Version classiqueVersion mobile

La Républicature

 | 
Bertrand Tillier

Troisième partie. Le corps, la norme et ses fractures

Polysémie du porc*

Texte intégral

  • * Une partie de ce chapitre vient compléter le développement précédent sur le corps de l’empereu (...)

1Certains vocables de la caricature sont polysémiques, et changent de signification en quelques années. C’est pourquoi, nous nous proposons, pour conclure cette approche, d’aborder la figure déjà entrevue du porc dans la caricature des trois dernières décennies du xixe siècle. Ce choix est motivé par plusieurs raisons. D’abord, le vocable du porc procède de l’animalisation partielle ou complète et constitue à ce titre une fracture violente du corps humain et de ses normes, tant dans la caricature politique antibonapartiste et antirépublicaine que dans le discours antisémite. Ensuite, le recours au porc est fondé sur une tradition pluriséculaire vivace, qui sert de base à l’imagerie satirique, durant la période qui nous intéresse. Ce vocable du « cochon » comme procédé zoomorphique, mérite donc qu’on en étudie les dimensions, les mécanismes, les mutations et les survivances, pour percevoir le glissement symbolique de l’animal, de la caricature traditionnelle jusqu’à l’imagerie antisémite.

  • 271 Cf. Michel Pastoureau, Le Cochon, Paris, Le sang de la terre, 1987.
  • 272 Cf. Jean Vartier, Les procès d’animaux du Moyen-Age à nos jours, Paris, Hachette, 1970, pp. (...)
  • 273 Cf. Claude Lévistrauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962.
  • 274 Cf. Edmund Leach, L’unité de l’homme et autres essais, Paris, Gallimard, 1980.

2Depuis les temps médiévaux, dans l’ensemble du bestiaire animal ou monstrueux, le porc est une figure permanente, toujours mobilisée, tant dans les textes et les fables que dans les pamphlets et les images. Très tôt, vers le xiiie siècle, en Europe centrale, le porc est une insulte utilisée dans les textes271. Rabaissé au rang de la bête médiocre, vile, vorace, brutale et méchante, fréquemment impliqué dans les procès d’animaux au Moyen Âge272, le porc est aussi l’animal le plus proche de l’homme, d’un point de vue biologique. Il est un objet d’étude en anatomie quand la dissection humaine est encore interdite. On pourrait donc s’interroger, en regard de cette situation, sur les raisons qui incitent à choisir des noms d’animaux familiers comme injures. Claude Lévi-Strauss et Edmund Leach ont apporté quelques éléments de réponses. Le premier a démontré que les noms propres et la nécessité de la dénomination familière sont sensiblement apparus au même moment que les noms d’espèces (animales, végétales...), dans un souci de classification273. Il s’agit donc d’une manifestation de la conscience collective, au sein d’une société humaine donnée. Le second a émis l’hypothèse captivante selon laquelle, le choix de noms d’animaux familiers comme insultes aurait été motivé par une volonté de rejet, d’exclusion et de mise à l’écart274.

  • 275 Cf. Antoine de Baecque, Le corps de l’histoire, op. cit., pp. 85-98. L’auteur explique qu (...)
  • 276 Les porchers sont souvent des simples d’esprit.
  • 277 Sur les relations de l’homme et de l’animal, cf. Robert Delort, Les animaux ont une histo (...)

3Avec la Révolution française, les caricatures s’attaquant à Louis XVI ont dédié électivement le porc à la personne du roi275, alors que des interdits religieux pèsent encore sur l’animal dans la lignée des plus anciennes traditions bibliques. Mais il est, au xviiie siècle, l’animal familier par excellence, présent dans toutes les fermes et vivant à la lisière de l’humanité - la porcherie étant toujours située non loin des habitations alors que sa fréquentation est dévalorisante276. Bien que souvent indispensable à la vie des communautés humaines, le cochon reste déprécié, voire exclu et considéré comme un animal dont il faut se méfier277. Le choix de ce signe iconique pour figurer le souverain est donc un double sacrilège. Car il s’agit d’une part, d’une animalisation qui dénigre le corps du roi et d’autre part, d’une dégradation supplémentaire dans l’échelle des espèces animales.

