Version classiqueVersion mobile

La Républicature

 | 
Bertrand Tillier

Quatrième partie. Spectacles du corps

La trahison des corps

Texte intégral

1À l’idéalisation et à la perfection des corps individuels dans le portrait, la peinture d’histoire et la statuaire commémorative, la caricature oppose un corps profondément humain, montré dans son intimité dévoilée au public. Le républicain est alors dénué de toute emphase pour devenir l’objet d’une trahison multiple, qui révèle ses faiblesses et ses défauts. Paradoxalement, la caricature se pose donc comme un discours réaliste, qui va à l’encontre de l’image publique de ces hommes de pouvoir, pour n’en retenir qu’une image intime, peu flatteuse et même honteuse, qui atermoie entre indécence et ridicule. La caricature pousse les physiologies à la rébellion et condamne les victimes à la trahison de leur propre corps, qu’elles ne peuvent plus maîtriser. La caricature se fait une fois encore vengeance et châtiment : elle inflige à ses victimes une trahison comme punition, pour avoir préalablement trahi les espérances et la confiance dont le peuple les avait investies. C’est dans ce cadre que se développe alors toute une imagerie satirique, où abondent les pleurs, les pets, la sueur... comme autant d’involontaires et irrépressibles épanchements, dont les fauteurs deviennent par surprise les risibles victimes.

  • 31 Faustin, Le Musée-homme ou le jardin des bêtes, 1871, planche n° 4, Saint-Denis, MAH.
  • 32 De Frondas, « Jules Favre à l’entrevue de Ferrières (Scène du Déluge) », in série Marrons sculptés, (...)
  • 33 Cf. supra, note 18.
  • 34 Émile Cohl, « Pourquoi il a plu le jour de la Saint-Médard ! », in La Nouvelle Lune, 5 juin 1884.

2La caricature s’ingénie donc à dresser le constat public de l’affectivité, des limites physiques de l’individu et des mécanismes de son corps. Elle tente de déstabiliser la figure politique par le truchement de son intimité corporelle rendue vulnérable. Les pleurs plus ou moins torrentiels de ces hommes qui se veulent forts, pour défendre les intérêts de la France, constituent la trahison inaugurale des corps. Jules Favre semble avoir été le premier républicain soumis avec insistance à cette affectivité démesurée. Les 19 et 20 septembre 1870 se déroule, à Ferrières, une entrevue entre Favre et Bismarck, en vue d’établir un traité de paix satisfaisant les belligérants. Mais les pourparlers échouent. Et une rumeur se répand aussitôt, selon laquelle le patriote se serait lamenté et aurait pleuré devant les exigences de l’inflexible Bismarck à l’égard de la France vaincue. L’amplification propre à la caricature s’empare de l’affect et transforme Favre en « fontaine qui pleure »31. Cette charge de Faustin condense un double discours : l’image de la fontaine laissant couler ses flots incessants se superpose à celle de l’élément décoratif et superfétatoire. Dès lors, la caricature suscite une formidable inflation émotive autour de Jules Favre, dont les pleurs font l’objet de perpétuelles surenchères. Ainsi, en mars 1871, De Frondas ne conserve du personnage que cette anecdote et la faiblesse qui en découle. Le dessinateur le montre32 impitoyablement éploré, doté d’une affectivité détraquée provoquant un véritable déluge au château de Ferrières. Bismarck, assis sur une table, repêche son interlocuteur menacé de périr dans la crue des eaux. Non seulement, le caricaturiste laisse entrevoir l’inaptitude et la maladresse de Favre en matière de diplomatie, mais il implique aussi une dépendance de celui-ci par rapport à Bismarck. Jules Ferry est aussi un grand pleureur dans la caricature33, qui s’empare de cette faiblesse et la rapporte dans de nombreuses charges. Les larmes sont un signe qui permet de remettre en cause la maîtrise d’un homme politique et son aptitude à diriger le pays. La charge s’empresse évidemment de tourner en dérision cet humide épanchement, en l’amplifiant. Une caricature d’Émile Cohl34 montre

  • 35 Alfred Naquet (1834-1916) affiche son engagement républicain sous le Second Empire. Il est alors ob (...)

