Version classiqueVersion mobile

La démocratie mise en scènes

 | 
Marlène Coulomb-Gully

Carnet de campagne

Texte intégral

1Il s’agit ici de rappeler les dates et les faits marquants de cette campagne pour l’élection présidentielle de 1995 et d’évoquer sa dramaturgie spécifique : le conflit entre les deux candidats du RPR, J. Chirac et É. Balladur ; les incertitudes sur la candidature socialiste, depuis le renoncement de J. Delors en décembre 1994 jusqu’à la désignation de L. Jospin en février 1995, après les candidatures d’H. Emmanuelli et de J. Lang, incertitudes redoublées par les interrogations autour de la capacité de L. Jospin à figurer au second tour ; le développement des « affaires » : affaire Schuller-Maréchal, affaire des écoutes téléphoniques, des plus-values GSI, etc. ; le chassé-croisé des sondages qui après avoir fait d’É. Balladur le vainqueur des élections et de J. Chirac le perdant, ont donné ce dernier gagnant et le candidat Premier ministre irrémédiablement vaincu ; la surprise à l’issue du premier tour qui a vu arriver L. Jospin en tête du scrutin alors que rien ne semblait le laisser prévoir…

2Ces événements ont fait d’une campagne a priori donnée comme jouée d’avance un véritable thriller politico-médiatique.

Bilan de la situation à la rentrée de janvier

3Au moment de la rentrée politique et électorale de janvier 1995, plusieurs candidats se sont déjà déclarés, même si certaines de ces candidatures s’avèreront éphémères.

4J.-M. Le Pen, pour le Front national, a fait savoir qu’il était candidat le 18 septembre 1994, devant les militants frontistes. Il espère figurer au second tour, profitant du contexte social difficile et de la dispersion des candidatures à droite (É. Balladur, J. Chirac et peut-être R. Barre, V. Giscard d’Estaing ou Ch. Millon).

5R. Hue, candidat du Parti communiste, est désigné le 21 septembre par les militants ; il renouvelle l’image du PC, sa rondeur bien en phase avec le média télévision allant jusqu’à provoquer ce que certains ont nommé la « huemania ».

6A. Laguiller déclare qu’elle est candidate le 27 septembre, dans une interview sur RTL : elle a semblé surprise par la question du journaliste quant à sa candidature, tant son statut de candidate naturelle de Lutte ouvrière lui paraissait évident.

7D. Voynet fait acte de candidature le 23 octobre devant les Verts tandis que B. Lalonde se déclare pour Génération écologie, en octobre lui aussi, mais dans Libération.

8J. Chirac, du RPR, fait acte de candidature lors d’un déplacement à Lille le 4 novembre, dans La Voix du Nord, quotidien régional. En prévision de la candidature d’É. Balladur, Ch. Pasqua souhaite des primaires à droite.

9Ch. Millon, de l’UDF, annonce son intention de se présenter le 9 novembre, et de se retirer si V. Giscard d’Estaing ou R. Barre étaient eux-mêmes candidats.

10M. Siméoni, dirigeant nationaliste corse et ancien député européen, se déclare candidat dans une dépêche à l’AFP, le 14 décembre.

11Depuis la déclaration de non-candidature de J. Delors, le 9 décembre, durant l’émission 7/7 animée par A. Sinclair sur TF1, le PS est en panne de candidat.

12En revanche le Premier ministre É. Balladur est d’ores et déjà donné vainqueur de l’élection dans les sondages, qui sont une fois de plus un des grands acteurs de la campagne ; J. Chirac, première victime de ces sondages, dénonce le « terrorisme de ces tables de la loi des temps incertains ».

La campagne avant le premier tour

Janvier 1995

Dans le pays

13Janvier, c’est d’abord le mois des vœux du gouvernement, largement retransmis à la télévision, où É. Balladur se pose en rassembleur de la France dans les discours d’un candidat non encore déclaré.

14Dans tout le pays, et notamment à Paris, les sans-logis manifestent, soutenus entre autres par l’abbé Pierre. J. Chirac annonce la réquisition des appartements vides dans la capitale, pour aider à leur relogement : premiers effets du positionnement social du candidat durant cette campagne.

15À Tours, a lieu la convention présidentielle du Front national. J.-M. Le Pen stigmatisant « les quadragénaires et quinquagénaires » tentés par sa succession, s’efforce de faire l’unité autour de sa personne et se propose de « mobiliser l’imaginaire national » pendant cette campagne.

