Version classiqueVersion mobile

La Républicature

 | 
Bertrand Tillier

Quatrième partie. Spectacles du corps

Des martyrs dérisoires et des châtiments

Texte intégral

1Dès les années 1880, dans le cadre de mesures anticléricales, et alors qu'elle entreprend une lecture et une appropriation du passé national, la république s'intéresse aux martyrs, qu'elle utilise dans un dessein didactique et dogmatique pluriel. Elle procède donc à une (re) lecture précise et souvent acharnée de l'Histoire, à seule fin d'en extraire des corps martyrisés, torturés et condamnés à la mort. Par cette quête scrupuleuse de personnages historiques plus ou moins anciens, dont le seul trait commun est le corps meurtri, elle cherche à exprimer la valeur intemporelle de ses combats et à légitimer sa propre identité. Dans le même temps, cette reconnaissance s'inscrit parfaitement dans le culte du grand homme, qu'elle pratique dans l'espoir de constituer et d'agréger ainsi une communauté politique.

  • 1 Cf. cat. expo. Quand Paris dansait avec Marianne, op. cit., pp. 140-149.
  • 2 Cf. cat. expo. Genèse d’une sculpture : le monument à Michel Servet à Vienne, Saint-Rémy- (...)
  • 3 Un monument parisien conçu par Armand Bloch (1905-1906), anciennement place du Sacré-Cœur, cf. (...)

2Le vocable du martyr apparaît nettement dans certaines œuvres mises au service de la politique farouchement anticléricale de la république. Les effigies publiques d’Étienne Dolet1, de Michel Servet2 et du Chevalier de La Barre3, par exemple, seront l’occasion d’affirmer ce combat contre l’obscurantisme politique et religieux, par la glorification des corps martyrisés de ces figures exhumées de l’Histoire. Le culte de ces martyrs naît avec la Troisième République, sous l’impulsion de quelques historiens engagés dans les rangs du régime. Ces corps martyrisés sont donc montrés, figés dans les moments du supplice, avant, pendant ou après. Les chaînes, les liens, les piloris et les bûchers sont l’occasion de mises en scène particulièrement « parlantes ». Les corps décharnés et agressés portent parfois les marques des supplices prodigués par l’obscurantisme religieux, selon une approche de l’histoire médiévale et moderne marquée par Hugo et Michelet.

  • 4 Paul De Cassagnac, in Le Soleil, 17 octobre 1887.

3Malgré sa volonté d’occulter la religion, le régime ne peut contourner le problème de ses propres martyrs, exemplaires à bien des titres. C’est alors que la république se déclare seule religion possible. Elle promeut donc l’image d’hommes dont les corps sont chargés d’une mémoire républicaine particulièrement visible. Elle impose ainsi un nouveau martyrologe, laïque celui-là, susceptible de réunir les républicains, selon des rites proches de ceux mis en œuvre pendant la Révolution, et au grand dam des forces conservatrices indignées. Si Marat, honoré de son temps par de grandes pompes, pose un siècle plus tard de nombreux problèmes, Bara et Viala sont redécouverts par la république. Puisqu’ils sont des enfants engagés dans le combat, leur culte sera le lieu d’un prolongement thématique particulier. Dans un passé plus récent, Baudin et Victor Noir ne sont pas oubliés. Le premier est le martyr du sanglant coup d’État de Napoléon III, en 1851, et constitue une alarme face aux menaces d’une restauration bonapartiste. Le second appartient au même combat, puisqu’il est présenté comme une victime de la barbarie impériale. Profitant du contexte encore passionné de leur disparition, la république les fait entrer presque de force dans l’Histoire, pour établir les bases de son histoire propre, sur des « dépouilles encore chaudes que le Temps engloutira »4, si l’on n’en cultive pas le souvenir et le culte.

