Version classiqueVersion mobile

La démocratie mise en scènes

 | 
Marlène Coulomb-Gully

Chapitre 2. Rhétorique télévisuelle et rituels de campagne

Texte intégral

« C’est dans ce monde d’images que s’énonce le message politique et se met en scène une certaine ritualité politique. »
M. Augé

  • 1 W. Turner, Le Phénomène rituel. Structure et contre-structure, Paris, PUF, 1990 pour la traduction (...)

1Si la tradition ethnologique a longtemps considéré le rite comme étant le propre des sociétés dites primitives, le terme est désormais employé par nombre d’anthropologues souhaitant analyser leur environnement proche. En effet, des chercheurs tels E. Pritchard, V. Turner, ou E. Goffman ont importé cette notion de rite en usage dans les études ethnologiques et en ont fait un axe d’étude privilégié de nos sociétés occidentales, montrant combien celles-ci relevaient aussi d’un fonctionnement rituel dans leurs pratiques les plus quotidiennes comme les plus ouvertement formalisées1.

2Selon eux, toute pratique sociale d’importance tend à se structurer comme un rite dont la régularité et l’aspect codifié lui permettent de s’ancrer dans l’imaginaire collectif et d’assurer la cohésion du groupe. Onctions, communions, commémorations et élections assurent en effet l’identification et par conséquent la consistance de l’ensemble social, permettant à ce dernier de « prendre corps ». Il est clair qu’en ce sens le rite n’implique plus la dimension transcendante qu’il suppose par ailleurs, lorsqu’il est considéré comme un moyen de régler les rapports entre les conditions de la vie humaine et ce qui les dépasse.

  • 2 M. Augé, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier, coll. « Critique », 1994, (...)
  • 3 Cl. Rivière, « Pour une approche des rites séculiers » in Cahiers internationaux de sociologie, vol (...)

3Pour M. Augé, « l’analyse des mondes contemporains passe par l’analyse des rites que ceux-ci tentent de mettre en œuvre et ces rites, pour l’essentiel, sont de nature politique2 ». Dans cette lignée, nombreux sont les chercheurs qui ont souligné la religiosité du politique et développé son approche sous l’angle des croyances communes, des comportements codifiés et des célébrations collectives. Ainsi de Cl. Rivière dont les travaux sur les rites séculiers en général et politiques en particulier peuvent être considérés comme relevant de la même problématique, le sociologue rejoignant ici l’anthropologue3.

  • 4 Voir, M. Agulhon, Marianne au combat et Marianne au pouvoir, Paris, Flammarion, 1979 et 1989.
  • 5 O. Ihl, La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996.

4Spécialiste d’histoire contemporaine, M. Agulhon observe de son côté qu’à sa naissance, la République se constitue en religion civile, la prolifération des rituels laïques qui lui sont attachés étant particulièrement forte durant les périodes où le régime est en danger4. Si les rites républicains tendent à s’éroder, constate O. Ihl, l’opération électorale en revanche manifeste un réel dynamisme, au point qu’elle incarnerait à elle seule la conscience du lien civique contemporain5, la télévision contribuant non seulement à donner plus de visibilité à la ritualité électorale mais aussi, c’est l’une de nos hypothèses, à l’accentuer.

5En effet la narration, dont on a vu qu’elle constituait une des modalités privilégiées du dire télévisuel, se structure, s’agissant de la campagne électorale, autour de quelques grands motifs rituels, que le mode d’énonciation propre au média ainsi que la perception qu’il permet contribuent à développer.

Médiativité télévisuelle et rites électoraux

Des caractéristiques communes

6Si la standardisation, le morcellement et la répétitivité sont les composantes internes du rite selon Lévi-Strauss, on ne peut manquer d’observer qu’il s’agit aussi là de caractéristiques propres à la télévision. En effet, la grille qui structure le flux télévisuel de part en part impose la standardisation de la diffusion, accrue par la mondialisation des échanges de programmes ; elle impose le morcellement de la programmation pour fidéliser le public ; elle impose la répétitivité pour favoriser le repérage du public.

7Ces caractéristiques se retrouvent au niveau de la structure du JT lui-même où invariablement s’enchaînent le générique d’ouverture, le mot de bienvenue du présentateur, la succession des séquences, des plus sérieuses aux plus légères ou des plus lointaines aux plus proches, le mot de la fin et le générique de clôture qui viennent répondre comme en écho aux séquences initiales dans une logique circulaire que reprend l’agencement de chacune des séquences constitutives du JT.

  • 6 Sur ces caractéristiques du JT, voir M. Coulomb-Gully, Les Informations télévisées, Paris, PUF, col (...)

8Mais au-delà même de sa répétitivité, le JT s’apparente au rituel dans la mesure où, quoi qu’il arrive, et même s’il n’arrivait rien qui soit susceptible d’être constitué en « nouvelle », il aurait lieu. En fait, le JT est ritualisation de la quotidienneté elle-même, la ritualité du rendez-vous important plus que l’actualité en tant que telle6.

9Cette parenté fondamentale entre rite et télévision explique en partie selon nous que la télévision donne tout leur développement aux expressions rituelles existantes, politiques en particulier, et qu’elle en invente régulièrement de nouvelles comme les vœux présidentiels télévisés de Nouvel an ou du 14 juillet, par exemple.

  • 7 Voir M. Abélès, notamment « Inauguration en gare de Nevers et pèlerinage à Solutré » in Les temps m (...)

10Ainsi, contrairement à M. Agulhon qui, dans une perspective rigoureusement historique, estime que ce « folklore républicain » qu’il s’est attaché à décrire tendrait quelque peu à se défaire aujourd’hui tant la République semble désormais acquise, les travaux d’O. Ihl déjà cités ainsi que ceux de M. Abélès conduisent à nuancer ce propos. Dans ses recherches sur la vie politique locale, ce dernier montre en effet combien les rituels les plus anciens de la vie publique perdurent, voire renaissent actuellement7.

11La narrativité télévisuelle, s’accommode particulièrement de la ritualité. La logique sérielle qui prévaut à l’organisation narrative du média, que la « série » soit quotidienne comme dans ce que nous avons nommé le « feuilleton du JT » ou inscrite dans le temps long des échéances électorales, exacerbe la dimension rituelle sous toutes ses formes. Sur le plan de la réception par ailleurs, la lecture au jour le jour de la retransmission télévisée de la campagne de chaque candidat conduit à une perception qui privilégie la lecture de l’identique : les hommes politiques toujours, semble-t-il, après s’être déclarés candidats, vont de meeting en meeting, où ils font des gestes similaires et prononcent les mêmes mots ou presque, circulent de ville en ville où ils accomplissent quasiment les mêmes parcours, avant que soient annoncés les résultats des élections, qui donneront lieu aux mêmes types de déclarations.

12Derrière le morcellement des épisodes quotidiens, la lecture en continu permise et induite par l’émission télévisuelle permet le repérage des régularités sous-jacentes qui structurent la geste des candidats en campagne. La narrativité télévisuelle permet donc d’associer à l’appréhension syntagmatique et linéaire qui prévaut notamment dans la lecture des documents écrits, une approche de type paradigmatique qui place chaque rituel ou chacune de ses composantes dans une série à l’intérieur de laquelle il fait sens. L’analyse qui suit est donc à la fois le résultat d’un travail de lecture induit par l’émission télévisuelle et d’un travail de formalisation de la télévision sur le rituel électoral.

La télévision et le rituel électoral dans sa quotidienneté

13Notre étude ne porte pas sur les rites électoraux exclusivement télévisuels, comme le débat d’entre-deux tours, né de la télévision et véritable institution depuis l’élection présidentielle de 1974, ou la soirée électorale, dans la scénographie spécifique proposée par chaque chaîne, ou encore les émissions politiques mises en place par les mêmes chaînes pour la durée de la campagne.

  • 8 D. Dayan et E. Katz, La Télévision cérémonielle, Paris, PUF, 1996. Voir aussi, des mêmes auteurs, « (...)

14Elle ne porte pas non plus sur ce que D. Dayan et E. Katz nomment les « grandes cérémonies », rituels d’exception, dans lesquelles la télévision joue un rôle déterminant8. Une campagne électorale en effet est loin d’être unique ou exceptionnelle puisque l’élection présidentielle ici analysée se reproduit régulièrement. Le rituel électoral fait donc partie du jeu normal des institutions et relève de ce que ces mêmes chercheurs nomment les « affrontements réglés ». Il n’a pas, de ce fait, le caractère inattendu des « grandes cérémonies » puisqu’il s’inscrit dans un cycle, dans un calendrier prévisible.

15Ce qui nous intéresse ici, c’est le tout venant du rituel de campagne, le rituel électoral dans sa quotidienneté, tel que la télévision en rend compte et le façonne. La lecture au jour le jour du feuilleton politique des informations télévisées nous a conduit à distinguer deux types de rituels ; les rituels que nous avons nommés « sémelfactifs » parce qu’ils ne se produisent qu’une fois dans la campagne pour chaque candidat, même s’ils se reproduisent lors de chaque campagne et sont le fait de chaque candidat, la répétitivité du geste contribuant à les constituer en rituels ; ainsi de la déclaration de candidature et de la déclaration consécutive aux résultats. Et d’autre part les rituels que nous qualifieront d’ « itératifs » parce qu’effectués à de multiples reprises durant chaque campagne et par tous les candidats, comme les meetings et ce que nous avons appelé la « déambulation ».

16Contrairement aux rituels exclusivement télévisuels où le média est par définition au centre du dispositif, le positionnement de la télévision doit être précisé pour les rites ici étudiés et qui lui préexistaient, étant d’abord liés à la pratique électorale en tant que telle.

17Si la télévision informe de ces manifestations le public des citoyens téléspectateurs, il est néanmoins incontestable qu’elle informe aussi ces manifestations elles-mêmes dans la mesure où, par sa seule présence sur les lieux, elle leur « donne forme ». Saisir ce travail de modélisation de la télévision sur des rites existant antérieurement, sur la geste rituelle du candidat en campagne, constitue l’un des objectifs de cette étude.

