Version classiqueVersion mobile

La Républicature

 | 
Bertrand Tillier

Quatrième partie. Spectacles du corps

La taille du grand homme

Texte intégral

  • 50 Sur Auguste Bartholdi (1834-1904), cf. l’ouvrage pionnier de Jacques Betz, Bartholdi, Paris, Minuit (...)

1Le gigantisme plastique a été l’objet, tant de la part des artistes que des instances politiques, de nombreux débats et controverses, en particulier à propos de la multiplication des sculptures monumentales publiques. Les grands programmes sculptés de Bartholdi50 — le Lion de Belfort et la Liberté de New-York — n’ont pas été sans susciter de vives polémiques. Mais celles-ci atteignent leur summum quand le monumentalisme concerne les effigies de grands hommes, en lesquelles les adversaires de la république ne voient que des dieux de pacotille indignes de tels hommages pompeux, grandiloquents et disproportionnés.

2C’est autour de cette notion du grand homme, démocratisée par le régime républicain, que naît tout un dicours, satirique et comique cette fois-ci, dans la caricature, qui joue avec les problèmes de taille, de gigantisme et de nanisme. Si, en ce domaine, la charge ne réagit pas à l’art officiel — à l’exception des caricatures esthétiques — elle est une réponse au discours et à l’éloge que pratique la république, tout en se posant comme une contre-référence susceptible de redéfinir cette perception du grand homme, grâce à ses propres excès et réductions.

  • 51 Mathématicien et statisticien, Adolphe Quételet (1796-1874) créa la statistique dite morale. Il all (...)

3Au cours du xixe siècle, alors que la théorie des proportions semble abandonnée par les peintres, un regain d’intérêt se manifeste pour le corps humain, dans le domaine scientifique. Il redevient l’objet d’enquêtes systématiques. Sa formation, son développement, son agencement et ses proportions sont observés et mesurés avec une scrupuleuse précision. Des milliers de cotes et de mensurations sont relevés, dans le but de dégager l’image d’un homme moyen, que le mathématicien belge Adolphe Quételet51 théorisa en 1848, à l’aide d’un puissant appareil statistique.

4Dans la seconde moitié du siècle, la caricature s’intéresse aussi à la taille de l’individu avec, comme nous l’avons vu, le principe de la disproportion entre la grosse tête et le petit corps. Durant les années 1870-1880 renaît une formule duelle qui s’empare de l’intégralité organique du corps « gullivérisé » ou au contraire « lilliputisé », par référence à une échelle donnée dans l’image par d’autres personnages ou par un environnement référent. C’est alors l’ensemble du corps qui est chargé, tout en conservant ses propres proportions. La norme se trouve ainsi niée dans sa globalité.

  • 52 Zédé, « Le recrutement du grrrand ministère », in La Comédie politique, 27 novembre 1881.

5Dans le sillage de l’imagerie satirique de la Commune de 1871, la toise comme instrument de mesure revient en 1881 dans la caricature, à la faveur de la création du fameux « grand ministère » de Gambetta. Le caricaturiste Zédé, dans une charge intitulée Le recrutement du « grrrand ministère »52 , montre le « grand » Léon Gambetta juché sur un tabouret et levant haut la toise, tandis qu’une foule de « nains » se presse à ses pieds, dans le vain espoir d’être à la bonne taille pour entrer au gouvernement. Zédé est ici féroce, dans la mesure où il ne donne aucune chance à Gambetta, présenté comme n’étant déjà pas lui-même à la hauteur (de la situation politique).

  • 53 Pépin, « On dirait du veau ! », in Le Grelot, 10 août 1884.

6Ces caricatures jouent en fait avec la locution populaire — être à la hauteur — appliquée au domaine politique. Elles entendent démontrer presque mathématiquement et scientifiquement, que ces républicains se déclarant aptes à dominer la situation et se prenant — par mégalomanie — pour de grands hommes, n’ont rien de la stature qu’ils prétendent avoir. Tous se révèlent particulièrement inaptes. L’outil de connaissance qu’est la toise entend dévoiler la supercherie à laquelle ces hommes se sont livrés, pour accéder aux plus hautes fonctions. Et par renversement, les caricaturistes dénoncent les agissements de certains responsables de la république qui, ne parvenant pas à égaler la réalité, entendent la rabaisser. Dans une charge, Pépin représente Ferry et Freycinet écrasant l’allégorie de la république à violents coups de toise sur la tête53 , à seule fin de la ramener à leur propre taille puisqu’ils ne parviennent pas à se hisser à sa hauteur. On peut certainement y voir une définition et une dérision de l’opportunisme.