4À la même époque, la caricature et le pamphlet antirépublicains créent des martyrs dérisoires, comme en réponse aux grandes proclamations laïques et anticléricales publiques de la république. En effet, la caricature se plaît alors à sans cesse infliger des sévices physiques aux corps de quelques personnalités majeures du régime, ainsi soumises au pilori, au bûcher ou à la guillotine. Les lois sur la liberté d’expression favorisent le développement de cet arsenal iconographique, par lequel la caricature redouble, dans le cadre des débats politiques, la condamnation symbolique qu’elle est déjà par essence. Là aussi, la république se dote de martyrs - comiques, ridicules et dérisoires - qui appartiennent à la vie politique.

  • 5 Cité par Roger Bellet, in Presse et journalisme sous le Second Empire, Paris, Armand Colin, co (...)

5En 1868, le pamphlétiste républicain Henri Rochefort créait un journal d’opposition à l’empire intitulé La Lanterne. Il expliquait en frontispice de la première livraison : « une lanterne peut servir à éclairer les honnêtes gens et à pendre les malfaiteurs »5. D’emblée, cette double signification est claire. Elle dévoile le camp politique auquel le brûlot appartient et prédit les dénonciations que Rochefort a l’intention d’y exercer. Mais ce nom est aussi annonciateur d’une certaine virulence, qu’il porte en germe, dont la caricature et le pamphlet des années 1870-1871 amplifieront l’écho.

  • 6 Ibidem.

6C’est en effet, en particulier durant l’année 1871, que la caricature se délivre complètement des chaînes qui l’ont empêchée de s’exprimer librement pendant le règne de Napoléon III. La lutte intestine, qui oppose communards et versaillais et à laquelle participe la caricature souvent violente, suscite l’éclosion massive d’un important corpus qui met en scène des châtiments. Guillotines, gibets et piloris constituent un véritable arsenal de sévices graphiques infligés aux principales figures de cette guerre civile, de la même manière que La Lanterne de Rochefort prétendait exécuter les célébrités politiques adverses, pour éclairer les « honnêtes gens »6 dans le même temps. Ainsi, Napoléon III, Jules Favre et Thiers sont les condamnés récurrents des caricaturistes d’obédience communarde.

7À l’évidence, la caricature des années 1870 et 1871 a laissé d’importantes marques qui, après la levée de la censure, sont à nouveau dévoilées en 1881. C’est ainsi que surgit, dans le cadre du débat politique dont s’abreuve l’image satirique, tout un vocabulaire de sévices et de châtiments qui recourt à la guillotine, aux gibets, potences et piloris, à la crucifixion et aux décapitations.

  • 7 Cf. Daniel Arasse, La guillotine et l’imaginaire de la Terreur, Paris, Flammarion, 1987.

8Dans la mentalité collective, la guillotine appartient à la réalité et à l’imaginaire de la Terreur de 17937. Après avoir été symboliquement saisie, brisée et brûlée par les autorités communardes à Paris, place Voltaire, le 6 avril 1871, la guillotine est rétablie par la Troisième République. Les grands procès - comme ceux des anarchistes Auguste Vaillant et Émile Henry, condamnés à mort en 1894 - ont suscité une vive émotion, tout en rappelant que cette « machine » appartenait toujours au système punitif judiciaire français.

  • 8 Sa publication a commencé à Versailles en 1871.
  • 9 Pépin, « Capitulation », in Le Grelot, 8 février 1891.

9Mais la guillotine fait surtout son apparition dans l’imagerie caricaturale, au cours des années 1880, autour des polémiques consacrées à la commémoration de la Révolution française. Le radical Clemenceau, partisan d’une approche historique et commémorative globale de la Révolution, comprenant aussi la Terreur, apparaît rapidement comme un révolutionnaire. Le caricaturiste Pépin, dans le journal satirique conservateur Le Grelot8, le montre coiffé d’un bonnet phrygien rouge vif et vêtu du costume révolutionnaire de sans-culotte, tenant une guillotine sous le bras9.

  • 10 J. Blass, « Saint-Jules Ferry, sénateur et martyr », in Le Pilori, 11 janvier 1891.