La geste et les gestes des candidats en campagne

18Au-delà de la geste des candidats saisie dans sa globalité, nous avons aussi pour ambition de caractériser les gestes propres à chaque candidat, gestes à travers lesquels s’exprime le vouloir dire spécifique de chacun d’entre eux. En effet, par la visibilité qu’elle leur attribue, la télévision a contribué à développer ces éléments du rituel électoral qui retiennent dès lors toute l’attention des politiques et de leur équipe de communication. Chaque phase du rituel, chacune de ses composantes, par l’appropriation qu’en fait le candidat et la mise en scène qu’elle suscite, est par conséquent le lieu d’un investissement hautement signifiant sur le plan symbolique. La campagne se donne alors à lire comme une métaphore du projet politique des présidentiables, la saisie de ce projet constituant le second objet de cette étude.

19La narration médiatique – et télévisuelle en particulier – permet en effet une lecture des rituels électoraux dans leur continuité, la campagne des candidats se dotant pour le citoyen téléspectateur d’une cohérence difficilement accessible sans cela. Par la télévision, celui-ci bénéficie d’une position de « surplomb » qui lui permet d’embrasser l’ensemble de la geste et des gestes des candidats.

20Outre cette facilité de lecture, la télévision permet au « télecteur » de comparer – que la comparaison soit consciente et verbalisée ou intuitive et implicite – les jeux des candidats et leurs positionnements respectifs à travers chacun de ces rituels. En effet, si la répétition propre au processus rituel est indispensable pour légitimer le candidat en tant que tel, elle est insuffisante pour l’identifier. La répétition rituelle suppose aussi la différence – la « différance » –, chaque candidat utilisant la geste électorale pour accomplir les gestes spécifiques lui permettant de se démarquer. Différence et répétition constituent donc le propre de ce fonctionnement rituel que par la télévision le citoyen téléspectateur a la possibilité de décrypter globalement. Les médias permettent ainsi une véritable propédeutique à l’acte électif par la possible confrontation des diverses définitions du monde proposées aux citoyens par les candidats au travers de leur campagne.

Des rites « sémelfactifs »

La déclaration de candidature

  • 9 J. Mouchon, « La déclaration de candidature » in L’Image candidate à l’élection présidentielle de 1 (...)

21Comme l’observe J. Mouchon, il s’agit là d’un acte encore peu légitimé et qui se caractérise par son côté à la fois attendu et fragmenté : il n’y a pas en effet un moment pour déclarer sa candidature, même si le dépôt des cinq cents voix d’élus au Conseil constitutionnel constitue une date butoir, mais des déclarations qui se succèdent au fil des jours et des semaines9.

22L’histoire récente des campagnes présidentielles permet d’observer des façons de faire très différentes. Ainsi, en 1981, J. Chirac a-t-il remis une déclaration écrite à la presse tandis qu’au même moment M. Rocard annonçait sa candidature dans une allocution radiotélévisée depuis la mairie de Conflans-Sainte-Honorine.

23En même temps qu’elle a contribué à rendre visible et à formaliser la déclaration de candidature qui s’est longtemps déroulée hors du champ médiatique au cours d’une procédure strictement interne aux partis, la télévision a considérablement dramatisé ce moment. On se rappelle le suspens entretenu autour de la déclaration de F. Mitterrand en 1988, suspens qui a pris fin avec la venue du Président au journal télévisé d’Antenne 2 et l’annonce qu’il y a faite ; ou encore, en 1995, avec la candidature d’É. Balladur : jour après jour, les informations effectuaient une sorte de compte à rebours par rapport à la date présumée de la déclaration du Premier ministre.

24À l’instar de l’ensemble des gestes forts d’une campagne, la dramaturgie spécifique à chaque déclaration est conditionnée à la fois par le capital politique individuel des candidats et par le positionnement effectif ou supposé de leurs concurrents immédiats. Les dimensions diachronique et synchronique se conjuguent donc dans la scénographie propre à chaque présidentiable. C’est ainsi qu’on ne peut lire la déclaration de J. Chirac en 1995 sans avoir à l’esprit sa déclaration radiotélévisée de 1988, diffusée depuis Matignon, de même qu’on ne peut comprendre celle d’É. Balladur en 1995, radiotélévisée depuis Matignon, sans la comparer à celles de J. Chirac en 1995 comme en 1988.

25La déclaration de candidature permet moins de déclarer qu’on est candidat qu’elle ne signifie dans sa scénographie propre. En effet, à partir du moment où le « oui » est acquis, l’énonciation prend le pas sur l’énoncé lui-même. Il s’agit moins de « dire » que de la façon dont on le dit, le contenu de l’énoncé disparaissant derrière les circonstances de l’énonciation.

26Le rituel de la déclaration de candidature étant infiniment moins codifié que d’autres rituels de campagne, il reste le lieu d’une véritable appropriation par chaque candidat. S’il s’avère par conséquent difficile d’en définir les étapes obligées, la date, le lieu, les acteurs en présence permettront néanmoins de caractériser ce geste liminaire à haute portée symbolique puisqu’il fonctionne de façon emblématique : la déclaration donne en effet le « la » de la campagne du candidat et le positionne par rapport à ses concurrents.

  • 10 Bien qu’antérieure à notre corpus d’étude, la déclaration de J. Chirac a néanmoins pu être analysée (...)
  • 11 Sur le rapport entre image et écrit durant cette campagne, voir notamment M. Coulomb-Gully, « Moïse (...)

27La déclaration de J. Chirac10 est à lire comme un négatif de sa déclaration de 1988, radiotélévisée depuis Matignon. Annoncée le 4 novembre 1994 par une dépêche à L’AFP, elle est confirmée par un entretien surprise accordé à un journaliste de La Voix du Nord alors que J. Chirac est en visite dans la région Nord. Première observation : le choix de la presse, c’est le choix de l’écrit, média lent, traditionnel et fortement légitimé contre tout ce que l’audiovisuel peut avoir de spectaculaire voire de superficiel11. La télévision, parent pauvre de l’aventure, se trouve donc réduite à exhiber une photo de la « une » de La Voix du Nord, cliché en noir et blanc dont la sobriété, voire l’austérité ne manquent pas de frapper.

28Cette déclaration privilégie la province par rapport à la capitale, ce qui redouble le décalage déjà signalé dans le choix de la presse face à la télévision. Le choix du Nord quant à lui est symbolique à un double titre. D’une part parce que la région connaît de graves difficultés économiques et que choisir de s’y déclarer, c’est d’emblée se placer du côté des plus démunis (on voit se profiler le thème de la fracture sociale que le candidat développera tout au long de sa campagne), d’autre part parce qu’il s’agit là du pays d’origine du général de Gaulle. Cet aspect symbolique du message se trouve encore accentué par la date de la déclaration, effectuée le 4 novembre, jour de la Saint-Charles. É. Balladur et J. Chirac revendiquant tous deux l’héritage gaulliste, on perçoit la force de ce geste. L’analyse des conditions d’énonciation de la déclaration de candidature révèle celle-ci comme une véritable matrice pour l’ensemble de la campagne.

  • 12 Reprenant ce concept hérité de la rhétorique antique, D. Maingueneau désigne ainsi les processus de (...)

29La déclaration d’É. Balladur, faite le 18 janvier 1995, constitue le contrepoint exact de celle de J. Chirac, étant par là même très proche de celle qu’avait effectuée le maire de Paris en 1988. Enregistrée depuis le bureau du Premier ministre à Matignon, elle est aussitôt diffusée lors des informations de 13 heures. « L’ethos énonciatif »12 est des plus signifiants : d’une part, É. Balladur impose ainsi la confusion entre sa fonction de premier ministre et son statut de candidat, ambiguïté dont il jouera tout au long de sa campagne ; par ailleurs, le cadre même de Matignon accentue le positionnement social élevé du personnage dont on sait l’importance pour cette élection.

  • 13 D. Dayan et E. Katz, « Télévision d’intervention et spectacle politique » in Hermès 17-18, Paris, C (...)

30Dans leur approche du rituel, D. Dayan et E. Katz soulignent la participation de trois types d’intervenants distincts : les acteurs en tant que tels, les diffuseurs et les publics13. La situation des acteurs face aux deux autres intervenants révèle ici un jeu particulier.

31J. Chirac exclut de sa déclaration le média télévisuel. L’annonce effectuée depuis un déplacement « sur le terrain », à Lille, fait du public direct, des Lillois présents, ainsi que des représentants de la presse régionale, les premiers destinataires de son message. Position opposée pour É. Balladur chez qui il n’y a pas, lors de sa déclaration de candidature, de public direct, pas de confrontation avec les « vrais » citoyens, l’annonce radiotélévisée depuis Matignon s’adressant en priorité aux seuls auditeurs et téléspectateurs, citoyens par écran interposé, « télecteurs ». La portée symbolique de cette opposition n’est pas sans importance, le reproche ultérieurement adressé à É. Balladur d’être « coupé » de ses concitoyens trouvant ici une première justification.

32L. Jospin quant à lui fait du Parti socialiste le premier destinataire de son intention d’être candidat tandis que son intronisation officielle est un acte « citoyen », pour un candidat qui prône un « Président citoyen ». Rappelons que, suite à la pluralité des « candidatures à la candidature » au PS, les impétrants se sont soumis au suffrage des militants. Lors du 20 heures du 4 février, la caméra filme longuement L. Jospin déposant son bulletin dans l’urne, scène qui préfigure les deux scènes similaires des premier et deuxième tours de l’élection, les 23 avril et 7 mai, et qui symbolise parfaitement une des dimensions majeures du message du candidat socialiste.

33La candidature de Ph. de Villiers est la dernière faisant l’objet d’une reprise au JT. Elle est aussi fortement signifiante sur le plan de l’énonciation puisqu’elle se donne à lire comme symétrique de la non-candidature de J. Delors. En effet, Ph. de Villiers effectue sa déclaration dans le cadre de l’émission 7/7 d’A. Sinclair, comme J. Delors. Mais alors que J. Delors est socialiste, Ph. de Villiers se présente entre autres pour combattre le socialisme. Alors que J. Delors est président de la Commission européenne, la candidature de Ph. de Villiers est d’abord motivée par ses positions anti-Maastricht. Enfin, si J. Delors a répondu « non » à A. Sinclair lui demandant s’il était candidat, Ph. de Villiers a répondu « oui ».

