Version classiqueVersion mobile

La Républicature

 | 
Bertrand Tillier

Petit dictionnaire des caricaturistes cités...

Texte intégral

1Barrère (Adrien)

2Paris, 1877 – 1931.

3Peintre et lithographe, il travaille conjointement pour la presse d’information (L’Illustration) et pour la presse satirique parisienne des années 1890-1920 (Le Rire, L’Assiette au Beurre...). Il connaît le succès en 1902, quand le journal Fantasio publie sa série des Têtes de Turcs qui vise les hommes politiques des tendances les plus en vue. En créant une affiche pour un spectacle de Dranem, il commence une carrière d’affichiste pour de nombreux théâtres et cabarets parisiens. Il met même ses dons de dessinateur humoristique au service d’affiches pour des spectacles d’épouvante, dans lesquelles il mêle drôlerie et horreur. Retrouvant les amphithéâtres de droit et de médecine qu’il avait fréquentés dans sa jeunesse, il publie deux séries consécutives qui lui procureront un succès définitif : Professeurs de la faculté de droit suivie de Professeurs de la faculté de médecine (1909 et 1911). En 25 ans, ces planches seront imprimées à 420000 exemplaires. Il semble avoir également conçu quelques statuettes caricaturales, en suivant l’exemple de Léandre, dont il a fait la connaissance au Salon des humoristes où il exposera parfois.

4Bast (A.)

5Lieux et dates de naissance et de décès inconnus.

6Pseudonyme d’un caricaturiste actif, de 1880 à 1910, dans La Silhouette, L’Éclipse, Le Frou-Frou, Le Supplément et Le Pêle-Mêle.

7Belloguet ou Belloguet (André)

8Lieux et dates de naissance et de décès inconnus.

9Il commence sa carrière comme lithographe, pendant les dernières années du Second Empire, dans les journaux illustrés satiriques Le Monde pour rire, Le Monde comique ou La Chronique illustrée. Toutefois, sa production la plus importante s’inscrit dans l’Année terrible 1870-1871. Il dessine alors pour les Actualités Grognet (en feuilles détachées) et produit une célèbre série : Le Pilori-Phrénologie (en 13 livraisons). Réfugié en Belgique dès 1871, il ne se consacre plus qu’à l’illustration.

10Blass (J.) (Albert Donat, dit)

11Bordeaux, 1847 – 1892.

12Il a toujours dessiné sous ce pseudonyme, d’abord pendant la Commune, dans la presse versaillaise, puis dans la presse antirépublicaine, sans jamais réserver l’exclusivité de ses charges à un journal précis.

13Bobb ou Bob (Marie-Antoinette de Riquetti-Mirabeau, Comtesse de Martel de Janville, dite Gyp en littérature)

14Kœtsal, 1850 – Neuilly-sur-Seine, 1932.

15Elle collabore à divers journaux satiriques parisiens et principalement à La Silhouette. La romancière choisit ce pseudonyme par allusion au personnage de l’un de ses premiers romans – Le Petit Bob – sorte de terrible Gavroche de la bonne société. Elle usera de ce pseudonyme pour signer des dessins d’une facture volontairement naïve et infantile, mais violente. Au moment de l’affaire Dreyfus, elle dessine énormément dans la presse nationaliste et antisémite, en particulier dans les suppléments illutrés de La Libre Parole de Drumont. Maurice Barrès possédait une importante collection de dessins originaux de Bob-Gyp.

16Bibliographie :

17Wartelle (Jean-Claude), – Gyp, une réactionnaire émancipée sous la Troisième République », in L’Histoire, juillet-août 1980, pp. 88-90.

18Caran D’Ache (Émmanuel Poiré, dit)

19Moscou, 1858 – Paris, 1909.

20Petit-fils d’un officier de Napoléon devenu maître d’armes à la cour impériale de Russie, il passe sa jeunesse à Moscou, avant de s’engager dans l’armée française, à l’âge de 19 ans. Il commence à dessiner pendant ses cinq années de service militaire (1877-1882). En 1881, il fonde en compagnie d’André Richard Le Tout-Paris, journal satirique illustré au contenu frivole et léger. Pendant quelques mois, il est l’élève de Detaille, dans l’atelier personnel de celui-ci. Il s’installe à Montmartre en 1883, choisit son pseudonyme (qui signifie crayon en russe) et publie ses dessins dans les différentes feuilles de la Butte (La Caricature, Le Chat noir, La Vie parisienne, Le Rire, Le Journal...) Il a aussi créé de nombreuses pantomimes au cabaret montmartrois du Chat noir, à l’invitation de Rodolphe Salis. Il s’adonne au dessin politique, et fonde avec Forain le Psst... ! antidreyfusard. Après l’arrêt de cette publication, il continue de publier ses dessins dans le journal conservateur Le Figaro et au royaliste Le Panache. Il est également l’auteur de nombreux albums dont le plus retentissant fut Carnet de chèques, consacré au scandale de Panama (1893).

21Carjat (Étienne)

22Fareins, 1828 – Paris, 1906.

23Carjat et sa famille s’installent à Paris en 1838. Il publie ses premières lithographies en 1854, tout en commençant à donner des caricatures dans quelques journaux satiriques, dont Diogène (1856-1857). En 1861, il publie ses premiers textes et ses dessins dans Le Boulevard, qu’il fonde et dirige (1861-1862) avec la complicité de Baudelaire. À ses activités de dessinateur-caricaturiste s’ajoutent désormais celles d’un journaliste-échotier et d’un (modeste) patron de presse. Cette année-là, il s’installe aussi comme photographe au 56, rue Laffitte à Paris. Ami de Daumier et de Nadar, délaissant l’écriture, il ne se consacre plus qu’au dessin de presse et à la photographie. De 1866 à 1869, devant le succès de ses portraits photographiques, il occupe un atelier au 10, rue Notre-Dame-de-Lorette. Lié à Baudelaire, Hugo et Verlaine, il publie des recueils de poésies et d’odes. Il a produit de nombreux portraits-charges et portraits photographiques de ses contemporains, en suivant une carrière semblable à celle de Nadar. Il devait figurer parmi les convives du Coin de table de Fantin-Latour (1872, musée d’Orsay), mais il se déroba pour ne pas paraître auprès de Rimbaud qui, à l’issue d’un » Dîner des Vilains-Bonshommes », lui avait porté un coup de canne-épée. La fin de son existence est chaotique : la clientèle de son atelier de photographe le délaisse pour ses déclarations en faveur des communards et le soutien matériel apporté à leurs familles. Il publie peu, ne vend plus de photographies et ne dessine plus. En 1882, il espéra vainement être nommé inspecteur des Beaux-Arts.

