Version classiqueVersion mobile

La Républicature

 | 
Bertrand Tillier

Quatrième partie. Spectacles du corps

Farce et comédie politiques

Texte intégral

1En souscrivant à une formule connue et reconnue, la caricature de la Troisième République utilise l’attribut, pour l’associer à l’image satirique du républicain, selon des codes généralisés. L’attribut joue un rôle actif dans le fonctionnement de l’image, comme dans son décryptage, selon le même principe que dans le vocabulaire de l’art officiel et « sérieux ». Par l’attribut, la caricature ne s’attaque plus directement au corps physique de ses victimes, mais plutôt à l’action de ce corps, ainsi stigmatisée et mise en évidence.

  • 67 Charles Léandre, « Un nouveau costume », in Le Rire, 9 mars 1890.

2Les scandales qui secouent la république à plusieurs reprises sont ainsi rappelés sans lassitude. C’est un des rares moments où les événements ont prise sur la représentation (temporelle) des dignitaires républicains éclaboussés par ces affaires. Ainsi, en septembre 1887, éclate le « scandale des décorations » qui coûte à Grévy sa présidence. La presse découvre que son gendre a monté dans les murs mêmes de l’Élysée un trafic d’influences et qu’il distribue des Légions d’honneur à des fournisseurs complaisants envers sa personne. Dès lors, l’imagerie satirique n’omet jamais de décorer Grévy de la Légion d’honneur. Aucune charge postérieure à ce scandale n’omet la rosette rouge surdimensionnée qui encombre le revers de la redingote de l’ancien président de la République. Une charge de Léandre67, en amplifiant l’attribut transforme même le corps de Grévy, trois ans après sa démission, en une énorme rosette rouge qui lui tient lieu de tronc ! D’autres caricaturistes ont joué avec la médaille de la Légion d’honneur, à laquelle sont ajoutées d’innombrables autres distinctions fantaisistes et fictives, que Grévy a quelque difficulté à porter, en les tirant derrière lui, comme pour les dissimuler. En l’occurrence, l’attribut qu’est la décoration honorifique permet une identification rapide et limpide du personnage.

  • 68 Cf. supra, note 62.

3Si cet attribut précis est presque exclusivement attaché à la personne de Grévy, d’autres – plus génériques – sont associés à de nombreuses personnalités républicaines, à la faveur des affaires et des scandales. Ainsi, les billets de banque, les chèques et les tonneaux – comprenez, par hypertrophie les pots – de vin deviennent indissociables des principales figures panamistes comme Clemenceau et Floquet qui perdent leur siège à la Chambre des députés. Dans ce même contexte, l’attribut véhicule des jeux de mots littéraux. Le portefeuille s’avère ainsi pratique et particulièrement efficace, car il permet de se livrer à un déplacement de sens et de nature. Le portefeuille ministériel des personnalités atteintes par les scandales, regorgeant de chèques et de billets de banque est simultanément un portefeuille personnel enrichi par les malversations et les pots de vin. C’est bien avec cette double signification – où se superposent le supra-individuel et le personnel – que joue la caricature boulangiste La Révision68 montrant les portefeuilles volant en l’air sous l’effet de l’énergique coup de balai opéré sur les marches de la Chambre, par le gigantesque ouvrier représentant la force populaire.

  • 69 Pépin, « Jules Ferry, vierge et martyr », in Le Grelot, 19 avril 1885.

4Certains attributs s’inscrivent en permanence sur la représentation de personnalités précises. Ainsi, Ferry aura pendant longtemps du pain dans les poches, rappelant ses fonctions de maire de la capitale, pendant le siège de Paris en 1870. Il restera l’affameur du peuple, dans la caricature socialiste et anarchisante, qui ne lui pardonnera jamais ses responsabilités de cette époque et les restrictions alimentaires dont il fut alors l’instigateur. De même, d’autres attributs deviennent polysémiques. La palme du martyr dont est doté Jules Ferry69 apparaît en réaction à sa politique anticléricale, pour ensuite railler la chute de ses ministères successifs en novembre 1881 puis en mars 1885, l’attentat manqué dont il fut l’objet en décembre 1887, ainsi que son échec cuisant aux élections législatives de 1889.