7La taille humaine, comme norme brisée, permet aussi de développer l’image du nain ou de l’homme de petite taille. Ce jeu graphique implique une dimension symbolique, dénonçant l’incompétence et surtout la petitesse morale. À cette nature se greffe parallèlement la symbolique pure et presque primaire du nain maléfique et démoniaque, dont la difformité physique est aussi étrange et inquiétante que comique.

  • 54 Stop, « Que font-ils ? !... », in La Halle aux Charges, 8 mai 1892.
  • 55 Paf, « Ils l’auront ! », in Le Charivari, 29 janvier 1894.
  • 56 Alfred Le Petit, « Des réserves pour l’hiver », in Le Grelot, 28 mai 1888.

8La relation entre la petitesse physique et la petitesse morale est manifeste dans bon nombre de caricatures. Ferry, Gambetta, Grévy, Freycinet et de nombreuses autres figures républicaines de premier plan grouillent dans une France désertique qu’ils n’ont fait qu’appauvrir54 ; ils s’acharnent à coups de pioches à vouloir détruire de gigantesques allégories de la France55 ; comme des fourmis, ils tentent de charrier de gros sacs d’or qui constituent leur fortune en pots de vin56...

  • 57 Charles Gilbert-Martin, « Le Maître-jongleur », in Le Don Quichotte, 21 septembre 1889.
  • 58 Parmi eux se trouve Jules Ferry.
  • 59 Pépin, « Enfin ! », in Le Grelot, 25 décembre 1895.
  • 60 Charles Gilbert-Martin, » L’Art d’accomoder les restes », in Le Don Quichotte, 2 mars 1889.

9Dans certaines images, les républicains sont « lilliputisés » par leurs créatures/ créations, dont ils ne sont plus les maîtres. Gilbert-Martin montre ainsi le puissant lion du suffrage universel en maître jongleur57 , jouant versatilement avec quelques élus républicains sortants, après le vote de septembre 188958. De même, Pépin soumet — Enfin ! comme l’indique la légende — les panamistes Lesseps, Leroy et Fontane, à la gigantesque main de la justice, tandis que les chéquards tentent de lui échapper en s’enfuyant de toutes parts59. À la petitesse se superpose alors la légèreté de leur conscience en écho à celle de leur constitution physique. Cette petitesse physique et morale se retrouve dans une autre charge du caricaturiste Gilbert-Martin60 , montrant le nouveau président de la République Sadi Carnot en cuisinier, tournant la marmite du nouveau gouvernement où pullulent de petits ministres, tandis que la légende explique : L’Art d’accomoder les restes. La petitesse physique devient ici foncièrement péjorative et dégradante.

  • 61 Voir par exemple : Le déménagement de l’Assemblée constituante par Nadar, in Journal pour rire, 26 (...)
  • 62 La Révision, caricature anonyme, circa 1886.

10Mais c’est surtout la caricature de tendance boulangiste qui a recours à ce vocable du nain (républicain) maléfique et nuisible, dans des compositions où les représentants du régime sont ainsi supprimés. La charge joue alors avec une expression populaire significative – le coup de balai – que le nanisme rend possible et dont il accentue un peu plus l’effet. Cette formule n’est pas neuve. Daumier, Nadar et Bertall, entre autres, l’ont souvent utilisée pour imager les renouvellements parlementaires ainsi que les changements de régime61. Mais cette mise en scène opère son grand retour avec la propagande boulangiste qui entend mettre en œuvre un grand nettoyage parlementaire. Une charge anonyme62 intitulée La Révision, publiée vers 1886, montre un gigantesque homme du peuple, aux manches de chemise retroussées donnant un grand coup de balai sur les marches de la Chambre des députés, nettoyant ainsi le lieu des nains nuisibles et ridicules que sont Ferry, Floquet, Naquet, Clemenceau... Le nanisme est alors synonyme d’une appartenance idéologique à un groupe politique précis, en référence à un autre : celui des républicains par opposition au boulangisme. En cette occurrence, il s’agit d’une mise hors d’état de « nuire ». La caricature prononce, une nouvelle fois, sa condamnation.

