ibra Almaami à cette époque. Cette dépossession devenait définitive si la personne était portée disparue plus de dix ans, même si elle revenait plus tard, car elle avait renoncé à sa maison et à ses biens lors de l’émigration, sinon elle ne l’aurait pas faite à cette époque, vu la distance et le danger qui régnaient entre ces lieux. Ce jugement était appliqué par les juges des tribunaux français au Sénégal, à Maatam et dans les autres postes français, [206b] à ceux qui faisaient ce type d’émigration vers le Sudān et qui n’étaient pas revenus au pays lors de la prise de Nooro et des autres villages du Sudān par les Français. Ils étaient dépossédés de leurs terres et de celles de leurs pères.

255Quand Sawa Demmba Malal fit avec ses gens, les Yaalalɓe, l’émigration de séparation, Sammba Joom et Ceerno Jiinge Hamjatu commencèrent à se disputer la propriété de Beeli Bawe auprès de l’Almaami Mammadu al-Mbummbi [Wan]. Sammba Joom jouissait de beaucoup plus de considération auprès de l’Almaami que Ceerno Jiinge et était plus riche que lui. Il acheta a l’Almaami les terres de Beeli Bawe avec son propre argent, et en devint le propriétaire bien qu’il fût [aussi] Joom Jaalal à l’époque, et suite à cela, le conflit cessa.

256Quand Abdul Bookar devint le représentant de l’Almaami du Fuuta, Sammba Joom lui donna de l’argent, et Abdul Bookar lui confirma la propriété de Beeli Bawe ; et Sammba Joom devint ainsi le propriétaire incontesté de ces terres.

257Sammba Joom n’avait donc pas hérité ces terres de son père, mais il en devint le propriétaire de la façon que nous avons racontée, puisque son père, Joom Aaliw, mourut à Saŋe Loobaali [Da 24], lors de l’émigration.

258Sache que Sawa Demmba avait péri, avec tous ceux qui avaient émigré avec lui au Sudān et personne d’entre eux n’était revenu de là-bas. On m’a appris que les (habitants des) villages proches les uns des autres, Hammadi Hunaare [Da 14], Poolel, Horkaƴere [Da 17] et Booseyaabe moururent tous lors de l’émigration de Shaykh Umar. Il y avait sept villages, qui furent tous détruits, y compris Beeli Suwi, et depuis, nous n’avons eu aucune nouvelle de leurs habitants [207a].

259Depuis l’émigration de Shaykh Umar jusqu’en 1354 [ ?] de l’hégire (1935-36), soixante-dix-neuf ans s’étaient écoulés, d’autres disent quatre-vingts ans ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

260Sache que quand Gata Sammba Joom était devenu Joom Jaalal, il m’avait offert les terres de Beeli Bawe, avec l’asssentiment de tous ses frères, fils de Sammba Joom. En fait, c’était leur père qui me les avait octroyées, son fils n’avait donc fait que suivre l’action de leur père.

  • 33 Autrement dit : « même ta plus jeune fille ».

261L’origine de ce conflit provient du fait que le Shaykh Muhammad al-Maqāmī, mon bien-aimé, et mon frère spirituel [par mon Shaykh], m’avait offert en mariage sa fille, qui était très jeune à l’époque. Elle s’appelait Habiibatu Shaykh. Quand Sammba Joom entendit parler de cette histoire, il avait dit à ma sœur, Juulde Maryam : « Je lui offre aussi le Kolangal [cuvette de décrue] Beeli Bawe, et si j’avais une fille qu’il aimait je la lui aurais donné ». Quand j’appris cela, je lui répondis : « Tout ce que tu me donnes je l’accepte, même ta fille [Kummba Diiye] qui vient d’être sevrée33 ». Il me dit : « Je te la donne ».

262A l’époque, j’habitais à Cikkitte [Yi 1], chez les Yirlaabe Allaide. Les fils de Sammba Joom acceptèrent que leur père m’ait donné sa fille, mais tous n’étaient pas d’accord quant au terrain de Beeli Bawe qui m’avait été donné. Seuls Gata Sammba Joom, Siree Sammba Joom, Sule Sammba Joom et ses deux sœurs utérines, Rasuulu et Jaaye, et enfin Hammee [207b] étaient d’accord. Saajo l’était aussi parce qu’il était mon élève et logeait chez moi, mais quand il commença à étudier la langue française, il rejoignit Aali Sammba qui n’était pas d’accord. Malgré cela, tous ceux qui n’étaient pas d’accord n’osèrent pas marquer leur opposition en face de leur père Sammba Joom, d’après ce qu’on disait.

  • 34 D’après Robinson (op. cit.) le capitaine Steff était nettement du côté d’Aali Sammba. On a là un ex (...)

263Cette faveur m’avait été accordée en l’an « y.s.sh.  » de l’hégire (1310) (1892), et Sammba Joom mourut au mois de muharram, en l’an « j.y.s.sh.  » (1313) (1895). Aali Sammba était le chef des villages yaalalbe à cette époque et s’était opposé à ce que j’obtienne la perception (des terres) de Beeli Bawe34. Je n’avais rien dit.

  • 35 Illisible.

264Quand il fut limogé et que Gata Sammba Joom prit le pouvoir à Guuriiki, Siree Sammba à Ganngel et Sule à Jincaŋ35, ils m’allouèrent de nouveau la propriété de Beeli Bawe et me dirent qu’ils approuvaient la décision de leur père. Je désignais alors Baaba Jawando comme percepteur puisqu’il avait prélevé l’impôt (sa’) et le prix de la location [njoldi] de Beeli Bawe pendant plus de dix ans. Après cette période, ces terres n’étaient plus cultivables. Les agriculteurs les avaient abandonnées à cause des singes qui les endommageaient.