  • 70 Le deuxième ministère Ferry gouverne du 21 février 1883 au 5 avril 1885. Le premier ministère Briss (...)
  • 71 J. Blass, « Je ne crains rien sinon que ma bosse ne rentre », in Le Triboulet, 27 mai 1883.

5De manière plus frappante encore, la polysémie de l’attribut se retrouve dans les caricatures visant Waldeck-Rousseau, tout au long de son sinueux parcours politique. Quand en 1884, il fait voter – en tant que ministre de l’Intérieur du second cabinet Ferry70 – la loi accordant la liberté aux syndicats professionnels, ainsi que le scrutin de liste, la caricature conservatrice le dote d’une casserole qu’il traîne derrière lui, sous les yeux amusés de Ferry71. Il devient alors un chat ou un chien dont la queue est pourvue de ce bruyant ustensile culinaire. Waldeck-Rousseau ne se représentera pas aux élections législatives de 1889, pour reprendre ses activités d’avocat au barreau de Paris. Il plaidera dans les procès des grandes affaires Lebaudy et Panama, où il défendra des républicains impliqués. La caricature l’affuble alors encore de cette casserole, cousue à son fond de culotte ou à sa robe d’avocat. Enfin, son engagement en faveur de Dreyfus et de la révision lui vaut à nouveau de traîner d’innombrables gamelles toutes plus grosses – et plus sonores – les unes que les autres, portant souvent l’inscription explicite « Affaire Dreyfus ».

  • 72 Son mandat au sein des ministères Waldeck-Rousseau et Combes dura du 29 mars 1900 au 14 novembre 19 (...)
  • 73 Après avoir giflé par deux fois le ministre, Syveton vit son immunité parlementaire levée. Il se su (...)
  • 74 Le 25 décembre 1900, lors d’un discours, le général André déclarait vouloir épurer l’armée de tous (...)
  • 75 Orens, « La main noire », in L’Actualiste, n° 43, décembre 1904. Le titre de cette image est aussi (...)
  • 76 Motus, Un argument frappant, carte à système, fin 1904.

6En caricature, l’attribut constitue donc une forme de condamnation inaltérable. Par un souci de lisibilité, la charge fixe et fige des attributs définitifs, comme pour arrêter le temps et éviter l’écueil de l’oubli. Ainsi, lors de l’affaire des fiches, en 1904, quand le général André, ministre de la Guerre72, est giflé à la Chambre, en pleine séance parlementaire, par le nationaliste Gabriel Syveton73, son visage sera marqué de cette trace rendue indélébile par les caricaturistes, d’autant qu’il est déjà affublé du surnom de Pieds-Devant.74 Ce geste – qui déclencha une émeute générale à l’Assemblée – symbolisa aussitôt la victoire de la droite nationaliste sur une république quelque peu affaiblie par l’accumulation des scandales et fut incessamment rappelé dans l’imagerie satirique antirépublicaine, soit en un stigmate omniprésent sur les portraits-charges du général André75, soit sous la forme métonymique d’une main autonome venant punir les délateurs et les responsables du fichier. Ainsi, le caricaturiste Motus a souvent joué avec cette main vengeresse emmanchée au bout d’un corps d’hydre. Au même moment, il diffuse à Paris une carte postale à système intitulée Un argument frappant.76 En manœuvrant une tirette, on peut actionner le bras de Syveton et gifler indéfiniment le général André.

7La victime du scandale (et de la caricature) est ainsi contrainte à rejouer ad libitum ses actes et ses malversations. Elle traîne son boulet de prisonnier condamné par la charge qui exprime l’opinion publique. Le boulet est d’ailleurs récurrent pour de nombreuses personnalités, permettant à la caricature de signifier une condamnation et faisant de la victime le forçat de son image et le prisonnier de la satire comme manifestation publique. L’attribut est alors un moyen d’identification, de condamnation et de dénonciation de la réalité humaine et intime des personnalités républicaines du pouvoir.