16Mgr Gaillot est suspendu de ses fonctions par le pape Jean-Paul II.

17H. Bourges est nommé président du CSA.

Du côté des balladuriens

18C’est la litanie des ralliements politiques à É. Balladur, ralliements principalement UDF mais aussi RPR, voire PS. La plupart des ministres du gouvernement se prononce peu à peu en faveur d’É. Balladur (F. Léotard, D. Perben, A. Lamassour, Ph. Douste-Blazy, S. Veil, N. Sarkozy, J. Puech, etc.). Ch Pasqua, après un suspens savamment entretenu, annonce le 13 janvier qu’il soutient lui aussi la candidature du Premier ministre, jusqu’à R. Vigouroux, maire socialiste de Marseille, qui se déclare en faveur du candidat…

19Le 18 janvier, É. Balladur annonce qu’il est candidat à l’élection présidentielle dans une allocution radiotélévisée depuis Matignon.

20Chamonix tend à devenir pour É. Balladur ce que fut Latché pour F. Mitterrand et la Corrèze pour J. Chirac ; le Premier ministre candidat y reçoit le chancellier allemand H. Kohl en visite en France.

21Les sondages donnent É. Balladur vainqueur des élections, dans tous les cas de figure, quel que soit le candidat présenté par les socialistes.

Du côté des chiraquiens

22La question du « pacte » passé entre J. Chirac et É. Balladur au moment où ce dernier a pris les fonctions de Premier ministre et par lequel il se serait engagé à ne pas se présenter à l’élection présidentielle est au centre de toutes les controverses. Se construit ainsi progressivement l’image d’un J. Chirac victime de sa confiance et de son amitié, image qui sera sans doute pour quelque chose dans sa victoire du 7 mai.

23J. Chirac est un candidat solitaire en dépit des soutiens de J. Toubon, A. Juppé, Ph. Séguin et A. Madelin, soutiens quelque peu hétéroclites, ce qui ne manquera pas d’apparaître au lendemain de l’élection.

  • 1 J. Chirac, La France pour tous, Paris, Nil Éditions, 1995.

24Le 9 janvier paraît le deuxième tome des réflexions de J. Chirac, La France pour tous1. Y sont développés le thème de la lutte contre la fracture sociale et l’exclusion ainsi que celui de la nécessité d’un changement profond, base de la campagne chiraquienne.

Du côté des socialistes

25L. Jospin annonce le 4 janvier qu’il est « disponible » pour être candidat à l’élection présidentielle, déclaration suivie par celle de J. Lang le 17 janvier puis celle d’H. Emmanuelli, premier secrétaire du PS, le 18. J. Lang renonce quelques jours plus tard et soutient la candidature d’H. Emmanuelli. Les militants seront appelés à trancher en votant le 6 février.

Autres candidatures

26Le 8 janvier, A. Waechter annonce qu’il est candidat pour le Mouvement écologique indépendant, ce qui, avec B. Lalonde et D. Voynet, porte à trois le nombre des candidats écologistes.

27Le 9 janvier, Ph. de Villiers annonce, durant l’émission 7/7 animée par A. Sinclair, qu’il est candidat au nom du Mouvement pour la France.

Février 1995

Dans le pays

28Le 17 février s’ouvre à Lyon le procès de P. Botton, inculpé d’abus et de recel d’abus de biens sociaux. Cet homme d’affaires, gendre de M. Noir, aurait en effet détourné plus de trente-trois millions de francs de ses sociétés au profit, entre autres, de M. Noir, maire de Lyon, de P. Poivre d’Arvor, journaliste à TF1, et de M. Mouillot, maire de Cannes.

29À cette période, l’« affaire Schuller-Maréchal  » connaît un grand retentissement. Celle-ci met en cause J.-P. Maréchal, beau-père du juge Halphen, lui-même chargé de l’instruction sur les fausses factures des offices HLM de la région parisienne ; ceux-ci sont présidés par P. Balkany (RPR) et dirigés jusqu’en 1994 par D. Schuller, conseiller général RPR des Hauts-de-Seine. Selon ce dernier, J.-P. Maréchal lui aurait promis d’intervenir auprès de son gendre pour étouffer l’affaire moyennant finances. D. Schuller l’accuse donc d’extorsion de fonds, alors que celui-ci semble l’avoir conduit à cette proposition. L’« affaire » apparaît donc comme une manœuvre politique à l’encontre du juge Halphen.