  • 14 Résolument à droite, si l’on en croit l’ouvrage de P. Péan et Ch. Nick, TF1. Un pouvoir, Paris, Fay (...)

34Le dispositif est ici de bout en bout médiatique puisque le candidat se déplace dans un studio de télévision à laquelle il réserve son annonce. Il n’y a ici, pas plus que chez É. Balladur, de public direct, le téléspectateur citoyen étant le premier destinataire de cette allocution. Le choix du diffuseur n’est pas non plus dû au hasard vu le positionnement politique de la chaîne à cette époque14, et la valorisation par Ph. de Villiers du secteur privé, par opposition au public.

35Quant aux autres candidats (J.-M. Le Pen pour le Front national, R. Hue pour le Parti communiste, A. Laguiller pour Lutte ouvrière et D. Voynet pour les Verts), choisis au cours d’une procédure propre à chaque parti, ils ont le plus souvent été désignés comme candidats dans une relative discrétion et avant l’ouverture de la pré-campagne, le 1er janvier 1995. L’exemple de J. Cheminade, candidat pour la Fédération pour une nouvelle solidarité et « Monsieur X 95 », est lui aussi emblématique. Si le candidat lui-même n’exclut ni le public ni les diffuseurs, il en est exclu. Le rite en effet ne légitime pas n’importe qui et un minimum de légitimité préalable est requis pour pouvoir « en être ».

36Une session de « rattrapage » télévisuelle leur est néanmoins ménagée, le rite d’initiation médiatique par la candidature étant alors remplacé par le dépôt des cinq cents signatures d’élus au Conseil constitutionnel.

37Cet épisode est largement médiatisé pour D. Voynet, en raison des trois candidatures concurrentes chez les écologistes, la sienne, celle d’A. Waechter et celle de B. Lalonde. Quant à J.-M. Le Pen, le dépôt des signatures est pour lui l’occasion d’un déploiement de force à l’intention des médias : le jour J, en présence de militants et de sympathisants, médaillés de guerre et porte-drapeau, constituant le public direct, il arrive devant le Conseil constitutionnel dans une limousine noire ; les caméras de TF1 le filment pénétrant dans le bâtiment chargé des précieux témoignages, d’où il ressort quelques instants plus tard en clamant « le compte est bon » ; J.-M. Le Pen en profite alors pour entamer une diatribe contre les « maires félons » qui, cédant aux pressions politiques, seraient revenus sur leur engagement d’apporter leur soutien au Front national. Le média prolonge ainsi le geste initié par le candidat frontiste.

  • 15 On peut d’ailleurs observer que toutes trois ont eu lieu sur TF1, confirmant l’hégémonie de la chaî (...)

38Si la déclaration de candidature s’érige, en partie sous l’influence des médias, en genre à part entière, notons en conclusion que la campagne de 1995 a vu se multiplier les déclarations de non-candidature. On pense moins ici aux candidats contraints de se retirer (comme J.-F. Hory, B. Lalonde, A. Waechter ou encore J. Lang ou H. Emmanuelli) qu’à des hommes politiques de premier plan ayant renoncé à se présenter. La non-candidature de J. Delors en décembre 1994 a inauguré le mouvement qui s’est poursuivi avec celles de V. Giscard d’Estaing et de R. Barre en mars 199515. À l’instar des déclarations canoniques, ces non-candidatures ont été largement médiatisées, ce geste se constituant désormais lui aussi en genre à part entière.

L’annonce consécutive aux résultats des élections

  • 16 Lors de la victoire de F. Mitterrand en 1988, les téléspectateurs ont pu assister à cette scène sur (...)

39La déclaration consécutive aux résultats des élections constitue le contrepoint rituel à la déclaration de candidature. Comme pour celle-ci, l’énoncé importe sans doute moins, le résultat étant connu, que l’énonciation elle-même, le rituel laissant sa place à une appropriation différenciée selon les candidats. La télévision exacerbe ici aussi le côté dramatique et symbolique de l’exercice où rien n’est laissé au hasard, et le lieu, le moment et la forme de l’annonce sont minutieusement préparés, le média pouvant ou non prolonger le geste initié par les candidats et leur équipe16. Nous en étudierons deux, celle de J.-M. Le Pen, effectuée à l’issue du premier tour et des 15 % de voix obtenues par le candidat, et celle de J. Chirac, vainqueur du deuxième tour.

40J.-M. Le Pen, en virtuose médiatique, exploite parfaitement les ressources figuratives de l’exercice et s’assure ainsi les bénéfices d’une large couverture télévisuelle. Contrairement aux autres candidats, il effectue son analyse des résultats et délivre ses consignes de vote à date fixe, le jour de la fête de Jeanne d’Arc. Le choix de cette date confère plus de solennité à son geste et l’intègre dans un rituel parfaitement rodé qui donne lieu à une grande démonstration de force, à Paris, le 1er mai.

  • 17 En 1995, la liturgie lepéniste a été perturbée par des banderoles anti-racistes déployées sur la pl (...)

41La scénographie de cette commémoration est conforme à celle des meetings de J.-M. Le Pen : défilé de porte-drapeau, d’élus ceints de leur écharpe tricolore, d’enfants vêtus de treillis, béret bordeaux sur la tête et chargés d’un drapeau, d’ouvriers casqués en bleus de travail, présence de gens d’église, de bourgeois clamant « Dieu et la France » et, au centre, une adolescente à cheval figurant Jeanne d’Arc. Après le dépôt de gerbe au pied de la statue de la Sainte et le défilé devant l’estrade où siège le chef, celui-ci délivre ses consignes de vote17.

  • 18 Sur les appropriations différentes dont Jeanne d’Arc a été l’objet au cours de l’histoire récente, (...)

42Plusieurs détournements apparaissent à l’analyse, qui renforcent la portée symbolique du message à laquelle les médias donnent toute sa dimension. La véritable date de la fête de Jeanne d’Arc est en fait postérieure d’une dizaine de jours à la date choisie par le leader du Front national. En avancer la commémoration au 1er mai répond à une exigence précise : il s’agit en effet de contrer symboliquement la Fête du travail, acquis des syndicats qui défilent eux aussi à cette date. Drapeaux tricolores contre drapeaux rouges, droite contre gauche, sainte contre syndicats, vénération contre revendication18. Par ailleurs, le slogan figurant sur le pupitre de J.-M. Le Pen, « La France pour tous les Français », constitue un dévoiement signifiant du slogan de campagne de J. Chirac, « La France pour tous » ; le message est donc clair, avant même que ne soit verbalisée l’opposition violente à J. Chirac : la seule modification grammaticale de « tous » pronom à « tous » déterminant oppose deux visions de la société.

43Du côté des acteurs, l’ancrage populaire et l’ambition populiste du leader d’extrême droite lui commandent de faire du peuple le premier acteur de ses mises en scène : ainsi des fillettes et des garçonnets « incarnation d’une France jeune et nataliste », des ouvriers en bleus ou des élus ceints de l’écharpe tricolore. L’incarnation qui constitue une des premières composantes du message télévisuel est ici utilisée à plein, J.-M. Le Pen fonctionnant par corps interposés (les enfants, les gens d’église, les ouvriers, etc.) pour exprimer et imposer son message. Le dispositif télévisuel informe ici en amont la scénographie des rituels lepénistes, largement pensés en fonction de la contrainte visuelle.

44En ce qui concerne J. Chirac, sa prise de parole à l’issue du second tour a suscité moins de commentaires et reste moins marquée dans les mémoires que son trajet en automobile depuis l’Hôtel de Ville, dont l’image a occulté le texte de sa déclaration. Par ce geste, le candidat Chirac a pu confirmer la symbolique initiale en se rendant de son QG de campagne à l’Hôtel de Ville dans la fameuse Citroën que la course du reporter à moto de France 2 a rendu célèbre. L’inversion du rapport modèle-copie, central dans le simulacre en général et télévisuel en particulier, trouve ici une illustration parfaite. C’est en effet l’image de J. Chirac dans sa SM décapotable, filmé par le reporter de France 2, qui porte le poids de la réalité propre à l’événement, et c’est cette image, plus que le fait original lui-même, qui entre dans la mémoire collective.

  • 19 In Libération du 16 mai 1995, p. 6.

45Le choix du véhicule a surpris. Comme le souligne B. Rothé dans la remarquable analyse qu’il consacre à cet épisode19, en optant, pour sa première sortie en tant que nouveau chef de l’État, pour un modèle ancien dont la commercialisation a cessé depuis des années, J. Chirac confirme son rejet de l’ostentation déjà signifié lors de sa déclaration de candidature ; il rappelle son sens des économies, la présidence modeste annoncée durant sa campagne étant ainsi sur roues ; B. Rothé souligne par ailleurs que J. Chirac circule dans un modèle « prestige », le candidat ayant dit à plusieurs reprises vouloir « rendre à la France le prestige perdu en quatorze ans de socialisme », et souligne que la marque Citroën, initiatrice de la traction avant et de la suspension hydraulique, a longtemps été synonyme d’innovation. Il rappelle enfin que circuler en Citroën, c’est aussi s’affirmer gaulliste, les présidents de la République gaullistes ayant tous privilégié le quai de Javel : le général de Gaulle circulait en DS, et G. Pompidou remontait les Champs-Élysées dans une SM décapotable. Si les socialistes aux affaires depuis 1981 ont préféré la Régie pour le choix de leurs véhicules de fonction, avec d’évidentes raisons elles aussi symboliques, la rupture dont J. Chirac a fait son principal thème de campagne, trouve ici une première illustration.

46Les multiples significations de ce geste à haute portée symbolique sont fortement informées par la présence télévisuelle, et si elles ne sont pas toutes saisies et formulées par les téléspectateurs citoyens, il est néanmoins vraisemblable qu’elles le sont en partie et de façon intuitive. La médiation télévisuelle, par la force de l’image, permet en tout cas de décliner le rituel selon des modalités dont l’accès est plus immédiat et plus facile que ne l’est la médiation par l’écrit par exemple.