24Bibliographie :

25– Adhémar (Jean), « Carjat », in La Gazette des Beaux-Arts, août 1972, pp. 71-81.

26– Carjat (Étienne), Artiste et citoyen, Paris, Tresse éditeur, 1883.

27– Cat. expo. Étienne Carjat, Paris, musée Carnavalet, 1982.

28Chanteclair

29Lieux et dates de naissance et de décès inconnus.

30Nous ne disposons d’aucune information sur ce dessinateur attitré de La Libre Parole illustrée, qui semble avoir surtout donné dans la veine antisémite et antiparlementaire. Il s’agit vraisemblablement d’un pseudonyme.

31Chicot

32Lieux et dates de naissance et de décès inconnus.

33Il s’agit certainement d’un pseudonyme – la caricature ne se veut-elle pas mordante ? – derrière lequel nous n’avons pu trouver l’identité du dessinateur, dont la production semble principalement publiée dans La Jeune garde.

34Claret

35Lieux et dates de naissance et de décès inconnus.

36Nous n’avons pu trouver aucune indication biographique sur ce dessinateur, dont on trouve ponctuellement les dessins dans la plupart des journaux satiriques illustrés parisiens.

37Cohl (Émile Courtet, dit)

38Paris, 1857 – 1938.

39Disciple d’André Gill, qui lui fait découvrir la caricature, il est aussi un photographe et un illustrateur particulièrement prolixe à la charnière des deux siècles. Sans grande originalité, ses portraits-charges reprennent la formule de la « grosse tête – et sont conformes à la manière de Gill. Il participe à la publication de plusieurs séries, dont Les Hommes d’aujourd’hui, où il croque ses contemporains célèbres du monde des arts, des lettres et de la politique. Il place ses caricatures dans Le Charivari, L’Hydropathe et Le Courrier Français, puis abandonne cette activité pour ne plus se consacrer qu’à l’élaboration de dessins animés image par image, d’abord en collaboration avec Benjamin Rabier (1864-1939), puis en cavalier seul pour le compte de la Gaumont (1907). Sa série la plus célèbre est celle adaptée des Pieds Nickelés.

40De Frondas (Napoléon-Charles-Louis)

41Paris, 1846 – lieu et date de décès inconnus.

42Employé des services administratifs de la Ville de Paris, il découvre le dessin satirique et l’exercice de la caricature politique au moment de la chute de Napoléon III et de la capitulation de Sedan. Dès lors, sous ce nom et sous le pseudonyme de Juvénal, il se fait le « caricaturiste attitré » – comme on le dit pour un portraitiste – de l’empereur déchu et de son entourage, dans des charges isolées et des feuilles détachées comme dans plusieurs importantes séries thématiques, portant les titres suivants : La Sainte-Famille (autour de la déchéance en Prusse), Les Marrons sculptés... Après avoir fondé La Puce en colère (1871) qu’il est contraint d’abandonner pour des raisons financières, il collaborera au Sifflet, à La Nouvelle Lune et au Grelot.

43Demare (Henri)

44Paris, 1846 – 1888.

45Après un apprentissage de peintre-verrier, suivi d’un séjour à l’école des Beaux-Arts de Paris, il débute au Salon de 1866, tout en donnant ses dessins à La Lune, au Bouffon, au Monde pour Rire et au Sifflet. À la fin du Second Empire, il dessine régulièrement pour La Lanterne de Rochefort. Franchement acquis à la cause communarde, il publie de nombreuses caricatures, dans la presse ou en feuilles détachées, durant la Commune de 1871 : Pages d’histoires, Le Pilori, Communardiana, Nos impôts, Nos vainqueurs, Blagorama... sont les titres de ses séries mordantes. Les débuts de la répression versaillaise l’obligent à s’exiler à Vienne, où il vit et travaille pour le journal satirique Der Floh, jusqu’à l’amnistie générale de 1880. Dès son retour à Paris, il collabore à la série Les Hommes d’aujourd’hui de Gill, au Carillon, au Grelot et à La Mascarade. Il rencontre quelque problème judiciaire avec sa parodie du célèbre tableau de Vibert et Detaille, L’Apothéose de Thiers.

46Draner (Jules Renard, dit)

47Liège, 1833 – Paris, 1900.

48Homonyme de l’écrivain célèbre et sans lien de parenté avec lui, ce dessinateur et caricaturiste se fixe à Paris en 1861, abandonnant ses activités d’industriel liégeois. Caricaturiste autodidacte, il travaille d’abord ponctuellement pour le journal L’Éclipse, quand la censure interdit le dessin initial proposé par Gill. Puis on trouve sa signature dans la plupart des organes de presse illustrée parisiens : Le Monde comique, Le Journal amusant, Le Petit Journal, L’Illustration et L’Univers illustré. Successeur de Cham au Charivari (1879), il consacre une part importante de sa production à la vie militaire (Le colonel Ramollot, Nouvelle vie militaire...). Il a par ailleurs illustré de nombreux almanachs satiriques ou sérieux. Il s’est beaucoup intéressé aux relations franco-allemandes, en particulier dans les albums Paris assiégé et Nos vainqueurs – recueil violemment revanchard, nationaliste et germanophobe. Après la proclamation de son antidreyfusisme, il semble que certains journaux lui aient fermé leurs portes. On trouve encore des dessins de lui, entre 1897 et 1900, dans Le Charivari, sous le pseudonyme de Paf.

49Dorville (Noël)

50Mercurey, 1870 – Paris, après 1929.