30Les écoutes téléphoniques. Cette affaire est liée à la précédente. Lors de l’enquête préliminaire sur la tentative d’extorsion de fonds entre J.-P. Maréchal et D. Schuller, les policiers de l’Office central de répression du trafic de stupéfiants (OCRTIS) ont mis sur écoutes téléphoniques le Dr Maréchal, à la demande du plaignant, D. Schuller. Or la légalité de cette mise sur écoutes est contestée par la chambre d’accusation de Paris qui souligne que, sur les ordres du ministre de l’Intérieur Ch. Pasqua, « les fonctionnaires de police ont prêté de manière active leur assistance à la provocation du plaignant. » C’est donc tout le « système Pasqua » qui est ainsi mis en cause, et par contre-coup É. Balladur, qui s’affirme solidaire de son ministre de l’Intérieur.

31Dans toute la France, les étudiants descendent dans la rue contre la circulaire Bardet qui, dans le cadre de la réforme de l’enseignement technologique, propose de modifier les conditions d’accès des élèves des IUT à l’université. É. Balladur suspend puis supprime ladite circulaire, ses opposants ironisant sur son « pas de deux » tandis que ses partisans mettent en avant son sens de la concertation.

32Un jeune Comorien de 17 ans, Ibrahim Ali, est assassiné à Marseille par des militants du Front national.

33Ouverture du Salon de l’agriculture, lieu de passage obligé pour tous les candidats à l’élection présidentielle.

Du côté des balladuriens

  • 2 É. Balladur, Textes et discours, Paris, Livre de Poche, 1995.

34Le 3 février, É. Balladur présente son programme et publie, le 6 février, des Textes et Discours2.

35Mais février, c’est surtout, pour les balladuriens, le mois des affaires qui atteignent le candidat, directement ou indirectement (l’affaire Schuller-Maréchal, celle des écoutes téléphoniques), et le tollé autour de la circulaire Bardet.

36É. Balladur commence à chuter dans les sondages.

Du côté des chiraquiens

37Sous couvert du « pas de polémique » qui est devenu un des refrains de campagne de J. Chirac, celui-ci s’oppose de plus en plus ouvertement à É. Balladur.

38Le 17 février, il expose un programme résolument social, fondé sur la nécessité de réformes profondes. Ses opposants politiques de droite comme de gauche ironisent sur ce « virage à gauche » du candidat Chirac.

39La pomme devient son symbole de campagne, popularisée par les Guignols de l’Info, émission satirique diffusée sur Canal Plus, à partir du pommier figurant sur le livre de J. Chirac, La France pour tous, dont le titre est aussi son slogan de campagne. Selon le candidat, la pomme veut être « le symbole des fruits de la croissance partagés par tous ».

Du côté des socialistes

40Le 4 février, les militants socialistes sont invités à choisir entre L. Jospin et H. Emmanuelli et se prononcent par 65 % des voix en faveur de la candidature de L. Jospin. Tout le PS se regroupe donc, avec une bonne volonté plus ou moins grande selon les courants, derrière cette candidature unique. Se met alors en place l’équipe du candidat Jospin et son plan de campagne. Son slogan : « L. Jospin, c’est clair ».

41Se pose le problème des relations avec Radical, nouveau nom de l’ex « Parti radical » : B. Tapie et L. Jospin sont en mauvais termes ; d’autre part J.-F. Hory, président de Radical, se déclare lui-même candidat le 23 février.

42J.-P. Chevènement et, dans une moindre mesure, le Mouvement des citoyens qu’il dirige soutiennent la candidature de L. Jospin.

43Initiant le mouvement, L. Jospin publie son patrimoine, bientôt suivi par les autres candidats.

44Avec la désignation de L. Jospin comme candidat socialiste, les trois « grands candidats » sont à présent connus, ce qui marque le point de départ effectif de la campagne pour l’élection présidentielle.

Du côté des écologistes

45D. Voynet présente son programme le 6 février.

46A. Waechter est sur le terrain.

47B. Lalonde assure qu’il sera candidat.

Autres candidatures

48Marlène, éphémère candidate du « Parti de la liberté et de l’amour », fait acte de candidature le 14 février.