4Un siècle après cet avènement inédit du roi-porc, quand s’écroule le Second Empire, cette figure opère un retour, appliquée cette fois à Napoléon III. Pour Louis XVI comme pour ce dernier, la dimension sacrificielle liée à l’animal n’est certainement pas sans fonder ce choix : le porc domestique est égorgé durant l’hiver, au cours de véritables fêtes villageoises. Le roi et l’empereur étant, dans leurs corpus respectifs de caricatures, les seuls êtres humains animalisés en cochons, on peut en déduire que ce vocable condense une signification symbolique particulière. En effet, le destin du porc est la tuée, qui passe par l’égorgement. Enfin, et ceci n’est certainement pas un détail mineur, la tuée du cochon est une pratique proprement populaire, par laquelle le peuple se nourrit et se régénère, puisqu’il mange la viande après que la tuée ait été une fête. Dès lors que le souverain devient porc, son destin paraît scellé : sa mort s’inscrit dans une logique implacable. Une fois le monarque tué - guillotiné dans la réalité, ou du moins symboliquement dans l’image satirique - le peuple ne craint plus la famine et se régénère en prenant le pouvoir à sa place. La mort du cochon est un rite de passage, par lequel les forces de mort de la bête (et du monarque) engendrent les forces de vie du peuple.

  • 278 Planche n° 5.
  • 279 Planche n° 15.
  • 280 Napoléon III est aussi assimilé à l’aigle impérial. Cf. Paul Hadol, La Ménagerie impérial (...)
  • 281 Alfred Le Petit, « ? », charge sans titre, in La Charge, 7 mai 1870.
  • 282 Faustin, Le Musée-homme ou le jardin..., op. cit., planche n° 3.
  • 283 Faustin, « Badingue-le-Truand, ou le nouveau Sainte-Hélène », in Actualités Grognet, n° 3 (...)
  • 284 De La Tremblaye, « À la Couenne impériale », in Actualités Grognet, n° 32, 1870, Saint-De (...)
  • 285 Épouse du prince Anatole Demidof.