265Quand Saajo Wuro commença à apprendre le français, il avait cru, peut-être, que selon la législation française, le don du père ne serait pas valable si ses fils n’étaient pas d’accord. Moi aussi, comme lui, je croyais la même chose, car j’ignorais les lois françaises. Saajo avait peut-être vu cela dans le droit (fiqh) français et c’est pour cela qu’il n’avait pas arrêté de nous tracasser avec cette histoire. Cela a duré [208a] jusqu’à ce que je désigne mon fils, Mohammed Ceerno, connu chez les Français sous le nom de Kamara Mammadu Ceerno, comme mon avocat pour me défendre dans ce conflit avec Saajo Wuro et Aali Sammba au sujet de Beeli Bawe. Ces derniers furent convoqués au tribunal de Maatam, par le Commandant de poste de l’époque, mais ils refusèrent de se présenter. Le Commandant les a reconvoqués plusieurs fois, menaçant de juger l’affaire sans eux, et chaque fois ils ont refusé de venir parce qu’ils savaient que leurs prétentions étaient mensongères. Quand leur refus de se présenter ou d’envoyer leurs représentants au tribunal devint évident, le verdict fut rendu : il me fut favorable. Et c’est ainsi que le conflit (entre nous) cessa ; et louange à Allah le Maître de toutes les créatures.

  • 36 M. Vidal fut l’auteur d’une compilation des prétentions foncières dans la presque totalité du Fuuta (...)

266Plusieurs personnes, parmi les descendants de Sammba Joom, avaient témoigné de la validité de ce don à mon égard avant même que le tribunal ne rendit son verdict. Sule Sammba Joom et Rasuulu avaient (par exemple) raconté à l’inspecteur du Sénégal à cette époque, Monsieur Vidal36, comment Sammba Joom m’avait fait ce don à Maatam. Cela est consigné depuis des années [208b] dans un registre dans ce même village.

267Quant aux témoins qui étaient présents au tribunal, il y avait parmi eux Hammee Sammba Joom, Gata et Siree Sammba Joom. Rasuulu était prêt à témoigner pour moi, mais il ne fut pas convoqué par le juge du tribunal français, puisque les autres témoins suffisaient. Pourtant, il fut le premier à avoir témoigné pour moi avec son frère Sule.

268Parmi les non-descendants de Sammba Joom qui témoignèrent pour moi, il y avait un dénommé Sammba Umakala, un autre appelé Bookar Joom de Ganngel et un troisième appelé Sa’da Maryam de Padalal [Da 16]. fin

269Aḥmad Gata Sammba Joom, qui était à l’époque commis expéditionnaire à Atār avait écrit ceci : « De Aḥmad Gata Bah à mon frère Kaaliidu Gata. J’ai entendu dire ces jours-ci à Atār que tu soutenais notre oncle, Saajo Sammba Joom, dans son action injuste contre notre Shaykh, al-Shaykh Muusa, au sujet de son terrain de Beeli Bawe que notre grand-père Sammba Joom lui avait donné il y a longtemps. Je te demande, ô mon frère !, de laisser tout ce qui peut faire du mal à notre père et Shaykh, al-Shaykh Muusa, si tu veux que la fraternité demeure entre toi et moi. Si tu ne veux pas l’aider, laisse-le au moins [209a] et ne dis que du bien de lui, car notre Shaykh, Muusa, est notre secours dans toutes les situations. Salut ! »

Les Yaalalɓe pasteurs

270Revenons à notre propos, c’est-à-dire à l’histoire des Yaalalɓe. Les Yaalalɓe, redevenus Peuls nomades et pasteurs, comme ils l’étaient auparavant, étaient très nombreux.

271On dit que Geɗal est le père de Teŋella et de Maaliga, mais aussi de Gaawuru Geɗal et Dene Geɗal.

Les Yaalalɓe de Mogo Haayre [Ng 23] et du Jolof

272Parmi les Peuls pasteurs issus de Gaawuru Geɗal, il y avait les Yaalalɓe de Mogo Haayre [Ng 23] dans le cercle de Maatam et les Yaalalɓe de Jolof.

Les Yaalalɓe Fulaaɓe

273A Dene Geɗal se rattachent les Yaalalɓe Fulaaɓe, qui comptent parmi eux Demmba Hammadi Girandu et son frère Paate Hammadi Girandu, père de Muusa Paate et de Bookar Paate, qui sont devenus maintenant des habitants de Guuriiki Sammba Joom. Ils habitaient auparavant à Jamweli, dans le Bunndu, puis ils l’avaient quitté à cause de l’injustice des souverains du Bunndu. Ils avaient ensuite habité à Girte, un des villages du Ferlo Fuuta, dans la circonscription de Maatam puis ils étaient partis à Jeeri Fuuta et ensuite à Lurduka. Ces deux derniers villages se trouvent dans la circonscription de Maatam.

274Les Yaalalɓe Fulaaɓe comptent aussi parmi eux les habitants de Wuro Galooru et d’autres. Ils sont très nombreux ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

275D’autres Fulaaɓe prétendent descendre de Nima Teŋella Geɗal, comme les Jimeyaaɓe [209b] de Wudduru [Ng 8] qui se rattachent à lui. J’ai rencontré l’un d’eux nommé Husayn qui fait remonter sa généalogie jusqu’à Nima Teŋella. Il dit : « Je suis Husayn, fils de Demmba, fils de Yuusuf, fils de Malal, fils de Hammadi, fils de Bookar, fils de Delo, fils de Nima Teŋella Geɗal. »

276Ils appelaient leurs chefs du titre de Joom Jaalal ; quant à leur nom patronymique, c’était BAH, comme tous les Yaalalɓe.