3Jules Simon éploré, tandis que brille dans son dos le soleil radieux du divorce glorifié par Naquet35. La légende indique : « Pourquoi il a plu le jour de la Saint-Médard ! » En effet, les larmes de Jules Simon sont plus qu’abondantes. Partant de ses yeux, elles ruissellent tout au long de son corps, pour finalement inonder le sol. En outre, le système lacrymal défaillant et presque diluvien de Simon – qui s’était opposé au divorce et qui fut battu par Naquet – procède à une liquéfaction totale de ses traits, de même qu’il engloutit son corps devenu imperceptible.

  • 36 Chicot, « Le candidat de Bismarck », in La Jeune Garde, 18 décembre 1887.

4Le procédé se retrouve dans plusieurs caricatures raillant Jules Ferry. Ainsi, dans une charge de Chicot, parue dans La Jeune garde36, il s’éloigne du trône de la présidence après avoir été battu aux élections. Courbé, abattu par le chagrin (ou la rage ?), il part, les poings serrés, sans parvenir à contenir ses larmes. Lourdes et épaisses, celles-ci s’écoulent en un ruissellement que subissent aussi les traits du visage. Chicot opère ici une transposition sur le visage de Ferry sinistre et sinistré par les larmes. Par ce biais, la caricature cherche à fabriquer une permanence à ces pleurs, qui finissent par marquer une physionomie précise de caractères inaltérables. Du personnage, les caricaturistes se plaisent rapidement à figer cette expression larmoyante sur son visage, pour en promouvoir la faiblesse implicite qui en découle.

  • 37 Pour une approche littéraire, sociologique et historique des larmes, cf. Anne Vincent-Buffault, His (...)

5Cette tendance récurrente, d’une part à faire pleurer les hommes politiques et d’autre part à rendre leurs larmes abondantes et presque diluviennes, sert évidemment à diluer les corps et les identités républicaines, pour les affaiblir en une période où les pleurnicheries et les sanglots romantiques, qui avaient donné le ton dans la première moitié du siècle, ne suscitent plus que dégoût et exaspération. Mais les pleurs constituent surtout une arme multiple pour les caricaturistes qui se posent en pourfendeurs de sentimentalité. Depuis Michelet, les larmes sont intimement liées au concept de féminité. Or, cette valeur est refusée par les hommes qui considèrent les pleurs comme une manifestation d’attendrissement gratuite et comme l’expression non contenue d’une faiblesse37. D’autant que la littérature médicale tend, tout au long du xixe siècle jusqu’à Charcot, à appréhender les effusions et épanchements humides comme maladifs et pathologiques. En outre, les dernières décennies du siècle affirment clairement leur refus du pathétique, du sentiment et de la compassion, principalement par réaction au romantisme jugé obsolète. Parce que l’aridité est désormais de rigueur, les larmes masculines des hommes politiques républicains sont montrées au public dans la caricature largement multipliée et diffusée pour dire un sentiment de défaite et d’impuissance, que redouble une profonde volonté d’humiliation. Dans le même temps, les caricaturistes refusent les larmes de leur victime (puisqu’ils les dévoilent et les dénoncent), pour se protéger en tant que citoyens et préserver l’esprit critique de leurs spectateurs obligés au cynisme et à la causticité. Le rôle de l’image satirique emplie de larmes est donc à la fois d’humilier les victimes et de carapaçonner les lecteurs en leur retirant toute tentation d’attendrissement.

  • 38 Alfred Le Petit, « Regrets éternels », in Le Grelot, 14 janvier 1883.

6Car les caricaturistes se livrent à un jeu symbolique sur cette affectivité. Ferry, par exemple, fut accusé d’avoir la larme facile, comme dans cette charge d’Alfred Le Petit38 où, accompagné de Brisson et Freycinet, il verse des larmes feintes sur la dépouille de Gambetta, dont le décès inattendu l’arrange sur le plan politique. Représenté de façon frontale et tenant une couronne mortuaire, il montre au spectateur son long nez qui goutte plus que ses yeux ne pleurent. Ferry devient alors un faux-pleureur, dénué de tout sentiment et de toute peine, auquel un rhume de circonstance permet de garder la face et de donner le change. Avec la satire de cette unique personnalité, nous pouvons voir comment l’affectivité individuelle sert d’abord, dans la caricature, à rendre Ferry inapte, par sa faiblesse, puis à en faire un dupeur et un homme insensible, préoccupé par les manœuvres politiques.