5Dans l’ensemble des images satiriques produites en 1870 et 1871, Napoléon III est la seule personnalité à être associée à cet animal, même si, dans La Ménagerie impériale de Paul Hadol, par exemple, la princesse Mathilde est représentée en truie278. Remarquons toutefois qu’il ne s’agit pas là véritablement du cochon mais de sa femelle utilisée pour qualifier une personnalité appartenant à l’entourage proche de Napoléon III. Par ailleurs, le porc est rappelé, dans cette même série, mais par une simple allusion doublée d’un jeu typographique comme suit : - PORC-épic », pour railler Cassagnac279. Mais il ne s’agit déjà plus du même animal. Un grand nombre de caricatures transforment le corps de l’empereur en cochon, lui octroyant pattes et queue vrillée, mais en épargnant son visage. D’autres, plus rares, métamorphosent complètement le personnage, en s’attaquant également à son corps et à ses traits, pour le doter d’oreilles tombantes et d’un groin. Enfin, quelques charges confrontent l’empereur à des animaux. Cette observation, qui confirme le rôle privilégié du bestiaire, dans la caricature contre Napoléon III280, illustre une certaine réserve : l’empereur n’a jamais un corps humain et une tête d’animal et n’est représenté comme animal entier que dans deux charges. Alfred Le Petit, le montre accoudé au balcon des Tuileries, regardant Paris281. Représenté de dos, le groin en l’air, et le visage presqu’invisible - on n’en perçoit dans l’obscurité que le nez et les moustaches longues, fines et vrillées - l’empereur n’est pas plus identifiable par la légende qui ne comporte qu’un point d’interrogation gras permettant d’échapper à la censure. De même, Faustin, dans son Musée-homme ou le jardin des bêtes, montre Napoléon III « l’animal des cloaques [...] noyé dans la fange »282. L’empereur y est représenté de face, ventripotent et marchant sur ses pattes postérieures. Sa tête est celle d’un porc, résumée à un groin et à de larges oreilles lui cachant les yeux, sans qu’aucune trace humaine n’y subsiste. La seule indication donnée est dans le bicorne dont l’animal est coiffé. Parallèlement, l’environnement dans lequel l’étrange animal évolue comporte quelques allusions permettant une identification. Il marche dans une ruelle immonde et fangeuse - la rue Tiquetonne - éclairée par une lanterne du 2 décembre et se complaît dans la boue et le sang du caniveau central, qui rappellent le coup d’État, de même que son tablier de boucher ensanglanté. Nous sommes ici en présence d’une image du monde inversé où le porc est devenu boucher. Mais, la transgression suprême qui, par la métamorphose de la tête - siège de la conscience et de la pensée humaine - aurait totalement bestialisé l’empereur, ne s’est que timidement produite et sans être globale. En revanche, le code visuel et symbolique porc-empereur s’est rapidement développé. Dans une charge de Faustin, Napoléon III enchaîné trône sur un tonneau de choucroute que des cochons viennent flairer283. L’allusion à sa traîtrise est ici évidente, stigmatisée par ce plat traditionnellement considéré comme typiquement allemand, composé de viande de porc. Beaucoup plus virulente est la charge du caricaturiste De La Tremblaye, qui montre un étal de charcuterie à l’enseigne de La Couenne impériale284. En plein Siège de Paris, où le peuple souffre de la famine et mange du rat - animal ô combien répugnant et nuisible ! - une réclame garantit : « Débit d’un porc arrivant du marché de Sedan et d’autres animaux de la race porcine engraissés dans les châteaux impériaux. » L’essentiel de la marchandise se compose de têtes où l’animalisation s’effectue, non par le dessin, mais par la dénomination des produits proposés à la vente : Hure d’Auteuil (Pierre Bonaparte), Galantine de dinde (Impératrice), Galantine Demidof (princesse Mathilde285), Andouille (Jérôme Bonaparte), tandis que la tête de Napoléon III est (déjà) vendue. Les têtes d’Émile Ollivier, Rouher et quelques autres ministres sont, quant à elles, disponibles dans un grand baquet à déchets et abats soldés à bas prix. Enfin, des jambons fumés, du lard, des boudins, des saucisses et des pieds de cochon à la Lorraine complètent l’étalage de ce charcutier qui accepte les envois à l’étranger. En pleine famine, cette charge prend évidemment un caractère d’autant plus féroce. Plus qu’une tuée, cette image implique le débit de l’animal complet - qui signifie ici le régime et les institutions du Second Empire - et confinerait à l’invitation au cannibalisme, si la bête proposée n’était pas immonde de bêtise, de méchanceté et de saleté. L’étalage débordant de victuailles, en cette période de disette, en est la preuve flagrante. Il s’agit d’un retour (inconscient ?) à l’iconographie médiévale où les bons porcs sont rares - ils se nourrissent des déchets de la ferme ; ils peuvent être méchants, et doivent être alors abattus par mesure de défense.

  • 286 Cf. Claudine Fabrevassas, La bête singulière, les juifs, les chrétiens et le cochon, Paris, Ga (...)
  • 287 Ibidem, pp. 109 et suiv.

6Avec l’éclosion de l’antisémitisme social, dès les années 1880, la figure du cochon opère son grand retour dans l’imagerie satirique, dans le cadre d’un discours exclusivement antijudaïque. Claudine Fabre-Vassas, dans un ouvrage aussi singulier que son titre et son objet286, a étudié les rapports entre les rites traditionnels et les croyances chrétiennes liés au porc et le développement d’un antisémitisme chrétien populaire ancien. Selon une légende européenne, lors de sa visite sur terre pour annoncer la nouvelle Loi, le Christ métamorphosa des enfants qu’une mère lui avait cachés. Comme elle était de confession juive - et que la mère est responsable de l’éducation religieuse des enfants - les petits juifs sont des porcs. C’est pour cette raison que les juifs refusent de manger la viande de cet animal, par crainte d’un cannibalisme. Or, comme le démontre l’auteur, à la même époque s’affirme la nécessité d’assimiler le juif à la bête qu’il juge immonde287.

