Version classiqueVersion mobile

Florilège au jardin de l’histoire des Noirs (Zuhür Al Basatin). Tome 1, volume 1

 | 
Shaykh Muusa Kamara

Avertissement

Conventions de transcription du pulaar et de translittération de l’arabe

Texte intégral

  • 1 Grâce au micro-ordinateur Macintosh qu’utilisent les différents partenaires du projet (K. Mbacké, O (...)

1Le texte du Zuhūr contient à la fois des mots en arabe et d’autres en pulaar, le dialecte peul du Fuuta Tooro (Moyenne vallée du Sénégal), en particulier en ce qui concerne l’anthroponymie et la toponymie1.

Transcription du pulaar

2On a adopté la transcription officielle sénégalaise, plutôt que la transcription internationnale de Bamako, qui ne diffère de la première que par l’utilisation du digraphe « ny » à la place du tilde « ñ ».

3Les voyelles longues sont transcrites en redoublant la voyelle : /aa/, /oo/, /ii/, /uu/.

4/’/ est une occlusive glottale qui ne figure pas à l’initiale des mots par simplifications orthographique.

5/ɓ, Ɓ/ ou « b, B » crossé est la combinaison de la bilabiale /b/ et de la gottale /’/.

6/c/ se prononce comme « ti » en français (« tiare »).

7/ɗ, Ɗ/ ou « d, D » crossé est la combinaison de /d/ et de la glottale /’/.

8/e/ se prononce selon le contexte comme « é » ou « è » en français.

9/g/ se prononce toujours dur comme dans « gué » en français.

10/j/ se prononce comme « di » en français (« diamant »).

11/ñ/ ou « n » tilde se prononce comme « gn » en français (« pagne »).

  • 2 Nous remercions Aliou Mohamadou (INALCO) de nous avoir indiqué cet usage : ainsi on ne transcrira p (...)

12/ŋ, Ŋ/ ou « n, N » vélaire se prononce comme « ng » en français. Par simplification orthographique, on ne note pas le « n » vélaire devant une autre vélaire comme « k » ou « ng » 2.

13/r/ est roulé comme en arabe ou en espagnol.

14/s/ se prononce toujours sourd comme dans « sur » en français, /u/ se prononce comme « ou » en français (« boule »).

15/ƴ, Ƴ/ ou « y » crossé est la combinaison de /y/ et de la glottale /’/.

16Les mots en pulaar sont indiqués en italique dans le texte français de la traduction.

Translittération de l’arabe

17Pour ne pas multiplier les signes diacritiques qu’impose la translittération internationale utilisée dans des revues comme Arabica ou Studia Islamica, on a fait le choix de la translittération actuellement la plus utilisée en particulier par les arabisants africanistes anglo-saxons (Hunwick, O’Fahey...) : elle est représentée par le tableau ci-joint issu de Cuoq (1975).

  • Consonnes avec point souscrit

    /ḥ/ spirante pharyngale sourde

    /ṣ/ emphatique de « s »

    /ḍ/ emphatique de « d »

    /ṭ/ emphatique de « t »

    /ẓ/ emphatique de « z »

    ‘ (ayn) spirante pharyngale sonore

  • Voyelles longues

    /à/

    /ū/

    /ī/

18Les mots en arabe sont soulignés dans le texte en français, pour être distingués des mots en pulaar qui, eux, sont en italique.

Problèmes de la traduction

  • 3 Communication orale de Aliou Mohamadou et de Ibrahima Sali.

19Si l’on confronte les deux alphabets, arabe et pulaar, on constate que les mêmes voyelles longues peuvent être transcrites ou translittérées de deux façons différentes « ā, ū, ī, » pour l’arabe, « aa, uu, ii » pour le pulaar. Au-delà de ces équivalences phonétiques il semble par ailleurs que chez les Haalpulaar’en (« ceux qui parlent le pulaar ») un texte arabe est converti oralement en pulaar3. Dans un souci de cohérence nous aurions pu décider de convertir tout le texte soit en arabe, soit en pulaar. Cela aurait nécessité par exemple de remplacer tous les « Muḥammad » par des « Mammadu ». Or cette opération ne peut être réalisée car il y a plusieurs équivalents à « Muḥammad » : Aamadu, Maamadi, Maamuudu, etc.

20Aussi nous avons été obligé d’adopter un système mixte qui correspond aux hésitations de Kamara lui-même et comprend deux conventions.

  • Dans certains cas et en particulier pour les noms phonétiquement proches ou identiques nous avons choisi la forme pulaar plutôt que l’arabe : ainsi nous avons opté pour « Muusa » et non « Mūsā », d’où la forme hybride du nom de l’auteur, Shaykh Muusa Kamara. Il en est de même pour « Abdul » (pulaar) que nous avons préféré à la forme arabe « ‘Abdul », ce qui est cohérent avec le nom du premier Almaami, l’Almaami Abdul. Enfin nous avons transcrit « Umar » plutôt qu’ « ‘Umar » arabe, ce qui aboutit à nouveau à une forme mixte pour Al-Ḥājj Umar, le constructeur du grand empire du Soudan occidental.