  • 77 Cf. Judith Wechsler, A human comedy : physiognomy and caricature in 19th century Paris, London, Tha (...)

8Par l’attribut, les caricaturistes introduisent aussi la notion de spectacle, tout en mettant à nouveau le corps à contribution et à l’épreuve. Nous avons précédemment évoqué l’aspect spectaculaire des sévices et des châtiments – pilori, guillotine, carcan... – auxquels les caricaturistes ont condamné les républicains. La caricature dans ses principes mêmes, comme sévice graphique et symbolique, relève de l’idée de spectacle, par les révélations qu’elle opère, selon des procédés empreints de phrénologie. Judith Wechsler a d’ailleurs établi à propos de l’expressivité un parallèle judicieux entre le théâtre populaire et la caricature, au xixe siècle77. Les caricaturistes vont plus avant dans l’utilisation de la notion de spectacle, en jouant et en manipulant l’apparence des personnalités représentées. En cette occurrence, il ne s’agit plus d’une attaque directe contre le corps, mais d’une mise en scène imposée de force à celui-ci, pour dévoiler la nature véritable des républicains au pouvoir.

  • 78 André Gill, « Léon Gambetta », in Les Hommes d’aujourd’hui, planche n° 3, 1878.
  • 79 Pépin, « Le plus habile batoniste-escamoteur que l’on ait vu », in Le Grelot, 22 janvier 1893.

9Gambetta est ainsi représenté en hercule de foire, dont le numéro consiste à soulever un énorme poids – celui du pouvoir. Profitant de sa forte corpulence physique à la limite de l’obésité – dans de nombreuses caricatures, il est montré festoyant ou en ogre affamé – Gill le dote d’une puissante musculature dévoilée par sa légère tenue de bateleur78. Mais le gras ne peut longtemps donner l’illusion du muscle. Ferry et Grévy, souvent pourvus d’une constitution physique surdéveloppée et intangible, exécutent de périlleuses figures d’équilibriste avec leurs ministres, après la chute des gouvernements. Dans d’autres charges, tels des saltimbanques, ils jonglent avec des sacs d’or. C’est ainsi que Pépin représente l’entrepreneur des travaux de Panama Gustave Eiffel que la légende déclare et consacre « le plus habile batoniste-escamoteur que l’on ait vu »79. Eiffel se donne en spectacle dans la rue. Ses accessoires – estrade, caisse et ballon – portent des inscriptions rappelant ses activités : tours, écluses, ponts, viaducs... À l’arrière-plan, Rochefort joue de son orgue de Barbarie intransigeant. Et Eiffel se livre à son numéro sur cette musique : il tient en équilibre sur son front la tour (Eiffel) renversée que surmonte le sac de trente-trois millions de francs qu’il serait parvenu à détourner ! Et si Eiffel semble vaciller et perdre l’équilibre, c’est parce que son délicat tour de force s’avère finalement au-dessus de ses compétences et de son habileté, puisque Rochefort – qui a dévoilé l’affaire dans les colonnes de son journal L’Intransigeant – ne lui joue pas la bonne musique !

10Dans d’autres caricatures, les républicains deviennent des prestidigitateurs de rue. Le propos n’est plus alors de railler une quelconque prouesse physique, mais d’insinuer plutôt une aptitude à la ruse, au tour (de magie), au trucage et à l’escroquerie. Nombreuses sont les images où Ferry, sur une estrade, se livre à des manipulations de gobelets. Il joue au magicien pour abuser de la crédulité des citoyens. Le jeu politique est alors ramené à de simples manigances, que les caricaturistes entendent dénoncer. Dévoilés par l’image, ces stratagèmes deviennent des tours grossiers qui ne dupent plus personne.

  • 80 Charles Gilbert-Martin, « Ça s’appelle donner sa démission », in Le Don Quichotte, 22 juillet 1881.