277Jaalaalo est le singulier de Yaalalɓe, et Jaalal est le pluriel de tout le clan (qabīla) des Yaalalɓe ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Les Ngajak

278Les gens de Ngajak se rattachent eux aussi à Nima et ils appellent leurs chefs du titre de Satigi. Ils forment deux clans : le premier dont les membres portent le patronyme Bah, et qui comptent parmi eux Ceerno Demmba Su’adu à Giray [Ng 2] et se rattachent à Ilo Nima, et l’autre clan dont les membres portent le patronyme Jallo et qui sont actuellement les chefs. Ils se rattachent à Yero Jeeri Geɗal et leur chef porte le titre de Satigi.

279Une partie des Ngajak habite à Njum [To 19], un des villages du Tooro où ils portent le patronyme Jallo ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

280J’avais rencontré l’un d’entre eux, de ceux qui sont partis à Bokki Sabbundu [Ng 21], un des villages du Ngenaar, c’est-à-dire la partie qui se trouve dans le cercle de Maatam, et qui porte le patronyme JALLO. Il m’a dit : « Mon nom est Alfa Sammba, fils de Maki, fils de Aamadu, fils de Sammba, fils de Idas, fils de Silmaan, fils de Edis, fils de Nima, fils de Yero, fils de Jeeri, fils de Geɗal. »

281Ce clan a beaucoup de terrains de culture en Mauritanie [210a], à Giray [Ng 2], à Gaawol [Ng 1] et à Jowol [Ng 3]. Cependant la plupart de ces cultures ont été arrachées par les notables de Gaawol, de Jowol, de Kayhaydi et de Sinncu-Jomjoor [Bo 14].

282Notre disciple (murīd), bien-aimé (habīb) et gendre Ceerno Maalik ben Jibril appartenait par son père et sa mère à ce clan ; d’après ce qu’il disait, que Allah le Très-Haut ait son âme ! D’après ce que je sais il était pieux, et très généreux et n’aimait pas la discorde. Il était béni et victorieux. Qu’Allah l’ait en Sa grande Miséricorde ! Amin ! Qu’Il accepte ses bonnes œuvres et pardonne ses péchés, qu’Il le réconcilie avec ses adversaires et qu’il le mette sur les plus hautes marches du Paradis, Amīn ! Amīn !

283Maalik était le fils de Jibril, fils de Demmba, fils de Hammaat, fils de Seydi, fils de Silmaan, fils de Sammba, fils de Idis, fils de Nima, etc. Sache que Seydi Silmaan, cité plus haut, était le père de Kummbel Seydi, mère de Hammadi Kummbel, père de Buubu Hammadi, à qui on rattache Wallere Buubu Hammadi en Mauritanie, entre Giray [Ng 2] et Jal [Bo 12] et qui est le père de Zaynab Buubu et de Umar Buubu.

284Zaynab Buubu est la mère de Ceerno Maalik et de ses frères, que Allah ait leurs âmes à tous !

285Quant à Umar Buubu, il n’a pas laissé d’enfants.

286[210b] C’est grâce à Ceerno Maalik, qu’Allah ait son âme !, que j’ai épousé leur (les gens de Ngajak) cousine, la fille de Faatimata Umar Hammaat (fils de) Demmba, (fils de) Hammaat, (fils de) Seydi, etc. La mère de Hammaat, citée dans cette généalogie, est Takko Segelle (mère de Dunndu Segelle). Le nom de cette cousine est Ummu Faatimata ; qu’Allah fasse durer notre compagnie jusqu’à l’éternité, grâce aux bénédictions d’al-Sayyid ‘Umran ben Ḥusayn, que Allah soit satisfait de lui et de tous les compagnons de l’Envoyé de Allah, que Allah répande ses grâces sur lui, ses proches et ses compagnons. C’est pour cela que (j’ai composé ce poème) :

« O Allah ! Met-nous et (les gens de) Ngajak,
Et tous ceux qui se rattachent à eux, dans Ton Paradis Pardonne à tout le monde – Louange à Toi –(Pardonne) surtout à Maalik.
Pardonne tous leurs péchés que les anges avaient enregistrés Et pardonne à tous ceux qui sont morts.
Donne-nous, de leur fille une descendance
Qui suive le droit chemin et soit victorieuse [211a].
Fais de moi le seul maître de Ummu,
Toi, Allah, qui n’a pas d’associé.
Pardonne mes péchés et ceux des gens de Ngajak Et aie Maalik dans Ta Miséricorde, O Allah !
Pour l’honneur (du Prophète) pour qui, Toi et les anges, priez, Prie pour lui, O Allah !, tant que la vie continue.
Amīn ! Amīn ! grâce aux bénédictions de ‘Umran ben Ḥusayn, que Allah soit satisfait de lui et de tous les compagnons de l’Envoyé d’Allah, qu’Allah répande Ses grâces et Sa paix sur lui ! Amīn ! »

  • 37 Ces deux premières lignes sont rayées.

287[211b]37 Ce qui est étrange, c’est que les autres Maabube Suudu Paate de Jowol [Ng 3], qui sont les griots des gens de Ngajak, les rattachent à Nima.

288On dit aussi qu’il y avait à Beelinaaɓe [Bo 9], un village de Booseya, des gens qui se rattachaient à Nima Gereju, du clan Soh. Ils sont maintenant à Kattote, et tout ce qui reste d’eux, c’est un petit garçon ; quant aux autres, ils se sont tous éteints.