Des rites « itératifs »

Le meeting

47Rite itératif par excellence, la pratique du meeting concerne tous les candidats et constitue de ce fait un objet d’analyse idéal pour saisir les registres spécifiques dans lesquels travaillent les présidentiables et leur positionnement par rapport à la télévision, de même que celui de la télévision à leur égard. En effet, si sur un plan strictement quantitatif, celle-ci n’hésite pas à relayer la dimension itérative du meeting en diffusant régulièrement des reportages de ces rencontres concernant les grands candidats, le meeting tend à apparaître comme d’autant plus exceptionnel que le candidat est petit et par conséquent à s’apparenter à un rite « sémelfactif ». La caractérisation même du rituel diffère ainsi selon le capital médiatique du candidat.

48Contrairement à la déclaration de candidature par exemple, que la télévision a largement contribué à visibiliser, à formaliser, voire à légitimer comme geste fondateur, le meeting est constitué en rituel politique depuis bien longtemps. Moderne version des harangues sur l’agora et le forum des orateurs antiques ou, plus proches de nous, des réunions sous les préaux des écoles, le meeting s’est néanmoins profondément modifié au fil des temps, et nous postulons que la télévision et l’habitus visuel que celle-ci a engendré sont déterminants dans l’évolution du genre durant ces dernières décennies.

49Le visionnement des séquences télévisées des campagnes électorales de 1965 et de 1974 notamment, permet de mesurer cette évolution : principalement en noir et blanc, du moins en 1965, pour des raisons de définition technologique puisque la couleur n’a commencé à s’imposer qu’à partir de la fin de l’année 1967, ces retransmissions se bornent le plus souvent à un bref extrait du discours du candidat, statique face à son micro sur pied, et dans une salle dépourvue de tout décor et de toute signalétique spécifique permettant d’identifier l’homme politique qui y intervient ; la foule présente est généralement peu prise en compte, sinon de façon très globale et par conséquent essentiellement quantitative.

  • 20 L’équipe de communication du candidat Chirac avait du reste pensé procéder elle-même aux enregistre (...)

50La confrontation avec, par exemple, les meetings de J. Chirac durant la campagne de 1988, permet d’en mesurer l’évolution. L’horaire en avait été avancé de sorte que puissent en être diffusés des extraits dès le JT de 20 heures (les militants avaient ainsi bien du mal à y être à l’heure, mais ceux-ci importaient peu face à la masse des téléspectateurs !) ; la scénographie était calquée sur celle des talk-shows qui occupaient alors une large place dans la programmation télévisuelle : les harangues traditionnelles du haut de l’estrade avec effets de manche et jeux oratoires héritées des philippiques d’antan n’étaient dès lors plus de mise, et la scène des meetings ressemblait à s’y méprendre à un plateau de télévision : le candidat, assis sur un siège bas en compagnie de « grands témoins » eux aussi installés autour d’une table, s’entretenait avec ceux-ci sur le ton intime qui sied si bien au média télévisuel. Toute l’organisation des meetings avait été pensée par rapport au modèle télévisuel20.

51Sans sacrifier aussi radicalement à la mode télévisuelle, les meetings de F. Mitterrand prenaient eux aussi en compte le média notamment dans l’attention portée aux décors. On se rappelle en effet l’arrière-plan constitué d’une superposition de drapeaux tricolores flottant au gré de souffleries intégrées qui permettait de repérer immédiatement l’intervention mitterrandienne alors même que le candidat était absent.

52L’impératif de visibilité inhérent au média télévisuel constitue un des éléments qui a le plus contribué à faire évoluer la scénographie des meetings. Il se manifeste d’abord dans l’attention portée aux décors. Ceux-ci deviennent en effet le support d’une signalétique précise visant à favoriser le repérage du téléspectateur qui, contrairement à la foule des militants effectivement présents sur les lieux, ne dispose pas des mêmes points de repère et lit la scène dans le tout venant du flux télévisuel. Au-delà du développement de la dimension festive perceptible dans la profusion des guirlandes et des ballons, la couleur du fond, à l’instar des logos et des slogans, des pancartes et des banderoles constitue désormais une marque identitaire à part entière. C’est ainsi que, durant cette campagne de 1995, on a vu le bleu profond du décor des meetings de J. Chirac s’opposer au fond orangé de ceux d’É. Balladur et au vert d’eau des meetings de L. Jospin, de sorte que le repérage soit immédiat pour les téléspectateurs.

  • 21 Voir S. Moati, « Le plus mauvais candidat » in Les cahiers du cinéma, spécial télévision, supplémen (...)

53Contrairement aux déclarations de candidature, dont on a vu que le public direct était absent de certaines scénographies, le public est un élément incontournable du meeting. Sans avoir effectué d’étude systématique, on a pu constater que toutes les chaînes proposent désormais des images de la foule, contrairement à ce qui se passait en 1974 ou en 1981 par exemple, où le filmage tendait à occulter la présence des militants dans les rassemblements des candidats de l’opposition21. Son rôle est déterminant et l’on imagine mal aujourd’hui une retransmission sans cet élément moteur.

54La foule est organisée par rapport aux caméras et ce quel que soit le candidat : la présence de jeunes est requise dans les premiers rangs, jeunes revêtus de tee-shirts visualisant le message à faire passer (« Allez Doudou » pour les jeunes balladuriens, le slogan étant censé « casser » l’image très raide du candidat Premier ministre, « Mangez des pommes » pour les jeunes chiraquiens, etc.), le reste du public permettant néanmoins de percevoir des dominantes sociales, notamment pour les meetings de J.-M. Le Pen où cheveux ras et tenues paramilitaires ne sont pas rares, de D. Voynet où perdurent des babas cool post-soixante-huitards, de Ph. de Villiers où tailleurs et catogans font florès, etc.

55Mais au-delà de ces caractéristiques, la foule des meetings fait sens par ses réactions, en général positives, voire enthousiastes : le candidat est étreint lors de son passage vers la scène, acclamé aux moments forts de son discours, ovationné à la fin. C’est là la règle. Tout manquement est d’autant plus significatif. On se rappelle ainsi l’intrusion, lors du premier rassemblement d’É. Balladur en région parisienne, de cheminots contestataires qui interrompirent son discours par des cris et des bruitages divers dont rendit même compte TF1.

56L’impératif de visibilité propre à la télévision commande par ailleurs que soit incarné le message à faire passer. D’où la présence aux côtés du candidat de personnalités cautionnant tel ou tel aspect du message : ainsi voit-on sur scène ou dans les premiers rangs des meetings de J. Chirac, Charles de Gaulle, neveu du grand Charles, ou M. Couve de Murville en guise de caution gaulliste, de nombreux artistes et intellectuels dans ceux de L. Jospin, etc. Mais l’occupation même de la scène obéit à ce même impératif de visibilité, des personnalités « représentatives » sur le plan politique figurant à côté des candidats : présence de la gauche dans ses différentes tendances auprès de L. Jospin, des quelques fidèles du RPR auprès de J. Chirac comme A. Juppé et Ph. Séguin, etc.

  • 22 Le Front national de son côté, faute d’avoir trouvé des vedettes acceptant d’animer ses meetings, a (...)

57En ce qui concerne l’ordonnancement du meeting, il est le même pour tous, c’est le principe du fonctionnement rituel auquel la télévision donne toute son ampleur compte tenu des régularités sur lesquelles elle se fonde pour favoriser le repérage : la première partie est en général récréative, tandis que la seconde est consacrée au discours du candidat. L’existence de cette première partie récréative constitue une donnée récente puisqu’elle n’apparaissait pas dans les meetings antérieurs à la fin des années soixante, composés du seul discours du candidat. Nous faisons l’hypothèse que la prégnance de la dimension spectaculaire et des programmes de divertissement à la télévision ne sont pas étrangers au développement de cette partie récréative dans les rencontres politiques. La reprise médiatique a également contribué à développer sa portée symbolique : ainsi le groupe Zouk-Machine, a-t-il constitué l’ouverture de certains meetings de J. Chirac, symbolisant la France pluriethnique dont le candidat prétend être le champion22.

58La seconde partie est centrée sur le discours de l’orateur. Autrefois essentiellement monologique, dans la grande tradition oratoire politique, la prise de parole tend à être de plus en plus dialogique. On a cité plus haut l’exemple des meetings de J. Chirac en 1988 où le discours du candidat était remplacé par un échange de paroles apparemment informel avec des « grands témoins », interlocuteurs choisis pour leur représentativité supposée parmi les soutiens du candidat. En 1995, nombre de meetings de R. Hue fonctionnent sur une scénographie similaire puisque le traditionnel discours est remplacé par une brève prise de parole du candidat, suivie par un dialogue avec les participants présents dans la salle. L’organisation de l’espace s’en trouve elle-même modifiée puisque le candidat n’est plus seul au pupitre mais désormais installé dans la salle parmi les autres, primus inter parens en quelque sorte, l’organisation proxémique voulant être l’expression du message égalitaire du Parti communiste.

59Là encore, on ne peut manquer d’observer la convergence entre ces nouvelles formes discursives et les principales modalités de la parole à la télévision, réfractaire au monologisme, vite perçu comme imposition de sens, voire tout simplement ennuyeux.

60De la même façon, le traditionnel statisme des orateurs politiques a cédé la place à des formes plus diversifiées souvent très proches de la gestuelle des professionnels de la parole à la télévision. On pense notamment aux meetings de J.-M. Le Pen où celui-ci arpente la scène avec son micro-cravate à la façon des animateurs de plateau de télévision, prolongeant ainsi les habitudes visuelles des téléspectateurs.

61L’accentuation de la dimension festive des meetings – avec la prise en compte des couleurs et des jeux qu’elles permettent, des ballons et des guirlandes, des décors, des déguisements et de la musique – mais aussi et surtout le développement d’une première partie récréative constituent la première marque du rapprochement de cette activité politique traditionnelle avec des modalités d’expression proprement télévisuelles. La diversification des formes de meetings parallèlement aux formes dominantes de la rhétorique télévisuelle (dialogisme discursif, mobilité des intervenants, etc.) en constitue la seconde marque.