  • 288 En Alsace, dans le Roussillon et le Languedoc, en Catalogne, en Italie...
  • 289 Cf. Cl. Fabre-Vassas, op. cit., p. 115.
  • 290 Pour une liste de la série, consulter l’annexe 2.
  • 291 Animalisation visant Maître Labori, l’avocat de Zola et Dreyfus, affiche n° 5, ainsi que Georg (...)
  • 292 Animalisation visant Brisson, affiches n° 15 et 26.
  • 293 Animalisation visant Clemenceau, affiche n° 10.
  • 294 Cf. supra, note 255.
  • 295 Animalisation visant Joseph Reinach, Waldeck-Rousseau, Daniel Wilson, Charlotte Mayer, Decrais (...)
  • 296 Animalisation visant Alfred Dreyfus, affiche n° 49.
  • 297 Animalisations visant le rabbin Zadoc Kahn, le général de Galliffet, Nathan Mayer..., affiches (...)
  • 298 Cf. Cl. Fabre-Vassas, op. cit., p. 111.

7Dès lors, se multiplient, dans de nombreux terroirs de France et des pays voisins288, des récits où le juif et le porc sont confondus par des analogies très diverses recoupant souvent des critères de races, entre porcs (et juifs) à oreilles hautes ou basses. Parfois, la distinction est plus radicale encore. Ainsi, dans les Pyrénées, le porc aux grandes oreilles est la race autochtone, tandis que le porc aux petites oreilles est d’origine étrangère !289 Déjà se forge une pratique de la discrimination, récurrente dans l’image où le juif a les oreilles petites et effilées, marquées d’une connotation diabolique. Les affiches de Lenepveu, publiées vers 1899-1900, sous le titre du Musée des Horreurs290, en offrent de nombreux exemples où, par extension, les animaux retenus ont souvent des oreilles de ce type – l’âne291, l’ours292, la hyène293, le caïman294, le singe295, le lièvre296, le loup ou le renard297... Ce signe de reconnaissance, selon FabreVassas, est fixé en Europe dès le xiiie siècle298 et constitue le ferment de cet imaginaire, où le cochon et le juif sont roux - comme Judas -, où ils ont le palais et le derrière noirs, où ils sentent mauvais. La métamorphose du juif et son assimilation au porc se posent comme une révélation de son intime nature. La fracture physique de l’organisme des juifs se trouve ainsi poussée jusqu’à d’extrêmes limites, visant à exclure le juif de l’humanité, par sa puanteur. Il s’agit vraisemblablement d’un des traits les plus constants et les plus universels de l’antijudaïsme. Le juif pue car, comme le porc, il vit dans l’ordure de la porcherie et se nourrit à même l’auge. Il en possède les maladies qui affectent son allure. Nombreux sont les caricaturistes antisémites qui se complaisent à montrer le juif courbé, marchant la tête baissée, et le regard bas, en signe de fourberie. Ces symptômes sont aussi ceux de la ladrerie du porc, face à laquelle l’éleveur n’a pas d’autre alternative que de supprimer la bête malade et contagieuse.

  • 299 Cf. Annie Duprat, Le roi décapité, essai sur les imaginaires politiques, Paris, Cerf, 1992, p. (...)
  • 300 Au xixe siècle survit, dans les sociétés rurales, la tradition du défilé du bœuf gras, exhibé (...)
  • 301 Léon Roze, « Boule de Juif à vendre -, in Le Bloc, n° 3, circa 1899.