289Tous ceux dont nous avons parlé sont des Peuls nomades et pasteurs. Je ne sais pas si leurs patronymes (laqab) changeaient selon les lieux et les époques et s’il y avait un seul vrai Nima dont les autres auraient pris le nom, car il est habituel que les gens prennent le nom des personnages célèbres et bien-aimés, ou alors était-ce seulement une coïncidence des noms ? et Allah le Très-Haut est plus savant.

L’organisation du pouvoir des Deeniyankooɓe

Les Saybooɓe et Yaalalɓe percepteurs des redevances

290Parmi les Deeniyankooɓe, il y a un clan qu’on appelle les Saybooɓe, qui sont issus de Teŋella Geɗal, père de Jamaa Teŋella, père de Muusa Jamaa et de Aawdi Jamaa.

291Ce dernier est le père de Buubu Aawdi, qui est Satigi Buubu Booli, et qui fut combattu par Sule Njaay quand les Deeniyankooɓe étaient à Horkaƴere.

292Buubu Booli était le père de Siree Buubu et de Sammba Buubu. Siree Buubu Booli habitait à Jaaba [He 6] ; et Sammba Buubu Booli, à Dekle [He 3]. Ces Saybooɓe étaient à l’origine de Satigi Dekle.

293Parmi les fils de Buubu Aawdi, il y avait Muttaar Buubu, père de Sam Muttaar père de Jere Sammba duquel descend le Cayboowo (sing. de Saybooɓe) qui était à Maatam.

294Muusa Jamaa était le père de Yettum Muusa, père de Gaaku Yettum, père de Siree Gaaku, de Biraama Gaaku, de Dewa Gaaku et de Delo Gaaku.

  • Siree Gaaku est le père de Kaaliidu Siree, de Maamuudu Siree et de Buubu Siree.

295Les descendants de Kaaliidu Siree et de Maamuudu Siree sont à Kasga [La 11], au Laaw. Leur chef porte le titre de Kamaleŋku.

296Buubu Siree, père de Hammadi Buubu, habite à Juude Jabbe [La 16], au Laaw aussi, et le titre de leur chef est aussi Kamaleŋku.

  • Quant à Biraama Gaaku, il est le père de Hammadi Biraama, père de Biraama Hammadi qui habite à Sañe Loobaali [Da 24].

  • Quant à Dewa Gaaku, il était le père de Sawa Demmba, père de Juulde Sammba, connu sous le nom de Juulde Billel, à Bappalel [Da 12].

  • Quant à Delo Gaaku, il était le père de Buubu Delo, père de Takko Buubu, épouse de Juulde Billel déjà cité. Leurs descendants sont actuellement à Bappalel. Takko Buubu avait un frère aîné qui s’appelait Umar Buubu et qui mourut sans laisser d’enfants.

297Parmi les descendants de Siree Gaaku, il y avait également Bookar Siree, père de Habi Bookar. Ils étaient à Kayhaydi et possédaient les terrains de berge (falo) Laamɗo Booseya [212a] qui était, peut-être, Muusa Jamaa. Je crois qu’ils se sont éteints maintenant.

298Parmi les descendants de Bookar Siree Gaaku, il y avait ‘Uthmān Bookar qui était à Neere [Bo 1]. Ils ont peut-être quitté cet endroit maintenant.

299Parmi les descendants de Siree Gaaku, il y a une fille qui s’appelle Daado Siree, mère de Buubu Daado, qui habite à Foonde Elimaan [La 17].

  • 38 Ajouté en marge.

300Parmi les descendants de Gaaku Yettum, leur aïeul, il y a une fille qui s’appelle Kummba Nay Gaaku, mère de l’Almaami Maamuudu Kummba Nay, (qui était avec les) Jahjaaɓe Jal à Aañam Wuro Siree [Bo 22], et qui est père de38 l’Almaami Muhammad ben Almaami Maamuudu Kummba Nay.

301Le père de Kummba Nay, Satigi Gaaku, avait offert sa fille au père de l’Almaami Maamuudu, avec des cultures de décrue de la cuvette (kolangal) Kummba Nay, d’après ce qu’on raconte ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Répartition du Fuuta entre Saybooɓe et Yaalalɓe

302Nous avons déjà dit que quand les Deeniyankooɓe s’appropriaient une terre, ils y mettaient les Yaalalɓe et les Saybooɓe comme percepteurs des redevances. La frontière entre eux était Giray [Ng 2]. Les Saybooɓe percevaient les redevances dans la partie située à l’ouest du village de Giray pour le compte des Deeniyankooɓe – donc en direction du nord – et leur chef portait le titre de Kamaleŋku ou Satigi ; tandis qu’à l’est de Giray, ce sont les Yaalalɓe qui remplissaient ce rôle [et qui portent le titre de Joom], donc dans la direction du sud.

303Les Deeniyankooɓe, quant à eux, exerçaient l’autorité suprême, car ils étaient à la tête des guerriers et il n’y avait qu’eux qui pouvaient décider d’entrer en guerre, d’après ce qu’on dit ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

304Cependant ils [les Deeniyankooɓe, les Yaalalɓe et les Saybooɓe] s’étaient divisés lors de leur conflit contre Sammba Gelaajo et Konko Buubu Muusa.

305Lorsqu’ils [les partisans de Konko] quittèrent le Fuuta pour le Damnga, afin de barrer la route à Sammba Gelaajo et l’empêcher d’entrer au Fuuta, les Sayboobe restèrent dans ce pays, car c’était le leur. Ils entrèrent, au début, sous l’obédience de Sule Njaay avant de se rebeller contre lui et de s’emparer du pouvoir au Fuuta.

