Version classiqueVersion mobile

La démocratie mise en scènes

 | 
Marlène Coulomb-Gully

Avant-propos

Texte intégral

1Je regarde, comme plusieurs millions de Français, le 20 heures de TF1 ou de France 2 – plus rarement le 19-20 de France 3, le Six minutes de M 6 ou les Infos d’Arte – ; je consomme la séquence publicitaire avec délectation en attendant la météo ; j’enchaîne parfois sur l’émission de la soirée – je préfère les films et les téléfilms aux documentaires et aux variétés – ; quand je me suis bien organisée, je réussis à voir les Guignols de Canal, que je suis de préférence au Bébête Show un temps diffusé sur TF1 ; parfois, l’annonce du passage d’une personnalité politique de premier plan me conduit à regarder l’émission concernée alors même qu’elle se situe hors de la tranche de prime time qui constitue pour moi, comme pour la majorité des gens, le moment privilégié où je regarde « la télé »…

2Je zappe quand une émission m’ennuie, échouant alors le plus souvent à me fixer sur un programme dont j’ai manqué le début, mais glissant d’une chaîne à l’autre, d’une émission à une autre sans réussir avant un bon moment à m’arracher à la télévision ; « sidérée », j’engloutis des images, des sons, des paroles, je capte quelque chose de ce quotidien universel (en tout cas réputé tel…) que me racontent les médias, et surtout, je ne suis pas seule : on est là, on me voit, on me parle…

  • 1 Je suis aussi une femme, mais le fait d’écrire que j’étais « chercheuse » et « téléspectatrice » m’ (...)

3C’est de cette expérience quotidienne de téléspectateur, mais aussi de ma réflexion de chercheur spécialiste des médias qu’est né cet ouvrage1. Si les approches théoriques, si les discours savants sur les relations entre télévision et politique me sont familiers, ils ne sont cependant pas dissociables de cette posture de téléspectateur banal.

4Ce double positionnement m’a finalement convaincue que la politique à la télévision, c’est d’abord de la télévision ; et m’a alertée sur le malentendu à l’origine des procès quotidiennement instruits contre ce média qui dévoierait la politique parce qu’inapte à rationnaliser, à abstraire et à conceptualiser.

5Le propre de la télévision réside dans sa formalisation « sensible », dans le formatage « esthétique » (du grec aisthanesthai  : sentir) qu’elle impose à ce dont elle dispose et à ce qu’elle propose : c’est là son langage… et le prix à payer, sans doute, pour permettre à une majorité de citoyens d’accéder à une forme de compréhension de la réalité politique.

6C’est donc à l’exploration de cette spécificité que j’ai consacré cette étude, sans ignorer ce que cette position peut avoir d’iconoclaste dans un milieu où l’on est plus porté à la critique négative de la télévision dont la légitimité intellectuelle n’est toujours pas acquise, qu’à sa défense.

Notes

1 Je suis aussi une femme, mais le fait d’écrire que j’étais « chercheuse » et « téléspectatrice » m’a semblé si fortement marqué par rapport à la neutralité supposée du masculin, que j’ai renoncé à employer ces termes.

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search