11Dans certains cas, la caricature se plaît aussi à renverser le tour de force, pour en montrer le résultat et l’échec, comme dans cette charge de Gilbert-Martin80, montrant un républicain – Paul Bert peut-être ? – écrasé par les rocs massifs et éboulés des scandales. Par la mise en page du dessin, le corps est écrasé sous le tas de rocher qui occupe la presque totalité de l’espace de cette composition verticale et pyramidale. Ne restent plus que son visage grimaçant et ses bras grattant le sol, pour tenter d’échapper aux lourdes et embarrassantes retombées de ses périlleux agissements.

  • 81 Bast, « Le résultat des élections », in La Silhouette, 1er novembre 1885.
  • 82 Vignola, « Le nouveau cirque du Palais Bourbon », in Le Pilori, 20 novembre 1892.

12C’est en fait le jeu politique dans son ensemble, qui est ramené dans la caricature, à une comédie et à des représentations de cirque. Ainsi le dessinateur Bast81 résume-t-il en deux séquences les élections à une campagne électorale qui n’est qu’une ridicule et dérisoire joute nautique, tandis que les joutes verbales à l’Assemblée devenue ring voient Clemenceau, Floquet et Brisson s’affronter violemment, en boxeurs peu respectueux des règles de combat. Dans la même veine, les caricaturistes ont largement répandu l’image dévalorisée de la république et de ses institutions comme un théâtre, une comédie, un cirque et un manège permanents. Chaque renouvellement électoral de l’Assemblée ou du Sénat est l’occasion de représenter le nouveau cirque du Palais-Bourbon »82, où les récents élus et réélus se livrent à des pointes de danse, sous les yeux stupéfaits et les bras levés et vengeurs du peuple en colère.

  • 83 Pépin, « La constitution d’un ministère », in Le Grelot, 10 janvier 1886.
  • 84 Pépin, « Le carrousel Floquet », in Le Grelot, 10 février 1889.
  • 85 J. Blass, « Le Tour de France », in Le Pilori, 1er juin 1890.

13La crise politique de la Troisième République, qui voit se succéder – tourner les différents cabinets, n’est pas épargnée par la caricature qui, de toute façon, saisit toujours l’Histoire comme une crise, à la différence de l’art officiel établi sur la norme de la stabilité. Pépin dénonce la loterie de foire qui procède au choix des ministres, ayant tous acheté leur billet numéroté, faute de pouvoir justifier leurs compétences83. L’action du cabinet Floquet n’est qu’un carrousel sur lequel tournent les ministres oisifs et infantiles, émerveillés par le spectacle de leurs fonctions et de la république84. Et quant au pâle et falot Sadi Carnot, grand amateur de visites officielles en province, il n’est pas épargné par Blass, qui fait de sa bonne parole républicaine une grande roue d’attraction inlassablement tournée, pour présenter le développement et le rayonnement dérisoires de sa politique85.

  • 86 Cf. notamment la charge de Pasquin, « Bas les pattes ! », in La Lanterne des Curés, 14 février 1885 (...)

14Dans un souci de déstabilisation, nombre d’images nous montrent les républicains parés de costumes chamarrés de la comédie italienne. Les dictionnaires d’argot du xixe siècle mentionnent qu’un Polichinelle et un guignol désignent les hommes d’État. Parallèlement à cette acception péjorative et dévalorisante, les types de la comédie permettent de travestir les personnalités visées par la caricature. Ce procédé implique qu’un code existe, afin que le déguisement condense un sens compréhensible pour le spectateur. Il ne semble pas qu’il faille y voir une référence à des types précis de la Commedia dell’arte – en grande vogue au xixe siècle – mais plutôt une allusion globale à l’idée générique de comédie, de farce et d’improvisation (face aux événements). Les caricaturistes entreprennent encore une dénonciation de l’inaptitude des républicains à gouverner et affirment ainsi leur supériorité en contraignant leurs victimes à improviser. Ce procédé de travestissement, à l’aide d’un costume scénique emprunté à la tradition italienne, est paradoxal par le renversement de la valeur symbolique du travesti : alors que dans la réalité, il sert à dissimuler l’identité de celui qui le porte, dans le langage de la caricature, il est au contraire un indice d’identification de la personnalité réelle. Mais ce paradoxe n’est qu’une apparence, puisque la charge part du principe que l’apparence physique et sociale des êtres est d’emblée mensongère. Déguiser Gambetta, Ferry ou Waldeck-Rousseau en Polichinelle, en Pierrot ou en Arlequin, revient alors à les ramener à leur véritable nature et à leur identité propre86.