306Ils y restèrent jusqu’à l’arrivée des Tooroɓɓe, c’est-à-dire les adeptes de l’islam, qui mirent fin à leur règne, et Allah le Très-Haut est plus savant.

Les guerriers des Deeniyankooɓe, les Wurankooɓe

307Parmi les clans des Wurankooɓe, il y a les Kamara, qu on appelait (les) Mahinaaɓe, dont l’origine remonte à Malal Sewdu, descendant de Makam Kamara, premier prince de Mande d’après ce qu’on dit.

308L’une des fonctions du chef des Mahinaabe était de veiller sur la nourriture et les vivres du prince des Deeniyankooɓe, pendant ses voyages. Il avait d’autres fonctions que j’ai oubliées.

309(Parmi les autres clans des Wurankooɓe) il y avait les Bannoornaaɓe [Bannor] qu’ils avaient amenés de Bajar, les Salsalbe [Sal] qui comptent parmi eux Sallī Maamuudu qui habite à Loobaali [Da 25], les Sihsiibe [Sih] qui comptent parmi eux Jeeri Kariimu, les Jooɓɓe [Jooɓ] qui comptent parmi eux la famille de Aaliw Faamata, père de Sammba Aaliw, et qu’ils avaient amenés de Kayhaydi, quand ils avaient vaincu le Farmbaal, les Bahbaaɓe [Bah] qui comptent parmi eux Hammadi Jaaddu, de Bahbaaɓe Looti, qui sont devenus des Seɓɓe après avoir commencé à exercer la même profession que ceux-ci, les Sumaarenaaɓe [Sumare], qu’ils avaient amenés de Haayre Gal [de l’Assaba], et les Faalɓe, c’est-à-dire ceux dont le patronyme est Faal comme Mammadu Hammee et son frère Sammba Hammee, et qui sont originaires d’Aañam Barga [Bo 29] et (enfin) ceux dont le patronyme est Ndemaan comme et Ahmed Bookar. Ils travaillaient tous pour le chef des Deeniyankooɓe. Cependant, j’ai oublié la fonction particulière de chacun. Et louange à Allah, Seigneur des Mondes.

310On dit que les Wurankooɓe sont des Jooɓɓe [Jooɓ] d’origine [212b] et que tous les autres n’étaient que des esclaves du Satigi, et que ceux qui s’intégraient aux Jooɓɓe, par mariage ou autre, devenaient des leurs d’après ce que Konko Hammee a rapporté ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

311On dit que l’origine des patronymes Demaan et Soy, provient des Wurankooɓe qui, à la saison des pluies, portaient le patronyme Demaan et en dehors de cette saison, celui de Soy.

312L’un des leurs était allé chez (le) Satigi et avait contracté des liens de parenté, par mariage, avec les Wurankooɓe. Il était de ce fait devenu un des leurs.

313L’ancêtre des Jooɓɓe Wurankooɓe, dont le chef portait le titre de Bijjeew, était un homme qui s’appelait Bubakar, père de Moodi Bubakar, de Hamedin Bubakar et de Sammba Bubakar.

314Des descendants de Moodi Bubakar, il ne reste maintenant que des filles.

315Quant à Hamedin Bubakar, il était le père de Abd Allah Hamedin, père de Moodi Abd Allah, de Haadiya Abd Allah et de Mammadu Abd Allah.

316Moodi Abd Allah est le père de Sam Moodi, lequel est Sam Muttaar, père de Mammadu Sammba et de Maamuudu Sammba qui sont à Barkeewi [Da 18].

317Haadiya n’a pas laissé d’enfants. Il fut tué à Madina Xaaso (en combattant) avec l’armée de Shaykh Umar.

318Quant à Mammadu Abd Allah, il est le père de Haadiya Bijjeew, de Hamad Bijjeew et de Abdul Bijjeew.

319Haadiya est mort ; son fils est en France actuellement et ses filles sont à Horkaƴere [Da 17]. Aḥmad et Abdul sont toujours en vie ; ils sont à Horkaƴere.

320Quant à Sammba Bubakar, il est le père de Aḥmad Sammba, père de Aaliw Aḥmad, lequel est Aaliw Faamata, père de Hammadi Aaliw, de ‘Amar Aaliw, de Abdul Aaliw et d’autres.

321Quant à Demmba Bubakar, il est le père de Sawa Demmba, père de Maamuudu Sammba, père de Sule Maamuudu, qu’on appelait Sule Mayram Sam Birom Ngoone et qui était avec al-amīr Aḥmad, fils du Shaykh Umar et il mourut là-bas (sic). Son fils, Mammadu Sule, est actuellement à Jan dans le Ñaani [près de la Gambie], dans un village qui s’appelle Kunantu.

322En réalité, l’origine des Wurankooɓe sont les Mahinaaɓe, les Bannoornaaɓe, et les autres faisaient partie de la suite guerrière des Deeniyankooɓe ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

Stéréotypes

323Sache qu’on trouve chez les Deeniyankooɓe et les Saybooɓe ce qu’il y a de meilleur en beauté, et que les hommes Yaalalɓe sont d’une beauté parfaite, mais pas leurs femmes. (Cependant) ils sont tous injustes, durs et traîtres, sauf une petite partie d’entre eux.

324Sache (aussi) que les gens de Konko Buubu Muusa, qui habitent à Waali [Da 18], sont connus pour leur grande taille ; ils ne sont pas bavards, mais traîtres, courageux et avares.

325Les gens de Moodi Bookar ne sont pas bavards non plus, ils sont avares et très courageux.