  • 39 Alfred Le Petit, « Ça baisse », in Le Grelot, 22 janvier 1882.

7Dans un registre différent – proche de la scatologie – mais qui a les mêmes incidences, la transpiration est aussi utilisée par les caricaturistes, pour mettre en évidence les limites de l’individu. Dans une charge d’Alfred Le Petit39, Gambetta consulte le baromètre de sa popularité en chute libre. Tandis que celle-ci approche du degré zéro, des perles de sueur (froide) lui glissent le long du visage, par la différence « thermique » d’une part, et sous l’effet de la peur et de la stupeur d’autre part. L’homme fort de la république se rend compte qu’il devient faillible. Et la seule réaction dont il est capable est la sudation. Le propos de cette charge est surtout de montrer, par cet état physique, l’intérêt purement personnel d’un homme d’État républicain, qui ne cesse de proclamer son dévouement à la France, alors qu’il ne se soucie que de sa cote de popularité. En outre, le caricaturiste entend affaiblir cet individu, dont l’image est celle d’un lion puissant, que rien ne semblait pouvoir émousser.

  • 40 Alfred Le Petit, « Le char du ministère », in Le Grelot, 4 mars 1883.

8Mais la caricature, quand elle recourt à la sueur, glisse sensiblement vers un répertoire à caractère scatologique. Le confirme cette autre charge de Le Petit40, représentant Le char du ministère. Sur un char que traînent les ministres attelés du nouveau gouvernement Ferry, ce dernier est assis sur une chaise percée dont le couvercle relevé indique : « Jules Ferry chef du cabinet. » Maniant le fouet, il transpire à grosses gouttes. Le Petit joue ici volontairement sur un double registre dont il entretient l’ambiguïté. S’il montre Ferry suant à diriger son nouveau gouvernement, il le montre aussi « au cabinet ». Mais finalement, ces deux significations se confondent pour n’en former plus qu’une : les efforts de Ferry ne produisent rien de plus que de la sueur et des excréments qui, par une confusion volontaire, sont de nature liquide et diarrhéique.

  • 41 Zola-Mouquette : le fondement de l’Affaire Dreyfus, carte à système anonyme, circa 1898, Léon Hayar (...)

9La scatologie, telle que l’utilisent les caricaturistes, sous la Troisième République, n’est pas une arme inédite, mais au contraire une arme politique avérée. La caricature révolutionnaire y a largement recouru, et plus récemment, la production caricaturale de la Commune de 1871 en a usé – et abusé selon certains contemporains – par une nécessité de l’invective et du défoulement. De fait, la scatologie se maintient dans les premières décennies de la Troisième République, principalement sous le crayon de caricaturistes appartenant à la génération des témoins actifs des années 1870 et 1871, auxquels elle apparaît comme le moyen d’effacer toute distinction de rang et de vertu. Il s’agit alors d’une façon de désacraliser les grands chefs républicains – comme on l’a vu – et de les rendre plus humains et accessibles. Cette obsession fécale et stercorale semble vouloir régir les relations entre le caricaturiste et le caricaturé, entre la caricature et son spectateur. Ainsi, par renversement, la victime rendue ignoble de la scatologie devient garante de la noblesse de l’autre. Le citoyen, qu’il soit caricaturiste ou spectateur de l’image, l’emporte finalement sur le politique, selon une « vision excrémentielle » du monde. Sur ce principe, une carte à système anonyme41ramène l’engagement dreyfusard de Zola et son culte de la justice et de la vérité à une tapageuse réclame personnelle que son œuvre romanesque condensait déjà par son goût pour des scènes pornographiques récurrentes. Le dessinateur montre ainsi Zola en pied, de dos, la tête cependant tournée vers le spectateur, comme par souci d’exhibitionnisme. La légende indique « Zola-Mouquette : le fondement de l’Affaire Dreyfus », tandis qu’une tirette permet de lever à l’envi les pans de sa veste, pour dévoiler ses fesses sur lesquelles on peut lire : « Mon cœur à Dreyfus. » Par son titre comme par son action, cette charge fait référence au personnage de Germinal qui, en plus de s’abandonner facilement aux hommes, présente son cul comme une injure aux soldats chargés de réprimer la grève des mineurs. La superposition du romanesque et du combat politique de Zola est ici évidente. Par ses accusations, Zola injurie l’armée, dans le cadre de l’affaire Dreyfus, dont il veut faire un autre roman. Dans le même temps, si le dessinateur s’indigne, il réduit par un jeu de mot polysémique le fondement de celle-ci au fondement même de l’écrivain engagé, par une volonté de correction et de rectification. Son rôle se trouve de la sorte passablement minimisé.