49J.-F. Hory, président de Radical, se présente le 23 février.

Sondages

50É. Balladur baisse et J. Chirac monte : c’est le début du chassé-croisé entre ces deux candidats dans les intentions de vote des sondés.

Mars-avril 1995

Dans le pays

51Suite et fin du procès Botton  : après un réquisitoire très dur de l’accusation, P. Botton est condamné à quatre ans de prison dont deux avec sursis et M. Noir à quinze mois avec sursis.

52Suite de l’affaire Schuller-Maréchal.

53L’affaire GSI. Elle concerne É. Balladur, PDG de la société GSI (Générale des services informatiques, filiale du groupe CGE, devenu Alcatel) de 1977 à 1986, date à laquelle il est devenu ministre des Finances du gouvernement de J. Chirac, puis salarié de la même société de 1988 à 1993, époque où il a été nommé Premier ministre. Le candidat est l’objet d’une campagne où se mêlent rumeurs et informations sur les plus-values – légales – qu’il aurait réalisées en vendant ses actions de la société, ainsi que sur le salaire – qui n’avait rien non plus d’illicite – qu’il aurait perçu à son retour dans la société après 1993.

54Ces éléments ont été utilisés par les opposants du candidat pour porter atteinte à son image.

55Affaire Urba-Sages-Blé. Sous ces noms, trois bureaux d’études étaient chargés dans les années 80 de collecter des fonds pour le compte du PS (Urba-Sages) et du PC (Blé). H. Emmanuelli, premier secrétaire et trésorier du PS au moment des faits, figure parmi les dix-sept prévenus. L’enquête, menée par le juge Van Ruymbecke, pose la question du financement occulte des partis avant la loi Rocard de 1990. Un non-lieu sera prononcé à l’endroit d’H. Emmanuelli.

56Affaire Suard. P. Suard, PDG d’Alcatel-Alsthom, est mis en examen par le juge J.-M. d’Huy pour manœuvres frauduleuses et surfacturations par la société Alcatel CIT au détriment de France Télécom. Il aurait en outre fait surveiller un témoin clé dans cette affaire, D. Gazeau. Enfin, il aurait fait réaliser des travaux à ses domiciles privés par des entreprises travaillant pour sa société.

57Affaires Tapie. B. Tapie est, à la fin de l’année 1994 et au début de cette année 1995, impliqué dans cinq dossiers : le dossier Testut, celui des comptes de l’Olympique de Marseille, dont il est président, celui du match truqué du 20 mai 1993 entre l’Olympique de Marseille et le club de football de Valenciennes (« affaire OM/VA »), certains joueurs de Valenciennes ayant été achetés par B. Tapie et P. Bernès, le dossier du Phocéa et de BT finances. Il fait l’objet de sept mises en examen à des titres divers, il est déchu de tous ses mandats et rendu inelligible pour cinq ans.

58Durant la même période, le Crédit lyonnais, dont la gestion par son administrateur Y. Haberer est mise en cause, entre autres pour les crédits consentis à B. Tapie, fait l’objet de plusieurs plans de sauvegarde par l’État.

59Deuxième mise en examen de G. Longuet, ministre démissionnaire du gouvernement Balladur, pour abus de biens sociaux à propos de la construction de sa villa à Saint-Tropez.

60Nombreuses grèves dans tout le pays (Air France, Air Inter, RATP, SNCF, poste, etc.).

61Nombreuses manifestations pour des moyens de lutte accrus contre le sida.

62Après les manifestations d’étudiants contre la circulaire Bardet, ceux-ci descendent dans la rue contre les projets d’universités privées (dont l’« université Pasqua » de Nanterre est le prototype).

63Les candidats publient leur patrimoine.

64F. Castro arrive en France, invité par F. Mitterrand.

65S. Rushdie est reçu par les présidentiables.

66Après le Salon de l’agriculture, c’est l’ouverture du Salon du livre, où défilent une fois de plus tous les présidentiables.

Non-candidatures

67L’UDF renonce à présenter un candidat : R. Barre annonce le 6 mars qu’il ne se présentera pas. V. Giscard d’Estaing renonce lui aussi, ainsi que Ch. Millon.

68Le 15 mars, B. Lalonde retire sa candidature, les cinq cents voix d’élus nécessaires risquant de lui faire défaut.