326Les gens de Bugal sont courageux, généreux et traîtres.

327Les gens de Sule Buubu sont courageux, généreux, très bavards et traîtres.

328Les Yaalalɓe sont courageux, généreux et traîtres.

329Les gens de Padalal [Da 16] sont très généreux, courageux et laids. Ils ont, par exemple, les pieds et le nez trop gros.

330Les gens de Biraama Sawalaamu sont généreux, courageux et traîtres.

331Les gens de Saŋe Loobaali [Da 24] sont d’excellents tireurs, et sont beaux, courageux et avares ; et Allah le Très-Haut seul connaît [213a] à la perfection Ses créatures.

332Sache que nombreux sont les Deeniyankooɓe et Saybooɓe qui sont devenus des Peuls nomades ou des Tooroɓɓe, et ont oublié leur origine, surtout ceux qui sont restés au Booseya et se sont intégrés au Fuuta comme les gens de Tumaane Mawdo, le dernier roi du Booseya, d’après ce qu’on dit, et d’autres.

Terres des Deeniyankooɓe

333Sache que c’étaient les Deeniyankooɓe qui ont combattu les Jaawɓe, les ont vaincus et chassés des cultures de Jaw, ce que nous allons voir en parlant de l’histoire des Jaawɓe, si Allah le Très-Haut le veut.

334Quand les Jaawɓe furent chassés de Jaw, ces terres devinrent désertes car les Deeniyankooɓe n’étaient pas, à l’époque, des cultivateurs mais seulement des guerriers et des gens exerçant le pouvoir. Elles restèrent ainsi jusqu’à l’arrivée des Silɓe et des Haayrankooɓe qui commencèrent à les cultiver. Ils furent chassés par les Taaga qui s’approprièrent ces terres et les cultivèrent jusqu’à ce que les Deeniyankooɓe s’installent à Horkaƴere.

335Les Taaga cultivaient ces terres, du Falo Bawa, un endroit entre Tulel [Da 19] et Waali [Da 18], du côté est, jusqu’au-delà de Doolol Siwre [Da 3] [vers l’ouest]. Ils les cultivaient et les protégeaient des oiseaux. Ils envoyaient des gardes pour protéger les cultivateurs. Le nombre de ces gardes était de sept mille hommes armés, qui étaient divisés par groupe de cent personnes, et chaque groupe était rassemblé dans un endroit couvert et protégé du soleil. Ces groupes étaient dispersés dans tous les champs.

336(Cette situation dura jusqu’à l’arrivée des Deeniyankooɓe), lorsqu’un conflit éclata entre les Taaga et une fille de Satigi Sule Njaay, qui s’appelait Kummba Nay, dont l’esclave fut frappée par les Taaga lorsqu’elle était allée demander à leurs femmes de lui faire des tresses. Elle revint en pleurs raconter à Kummba ce qui s’était passé.

337La fille de Satigi informa son père de l’histoire et l’incita, en les décrivant comme des oppresseurs, à combattre les Taaga. Son père accepta et envoya son frère, Siree Njaay, à la tête d’une armée combattre les Taaga, qui furent vaincus et qui s’enfuirent.

338L’armée de Siree Njaay les poursuivit jusqu’à Kumballi, devenu maintenant Magaama [Da 10], où ils habitaient. Les habitants du village les combattirent, mais ils furent vaincus.

339A la fin, le chef des Taaga, à qui on donnait le titre Laam Taaga, demanda à Satigi Sule Njaay la main de sa fille, cause du conflit, et le père la lui donna en mariage, ce qui entraîna la paix et la réconciliation entre eux.

340Satigi leur laissa (la partie qui s’étendait) de Gaalaji [213b], un endroit entre Fimmbo et Magaama, jusqu’à Doolol Siwre, pour la cultiver pour eux, et il leur interdit de toucher les terres (qui se trouvaient) au-delà de Gaalaji jusqu’à Falo Bawa, terres qui devinrent désertes aussi.

341‘Amar Abeydi, un Lītāma, habita à l’époque de Sule Buubu à Booli Amari, un endroit où se trouvaient les terrains de cultures appelés Wilde, près de Laasi Maayel, qui signifie « la queue du lac ». Les Deeniyankooɓe lui demandèrent de leur donner un cheval ou une jument pur-sang, chaque année, comme location de la terre.’Amar Abeydi refusa ; ils le combattirent, le vainquirent, et le chassèrent. Les esclaves des Deeniyankooɓe se chargèrent ensuite de cultiver ces terres.

342Sule Buubu prit pour lui-même les cultures de Gaalaji. Il les avait peut-être arrachées des mains du reste des Jaawbe qui les cultivaient, et c’est pour cela qu’on avait appelé ces cultures, Gaalaji comme nous l’avons déjà vu auparavant ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

343La frontière entre les Deeniyankooɓe [Bah] (de) Saŋe Loobaali et les Haayrankoobe [Sumare] était Ɓokki Bugaji ; on dit aussi que c’est de Ganki Buka en Mauritanie, en face de Haadabere [Da 27], jusqu’au marigot de Fanatu, près de Sabbo’alla. C’était Siree Sule Njaay qui avait désigné cette frontière.

344Sache que ce sont les Deeniyankooɓe qui furent les premiers à installer leur capitale en Mauritanie, depuis le début de la dynastie jusqu’à l’époque de l’Almaami Abdul. Et tous ceux qui ont des terres en Mauritanie, ce sont les Deeniyankooɓe qui les leur ont données. (En revanche), ils n’ont aucun morceau de terre au Sénégal, et Allah le Très-Haut est plus savant.