  • 87 Cf. Georges Balandier, Le pouvoir sur scènes, Paris, Balland, 1980, p. 88.

15En condamnant ses victimes à de tels rôles, le caricaturiste se fait une fois encore justicier. Il affuble ses adversaires de costumes et de situations grotesques. Dès lors, bien que chargée, la physionomie n’est plus l’intérêt unique de la satire. L’apparence, l’attitude et l’intégrité politiques de ces comédiens deviennent des cibles privilégiées. Cette imagerie cherche à démystifier et désacraliser la figure politique républicaine, en même temps qu’elle dévoile, dans un registre ludique, « le grand jeu de l’ordre et du désordre, de la conformité et de la contestation »87. Elle donne à connaître le spectacle du pouvoir, par un lexique trivial destiné à affaiblir le héros et à en dénoncer la vanité.

16Une semblable intention préside au succès de la formule du pantin, du fantoche, de la marionnette et du guignol. L’utilisation courante du terme guignol, pour désigner à la fois la marionnette-pantin et en argot, l’homme politique, n’est certainement pas étrangère au développement de ce vocable caricatural pratiqué par un grand nombre de dessinateurs. En outre, le succès de cette formule nous semble répondre à une triple motivation : le pantin implique d’abord une connotation péjorative, puis une dimension ludique. Il est enfin le support d’une simplification extrême, dont les mécanismes sont loin d’être gratuits ou innocents.

  • 88 Eugène Buland, Scène de propagande, huile sur toile, 1889, Paris, musée d’Orsay, Inv. RF 1987-23.

17Selon l’hypothèse déjà évoquée, la scène de propagande boulangiste peinte par Eugène Buland88 semble condenser une attaque à l’encontre des républicains. En effet, le camelot possède dans son bagage de colporteur quelques marionnettes que le peintre oppose aux gravures glorieuses du général Boulanger. Si Buland représente une scène de propagande, on peut se demander s’il ne fait pas non plus, par son œuvre même, acte de propagande. En effet, qu’il oppose d’un point de vue purement iconographique les images glorieuses du général Boulanger et les pantins dérisoires de la république peut relever de la narration et du simple constat. Mais que, dans un tableau d’une facture au réalisme presque photographique, il traite exclusivement ces pantins par une touche à peine esquissée et très sommaire, en introduisant du caricatural dans sa palette, relève de l’acte critique et de l’engagement politique. Devant ce glissement du registre de la peinture à celui de la caricature, on peut alors s’interroger sur la capacité de la première à combattre et à convaincre, au profit de la seconde qui, en s’emparant du corps qu’elle déforme, s’avère beaucoup plus efficace.

  • 89 Chanteclair, « L’opinion de Populo », in La Libre Parole, 6 juillet 1895.
  • 90 « Le Grrrand Ministère », charge anonyme publiée in L’Esprit Gaulois, 11 août 1881.

18Le même esprit dévalorisant se retrouve dans les caricatures de journaux conservateurs et nationalistes. Ainsi, Chanteclair représente un homme du peuple que les guignols radicaux du Palais-Bourbon commencent à faire suer, comme l’indique la légende89. Dupuy, Ribot, Jaurès et quelques autres sont en effet représentés à la bande d’un castelet dans des attitudes schématiques propres aux marionnettes à gaines. Ce dénigrement de la figure républicaine manipulée se retrouve dans d’autres charges, où à l’époque du « grand ministère », Gambetta manipule ses ministres, à peine dissimulé derrière son castelet90. Ce caricaturiste antirépublicain ironise sur l’emprise de Gambetta sur la vie politique et l’accuse de connaître et tirer les ficelles – selon l’expression argotique et populaire connue – de manière trop visible.