51Elève de Cormon, il expose des lithographies au SAF dès 1903 et à la SNBA à partir de 1907. Il a publié un nombre incroyable de dessins dans une multitude de journaux : Le Clou (qu’il fonde en 1900), L’Assiette au Beurre, La Caricature (1895-1901), Le Figaro, L’Illustration, L’Indiscret, Je sais tout (1906), La Parole Libre, Le Rire (1898-1919), La Vie parisienne (1902-1903). On lui doit aussi quelques albums de dessins politiques, dont Le Monde politique (1900), Le Procès Humbert (1903), Défense et Bloc (1913), L’Affaire Bolo (1918), Clemenceau (1918), Aristide Briand, Attitudes, gestes et expressions notés à la tribune de la Chambre (1921) et Lyautey, Attitudes et expressions (1922).

52Évrard (Émile)

53Lieux et dates de naissance et de décès inconnus.

54Nous n’avons pu trouver aucune indication biographique concernant ce caricaturiste qui ne semble avoir dessiné que pendant les quelques semaines du siège et de la Commune de Paris, dans le journal Le Lampion, qu’il a vraisemblablement fondé (1871).

55Faustin (Faustin Betbeder, dit)

56Soissons, 1847 – lieu et date de décès inconnus.

57Il semble se lancer – alors qu’il est à l’école des Beaux-Arts de Paris – dans la caricature commerciale, à la faveur du siège et de la déchéance de Napoléon III qui l’inspirent énormément. Avec un seul dessin contre l’empereur, intitulé L’Habit ne fait pas le moine, il empoche 12000 francs, en en accumulant les réimpressions. Sa production s’inscrit dans les seules années 1870 et 1871, avec plus de 140 dessins et charges recensés, dont plusieurs séries : La famille à Riquiqui (novembre 1870), Les Hommes d’église (mars 1871), Le Musée-homme ou le jardin des bêtes (mars-avril 1871)... Après la Commune, avec Pilotell, il quitte Paris pour Londres – bien qu’il ne soit pas recherché par les versaillais –, où il fera une carrière de dessinateur au London Figaro, de décorateur et de créateur de costume à l’Opéra comique, à l’Alhambra et au Lyceum. Il y dirigera parallèlement un établissement d’impression polychrome, diffusant des gravures, des lithographies et des tissus.

58Forain (Jean-Louis)

59Reims, 1852 – Paris, 1931.

60Type même du jeune rapin bohême, il a 20 ans quand survient la Commune pour laquelle il affiche une franche sympathie. Peintre établi à Montmartre, benjamin du groupe impressionniste et proche de Degas, il suit épisodiquement les cours de Gérôme à l’école des Beaux-Arts de Paris, ainsi que ceux de Carpeaux, dans son atelier personnel, avant d’exposer avec le groupe impressionniste, aux IVe, Ve, VIe et VIIIe manifestations collectives. Ses premières années parisiennes sont marquées par la « vache enragée » et par des amitiés avec Fantin-Latour, Rimbaud ou Verlaine. Mais, s’il connaît rapidement le succès et la notoriété, c’est par ses dessins – et non grâce à sa peinture, qui a souvent la sécheresse du trait du caricaturiste – publiés d’abord dans Le Scapin (1876), puis dans La Cravache, Le Journal amusant et Le Chat noir de Rodolphe Salis. Il trouve véritablement un ton personnel dans Le Courrier Français, après que le directeur lui ait demandé de joindre une ou deux lignes de légende à ses dessins. Rédigées sur un ton gamin mais féroce, ces phrases font merveille dans le Tout-Paris, où ses rosseries circulent et se répètent. La grande presse accueille ensuite ses dessins : L’Écho de Paris, Le Figaro, Le Gaulois, The New York Herald, Le Temps, Le Sourire, La Vie parisienne, Fémina... La consécration surgit en 1892 avec une série sur La Comédie parisienne, parue dans Le Figaro et publiée en album peu de temps après. Vivant désormais plutôt aisément, il crée Le Fifre, un journal satirique illustré dans lequel il veut lancer de jeunes talents (1889-90). Quelques années plus tard, il fonde avec Caran d’Ache le journal hebdomadaire antidreyfusardPsst...  !, qui paraît du 5 février 1898 au 16 septembre 1899. Le peintre Jacques-Émile Blanche en dira : - En bafouant ses adversaires, il les anoblit malgré lui », tant ses dessins sont percutants. Après le procès de Rennes, la publication du journal s’interrompt, puisque l’Affaire semble terminée. La politique et les scandales de la République lui donnent matière à quelques albums virulents (Les Temps difficiles, 1893 ; Nous, vous, eux, 1893 ; Doux Pays, 1897...). Il quitte Le Figaro, qu’il considère trop proche de Dreyfus et donne désormais ses dessins à L’Écho de Paris. En 1904, quand Le Figaro est dirigé par Calmette, il est rappelé au journal. Pendant la première guerre mondiale, il produit de nombreux dessins de propagande, illustre des programmes et des affiches. En 1920, il publie un album de ses dessins de guerre (De la Marne au Rhin). Célèbre et fortuné, il abandonne à nouveau Le Figaro – racheté en 1924 par Coty – et se consacre exclusivement à la lithographie, à l’eau-forte et à la peinture, dans laquelle il se montre parfois étrangement expressionniste, tant par sa facture que par les thèmes qu’il aborde (Scène de prétoire, 1906).

61Bibliographie :

62– Puget (Jean), La vie extraordinaire de Forain, Paris, Émile-Paul, 1957.

63George-Edward (Baron de Saint-Prégnan, dit)

64Sète, 1866 – Paris, 1952.

65Ce caricaturiste semble s’être principalement spécialisé dans des satires graphiques de la vie militaire et mondaine. Il débute en 1887 avec un album La Vie à Nice, puis s’installe à Paris en 1890, où il collabore à d’innombrables journaux : Paris instantané, Le Triboulet, Chronique amusante, L’Éclipse, La Fin-du-Siècle, Le Charivari, La Caricature et Le Pêle-Mêle. Il a publié un nombre important de dessins dans le journal frivole La Vie parisienne. Il a aussi signé des caricatures sous le pseudonyme de Teddy.

