Version classiqueVersion mobile

Florilège au jardin de l’histoire des Noirs (Zuhür Al Basatin). Tome 1, volume 1

 | 
Shaykh Muusa Kamara

Chapitre premier. La dynastie des fulɓe deeniyankooɓe du damnga et du ngenaar, xvie-xviiie siècles

Texte intégral

L'origine des deeniyankooɓe (les différentes traditions)

Les Tārīkh soudanais

Tārīkh al-Fattāsh

  • 1 Le passage du Tārīkh al-Fattāsh qui est cité ici par Kamara correspond au chapitre trois de la trad (...)

1[L'auteur du] Tārīkh al-Fattāsh dit, en parlant de l’État (dawla) de Muḥammad Askiya, aussi appelé Muḥammad b. Aali Bakr, dont le père porte le nom d’Arluum, qui est un clan (qabīla) au pays des Selooɓe (que d’autres dénomment le Tooro)1 :

  • 2 Le Kumfari Umar, ou plutôt le Kurumina Fari (cf. infra), était le titre du chef ou du gouverneur mi (...)
  • 3 Zagharāni : groupe statutaire minoritaire mais très dispersé puisqu’on le rencontre de la boucle du (...)
  • 4 L’accusation d’être à l’origine des guerres est un thème récurrent des traditions arabes (Tal Tamar (...)
  • 5 L’auteur emploie le mot‘ìlm (science).

« En l’an 918 de l’hégire (1512-1513), Teŋella, qui prétendait être prophète et envoyé de Allah – que la malédiction de Allah soit sur lui ! – fut tué par Kumfari Umar Kamzagha2, sans que l’Askiya soit au courant et sans son ordre. De Tinndirma, Kumfari partit combattre Teŋella. Allah donna la victoire à Kumfari sur Teŋella malgré la supériorité de l’armée de celui-ci en nombre et en force.
Ce fut grâce à l’assistance de Allah que Kumfari remporta la victoire sur Teŋella (même si) celui-ci était le souverain (sultan) du Fuuta. On disait Fuuta Kingi.
Teŋella était fort et courageux et s’était rebellé contre le souverain du Fuuta qu’il avait quitté pour Kingi où il s’était installé et dont il s’était emparé. L’origine (de l’affrontement entre Kumfari et Teŋella) provenait du Xañaaga Farin. (En effet), suite à des problèmes et une dispute entre lui et le souverain du Fuuta, Teŋella jura de détruire le Xañaaga et d’en faire un désert. [167a] Et comme ce dernier était plus puissant et avait plus de chevaux que lui, [le chef du] Xañaaga avait demandé l’aide [d’un allié], Kamfari Umar, qui était parti combattre Teŋella. C’est la première version de cette histoire que nous avons entendue.
D’autres chroniqueurs m’ont rapporté que le motif de la campagne de Kamfari Umar était (le suivant) : un Zagharāni3 d’origine Songhoy (Songhay) partait chaque année au Fuuta où il faisait du commerce. [167b] Teŋella ayant entendu parler de lui l’avait capturé et lui avait pris injustement ses biens. Il avait voulu le tuer (mais) il s’était enfui chez le Kurumina Fari auprès duquel il porta plainte [contre Teŋella] et le calomnia en disant que [Teŋella] avait insulté et injurié le [Kurumina Fari], ce qui mit ce dernier en colère, et qu’il partait le combattre4.
Les gens du Songhay avaient atteint le sommet dans l’art de la guerre, l’art du combat5, la bravoure, celui de porter secours (aux gens) et la connaissance des pièges. Admirez comment le Kurumina Fari était parti avec cette grande et nombreuse armée avec laquelle il avait traversé un désert lointain équivalent en distance à deux mois et quelques jours (de marche) de Tindirma jusqu’au Fuuta, comment il les avait vaincus, avait pris et tué leur roi, et s’était emparé de leurs biens. Tout cela s’était passé en 918 (1512-1515). Il avait décapité le roi et rapporté sa tête à Tindirma où il l’avait enterrée. »

2Fin de ce que rapporte le Tārīkh al-Fattāsh concernant cette partie.

3Quand il [l’auteur du Tārīkh al-Fattāsh] dit à propos de Teŋella : « il s’était rebellé contre le pouvoir du Fuuta qu’il avait quitté pour le Kingi où il s’était installé et était devenu souverain » cela montre que les Deeniyankooɓe sont originaires du Fuuta et ne sont ni des Bambara, ni des Malinke [168a] ni ne descendent de leur roi, car Teŋella c’est Tinyidda l’assassiné, père de Koli Teŋella.

4Quant à la phrase : « il était le souverain du Fuuta », qu’on appelait Fuuta Kingi, etc., je dis : « Al-Ḥājj Umar m’avait informé à Baajagha Kundaa dans le Ñaani que les Hawsa appelaient chacun des pays où habitaient les Peuls “Fuuta” et disaient Fuuta Tooro, Fuuta Jaloo, Fuuta Ɓunndu, Fuuta Kingi et Fuuta Maasina et Allah le Très-Haut est plus savant. »

Tārīkh al-Sudān

  • 6 Le même passage est traduit par Houdas (voir ES-Sa‘dī 1981, pp. 127-129).

5Le très savant (‘allāma) al-Shaykh ‘Abd al-Raḥmān Ben ‘Abd Allah Ben ‘Imrān Ben ‘Āmir al-Sa‘dī, né en 1004 (1595-1596) dit dans le Tārīkh al-Sudān, à propos de l’État (dawlat) de Muḥammad Ben Abī Bakr al-Tūri, d’autres disent al-Sallanki, connu sous le nom de Al-Ḥājj Muḥammad Askiyā6 :

« En 1018 (1609-1610) il avait entrepris une expédition contre le maudit, celui qui se faisait passer pour prophète (al-mutanabbī) Teŋella et le tua à Zara. Pendant ce temps-là, Koli, le fils ainé (de Teŋella), était absent car il était parti pour une expédition. Quand il entendit ce qui était arrivé à son père – que ce dernier soit maudit –, il se réfugia, avec toute l’armée qui était avec lui, au Fuuta, qui est le nom d’une terre près de la mer salée (al-bahr al-mālih) et qui appartenait au sultan du Jolof. Il s’y installa et employa des ruses contre ce sultan jusqu’à ce qu’il parvienne à s’emparer de lui et le tua.
Le pays du Jolof fut partagé alors en deux parties : Koli, fils de satigi Teŋella s’empara d’une partie tandis que l’autre moitié alla au Dammel, le plus puissant des lieutenants (quyyād) du sultan du Jolof. Il y devint un grand sultan, d’une solide puissance. La dynastie [qu’il a fondée] (saltana) dure jusqu’à nos jours. Ce sont des Sudāniyyūn (soudanais/ noirs).
A sa mort, il fut remplacé par son fils Yero Jam qui fut remplacé, à sa mort, par son frère Gelaajo Tabaara qui était un homme vertueux, bon et juste. Il n’avait de semblable dans ce domaine, dans tout l’occident (al-maghrib), que le sultan de Mali, Kankan Muusa, que Allah ait leurs âmes à tous les deux ! A la mort de Gelaajo, il fut remplacé par son neveu (le fils de son frère) Gata fils de Yero Jam, qui fut remplacé, à sa mort, par son frère [168b] Sammba Laamu qui essaya d’établir la justice. Il interdit l’injustice qu’il n’acceptait point. Il resta au pouvoir trente sept ans et quand il mourut il fut remplacé par son fils Abu Bakr qui est le souverain actuel.
Remarque : Teŋella, Silatigi des Yaalalɓe, Niima, Silatigi des Uruurɓe, Dikko, Silatigi des Ferooɓe et Kiro, Silatigi des Wolarɓe avaient quitté le territoire du Jolof dans le pays de Mali et s’étaient installés au pays du Xañaaga. Quand le prince Askiyā Al-Ḥājj Muḥammad tua le maudit, ils partirent au Fuuta et s’y installèrent. Ils y sont jusqu’à maintenant.
Les Jolof font partie des peuples les meilleurs par leurs actes et leur nature. Leurs caractères sont très différents de ceux de tous les Fullāniyyiin (Peuls) en tout point. Allah le Très-Haut leur a attribué de grandes qualités en matière d’actes et de conduites. Ils ont la réputation d’être très puissants dans cette région. Personne ne les égale en ce domaine. Quant à la loyauté (al-’ahd) et la fidélité (al-wafa) aux engagements, c’est chez eux qu’elles ont commencé et c’est chez eux qu’elles ont fini, d’après ce que nous avons entendu ».

Fin de ce qui nous intéresse du Tārīkh al-Sudān.

6Commentaire : Il se peut que l’auteur ait voulu désigner par « Jolof », les habitants (ahl) du Fuuta. Ils habitaient peut-être là-bas à cette époque, ou bien on appelait le Fuuta Jolof comme on appelait le royaume par le nom de la ville du roi, tels que Segu ou Ñooro dans le Sudān ou Timmbo ou Labe dans le Fuuta Jaloo, et Allah le Très-Haut est plus savant, car il a dit : « Leur caractère est en tout point différent de celui des Peuls », or les habitants (ahl) du Jolof sont des Wolof et non pas des Peuls, sauf ceux qui les avaient suivis.

7Celui qui est désigné dans la phrase : « Il y devint un grand sultan d’une solide puissance, etc. » est peut-être Koli, fils du Silatigi Teŋella, ce qui est exact. De même, dans « ils sont maintenant, dans cette région, d’une grande puissance, etc. » peut désigner Koli et sa famille. Et Allah le Très-Haut est plus savant.

  • 7 Nom donné au premier-né d’une femme ou à la première portée d’un animal.

8Le but de l’avertissement [de l’auteur du Tārīkh al-Sudān] était que [le lecteur] sache que Tanyidda, était le Silatigi des Yaalalɓe, que Niima était celui des Uruurɓe, Dikko7, celui des Ferooɓe, et Kiro, celui des Wolarɓe.

9C’est moi qui ait vocalisé Dikko Silatigi, en mettant un kasra sous le dāl et un damma et un shadda sur le kāf. C’est ce que je pense car il se peut que ce soit Dagu, (qui est le nom) d’un clan (qabīla) des Uruurɓe dans le Fuuta [169a].

10Quant à Kiro Silatigi, c’est Kan, avec un nūn (N) d’après ce qu’il me semble, et Allah le Très-Haut seul connaît la vérité, ou c’est un patronyme qui a changé et qu’on ignore (maintenant), ou bien c’est Giro [car] on trouve, au Fuuta, des Fullān [Peuls] qui s’appellent Girooɓe. Et toujours au Fuuta, il y a un clan qu’on appelle Kurnaaɓe et qu’on rattache à Kur ou Giro. Une partie d’entre eux se trouve à Bokke [Yi 6], et Allah le Très-Haut est plus savant.

11Silatigi est, peut-être, le nom d’un ancêtre de leur généalogie, ou bien c’est le titre royal (laqab mulk) d’un autre ; et Allah le Très-Haut est plus savant

12Un informateur, digne de confiance et qui connaît bien la généalogie des Deeniyankooɓe, m’avait rapporté que Teŋella était le père de Koli Teŋella et de Yero Teŋella qu’on appelait Yero Jam et Yero Sarki. Il était aussi le père de Gelaajo Teŋella, qu’on appelait Gelaajo Tabaara, et de Niima Teŋella, et Allah est plus savant.

13Ce Yero Jam est le même Yero Jam qui est dans le Tārīkh al-Sudān, et rien d’autre.

Prétentions des Deeniyankooɓe à descendre de Bilāl

14[Lorsque l’auteur de Tārīkh al-Sudān] dit : « ils sont des Sūdāniyyūn (noirs) », c’est vrai, car ils prétendent être issus de Sayyidunā (notre seigneur) Bilāl Ben Rabāh, le grand et célèbre compagnon du Prophète (al-sahābi), esclave (mawlā) de Abū Bakr al-Siddiq, que Allah soit satisfait d’eux !, et muezzin de l’Envoyé de Allah (Muḥammad), que Allah répande Sa prière et Son salut sur lui !, et son trésorier.

15Cette information m’a été donnée par Siree Diiye qui était chef du village de Padalal [Da 16] pour le compte des Français, dans le cercle de Maatam et qui mourut ces dernières années. Il était l’un d’eux [Deeniyankooɓe] et l’un des plus dignes parmi eux, aussi. Nous dirons (plus tard comment) il se rattache à Koli, si Allah le Très-Haut le veut.

16Sayyidunā Bilāl était (originaire) du Nūba qui est une région connue du Sudān.

17Teŋella Geɗal, le père de Koli, avait un frère qui s’appelait Maaliga Geɗal ancêtre des Yalalɓe. Il était le père de Mori Maaliga, qu’on appelait [Mooli] Maaliga, d’Aali Maaliga, de Sammba Maaliga, de Fode Maaliga, de Pateeri Maaliga, de Debbe Maaliga et de Ceerno Maaliga. Nous mentionnerons leur généalogie depuis l’origine, si Allah le Très-Haut le veut.