Les autres rites festifs

62Les mêmes effets produisant les mêmes causes, c’est en fait l’ensemble des rituels festifs politiques qui se trouve revivifié par la médiatisation télévisuelle.

63Les campagnes électorales voient ainsi se multiplier les rassemblements dont la thématique centrale s’explicite en tant que « fête » : « Fête à Doudou », « Fête de l’Outremer », « Fête antillaise », etc. La prise de parole du candidat demeure, mais s’y trouve marginalisée au profit de la musique et de la nourriture, trinité de base de ces manifestations. La dimension esthétique propice à la reprise télévisuelle (jeux de couleurs, ballons, guirlandes, mouvements, chants…), s’adjoint à la dimension propagandiste déjà observée pour la partie récréative des meetings, qui elle-même ne fait jamais que renouer avec une tradition dont tous les pouvoirs, depuis l’Antiquité, n’ont pas manqué de pourvoir le peuple : on se rappelle les Panathénées de la Grèce classique ou le panem et circenses de l’ancienne Rome ; Machiavel conseillait à son Prince « d’ébattre et de détenir son peuple en fêtes et jeux » et la Révolution multipliait les rassemblements liturgiques.

  • 23 R. Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Le Seuil, 1989.

64Parmi les rites festifs, le repas constitue l’un des plus prisés. C’est en effet un symbole profondément unitaire qui, comme l’observe R. Girardet, remonte à la cène christique, où l’on communie dans des valeurs partagées avec le chef23. Le banquet républicain constitue l’expression la plus classique de ce rite. Il est pratiqué par l’ensemble des grands candidats, auxquels il faut ajouter Ph. de Villiers, mais ce sont les socialistes qui marquent la prédilection la plus nette pour ce type d’exercice, tout au moins dans notre corpus de référence. Rien de bien étonnant à cela puisqu’il s’agit là, comme son nom l’indique, du dispositif consacré de la sociabilité républicaine version Troisième République, qui associe l’intimité de la table au rituel du repas pris en commun.

65La scénographie du banquet dans sa reprise télévisuelle se fonde sur deux éléments essentiels : la nourriture et la parole partagées. Car si le candidat reste l’orateur principal puisque son discours constitue un moment fort de la réunion, il circule néanmoins au milieu des tables et trouve ainsi l’occasion d’échanger avec les convives, qui eux-mêmes parlent d’abondance au cours du repas.

66Peu de différences ici entre les candidats, l’ordonnancement du banquet étant pour tous identique, sinon dans le décor du fond où l’on retrouve la scénographie des meetings (couleurs, slogans), qui fonctionne comme repère identitaire imposé par les modalités de réception de la télévision.

La déambulation

  • 24 « Chaque corps occupe son lieu » observe L. Marin in Des Pouvoirs de l’image. Gloses, Paris, Le Seu (...)

67Le paradoxe de l’image télévisée veut qu’en même temps qu’elle délocalise, qu’elle déterritorialise, toutes les images s’abîmant dans l’écran, et ce, quelle que soit leur origine, elle assigne les personnes qu’elle convoque à un lieu : le corps télévisé est toujours un corps in situ24. D’où la prégnance du décor dans les scènes politiques télévisées, dont on a déjà pu mesurer l’importance dans l’analyse des rituels précédents. Mais si, dans le meeting, le décor est construit de part en part en vue de signifier, il est en partie imposé dans le cadre de la déambulation.

68Le téléspectateur par ailleurs, doué de l’ubiquité que lui confère le média télévisuel, s’affranchit de la contrainte spatiale et, adoptant le point de vue de Dieu, bénéficie d’une vision surplombante sur l’ensemble de la campagne télévisée des candidats.

  • 25 En dehors des grandes métropoles, visitées par tous les candidats, le choix de la ville relève de l (...)

69Dans le cadre des rituels qui nous intéressent ici, il convient de distinguer deux dimensions de l’espace. La première est relative au lieu géographiquement situé. Un candidat en campagne se déplace, son balisage des lieux se voulant métaphorique de sa volonté de représenter tous les Français du territoire national avec les implications sociales, idéologiques ou culturelles que cela implique25.

70Mais, pour la raison avancée plus haut, la référence territoriale reste difficile dans le cadre de l’image télévisée, et ce, en dépit du discours des journalistes qui multiplie les précisions géographiques, le dispositif télévisuel revendiquant cet ancrage comme preuve de sa référentialité. La dimension géographique reste donc secondaire par rapport à cette seconde dimension de l’espace à laquelle la télévision donne toute son importance : le lieu comme scène.

71Parmi ces lieux, la ville occupe une place à part dans le rituel de campagne. La visite de ville constitue en effet un élément incontournable auquel se prêtent tous les candidats, avec des passages obligés dont nous analyserons la signification, ceux-ci n’empêchant pas une réelle appropriation dans le choix des sites comme dans celui de certains gestes spécifiques auxquels ces visites donnent lieu.

72La brève histoire de la télévision nous a habitués depuis longtemps à ce genre politico-télévisuel que l’allègement et la miniaturisation progressifs du matériel d’enregistrement ont contribué à faciliter. On se souvient, dès les débuts du média, des images du général de Gaulle visitant les villes de province avec le rituel auquel cela donnait lieu (arrivée en voiture, accueil par les personnalités locales, inauguration d’un monument et bain de foule) ; on se rappelle aussi, quelques années plus tard, le compte rendu fidèle du voyage raté du président Pompidou en Alsace par un reporter de l’équipe de Desgraupes, qui avait valu sa place au directeur de l’information de la première chaîne. La campagne électorale télévisée achève de formaliser ce genre à part entière.

Le cortège

  • 26 Sur la composition et le rôle de ces cortèges à l’époque romaine, voir Quintus CICÉRON, Manuel de c (...)

73Le candidat ne sort jamais qu’accompagné, l’importance et la renommée de son entourage étant supposées proportionnelles aux siennes. Si la médiatisation télévisuelle redonne toute son importance à cet élément, la pratique n’est pas nouvelle et remonte à la Rome antique où l’homme politique ne pouvait se déplacer sans un cortège, dont les clients du candidat constituaient le noyau. Quantitativement, l’importance de cette suite était en relation directe avec le pouvoir d’influence du personnage (on n’hésitait pas à payer des gens pour accroître le groupe) et qualitativement, la présence de personnalités comme des magistrats connus rehaussait le prestige de l’homme politique. De même que nos modernes candidats, celui-ci quadrillait la capitale, escorté de ses partisans, puis partait dans les « provinces » ou, à défaut, y envoyait des « agents électoraux »26.

  • 27 RPR élargi à l’UDF pour J. Chirac et É. Balladur, et l’on sait l’importance de ces ralliements et d (...)
  • 28 Sur l’utilisation des vedettes en communication politique, voir les travaux de R. Rieffel et notamm (...)
  • 29 Durant la campagne de 1988, les grands noms de la culture française s’étaient trouvés du côté de F. (...)

74L’exigence de visibilité imposée par la télévision a considérablement accru l’importance du cortège dont elle a fait un élément de premier plan, constitutif de l’image du présidentiable. Le candidat est en priorité entouré par les membres de sa formation27 mais, depuis ces dernières années, on assiste à des opérations de séduction de la part des candidats, non seulement à l’égard des formations politiques proches, mais aussi envers des individus de la société civile et des personnalités du monde culturel au sens large. Les hommes politiques étant par définition voués à une quête de reconnaissance et de légitimation, on conçoit leur intérêt pour le soutien que sont susceptibles de leur manifester des vedettes de tous genres. Celles-ci permettent en effet des « transferts de légitimité » depuis leur milieu d’appartenance vers le milieu politique qui se les agrège ; elles fonctionnent donc comme « effet de labellisation »28. L’identité culturelle de la vedette compte moins que son statut médiatique. Qu’importe en effet qu’un intellectuel de premier plan apporte son soutien à un candidat, s’il n’est pas connu, et par conséquent « reconnu », du grand public29 ?

  • 30 Ainsi de la modeste Édith Hue, infirmière de profession, de Bernadette Chirac l’élue corrézienne, d (...)

75Enfin, à l’image des campagnes américaines, les épouses de candidat ont joué en 1995 un rôle jusqu’ici inégalé, intégrant de façon probablement irréversible le cortège des candidats. Elles participent directement de la logique médiatique dans la mesure où elles permettent de personnaliser et par conséquent d’accentuer la visibilité du candidat30.

76L’isolement de J. Cheminade est révélateur, a contrario, de l’importance du cortège pour la crédibilité du candidat. Sa solitude, lorsqu’il se déplace et cherche à faire campagne, est telle que, les gens ne le connaissant pas, il est obligé de se présenter lui-même : « Je suis candidat à l’élection présidentielle ». Le nomenclator, qui précise discrètement le nom des électeurs au candidat dans la Rome antique, aurait ici un rôle symétrique à sa fonction habituelle : nommer le candidat aux électeurs.

77La télévision accentue ainsi une instrumentalisation des individus invités à rejoindre le cortège du candidat, ceux-ci ne valant que pour leur image et ce qu’ils représentent symboliquement ; en outre, par la prégnance de la dimension figurale, on voit que la médiation télévisuelle dispense de la verbalisation, voire d’expliciter un certain nombre de caractéristiques sociologiques des candidats et du positionnement idéologique induit. Ainsi de L. Jospin par exemple : son image est ici associée à celle de S. Gacinski-Jospin dont l’ethos personnel renvoie aux valeurs du monde intellectuel, message corroboré par la présence des écrivains et autres artistes qui entourent le candidat par ailleurs. En-deçà, ou au-delà du langage, l’image fait ainsi sens.

La visite de ville

78Ce rite, dont l’ordonnancement est quasi immuable, s’ancre lui aussi dans la tradition la plus ancienne. En effet, il n’est pas sans évoquer les entrées royales de l’Ancien Régime, de la Renaissance notamment qui en avait fait une cérémonie des plus fastueuses. La puissance économique et politique dont la ville est depuis son origine le symbole et le lieu explique la place centrale qui est la sienne dans les rituels politiques au sens large.

  • 31 Ainsi lorsque J. Chirac se rend à Épinal, ville « de » Ph. Séguin, ou L. Jospin au Grand-Quevilly « (...)