  • 91 « Massacre des Innocents », charge anonyme parue in Le Chat noir, 12 août 1882.

19Du pantin et du théâtre de guignol dérive le thème du jeu de massacre, que répand largement le dessin de presse. Dans une charge du Chat noir91, le président Grévy remet en place les effigies de ses ministres sur les estrades du Massacre des Innocents, tout en menaçant le citoyen-spectateur : « Je vous préviens, c’est la dernière fois ! » Le dessin est peu complaisant. Il fait d’abord du personnel républicain de simples figurines ludiques. Il raille ensuite l’innocence de ces hommes d’État. Puis il se gausse de la patience de Grévy à former inlassablement ses éphémères cabinets avec les mêmes ministres investis de fonctions différentes.

  • 92 Pépin, « La politique du citoyen Clemenceau », in Le Grelot, 27 novembre 1887.

20Dans d’autres charges, le jeu de massacre – en quilles ou en figures – est plus directement agressif. Dans une satire intitulée La politique du citoyen Clemenceau, le caricaturiste Pépin92 représente le radical jouant au « jeu de quilles opportuniste tenu par J. Grévy », selon l’indication de la pancarte-enseigne, s’apprêtant à lancer une boule au milieu des ministres-quilles, tandis que le tenancier du lieu, à l’arrière-plan, achève de remettre le jeu en place.

  • 93 Gravelle, « Hardi Populo ! Joue la série ! », in Le Cri-cri du Peuple, 22 mars 1891.
  • 94 Ce sont quatre figures symbole de la commune : Gustave Flourens appartenait à la commission militai (...)

21Plus violent encore est ce dessin où Gravelle93 montre un ouvrier jouant au Massacre des massacreurs, avec les effigies républicaines de Thiers, du prêtre, du militaire et du juge, qu’il tente d’abattre en série à l’aide des crânes de Flourens, Ferré, Delescluze, Rigault... 94 morts pendant la répression versaillaise. Cette charge commémorant le 18 mars 1871 et ses victimes communardes, entend dénoncer que rien n’a changé et que la république de 1891 est née de la république versaillaise. En outre, par le titre, l’esprit du jeu et la présence active de l’ouvrier, Gravelle jubile devant le massacre des massacreurs, selon une dynamique à la fois violente, vengeresse et comique – comme l’on rit de l’arroseur arrosé.

  • 95 Alfred Le Petit, « Le ministère Combes », in Le Grelot, 22 juin 1902.
  • 96 Cf. Ouriel Reshef, Guerre, mythes et caricatures, Paris, Fondation nationale des sciences politique (...)

22Au-delà de l’agressivité qu’il contient, ce jeu caricatural du pantin permet d’inverser les rôles – « est manipulé celui qui croyait manipuler » – de façon fictive, par réaction à la réalité politique. Les hommes du pouvoir, dominateurs, deviennent dominés, comme dans cette charge de Le Petit95, où les membres du ministère Combes doivent se prêter au jeu de massacre mené par une allégorie féminine de la république. La victime est ainsi réduite à un être de bois et de chiffons, dont on peut disposer sans crainte, tant elle est passive et malléable. Dans son étude sur l’imagerie de la guerre franco-prussienne, Ouriel Reshef voit le pantin comme l’expression de désir d’une activité ludique pure, comme moyen de maîtriser une agressivité sur un « exutoire inoffensif »96. Ne faudrait-il pas plutôt tenter y voir, dans l’esprit même de la caricature, l’expression violente d’une agressivité ainsi libérée ? Freud a proposé que le contraire du jeu n’est pas le sérieux mais la réalité. Jouer et caricaturer trahissent alors une volonté effrénée de domination, dans la fiction comme substitut de la réalité. Le jeu, par le truchement du pantin, de la quille et de la figurine, est donc un sévice (supplémentaire) infligé au corps, pour atteindre l’identité et l’individualité de la figure républicaine douée du pouvoir.