18Plus loin, nous indiquerons la généalogie des Deeniyankooɓe issus de Koli [169b], si Allah le Très-Haut le veut.

19On dit que les Yaalalɓe sont issus de Labba Teŋella, frère de Koli Teŋella (mais) c’est la première version qui est vraie ; et Allah le Très-Haut est plus savant. Cependant nombreux sont les Yaalalɓe, Uruurɓe, Feroɓe et Wolarɓe qui sont devenus maintenant des pasteurs dispersés dans la brousse et dont personne ne se souvient de l’origine noble, sauf certaines familles yaalalɓe et deeniyankooɓe parmi lesquelles étaient (choisis) les rois.

20(Quand) l’auteur du Tārīkh al-Sudān dit : « ils avaient quitté la tribu de Jolof dans le pays de Mali » (c’est parce que) les gens de l’orient (ahl al-mashriq) appelaient le pays d’al-Tekrūr, Mali car il dominait tous les territoires sans exception, comme nous l’avons déjà vu.

21Quand il dit dans le Tārīkh al-Sudān : « Teŋella est le Silatigi des Yaalalɓe et Niima Silatigi celui des Uruurɓe, etc. », cela montre que ce sont des Fullānī (Peuls) d’origine et pas autre chose, car ces clans, les Yaalalɓe, les Uruurɓe, les Ferooɓe et les Wolarɓe, sont tous des clans peuls pour nous, et que Silatigi est le titre du chef de l’armée des Fullānī nomades (badawiyyūn) et pilleurs de bétail. Cela n’annule pas ce que (l’auteur du Tārīkh al-Sudān) avait dit au début (à savoir) : « ce sont des Sūdāniyyūn », car le Fullānī est un Sūdānī nomade qui ne s’intéresse qu’au bétail, c’est tout.

22Dans (le livre) al-Futūhāt al-lslāmiyya (les conquêtes islamiques) (on lit) : « Bujāwa est le pays d’al-Nūba et les Bujāt [Beja] sont les habitants de ce pays. Ce sont des nomades qui possèdent des chameaux et des moutons. Entre (Bujāwī) et la terre de l’Islām en Egypte, il y a un mois de marche dans un désert et de rudes montagnes. »

23Dans la Riḥla (le voyage), Ibn Battūta dit : « les Bujāt sont des noirs. Ce sont des hommes secourables et de braves gens. Leurs armes sont les lances et les épées. Ils ont des chameaux qu’ils montent sur des selles. » Ibn Battūta avait vu, dans le désert avec les Bujat, un garçon arabe, qui lui avait raconté que ceux-ci l’avaient capturé. Ce garçon prétendait qu’il n’avait pas mangé depuis un an et qu’il n’avait comme nourriture que le lait des chamelles.

24[Et toujours dans la Riḥla] on apprend aussi que les Arabes de Jahīna et Banī Kāhil étaient sous l’obédience des Bujāt.

25Dans Kitāb al-Ma‘ārif (le livre des connaissances) d’Ibn Qutayba (on lit) : « les Nūba sont des gens qui utilisent des arcs arabes pour lancer. [170a] Les Arabes les qualifient de “tireurs habiles”. Ils possèdent des chameaux, des moutons, des vaches et des chevaux de race comme les Arabes. »

26Dans al-Qāmūs et al-Tāj : « Bujāwa, comme Zughāwa, est le pays d’al-Nūba d’où viennent les chamelles bujāwi (al-nūq al-bujāwiyyāt) qui sont des chamelles habiles qu’on monte comme les chevaux. »

27Dans un hadīth (on trouve) : « Aslam, l’esclave de ‘Umar, était un bujāwi, qui est une race d’al-Sudān. » Fin de citation.

28Les Deeniyankooɓe font remonter leur généalogie jusqu’à Sayyidunā Bilāl Ben Rabāh – que Allah soit satisfait de lui ! – et prétendent que Tanyidda, qui est Teŋella, était le fils de Geɗal, fils de Banaa, fils de Bukari, fils de Naare, fils de Sunjata, fils de Fuutakay Sigaamaka, fils de Almusayajigi, fils de Maysa Jundig, fils de al-Ḥājj Muusa, fils de Sallī Makka Bilāl. Sallī veut dire, dans notre langue, le muezzin, et Makka veut dire qu’il était le muezzin de [la mosquée de] La Mekke, car il était le muezzin de l’Envoyé de Allah (Muḥammad) – que Allah répande Sa prière et Son salut sur lui ! – C’est pour cela qu’ils ont ajouté son nom à celui de La Mekke, pour le rapprochement, pas plus.

29C’est ce que Konko Hamme Sammba Diiye de Waali Jantaŋ [Da 18] (le) Deeniyanke (m’a) rapporté, et Allah le Très-Haut seul sait si cela est vrai.

30Cependant nous, les Sudān, commençons les généalogies à partir des ancêtres. Nous disons, par exemple (pour la généalogie précédente), Sallī Makka Bilāl, père de Al-Ḥājj Muusa, père de Maysa Jundig, père de Almusayaajigi, père de Fuutakay Silaamaka – Sigaamaka dans (d’autres) versions – père de Sunjata, père de Naare Sunjata, père de Bukari Naare, père de Banaa Bukari, père de Teŋella Banaa, père de Koli Teŋella. C’est ce dernier qui avait émigré du Mande au Fuuta.

31J’ai un doute quant à leur prétention à descendre de Bilāl. Il se peut aussi que al-Ḥājj Mūsā, cité dans leur généalogie, soit le roi de Mali, Al-Ḥājj Kankan Muusa dont nous avions déjà parlé et qui est différent du fils de Sayyidunā Bilāl (Konko). Remarquez à quel point le décalage est grand entre leurs deux époques ! et Allah est plus savant.

Prétentions des Deeniyankooɓe à descendre de Sunjata Keita

32On dit que parmi les Aïeux des Deeniyankooɓe qui avaient vécu à l’époque des compagnons du Prophète (al-ṣaḥāba), il y avait le nommé Maamadi Konaare, père de Konkondin, père de Maysa Jundig, père de Almusayaajigi, père de Fuutakay Sigaamaka, père de Sunjata, père de Teŋella, père de Koli, etc. C’est ce que rapporte Demmba Saare à Baj. On dit (aussi) que Maamadi Konaare est Salimaka Bilāl – comme le rapporte Konko Hamme – mais on l’appelait seulement Salimaka Bilāl et non Maamadi Konaare, et Allah le Très-Haut est plus savant.

33On dit que lorsque Sunjata s’était installé au Mande, il avait combattu ses souverains et les avait vaincus. Le premier d’entre eux était Makhan Kamara, qui possédait une grande partie de ce pays et était le plus fort de tous les souverains du Mande. Quant aux [170b] autres souverains qu’il avait vaincus nous avons oublié leurs noms. Les villages du Mande où le souverain, parmi les descendants (banī) de Sunjata, habitait sont : Kangabaa, Fikira et Keraba.

34Le patronyme des hommes adultes parmi les descendants de Sunjata est KEITA, qui veut dire « celui qui a hérité » ou « celui qui a pris l’héritage », c’est-à-dire « o ɓami nɗonu » dans notre langue. On dit que Keita veut dire aussi le lion ; et Allah est plus savant.

35Quant à celui des jeunes garçons c’est Konaate, qui veut dire aussi le lion, ou Keita pour les chefs parmi eux plus particulièrement. Quant au patronyme des autres, jeunes ou adultes, c’est Konaate, et celui des femmes est Suuxo. Quant au roi, on l’appelait Jiitigi et qui veut dire « maître de l’eau ».

36Cela s’applique peut-être à ceux qui étaient restés au Mande, parmi les descendants de Sunjata, après l’émigration de Koli au Fuuta. Quant à ceux qui sont au Fuuta actuellement, leur patronyme est Bah, uniquement.

37Le Tārīkh al-Sudān et le Tārīkh al-Fattāsh ont démenti la prétention des Deeniyankooɓe à descendre de Sunjata et ont confirmé qu’ils sont seulement des Peuls mais qu’ils aiment beaucoup se rattacher à Sunjata et un peu moins aux autres anciens souverains, comme par exemple à Jaghaaw.

38(Les deux tārīkh ont aussi démenti ?) que leur origine remonte à Maysa Fay, qui est l’ancêtre des rois du Siin (aussi), d’après ce que certains d’entre eux prétendent ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

39Sache que l’appartenance statutaire (al-asl), au Fuuta Tooro, se définit (d’abord) par l’activité (al-hīrfa). C’est elle qui désigne le rang social et pas autre chose. Aussi celui qui exerce une profession et est connu comme tel ainsi que ses fils et ses petits-fils appartiennent au groupe statutaire qui correspond à cette profession.

40L’activité spécifique des Tooroɓɓe est la science et la religion (al-‘ilm wa al-dīn). Quelle excellente profession !, [171a] tandis que celle des Fullān est l’élevage, et ainsi de suite.

Les Satigi Deeniyankooɓe (xvie-xviiie siècles)

La descendance de Koli Teŋella

  • 8 Cette généalogie de Kamara doit être éclairée par une présentation graphique et par une généalogie (...)

41Parmi les fils de rois qui avaient émigré avec Koli8, il y avait Niima [Maaliga], Mori Maaliga, Aali Maaliga et Sama Maaliga, fils de Maaliga Geɗal et parents de Koli, puisqu’il était le fils de Teŋella Geɗal. Et Allah le Très-Haut est plus savant.

42Avaient émigré aussi avec eux Jey Bolaaro, « bolaaro » est le singulier de Wolarɓe, Jey Jaalo Gaynaako Dimaaɗi, Albagha ou Alfagha ou Aali Baka et enfin Soriyaa.

43Avait émigré (aussi) avec lui, Malal Sewdu chef des Mahinaaɓe dont l’origine est peut-être Makhan Kamara.

44Avait (aussi) émigré avec lui ‘Abbās Jambel chef des Soowonaaɓe. Plusieurs Fullānī avaient aussi émigré avec lui mais je ne sais pas ce qu’étaient devenus la plupart d’entre eux. Ils avaient habité Bajar pendant un certain temps, puis ils étaient partis au Fuuta.

  • 9 Selon D. Robinson et al. (1972, pp. 566-567), le règne de Koli se déroulerait avant 1512 (1495-1512 (...)

45[Au début du xvie], Koli [1.1]9 tua les rois de ces pays et s’empara de leurs royaumes.

  • 10 Dans D. Robinson (ibid.), Yero Jam est le septième Satigi (1580-1586) tandis que pour O. Kane (ibid (...)

46Quand il mourut, il fut remplacé par son fils Yero Jam [2.3]10.

  • 11 Gelaajo Tabara est le quatrième Satigi et donc précède Yera Jam à l’inverse de l’affirmation de Kam (...)

47A sa mort, Gelaajo Tabara [2.2]11, le juste, le vertueux lui succéda.

  • 12 Gata Yero Jam aurait régné de 1609 à 1610 pour Robinson, et de 1591 à 1603 pour Kane. Comme l’indiq (...)

48Quand ce dernier mourut, il fut remplacé par son neveu (le fils de son frère), Gata Yero Jam [2.4]12.

  • 13 Sammba Laamu aurait régné de 1610 à 1640 pour Robinson, et de 1603 à 1640 pour Kane. Dans la mesure (...)

49[Au début du xviie siècle] il fut remplacé, à sa mort, par Sammba Laamu [3.1]13, lui-même remplacé par son fils Bookar Sawa Laamu [(4.1) 1640-1669] auquel succéda son frère Siree Sawa Laamu [(4.2) 1669-1702] qui régna jusqu’à ce qu’il devienne aveugle et fut de ce fait écarté.

  • 14 Entre Sammba Bookar et Gelaajo Bookar s’intercalent deux règnes non mentionnés par Kamara : ceux de (...)
  • 15 C’est Bubakar Siree (1718-1721) qui succède à Gelaajo Bookar et non Buubu Muusa. A partir de cette (...)
  • 16 D’après Labat (1728, II, p. 201), rapporté par O. Kane (1986, p. 517), la seconde femme de Sammba B (...)

50[A l’aube du xviiie siècle], il fut remplacé par son neveu Sammba Bookar Sawa Laamu [(5.1) 1702-1707] qui régna jusqu’à sa mort. Gelaajo Bookar, aussi appelé Gelaajo Jeegi [(5.3) 1710-1718]14, lui succéda, et quand il mourut, il fut remplacé par son neveu Buubu Muusa [6.1]15 fils de Sammba Bookar, dont la mère, Muusa Yaxare, était originaire de Jaawara, et appartenait au clan des Koyta16. Jaawara est un village qui dépend des Basilankooɓe [Baccili] Tiyaabu dans le Ngalam.

