Version classiqueVersion mobile

La démocratie mise en scènes

 | 
Marlène Coulomb-Gully

Introduction

Texte intégral

La politique à la télévision, c’est d’abord de la télévision

1L’objectif de cette étude est de cerner quelques unes des modalités principales de la rhétorique politico-télévisuelle. Objectif que nous pourrions formuler ainsi : qu’est-ce que la politique à la télévision ?

2Nous pourrions répondre à cette question de façon aussi lapidaire que dilatoire en disant que « la politique à la télévision, c’est d’abord de la télévision ». En d’autres termes, nous postulons que les caractéristiques du média télévisuel, que le « dispositif » télévisuel, constituent un cadre configurant en dehors duquel on ne peut pas penser une spécificité du discours politique télévisuel.

3Quel que soit le degré d’autonomie de l’objet politique, quel que soit le degré de préconstruction des images qui transitent sur un écran de télévision, la politique à la télévision est donc susceptible de l’approche commune à tout discours télévisuel ; c’est-à-dire qu’elle se définit par des déterminations d’ordre sociologique (la télévision, à l’instar du livre, du cinéma ou de la radio est définie par des usages spécifiques), technologique (les caractéristiques techniques du dispositif télévisuel) et sociodiscursif supposant un mode d’énonciation et de réception spécifique.

  • 1 En tant que spécialiste des médias, la perspective qui est la nôtre concerne clairement l’étude du (...)

4Il y a donc un « formatage » de la politique à la télévision – et plus largement de la politique par la télévision, mais ceci constitue un autre débat1. L’hypothèse que nous formulons ici est que ce formatage s’effectue en priorité en fonction de critères communs à l’ensemble de la communication télévisuelle qui nous paraît fondée sur le primat de l’« esthétique ».

Rhétorique télévisuelle et esthétisation

5La caractéristique première du média réside dans sa dimension sensible. La primauté de l’image, du direct, de l’oral, insère en effet le média télévisuel dans une communication qui privilégie une logique sensitive, émotionnelle et affective là où d’autres formes de communication, basées sur l’écrit par exemple, intègrent plus facilement une logique cognitive, rationnelle voire argumentative.

  • 2 À ce propos, voir notamment, A. Sauvageot, Voirs et savoirs, esquisse d’une sociologie du regard, P (...)
  • 3 Idem, p. 174.

6McLuhan en son temps avait déjà souligné l’importance de la participation sensorielle du téléspectateur au message télévisuel, constat corroboré par des expériences plus récentes sur la comparaison entre les modes de perception de l’écrit et de l’image de télévision2. Brillance, mouvance et inversion de la polarité dedans – dehors par le phénomène d’incrustation, l’image de télévision suscite une « mise en déroute du cogito cartésien par l’immersion de l’individu dans le flux de l’image dont il pénètre la signification par la démultiplication de ses “ tâtonnements ” visuels3 ».

  • 4 « La télévision ne passe pas par la signification, elle mobilise la proprioception. Elle parle au c (...)
  • 5 Le terme de « médiativité » est ici employé dans un sens proche de celui de son « initiateur », P. (...)

7Cette particularité « proprioceptive » de l’image de télévision4 constitue une donnée technique fondamentale qui caractérise les propriétés médiatiques propres à la télévision, la « médiativité télévisuelle », par opposition aux autres médias5. L’image de télévision est tout entière du côté du sensible que, conformément à l’étymologie, nous avons nommé l’« esthétique ».

8Saisir les caractéristiques principales de ce formatage esthétique en ce qui concerne la mise en scène de la politique à la télévision constitue l’objectif de cette étude.

Dans quelle mesure peut-on parler de « la politique » et de « la télévision » ?

La politique en campagne et hors campagne

  • 6 Le corpus de référence inclut également l’émission Face à la Une ; un homme politique y est interro (...)

9L’étude qui suit se fonde sur l’analyse d’un corpus composé des séquences politiques de tous les journaux télévisés (JT) de 20 heures diffusés sur TF1 entre janvier et mai 1995, soit pendant l’essentiel de la campagne pour l’élection présidentielle ainsi que, pour ce qui est de l’analyse de la dimension satirique de la rhétorique télévisuelle, des émissions du Bébête Show et des Guignols de l’Info diffusées au même moment6.