345Cela montre [214a] qu’ils n’avaient jamais habité à Aañam Godo [Bo 25], mais que c’étaient les gens de Satigi Godo, parmi les Sayboobe Jallube qui y habitaient ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

346On dit aussi que Sule Njaay a désigné Ɓokki Kurin, entre Waawnde [Da 20] et Gumal [Da 19], comme frontière, entre les terres des Deeniyankooɓe et celles des Haayrankooɓe sur la rive mauritanienne.

347Les gens de Waawnde disent que c’est Sule Njaay qui leur a donné les cultures de Gulagal en Mauritanie ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

348Fin de l’histoire des Deeniyankooɓe, suivie par l’histoire des Soowonaaɓe.

Histoire des Soowonaaɓe

349Les Soowonaaɓe sont des Peuls qui sont venus avec Koli lors de son émigration du Mandiq (Manding) ou Jaara. Leur chef, Ubus Jammbel entretenait et élargissait la route pour Koli. Le chef des Mahinaabe, Melal Sewdu les avait accompagnés.

350Depuis leur entrée au Fuuta, les Soowonaaɓe n’avaient jamais quitté les Deeniyankooɓe, jusqu’à ce que les conflits entre ces derniers et les Sayboobe deviennent plus violents. C’est alors qu’une partie d’entre eux se réfugia au Tooro ; les autres étaient restés avec Sule Njaay qui leur avait laissé le choix quant au lieu d’habitat. Ils choisirent Ballel Soowonaaɓe [Da 22], où ils habitaient à la saison des pluies (et le reste de l’année), ils partaient à Gasammbiri.

Les Soowonaaɓe de Ballel [Da 22]

351Après la mort de Sule Njaay, ils partirent a Saŋe Panam, qui est peut-être Saŋe Maane, un endroit en Mauritanie entre Saŋe où étaient partis les descendants de Buubu Muusa, comme nous l’avons vu [voir supra], et le fleuve. Ils y restèrent jusqu’à l’époque de l’Almaami Abdul qui les autorisa à revenir à Ballel et à reprendre ce qu’ils y possédaient auparavant.

352Ils sont trois clans divisés en trois groupes : les Dambugaaɓe, les Janjatinaabe et les Fulɓe Tooro.

353Les Dambugaaɓe comptent deux familles : la famille de Boy et celle de Hamad Daawda.

Les Soowonaaɓe du Tooro et du Dimar

354Les Fulɓe qui vivent au Tooro y sont partis à cause des conflits déjà cités. Une partie d’entre eux est à Edi [To 23] et dans d’autres villages. Ceux qui étaient restés à Ballel durent s’en aller lors de l’émigration du Shaykh Umar. Une partie d’entre eux partit avec lui à Nooro [Nioro] et les autres restèrent à Ballel, et parmi eux, il y avait Demmba Siree. Un conflit éclata entre eux et Ceerno Ibrahiima ; c’est alors qu’ils émigrèrent avec Demmba Hammadi Siree à Nooro, ne laissant aucune de leurs maisons à Ballel qui devint désert.

355Un des chefs des Deeniyankooɓe, Aamadu Buubu, partit plus tard [214b] au Tooro et ordonna aux Soowonaaɓe, qui y habitaient, de revenir à Ballel. Une partie d’entre eux s’exécuta et revint habiter à Ballel où ils furent rejoints par Demmba Hamedi Siree qui était revenu de Nooro. Leur chef à l’époque était Sam Buudi.

356Les Soowonaaɓe jouissaient et jouissent encore d’une grande considération auprès des souverains des Deeniyankooɓe qui leur témoignent leur amitié ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

357J’ai lu dans un recueil du généalogiste Baydi Kadi ceci : les Soowonaaɓe [215 a] comprennent plusieurs fractions (aqsam) : les Silɓe, dont le chef porte le titre de Joom Silɓe à Marda [To 26], les Soowonaaɓe Botol [Di 13], les Soowonaaɓe Buyok au Galojina, et les Soowonaaɓe Jammel Jere, qui habitent entre les Soowonaaɓe Botol et Cewle [Di 10]. Leur origine à tous remonte aux Woodaaɓe, cependant le patronyme des Botol est Bah ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

358Puisse Allah nous pardonner et pardonner à tout le monde et nous protéger ainsi qu’eux...

359du Prophète, l’Intercesseur, qu’Allah répande Sa prière et Son Salut sur lui, sa famille et ses compagnons.

  • 39 La moitié de la page n’est qu’une répétition d’une partie des folios 215a, 216b et 217a.

360[215b]......39

361Fin de ce que je sais en ce qui concerne l’histoire des Soowonaaɓe, suivi, si Allah le Très-Haut le veut, par l’histoire des Koliyaaɓe, des Labboyaaɓe, des Duganaaɓe, des Jottinaaɓe, des Cuutinkooɓe et des Buurnaaɓe.

Notes

1 Le village de Fajar est encore actuellement dirigé par les Jawara.

2 Il s’agit du Ñoomi, royaume situé sur la rive nord de la Gambie, à l’embouchure du fleuve (Charles Becker).

3 On retrouve une variante de cette généalogie dans l’ouvrage de Siré Abbās Soh (1913) sous le titre « Généalogie XVI. Descendance d’Όkba-ben-Amir. Partie 4e. Descendance de Māliga, frère de Tengella ».

4 Suudu signifie la case ou la maison.

5 Ancêtre des Yaalalɓe de Maatam, voir infra.

6 Ancêtre des Yaalalɓe de Kunndel que Kamara énumère ici.

7 Sur les cartes anciennes la zone deeniyankooɓe correspond grossièrement à la province du Damnga qui s’arrête à Garli (Ng 31) : entre Garli à Giraye, vers l’aval s’étend le Ngenaar qui était donc contrôlé par les Yaalalɓe (cf. O. Kane 1986).