51Il (Buubu Muusa) s’installa dans un endroit appelé Tummbere Jiinge [Toumbere-Dyingué (Gorgol) (B 12)]. Il combattit tous les Arabes qui passèrent ensuite sous sa domination. Il combattit aussi les habitants (ahl) de Haayre Ngaal [171b] qu’il mena en captivité, et parmi eux les Wurankooɓe Sumarenaaɓe [Sumare]. Buubu Muusa resta le roi incontesté qui vainquit tous ses ennemis et dont la parole était écoutée par tous les gens de la terre et de la mer, de la droite et de la gauche, de l’orient et de l’occident et ce jusqu’à sa mort.

  • 17 Les Tashomsha, groupe constitué de plusieurs clans religieux, ou zawāyā, du sud-ouest de l’actuelle (...)

52Sīdi Muḥammad Walīdd ben al-Mustafā (dit) dans son Kitāb al-ansāb (le livre des lignages), chapitre « i‘lām » : « Parmi les principes les plus importants sur lesquels les Tashomsha17 ont fondé leurs actions, c’est de ne pas fréquenter les injustes, de ne pas frapper à leurs portes et de s’éloigner d’eux corps et âme », et d’ajouter « à moins que la personne soit d’une grande dévotion et assurance, ne se laisser troubler par rien et que la compagnie [des dévoyés] ne l’effraie pas ». Et d’ajouter (encore) : « Au contraire, celui qui possède ces vertus tirera un grand profit de leur compagnie, et jouira, par exemple, d’une considération et d’une autorité, ce qui lui permettra de défendre les musulmans, de leur porter secours, de diriger leurs affaires, de libérer ceux qui se font capturer et de rendre leurs biens (en cas de pillage), comme c’était le cas de Muḥammad ben Yadīmān et ses enfants qui étaient un refuge pour les Zawāyā et protégeaient leurs femmes contre les puissants Awlād Rizg et les souverains ahl-Tinkīlla. Abū al-Fadel al-Kawrī avait capturé un grand nombre de gens appartenant aux Zawāyā.

53Les souverains soudanais menaient (eux aussi) des campagnes contre les Zawāyā à cette époque, et capturaient leurs enfants et leurs femmes. »

54Dans la mesure où les ahl-Tinkīlla sont des Deeniyankooɓe cela montre que leurs razzias ne frappaient pas seulement les Sudān, mais aussi les Bayḍān ; et Allah le Très-Haut est plus savant.

55Revenons à notre propos (c’est-à-dire à Buubu Muusa).

56Buubu Muusa [6. 1 1721-1731] laissa comme fils, Konko Buubu Muusa, Sule Buubu Muusa, Siree Buubu Muusa et Bakkaar Buubu Muusa qui mourut sans laisser d’enfants.

La descendance de Sammba Laamu

57Nous allons maintenant retracer la descendance de Sawa Laamu, aussi appelé Sammba Laamu, et des branches (furū‘uhum) issues de ses fils jusqu’à nos jours, si Allah le Très-Haut le veut.

58En ce qui concerne les fils de Sawa Laamu, le premier d’entre eux fut Bookar Sawa Laamu [4.1], (puis) Siree Sawa Laamu [4.2], enfin Buubu Sawa Laamu.

59[4.3] Ce dernier est le père de Biraama Buubu, père de Sammba Biraama, père de Buubu Miira Sammba, de Gelaajo Sammba et de Bookar Sammba.

60Buubu Miira est le père d’Aali Buubu Miira, père de Bookar Aali qui est maintenant, à Horndolde [Ornolde (Da 11)].

61Gelaajo Sammba est le père de Garli, Sule Bilee et Buubu Gelaajo. Ils étaient à Bappalel [Da 12] et moururent en ne laissant que des filles.

62Bookar Sammba Biraama est le père de Sule Bookar, père de Buubu Sule qui est en Mauritanie dans le canton (diwān) de Lītāma, dans le cercle (hikāma) de Kayhayɗi.

63[4.2] Quant à Siree Sawa Laamu, il est le père de Sammba Siree Sawa Laamu [5.6], père de Siree Sammba, père de Mammadu Siree et Konko Siree.

64Mammadu Siree est le père de Boongal Mammadu, père de Hamme Boongal et Siidi Boongal. Hamme est le père de Mammadu Hamme et Sammba Hamme. Quant à Siidi Boongal, il est le père de Mammadu Siidi.

65Konko Siree est le père de Siidi Konko et Gelaajo Konko. Siidi est le père de Bakkar Sidi, Pennda Siidi et Rellaa Siidi. [172a] Gelaajo Konko était le père de Mammadu Gelaajo, frère de Booli, qui était l’épouse du fils de mon frère Muḥammad ben Lamin.

  • 18 Mammadu Bookar, dans l’exemplaire de Ganguel.

66[4.1] Quant à Bookar Sawa Laamu, il était le père de Sammba Bookar [5.1]18, de Moodi Bookar [5.4] et de Gelaajo Bookar [5.3].

67[5.3] Ce dernier était aussi appelé Gelaajo Jeegi, père de Sammba Gelaajo, connu par sa bravoure chez les gens du Fuuta.

68[5.4] Quant à Moodi Bookar, il était le père de Buubu Moodi, connu sous le nom de Buubu Gaysiri [6.4], de Sule Moodi connu sous le nom de Sule Dene [6.5], surnom qui désigne la courge (ou le melon) (al-battīkh) : car ayant passé son enfance au Tooro avec sa mère, région où croissent les melons, on avait ajouté Dene (à son nom). (Moodi Bookar était aussi le père de) Aaliw Moodi.

69[6.5] Sule Moodi, aussi appelé Sule Dene, était le père de Konko Sule et de Saaɓooy Sule.

70Saaɓooy Sule était le père de Buubu Saaɓooy, père de Gelaajo Buubu et de Maamadi Buubu.

71Konko Sule était le père de Bookar Konko père de Hammadi Bookar, père de Maamuudu Hammadi, chef actuel de Wuro Moodi, qui est un village en Mauritanie dans le canton (diwān) de Lītāma [Da 10] et le cercle (hikāma) de Kayhayɗi.

72Quant à Aaliw Moodi, je ne connais personne de sa descendance, sauf une fille, et Allah est plus savant.

73[6.4] Quant à Buubu Moodi, ou Buubu Gaysiri, il était le père de Sule Buubu (al-kabir) Mawɗo (le Grand, l’Aîné), père de Sammba Sule, connu sous le nom de Sam Booli, de Buubu Sule, de Jaanga Sule, –mère de Joom Aaliw à Ganngel – [Ganguel-Soulé (Da 13)], et de Siree Sule.

  • Buubu Sule était le père de Sammba Sule, connu sous le nom de Sam Waranka, et de Laagaane. Sam Waranka était le père de Sule Buubu (al-saghir) Tokooso (le Petit, le Jeune), père de Mammadu Sule connu sous le nom de Cewŋel. Quant à Laagaane, il était le père de Mammadu Gay, qui était notre élève (tilmīdh)

  • Sammba Sule, qui est Sam Booli, était le père de Bukar Sammba, père de Sam Bukar qui est actuellement à Waali [Wali (Da 18)].

  • Siree Sule était le père de Teŋella Siree, aussi appelé Almaami Teŋella dont nous ne connaissons de sa descendancee que deux filles : Diiye Teŋella et Kajjata Kummba. Son fils, Sule Kummba, mourut lors de la première épidémie de la peste (al-ṭā’ūn) sans laisser d’enfants.

74[5.1] Quant à Sammba Bookar, il était le père de Buubu Sammba [6.1], aussi appelé Buubu Muusa, père de Konko Buubu Muusa [7.1], de Sule Buubu Muusa et de Siree Buubu Muusa.

75[7.1] Quant à Konko, il était le père de a) Siree Konko, de b) Bookar Konko, de c) Saaɓooy Konko et de d) Jaaye Konko, l’almaami assassiné à Tulel.

76d) Celui-ci fut le premier, parmi eux, [172b] à porter le titre d’al-maami. Auparavant, ils appelaient leur souverain Satigi. (Jaaye Konko) était le père de Sule Jaaye, père de Konko Sule, père de Mammadu Konko, père de Konko Mammadu, qui est à Waali actuellement

77a) Siree Konko [8.2] était le père de Bookar Siree, père de Sammba Diiye, père de Sule Sammba Diiye [11.2], qui est le chef actuel de Waali [Da 18], qui est un village de Mauritanie, dans le canton de Lītāma et le cercle de Kayhayɗi. C’est son frère aîné, nommé Hamme Sammba Diiye [11.1], père de Konko Hamme [12.1] qui m’avait rapporté qu’ils descendaient de Sayyidunā Bilāl, que Allah soit satisfait de lui !

78[8.3] Bookar Konko était le père de Ceerno Bookar, père de Siree Ceerno, de Sammba Ceerno, de Horwiyya Ceerno et de Bay Ceerno.

79Sammba Ceerno et Bay Ceerno ne laissèrent pas d’enfants. Quant à Siree Ceerno, il avait laissé une fille qui s’appelait Diiye Siree et qui était stérile. Quant à Horwiyya Ceerno, elle avait (une fille qui s’appelait) Diiye Horwiyya, mère de Sammba Hamme, de Bookar Hamme et de Jaddel Aali Bummiira, épouse de Hamedin Gidado à Laaw. Et Allah le Très-Haut le sait.

80[8.4] Saaɓooy Konko était le père de Bookar Saaɓooy [9.2], qu’on appelait Almaami Bookar, père de Booli Almaami, mère de Faatimata Booli, mère de Gata Sammba Joom.

81Almaami Bookar était aussi le père de Usmaan Almaami, père de Diiye Horwiyya, mère de Sammba Hamme et de Bookar Hamme dont nous avons déjà parlé. Almaami Bookar était aussi le père de Mammadu Almaami et de Siree Almaami qui moururent en ne laissant que des filles qui sont à Nyooro, dans (le) Sudān, [actuel Mali].

82[7.2] Quant à Sule Buubu Muusa, appelé aussi Sule Njaay, il était le père a) de Bookar Sule, b) de Siree Sule, c) d’un autre Bookar Sule et d) d’un autre Siree Sule.

83[8.6] Le premier Bookar Sule [8.6] était le père de Sule Bookar, père de Konko Sule, père de Hamme Konko qui est actuellement à Saŋe Loobaali [Da 24].

84[8.8] Quant au deuxième Bookar Sule, il était le père de Sule Bookar, père de son homonyme Sule [173a] Bookar aussi, car il était né après la mort (de son père), père de Siree Sule, qui est mort, de Abdul Sule et de Sammba Sule qui sont actuellement à Saŋe Loobaali.

85[8.7] Quant au premier Siree Sule, il était le père de Sammba Siree, qui est Sawa Guduuru qui était très beau ainsi que ses enfants. Son père, Siree Sule Buubu Muusa, avait fait des études et était compté parmi les gens du savoir musulman, d’après ce qu’on raconte. Cependant aucun d’entre eux n’avait suivi son exemple, c’est-à-dire, faire des études, depuis cette époque et jusqu’aujourd’hui, d’après ce que nous savons.

86Ce Sammba Siree, aussi appelé Sawa Guduuru était le père de Konko Sammba, de Sule Sammba, de Siree Sammba et de Bakkar Sammba.

  • Konko Sammba était le père de Mammadu Konko et de Kummba Konko qui sont à Nyooro dans (le) Sudān (actuel Mali).

  • Sule Sammba était le père de Jegeri, père de Mammadu Jegeri et de Jaaye Jegeri, chef de Saŋe Loobaali [Da 24] qui est un village en Mauritanie, dans le canton de Lītāma, dans le cercle de Kayhayɗï.

  • La postérité du sexe masculin de Siree Sammba et Bakkaar Sammba s’était éteinte.

87[8.9] Quant au deuxième Siree Sule, il était le père de Bookar Siree, père de Siree Bookar [10.3], père de notre disciple (murīdunā) Teŋella Almaami Siree, de Mammadu Almaami et de Sammba Almaami.

88[7.3] [173b] Quant à Siree Njaay, frère de Sule Njaay [7.2] et de Konko Buubu Muusa [7.1], il était le père a) de Bookar Siree Njaay et b) de Aali Siree Njaay, connu sous le nom de Aali Tammbadu Siree Njaay.

89[8.11] Quant à Bookar Siree, il était le père de Ceerno Bookar Siree Njaay, de Sule Bookar et d’un autre Sule Bookar.

  • Ceerno Bookar était le père de Siree Ceerno et de Buubu Ceerno, connus sous le nom de Siree Diiye [10.4] et Buubu Diiye [10.5]. Ils étaient tous les deux chef de canton à Padalal [Da 16].