79Son image est une constante de la campagne télévisée et la déambulation rituelle manifeste la prise en charge par le candidat des dimensions multiples de la ville et des valeurs qui lui sont attachées : la dimension démocratique et républicaine, symbolisée par l’Hôtel de Ville constitue en principe la première étape du rituel. Le maire, personnalité républicaine par excellence, y reçoit lui-même le candidat, quand l’importance politique de ce dernier l’impose ou quand maire et candidat appartiennent à la même formation politique31. Les petits candidats sont en revanche systématiquement exclus de cet espace hautement symbolique.

  • 32 Fabrique de chaussures à Angers pour le maire de Paris, visite de la laiterie Bridel en Normandie p (...)

80La ville, lieu du travail : dans sa version idéologique, s’y opposent secteur public et secteur privé, et sans doute n’est-ce pas un hasard si L. Jospin est reçu par une délégation de syndicalistes dans un hôpital public, à Carcassonne, tandis que J. Chirac, É. Balladur et Ph. de Villiers se spécialisent dans les PME-PMI32.

  • 33 É. Balladur comme J. Chirac et L. Jospin visitent des écoles dans leur parcours électoral télévisé, (...)

81La ville, lieu de scolarisation depuis le Moyen Âge, chaque cathédrale abritant une école : le détour par ce lieu de formation est inévitable pour les candidats33.

  • 34 Maisons de retraite (É. Balladur à Bordeaux, Ph. de Villiers à Paris, J. Chirac un peu partout). É. (...)

82La ville, lieu des exclusions comme des tentatives d’intégration : la déambulation rituelle conduit les candidats dans des centres sociaux ou médicalisés les plus divers34, la présidentielle de 1995 ayant fait de Sida info service, dans le XXe arrondissement à Paris, un lieu social incontournable, de même que la visite de logements désaffectés (L. Jospin, à Meaux) ou en voie de réhabilitation (J. Chirac, à Paris).

  • 35 J. Chirac se rend dans des cités de la banlieue parisienne, à Villepinte par exemple, D. Voynet dan (...)
  • 36 Voir, à ce propos, H. Boyer et G. Lochard, Scènes de télévision en banlieue, Paris, INA-L’Harmattan (...)

83Mais le haut lieu des exclusions est sans doute la banlieue. En marge du cœur de la ville, la campagne de 1995 a intégré dans sa déambulation rituelle la banlieue, espace du dehors par opposition au centre, lieu des cités et envers des utopies ; tous les candidats sacrifient à cette destination nouvelle qui s’intègre par ailleurs dans une problématique à laquelle les médias ont donné toute son importance durant ces dernières années35,36.

  • 37 Ainsi L. Jospin admire-t-il le palais des Papes en Avignon et J. Chirac est-il filmé contemplant un (...)

84La ville, lieu où le passé se donne à lire au présent et où musées, églises et monuments divers constituent le point de passage obligé de tout candidat soucieux de se montrer sensible à la dimension culturelle, ces images étant pour la télévision l’occasion de prises de vue esthétisantes et valorisantes sur le plan de la légitimité culturelle37.

85Si des images de la campagne (au sens rural du terme) ne sont pas absentes du parcours électoral télévisé des candidats, il est néanmoins clair que la déambulation politique est d’abord urbaine, conformément à la répartition démographique du pays. Électeurs et téléspectateurs se rejoignent ainsi dans une réalité et un imaginaire communs.

Gestes consensuels et gestes d’affrontement

  • 38 Sur cette typologie, voir M. Abélès, « Rituels et communication politique moderne » in Hermès 4, Pa (...)
  • 39 Ainsi de l’inauguration du Pont de Normandie en janvier, d’un centre social à Poissy en février, de (...)

86La déambulation donne lieu à des gestes, consensuels ou relevant de rites d’affrontement, commémoratifs ou inauguratifs dont la dimension figurative s’accorde avec la spécificité télévisuelle38. Les images des JT égrènent en effet au fil des jours ces scènes dont la composition varie fort peu : arrivée du candidat, éventuellement sur un air de la fanfare locale, discours d’un homme politique local, dont la télévision ne conserve en général que la partie où se trouve introduit le présidentiable, discours de réponse de ce dernier et enfin geste rituel tel que couper le ruban, poser la première pierre d’un édifice, etc. Si la campagne de 1988 avait fait de J. Chirac le champion de la discipline, face à un F. Mitterrand en retrait sur ce plan, en 1995, c’est É. Balladur qui surclasse l’ensemble des candidats dans ce rite inauguratif, sa double fonction de Premier ministre et de candidat le faisant bénéficier d’un incontestable avantage institutionnel sur ce plan39.

  • 40 Si le présent et le futur sont pour J.-M. Le Pen synonymes de décadence, le passé seul mérite recon (...)

87Si le rite inauguratif est, par définition, tourné vers l’avenir, le rite commémoratif, tourné vers le passé, signifie la prise en compte de l’histoire et des valeurs spécifiques attachées à l’événement célébré. Ces gestes commémoratifs sont effectués par tous les hommes politiques lors des fêtes nationales (11 novembre, 14 juillet, 8 mai), ou lorsqu’ils se rendent sur un lieu chargé d’histoire, mais leur utilisation symbolique dans le cadre de cette campagne électorale est d’abord le fait des candidats lepéniste et communiste. Tout se passe comme si la stratégie des candidats de partis de gouvernement telle que la télévision en rend compte, s’orientait massivement vers le futur40.

  • 41 Ainsi R. Hue qui, lors d’un voyage dans l’Isère, apporte son soutien aux ouvriers en grève d’une fa (...)

88La déambulation urbaine donne lieu à des rites en général consensuels, comme ceux qui ont été évoqués jusqu’ici, mais le candidat peut faire le choix de gestes symboliques qui relèvent de rites d’affrontement. Ces gestes sont d’abord le fait de candidats de partis d’opposition, qui s’inscrivent dans une tradition de lutte, celle-ci fonctionnant comme marque identitaire et argument de campagne41.

89Si le côté austère du meeting dans sa forme initiale (antérieure à l’ère télévisuelle) explique que celui-ci ait été profondément modifié par l’intrusion des caméras dans son champ, la visite de ville en revanche est presque spontanément en phase avec les impératifs de visibilité et de figurativité propres au média télévisuel : mobilité des acteurs principaux (les candidats se déplacent dans la ville), diversité des intervenants (candidats et garde rapprochée, foule, personnalités locales), variété des actions et des gestes (discours, marche, etc.). Si, pas plus ici qu’ailleurs, le rituel n’est égalitaire – la télévision ne prête qu’aux riches et seuls les candidats les plus importants sont suffisamment « couverts » par les images pour intégrer cet imaginaire urbain dans toute sa richesse –, on observe toutefois que, moins qu’à un bouleversement en profondeur du rituel, le rôle de la télévision semble se limiter à une formalisation accrue, à une normalisation des étapes constitutives du genre et à une accentuation, déjà observée par ailleurs, de la dimension figurative du rituel.

90Répétitive et convenue, comme tout rituel, la déambulation urbaine n’en permet pas moins, par les gestes qu’elle occasionne, une réelle appropriation par les candidats qui expriment ainsi leur vouloir dire, celui-ci s’incarnant dans la matérialité des lieux et des choses exacerbée à l’écran.

La fonctionnalité du rituel électoral télévisé

91Les trois dimensions constitutives du rite – ses fonctions syntaxique, sémantique et pragmatique – nous permettront de faire le point sur la fonctionnalité du rituel de campagne télévisé.

Fonction syntaxique

92Sur un plan syntaxique, on peut d’abord constater que la dramaturgie rituelle met en scène une forme de chorégraphie électorale, la campagne appréhendée sous cet angle apparaissant comme une sorte de ballet où les candidats sont soumis à un certain nombre de figures imposées (la déclaration de candidature, l’annonce consécutive aux résultats, la visite de ville, etc.) sans lesquelles ils ne sauraient être intronisés comme tels, la soumission au rituel engendrant les signes de leur légitimité électorale.

93Dans ce ballet électoral, si l’on poursuit la métaphore chorégraphique, chaque figure effectuée par le candidat modifie l’organisation de l’ensemble en ce qu’elle a des implications directes sur les gestes accomplis par ses adversaires politiques, tout marquage rituel entraînant un démarquage de la part des concurrents, l’appréhension globale d’une campagne permise par la télévision renforçant cet aspect de la communication politique. Et c’est dans ce jeu avec les figures imposées que s’inscrivent des figures libres où s’exprime le message propre à chaque candidat.

94Toujours sur le plan syntaxique et sur les séquences constitutives du rituel de campagne télévisé, il est clair que le degré de formalisation du rite est en partie lié à son ancienneté : la déambulation, mais aussi le meeting, moderne version de pratiques très anciennes, sont plus fortement codifiés avec leur succession de phases incontournables, que la déclaration de candidature ou l’annonce consécutive à la proclamation des résultats. Dans le premier cas, si l’appropriation par le candidat s’effectue en priorité par le matériau symbolique convoqué, dans l’autre, en revanche, le candidat est plus libre. La geste est la même pour l’ensemble des candidats en campagne, mais les gestes accomplis diffèrent, le rituel permettant ainsi que se manifeste le jeu propre à chaque présidentiable. La question est alors de savoir si, la télévision aidant, le rituel ira se formalisant y compris dans ses composantes jusqu’ici les moins codifiées.

95Paradoxalement, le formatage télévisuel est aussi plus perceptible pour les rites les plus anciens dont on a constaté le développement de la dimension figurative et plus généralement l’alignement sur les principales modalités discursives télévisuelles. Quant aux rites politiques contemporains de l’ère télévisuelle, ils intègrent quant à eux d’emblée le dispositif par rapport auquel ils jouent de façon signifiante, comme on l’a vu pour la déclaration de candidature par exemple.

Fonction sémantique

  • 42 Sur les questions concernant la dimension institutionnelle et juridique de la campagne à la télévis (...)