  • 7 Sur une approche plus développée de la différence entre « politique » au masculin et au féminin, vo (...)

10La période bien spécifique d’une campagne présidentielle permet-elle de parler de « la politique » à la télévision au sens le plus général du terme ? Une précision tout d’abord : si le politique désigne fondamentalement un mode d’exercice du pouvoir et le moyen d’assurer la longévité d’un ordre social, la politique en revanche renvoie à un ensemble de pratiques relevant du politique et se joue davantage sur le court terme7. L’analyse empirique qui suit porte sans ambiguité sur la politique. Mais la centralité de la télévision dans l’espace public contemporain n’est pas sans conséquence sur le politique en tant que tel, comme on le verra au terme de cette étude.

11Revenant à la question initiale, nous pensons que les spécificités de la rhétorique politico-télévisuelle mises en valeur durant ce moment de surchauffe politique qu’est une campagne électorale ne sont pas fondamentalement différentes de ce qu’elles sont par ailleurs et qu’elles correspondent à une exacerbation des caractéristiques générales de la rhétorique politico-télévisuelle plutôt qu’à des données radicalement différentes.

12Dans quelle mesure enfin peut-on enfin parler de « la télévision » alors que le corpus de référence se situe à un moment déterminé de l’histoire de la télévision et de ses rapports avec le monde politique, qu’il se fonde sur un type d’émission spécifique supposant un dispositif particulier, le journal télévisé de 20 heures, et qu’il ne prend en compte qu’une seule chaîne, TF1, que son histoire et son positionnement dans le paysage audiovisuel français configurent de façon originale ?

La donnée historique

  • 8 Sur cette question des relations entre télévision et politique et leur évolution, voir notamment J. (...)

13Il est clair que « la télévision » dont il est question ici renvoie à un état des relations entre télévision et société et plus précisément entre télévision et politique dont on ne saurait faire abstraction. La perspective historique et la référence à des périodes où les rapports entre ces deux entités étaient différents ne sont d’ailleurs pas absentes de ce travail8.

14Mais l’étude est essentiellement synchronique puisqu’elle porte sur la campagne présidentielle de 1995, et renvoie donc à une époque où, par rapport aux périodes antérieures, le média télévision est relativement autonome face à la sphère politique. Institutionnellement et statutairement, le « cordon ombilical » a en effet été coupé lorsque, au cours des années quatre-vingts, des chaînes privées ont été créées et lorsqu’est née une instance de régulation autonome – aujourd’hui nommée Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) – censée garantir le pluralisme et l’honnêteté de l’information radiotélévisée.

15L’analyse de la campagne de 1995 nous conduit cependant à relativiser cette indépendance de la télévision face aux instances politiques, la victoire du candidat Balladur annoncée par les sondages puis démentie par la réalité des faits révélant la propension du média, toutes chaînes confondues, à se placer dans le sillage du puissant du moment, comme on souscrit une assurance tous risques. La logique du pouvoir est sans doute à ce prix.

Du dispositif propre au JT à la médiativité télévisuelle

16Peut-on, à partir de l’analyse du 20 heures, extrapoler à la télévision politique en général ?

  • 9 Sur le discours d’information et le JT en particulier, voir, entre autres, B. Miège (dir.), Le JT, (...)

17Le JT est caractérisé par un dispositif spécifique, fondé sur la primauté du direct, avec les implications que cela suppose sur le plan énonciatif et sur le plan de la réception ; sur l’alternance entre studio et terrain, avec les scénographies propres à chacun de ces lieux ; sur le primat du contact, incarné en priorité par la figure du présentateur ; sur un « contrat », ou une « promesse », qui fonde la spécificité du discours d’information par rapport aux autres modalités discursives télévisuelles9.

  • 10 P. Charaudeau, « Les conditions d’une typologie des genres télévisuels d’information » in Réseaux, (...)