90Siree Diiye avait un fils qui s’appelait Konko Siree et Buubu Diiye en avait un (aussi) qui s’appelait Bookar Buubu. Ils sont tous les deux en vie actuellement [vers 1920].

91Le premier Sule Bookar [9.7] était le père de Mammadu Sule, père de Bookar Mammadu et de Sammba Mammadu connus sous le nom de Bookar Booli et de Sam Booli, et qui sont tous les deux en vie. Ils sont actuellement à Padalal [Da 16] en Mauritanie.

    • 19 Gadano signifie « le premier ». Borgne, en pulaar, se dit : ɗokko.

    L’autre Sule Bookar [9.8], c’est Almaami Sule Baggel, père de Konko Sule, père de Kummba Konko, mère de Sammba Siidi, de Demmba Siidi et de Hamme Siidi, (tous) fils de Siidi Bakkar dit Gadano, c’est-à-dire, al-a‘war (le borgne)19.

92[8.12] Quant à Aali Siree Njaay, connu sous le nom de Aali Tammbadu, il était le père de Sammba Aali, de Bakkar Aali et de Sule Aali.

  • Sammba Aali était le père de [174a] Njaay Sammba qui était fille unique.

  • Bakkaar Aali était le père de Siidi Bakkar, père de Sammba Sidi, de Demmba Siidi et de Hamme Siidi (que nous avons) déjà cités.

  • Sule Aali, aussi appelé Almaami Sule, était le père de Bookar Almaami, de Sammba Almaami, de Umahaani Almaami et de Booli Almaami, (ces deux derniers enfants) sont de sexe féminin.

FIG. 4 : Les querelles de succession dynastique des Satigi Deeniyankooɓe au xviiie siècle.

93Umahaani Almaami était la mère de Siree Umahaani, connu sous le nom de Sire Abbaas, dont les frères sont à Jaaba.

94Sammba Almaami était stérile et n’a pas laissé d’enfants.

95Booli Almaami était la mère de Bookar Booli et de Sam Booli déjà cités.

Mode de succession des Satigi

  • 20 Buubu Gaysiri régnant de 1745 (selon Becker et Martin 1977) à 1749 (selon Robinsonet al, 1972, et O (...)

96Lorsque Buubu Muusa [6.1] mourut, il fut remplacé par Buubu Gaysiri [1721-1731], aussi appelé Buubu Moodi Bookar Sawa Laamu20. Selon leur coutume, le nouveau souverain réquisitionne les biens de son défunt prédécesseur, et ne laisse à ses enfants, de tout ce que leur père avait acquis durant (ou grâce à) son règne, que deux esclaves, un homme et une femme (‘abd et jārīya).

97Ces biens ainsi réquisitionnés, sont distribués ensuite aux guerriers, puisque les biens du souverain sont considérés comme un « trésor public » (bayt al-māl) et que seuls les soldats peuvent se l’approprier.

98D’autre part, ils ne destituaient jamais un souverain avant sa mort sauf s’il était atteint d’une maladie incurable et visible sur son corps comme la cécité [174b] ou quelque chose de semblable.

99Personne n’habitait avec le Satigi sauf ses guerriers qui ne le quittaient jamais, qu’il soit en voyage ou chez lui.

100En temps de guerre, il n’avait pas besoin de prendre des soldats parmi la population : il effectuait ses expéditions avec une armée permanente composée en majorité de jeunes captifs, fils de chefs, qu’il avait capturés après avoir vaincu leurs pères. Ils étaient formés et lorsqu’ils atteignaient la majorité, ils devenaient ses guerriers. La plupart d’entre eux étaient des Koliyaaɓe et des Wurankooɓe, et ce jusqu’à maintenant. Une partie d’entre eux étaient appelés les esclaves du Satigi.

  • 21 Sur l’importance de la cavalerie peule aux xvie et xviie siècles, voir la thèse de J. Boulegue (198 (...)

101Leur Satigi ordonnait de creuser un puits de quatre qāmāt (taille d’homme) après avoir ordonné aux forgerons de fabriquer des brides avec lesquelles on remplissait ensuite le puits. Les soldats prenaient ces brides et voyageaient dans le pays et quand ils voyaient un cheval qui leur plaisait, ils s’en emparaient et lui mettaient la bride. (Ils continuaient) ainsi jusqu’à ce que le puits soit vide. La cavalerie du Satigi était reconstituée ainsi21 chaque année.

102Je ne sais pas si le roi payait ces chevaux avec son propre argent ou s’il les prenait par force. Et Allah le Très-Haut est plus savant.

103Parmi les habitudes du roi [il ordonnait], à chaque guerrier de porter à son bras droit un bracelet d’argent pour se distinguer de ceux qui n’étaient pas dans l’armée. Et Allah le Très-Haut est plus savant.

Rivalités dynastiques parmi les lignées issues de Bookar Sawa Laamu au xviiie siècle

  • 22 Buubu Gaysiri régna en 1745 et ensuite de 1747 à 1749 (Becker et Martin). La place généalogique de (...)

104Quand Buubu Gaysiri [6.4 (1747-1749)]22 mourut, il avait un seul fils qui s’appelait Sule Buubu [7.5]. Il l’avait confié aux fils de Buubu Muusa : Konko Buubu Muusa, Sule Njaay, Siree Njaay et Bakkar Buubu Muusa qui n’avait pas laissé de postérité.

  • 23 Kamara inverse la chronologie car le règne de Buubu Gaysiri est postérieur aux règnes successifs de (...)

105Konko Buubu Muusa [7.1] succéda à Buubu Gaysiri23[175a] mais il entra en conflit avec Sammba Gelaajo (qui prétendait ?) être plus légitime à succéder au Satigi que Konko.

  • 24 Le règne de Sammba Donde [5.2] (1707-1709) s’intercale entre ceux de Sammba Bookar et de Gelaajo Bo (...)

106Ce conflit remonte à la génération précédente : Gelaajo Bookar, aussi appelé Gelaajo Jeegi n’avait pas aimé que son frère Sammba Bookar [5.1 (1702-1707)] père de Buubu Muusa hérite du titre de Satigi24. Bien qu’il manifestât son opposition, il ne pouvait interdire (l’accès de son frère au pouvoir). Aussi, quand Sammba Bookar mourut et fut remplacé par Gelaajo Bookar [5.3 (1710-1718)], Buubu Muusa, lequel n’est autre que le fils de Sammba Bookar, s’opposa également à cette désignation. Et même si sa haine était perceptible, il ne pouvait rien faire car c’était son oncle.

Conflits entre Buubu Muusa et Sammba Gelaajo (1724-1731)

  • 25 C’est à partir de l’intervention des « Salétins » (originaires de Salé au Maroc), ou « Ormans » dan (...)

107Les conflits n’avaient cessé d’engendrer la haine entre eux jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Konko [lui-même fils de Buubu Sammba]. On disait même que Sammba Gelaajo fut l’assassin de Buubu Muusa25, soit par ruse, soit par un « travail » secret. On disait (aussi) que Sammba Gelaajo n’était pas présent lors de la mort de Buubu Muusa et qu’après la mort de ce dernier, ils utilisèrent les services d’un pêcheur originaire de Doondu [Ng 4], village situé à cette époque à Doondu Ύaaɓe, entre Doondu et Aali Wuuri [Ng 5]. Les Deeniyankooɓe habitaient peut-être à Doondu à cette époque, d’après ce que m’a rapporté Buubu Diiye qui est mort en juillet de cette année 1921. Ce pêcheur s’appelait Buubu Booy. Ils lui avaient ordonné (donc) de jeter (le corps de) Buubu Muusa dans le fleuve du Sénégal après l’avoir alourdi afin qu’il ne remonte pas à la surface et que leurs ennemis ne le voient pas. [En effet], ils prétendaient avoir un talisman (hijāb) qu’il suffisait d’écrire sur l’épaule d’un mort pour que son souvenir s’éteigne chez ses proches et que (ce mort) ne refasse jamais [175b] surface après.

108Buubu Booy jeta alors (le corps de Buubu Muusa) dans le fleuve Sénégal, et quand Sammba Gelaajo revint, il demanda où se trouvait la tombe de son cousin. Tout le monde répondit : « nous ne savons pas où est sa tombe ». Puis, on lui dit que seul Buubu Booy en connaissait l’emplacement. Il demanda à celui-ci (où se trouvait la tombe). Buubu Booy refusa de la lui indiquer. Sammba Gelaajo insista (mais) Buubu Booy lui dit qu’il ne savait pas où était la tombe.

109Sammba revint alors à la tête d’une armée et attaqua les gens de Doondu. Il captura leurs femmes et leurs enfants après avoir tué les hommes. Il vendit les enfants aux traitants français qui les emmenaient à Ndar (Saint-Louis). On dit [que certains de leurs descendants] sont à Get Ndar Moolo. Allah le Très-Haut est plus savant.

110Buubu Booy était le père de Siree Buubu, père de Sawa Siree, père de Siley Sammba, père de Baaba Siley, père de Hammadi Baaba qui est actuellement à Doondu et qui est mon ami, et Allah le Très-Haut est plus savant.

Conflits entre Sammba Gelaajo et Konko Buubu Muusa, 1734-1741

111Sammba Gelaajo [6.3] voulut alors succéder à (Buubu Muusa, mais) les fils de ce dernier et leurs alliés, [d’ailleurs] la majeure partie (des gens) de leur côté refusèrent et installèrent Konko [7.1] comme successeur de son père. L’armée se divisa, à cause de cela, en deux partis : l’un avec Sammba et l’autre avec Konko.

112Sule Buubu Moodi Bookar Sawa Laamu, aussi appelé Sule Buubu Gaysiri, appartenait au groupe des partisans de Konko. C’est pour cela que le Satigi [Konko] ne l’avait pas dépouillé de ce que possédait son père [Buubu Gaysiri], comme l’exigeait la coutume.

113La guerre éclata entre eux, et ce fut le début de leur déclin et de l’affaiblissement de leur autorité. [Cette guerre intestine dura] jusqu’à la ruine de l’État peul, au moment où émergeait la nouvelle puissance des Tooroɓɓe.

  • 26 Population du Sénégal oriental.

114On dit qu’ils [les Deeniyankooɓe] possédaient auparavant (tout le territoire) de Ndar [Saint-Louis] jusqu’au Xaaso et de la montagne de l’‘Aṣāba, dans le pays des Bayḍān (arḍ al-bayādīn), jusqu’à la mer salée (al-baḥr al-mālih), y compris le Nyaani, le Ɓunndu, le Gajaaga et d’autres entités politiques. On prétend que la raison pour laquelle les Konyaagi26 ne portent pas [176a] de vêtements, c’est que les percepteurs (les envoyés) des Deeniyankooɓe venaient souvent chez eux et leur prenaient tous leurs biens, y compris les vêtements qu’ils portaient : aussi ont-ils arrêté de porter des vêtements et ce jusqu’à maintenant. On disait que tout le monde leur payait le tribu (al-kharāj), et Allah le Très-Haut est plus savant.

Les guerriers et les armes

  • 27 Village du Gidimaxa.

115Sammba Gelaajo fut le premier à combattre Konko avec des soldats (recrutés parmi) les Bayḍān (al-bayādīn) et d’autres. (Konko et ses gens) habitaient à cette époque au Fori [Gorgol] et Siree Gata à Beylugge27.

116Sammba les attaqua avec l’armée de Hel Heyba, qui était commandée par [Heyba] lui-même, accompagné d’autres (guerriers) arabes du Sahara mauritanien. Ils s’affrontèrent à Jowol [Ng 3], après que Konko eut quitté le Fori pour se rapprocher du fleuve Sénégal et ce afin d’éloigner les femmes et les enfants du lieu de combat. Sammba les rejoignit à Jowol (après). On dit qu’ils habitaient, à cette époque, à Doondu [Ng 4]. Ils s’étaient affrontés près des sables de Bilbasi. Konko fut vaincu (et s’enfuit) et l’armée de Sammba le poursuivit jusqu’à Mboolo [Yi 13]. Sammba avait interdit à Heyba et aux autres Bayḍān de poursuivre les vaincus. Heyba refusa et continua jusqu’à Mboolo. Sammba disait à ce sujet : « ko Heyba koo dey wonaa ballal », c’est-à-dire : « ce qu’a fait Heyba n’est pas une aide ». (Cette phrase) devint un dicton jusqu’à maintenant.

  • 28 André Brüe, directeur de la compagnie du Sénégal, rencontra le Satigi Siree Sawa Laamu en 1605 à Jo (...)

117On dit qu’un chrétien (naṣrāni), venant de l’Ouest (al-maghrib), était arrivé avant qu’ils ne commencent la guerre. Il trouva les deux armées prêtes pour le combat à Jowol. On prétend qu’il s’appelait « Idiri Sarluger ». On disait (aussi) qu’il s’appelait André Brüe28. C’était lui qui avait apporté des fusils (madāfi‘) aux gens de Kajoor aussi. On dit qu’il était Anglais et Allah est plus savant.