96Sur le plan sémantique, le rituel électoral entérine et engendre les signes de la légitimité ; les traitements différenciés des petits et des grands candidats bénéficiant de toute la complexité et de toute la richesse du dispositif rituel télévisé par opposition aux petits candidats, est ici lourde de conséquences, l’égalité de traitement entre les candidats ne valant que pour les quinze jours précédant le premier tour de scrutin ; l’« équité » dans le traitement devant prévaloir pour le reste de la campagne. Celle-ci étant, pour les responsables des chaînes de télévision directement liée à la notoriété des candidats, l’inégalité de traitement est par conséquent officiellement admise42.

97Le rituel électoral met aussi en jeu la symbolique des relations entre le pouvoir et la société civile. La façon dont chaque candidat s’approprie ce qu’on a nommé les figures obligées du rituel devient ainsi la métaphore de son projet politique personnel. La responsabilité de la télévision est grande ici aussi, lorsqu’elle n’accorde pas à tous les candidats la même visibilité sur la scène médiatique.

Fonction pragmatique

98Appréhendé sous l’angle pragmatique, le rite se caractérise par sa dimension performative et sa fonction phatique. Le rite est performatif : la soumission de l’impétrant aux différentes étapes rituelle a valeur initiatique. « J’ai fendu l’armure » répète à l’envi le candidat Jospin, tandis qu’É. Balladur affirme de son côté avoir « profondément changé » au cours de la campagne.

  • 43 D. Dayan et E. Katz, op. cit.

99Du côté des citoyens téléspectateurs, l’accomplissement du rite est d’abord d’ordre intégrateur, la participation commune à un certain nombre de gestes partagés assurant la communauté de sa cohésion. On peut évidemment s’interroger sur la validité de ce rôle intégrateur du rite lorsque celui-ci est télévisé : cette fonction n’est-elle pas mise en cause par l’écran de la télévision ? La participation du « télecteur » au rite politique y est en effet fondée sur un simulacre puisqu’il ne participe pas effectivement au rituel politique, l’écran de télévision s’interposant ; le seul rituel auquel il participe effectivement est le rituel télévisuel lui-même. À ce propos, D. Dayan et E. Katz avancent la notion de communautés « diasporiques », le collectif et l’immédiat étant transposés sur le registre de l’intime et du médiatisé par le public de télévision43.

  • 44 À condition tout au moins d’être effectuée en direct, raison pour laquelle les messes ne sont jamai (...)

100En effet, le téléspectateur citoyen, de même que le croyant qui assiste depuis son salon à la messe télévisée du dimanche matin, a le sentiment de faire partie d’une communauté, et la bénédiction « écranique » est créditée d’une efficace comparable à ce qu’elle serait à l’église, le croyant étant effectivement présent dans la foule de ses coreligionnaires44.

* * *

101La narration télévisuelle exacerbe la dimension rituelle d’une campagne électorale qu’elle contribue à formaliser par la façon dont les politiques et leurs équipes de communication anticipent la lecture induite par le média. Elle favorise une lecture moins syntagmatique que paradigmatique, moins analytique que globale, sensible avant tout à la récurrence et à la permanence des éléments, au retour des mêmes motifs et des mêmes thèmes, voire à leur ressassement à l’infini. L’esthétisation du politique à laquelle procède la télévision s’accomode d’une esthétique de la banalité.

102Rite, politique et télévision manifestent, on l’a vu, une identité d’objectif. Dans un contexte hertzien où l’audience se caractérise encore par sa massivité, surtout s’agissant du JT, la télévision est d’abord le lieu du lien. Elle rejoint ainsi le rite dont la fonction première est d’ordre religieux : relier, religere ; tandis que le politique n’a d’autre but que de rassembler, le vainqueur d’une campagne électorale étant celui qui sait comment minorer ce qui divise au profit de ce qui unit. Politique, rite et télévision se rejoignent ainsi dans le projet commun de fédérer.

Notes

1 W. Turner, Le Phénomène rituel. Structure et contre-structure, Paris, PUF, 1990 pour la traduction française. E. GOFFMAN, La Mise en scène de la vie quotidienne, t. I et II, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

2 M. Augé, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier, coll. « Critique », 1994, p. 85.

3 Cl. Rivière, « Pour une approche des rites séculiers » in Cahiers internationaux de sociologie, vol. LXXIV, Paris, 1983, p. 97-117 ; « Liturgies politiques » in Les cahiers de l’Imaginaire, Toulouse, Privat, 1988, p. 111-125 ; Les Liturgies politiques, Paris, PUF, 1988.

4 Voir, M. Agulhon, Marianne au combat et Marianne au pouvoir, Paris, Flammarion, 1979 et 1989.

5 O. Ihl, La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996.

6 Sur ces caractéristiques du JT, voir M. Coulomb-Gully, Les Informations télévisées, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1995.

7 Voir M. Abélès, notamment « Inauguration en gare de Nevers et pèlerinage à Solutré » in Les temps modernes, n° 488, Paris, 1987, p. 75-97 ; Jours tranquilles en 89, Paris, Odile Jacob, 1989 ; et « Rituels et communication politique moderne » in Hermès 4, Paris, Éditions du CNRS, 1989, p.127-141.

8 D. Dayan et E. Katz, La Télévision cérémonielle, Paris, PUF, 1996. Voir aussi, des mêmes auteurs, « La télévision et la rhétorique des grandes cérémonies » in M. Ferro (dir.), Film et histoire, Paris, Éditions de l’EHESS, 1984, p. 83-97 ; « Télévision d’intervention et spectacle politique » in Hermès 17-18, Paris, CNRS Éditions, 1995, p. 163-186 ; et de D. Dayan, « Télévision interruptive : entre spectacle et communication » in Hermès 4, Paris, Éditions du CNRS, 1989, p. 143-153.

9 J. Mouchon, « La déclaration de candidature » in L’Image candidate à l’élection présidentielle de 1995. Analyse des discours dans les médias, Groupe St-Cloud, Paris, L’Harmattan, coll. « Sociolinguistique », 1999, p. 15-26.

10 Bien qu’antérieure à notre corpus d’étude, la déclaration de J. Chirac a néanmoins pu être analysée ici parce qu’elle a fait l’objet de multiples reprises dans des JT ultérieurs.

11 Sur le rapport entre image et écrit durant cette campagne, voir notamment M. Coulomb-Gully, « Moïse et Aaron en campagne » in MédiasPouvoirs, n° 38, Paris, 1995, p. 37-47.

12 Reprenant ce concept hérité de la rhétorique antique, D. Maingueneau désigne ainsi les processus de théâtralisation du corps de l’énonciateur. Voir notamment de cet auteur, les Éléments de linguistique pour le texte littéraire, Paris, Bordas, 1990.

13 D. Dayan et E. Katz, « Télévision d’intervention et spectacle politique » in Hermès 17-18, Paris, CNRS Éditions, 1995, p. 163-186.

14 Résolument à droite, si l’on en croit l’ouvrage de P. Péan et Ch. Nick, TF1. Un pouvoir, Paris, Fayard, 1997.

15 On peut d’ailleurs observer que toutes trois ont eu lieu sur TF1, confirmant l’hégémonie de la chaîne dans le paysage audiovisuel français.

16 Lors de la victoire de F. Mitterrand en 1988, les téléspectateurs ont pu assister à cette scène surprenante : « Glavany – J. Glavany était alors chef du cabinet de F. Mitterrand –, veillez à ce que les Parisiens ne soient pas en fond, hein ? … Oui, c’est très important, les Parisiens tout au fond…Voilà…Vous, là, les Châteaux-Chinonais, ça n’a pas d’importance… Mais il ne faut pas que ce soit un groupe de Parisiens qu’on voie là… Oui, il ne faut pas qu’on voie les Parisiens derrière moi… Quoi ? Il ne faut pas… Attendez… »
Telles sont les paroles étonnantes prononcées par F. Mitterrand à Château-Chinon, quelques secondes avant l’allocution officielle faisant suite à l’annonce de sa réélection, le 8 mai 1988. Ces propos, supposés hors antenne et que l’indiscrétion des micros déjà ouverts a permis de surprendre, révèlent la construction de l’image – par le Président lui-même – dans le but de lui conférer une portée symbolique précise. En l’occurrence celle d’un Président porte-parole de tous les Français et ne privilégiant pas la capitale par rapport à la province.

17 En 1995, la liturgie lepéniste a été perturbée par des banderoles anti-racistes déployées sur la place (« La racaille manifeste, le peuple passe », commente J.-M. Le Pen) et l’assassinat, par deux « crânes rasés » détachés du cortège du FN, d’un jeune Marocain jeté dans la Seine.

18 Sur les appropriations différentes dont Jeanne d’Arc a été l’objet au cours de l’histoire récente, les Républicains ayant tenté d’en faire le symbole du patriotisme populaire et anticlérical, avant qu’elle ne soit récupérée par les mouvements nationalistes, voir J. Krumeich, Jeanne d’Arc à travers l’histoire, Paris, Albin Michel, 1993. Mais cette lutte pour l’appropriation de symboles, dont les conséquences sont loin d’être strictement symboliques, n’est pas terminée et la guerre est ici déclarée par J. Chirac. En 1996 en effet, un an après son accession au pouvoir, le nouveau président de la République décide à son tour de célébrer la sainte. Il se rend donc, le 8 mai, à l’invitation de la ville d’Orléans pour fêter le 567e anniversaire de la délivrance de la ville. « Comment ne pas voir combien Jeanne est étrangère à toute idée de mépris ou de haine ? Combien ses paroles sont à l’opposé du discours d’intolérance, de rejet, de violence que l’on ose parfois tenir en son nom… » a dit J. Chirac. Orléans contre Paris, le 8 mai contre le 1er, la générosité contre l’intolérance. La guerre des signes se poursuit.

19 In Libération du 16 mai 1995, p. 6.

20 L’équipe de communication du candidat Chirac avait du reste pensé procéder elle-même aux enregistrements de ces meetings qu’elle comptait transmettre aux chaînes de télévision, mais avait dû renoncer face au refus des chaînes. La notion de « stratégies croisées » avancée plus haut pour tenter de rendre compte des rapports de force entre les partis en présence et la télévision trouve ici une parfaite illustration.