  • 97 Cf. H. Bergson, Le rire, essai sur la signification du comique, op. cit., p. 23.
  • 98 Noël Dorville, Jaurès montreur de marionnettes, huile sur toile, circa 1904, H. 1, 13 x L. 0, 87 m. (...)
  • 99 Claret, « Le progressiste en voyage », in L’Incroyable, 1885.

23En outre, le jeu s’apparente clairement à l’exercice de la caricature, par de communs procédés de condensation et de déplacement, dont nous avons déjà évoqué l’importance plastique et symbolique pour la charge satirique. L’image du pantin s’avère alors un support idéal pour opérer une simplification. Bergson, dans son étude consacrée au rire, a posé que « le dessin est généralement comique en proportion de la netteté, et aussi de la discrétion, avec lesquelles il nous faut voir dans l’homme un pantin articulé. Il faut que cette suggestion soit nette, et que nous apercevions clairement, comme par transparence, un mécanisme démontable à l’intérieur de la personne... »97 La victime de la charge devient ainsi un objet sans souplesse au comportement purement mécanique. Ainsi, quand le peintre et caricaturiste Noël Dorville représente Jaurès en montreur de marionnettes politiques98, il montre les pupazzi de Jaurès, inertes et figés, pendues par la tête à un clou, dans l’attente d’être mus par leur manipulateur. Cette même signification implicite se retrouve dans des caricatures nombreuses d’Alfred Le Petit, où les républicains ne sont que des poupées à ressort surgissant d’une boîte. Ils sont transformés en êtres mécaniques, dont le corps n’est qu’un ressort, dénués de sentiments et d’âme. Le dessinateur Claret a choisi le même parti pour charger Clemenceau en automate, qui devient une machine aux gestes vifs, raides et crispés. La clé qu’il porte dans le dos accentue le sens du dessin et implique que le « progressiste en voyage »99 n’est qu’un automate qui répand sa bonne parole dès qu’on le remonte.

24Par cette série de simplifications, l’homme politique (républicain) est anéanti en ses fondements mêmes. Sa constitution physique – et morale par extension – est remise en question, voire niée par le dessinateur qui réduit sa victime à l’état d’objet dérisoire. Il devient, à tous les sens du terme, l’objet de la caricature, friande de régressions multiples.

Notes

67 Charles Léandre, « Un nouveau costume », in Le Rire, 9 mars 1890.

68 Cf. supra, note 62.

69 Pépin, « Jules Ferry, vierge et martyr », in Le Grelot, 19 avril 1885.

70 Le deuxième ministère Ferry gouverne du 21 février 1883 au 5 avril 1885. Le premier ministère Brisson lui succèdera.

71 J. Blass, « Je ne crains rien sinon que ma bosse ne rentre », in Le Triboulet, 27 mai 1883.

72 Son mandat au sein des ministères Waldeck-Rousseau et Combes dura du 29 mars 1900 au 14 novembre 1904.

73 Après avoir giflé par deux fois le ministre, Syveton vit son immunité parlementaire levée. Il se suicida le 8 décembre 1904, la veille de son procès. Outre son mandat de député, Syveton était officiellement trésorier – et officieusement le dirigeant – de la Ligue de la Patrie française.

74 Le 25 décembre 1900, lors d’un discours, le général André déclarait vouloir épurer l’armée de tous ses éléments cléricalistes : « Je resterai et je ne sortirai du ministère que les pieds devant ! »

75 Orens, « La main noire », in L’Actualiste, n° 43, décembre 1904. Le titre de cette image est aussi une allusion à l’affaire espagnole contemporaine de La Mano negra, au cours de laquelle on découvrit que la police espagnole faisait commettre des forfaits aux travailleurs syndiqués qu’elle souhaitait arrêter. Orens opère ici un rapprochement entre les deux affaires. L’Assiette au Beurre avait consacré un numéro spécial (n° 99, 21 février 1903) à cette affaire, en dénonçant les méthodes d’oppression utilisées et en réclamant la révision du procès de certains syndicalistes.