118C’était le premier chrétien à avoir pénétré dans le « Nīl » du Fuuta. Il demanda qui était le roi du pays, on lui répondit : « Konko est le roi ». L’armée de Sammba lui disait que c’était faux et que c’était Sammba le roi. Quand il vit qu’ils étaient en conflit, il donna à Konko les fusils dont il avait besoin et en donna aussi à Sammba Gelaajo, [176b] afin qu’ils luttent entre eux et que le vainqueur touche le tribut (payé par les non-musulmans) (al-jizya). On dit que c’étaient les premiers fusils à être vus au Fuuta, et Allah le Très-Haut est plus savant.

Les batailles entre Sammba et Konko

119Quand l’armée de Konko arriva à Mboolo [Yi 13] après sa défaite, Allah lui redonna de la force. Ils retournèrent combattre Sammba avec plus de zèle et Allah leur donna la victoire. Ils chassèrent Sammba vers le désert des Bayḍān et Konko reprit le pouvoir et perçut le tribut des chrétiens pendant des années.

120Quand le tribut arrivait, Konko prenait la part qu’il voulait, puis il donnait à son frère – qui le remplaçerait à sa mort ou pendant son absence et qu’on appelait Kamaleŋku – une autre part connue du tribut et enfin donnait le reste aux guerriers selon leurs grades et leurs rangs.

  • 29 Voir infra les alliances contractées entre ce lignage et les Kan, fondateurs de l’Almamiat (cf. 297 (...)

121Konko avait offert sa fille Aminata Konko à alkaati (de) Mboolo [Yi 13], Sawakudi [Kan] qui était son ministre, son chambellan et son shaykh et ne le quittait jamais29.

122Outre sa fille, il lui avait donné aussi la part de tribut que touchait son frère, le Kamaleŋku.

123C’était le Kamaleŋku qui faisait le partage du tribut, mais à partir du moment où Sawakudi prit la part de celui-ci avec son assentiment, ce fut lui qui fit le partage aussi.

  • 30 Voir le livre de D. Robinson (1975a) à propos de ce personnage qui mit fin au régime des Almaami au (...)

124Sawakudi avait continué à donner une partie du tribut à Kamaleŋku. Alors même que les Tooroɓɓe auraient pris le pouvoir, les [KAN issus de] Sawakudi continuèrent à faire le partage du tribut et ce jusqu’au terme de leur domination, après la mainmise d’Abdul Bookar [KAN]30 sur le Fuuta.

125Sammba Gelaajo [6.3] recruta une très grande armée parmi les Bayḍān, avec laquelle il attaqua Konko, sortit victorieux de la bataille et le chassa vers le Tooro où il resta des années durant lesquelles Sammba resta au pouvoir. Cependant les partisans de Sammba le trahirent. Ils ne le supportaient plus à cause de sa dureté. Ils écrivirent à Konko et lui demandèrent de revenir.

126Konko rassembla une armée formée de contingents du Tooro et du Trārza. On lui fournit une troupe importante avec laquelle il attaqua Sammba Gelaajo, en fut vainqueur et le chassa. Sammba s’enfuit au Ɓunndu et s’installa dans le village de Jamweli. Le reste des Deeniyankooɓe le poursuivit. Ils partirent du Fuuta jusqu’au Damnga afin d’empêcher Sammba [177a] de revenir. Ils habitaient au Fori, à Tummbere Jiinge. Ensuite, Konko vint avec les Deeniyankooɓe à Dasdelate, qui est un endroit entre Kayhayɗi [Bo 10] et Beelinaaɓe [Bo 7] sur la rive mauritanienne. Il écrivit à Satigi Dekle [He 7] et le rencontra là-bas. Il lui dit : « Nous devons aller au Damnga afin d’empêcher Sammba Gelaajo de revenir au Fuuta et d’y semer le désordre, car il va rester à Jamweli jusqu’à la montée de la crue et il viendra au Fuuta y semer le désordre en mettant le feu aux villages et en tuant le bétail. » Satigi Dekle lui répondit : « Ton idée est sage, mais je ne sortirai jamais du Fuuta. »

127Ils le laissèrent et partirent avec leurs armées au Damnga afin d’empêcher Sammba Gelaajo de revenir de nouveau (au Fuuta).

    • 31 Sule Njaay, ou Sule Buubu, était le demi-frère de Koŋko (1745-1751) comme Siree Njaay, qui, lui, ne (...)

    Sule Njaay31 [7.2] s’installa à Horkayere [Da 17] et ses guerriers occupèrent la zone qui s’étend des tamariniers, (qui se trouvent) entre Horkayere et Booseyaaɓe [Da. 15], jusqu’à Gassambiri [Da 17.3] et Ballel [Da 22] [Damnga ouest].

  • L’armée de Konko [7.1], partit à Juburun, au-dessus de Jaawara [dans le Gajaaga].

  • Quant à l’armée de Siree Njaay [7.3], elle s’installa à Loobaali [Da 25], en attendant Sammba Gelaajo afin de l’empêcher de rentrer au Fuuta [Damnga est].

Conversion et fin du règne de Konko

128Pendant qu’ils formaient ce dispositif militaire, le griot (qawwāl) de Sammba Gelaajo, Sewi Malal Laayaan, arriva (monté) sur le célèbre cheval de ce dernier, Ummullatuum. Il les informa, en chantant, de la mort de Sammba Gelaajo à Jamweli. Ils furent saisis d’étonnement devant la puissance de Allah le Très-Haut et reconnurent que toute force et tout pouvoir appartiennent à Allah, l’Unique, le Puissant.

129Konko se repentit devant Allah le Très-Haut et abdiqua. Il nomma son frère Sule Njaay comme son successeur, puis il s’adonna à l’apprentissage de tout ce qui pouvait augmenter sa piété. Il devint le muezzin de la mosquée et le resta jusqu’à sa mort, que Allah le Très-Haut ait son âme !

130On disait que quand il avait besoin d’argent, il allait devant la porte d’un riche et lui demandait de lui donner l’aumône, qui ne devait pas être inférieure à un esclave (‘abd), une servante (ama) ou une vache qui vient de mettre bas (nafīsa). C’est pour cela qu’on disait de celui qui demande quelque chose de précis comme aumône : « Celui-là est comme l’aumône de Sallī Konko ».

131Ceux qui étaient restés à Juburun et à Loobaali [Da 25], retournèrent à Horkayere [Da 17] et habitèrent tous avec Sule. [177b] Ils avaient rempli tout le village qui s’était beaucoup aggrandi et devint la capitale (de leur royaume) (dār al-mulk).

132D’autre part, les gens du Fuuta écoutèrent les propos de Ceerno Sulaymaan Baal et purent évaluer la faiblesse des Deeniyankooɓe à cause des guerres précitées. Ils arrêtèrent alors d’obéir (à Sule Njaay) comme ils le faisaient auparavant. Les gens du Ɓunndu et du Jolof firent la même chose.

Règne du Satigi Sule Njaay (1745-1765)

  • 32 Le Satigi Sule Njaay régna à plusieurs reprises à partir de 1745 jusqu’en 1765 (1745-1747, 1749-175 (...)

133Sule Njaay [7. 2]32 les combattit tous avec ses armées. Il combattit les gens du Fuuta, c’est-à-dire (les) Saybooɓe, à Mboolo [Yi 13] ou bien ils furent vaincus et chassés vers Mboolo. Il y a là un doute de l’informateur. Allah le Très-Haut seul sait ce qui est devant et ce qui est derrière nous. Nous ne savons de Ses connaissances que ce qu’Il veut (nous faire savoir). Louange à lui, l’Eternel, Celui qui dure toute l’existence, et qui existe depuis la préexistence (azul al-āzāl). Tout Le loue. Il n’a pas d’ami parmi les vils. Exalte-Le beaucoup. Louange à Allah ! Gloire à Allah ! Il n’y a pas de Allah sauf Allah. Allah est Grand ! Je cherche refuge auprès de Allah contre ce que je crains.

134Les Deeniyankooɓe menaient des expéditions contre les Saybooɓe – il désigne peut-être les gens de Satigi Dekle [He 3] et Allah est plus savant – ils les tuaient ou les capturaient, puis ils retournaient (chez eux).

135Durant l’une de ces expéditions, Aali Maamuudu Aali Raasin [Lih Ceerno Molle] de Ciloñ les avait poursuivis (mais) ils l’avaient tué entre Ndulumaaji Funeeɓe [Ng 18] et Demmbe [Ng 19].

136Le Fuuta, durant ces années de guerre civile (fitna), fut déserté pendant plus de cinq ans. Une partie des habitants avait fui au Kajoor, au Jolof, au Saalum et au Ɓunndu. La famine et l’anarchie durèrent cinq ans.

Sule Njaay, Sulaymaan BAAL et les Koliyaaɓe

137Parmi ceux qui avaient quitté le Fuuta, il y avait une partie des Baalɓe de Booɗe [La 3], qui étaient partis au Kajoor. Ils avaient fui dans le village de Tiddibitti où ils sont actuellement. Ils sont devenus maintenant (des) Wolof. Nous ne pouvons pas compter ceux qui avaient fait comme eux, tellement ils sont nombreux.

138Ceerno Sulaymaan Baal [Baal] vint à Horkayere [Da 17] (mais) Sule Njaay l’empêcha de s’y installer. Il retourna une deuxième fois à Horkayere afin de semer la discorde entre Sule Njaay et son armée. Il descendit chez Dara [Jah], père de Siree Dara, grand-père de Maalik Hammaat qui jouissait d’une grande considération à Ngijiloñ [Ng 6].

139Sule Njaay convoqua Dara et lui dit : « O Dara ! qu’est-ce qui t’a poussé à héberger ce shaykh chez toi (malgré) mon interdiction ? ». Dara joua au plus fin avec lui jusqu’à ce qu’il lui pardonne. Alors Sule Njaay lui dit : « Que ton hôte vienne (me voir) afin que j’écoute ses propos [178a] et ses prédications. »

140Quand le jour (de l’entretien) arriva, le shaykh vint et dit (à Sule Njaay), après un long sermon (wa‘dh) : « Combien as-tu de femmes ? ». « Cent, répondit-il, mais seules trois parmi elles sont libres : une des filles de Teŋella ou Saybooɓe, une femme des Yaalalɓe et une autre des Raŋaaɓe. » Les Koliyaaɓe furent furieux de cette réponse et ripostèrent : « Tu as pris nos filles comme servantes (jawārī) alors que nous ne sommes pas tes esclaves (‘abid) ». « Si, leur répondit-il, vous les Deeniyankooɓe, vous êtes tous nos esclaves, mais nous ne vous partageons pas lors de l’héritage. Vous servez chacun des Satigi comme vous me servez maintenant. Vous êtes ses soldats. Mais toi, ô Dara !, tu es originaire de Kunaadugu. Nous t’avons eu comme part de butin, et toi – s’adressant à un autre chef parmi eux – tu es de tel pays, nous t’avons eu comme part de butin (aussi). » Il énuméra l’origine de chacun d’entre eux jusqu’au dernier. On dit que Siree Dara était originaire de Gese Jahjaaɓe, un village du Ɓuundu et Allah le Très-Haut est plus savant.

141Quand (Sule Njaay) eut démontré leur origine servile, ils se mirent en colère et décidèrent de quitter Horkayere et d’émigrer au Fuuta.

142Ils formaient la totalité de l’armée en marche. Le reste des guerriers, des Wurankooɓe et autres, les poursuivirent afin de les faire revenir par force. Ils livrèrent combat (mais) ils furent vaincus et s’enfuirent et retournèrent vite chez Sule Njaay.

143Les Koliyaaɓe poursuivirent leur route. Ils s’installèrent à Jannjooli [Ng 30] avec les premiers habitants de cette région et y restèrent jusqu’à l’arrivée de l’Almaami Abdul, puis ils partirent le rejoindre et s’installer avec lui. Ils firent partie de son armée et restèrent avec lui jusqu’à ce qu’il leur ordonne de partir de Koɓɓillo à Ngijiloñ [Ng 6], comme nous allons le voir dans l’histoire de l’Almaami Abdul, si Allah le Très-Haut le veut.

144[Selon une autre version] [Bo 32], la cause du départ et l’immigration des Koliyaaɓe seraient dues à l’assassinat de leur chef Gelaajo Jeegi par Sule Njaay quand il lui avait parlé de ses femmes (harīm). Il leur avait donné les Mboonnaaɓe afin de les contenter – comme nous allons le voir (en parlant) de leur histoire. Et comme ils n’avaient pas pu les retenir, (les Koliyaaɓe) avaient émigré. De toute façon et selon les deux versions, [les Deeniyankooɓe] furent très affaiblis à la suite de la défection des Koliyaaɓe.