8 Les Faal sont encore actuellement. à la tête du village de Kenene.

9 Exactement à mi-chemin (voir carte).

10 Probablement situé dans une boucle d’une mare entre les deux villages en question. L’ensemble des terrains de cette boucle forme le territoire d’Elimaan Doop qui se recrute actuellement parmi les Tuure.

11 Luggere désigne une fosse de profondeur moyenne dans le lit mineur : chaque territoire de pêche comprend un certain nombre de fosses qui constituent autant de réserves ichtyologiques de fin de saison sèche, car c’est là que se réfugient les poissons en attendant la crue. Aussi les luggere font-ils l’objet de mises en défens par les jaaltaaɓeavant d’être pêchés collectivement par plusieurs villages en même temps (cf. Schmitz 1986) (voir carte).

12 Il s’agit probablement d’une esclave puisque le nom de son clan comprend l’appellation du hameau servile d’appartenance, le saare, voir supra : les Saare Mooli apparaissent avec Mooli Maaliga (cf. 183b). On a là probablement un argument polémique qui vise à discréditer ce segment de lignage qui a pris le pouvoir grâce à la mosquée, l’alliance avec les pêcheurs autochtones et la ruse politique, comme on va le voir plus loin.

13 Pale, pluriel de falo, désigne les champs de berge du lieu-dit Nalal (voir carte) : les champs de berge sont encore le plus souvent aux mains des pêcheurs et constituent en quelque sorte leur terroir spécifique.

14 Kamara reprend la généalogie des descendants d’Hammadi Umar en insistant sur la parenté utérine qui remonte à Faamata Ndongo, la fille d’un pêcheur.

15 En l’absence de capitale, l’Almaami désigné par élection résidait dans le village où il était notable, à charge pour les autres chefs de village de se déplacer, à moins que ce soit l’almaami qui effectue des tournées comme juge suprême, comme l’indique Mollien en 1818.

16 Chant de guerre propre aux Seɓɓe.

14 Normalement Alajey, fils d’Alajey devrait s’appeler Alajey Alajey. Selon Siré Abbās Soh (1913) les deux Alajey sont des frères.

18 Les onze premières lignes de la page, ainsi que des annotations en marge, sont rayées.

19 Dans le Gidimaxa.

20 Dans la boucle du fleuve située entre Guuriiki Kolyaaɓe et Guuriiki Sammba Joom se trouve un terrain de culture appelé Maham Lamdo.

21 Ce sont les Ñ qui fournissent encore les Jaaltaaɓe, qui sont à l’heure actuelle les chefs du village de Horndolde : c’est la maison (suudu) issue de Buubu Moolo qui a fourni le plus de Jaaltaaɓe (J. S.).

22 Illisible.

23 Terres de berges probablement situées en face de Guuriiki Sammba Joom.

24 Situé à côté de l’actuel Nganno [Da 4].

25 Chasseurs maures qui se nourrissent de viande séchée.

26 Litt. « laissant (ces maisons) plus propres que la parure (de la main) » (anqa min al-rāha).

27 Il est probable qu’il s’agit de terres situées en Mauritanie, en face de Bappalel.

28 Ce passage est cité par D. Robinson (1988b, p. 93). Cette chaîne sera offerte ensuite à Faidherbe comme preuve du retournement de Sammba Joom (voir infra)

.

29 Faidherbe fut gouverneur du Sénégal à deux reprises : de 1854 à 1861, puis de 1863 à 1865, après l’intermède de Jauréguiberry (cf. L. C. Barrows 1974).

30 On ne peut identifier que Nabere sur la carte Kanel Sémé/Maghama (Schmitz & Sow 1989).

31 D’après M. Vidal (1924, P. 72), Aali serait l’aîné de la famille.

32 Voir sur ce conflit de terre, Robinson (1988b, p. 97).

33 Autrement dit : « même ta plus jeune fille ».

34 D’après Robinson (op. cit.) le capitaine Steff était nettement du côté d’Aali Sammba. On a là un exemple caractéristique des retournements périodiques des représentants de l’administration coloniale face à des litiges politico-fonciers. Chaque nouveau commandant de Cercle est circonvenu par la faction qui a perdu la manche précédente et annule la décision des prédécesseurs.

35 Illisible.

36 M. Vidal fut l’auteur d’une compilation des prétentions foncières dans la presque totalité du Fuuta en 1924 (« Etude sur la tenure des terres indigènes du Fouta dans la vallée du Sénégal »). Simplement dactylographié, ce rapport est encore aujourd’hui invoqué à l’appui de revendications foncières, car il faisait la synthèse aussi bien de rapports antérieurs — en particulier des capitaines Cheruy et Steff — que des différentes décisions, ou règlements, des administrateurs successifs. C’est à partir de ces documents très précis que nous avons pu dresser les cinq cartes des anciens territoires (leydi) haalpulaar de la vallée du Sénégal (J. Schmitz & A. Sow 1989).

37 Ces deux premières lignes sont rayées.

38 Ajouté en marge.

39 La moitié de la page n’est qu’une répétition d’une partie des folios 215a, 216b et 217a.

Table des illustrations

Légende Carte ancienne 2. Esquisse du Damga de Balel à Matam au moment de l’inondation dans les journées du 15 au 19 septembre 1860 par J. E. Braouezec (1862), « Note sur une exploration dans le Fouta et le Damga », Bu Société de géographie, série V, 4 (juill.-déc.), pp. 921-424.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 667k

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search