8L’assimilation du juif et du porc véhicule un autre angle d’attaque, qui semble resurgir. En effet, dans les rares gravures de l’Ancien Régime où le cochon apparaît, il est associé à la figure de l’homme d’argent et du banquier. Il joue le rôle du financier dans la comédie animale299. L’origine de cette animalisation demeure obscure. Mais on peut tout de même y déceler quelques motivations évidentes, liées à l’adage : « dans le cochon, tout est bon ». Derrière cette formule se cache la nature grosse et grasse de l’animal, où tous les morceaux sont comestibles. Or, le gras est synonyme de richesse et d’abondance300, impliquant l’idée de profit pour son propriétaire et d’enrichissement pour le charcutier. La récupération de cette symbolique, dans le cadre d’un discours antisémite, n’est donc pas surprenante, dans la mesure où le juif spéculateur, financier et banquier, est en tout cas, toujours accusé de grossir, de s’enrichir et de profiter sur le dos d’autrui qu’il exploite sans scrupule. Le scandale de Panama, lancé par La Libre Parole de Drumont, assurera un grand succès à cette figure. C’est ce à quoi le caricaturiste Léon Roze fait allusion dans une charge visant Joseph Reinach301, dont la tête grasse est présentée sur une assiette, avec l’étiquette : « BOULE DE JUIF À VENDRE. » Le jeu de mot avec la boule de suif renvoie, entre autres, à cette matière grasse de mauvaise qualité, tirée du porc et réservée à des usages domestiques.

  • 302 Cf. Cl. Fabre-Vassas, op. cit., pp. 131 et suiv.
  • 303 Voir, dans le Gil Blas, 19 octobre 1889, la notice du parlementaire Alfred Naquet, qui s’ (...)
  • 304 Cf. supra, note 290.
  • 305 Grand rabbin de Paris, originaire des provinces françaises perdues, Zadoc Kahn célébra le mari (...)
  • 306 Léon Roze, « Zadoc Kahn dit Kabosch d’âne », in Le Bloc, n° 4, circa 1899.
  • 307 Cf. Cl. Fabre-Vassas, op. cit., p. 135.
  • 308 Ce répertoire vient certainement de certains pamphlets antisémites, comme ceux d’Henri Desport (...)

9Plus violente encore est la pratique de la castration du porc, communément appelée baptême des cochons302. Cette dernière dénomination populaire de l’acte est évidemment l’objet d’une connotation religieuse péjorative qui cite et raille la circoncision, considérée comme l’équivalent hébraïque du baptême catholique. Au-delà de cette analogie, l’expression joue avec l’idée d’une castration déplacée faisant des juifs des individus ( ?) châtrés ou à châtrer. L’explication de cette confusion volontaire se trouve certainement dans le statut exemplaire de la circoncision comme figure religieuse d’exception, objet de curiosité et de fascination morbide et comme source d’allusions lourdes303. Avec l’affaire Dreyfus, au moment où l’imagerie antisémite flambe littéralement, se multiplient les charges se référant à ce rite religieux. Deux affiches du Musée des Horreurs304 en traitent. L’une (n° 5) annonce l’autre (n° 7) à paraître, sous le titre « Kabosch d’âne (Célèbre coupeur de queues de cochons) ». Cette affiche représente le grand rabbin Zadoc Kahn305 sectionnant à l’aide d’une paire de ciseaux la queue d’un porc dont on ne voit que l’arrière-train. La charge raille le rite même, l’image du porc circoncis (en fait châtré), le rôle du rabbin - juif châtrant les juifs - et le personnage du châtreur professionnel qui ne maîtrise pas son art. Ce sens se dégage aussi d’une charge de Léon Roze, « Zadoc Kahn dit Kabosch d’âne »306, qui dote le grand rabbin d’une paire de sécateurs en guise de collier, comme attribut corporatif. Le Juif est donc un « mal-châtré ». En outre, dans la pratique de castration du porc, il est nécessaire que le sang coule, pour que l’opération soit réussie307 Or, dans de nombreux textes antisémites, et en particulier sous la plume de Drumont, l’une des tares physiologiques du juif est l’hémophilie, comme preuve de son sang malade et vicié308. La figure du porc est alors chargée de résonances plus violentes encore, dans la mesure où elle implique la disparition (souhaitée) du juif après la circoncision. Le fantasme de l’extinction de la communauté se retrouve d’ailleurs indirectement dans l’idée même de la circoncision ratée qui tourne à la castration et qui interdit tout avenir aux juifs. L’exclusion procède ici par la volonté d’une élimination totale, dans la mesure où la circoncision est pratiquée sur les enfants. Dès lors, le recours à l’animalisation des juifs sous la forme du porc dépasse largement l’insulte et le rejet, pour impliquer l’instauration fantasmée d’une entreprise d’extermination raciale, au sein de laquelle l’image est promue au statut de substitut de la réalité, en une période où les pogroms se multiplient dans les pays d’Europe centrale et favorisent des vagues d’exil en France. Le corps de la nation serait alors débarrassé de toute spoliation et retrouverait une constitution saine, promise par des antisémites férus d’hygiénisme.