18Arrêtons-nous un instant sur la coexistence des images du terrain et des images de studio, qui différencie le JT de bien d’autres émissions politiques, souvent tournées intégralement en studio. « Lieu de la réalité où surgissent les événements de l’espace public » pour le terrain, « lieu où se joue la scène médiatique de représentation de cette réalité » pour le studio, pour reprendre la définition de P. Charaudeau10, leur différence ne doit cependant pas faire illusion. Si le JT, à l’instar de la télévision, ouvre sur quantité d’univers exogènes (ce qui justifie le principe de sa « transitivité » et fonde celui de sa référentialité), il n’en est pas moins vrai qu’il les passe au filtre de ses propres lois. Le filtre, de même que l’écran, a une fonction double : en même temps qu’il laisse passer, il empêche le passage, ambivalence fondatrice à la base de l’émission télévisuelle. Quelle que soit l’origine des séquences politiques au JT (terrain ou studio), la médiatisation peut être plus ou moins explicite (exhibition ou occultation des caméras, du travail de filmage, de montage, etc.), elle n’en est pas moins réelle dans tous les cas. Au regard de l’objet politique qui nous intéresse ici, nous considérons donc que l’identité de fonctionnement entre ces deux types d’espace est majeure.

19Plus largement, nous pensons que la plupart des éléments qui sont mis en valeur dans cette étude sont valables pour l’ensemble de la formalisation télévisuelle du politique, la médiativité télévisuelle étant constitutive du média en tant que tel et « traversant » en quelque sorte l’ensemble des émissions spécifiques, qu’il s’agisse du JT ou des autres émissions politiques.

De TF1 à la télévision

20Dans quelle mesure enfin peut-on, à partir d’une émission programmée sur TF1, extrapoler à l’ensemble de la télévision politique ?

  • 11 À ce propos, voir la remarquable enquête de P. Péan et Ch. Nick, TF1. Un pouvoir, Paris, Fayard, 19 (...)
  • 12 Encore que nous ne soyons pas sûre que la ligne éditoriale de France 2 à cette époque soit radicale (...)

21Le positionnement de TF1 dans le paysage audiovisuel français lui est propre. On connaît son histoire qui, de la première chaîne de télévision publique française, en a fait la première chaîne privée, de par son importance, aux mains du groupe Bouygues, l’un des plus gros entrepreneurs du secteur du bâtiment et des travaux publics français. Les objectifs financiers, commerciaux et par conséquent culturels et politiques de la chaîne sont indissociables de ce positionnement ; le populisme des émissions programmées durant la période qui nous intéresse, ainsi que son engagement durant la campagne de 1995 aux côtés du candidat Balladur révèlent une ligne éditoriale bien spécifique11,12.

22Aussi bien notre propos n’est-il pas là. Notre projet étant de préciser les caractéristiques de la « télévisualité » politique, ou de la « médiativité télévisuelle » en ce qui concerne l’objet politique, nous postulons le primat du dispositif sur le diffuseur.

23Nous souhaitons donc, dans l’étude qui suit, contribuer à mettre en valeur quelques unes des composantes de cette rhétorique politico-télévisuelle que nous saisirons dans les aptitudes narratives du média, dans la façon dont il exacerbe les dimensions rituelle et symbolique de la politique, dans la centralité du phénomène d’incarnation ainsi que dans la dimension ludique caractéristique de cette culture du sentiment qui prévaut dans les émissions de satire politique. Après le sceptre donc, la marotte !

Notes

1 En tant que spécialiste des médias, la perspective qui est la nôtre concerne clairement l’étude du formatage de la politique à la télévision, le formatage de la politique par la télévision relevant d’un autre type de problématique, susceptible d’une approche de type marketing, communicationnel, voire politologique. Nous ne méconnaissons pas pour autant le jeu qui s’instaure entre les contraintes propres au média et la façon dont elles sont anticipées par les équipes de communication des candidats, cette dialectique constituant un facteur d’évolution des pratiques politiques comme de la rhétorique politico-télévisuelle.

2 À ce propos, voir notamment, A. Sauvageot, Voirs et savoirs, esquisse d’une sociologie du regard, Paris, PUF, 1994.