  • 63 Alfred Le Petit, « M. de Freycinet », série des Figures du jour, in Le Charivari6 février 1880.

11Par comparaison, contraste et quête d’opposition marquée, la caricature a aussi développé l’imagerie du géant. Comme le nanisme, le gigantisme présente un déséquilibre, dans le fonctionnement symbolique et la composition de la charge. L’infiniment grand et l’infiniment petit répondent en fait aux mêmes motivations. Et le géant devient aussi dérisoire, ridicule et comique que le nain, même s’ils sont opposés. Ainsi, quand Le Petit représente Freycinet donnant un coup de balai sur les séquelles de la crise du 16 mai, alors que le nouveau gouvernement qu’il dirige se compose globalement des mêmes hommes, le caricaturiste fait de sa victime un géant dérisoire, dont l’action et la force sont, en dépit des apparences données, fondamentalement limitées63.

  • 64 Japhet, « Les préférences de Léon », in Le Droit du Peuple illustré, 4 juin 1880.
  • 65 Charles Gilbert-Martin, « Au poids ! », in Le Don Quichotte, 11 janvier 1878.
  • 66 Henri Demare, « Une bonne fourchette », in Le Carillon, 2 février 1878.

12Dans d’autres charges, le géant s’avère un être primaire et brutal, incapable de se modérer, comme dans de nombreuses images raillant Gambetta et amplifiant sa corpulence propice à cette mutation. Ainsi, dans Le Droit du Peuple illustré, le caricaturiste Japhet64 montre-t-il Gambetta laissant choir un jésuite pour mieux empoigner une minuscule allégorie féminine de la république, qui lui fait d’insolents pieds de nez. La légende indique que ce sont là « les préférences de Léon ». Cette image s’inscrit parallèlement dans un registre où Gambetta est un cannibale féroce, qui pèse ses victimes, comme dans cette charge de Gilbert-Martin, où il est transfiguré en gigantesque allégorie masculine du suffrage universel65 , ou comme dans celle de Demare, où tel un ogre, il avale goulûment un bonapartiste déchiré à pleines dents66.

Notes

50 Sur Auguste Bartholdi (1834-1904), cf. l’ouvrage pionnier de Jacques Betz, Bartholdi, Paris, Minuit, 1954, qui demeure la seule référence d’importance sur cet artiste. Voir aussi le recueil de photographies de Pierre Vidal, Auguste Bartholdi, 1834-1904, Créations du Pélican, 1995.

51 Mathématicien et statisticien, Adolphe Quételet (1796-1874) créa la statistique dite morale. Il allia ses découvertes en matière d’optique à ses recherches anthropométriques. Il est l’auteur d’une Anthropologie (1872) particulièrement populaire dans les dernières décennies du xixe siècle, où il a livré les résultats de ses observations.

52 Zédé, « Le recrutement du grrrand ministère », in La Comédie politique, 27 novembre 1881.

53 Pépin, « On dirait du veau ! », in Le Grelot, 10 août 1884.

54 Stop, « Que font-ils ? !... », in La Halle aux Charges, 8 mai 1892.

55 Paf, « Ils l’auront ! », in Le Charivari, 29 janvier 1894.

56 Alfred Le Petit, « Des réserves pour l’hiver », in Le Grelot, 28 mai 1888.

57 Charles Gilbert-Martin, « Le Maître-jongleur », in Le Don Quichotte, 21 septembre 1889.

58 Parmi eux se trouve Jules Ferry.

59 Pépin, « Enfin ! », in Le Grelot, 25 décembre 1895.

60 Charles Gilbert-Martin, » L’Art d’accomoder les restes », in Le Don Quichotte, 2 mars 1889.

61 Voir par exemple : Le déménagement de l’Assemblée constituante par Nadar, in Journal pour rire, 26 mai 1849, et Croisade contre le socialisme par Bertall, dans le même journal, 2 juin 1849. Ces deux gravures sont conservées à Paris, MVH.

62 La Révision, caricature anonyme, circa 1886.

63 Alfred Le Petit, « M. de Freycinet », série des Figures du jour, in Le Charivari6 février 1880.

64 Japhet, « Les préférences de Léon », in Le Droit du Peuple illustré, 4 juin 1880.

65 Charles Gilbert-Martin, « Au poids ! », in Le Don Quichotte, 11 janvier 1878.

66 Henri Demare, « Une bonne fourchette », in Le Carillon, 2 février 1878.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search