145Ultérieurement, Sule Njaay partit en voyage avec une partie de son armée. Il monta sur un bateau pour traverser le fleuve Sénégal à Bittel, qui était un village entre Yella [Da 23] et Loobaali [Da 25], désormais déserté. « Quelque chose » de grand et d’horrible lui apparut dans le fleuve. Il tira avec son fusil qui se brisa dans sa main et il mourut sur-le-champ. On dit que [178b] (la chose) lui était apparue dans le fleuve près de Waawnde [Da 20]. Sa tombe s’y trouve mais elle est inconnue et personne ne sait où elle est exactement, et Allah le Très-Haut est plus savant.

146A sa mort, le reste de l’armée qui était resté après le départ des Koliyaaɓe, était parti au Fuuta aussi car ils avaient honte et peur d’eux.

Règne du Satigi Sule Buubu (1765-1772)

  • 33 D’après Robinsonet al. (1972), il régna de 1772 à 1776, cette dernière date marquant la fin de la d (...)
  • 34 Encore un anachronisme de Kamara puisque Saɓooy aurait régné entre 1765 et 1772 en tant que Satigi (...)

147Sule Njaay avait laissé 33 enfants, aussi bien garçons que filles. Ses frères Konko et Siree Njaay avaient le même nombre d’enfants aussi. A la mort de Sule Njaay, ses enfants et ceux de ses frères voulurent que le successeur soit désigné parmi eux. Cependant, Sule Buubu Moodi Bookar Sawa Laamu [7.6]33 qui jouissait d’une grande considération, et qui était un homme béni (mubārak) et un lettré, fut désigné comme successeur (de Sule Njaay) par l’armée en dépit des descendants de Buubu Muusa qui partirent en dissidence à Saŋe Jeeri [Da 24], entre Jaawara et Mudeeri sur la rive maure. Ils furent suivis par une partie de l’armée qui leur était restée fidèle et s’installèrent ensemble là-bas. Ils nommèrent à leur tête Satigi Saaɓooy Konko Buubu Muusa [8.4]34, et se détachèrent de ceux qui étaient restés avec Sule Buubu parmi les Deeniyankooɓe, ce qui eut pour résultat de les affaiblir davantage.

148De toutes les familles (bayt) Deeniyankooɓe, seules deux continuèrent à exercer le pouvoir : la famille de Buubu Muusa et celle de Sule Buubu. Parmi ceux de cette lignée qui gouvernèrent, il y eut Almaami Siree Sule Buubu, père de Almaami Teŋella Siree, frère de Diiye Siree, mère de Bakkar Diiye, Gellaay Diiye et Boongal Diiye à Maatam.

  • 35 On l’appelle également Sule Njaay II pour le distinguer de Sule Buubu Muusa, désigné aussi sous le (...)

149Ceerno Sulaymaan Baal fut tué par les Bayḍān (al-bayādīn) à Fori, les gens du Fuuta connurent des atermoiements par crainte des Bayḍān et des Deeniyankooɓe. Ils décidèrent alors de prêter serment d’allégeance à Sule Buubu35 [7.6] à condition qu’il soit un homme de religion et qu’il renonce aux amusements (al-malāhī) auxquels étaient habitués les Satigi précédents. Ils lui firent part de leurs propositions et il accepta. Ils partirent alors chez lui, le reconnurent comme roi et lui demandèrent de venir au Fuuta, ce qu’il fit avec son armée et sa famille. Il résida à Ciloñ [Bo 30] [au centre du Fuuta] un certain temps, tout en restant un homme de religion.

150Cependant les gens du Fuuta s’accusaient mutuellement de ne pas avoir désigné à leur tête un savant (‘ālim) comme Almaami Abdul. Quand Sule Buubu vit leur agitation, il décida de retourner avec son armée et sa famille au Damnga. Il prit la route du côté de la Mauritanie, en face de Maatam, à un endroit qui s’appelle jusqu’à maintenant Foonde Sule Buubu, car Sule Buubu y avait résidé. « Foonde » signifie chez nous (dans notre langue) la terre qui est autour du fleuve et qui est rarement inondée par les eaux lors de la montée de la crue. C’est pour cela qu’on la cultive [179a] pendant la saison des pluies, lorsqu’il n’y a pas beaucoup de crue.

151Lorsque les inondations durent longtemps, la récolte est détruite, mais quand les eaux baissent, on (re)cultive la terre ce qui donne une bonne récolte en saison sèche (froide).

152Sule Buubu continua sa route jusqu’à Waali Jantaŋ [Da 18], où il s’installa avec son armée et sa famille. Jaaw était aux mains des Jaawɓe. (Au moment de) l’arrivée de Sule Buubu, le sorgho de la cuvette de Jaaw était mûr et prêt à être égrené. Sule Buubu leur arracha ces terres et s’en empara.

153Les Jaawɓe appelaient ces terres « Galnyaaɗe » car Sule les avait saccagées et les avait arrachées à leurs propriétaires, c’est ce que signifie (le mot) « Galnyaaɗe  ».

154Quand les gens du Fuuta firent appel à l’Almaami Abdul et le désignèrent comme chef, Sule Buubu partit lui aussi. Il résida un certain temps au Gidimaxa où il se maria avec la mère de son fils Sam Booli, puis il retourna à Waali [Da 18].

155L’Almaami Abdul écrivit à Ceerno Bayla [Soh] du village de Haawre [Da 26] et lui ordonna de combattre Sule Buubu avec l’aide des gens du Damnga. Ceerno Bayla obéit à l’ordre et se mit à la tête d’une armée du Damnga. Il fit construire un fort à Gumal [Da 19], un village près du fleuve du côté du Sénégal entre Barkeewi et Waawnde [Da 20]. L’armée de Sule Buubu arriva en plein jour, détruisit le fort et tua Ceerno Bayla.

156Sule Buubu [7.6] continua à combattre les gens du Fuuta et les fils de Buubu Muusa qui étaient à Saŋe Jeeri [Da 24]. Il envoya une armée, sous la direction de son oncle Sammba Biraama Sawalaamu, combattre les descendants de Buubu Muusa, et il lui donna un cheval qu’il avait acheté (pour le prix) de sept esclaves (‘abid). Son oncle partit avec cette armée à leur rencontre et les combattit violemment mais son armée fut défaite et chassée jusqu’aux environs de Waali [Da 18].

157Sammba Biraama retourna, avec les rescapés, chez Sule Buubu et ils l’informèrent de ce qui s’était passé. Il fut très furieux et dit (à son oncle) : « Je t’ai donné un cheval qui vaut un tel prix et tu es vaincu avec ton armée. Tu n’as pas vaincu, tu n’es pas mort (non plus) et [179b] ces gamins (al-sibyān) t’ont chassé. Ceci n’est pas digne de toi. »

158Furieux, Sule Buubu, qui était d’une taille imposante, partit chez lui. Un âne lui coupa le chemin, et Sule le frappa avec sa canne et lui brisa le dos. L’âne mourut sur-le-champ.

159Aussitôt après, Sammba Biraama prit la selle et la bride, rendit le cheval à Sule Buubu et partit chez Almaami Abdul auquel il prêta serment d’allégeance puis il habita à Sooringo [Da 6] – un village des bords du fleuve près de Kanel [Da 4], dans le canton de Maatam – avant de partir à Bappalel [Da 12]. Nous en reparlerons dans l’histoire des Raŋaaɓe, si Allah le Très-Haut le veut.

160Almaami Abdul envoya une grande armée à Sule Buubu. Averti, ce dernier partit avec son armée et ils traversèrent le fleuve. Les deux armées se rencontrèrent près de Padalal et de Bedeŋke [Da 16] et se combattirent. Sule Buubu en sortit vainqueur.

161(Les soldats de l’almaami Abdul) lui tendirent une embuscade à Bedeŋke. A son retour, tout heureux d’avoir remporté une victoire sur ses ennemis, il fut pris dans cette embuscade. Ils tirèrent sur lui avec leurs fusils. Sule tomba de son cheval dans un fossé, et le cheval lui tomba dessus, tuant Sule Buubu sur-le-champ.

  • 36 S’agit-il de Bookar Sule (8.6) qui apparaît dans les archives en 1772.

162(Après sa mort), ils nommèrent à leur tête Satigi Bookar Faatimata36 qui fut le dernier à porter le titre de Satigi.

Les Almaami Deeniyankooɓe (fin xviiie-xixe siècles)

L’Almaami Jaaye Konko

  • 37 A partir des années 1770, les Deeniyankooɓe contrôlent la partie est du Damga et ne portent plus le (...)

163Après la mort de Bookar Faatimata, les Deeniyankooɓe désignèrent, à l’unanimité Almaami Jaaye Konko Buubu Muusa [8.5], comme leur roi. Ils l’appelèrent Almaami et abandonnèrent le titre de Satigi37. Ils s’étaient peut-être arrêtés d’appeler leur roi (khalīfa) du titre de Satigi à partir du moment où les gens de Fuuta eurent nommé Sule Buubu à leur tête, après la mort de Ceerno Sulaymaan Baal, et Allah le Très-Haut est plus savant.

Fourberies des Wurankooɓe

164Almaami Jaaye habitait à Tulel [Da 19], un village de Mauritanie situé près de Waali [Da 18]. (Les gens de ce village) pillaient les biens des gens du Fuuta et du Ɓuundu, et les esclaves de ces deux pays se réfugiaient chez eux de temps en temps. Après l’assassinat de l’Almaami Abdul, cela devint fréquent, [180a] et les gens commencèrent à se plaindre.

  • 38 Située entre Magaama et le fleuve (cf. Schmitz & Sow 1989).

165Une armée se rassembla sous la direction d’Aali Dunndu [Kan] et partit vers eux. Elle s’installa à Moda38, un terrain de cultures de Magaama [Da 10]. Un Wuraŋke qui quittait [le pays des] Deeniyankooɓe pour le Fuuta accompagnait Aali Dunndu. Celui-ci l’envoya chez (l’)Almaami Jaaye afin de lui dire de se soumettre ou de s’enfuir, avec ses gens, où il voulait, et que Aali Dunndu ne voulait pas lui faire la guerre mais que c’étaient les gens du Fuuta qui lui avaient confié cette tâche. Quand le Wuraŋke arriva chez Almaami Jaaye, il lui dit : « Aali Dunndu te dit que tu es un lâche, et que si tu es courageux, reste à ta place jusqu’à ce qu’il vienne te massacrer. Mais (Aali Dunndu) est un menteur et nous, nous te soutenons. Nous ne sommes avec eux qu’en apparence, mais nos cœurs sont avec vous. Nous vous soutiendrons. » Almaami Jaaye lui dit : « Dis-lui que n’ayant pas fui même devant quelqu’un de plus fort que lui, à plus forte raison nous ne fuirons pas devant lui. »

166Quand le Wuraŋke revint chez Aali Dunndu, il lui dit : « Almaami Jaaye te dit que tu es trop gros, qu’auparavant tu n’étais qu’un berger et qu’il ne fuira jamais devant un berger. »

167En effet, parmi les traits de caractère des Wurankooɓe, s’il y a des constantes, c’est bien l’art de la calomnie, la médisance et la propagation de la brouille entre les gens par le mensonge. Seule une partie d’entre eux (échappe à cette règle), mais c’est seulement une exception. C’étaient les Wurankooɓe qui, par leurs calomnies, avaient brouillé les Deeniyankooɓe et les Koliyaaɓe, ce qui avait poussé ces derniers à émigrer au Fuuta.

  • 39 Le mot « Wuranke » provient de wuro qui désigne le lieu habité, le village, et a comme équivalent s (...)

168En effet, « Wuranke »39 veut dire villageois et désigne celui qui résidait près du Satigi. A vrai dire, il faudrait les appeler « Wuruɓe », c’est-à-dire les calomniateurs, ceux qui ne font que duper, trahir et calomnier, et non pas Wurankooɓe.

169Les plus réputés pour leurs méfaits parmi ces vils personnages étaient les gens de Aaliw Faamata, qui résidait à Guuriiki Sammba Joom [Da 13], ainsi que ses descendants, hommes et femmes. De plus, ils étaient lâches, hypocrites et cupides. Puisse Allah [180b] nous remettre dans la bonne voie et nous pardonner, ainsi qu’à eux. Amen ! Allah est capable de tout faire.

170Nous énumérerons plus loin les différents clans des Wurankooɓe, si Allah le Très-Haut le veut.

Bataille de Tulel [Da 19]

171Revenons à ce dont nous parlions auparavant, (c’est-à-dire) ce qui s’était passé entre l’Almaami Jaaye et l’armée de Aali Dunndu.

  • 40 C’est la dynastie Sih qui fournissait les Almaami du Ɓuundu.
  • 41 Lieu anciennement habité (winnde) où pousse l’indigo (boruuji), qui, comme le cotonier, était une p (...)