69Le 31 mars, c’est au tour de J.-F. Hory de renoncer à être candidat.

70Le 5 avril, A. Waechter renonce à se présenter faute d’avoir obtenu les cinq cents signatures d’élus nécessaires.

Du côté des socialistes

71B. Tapie soutient désormais la candidature de L. Jospin, ainsi que B. Kouchner, ce qui a amené J.-F. Hory, candidat de Radical, à se retirer de la campagne.

72Le 7 mars, L. Jospin présente son programme.

73J. Delors est président de son comité de soutien.

74À « L. Jospin, c’est clair », succède un nouveau slogan : « Pour une France plus juste ».

Du côté des balladuriens

75Naissance d’une polémique entre balladuriens et chiraquiens sur le chiffrage du programme de J. Chirac.

76É. Balladur est sur la défensive par rapport à son concurrent chiraquien. Il revendique sa position d’« homme libre » par rapport aux partis. À partir de la fin du mois de mars, il intègre dans ses discours le thème du « changement », mot clé de la campagne de J. Chirac et parle de « changement sans rupture ni fracture », de « changement sans chambardement ».

77Le candidat est atteint par l’affaire GSI (plus-values et salaire) et publie son patrimoine.

78La chute d’É. Balladur dans les sondages se poursuit, en dépit des tentatives parfois voyantes de son équipe de campagne pour « humaniser » leur candidat : monter sur les tables (meeting du Bourget, dit « fête à Édouard »), faire de l’auto-stop (son hélicoptère s’étant, dit-on, perdu dans le brouillard provençal), assister à des courses cyclistes, etc.

79Du côté de l’entourage politique, c’est le début des « lâchages ».

Du côté des chiraquiens

80La remontée de J. Chirac se poursuit elle aussi, le candidat maintenant le principe d’une campagne de proximité et peaufinant l’image d’une candidature modeste : réunions thématiques, visite de la France profonde, etc. La tête de veau dont le maire de Paris est friand devient le signe de sa simplicité, de même que son logo-symbole, la pomme.

81Maintien du discours sur la « fracture sociale » et « l’exclusion » ; « changement », « changer », « rupture » deviennent les maîtres mots de la phraséologie chiraquienne à laquelle il faut ajouter la notion de « pacte républicain », popularisé notamment par Ph. Séguin.

82Les soutiens se font de plus en plus nombreux : Ch. Millon, qui démissionne de la présidence de l’UDF, le Club perspectives et réalités, proche de l’UDF, des sportifs, de nombreux artistes, dont certains avaient soutenu F. Mitterrand en 1988, etc. J. Chirac rencontre V. Giscard d’Estaing et parle de « retrouvailles entre giscardiens et chiraquiens » ainsi que J. Chaban-Delmas, cette rencontre mettant fin à plus de vingt ans de brouille.

83À l’instar de L. Jospin et d’É. Balladur, J. Chirac publie son patrimoine.

Du côté des autres candidats

84J.-M. Le Pen. Manifestations de violence : après le meurtre en février d’un Comorien à Marseille par des colleurs d’affiches lepénistes, des affrontements ont lieu à Auch entre des lycéens et la caravane de J.-M. Le Pen, conduite par son gendre, S. Maréchal, directeur du FN jeunesse (il sera condamné à dix-huit mois de prison avec sursis).

85J.-M. Le Pen dépose lui-même à grand renfort de publicité ses cinq cents signatures au Conseil constitutionnel.

86Il donne quelques indications sur son patrimoine.

87D. Voynet décline les diverses composantes de son programme : protection de l’environnement (elle participe aux manifestations contre le projet de canal Rhin-Rhône), lutte pour les plus démunis (elle manifeste régulièrement avec notamment l’association Droits devant), pour l’égalité hommes-femmes.

88A. Laguiller reste la candidate perpétuelle de la révolution permanente. Ses meetings sont de plus en plus fréquentés.

89Ph. de Villiers se rapproche de la droite majoritaire. Il dit être « le cœur battant de la majorité ».

90R. Hue humanise l’image du PC et poursuit sa campagne contre « l’argent roi ». Il bénéficie du soutien de l’acteur R. Hanin, beau-frère de F. Mitterrand, soutien qu’il médiatise largement.