10C’est à partir de ces années 1880-1890 que prolifèrent les guillotines dans la caricature, accompagnées de gibets et de piloris qui appartiennent à des pratiques punitives beaucoup plus anciennes, exhumées des temps médiévaux et ressuscitées par l’imagerie communarde. Tous ces dispositifs ont pour point commun de produire des châtiments publics, sur le corps des personnalités républicaines de premier plan. Ferry et Gambetta, par exemple, n’y échappent pas et doivent souvent se soumettre à ces condamnations physiques fictives, auxquelles la caricature largement diffusée donne une audience étendue, comme pour satisfaire le goût du public pour le spectacle que constituent les exécutions capitales et les expositions publiques. Ainsi, dans une charge de J. Blass, parue dans Le Pilori10 - journal au titre significatif - Jules Ferry est-il enchaîné au pilori du Sénat. Des fers lui tiennent le cou et le nez, tandis qu’à ses pieds, Joseph Reinach à genoux lui agite un encensoir sous le nez. Dans la partie supérieure de la charge, l’œil du Tonkin regarde le supplicié que le caricaturiste définit comme Saint-Jules Ferry sénateur et martyr. Cette charge fait allusion à la chute de Jules Ferry, dont les guerres coloniales sont honnies par l’opinion publique, et raille son retour au parlement par le biais du Sénat, où il est élu au suffrage restreint par un collège de notables.

  • 11 Alfred Le Petit, « Un cauchemar de Jules Ferry », in Le Grelot, 16 octobre 1881.
  • 12 Charles Gilbert-Martin, « Comment on monte au ministère ! », in Le Don Quichotte, 11 août (...)

11Cet arsenal de châtiments est souvent motivé, au-delà des situations événementielles, par des jeux de mots. Ainsi, en 1881, alors que la politique coloniale de Ferry en Tunisie est désavouée par la Chambre des députés, sous la houlette de Gambetta, le dessinateur Alfred Le Petit représente en première page du Grelot, « Un cauchemar de Jules Ferry »11. On y voit Ferry ligoté sur la planche à bascule de la guillotine. Gambetta, maintenant la corde du couperet, installe le condamné en position horizontale. Le sous-titre de la charge indique, par un jeu de mots facile mais limpide et efficace : « Sur exécution par Gambetta. » De même, c’est toujours un jeu de mots qui semble motiver une charge de Gilbert-Martin12, intitulée Comment on monte au ministère, et qui représente le président Grévy en soutane, bénissant d’un crucifix un ministre condamné à démissionner à court terme, étant donné l’instabilité gouvernementale de cette époque, qui voit se succéder les cabinets ministériels. Le ministre « monte au ministère » comme on monte à l’échafaud, représenté à l’arrière-plan de la charge.

  • 13 Guillaume Laplagne, « S’il avait des bras !... », in Guignol, n° 12, s. d., circa 1900.
  • 14 Guillaume Laplagne, sculpteur né à Evry en 1862 - lieu et date de décès inconnus.
  • 15 Cf. supra, note 10.
  • 16 Sur cet aspect de la politique de Ferry, cf. Jean-Michel Gaillard, Jules Ferry, op. cit., pp. (...)

12Dans un autre registre, la caricature conservatrice et le dessin de presse explorent un répertoire jusqu’alors inédit, qui relève toujours du supplice et du châtiment, mais dans un contexte religieux qui apparaît évidemment comme une réponse à la politique anticléricale menée par la république. Loubet, président de la République de 1899 à 1906, ne sera pas épargné. Une livraison de la revue Guignol13 montre ainsi en couverture la photographie d’une sculpture exécutée par Laplagne14. L’artiste a eu recours à la formule consacrée du portrait en buste (non caricatural) monté sur une colonne ornée de balais en guise d’attributs. La forme générale du « monument » reprend le modèle de la croix latine, renvoyant à une crucifixion implicite. En outre, l’auteur de la légende regrette : « S’il avait des bras !... », sous-entendant qu’il pourrait alors faire le ménage dans son gouvernement anticlérical et qu’il pourrait aussi être vraiment crucifié, pour devenir la victime de ce qu’il combat. Nous l’avons déjà vu avec la charge de Blass15, où Ferry au pilori devenait un saint et un martyr dérisoires. Cette image appartient à un important corpus à caractère religieux, dont il est la victime récurrente. Il s’agit là de réactions conservatrices à l’égard de sa politique de laïcisation de l’enseignement, d’expulsion des congrégations religieuses et de sa volonté de séparer l’Église et l’État16.