172(Cet événement) coïncidait avec l’arrivée, au Ɓunndu, de Hammadi Ayshata [Sih]40 qui voulait combattre les Deeniyankooɓe parce qu’ils semaient le désordre dans son pays par le pillage et que ses esclaves coupaient les oreilles de leurs enfants. Il s’était installé, avec son armée, à Wiinde Boruuje41 près de Barkeewi [Da 18]. Il se peut que Aali Dunndu [Kan] et Almaami Hammadi Aysata aient eu une correspondance en vue de se rencontrer à une date précise afin de combattre (ensemble les Deeniyankooɓe). Cela est tout à fait possible.

173A ces causes de désordre, s’était ajoutée l’arrivée de Ceerno Njaay avec une armée de Bambara qui attaquèrent les villages des Hayrankooɓe après l’assassinat de l’almaami Abdul.

174Les deux armées, celle de Almaami Hammadi et celle de Aali Dunndu, se rassemblèrent, attaquèrent (les Deeniyankooɓe), détruisirent leur village, tuèrent, entre autres, l’Almaami Jaaye et capturèrent leurs esclaves. Ils prirent cinquante esclaves parmi ceux de Joom Aaliw [Bah] fils de Sammba Siree al-Jālālli al-Gangeli (de Ganngel) [Da 13].

175La mère de Joom Aaliw, Njaaga Sule Buubu, était revenue habiter chez ses parents, les Deeniyankooɓe, après la mort de son mari Sammba Siree qui avait combattu le Brak du Waalo au sein de l’armée de Almaami Abdul. Joom Aaliw avait cinq ans à l’époque. Sa mère le prit avec toute sa famille, chez elle. Ils habitaient à Tulel [Da 19] avec les Deeniyankooɓe (au moment où) ils furent frappés par ce malheur. L’armée des Bambara qui rejoignit celle du Ɓunndu, captura aussi la mère (de Joom Aaliw) Njaaga Sule qui mourut entre Horkayere [Da 17] et Gasambiri [Da 22]. Que Allah ait son âme !

176Quand les deux armées furent parties, le reste des Deeniyankooɓe se rassembla et émigra au [181a] Gidimaxa afin d’être proches de leurs alliés Masasilaŋkooɓe Bambara et d’être aidés par eux pour combattre les gens du Fuuta. Ces derniers eurent peur et ils les firent revenir en leur promettant qu’ils seraient gouvernés par celui qu’ils souhaiteraient, qu’ils ne seraient espionnés par personne et qu’ils pourraient continuer à piller et à servir de refuge aux esclaves qui auraient coupé les oreilles de leurs enfants. Chaque esclave qui, en coupant l’oreille d’un de leurs enfants, faisait couler une quantité de sang égale à celle qui peut abreuver une mouche, lui appartiendrait.

177Les Deeniyankooɓe acceptèrent (ces propositions) et revinrent chez eux. Ils demeurèrent en paix jusqu’à l’arrivée de l’Elfekki Aḥmad Jaatara [AÑ], père de l’Elfekki Mammad(u), père de Baydi Elfekki, qui par sermons leur avait interdit le pillage et d’autres choses (du même genre) qui faisaient partie de leurs habitudes.

Bataille de Ndenndoori [Da 8]

178Sam Booli [8.16], fils de Sule Buubu, fit appel aux Masasilankooɓe qui le rallièrent à Damnga. C’était là (qu’eut lieu) la fameuse bataille de Jammel Ndenndoori [Da 8 / Da 14]. Jamma – avec un fatha et une shadda sur le mīm – est une forme augmentative de jammi qui est le tamarin (al-tamr al-hindi), et Jammel est sa forme diminutive dans notre langue [le pulaar]. Cet arbre était [devant Ndenndoori, un des villages de Damnga] et dont, peut-être, les gens du Fuuta étaient fiers.

179On disait que l’Elimaan Rinjaw [AC] était entré un jour dans la province du Damnga mais qu’il fut chassé par Elfekki qui lui dit : « Que celui qui ose pénétrer dans la province du Ngenaar, sache que je casserai les dents de son grand-père. »

180Il partit et demanda aux gens d’aller au Damnga attaquer les Bambara et les Deeniyankooɓe (en leur garantissant que) tout ce qu’ils y trouveraient serait à eux. Quand Sam Booli arriva avec l’armée des Bambara, Elfekki les combattit mais il fut vaincu et s’enfuit à Fuuta.

181Les gens du Damnga qui s’étaient rassemblés avec leurs enfants et leurs biens afin d’évacuer le village, furent tous massacrés par les Masasilankooɓe et les Deeniyankooɓe. Seuls ceux qui étaient absents ce jour-là ou ceux dont Allah avait sauvé la vie par sa puissance, échappèrent à ce massacre.

182Les Masasilankooɓe et les Deeniyankooɓe capturèrent ceux qui étaient restés (en vie) et repartirent en emportant avec eux tous les biens qu’ils avaient pu porter.

183Joom Aaliw [Bah] captura cinq personnes, parmi les gens du Damnga, grâce auxquelles il racheta cinq personnes de Ganngel [Da 13], qui avaient passé l’hivernage et la saison froide au Damnga [181b] et ils furent capturés par l’armée des Bambara.

184Les Deeniyankooɓe revinrent à leur (vieille) habitude, à savoir piller et donner refuge à des esclaves qui coupaient les oreilles des enfants et dont ils devenaient les maîtres (propriétaires) (yamlikūnahum)

185(Cette situation dura ainsi) jusqu’à ce que Sammba Dunde, un des leurs, parte au Damnga avec un griot qui faisait partie des Maabuɓe Suudu Paate et dont le nom était Bookar Aamadu Aali Kurmel. Ils avaient les cheveux tressés selon leur coutume. Elfekki Aḥmad Jaatara les leur coupa par force. Peut-être avait-il fait cela parce qu’ils avaient volé quelque chose, et Allah est plus savant.

186Les deux hommes revinrent chez leurs gens, les Deeniyankooɓe, et les informèrent de ce qui s’était passé en leur montrant leurs têtes et ce que Elfekki avait fait d’elles.

Bataille entre Elfekki (Añ), les Deeniyankooɓe et les Bambara Masasi

187Sam Booli [8.16] partit encore une fois chez les Bambara pour recruter une armée pour combattre l’Elfekki. Au moment où il était chez eux au Kaarta, le fils d’Elfekki Aḥmad Jaatara, Muḥammad Elfekki, arrivait (chez les Bambara) avec sa troupe, pour demander que le roi des Bambara et son père (Elfekki Aḥmad) soient amis et qu’ils ne donnent pas d’armée à Sam Booli. Le chef (amīr) des Bambara fit semblant d’être d’accord et lui réserva un accueil chaleureux en lui donnant de bons repas et en organisant des spectacles pour lui. Il n’avait pas fait pareil avec Sam Booli, mais il l’avait informé en secret qu’il ne voulait que tromper Elfekki et l’induire en erreur.

188Le fils d’Elfekki retourna (chez lui), content d’avoir obtenu ce qu’il désirait et d’avoir réalisé son objectif.

189Elfekki habitait à cette époque à Gulugal entre Hammadi Hunaare [Da 14] et Booseyaaɓe [Da 15].

  • 42 La cuvette de Salor est située au sud de Horndolde dans le territoire Da 11 (cf. Schmitz et Sow 198 (...)

190Quand Muḥammad Elfekki arriva chez son père, il lui apprit que le but était atteint et qu’il pouvait être en sécurité et que Sam Booli échouerait (dans sa mission). (Mais) à ce moment-là, ils apprirent l’arrivée de l’armée des Bambara avec Sam Booli. Elfekki rassembla une armée et partit à leur rencontre. Les deux armées se rencontrèrent à Buruuji (qui sont) des champs (riyād), entre Adabere et Werma [Da 27]. L’armée d’Elfekki fut vaincue et poursuivie par l’armée des Bambara jusqu’à Gulugal. Elfekki dépassa son village de peur d’être tué. Il était accompagné par son fils Hamid Elfekki al-Kabir qui était le fiancé de Zaynaba Elimaan Duga, mère de Abdul Bookar [Kan]. Sam Booli les poursuivit jusqu’à Jammi Salor – Salor est le nom des cultures de décrue appartenant aux gens de Bappalel [Da 12] et de Horndolde [Da 11]42. Tous les trois montaient des chevaux : [182a] Sam Booli tua le fils d’Elfekki, Hamid Elfekki (tandis que) son père (réussit) à se sauver (ou grâce à) son cheval et Sam Booli ramena celui de Hamid Elfekki.

191Les Bambara poursuivirent (l’armée d’Elfekki) jusqu’à Kanel où ils s’arrêtèrent et firent demi-tour.

192Voilà ce que Bookar Binnta al-kuriki al-fimbi [de Guuriiki et de Fimmbo (Da 13)] et d’autres m’ont rapporté. Que Allah nous pardonne et nous protège, ainsi qu’eux. Amen !

Conclusion

193Les historiens prétendent que le règne (des Deeniyankooɓe) sur le Fuuta aurait duré deux cent soixante-treize ans. Je dis : c’est peut-être exact ou presque, car Taniyidda, qui est Teŋella, fut assassiné en 918 de l’hégire (1512-1513) et le règne de Almaami Abdul commença – d’après ce qu’on dit – en 1191 de l’Hégire (1777-1778) et entre les deux dates il y a 273 ans et Allah le Très-Haut est plus savant.

194Ces historiens citent aussi quelques-uns de leurs souverains que je n’ai pas cités, même s’ils ont peut-être existé. Si je ne l’ai pas fait c’est parce que je doute qu’ils aient régné et c’est parce qu’on n’a rien rapporté sur eux. Tout ce qui était dit sur eux, c’est que tel ou tel souverain avait régné, puis un autre, etc. J’ai laissé alors de côté tout ce qui comporte des doutes et je n’ai rapporté que ce qui est vérifié et plausible, et Allah le Très-Haut est plus savant.

195(Les Deeniyankooɓe) appelaient leurs souverains Satigi, jusqu’à Almaami Jaaye, et depuis ce dernier jusqu’à la pénétration française dans le Fuuta, ils ne désignaient leurs rois que parmi les descendants de Buubu Muusa et jamais parmi d’autres.

196Je ne sais pas s’ils avaient pris le mot Satigi du (mot) Silatigi qui est un mot bambara qui veut dire « le maître de la voie (Sāhīb al-tāriq) », ou du (mot) Jiitigi, qui est aussi un mot bambara qui veut dire « le maître de l’eau (Sāhīb al-mā’) ».

197Après Almaami Jaaye, c’est Almaami Siree Konko Buubu Muusa [8.2] qui lui succéda et qui fut remplacé ensuite par l’Almaami Makam Ben Konko [8.1] qui n’a pas laissé d’enfants. Almaami Bookar Saaɓooy Konko Buubu Muusa [9.2] lui succéda. Il était le père de Booli Almaami, mère de Faatima Booli, mère de Gata Sammba Joom, etc., et Allah le Très-Haut est plus savant. Parmi les Almaami des Deeniyankooɓe, il y eut aussi l’Almaami Bookar Siree Njaay, aussi appelé Bookar Siree Buubu Muusa.

198Quand les Deeniyankooɓe commencèrent à se déplacer très fréquemment et à soulever beaucoup de conflits desquels ils sortaient vaincus, les Duganaaɓe et les Labboyaaɓe les quittèrent pour aller, de la Mauritanie au Sénégal, prêter serment d’allégeance à l’Almaami Abdul.

Les Duganaaɓe de padalal et les Njaay (Da 16)

  • 43 Village situé juste en face celui de Barkeewi, sur la rive droite.

199Les Labboyaaɓe s’installèrent à Barkeewi [Da 18], tandis que les Duganaaɓe s’installèrent à Padalal [Da 16] avec les Silɓe qui étaient plus nombreux qu’eux. C’est pour cela que ces derniers auraient voulu que le chef soit désigné parmi eux, mais les Duganaaɓe refusèrent. Ils entrèrent alors en conflit et se firent la guerre. Les Duganaaɓe furent vaincus par les Silɓe et demandèrent l’aide des Deeniyankooɓe qui étaient à Wali [Da 18]43, à l’époque de Satigi Sule Buubu. Celui-ci leur envoya Bookar Sire Njaay pour les aider seulement, et non pas pour s’installer avec eux.

200Quand Bookar arriva (à Padalal), il chassa les Silɓe, prit leurs biens et leurs cultures et les donna à ceux qui étaient devenus ses clients (mawālī), les Duganaaɓe qui avaient sollicité son aide.

201[182b] Les Silɓe partirent à Horkayere [Da 17] et Bappalel [Da 12] (tandis que) Bookar Sire Njaay s’installa avec les Duganaaɓe à Padalal, sans l’assentiment de Sule Buubu.