  • 42 J. Blass, « Quelle éclipse ! », in Le Triboulet, 3 juillet 1881.
  • 43 Alfred Le Petit, « Nouvel attentat anarchiste », in Le Grelot, 14 novembre 1882.
  • 44 Alfred Le Petit, « Réponse aux électeurs de Belleville », in Le Grelot, août 1881.
  • 45 Alfred Le Petit, « L’Acte d’accusation », in La Charge, 28 juillet 1889.

10Les pets et les vents perfides se multiplient, trahissant encore les corps des républicains, souvent de manière violente. Ainsi, dans une charge de Blass42, Gambetta roi de l’opportunisme éblouit le peuple. Propulsé dans les cieux par le pet violent de l’opportunisme, il devient un dérisoire astre radieux que la France-Marianne observe à la lunette astronomique. Gambetta fait alors l’objet d’un culte risible, puisqu’il est envoyé parmi les astres, sous le coup d’une véritable explosion – son fond de culotte est brûlé et déchiqueté. Dans une autre charge de Le Petit, publiée dans Le Grelot43, le postérieur et le bas-ventre de Gambetta explosent sous la pression de son adversaire Rochefort. En l’occurrence, le caricaturiste trahit la peur de sa victime, exprimée par le relâchement de son sphincter, que redouble l’éjection de son œil de verre. L’affrontement entre Rochefort et Gambetta, favorisé par Le Petit, se fait aussi le révélateur de la légendaire invicibilité de Gambetta, dont les entrailles se relâchent pour libérer des fermentations. Le même esprit préside à une autre caricature de Le Petit44, représentant l’opportuniste Gambetta pétant sur son célèbre programme électoral de Belleville de 1869. Le dessin, intitulé « Réponse aux électeurs de Belleville », laisse libre cours aux « intentions » réprimées – par l’hygiène et la bienséance – de Gambetta, pour assimiler son action à du vent et à des vents, trahissant ainsi à la fois un manque de parole et une inaptitude à la politique. En outre, cette expression d’un rouage intime du corps tend à désacraliser l’autorité d’une figure républicaine connue et reconnue. Enfin, cette charge met en parfaite adéquation la matière fécale et l’action politique républicaine. Il faut toutefois noter l’ambivalence de ces vents nauséabonds qui, dans d’autres contextes, s’avèrent des signes de puissance. Ainsi, après la crise boulangiste, Le Petit45, représente Boulanger – auquel il semble favorable – s’essuyant les fesses avec l’acte d’accusation, sur lequel il pète.

  • 46 Martial, « J’y suis, j’y reste », in La Bataille, 27 octobre 1884.

11Mais, d’une manière générale, la scatologie ramène la figure politique à une forme ignoble dont la seule action est assimilée à une production de sueur et d’excréments. Elle régit les limites de l’individu public, par l’entremise d’une approche physique et corporelle triviale, qui se veut une condamnation permanente. Ainsi, le caricaturiste Martial46 ne manque-t-il pas de résumer l’engagement colonial de Ferry au Tonkin comme une « mélasse » contenue dans un pot de chambre à motifs orientaux. Ferry s’y tient debout, les pieds plantés dedans, proclamant en légende : « J’y suis, j’y reste. »

  • 47 Cf., par exemple, Antoine De Baecque, La caricature révolutionnaire, Paris, Presses du CNRS, 1989.
  • 48 Pudor (pseudonyme de Faustin ?), 9679111 [Merde ; à l’envers], 1870, gravure sur bois coloriée au p (...)
  • 49 Initialement, cette charge représentait Napoléon III, Bismarck et Guillaume de Prusse.