  • 17 Ainsi qu’à d’autres champions de l’anticléricalisme, comme Joseph Reinach. Cf. la charge de J. (...)
  • 18 Alfred Le Petit, « À propos de la conversion », in Le Grelot, 29 avril 1883. Pour limiter la (...)
  • 19 Pierre Tirard (1827-93), député de la Seine, est onze fois ministre entre 1879 et 1893. Nommé (...)

13Dès lors, le vocable religieux du martyr est souvent associé à la personne de Jules Ferry17. Quand en 1883, il règle le problème de la conversion de la rente, les épargnants sont lésés par la révision du taux d’intérêt dérisoire qui leur est accordé. Aussitôt, Alfred Le Petit18 ne manque pas d’épingler l’initiateur de cette réforme en le crucifiant, aux côtés du ministre des Finances Tirard19. Devant le bâtiment de la Chambre des députés, trois croix latines se dressent au premier plan. Au centre, un Christ ventru vêtu d’un sac d’or percé est crucifié, tandis que de chaque côté, Ferry et Tirard, munis de leurs portefeuilles respectifs, subissent le même sort.

  • 20 I. Pépin, « Jules Ferry, vierge et martyr », in Le Grelot, 19 avril 1885.
  • 21 Il faut y voir une allusion à l’opinion publique qui accuse Ferry d’envoyer les soldats à la m (...)

14Le caricaturiste Pépin20, qui semble particulièrement « sensible » à la personnalité politique de Ferry et aux satires graphiques à dimension religieuse, le montre brandissant le cœur ensanglanté de la France21 dans une attitude statique de martyr stoïque et résigné. Couronné d’une auréole, il tient la palme traditionnelle du martyr, tandis que son corps est hérissé de nombreuses flèches. De chaque côté, des stèles votives lui sont dédiées - qui rappellent ses grandes déclarations et ses hauts faits - alors qu’à ses pieds, sa majorité opportuniste se prosterne dévotement. Le titre de l’image ironise clairement : Jules Ferry vierge et martyr, raillant la conduite des députés républicains qui l’ont obligé à démissionner - ils l’ont sacrifié ! - devant le désastre des opérations militaires menées dans le cadre de l’expansion coloniale enlisée.

  • 22 René Vauquelin, Saint-Jean-Baptiste de la politique, circa 1885, huile sur toile, H. 0, 5 (...)

15De même, dans une œuvre étrange du peintre René Vauquelin22, Ferry est représenté en Saint Jean-Baptiste de la politique. Sa tête auréolée est disposée sur un plateau ensanglanté, tenant en équilibre sur l’épée qui l’a décollée, et dont la garde porte l’inscription Tonkin. Il s’agit là encore d’une satire de la chute du cabinet Ferry, le 30 mars 1885, provoquée par l’action militaire des troupes coloniales françaises au Tonkin. Le traitement du visage relève plus du portrait que de la charge et condense la dimension comique, d’une part dans l’association de Ferry à une imagerie chrétienne, d’autre part dans la proclamation de son absence au sein des institutions.

  • 23 Sur l’éclat des supplices, cf. M. Foucault, Surveiller et punir, op. cit.

16Cette œuvre résume en outre parfaitement le discours de toutes ces images qui recourent au châtiment, au sévice, à l’exposition et à l’exécution publiques. Elles sont d’abord motivées par la nécessité d’une désignation et d’une dénonciation des coupables d’erreurs, de crimes ou de désastres infligés à la société et aux citoyens. Cette attitude répond à la personnalisation du pouvoir, dont nous avons précédemment évoqué les mécanismes. Ensuite, ces images opèrent, dans un réel fictif mais présumé, la transposition des conséquences d’une situation politique connue. Le caricaturiste livre alors des responsables en pâture au public qui, dans le spectacle de l’image, assiste à leur déchéance physique, par une destitution politique et un châtiment éclatant23. Cette dégradation appartient d’ailleurs à la caricature, dont bon nombre de mécanismes procèdent de cette manière régressive : nanisme, végétalisation, animalisation, scatologie, pornographie...