91J. Cheminade, proche du milliardaire américain L. Larouche, candidat de la Fédération pour une nouvelle solidarité (FNS), est le candidat surprise de l’élection présidentielle de 1995.

92Sont donc officiellement candidats : É. Balladur, J. Chirac, J. Cheminade, R. Hue, L. Jospin, A. Laguiller, J.-M. Le Pen, Ph. de Villiers et D. Voynet, soit neuf candidats dont deux femmes.

93R. Barre, J. Delors, V. Giscard d’Estaing, J.-F. Hory, B. Lalonde, Marlène, Ch. Millon, M. Siméoni et A. Waechter, sont les non-candidats déclarés de l’élection présidentielle de 1995.

Sondages

94L’avance de J. Chirac se confirme.

95L. Jospin est donné au coude à coude avec É. Balladur, qui repasse devant lui à la fin du mois de mars, pour rétrograder définitivement à la troisième place début avril.

Les premier et deuxième tours des élections

23 avril 1995

96Contrairement à ce qu’avaient prévu les sondages, L. Jospin arrive en tête avec 23,3 % des suffrages.

97– J. Chirac obtient 20,84 %

98– É. Balladur : 18,58 %

99– J.-M. Le Pen : 15 %

100– R. Hue : 8,64 %

101– A. Laguiller : 5,30 %

102– Ph. deVilliers : 4, 74 %

103– D. Voynet : 3,32 %

104– J. Cheminade : 0,28 %

Du côté des socialistes

105Les bons résultats du premier tour sont inattendus, aucun sondage ne les ayant laissé prévoir.

106Le candidat à la présidence a un nouveau slogan : « Un Président pour un vrai changement ».

107Conformément à la tradition, L. Jospin fait son dernier meeting à Toulouse.

108Le 2 mai, a lieu « le grand débat » radiotélévisé avec J. Chirac.

À droite

109Les chiraquiens sont déçus par la deuxième place de J. Chirac, tous les sondages l’ayant placé au premier rang.

110Ce sont les traditionnelles manœuvres de réconciliation entre balladuriens et chiraquiens qui se soldent par le « grand meeting unitaire » du 29 avril à Bagatelle. É. Balladur qui y assiste, ainsi que Ch. Pasqua, N. Sarkozy et l’ensemble des balladuriens, n’a pas rencontré personnellement J. Chirac après le premier tour, ayant préféré se retirer à Chamonix.

111Durant les meetings de cette période, J. Chirac fait grand usage du clivage droite-gauche dont il a nié la validité pendant toute la campagne.

112Le 2 mai, a lieu « le grand débat » radiotélévisé avec L. Jospin.

Du côté des autres candidats

113J.-M. Le Pen, fort de son score qui en fait le quatrième candidat, organise le suspens autour de ses consignes de vote pour le second tour. Le 1er mai, lors de la « fête de Jeanne d’Arc » avancée de huit jours pour l’occasion, l’extrême droite défile dans les rues de Paris. J.-M. Le Pen n’y donne pas de consigne de vote (lui-même assure qu’il votera « blanc »), mais durant la manifestation du FN, un Marocain, Brahim Bouharam, est jeté à l’eau et noyé par trois « crânes rasés » en marge du cortège du FN.

114R. Hue fait mieux que son prédécesseur A. Lajoinie en 1988 et stabilise ainsi la chute du PC. Il appelle à voter L. Jospin au second tour.

115A. Laguiller et ses partisans sont ravis : la candidate de Lutte ouvrière qui n’avait jamais dépassé les 2 %, se trouve au-dessus de la barre des 5 % de voix.

116Ph. de Villiers, consterné par son score sous la barre des 5 % qui ne lui permet pas en principe de bénéficier d’une quelconque prise en charge de ses frais de campagne, lance une souscription nationale.

117D. Voynet a vraisemblalement pâti du vote utile dont a bénéficié le candidat socialiste.

118J. Cheminade sort à peine du néant.

Sondages

119Les résultats du premier tour avec l’arrivée de L. Jospin en tête du scrutin démentent les sondages dont la validité est violemment remise en cause.

7 mai 1995

120J. Chirac est élu président de la République avec 52,64 % des voix, L. Jospin en obtenant 47,36 %.

Notes

1 J. Chirac, La France pour tous, Paris, Nil Éditions, 1995.

2 É. Balladur, Textes et discours, Paris, Livre de Poche, 1995.

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search