66Gilbert-Martin (Charles)

67Pleine-Selve, 1839 – Paris, 1905.

68Il est un caricaturiste prolixe de la fin du Second Empire et des débuts de la Troisième République. Il a collaboré à la plupart des journaux satiriques parisiens, en se cantonnant à la charge exclusivement politique. Il a fondé Le Philosophe (1867), dont il concevait seul les textes, les légendes et les dessins, et Le Don Quichotte (1874-1893).

69Gill (André Gosset de Guines, dit)

70Paris, 1840 – Charenton, 1885.

71Peintre, graveur et caricaturiste, il est certainement le dessinateur le plus productif des années 1860 à 1880. Élève et ami de Daumier, il se fait une réputation grâce à des portraits-charges de personnalités artistiques, littéraires, mondaines et politiques de son temps. Toutefois, il considère la caricature et le dessin de presse comme des activités purement alimentaires et souhaite faire œuvre de peintre. À ce titre, en 1874, Nadar, Carjat et Monet lui proposent de venir exposer avec le groupe impressionniste. Il refuse, préférant le Salon à ce genre de manifestation marginale. Il eut avec Charles Castellani le projet d’un panorama Le Tout-Paris (1889), dont il ne réalisa qu’une esquisse, faute de moyens financiers suffisants. Si le dessin de presse lui semblait secondaire et n’était finalement qu’un palliatif, il en retira un plaisir constant, en se déjouant de la censure sous l’empire et pendant la « République des Ducs », en s’acharnant sur ses victimes, tant dans ses dessins que dans les légendes. Il a fondé plusieurs journaux : La Lune (1865), L’Éclipse (1868), La Lune Rousse (1876), La Petite Lune (1878)... tout en collaborant à de nombreux autres illustrés parisiens et en lançant des séries thématiques : Le Bulletin de Vote (1877), Les Hommes d’aujourd’hui (1879). Conservateur du musée du Luxembourg pendant la Commune et ami proche de Courbet, il eut peur de souffrir de la répression versaillaise. Il est mort fou à l’asile d’aliénés de Charenton, près de Paris.

72Bibliographie :

73– Fontane (Charles), Un maître de la caricature, Paris, Éditions de l’Ibis, 1927.

74– Valmy-Baysse (Jean), André Gill l’impertinent, Paris, Éditions du Félin, 1991.

75– Cat. expo. André Gill, Paris, musée de Montmartre, 1993.

76Godillot

77voir Orens.

78Grandjouan (Jules)

79Nantes, 1875 – 1968.

80Originaire d’une famille de notables nantais, il fait des éudes de droit à Paris, tout en dessinant parallèlement dans des feuilles satiriques ou littéraires nantaises : Nantes amusant, L’Ouest républicain, Le Clou... En 1897, il abandonne complètement le droit pour ne plus se consacrer qu’au dessin satirique. Il devient alors le directeur artistique de la Revue nantaise, puis dessinateur-caricaturiste au quotidien Le Phare de la Loire. En 1899, il publie un album de 50 lithographies, sous le titre Nantes la Grise. Poussé par quelques amis, il s’installe à Paris en 1900 et débute aussitôt au Rire, pour lequel il dessine dans 18 numéros entre 1900 et 1904. Mais dès 1902, il entre dans des journaux où il peut exprimer ses convictions politiques. Ainsi, en février 1902, il publie son premier dessin dans L’Assiette au Beurre. Sa collaboration durera dix années, au cours desquelles il illustrera intégralement 46 livraisons et participera à la publication de 38 autres numéros collectifs. Cette production peut être évaluée à environ 900 dessins – 10 % de l’ensemble des planches du journal – et le place parmi les principaux collaborateurs graphiques de cette revue libertaire. Vers 1904, avec Delannoy, il devient l’un des dessinateurs les plus acharnés et les plus productifs de l’extrême-gauche : il collabore aux Temps nouveaux, au Canard sauvage, à La Voix du Peuple, au Conscrit (journal antimilitariste), à La Vie ouvrière... Dès 1906, il fait partie des fondateurs de la revue La Guerre sociale. Parallèlement, il illustre les couvertures de certains livres ou pamphlets publiés par Émile Pouget dans sa Bibliothèque syndicaliste. Proche des mouvements et groupuscules anarchistes, il est hostile aux « socialistes parlementaires ». Il publie ainsi un pamphlet contre Jaurès, intitulé L’Ascète au Beurre. Il lutte aussi contre la politique de Clemenceau par des planches d’une grande virulence. Il tient ses dessins pour des proclamations et des armes équivalentes à son militantisme actif : contre le gouvernement, pour la CGT, pour la révolte et la grève générale. Anticolonialiste, anticlérical, antichrétien, il ne cessera pas de s’insurger contre ces pouvoirs et ces mentalités. Ses dessins lui vaudront, dans les années précédant la première guerre mondiale, de nombreux procès, amendes et inculpations. Ainsi, en 1911, il est condamné à 18 mois de prison qui l’obligent à l’exil en Italie et en Allemagne. Les autres dessinateurs français engagés dans les mêmes rangs ne protesteront pas. Dès lors, Grandjouan semble désenchanté par la politique qu’il abandonne peu à peu pour se consacrer à l’illustration de textes qui lui semblent contenir une valeur sociale ou politique : La petite Roque de Maupassant, des albums de chansons d’Aristide Bruant, Gaston Couté ou Théodore Botrel. Il aborde alors aussi la peinture et l’affichisme (pour la CGT, le PCF et le Bloc ouvrier-paysan). En 1929, il est élu représentant en France du Bureau international des peintres révolutionnaires (BIPR). À la fin des années 1930, il se retire à Nantes, abandonnant le dessin comme la peinture.

81Bibliographie :

82– Cat. expo. Jules Grandjouan, Nantes, musée des Beaux-Arts, 1969.

83Gravelle (E.)

84Lieux et dates de naissance et de décès inconnus.

85Illustrateur de partitions musicales, il publie des charges et des dessins d’actualité principalement dans Le Cri-cri du Peuple (1891), Le Triboulet (1893), La Libre Parole illustrée (1893-1897) et Le Grelot (1898-1905).