  • 309 J. Blass, « Les dieux du pouvoir », in Le Pilori, 17 janvier 1892.

10Si le porc est associé aux souverains et aux juifs, c’est à travers l’image de l’animal gras, enrichi à bon compte, comme source de profit. Or, dans un cas comme dans l’autre, le pouvoir et l’argent sont équivalents, interchangeables et indissociables. Une charge de Blass309 est particulièrement significative. Elle représente un énorme porc costumé, dont le ventre porte l’inscription Majorité parlementaire, contemplant l’argent coulant à flots du « trésor national » et des « fonds secrets ». Si cette image ne raille précisément aucune personnalité républicaine - la figure du porc est ici presque allégorique -, elle est tout de même très ambiguë. À une époque où l’antisémitisme est violent et où l’on accuse les juifs d’avoir fait main basse sur la république et la nation, cette caricature n’est peut-être pas dépourvue de fondement antisémite et raille en même temps, de manière générique, les dirigeants républicains en les accusant de s’engraisser et s’enrichir sur le compte de l’État et des citoyens.

11Un fonds culturel commun, souvent pluriséculaire, a produit en des périodes et des circonstances différentes, des images de natures et de fonctions très diverses. Le cochon, comme insulte, mode de dénigrement et vecteur de dégradation, a servi des discours de violence variable, en utilisant des vecteurs symboliques différents. Un même animal et une identique animalisation peuvent ouvrir sur des imaginaires sans corrélation directe les uns avec les autres - la figure du porc-empereur ne comporte aucun fondement antisémite -, mais dont le dessein commun est l’aboutissement à une fracture du corps - humain, intime, symbolique et dynastique - de Napoléon III et sa famille, et - physique, politique, collectif et identitaire - des juifs rabaissés au rang d’une race animale vulgaire.

Notes

* Une partie de ce chapitre vient compléter le développement précédent sur le corps de l’empereur. (Cf. supra, pp. 21-28).

271 Cf. Michel Pastoureau, Le Cochon, Paris, Le sang de la terre, 1987.

272 Cf. Jean Vartier, Les procès d’animaux du Moyen-Age à nos jours, Paris, Hachette, 1970, pp. 35-55.

273 Cf. Claude Lévistrauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962.

274 Cf. Edmund Leach, L’unité de l’homme et autres essais, Paris, Gallimard, 1980.

275 Cf. Antoine de Baecque, Le corps de l’histoire, op. cit., pp. 85-98. L’auteur explique que cette animalisation de Louis XVI en « roi-cochon » ou « roi-pourceau » s’est systématisée dans la gravure et le pamphlet à partir du retour de Varennes.

276 Les porchers sont souvent des simples d’esprit.

277 Sur les relations de l’homme et de l’animal, cf. Robert Delort, Les animaux ont une histoire, Paris, Le Seuil, coll. « Points-Histoire », 1984, pp. 101 et suiv.

278 Planche n° 5.

279 Planche n° 15.

280 Napoléon III est aussi assimilé à l’aigle impérial. Cf. Paul Hadol, La Ménagerie impériale, pl. n° 1, 1870, et les charges contemporaines de Faustin. Par allusion aux relations adultérines de l’impératrice, De Frondas en fait un cerf cornu, aux bois imposants et majestueux. La légende s’apitoie faussement : « O Badinguet, si tu n’es plus Empereur des Français, tu restes le roi des c... [cocus]. » Cf. « Un vieux Cerf », in Actualités Duclaux, Madré éditeur, 1870, Saint-Denis, MAH.