3 Idem, p. 174.

4 « La télévision ne passe pas par la signification, elle mobilise la proprioception. Elle parle au corps, pas à la tête. Elle s’adresse aux sens mais pas au sens. » D. de Kerckhove, Le Téléspectateur face à la publicité, Paris, Nathan, 1989, cité par A. Sauvageot, op. cit., p. 175.

5 Le terme de « médiativité » est ici employé dans un sens proche de celui de son « initiateur », P. Marion, pour qui la « médiativité » propre à chaque média est un potentiel spécifique « régi notamment par les possibilités techniques [...], par les configurations sémiotiques internes qu’il sollicite et par les dispositifs communicationnels et relationnels qu’il est capable de mettre en place. » In P. Marion, « Narratologie médiatique et médiagénie des récits » in Recherches en communication, n° 7, université catholique de Louvain, 1997, p. 79 ; voir aussi, du même auteur, « L’affect télévisuel » in Hermès 13-14, Paris, CNRS Éditions, 1994, p. 315-332.

6 Le corpus de référence inclut également l’émission Face à la Une ; un homme politique y est interrogé par la rédaction de TF1 – ce sont donc en grande partie les mêmes journalistes qu’au JT – ; l’émission, d’une périodicité variable, dure une demi-heure environ et suit immédiatement un JT réduit à un quart d’heure pour la circonstance, sans être précédé d’aucune séquence publicitaire ni annonce spécifique ; tout est fait pour que l’émission soit perçue comme faisant partie intégrante du dispositif informationnel du JT.

7 Sur une approche plus développée de la différence entre « politique » au masculin et au féminin, voir Cl. Lefort, Essais sur le politique, Paris, Le Seuil, 1986, et L’Invention démocratique, Paris, Fayard, 1994.

8 Sur cette question des relations entre télévision et politique et leur évolution, voir notamment J.-P. Equenazi, Télévision et démocratie, Paris, PUF, 1999, et S. Olivesi, Histoire politique de la télévision, Paris, L’Harmattan, 1998.

9 Sur le discours d’information et le JT en particulier, voir, entre autres, B. Miège (dir.), Le JT, mise en scène de l’actualité à la télévision, Paris, INA-La Documentation française, 1986 ; M. Coulomb-Gully, Les Informations télévisées, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1995 ; A. Mercier, Le Journal télévisé, Paris, Presses de la FNSP, 1996 ; P. Charaudeau, Le Discours d’information médiatique, Paris, INA-Nathan, coll. « MédiasRecherches », 1997 ; et J.-C. Soulages, Les Mises en scènes visuelles de l’information, Paris, INA-Nathan, coll. « MédiasRecherches », 1999.

10 P. Charaudeau, « Les conditions d’une typologie des genres télévisuels d’information » in Réseaux, n° 81, Paris, janvier-février 1997, p. 91.

11 À ce propos, voir la remarquable enquête de P. Péan et Ch. Nick, TF1. Un pouvoir, Paris, Fayard, 1997 ; voir aussi F. JOST, « Le discours politique des reality show » in Société et médiatisation, actes du 2e colloque franco-roumain, document photocopié, Bucarest, 1995 ; dépassant la problématique et le cadre de la campagne de 1995, voir J.-P. Esquenazi, Le Pouvoir d’un média : TF1 et son discours, Paris, L’Harmattan, 1996.

12 Encore que nous ne soyons pas sûre que la ligne éditoriale de France 2 à cette époque soit radicalement différente ; on se rappelle le scandale des propositions faites par son PDG, J.-P. Elkabbach, dont la programmation résumée par le célèbre « Osons » semblait vouloir calquer les pires dérives de la télévision privée plutôt que de s’en démarquer ; quant au positionnement à proprement parler politique de la chaîne durant la campagne, les déclarations de M.Trillat, un temps président de la Société des journalistes et journaliste à France 2 à l’époque des faits, semblent montrer que la chaîne publique jouait elle aussi « la carte » Balladur (voir les déclarations du journaliste in Télérama, n° 2420, Paris, 29 mai 1996).

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search