86Hadol (Paul)

87Paris, 1835 – 1875.

88Il publie depuis les dernières années du Second Empire de nombreux dessins dans les journaux parisiens satiriques : Le Gaulois, Le Journal amusant, Le Charivari, Le Monde comique, L’Éclipse et La Vie parisienne. Il a aussi illustré quelques ouvrages de Philipon. La part la plus importante de sa production s’inscrit dans les années 1870-1871, au cours desquelles il publie plusieurs séries sous son nom et sous le pseudonyme de White (éditées par Mailly et Baillard). La plus célèbre d’entre toutes est certainement La Ménagerie impériale, qui a connu six réimpressions successives pendant le siège et la Commune de Paris.

89Bibliographie :

90– Tillier (Bertrand) « Paul Hadol et sa ménagerie, ou le cirque d’un caricaturiste anti-bonapartiste », in Gavroche, n° 80, mars-avril 1995, pp. 1-8.

91Haf

92Lieux et dates de naissance et de décès inconnus.

93Derrière ce qui est, à l’évidence, un pseudonyme se cache un dessinateur occasionnel, dont les dessins sont pour une large majorité liés au scandale de Panama.

94Ibels (Henri Gabriel)

95Paris, 1867 – 1936.

96D’origine néerlandaise, il mène une carrière sur plusieurs fronts. Dessinateur de presse et ami proche de Toulouse-Lautrec, Bonnard, Roussel, Sérusier, Denis..., il se consacre également à la peinture, ainsi qu’à l’affiche, aux décors et costumes de théâtre — en particulier pour le Théâtre d’art de Paul Fort et le Théâtre libre d’Antoine –. Il publie ses premiers dessins dans la presse parisienne en 1891, en collaborant simultanément à plusieurs journaux : Le Messager français, La Revue blanche, Le Rire, Le Sourire, L’Écho de Paris, Le Journal... Il fonde L’Escarmouche, où Toulouse-Lautrec, Vallotton et Willette publient également leurs dessins. Proche des milieux anarchistes — il collabore ponctuellement au journal Le Père Peinard – et très proche de Zola, il s’engage dans l’affaire Dreyfus, en prenant farouchement la défense du capitaine accusé. Il fonde alors Le Sifflet, en partie pour répondre au Psst... !, dont il reprend la formule et la périodicité. Le Sifflet, souvent de moins bonne qualité — il faut bien le reconnaître –, a paru du 17 février 1898 au 16 juin 1899. Au début du siècle, Ibels est secrétaire artistique de l’Odéon (1906) et enseigne l’histoire de l’art à l’école des Arts Appliqués. Collaborateur du Siècle, de La Guerre sociale et de L’Assiette au Beurre, il cessera presque toute publication après la première guerre mondiale, pour ne plus se consacrer qu’à la peinture.

97Isoré (L.)

98Lieux et dates de naissance et de décès inconnus.

99À l’exception de quelques dessins parus dans La Nouvelle Lune (1881), sa production semble circonscrite à deux publications éphémères qu’il fonde et dirige successivement en 1882 : La Halle aux charges, suivi de Les Halles et Marchés comiques.

100Job (Jacques Onfray de Bréville, dit)

101Avallon, 1858 – Paris, 1931.

102Après un baccalauréat de lettres (1876), puisque son père s’oppose à son entrée à l’école des Beaux-Arts, il s’engage dans l’armée (1878-82) où il fait la connaissance de Caran d’Ache. Parallèlement il publie des caricatures dans la presse bonapartiste — en particulier dans La Jeune garde fondée en 1877. Il entre à l’école des Beaux-Arts en 1882, dans l’atelier de Carolus-Duran et débute au SAF en 1886. Mais il doit rapidement sa renommée à son activité d’illustrateur de livres pour enfants et d’albums historiques, dès 1889-90. Parrainé par le ministre de l’Instruction publique et par le ministre de la Guerre, il obtient la Légion d’honneur en 1897, pour le caractère pédagogique et patriotique de son œuvre. Au moment de l’affaire Dreyfus, il s’inscrit à la Ligue de la patrie française, qui rassemble l’opposition cléricale, royaliste, boulangiste et nationaliste. Bien qu’antidreyfusard convaincu, il n’engagera pas son crayon dans le combat et pousuivra son œuvre d’illustrateur.

103Kab (Valère Morland, dit)

104Les Sables d’Olonne, 1846 – lieu et date de décès inconnus.

105D’abord peintre — il débute au Salon de 1870 — il s’est rapidement consacré exclusivement à la caricature de presse, en particulier dans Le Triboulet et Le Charivari, en signant ses dessins sous différents pseudonymes : Valio, Momus et Leroy. Sa collaboration s’étend à la plupart des grands journaux satiriques illustrés français des décennies 1870 à 1910. On ne rencontre plus sa signature après 1913.

106Kill

107Lieux et dates de naissance et de décès inconnus.

108Nous n’avons retrouvé aucun renseignement sur ce dessinateur antisémite, qui se cache derrière un pseudonyme particulièrement agressif et dont la production semble réservée à La Libre Parole illustrée (1893-1897).

109La Tremblaye (de)

110Lieux et dates de naissance et de décès inconnus.

111Dessinateur et caricaturiste, il a produit pendant le siège et la Commune de Paris des planches satiriques en feuilles détachées (en particulier pour les Actualités Grognet) et des dessins dans quelques journaux communards. On ne retrouve plus sa signature après la Semaine sanglante. Son nom n’apparaît pas non plus dans les registres de communards arrêtés, jugés ou déportés. Peut-être a-t-il été tué pendant les combats de mai 1871, à moins qu’il ne se soit exilé.

112Léandre (Charles)

113Champsecret, 1862 – Paris, 1930.

114Peintre, lithographe et caricaturiste, il est un plasticien polyvalent, qui s’est aussi parfois intéressé à la sculpture comique. Élève de Cabanel à l’école des Beaux-Arts de Paris, puis de Blin (pendant sept ans), il enseigne ensuite le dessin dans les écoles d’art de la Ville de Paris jusqu’en 1897. Collaborateur de la plupart des grands journaux parisiens – Le Figaro, Le Rire, Le Journal amusant, Le Gaulois, L'Illustration, Le Chat noir... –, il est le fondateur du journal Les Humoristes. Exposant au SAF à partir de 1882, il a obtenu pour sa peinture, plusieurs récompenses aux Salons et aux Expositions universelles de 1889 et 1900.