281 Alfred Le Petit, « ? », charge sans titre, in La Charge, 7 mai 1870.

282 Faustin, Le Musée-homme ou le jardin..., op. cit., planche n° 3.

283 Faustin, « Badingue-le-Truand, ou le nouveau Sainte-Hélène », in Actualités Grognet, n° 30, 1870, Saint-Denis, MAH.

284 De La Tremblaye, « À la Couenne impériale », in Actualités Grognet, n° 32, 1870, Saint-Denis, MAH.

285 Épouse du prince Anatole Demidof.

286 Cf. Claudine Fabrevassas, La bête singulière, les juifs, les chrétiens et le cochon, Paris, Gallimard, 1994.

287 Ibidem, pp. 109 et suiv.

288 En Alsace, dans le Roussillon et le Languedoc, en Catalogne, en Italie...

289 Cf. Cl. Fabre-Vassas, op. cit., p. 115.

290 Pour une liste de la série, consulter l’annexe 2.

291 Animalisation visant Maître Labori, l’avocat de Zola et Dreyfus, affiche n° 5, ainsi que Georges Leygues, affiche n° 27.

292 Animalisation visant Brisson, affiches n° 15 et 26.

293 Animalisation visant Clemenceau, affiche n° 10.

294 Cf. supra, note 255.

295 Animalisation visant Joseph Reinach, Waldeck-Rousseau, Daniel Wilson, Charlotte Mayer, Decrais..., affiches nos 1, 16, 24, 48, 50.

296 Animalisation visant Alfred Dreyfus, affiche n° 49.

297 Animalisations visant le rabbin Zadoc Kahn, le général de Galliffet, Nathan Mayer..., affiches nos 7, 17, 42.

298 Cf. Cl. Fabre-Vassas, op. cit., p. 111.

299 Cf. Annie Duprat, Le roi décapité, essai sur les imaginaires politiques, Paris, Cerf, 1992, p. 78.

300 Au xixe siècle survit, dans les sociétés rurales, la tradition du défilé du bœuf gras, exhibé pour remercier de l’abondance donnée dans l’année et pour en réitérer la demande. Cette pratique populaire est aussi utilisée dans la caricature politique, comme en témoigne notamment un placard de Crik représentant un cortège du bœuf gras (Gambetta) entouré des principales figures communardes récemment amnistiées (Rochefort, Louise Michel, Olivier Pain...).

301 Léon Roze, « Boule de Juif à vendre -, in Le Bloc, n° 3, circa 1899.

302 Cf. Cl. Fabre-Vassas, op. cit., pp. 131 et suiv.

303 Voir, dans le Gil Blas, 19 octobre 1889, la notice du parlementaire Alfred Naquet, qui s’ouvre sur cette remarque : « Naquet : baptisé avec un sécateur. »

304 Cf. supra, note 290.

305 Grand rabbin de Paris, originaire des provinces françaises perdues, Zadoc Kahn célébra le mariage de Dreyfus et fut appelé à témoigner de la moralité du capitaine lors de son procès. Promoteur d’un franco-judaïsme patriote et militant, il fut l’un de ses plus ardents défenseurs et l’un des artisans de la révision du procès, en particulier auprès de la communauté juive.

306 Léon Roze, « Zadoc Kahn dit Kabosch d’âne », in Le Bloc, n° 4, circa 1899.

307 Cf. Cl. Fabre-Vassas, op. cit., p. 135.

308 Ce répertoire vient certainement de certains pamphlets antisémites, comme ceux d’Henri Desportes, Le Mystère du sang chez les Juifs de tous les temps, Paris, Savine, 1889, ou de Jab, Le sang chrétien dans les rites de la synagogue moderne, Paris, Gauthier, 1889.

309 J. Blass, « Les dieux du pouvoir », in Le Pilori, 17 janvier 1892.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search