21 Voir S. Moati, « Le plus mauvais candidat » in Les cahiers du cinéma, spécial télévision, supplément au n° 328, Paris, p. 75-81.

22 Le Front national de son côté, faute d’avoir trouvé des vedettes acceptant d’animer ses meetings, a eu recours à des sosies : ceux de M. Sardou, de Cl. François ou de M. Farmer. Cette dernière a d’ailleurs déclaré vouloir porter plainte contre « cette pratique d’un parti politique dont [elle] condamne les méthodes et l’idéologie » (in Le Monde du 15 avril 1995).

23 R. Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Le Seuil, 1989.

24 « Chaque corps occupe son lieu » observe L. Marin in Des Pouvoirs de l’image. Gloses, Paris, Le Seuil, 1993, p. 15.

25 En dehors des grandes métropoles, visitées par tous les candidats, le choix de la ville relève de la symbolique que le présidentiable veut imposer. Ainsi L. Jospin se rend-il à Saint-Étienne, dans la Loire, et à Liévin, dans le Nord, afin de témoigner de son intérêt pour la situation de villes de tradition industrielle dont la reconversion économique est difficile ; J.-M. Le Pen opte pour Domrémy, ville natale de la Pucelle, dans un symbolisme qui n’échappe à personne ; et Ph. de Villiers pour Nice, où la droite extrême fait ses meilleurs scores.

26 Sur la composition et le rôle de ces cortèges à l’époque romaine, voir Quintus CICÉRON, Manuel de campagne électorale, Paris, Arléa, 1996.

27 RPR élargi à l’UDF pour J. Chirac et É. Balladur, et l’on sait l’importance de ces ralliements et de leur visibilité eu égard à la conjoncture particulière de cette campagne ; PS dans ses différents courants pour L. Jospin, et là aussi les multiples « candidatures à la candidature » dotent certains personnages d’un poids spécifique ; la quasi-absence, dans le champ des caméras, de personnalités communistes de premier plan dans l’entourage de R. Hue, devient le symbole de son indépendance, tant reste forte la suspicion qui pèse sur lui d’agir sur commande (« Êtes-vous sous dépendance ? » lui demandera G. Carreyrou, journaliste à TF1, lors d’un Face à la Une diffusé sur cette même chaîne).

28 Sur l’utilisation des vedettes en communication politique, voir les travaux de R. Rieffel et notamment son article « Du vedettariat médiatique » in Hermès 4, Paris, Éditions du CNRS, 1989, p. 215-222, et ceux de R. Debray, notamment L’État séducteur, Paris, Gallimard, 1993.

29 Durant la campagne de 1988, les grands noms de la culture française s’étaient trouvés du côté de F. Mitterrand, J. Chirac cultivant davantage, dans une tradition de droite, le monde du spectacle et le milieu sportif.

En 1995, le maire de Paris maintient son avantage sur le milieu sportif, confirme ses liens avec le show-biz, fait des recrues dans le milieu artistique et, par-dessus tout, débauche d’anciens soutiens de F. Mitterrand : ainsi de P. Berger et Frédéric Mitterrand, J.-P. Beltoise, L. Perron, I. Autissier, G. Drut, A. Prost, L. Renaud, Y. Horner, J. Halliday, J.-E. Hallier, J.-Cl. Brialy, J.-J. Beneix, etc.
L. Jospin recrute conformément à une image traditionnelle de la gauche, longtemps identifiée en France à une culture d’opposition et attirant de ce fait de nombreux artistes, acteurs, metteurs en scène et gens d’écriture (ainsi de B. Henri-Lévy, H. Virlogeux, P. Arditi, Y. Robert, E. Charleroux, P. Chéreau, R. Desforges, M.-C. Mendès-France, M. Picoli, M.-F. Pisier, etc.), tandis que R. Hue se voit fort entouré, la situation étant nouvelle par rapport à 1988 où le candidat Lajoinie évoluait seul de ce point de vue : ainsi d’A. Jacquart, R. Passevant ou R. Hanin, désormais aux côtés de R. Hue, le ralliement de ce dernier lui donnant l’occasion d’un bel effet rhétorique (« Si Navarro est aux côtés de R. Hue, alors nous serons plus forts… »).

30 Ainsi de la modeste Édith Hue, infirmière de profession, de Bernadette Chirac l’élue corrézienne, de Marie-Josèphe Balladur et ses œuvres caritatives, de Dominique de Villiers et ses huit enfants ou de Sylviane Jospin l’intellectuelle. Le JT de TF1 sur lequel nous travaillons ici, a même consacré une série de portraits aux épouses des candidats. Les implicites de cette démarche sont hautement normatifs puisqu’ils supposent et que le mariage est la situation normale, et que le candidat est un homme. Les candidates, il est vrai, se débrouillent très bien toutes seules…

31 Ainsi lorsque J. Chirac se rend à Épinal, ville « de » Ph. Séguin, ou L. Jospin au Grand-Quevilly « chez » L. Fabius ou à Blois « chez » J. Lang. L’emphase de la réception dépend évidemment du niveau de notoriété du présidentiable, le candidat Premier ministre étant, de par sa fonction officielle, reçu avec tous les honneurs dus à son rang et parvenant de par son statut à réaliser un certain œcuménisme politique autour de sa personne.

32 Fabrique de chaussures à Angers pour le maire de Paris, visite de la laiterie Bridel en Normandie pour É. Balladur (avec un long plan qui le montre abîmé dans la contemplation des camemberts Président), visite d’une entreprise niçoise pour le député de Vendée, etc.

33 É. Balladur comme J. Chirac et L. Jospin visitent des écoles dans leur parcours électoral télévisé, certains même des universités (J. Chirac, l’université de Tours et L. Jospin, celle de Créteil) ou des centres de formation divers (Ph. de Villiers, un centre de formation pour apprentis à Nice), des installations sportives, l’exemplarité du sport comme discipline où prévalent l’émulation et le dépassement de soi mais aussi comme facteur d’intégration sociale étant ainsi implicitement valorisée (É. Balladur se rend sur un circuit pour motos et une patinoire à Saint-Germain-les-Corbeil, Ph. de Villiers s’attarde près du terrain de football du Chaudron, à la Réunion, et J. Chirac assiste aux démonstrations de jeunes gymnastes dans des installations sportives à Épinal).

34 Maisons de retraite (É. Balladur à Bordeaux, Ph. de Villiers à Paris, J. Chirac un peu partout). É. Balladur visite un centre pour handicapés fabriquant des articles de sellerie, dans la Somme, J. Chirac un établissement pour malentendants à Chambéry.

35 J. Chirac se rend dans des cités de la banlieue parisienne, à Villepinte par exemple, D. Voynet dans la banlieue de Marseille, L. Jospin dans une ZUP de Blois, Ph. de Villiers à la cité des Bosquets à Montfermeil, É. Balladur aux Mureaux ou à Chanteloup-les-Vignes.

36 Voir, à ce propos, H. Boyer et G. Lochard, Scènes de télévision en banlieue, Paris, INA-L’Harmattan, 1998.

37 Ainsi L. Jospin admire-t-il le palais des Papes en Avignon et J. Chirac est-il filmé contemplant une petite église romane à Arles ou la cathédrale d’Amiens tandis qu’É. Balladur admire celle de Strasbourg. L’église est ici moins perçue en tant que symbole religieux que pour sa valeur culturelle. Le seul candidat à être filmé sortant de la messe, en 1995 comme en 1988, est J.-M. Le Pen.

38 Sur cette typologie, voir M. Abélès, « Rituels et communication politique moderne » in Hermès 4, Paris, Éditions du CNRS, 1989, p. 127-141.

39 Ainsi de l’inauguration du Pont de Normandie en janvier, d’un centre social à Poissy en février, de l’école d’agronomie de Montpellier et d’un bâtiment près de Bordeaux en mars, de la nouvelle mairie de Saint-Amour en avril, de la pose de la première pierre d’un bâtiment hospitalier à Auxerre, etc. Notons par ailleurs que la visibilité de ces actions est encore accentuée sur TF1 par le positionnement idéologique de la chaîne, qui donne toute son ampleur à la communication du Premier ministre candidat. (Sur ce sujet, voir P. Péan et Ch. Nick, op. cit.).

40 Si le présent et le futur sont pour J.-M. Le Pen synonymes de décadence, le passé seul mérite reconnaissance et célébration. Fréquentes en effet sont les scènes télévisées où il se recueille devant un monument aux morts – de la guerre d’Algérie en général –, parfois sur fond musical de la sonnerie du même nom, exaltant ainsi les soldats tombés pour la France. De même que pour le rite inauguratif, le rite commémoratif a sa scénographie propre : arrivée du candidat sur les lieux, dépôt d’une gerbe, éventuellement courte allocution, minute de silence ou, pour l’extrême droite, sonnerie aux morts. R. Hue, en déplacement dans la région lyonnaise, dépose une gerbe au pied du monument aux morts de la prison de Fort-Monluc, où furent incarcérés et d’où furent déportés de nombreux résistants, communistes entre autres, durant la dernière guerre mondiale. Le geste est en phase avec la revendication, nouvelle chez un candidat communiste, des grands moments de l’histoire des communistes.

41 Ainsi R. Hue qui, lors d’un voyage dans l’Isère, apporte son soutien aux ouvriers en grève d’une fabrique de papier, A. Laguiller qui se déplace à Flins pour soutenir les ouvriers en grève de chez Renault ou D. Voynet qui rend visite à des parents étrangers d’enfants français, en grève de la faim, et qui manifeste contre un projet de canal Rhin-Rhône, ou avec l’association Droits devant.

42 Sur les questions concernant la dimension institutionnelle et juridique de la campagne à la télévision, voir Élection du président de la République, Rapport sur la campagne électorale à la radio et à la télévision (20 septembre 1994-7 mai 1995), Paris, Les documents du CSA, septembre 1995 ; et G. DROUOT (dir.), Les Campagnes électorales radiotélévisées, Presses universitaires d’Aix-Marseille, Économica, 1995.

43 D. Dayan et E. Katz, op. cit.

44 À condition tout au moins d’être effectuée en direct, raison pour laquelle les messes ne sont jamais diffusées en différé…

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search