  • 24 Cf. E. Kris, « Principes de la caricature », Psychanalyse de l’art, Paris, PUF, coll. « Le (...)
  • 25 Ibidem, p. 246.

17Mais la représentation du châtiment et du sévice contient surtout un mode d’action, qui met particulièrement en lumière le rôle de la caricature et son essence. Celle-ci revêt en effet un pouvoir magique, que Kris a défini en le comparant aux pratiques populaires médiévales empreintes de sorcellerie. L’image comme substitut de la réalité est le lieu où s’exercent des sévices censés atteindre la personne réelle en son corps propre. Kris donne ainsi l’exemple du mannequin de paille à l’effigie d’un monarque, brûlé par la foule24, pour insister sur la croyance instinctive en l’identité du signe25. La caricature répond aux mêmes principes, dans ses attaques à l’encontre de personnes précises. Et l’arsenal de sévices qu’elle met en œuvre redouble encore cette volonté.

  • 26 Cf. supra, note 18.

18Ces châtiments violents et répétés pour certaines personnalités équivalent à des actes de salubrité publique, dans le discours des caricaturistes, suscitant un irrépressible désir de purgation de la société ainsi débarrassée de ses éléments nuisibles. Quand Alfred Le Petit crucifie Ferry26, il montre alors implicitement au spectateur de la charge ce que serait la situation des épargnants aujourd’hui éventrés, s’ils n’avaient pas hier promu cet homme à la tête de l’État. La caricature doublée du châtiment, par l’entremise d’une atteinte physique, se fait alors vengeresse.

  • 27 Cf. supra, note 11.

19Cette imagerie du châtiment, bien que volontairement violente dans son discours implicite, ne doit pas être perçue comme l’expression triviale d’un goût morbide. Seul l’effet machinal est recherché - représentant les chaînes, les fers, les couperets, la guillotine ou le billot - alors que l’acte en soi n’est jamais figuré. Même dans le cauchemar de Ferry27, Alfred Le Petit image la scène de l’exécution par Gambetta, dans les instants qui précèdent la chute du couperet, au moment où la planche bascule. Et dans sa mise en page, la guillotine occupe une place prépondérante, privilégiant l’effet machinal sur l’effet morbide. Dans d’autres cas, les caricaturistes préfèrent représenter l’espace-temps qui suit l’acte, comme dans cette œuvre de Vauquelin, qui montre la tête décollée de Ferry.

  • 28 Cf. D. ARASSE, La guillotine et l’imaginaire de la Terreur, op. cit., p. 54.
  • 29 Ibidem, p. 167.
  • 30 Cf. supra, note 22.

20Naissent ainsi des monstres, comme l’a expliqué Daniel Arasse28, constitués d’une tête dépourvue de corps. La composition de ces images appréhende souvent l’après-châtiment de façon frontale, selon un cadrage resserré sur la lunette de la guillotine ou du pilori. Les corps ont disparu derrière la machine à supplice, ne donnant plus à voir que les têtes des condamnés/suppliciés. L’unité corporelle et organique est irréversiblement brisée, accentuant un peu plus l’anéantissement de la persona ficta par le truchement de la personne physique. Ces instruments deviennent donc aussi des machines à « tirer le portrait »29, comme dans ce Saint-Jean-Baptiste de la politique, où Vauquelin30 représente le visage non caricaturé de Ferry, souscrivant ainsi au genre du portrait.

21Dans le cadre du débat politique, violent, partisan et extrémiste, la caricature tente d’agir. Et par son arsenal de sévices, elle édifie sans cesse un martyrologe dérisoire de républicains, à l’usage des forces de l’opposition. Il nous faut alors convenir de l’efficacité certaine de la caricature qui pourvoie la république en martyrs avec une facilité déconcertante, dans la dérision et l’irrespect, en mettant les rieurs de son côté.