202[Bookar Sire Njaay] était le père de Ceerno Bookar, de Sule Bookar et de Gelaajo Bookar.

203Quant à Ceerno Bookar, il était le père de Sire Ceerno, lequel est appelé également Sire Diiye, et de Buub Diiye. Ils furent tous les deux chefs de Padalal. Nous avons déjà parlé de la descendance (furū’) de Bookar auparavant.

Talismans des Deeniyankooɓe

204Sachez que je ne prétends pas connaître toute la généalogie des Deeniyankooɓe. Je n’ai cité que les plus célèbres d’entre eux ; quant à ceux dont les descendants s’étaient éteints, je ne connais pas leur généalogie et je ne connais personne qui la connaît.

205On dit que parmi les fils de Teŋella, il y avait Duga Teŋella, ou Buubu Teŋella, plus connu sous le nom de Duga Teŋella, duquel les Duganaaɓe étaient issus.

206(Quant à) Koli Teŋella, à qui on rattache les Koliyaaɓe, je ne connais que quelques-uns de ses descendants.

207On dit que parmi les descendants de Koli, il y avait Sammba Teŋella, duquel les Sammbankooɓe étaient issus. Ils étaient devenus rois à partir de Gelaajo Tabara qui était un descendant direct de Sammba Koli. Il s’appelait, peut-être, Sammba aussi ; et Dieu le Très-Haut est plus savant. Parmi ses habitudes, on raconte qu’il élevait des moutons, et au (cou de) chacun d’eux, il accrochait un couteau, un briquet (ou une batterie de fusil) (zinād) et une pierre, puis il les envoyait paître dans son royaume sans (la surveillance d’aucun) berger. Ni homme, ni lion, ni hyène, ne leur barrait le chemin. Ils revenaient toujours sains et saufs et il les égorgeait. Il élevait ensuite d’autres moutons à leur place avec lesquels il faisait la même chose. On dit qu’il (faisait cela) grâce à sa grande expérience en matière de talismans (hijāb).

208Les talismans de guerre des Deeniyankooɓe sont détenus par les Sammbankooɓe jusqu’à maintenant. Cependant, je n’ai jamais rencontré personne parmi eux ou en dehors d’eux qui puisse réciter leur généalogie (nasab), car ils sont méconnus et personne ne parle d’eux ; et Dieu le Très-Haut est plus savant.

Notes

1 Le passage du Tārīkh al-Fattāsh qui est cité ici par Kamara correspond au chapitre trois de la traduction de Houdas intitulé « Le royaume de Kanīaga ou royaume de Dīara » (Ka‘ti (trad. Houdas) 1964, pp. 70-74). Il s’agit du Xañaaga, un royaume où prédomine un peuplement soninke situé à l’ouest de l’actuel Mali, entre le Jahunu à l’ouest et le Kingi à l’est : il avait à sa tête un Xañaaga Farin.

2 Le Kumfari Umar, ou plutôt le Kurumina Fari (cf. infra), était le titre du chef ou du gouverneur militaire (Fari) d’une province, le Kurumina, située en amont de Tombouctou sur la rive droite du Niger. Elle correspond au Gurma actuel et avait pour capitale Tendirma. D’après Houdas (voir Ka‘ti 1964 : n. 2, p. 15) c’était la première dignité du royaume, ce qui explique le fait que c’était le frère de l’Askiya, Umar, qui en était le titulaire.

3 Zagharāni : groupe statutaire minoritaire mais très dispersé puisqu’on le rencontre de la boucle du Niger, comme ici, au fleuve Sénégal où il équivaut au mot Jaawanɗo en Pulaar, selon aussi bien H. Barth que H. Gaden (Tal Tamari, exposé au GREFUL le 6/11/95). Ses membres pratiquent le commerce ou bien sont conseillers du Prince tant dans la boucle du Niger qu’à Sokoto plus tard.

4 L’accusation d’être à l’origine des guerres est un thème récurrent des traditions arabes (Tal Tamari, ibid.).

5 L’auteur emploie le mot‘ìlm (science).

6 Le même passage est traduit par Houdas (voir ES-Sa‘dī 1981, pp. 127-129).

7 Nom donné au premier-né d’une femme ou à la première portée d’un animal.

8 Cette généalogie de Kamara doit être éclairée par une présentation graphique et par une généalogie (cf. Annexe). Une codification numérique renvoie du texte de Kamara à la généalogie et à la chronologie. Le premier chiffre (de 1 à 8) désigne la génération descendante en partant de Koli Teŋella, le second est le numéro d’ordre des individus appartenant à la même génération, classés de gauche à droite.

9 Selon D. Robinson et al. (1972, pp. 566-567), le règne de Koli se déroulerait avant 1512 (1495-1512), tandis que pour O. Kane (1986, p. 200) c’est l’inverse (1512-1537).

10 Dans D. Robinson (ibid.), Yero Jam est le septième Satigi (1580-1586) tandis que pour O. Kane (ibid.) il est le sixième et le troisième fils de Koli (1581-1591). Les deux auteurs font succéder à Koli deux de ses frères, Labba et Sammba, ce qui est conforme aux règles de la succession latérale (de frère en frère).

11 Gelaajo Tabara est le quatrième Satigi et donc précède Yera Jam à l’inverse de l’affirmation de Kamara. Selon Robinson, il aurait régné de 1563 à 1579, tardis que pour Kane, son règne se situerait entre 1571 et 1581.

12 Gata Yero Jam aurait régné de 1609 à 1610 pour Robinson, et de 1591 à 1603 pour Kane. Comme l’indique son nom même, il s’agit du fils de Yero Jam, puisque Gata est précédé du nom de son père. Ce Satigi était appelé plus communément Gata Kummba, Kummba étant probablement le nom de sa mère.

13 Sammba Laamu aurait régné de 1610 à 1640 pour Robinson, et de 1603 à 1640 pour Kane. Dans la mesure où les auteurs s’accordent sur les dates des règnes suivants, nous les indiquons dans le texte.

14 Entre Sammba Bookar et Gelaajo Bookar s’intercalent deux règnes non mentionnés par Kamara : ceux de Sawa Donde (1707-1709) et de Bubakar Siree (1709-1710).

15 C’est Bubakar Siree (1718-1721) qui succède à Gelaajo Bookar et non Buubu Muusa. A partir de cette époque, ce sont les Maures, souvent manipulés par le comptoir de Saint-Louis, qui font et défont les Satigi presque annuellement. C. Becker et V. Martin (1977) apportent des précisions sur la période 1721-1745. O. Kane (1970) avait résumé les affrontements entre Satigi qui déchirèrent le Fuuta Tooro du xviiie et qui permirent l’émergence et la prise de pouvoir des Tooroɓɓe à la fin du siècle. Le redoublement du « – » (tiret) marque l’intermittence des règnes entre les dates extrêmes mentionnées par Robinsonet al., Kane, Becker et Martin.

16 D’après Labat (1728, II, p. 201), rapporté par O. Kane (1986, p. 517), la seconde femme de Sammba Bookar serait la fille du Tunka (le roi) soninke Silman Bacili.

17 Les Tashomsha, groupe constitué de plusieurs clans religieux, ou zawāyā, du sud-ouest de l’actuelle Mauritanie, menèrent la fameuse Guerre des marabouts, ou Shurr Baba, à la faveur de laquelle sera mis en place un premier imamat sur les bords du fleuve Sénégal, précédant d’un siècle la révolution tooroodo.

18 Mammadu Bookar, dans l’exemplaire de Ganguel.

19 Gadano signifie « le premier ». Borgne, en pulaar, se dit : ɗokko.

20 Buubu Gaysiri régnant de 1745 (selon Becker et Martin 1977) à 1749 (selon Robinsonet al, 1972, et O. Kane 1986), près d’une quinzaine d’années séparent son règne de celui de Buubu Muusa (voir infra note 23).

21 Sur l’importance de la cavalerie peule aux xvie et xviie siècles, voir la thèse de J. Boulegue (1986, p. 75, 139), et celle de O. Kane (1986, p. 373). Achetant tout d’abord leurs chevaux aux Maures, les Peuls en pratiquèrent peu à peu l’élevage au Fuuta Tooro. Sur la traite des chevaux provenant de la Mauritanie et son importance pour la remonte des cavaleries des royaumes wolof, voir Webb (1993).

22 Buubu Gaysiri régna en 1745 et ensuite de 1747 à 1749 (Becker et Martin). La place généalogique de ce Satigi diffère selon les auteurs : Sire Abbas Soh (1913) en fait un fils de Sammba Booyi et de la mère de Gaysiri Dewal, tandis que pour Kamara, suivi par O. Kane (1986, p. 515), Buubu Gaysiri serait le fils de Moodi Bookar, lequel n’aurait pas régné, et Gaysiri Dewal, i.e. fille de Dewal, elle-même fille de Sawa Laamu. Enfin, une référence d’archives en fait un fils de Gelaajo Jeegi (O. Kane 1970, p. 762), à moins qu’il ne s’agisse d’un homonyme.

23 Kamara inverse la chronologie car le règne de Buubu Gaysiri est postérieur aux règnes successifs de Koŋko Buubu Muusa : 1734-1736, 1737-1738 (1739), 1742-1745 selon Becker et Martin).

24 Le règne de Sammba Donde [5.2] (1707-1709) s’intercale entre ceux de Sammba Bookar et de Gelaajo Bookar.

25 C’est à partir de l’intervention des « Salétins » (originaires de Salé au Maroc), ou « Ormans » dans les affaires du Fuuta que le règne des prétendants au titre de Satigi appartenant aux trois lignées issues de Bookar Sawa Laamu alterne presque une année sur l’autre. Nous suivons ici la chronologie fine de Becker et Martin 1977 : les périodes de règne de Buubu Muusa (1721, 1723-24, 1724, 1726 [-28]-1730) alternent d’abord avec celles de Buubakar Siree, puis avec celles de Sammba Gelaajo (1724-[1726-1729], 1731-1734, 1737, [1738-1739] -1741). Ce dernier fut en lutte surtout avec Koŋko Buubu Muusa (1734-1736, 1737-[1738-1739], 1742-45).

26 Population du Sénégal oriental.

27 Village du Gidimaxa.

28 André Brüe, directeur de la compagnie du Sénégal, rencontra le Satigi Siree Sawa Laamu en 1605 à Jowol (I. S.). Là encore il s’agit d’un anachronisme.

29 Voir infra les alliances contractées entre ce lignage et les Kan, fondateurs de l’Almamiat (cf. 297b).

30 Voir le livre de D. Robinson (1975a) à propos de ce personnage qui mit fin au régime des Almaami au xixe siècle.

31 Sule Njaay, ou Sule Buubu, était le demi-frère de Koŋko (1745-1751) comme Siree Njaay, qui, lui, ne règnera pas.

32 Le Satigi Sule Njaay régna à plusieurs reprises à partir de 1745 jusqu’en 1765 (1745-1747, 1749-1750-1751, 1752-1765 (d’après Robinsonet al.).

33 D’après Robinsonet al. (1972), il régna de 1772 à 1776, cette dernière date marquant la fin de la dynastie des Satigi.

34 Encore un anachronisme de Kamara puisque Saɓooy aurait régné entre 1765 et 1772 en tant que Satigi de tout le Fuuta (cf. Robinson).

35 On l’appelle également Sule Njaay II pour le distinguer de Sule Buubu Muusa, désigné aussi sous le nom de Sule Njaay I.

36 S’agit-il de Bookar Sule (8.6) qui apparaît dans les archives en 1772.

37 A partir des années 1770, les Deeniyankooɓe contrôlent la partie est du Damga et ne portent plus le titre de Satigi, mais seulement celui d’Almaami, distinct de l’Almaami qui règne sur tout le Fuuta central, ou de l’Almmami du Ɓunndu.

38 Située entre Magaama et le fleuve (cf. Schmitz & Sow 1989).

39 Le mot « Wuranke » provient de wuro qui désigne le lieu habité, le village, et a comme équivalent saaranke, et comme antonyme dowriyanke, l’homme de la brousse (I.S.). Parmi les esclaves guerriers, ou « estafiers », les Wurankooɓe désignent les esclaves « mansés », par opposition avec la suite guerrière mobile des Kolyaaɓe, si l’on suit la terminologie de C. Meillassoux (1986).

40 C’est la dynastie Sih qui fournissait les Almaami du Ɓuundu.

41 Lieu anciennement habité (winnde) où pousse l’indigo (boruuji), qui, comme le cotonier, était une plante dont la culture était répandue jusqu’à une date récente.

42 La cuvette de Salor est située au sud de Horndolde dans le territoire Da 11 (cf. Schmitz et Sow 1989).

43 Village situé juste en face celui de Barkeewi, sur la rive droite.

Table des illustrations

Légende FIG. 4 : Les querelles de succession dynastique des Satigi Deeniyankooɓe au xviiie siècle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8457/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search