115Bibliographie :

116– Buron (Henri), Charles Léandre, Domfront, musée Léandre, 1990, liste détaillée des journaux et revues auxquels Léandre a collaboré, pp. 131-132.

117Lemot (Achille)

118Reims, 1847 – Asnières, 1909.

119Sous ce nom et sous différents pseudonymes (notamment Uzès et Lilio), il a collaboré à une multitude de revues satiriques, d’abord dans la lignée de Gill, puis au sein du groupe des Incohérents. Il a, par ailleurs, composé de nombreuses images d’Épinal et des vignettes pour illustrer des livres.

120Lenepveu (V.)

121Lieux et dates de naissance et de décès inconnus.

122Dessinateur, caricaturiste et affichiste, il semble avoir principalement produit durant les années tourmentées de l’affaire Dreyfus, dans des journaux antidreyfusards et antisémites. Ses productions les plus célèbres sont les affiches constituant le Musée des Horreurs et le Musée des Patriotes (1899-1900).

123Le Petit (Alfred)

124Aumale, 1841 – Levallois-Perret, 1909.

125Il mène de front des activités de peintre, de lithographe, de chansonnier, de journaliste et de caricaturiste. Fils d’horloger, il commence sa « carrière » à Paris, à vingt ans, en peignant des portraits à l’huile d’après des photographies que lui cèdent des photographes. C’est ainsi qu’il découvre cette technique et se lance dans cette activité en devenant photographe ambulant en Normandie. Il publie ses premiers dessins vers 1863 dans les journaux de Rouen, où il séjourne jusqu’en 1867 pour suivre les cours de l’académie de peinture de l’Enclave Sainte-Marie. Il participe à la fondation de la feuille humoristique Le Tam-Tam, avec Ernest Vaughan, futur directeur de L’Intransigeant et de L’Aurore, qui ne cessera de l’aider jusqu’à ce que l’affaire Dreyfus ne les brouille définitivement. Parallèlement, il produit de nombreux croquis d’architecture pour la Société savante du Vieux-Rouen et suit des cours d’anatomie à l’Hôtel-Dieu. Puis il revient s’installer à Paris, où sa rencontre avec André Gill est décisive, tant ce dernier le marque par sa verve et sa polyvalence plastique. Il collabore à de nombreux journaux : Le Charivari, Le Journal amusant et L’Éclipse, avant de fonder La Charge (1870). Cette année-là, après la publication d’une caricature laissant deviner Napoléon III sous les traits d’un cochon accoudé au balcon des Tuileries, il est condamné. À l’occasion de son procès, il fait la connaissance de Gambetta qui le défend et lui évite l’emprisonnement. De cette mésaventure naîtra une longue amitié avec le chef républicain. Il utilise parfois les pseudonymes de Zut et Caporal — en particulier pour les satires militaires. Sa série la plus célèbre est incontestablement Fleurs, fruits et légumes du jour, publiée en 1870-1871 et reprise en 1891. Avec la proclamation de la République, il produit presque essentiellement des dessins pour Le Grelot, qu’il a rejoint à Versailles, au moment de la répression des communards. Parallèlement, il fonde en 1877 Le Pétard, qu’il abreuve de charges souvent virulentes. Il se fait aussi illustrateur de romans et de chansons, dont le contenu républicain et anticlérical partisan l’attire. Le Rire et La Revanche accueillent aussi ses dessins, consacrant alors sa notoriété. En marge de l’Exposition universelle de 1889, il produit une série intitulée Les Contemporains dans leur assiette, relançant la tradition des assiettes décorées de motifs comiques : à un portrait-charge souvent animalisé, il joint des quatrains qui parfont la satire. Hugo, Gambetta, Raspail, Thiers, Sardou, Cham, Karr passeront ainsi « à l’assiette ». En 1890, il aborde la « caricature solide », qui consiste en des portraits-charges réalisés à partir d’objets usuels qu’il détourne et déforme : pot-de-chambre (Ferry), parapluie (Sarah Bernhardt), crâne humain (Rochefort), jeu de dominos (Sadi Carnot), pelures d’oranges séchées (masques de diverses personnalités)... Il achève sa vie en se consacrant presque exclusivement à la peinture, ne publiant plus que quelques dessins antidreyfusards au moment de l’Affaire.

126Bibliographie :

127– Potvin (Georges), « La vie chaotique d’un caricaturiste célèbre : Alfred Le Petit », in Gavroche, janvier-février 1987, pp. 11-17.

128Lobel (Alméry Lobel-Riche, dit)

129Genève, 1877 – Paris, 1950.

130D’abord peintre orientaliste, il est urtout connu pour ses gravures licensieuses et ses dessins consacrés au monde libertin et galant de Paris, ainsi que pour ses compositions sur la guerre de 1914-1918 et ses illustrations d’ouvrages de Camille Mauclair, Maurice Rollinat, Maupassant, Wilde, Mirbeau ou Colette. Il a commencé par placer des dessins antirépublicains dans la presse satirique du début du siècle.

131Martial (Adolphe Martial Potémont, dit)

132Paris, 1828 – 1885.

133On trouve ses dessins principalement dans Le Journal amusant (1862-1863), Le Petit journal pour rire (1868) et La Bataille (1884-1885).

134Orens (Orens Denizard, dit)

135Pontru, 1879 – lieu et date de décès inconnus.

136D’abord apprenti d’imprimerie, il entre à l’école des Beaux-Arts de Paris en 1896. Il expose ensuite régulièrement au Salon, où il reçoit plusieurs distinctions. Il se consacre à la caricature au début du siècle, en publiant ses premiers dessins dans Le Sourire et Le Frou-Frou. Mais il se spécialise dès mars 1902 dans la carte postale en estampe, rehaussée d’aquarelle et à tirage limité de 25 à 250 exemplaires. Dans cette veine, sa production la plus importante est la série intitulée Le Burin satirique. Il signe aussi sous les pseudonymes de Godillot et D’Nizard. L’ensemble de son œuvre est estimé à près de 4000 pièces. On perd sa trace après la Première Guerre, au cours de laquelle il est aérostier au camp retranché de Verdun.