  • Lorsqu’il n’y a pas identité phonétique les noms peuvent être transcrits soit en arabe soit en pulaar en particulier quand il s’agit d’individus ou de groupes border line, connus aussi bien par les Haalpulaar’en que parmi les Bayḍān (les Maures) qui parlent le Ḥasāniyya, le dialecte arabe de la Mauritanie. Dans ce cas là nous respectons la forme proposée par Kamara suivant le contexte où apparaît le personnage.

21Prenons comme exemples deux personnages qui se sont succédé dans les mêmes lieux. L’ami de Kamara, Shaykh Muḥammad al-Maqāmī (voir introduction et chap. 6) – « nom de relation » ou nisba arabe construit avec le suffixe en « ī » (Sublet 1991, p. 95) qui le rattache au village de Maghama (forme francisée) ou à Magaama (forme pulaar) – est appelé « Ceerno Mammadu Maamuudu » en pulaar, ce qui signifie que ce personnage était le fils de Maamuudu. Quelques années auparavant ce village avait connu un mouvement de réforme musulmane dirigé par celui qui est connu chez les Maures sous le nom de « Brāhīm wuld Tālib » comme l’indique Kamara au chapitre 9, tandis que les Haalpulaar’en l’appellent « Ceerno Barahiim », son appartenance aux Kan Moodi Nalla allant de soi pour le locuteur.

  • 4 Il sera intéressant de noter systématiquement la correspondance entre les sons en pulaar et les car (...)

22Suivant les contextes nous respectons la version en arabe ou en pulaar du même nom qui est utilisée par Kamara4. Nous n’indiquons entre parenthèses les différents équivalents que si nécessaire pour ne pas rendre impossible la fabrication de l’index par la multiplication des doublets onomastiques.

23Ces choix correspondent au parti-pris stylistique qui guide toute l’entreprise. L’écriture de Shaykh Muusa Kamara étant en générale claire et sans fioritures excessives, nous avons opté pour une traduction aussi littérale que possible : d’où des répétitions et des clauses de styles que nous avons respecté le plus souvent. Les mots arabes les plus importants sont translittérés entre parenthèse après leur équivalent en français.

  • * Cuoq, Joseph M., Recueil des sources arabes concernant l’Afrique occidentale du viiie au xvie siècl (...)

Système de translitération des caractères arabes (d’après Cuoq*, 1975)

Système de translitération des caractères arabes (d’après Cuoq*, 1975)

Notes

1 Grâce au micro-ordinateur Macintosh qu’utilisent les différents partenaires du projet (K. Mbacké, O. Kyburz, J. Schmitz), il a été possible de créer une police de caractères qui comprend en un seul clavier, alternatif au clavier français AZERTY, les caractères nécessaires à la transcription du dialecte peul parlé dans la vallée du fleuve Sénégal, le pulaar, et à la translittération de l’arabe. Cette police, à laquelle on a donné le nom de « Police peule », a été créée par O. Kyburz à l’aide du logiciel Font Studio de Letraset, à partir d’une police système Macintosh de type Times. Cette dernière police étant fournie avec l’appareil, la diffusion de la « police peule » n’est soumise à aucune restriction. Pour l’utiliser il suffit d’appuyer en même temps sur la touche « option » située en bas et à gauche du clavier et sur un signe graphiquement proche de celui utilisé pour la transcription du pulaar et pour la translittération de l’arabe : apparaît alors le signe souhaité.

2 Nous remercions Aliou Mohamadou (INALCO) de nous avoir indiqué cet usage : ainsi on ne transcrira pas « haŋki » mais « hanki », ni « jaŋngo » mais « janngo » (communication orale).

3 Communication orale de Aliou Mohamadou et de Ibrahima Sali.

4 Il sera intéressant de noter systématiquement la correspondance entre les sons en pulaar et les caractères arabes ainsi que les différentes variantes de l’ajami utilisé au Fuuta-Tooro. S. Bousbina et A. M. Diop ont effectué ce travail qui sera publié dans l’ouvrage collectif prévu après la traduction. Dès à présent on peut renvoyer à deux références : Gaden 1913, et Robinson 1982.

* Cuoq, Joseph M., Recueil des sources arabes concernant l’Afrique occidentale du viiie au xvie siècle (Bilâd al-Sûdân), Paris, Editions du CNRS, Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, 1975.

Table des illustrations

Titre Système de translitération des caractères arabes (d’après Cuoq*, 1975)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search