Notes

1 Cf. cat. expo. Quand Paris dansait avec Marianne, op. cit., pp. 140-149.

2 Cf. cat. expo. Genèse d’une sculpture : le monument à Michel Servet à Vienne, Saint-Rémy-lès-Chevreuse, fondation Coubertin / Vienne, MBA, 1991.

3 Un monument parisien conçu par Armand Bloch (1905-1906), anciennement place du Sacré-Cœur, cf. June Hargrove, Les statues de Paris, Paris, Albin Michel, 1989, pp. 144, 148, 193 et 207 ; un monument à Abbeville (Somme) dû à Raoul Delhomme (1907), toujours en place, route de la Gare.

4 Paul De Cassagnac, in Le Soleil, 17 octobre 1887.

5 Cité par Roger Bellet, in Presse et journalisme sous le Second Empire, Paris, Armand Colin, coll. « Kiosque », 1967, pp. 79 et 289.

6 Ibidem.

7 Cf. Daniel Arasse, La guillotine et l’imaginaire de la Terreur, Paris, Flammarion, 1987.

8 Sa publication a commencé à Versailles en 1871.

9 Pépin, « Capitulation », in Le Grelot, 8 février 1891.

10 J. Blass, « Saint-Jules Ferry, sénateur et martyr », in Le Pilori, 11 janvier 1891.

11 Alfred Le Petit, « Un cauchemar de Jules Ferry », in Le Grelot, 16 octobre 1881.

12 Charles Gilbert-Martin, « Comment on monte au ministère ! », in Le Don Quichotte, 11 août 1882.

13 Guillaume Laplagne, « S’il avait des bras !... », in Guignol, n° 12, s. d., circa 1900.

14 Guillaume Laplagne, sculpteur né à Evry en 1862 - lieu et date de décès inconnus.

15 Cf. supra, note 10.

16 Sur cet aspect de la politique de Ferry, cf. Jean-Michel Gaillard, Jules Ferry, op. cit., pp. 424-487.

17 Ainsi qu’à d’autres champions de l’anticléricalisme, comme Joseph Reinach. Cf. la charge de J. Blass « Un martyr », in Le Pilori, 25 mai 1890. À la suite d’un scandale financier dans lequel il est impliqué, Reinach est représenté en singe (agile) transpercé de flèches, au pilori, comme un saint Sébastien dérisoire.

18 Alfred Le Petit, « À propos de la conversion », in Le Grelot, 29 avril 1883. Pour limiter la charge de l’État, Tirard a converti la rente de 5 % à 4,5 %.

19 Pierre Tirard (1827-93), député de la Seine, est onze fois ministre entre 1879 et 1893. Nommé aux Finances (en 1882-85), il est confronté à un budget en déficit, qui l’oblige à une restriction des emprunts publics et à la conversion des rentes. Cette dernière mesure lui valut évidemment une mauvaise presse.

20 I. Pépin, « Jules Ferry, vierge et martyr », in Le Grelot, 19 avril 1885.

21 Il faut y voir une allusion à l’opinion publique qui accuse Ferry d’envoyer les soldats à la mort, pour inutilement agrandir l’empire colonial français.

22 René Vauquelin, Saint-Jean-Baptiste de la politique, circa 1885, huile sur toile, H. 0, 53 x L. 0, 80 m., Saint-Dié-des-Vosges, Musée municipal, Inv. 79-69.

23 Sur l’éclat des supplices, cf. M. Foucault, Surveiller et punir, op. cit.

24 Cf. E. Kris, « Principes de la caricature », Psychanalyse de l’art, Paris, PUF, coll. « Le fil rouge », 1978, p. 247.

25 Ibidem, p. 246.

26 Cf. supra, note 18.

27 Cf. supra, note 11.

28 Cf. D. ARASSE, La guillotine et l’imaginaire de la Terreur, op. cit., p. 54.

29 Ibidem, p. 167.

30 Cf. supra, note 22.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search