12Par ce vocabulaire des pleurs, de la sudation et des vents perfides, les corps des républicains se laissent aller, abandonnant toute retenue, pour exprimer leurs véritables intentions viles, basses et ridiculisantes, suscitant un effet comique redoutable, déjà vérifié en d’innombrables occasions, en particulier dans la caricature révolutionnaire47. Car cette coprolalie polémique s’inscrit et fonctionne entre deux pôles, c’est-à-dire entre la violence et le comique. Les situations intimes à caractère scatologique, dans lesquelles les personnages visés sont dévoilés, deviennent comiques dès lors qu’elles sont publiquement montrées. Dans le même temps, les métaphores scatologiques et stercorales, par leur virulence et leur violence, sont des substituts verbaux de la défécation, dans la mesure où elles permettent de couvrir l’adversaire d’injures et d’assimiler son corps à la matière fécale, ou de le faire disparaître sous la chose excrémentielle. Ce sont le discours et le dessein de cette charge48, initialement créée pendant la Commune par Pudor49 et reprise ultérieurement dans les décennies 1880-1890, par différents caricaturistes, pour diverses personnalités du moment, où les républicains n’ont plus aucune caractéristique anatomique humaine et sont pourvus d’une constitution physique parfaitement « étroniforme ».

Notes

31 Faustin, Le Musée-homme ou le jardin des bêtes, 1871, planche n° 4, Saint-Denis, MAH.

32 De Frondas, « Jules Favre à l’entrevue de Ferrières (Scène du Déluge) », in série Marrons sculptés, 1871, planche n° 2, Saint-Denis, MAH.

33 Cf. supra, note 18.

34 Émile Cohl, « Pourquoi il a plu le jour de la Saint-Médard ! », in La Nouvelle Lune, 5 juin 1884.

35 Alfred Naquet (1834-1916) affiche son engagement républicain sous le Second Empire. Il est alors obligé de s’exiler jusqu’à l’avènement du gouvernement de la Défense nationale. Il est élu député républicain en 1871, puis député radical du Vaucluse de 1876 à 1883. Il devient ensuite sénateur de ce département de 1883 à 1890. Il s’oppose souvent à Gambetta qu’il considère trop modéré. En 1884, il fait voter une loi sur le rétablissement du divorce, qui porte son nom. Il évoluera ensuite vers le boulangisme.

36 Chicot, « Le candidat de Bismarck », in La Jeune Garde, 18 décembre 1887.

37 Pour une approche littéraire, sociologique et historique des larmes, cf. Anne Vincent-Buffault, Histoire des larmes, Paris, Rivages, 1986.

38 Alfred Le Petit, « Regrets éternels », in Le Grelot, 14 janvier 1883.

39 Alfred Le Petit, « Ça baisse », in Le Grelot, 22 janvier 1882.

40 Alfred Le Petit, « Le char du ministère », in Le Grelot, 4 mars 1883.

41 Zola-Mouquette : le fondement de l’Affaire Dreyfus, carte à système anonyme, circa 1898, Léon Hayard éditeur.

42 J. Blass, « Quelle éclipse ! », in Le Triboulet, 3 juillet 1881.

43 Alfred Le Petit, « Nouvel attentat anarchiste », in Le Grelot, 14 novembre 1882.

44 Alfred Le Petit, « Réponse aux électeurs de Belleville », in Le Grelot, août 1881.

45 Alfred Le Petit, « L’Acte d’accusation », in La Charge, 28 juillet 1889.

46 Martial, « J’y suis, j’y reste », in La Bataille, 27 octobre 1884.

47 Cf., par exemple, Antoine De Baecque, La caricature révolutionnaire, Paris, Presses du CNRS, 1989.

48 Pudor (pseudonyme de Faustin ?), 9679111 [Merde ; à l’envers], 1870, gravure sur bois coloriée au pochoir, H. 0, 24 X L. 0, 18 m., Saint-Denis, MAH.

49 Initialement, cette charge représentait Napoléon III, Bismarck et Guillaume de Prusse.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search