137Bibliographie :

138– Perthuis (Bruno de), « Les cartes postales politiques d’Orens Denizard », in Ridiculosa, n° 3, 1996, pp. 153-166.

139Paf

140Voir Draner.

141Pasquin (F.)

142Chamouille, 1853 – lieu et date de décès inconnus.

143Il donne ses premiers dessins en 1870 dans Paris-Caprice, avant de se consacrer, dans les années 1880 à la lutte anticléricale, en particulier dans La Lanterne des curés. Mais le principal de sa production est de caractère licencieux et paillard.

144Peltier (Léon)

145Paris, 1843 – 1912.

146Élève de Bouret à l’école des Beaux-Arts de Paris, il débute au Salon de 1880 avec des peintures. Il semble s’adonner à la caricature et au dessin de presse de manière irrégulière et dans un but alimentaire, en utilisant souvent la veine du pastiche de l’imagerie d’Épinal. De 1879 à 1881, il est proche de Monet à Vétheuil, où il demeure également. Ce dernier a exécuté son portrait.

147Pépin (Edouard Guillaumin, dit)

148Moulins, 1842 – lieu et date de décès inconnus.

149Il place ses caricatures dans différents journaux satiriques parisiens, à partir de 1865 (La Lune, Le Journal amusant, L’Éclipse, La Rue, Le Lampion...). C’est d’ailleurs à la fin du Second Empire qu’il choisit son pseudonyme, rappelant ainsi les quelques amendes et difficultés que lui valurent certaines charges. Dès sa fondation à Versailles, en 1871, Pépin est le dessinateur attitré et presque exclusif de la première page du journal satirique illustré Le Grelot. Avec l’affaire Dreyfus, il sera d’abord un antidreyfusard acharné, ne cessant de dire la culpabilité du capitaine dans ses dessins d’un ton souvent clairement antisémite. Mais il devient en 1897, en fréquentant Ibels, l’un des plus ardents caricaturistes de presse favorable à la révision du procès.

150Pilotell (Georges Pilotelle, dit)

151Poitiers, 1845 – Londres, 1918.

152Il commence sa carrière d’illustrateur et de caricaturiste sous le Second Empire. Il est alors condamné à plusieurs reprises pour des dessins résolument antibonapartistes. Il collabore à la plupart des illustrés satiriques de l’opposition républicaine : Paris-Caprice, Le Bouffon, Le Charivari, Le Hanneton et La Rue de Jules Vallès... En 1871, il fonde La Caricature politique, reprenant sous ce nom le journal dans lequel Daumier s’était illustré sous la monarchie de Juillet. Pendant la Commune, parallèlement à son activité de dessinateur, il devient directeur des Beaux-Arts, délégué au musée du Luxembourg, puis commissaire de police. Il échappe aux versaillais pendant la répression et s’exile à Londres, où il dessine pour les journaux de mode anglais, tandis que le 3e Conseil de guerre le condamne à mort par contumace le 9 janvier 1874. En 1875, il expose ses eaux-fortes à la Royal-Academy. Il les reprendra dans un recueil publié à Londres en 1879, intitulé Avant, pendant et après la Commune.

153Bibliographie :

154– Pilotell (Georges), Avant, pendant et après la Commune, présenté par Charles Feld, Paris, Cercle d’Art, 1969.

155– Tillier (Bertrand), « Les dessins d’un “mort vivant” : Pilotell et la mémoire de la Commune », in Gavroche, n° 92, mars-avril 1997, pp. 1-7.

156Pudor

157Derrière ce pseudonyme qui n’apparaît que pendant la Commune, se cache vraisemblablement le nom de Faustin, tant le graphisme et l’esprit des dessins de l’un et l’autre sont similaires.

158René (Albert)

159Lieux et dates de naissance et de décès inconnus.

160Proche d’Alphonse Allais, avec lequel il commet quelques revues théâtrales, il commence sa carrière de dessinateur dans la presse havraise (en particulier dans La Cloche illustrée), avant de collaborer à la plupart des journaux satiriques parisiens de 1864 à 1915. Ses dessins sont particulièrement abondants dans Le Petit journal pour rire (1868-1874), Le Charivari (1898-1904) et Le Petit panache (1905-1910). Il publie ses dernières planches dans La Baïonnette en 1915.

161Roze (Léon)

162( ?), 1869 – circa 1914.

163Sa production est considérable, recouvrant la presse satirique illustrée des années 1891 à 1911, la carte postale en estampe à tirage limité, les histoires en images et l’illustration. Avec l’affaire Dreyfus, il publie des charges particulièrement virulentes par leur nationalisme et leur antisémitisme, dont la facture et le sens sont souvent marqués par l’influence d’Orens.

164Toulouse-Lautrec (Henri de)

165Albi, 1864 – Saint-André–du-Bois, 1901.

166Illustrateur, peintre et lithographe, Toulouse-Lautrec et son œuvre sont suffisamment connus pour qu’on soit ici concis. Après un bref séjour dans l’atelier de Bonnat (1882) puis dans celui de Cormon (jusqu’en 1887), il débute au SAF de 1883. Il vit d’abord d’illustrations pour quelques éditeurs parisiens. Au SAF de 1886, il propose une nature morte de camembert refusée par le jury. Dès 1885, il fréquente Montmartre, dont il peint les cabarets, les bals et les maisons closes. Il se lie alors avec Van Gogh, Bernard et Anquetin. Il exposera régulièrement (à partir de 1888) au Cercle des XX de Bruxelles ainsi qu’au Salon des Indépendants (1890) et au Cercle Volney (1891). Les galeristes et marchands Durand-Ruel, Goupil et Boussod-Valadon lui achètent des œuvres et contribuent à le faire connaître. Puis Ambroise Vollard deviendra son marchand attitré en 1895. Parallèlement, il publie des illustrations et des caricatures – dont il tirera souvent ultérieurement des lithographies – dans Le Courrier français, La Plume, Le Rire, La Revue blanche, Le Chat noir...