76 Motus, Un argument frappant, carte à système, fin 1904.

77 Cf. Judith Wechsler, A human comedy : physiognomy and caricature in 19th century Paris, London, Thames and Hudson, 1982, p. 42.

78 André Gill, « Léon Gambetta », in Les Hommes d’aujourd’hui, planche n° 3, 1878.

79 Pépin, « Le plus habile batoniste-escamoteur que l’on ait vu », in Le Grelot, 22 janvier 1893.

80 Charles Gilbert-Martin, « Ça s’appelle donner sa démission », in Le Don Quichotte, 22 juillet 1881.

81 Bast, « Le résultat des élections », in La Silhouette, 1er novembre 1885.

82 Vignola, « Le nouveau cirque du Palais Bourbon », in Le Pilori, 20 novembre 1892.

83 Pépin, « La constitution d’un ministère », in Le Grelot, 10 janvier 1886.

84 Pépin, « Le carrousel Floquet », in Le Grelot, 10 février 1889.

85 J. Blass, « Le Tour de France », in Le Pilori, 1er juin 1890.

86 Cf. notamment la charge de Pasquin, « Bas les pattes ! », in La Lanterne des Curés, 14 février 1885 ; et la charge anonyme, « La chute du ministère », in Le Monde parisien, 1er octobre 1880.

87 Cf. Georges Balandier, Le pouvoir sur scènes, Paris, Balland, 1980, p. 88.

88 Eugène Buland, Scène de propagande, huile sur toile, 1889, Paris, musée d’Orsay, Inv. RF 1987-23.

89 Chanteclair, « L’opinion de Populo », in La Libre Parole, 6 juillet 1895.

90 « Le Grrrand Ministère », charge anonyme publiée in L’Esprit Gaulois, 11 août 1881.

91 « Massacre des Innocents », charge anonyme parue in Le Chat noir, 12 août 1882.

92 Pépin, « La politique du citoyen Clemenceau », in Le Grelot, 27 novembre 1887.

93 Gravelle, « Hardi Populo ! Joue la série ! », in Le Cri-cri du Peuple, 22 mars 1891.

94 Ce sont quatre figures symbole de la commune : Gustave Flourens appartenait à la commission militaire et au conseil de la Commune. À la suite de l’offensive du 3 avril, il fut assassiné à Chatou par le gendarme Desmarets. Militant blanquiste, Théophile Ferré fut l’un des adeptes de la politique des otages. Il fut à ce titre condamné à mort par le troisième Conseil de guerre et exécuté à Satory le 28 novembre 1871. Charles Delescluze était un des principaux chefs de l’insurrection, aux opinions clairement jacobines. Tué sur la barricade du Château d’Eau le 23 mai 1871, sa mort suscita une grande émotion dans les rangs des fédérés et un grand soulagement pour les Versaillais, qui prirent tout de même la peine de le condamner à mort par contumace, en 1874, en proclamant : « Sa mort est de notoriété publique. » Raoul Rigault, activiste blanquiste, siégea au conseil de la Commune et fut délégué à la préfecture de Police de Paris. Le 24 mai 1871, il prit part aux combats du Quartier latin, où il fut fusillé sur les marches du Panthéon, en criant : « Vive la Commune ! A bas les assassins ! »

95 Alfred Le Petit, « Le ministère Combes », in Le Grelot, 22 juin 1902.

96 Cf. Ouriel Reshef, Guerre, mythes et caricatures, Paris, Fondation nationale des sciences politiques, 1984, p. 83.

97 Cf. H. Bergson, Le rire, essai sur la signification du comique, op. cit., p. 23.

98 Noël Dorville, Jaurès montreur de marionnettes, huile sur toile, circa 1904, H. 1, 13 x L. 0, 87 m., Castres, musée Jean Jaurès, Inv. P. 275.

99 Claret, « Le progressiste en voyage », in L’Incroyable, 1885.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search