Version classiqueVersion mobile

La Républicature

 | 
Bertrand Tillier

Quatrième partie. Spectacles du corps

Introduction à la quatrième partie

Texte intégral

1Si la république procède à une mise en scène de son pouvoir, de ses institutions et de ses hommes, dans une recherche avide de légitimité, la caricature antirépublicaine recourt aussi aux thèmes du spectacle, de la farce, de la comédie et du cirque politiques, pour déstabiliser ses adversaires. À cet effet, elle procède selon différentes formules. En réponse à l’anticléricalisme de la république, elle s’ingénie à martyriser ses principaux responsables par un retournement symbolique. Les corps suppliciés des républicains deviennent alors spectaculaires. De la même manière, en obligeant leurs organismes à se dévoiler pour montrer l’intimité de leurs fonctions physiologiques, la caricature fait des corps des hommes du pouvoir le lieu d’un spectacle indécent et ridiculisant. Elle multiplie aussi, dans un registre théâtral plus littéral, les attributs dérisoires en les attachant souvent de façon récurrente à certaines personnalités choisies. Les événements motivent les choix de ces attributs qui se veulent signifiants. D’une manière générale, la charge utilise aussi le travestissement et le déguisement du clown, du saltimbanque et de l’hercule de foire, dont elle affuble avec plaisir et malice ses victimes, ainsi propulsées sur la scène de la comédie ou sur l’estrade de foire. Le jeu politique républicain est transfiguré en un tour de force, une duperie ou une comédie, que les caricaturistes dévoilent et dénoncent, sous les yeux des spectateurs de la charge. Enfin, par glissement, les vocables du pantin et de la marionnette sont introduits, pour mieux dénigrer les actions et la nature intime de ces hommes de pouvoir, qui pensent manipuler l’opinion publique et les citoyens, mais qui, par renversement et comme par malédiction, sont manipulés par la caricature vengeresse.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search