167Bibliographie :

168– Cat expo. Toulouse-Lautrec, Paris, Grand Palais, 1992.

169Uzès

170Voir Lemot.

171Vallotton (Félix)

172Lausanne, 1865 – Paris, 1925.

173Peintre, sculpteur, dessinateur et graveur, il est un artiste polyvalent. Né dans une famille protestante, après une scolarité au collège cantonal (1875), il quitte sa ville natale en 1882 et s’installe à Paris, avec pour seule ambition celle de devenir peintre. À l’académie Julian, il suit les cours du peintre de portraits Jules Lefebvre et du peintre d’histoire Gustave Boulanger dont les enseignements respectifs marqueront profondément son œuvre à venir. Reçu 4e (sur 70) au concours d’entrée à l’école des Beaux-Arts de Paris, il reste cependant à l’académie Julian. Parallèlement, il vit de petits travaux : gravure, restauration de tableaux... Ses premiers envois au SAF et au Salon suisse des Beaux-Arts de Genève datent de 1885. Récompensé par une mention honorable au Salon de 1886, il en obtient une autre à l’Exposition universelle de 1889. Après sa rencontre avec Toulouse-Lautrec, il se lie avec Maurice Denis, Vuillard et Ker-Xavier Rousel, pour finalement entrer dans le groupe des Nabis, en même temps que Charles Lacombe. C’est durant cette période (1891-1898), qu’il délaisse la peinture pour se consacrer à la lithographie, à l’eau-forte et plus spécialement à la gravure sur bois. Il a publié dans la presse satirique (L’Escarmouche, Le Courrier français, Le Rire, Le Cri de Paris, La Revue blanche, Les Temps nouveaux...) un nombre important de dessins à l’humour parfois macabre, souvent cinglant, en cherchant à aborder tous les thèmes de la vie parisienne fin de siècle – des scènes intimes et privées jusqu’aux scènes de rues les plus démonstratives – dans un répertoire graphique et plastique nouveau. Il publie également ses bois gravés dans des journaux étrangers : Pan (Berlin), Die Jugend (Münich), Scribner’s (New York)... Il expose régulièrement chez Vollard et Durand-Ruel, ainsi qu’à la Sécession de Vienne (1899) et à l’Armory Show de New York (1913). Vers 1904, il aborde la sculpture sur bois et le modelage. Naturalisé Français en 1900, il refuse la Légion d’honneur en même temps que Vuillard et Bonnard. En 1914, quand la guerre éclate, il demande à être incorporé mais il est trop âgé. L’année suivante, il publie une importante suite de lithographies : C’est la guerre ! À la fin de sa vie, atteint par une grave dépression, il ne crée plus. Il meurt en 1925, après avoir détruit de nombreux documents, lettres, tableaux et cires modelées.

174Bibliographie :

175– Newman (Sasha), sous la direction de, Félix Vallotton, Paris, Flammarion, 1992.

176Veber (Jean)

177Paris, 1868 – 1928.

178Élève du peintre Maillot (1885), puis à l’école des Beaux-Arts de Paris, de Delaunay et Cabanel (1888), il débute au Salon de 1890, après avoir vainement concouru pour le Prix de Rome, dont le jury considère sa peinture trop fortement caricaturale. Dès lors, il entre dans l’atelier personnel de Carrière qui exerce une influence manifeste et brutale sur sa propre production. Il obtient une mention honorable (Salon de 1890), ainsi qu’une médaille de 3e classe (Salon 1894). En 1897, sa première exposition parisienne personnelle est préfacée par Anatole France. L’année suivante, il quitte la SAF pour entrer à la SNBA, où il expose régulièrement jusqu’à sa mort. Il a donné un nombre impressionnant de dessins et de charges au Rire, au Gil Blas, à L’Illustration, aux Temps nouveaux et à L’Assiette au Beurre. C’est surtout à ce titre que la critique le considère, n’évitant jamais de comparer sa peinture à son œuvre graphique et satirique. Avec son frère Pierre Veber, il est l’auteur de chroniques satiriques d’actualité signées Les Veber’s, dont il conçoit les dessins et parfois même les textes. Outre son œuvre lithographique particulièrement abondant, il a laissé de nombreux portraits peints (de Maurice Donnay, Anatole France, Marcel Schwob, René Doumic...), des paysages d’une facture impressionniste, des cartons de tapisserie pour les manufactures de Beauvais et des Gobelins (sur le thème des Mille et Une Nuits et des Contes de Perrault), ainsi que quelques décorations monumentales, dont celle de la buvette de l’hôtel de ville de Paris (1908). Le jury de l’Exposition universelle de 1900 lui a décerné une médaille d’argent pour sa peinture. Nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1907, il occupe la fin de sa vie à la publication, en gravures ou en lithographies, de ses croquis de guerre pris sur le front entre 1915 et 1918. Ses peintures satiriques ont souvent été comparées à l’univers de Brueghel.

179Bibliographie :

180– Veber (Pierre) et Lacroix (Louis), L’œuvre lithographiée de Jean Veber, Paris, Charpentier, 1931.

181Vignola (André)

182Lieux et dates de naissance et de décès inconnus.

183Il fut, dans les années 1890, l’un des dessinateurs les plus féconds de la presse satirique parisienne, en collaborant entre autres au Charivari (1890), au Triboulet (1891-1893), au Pilori (1891-1895) et au Rire (1900-1901). En 1903, il fonde L’Étude académique, magazine de nus photographiques, qu’il décline avec succès dans Mes Modèles et Le Document photographique. Il cesse de dessiner à compter de cette période.

184Vincent (Eloy)

185Lieux et dates de naissance et de décès inconnus.

186Membre du groupe des Humoristes, il publie ses caricatures d’abord dans Le Chat noir(1889), puis dans Le Rire de 1894 à 1912. Il signe quelquefois de son seul prénom.

187Zédé

188Lieux et dates de naissance et de décès inconnus.

189Ses dessins n’apparaissent que dans La Comédie politique (1880-1881).

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search