Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Histoire La Républicature Images et vocabulaire de l’antisé...

La Républicature

 | 
Bertrand Tillier

Troisième partie. Le corps, la norme et ses fractures

Images et vocabulaire de l’antisémitisme

Texte intégral

  • 196 Cf. Jean-Denis Bredin, L’Affaire, Paris, Fayard-Julliard, 1994.

1Contrairement à une idée reçue, l’antisémitisme moderne ne surgit pas en France au moment de l’affaire Dreyfus. Celle-ci s’inscrit dans un contexte social et politique antisémite actif depuis plusieurs années, auquel elle n’offre qu’une sorte de point culminant d’une extrême violence 196.

  • 197 Cf. Michel Winock, Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Le Seuil, coll. « Poin (...)
  • 198 Cf. Pierre Birnbaum, Les fous de la République, Histoire politique des juifs d’État, de Gambetta à (...)
  • 199 Édouard Drumont (1844-1917) devient rapidement un polémiste connu, dont le projet est exclusivement (...)

2D’après Michel Winock 197, l’antisémitisme se développe partiellement en réaction à la victoire définitive et décisive des républicains sur les forces conservatrices et cléricales. D’autant qu’on dénonce la présence de nombreux juifs dans le nouveau personnel politique, bien que la plupart soient assimilés et aient abandonné toute pratique religieuse 198. Dès 1883, débute la parution d’un hebdomadaire au titre explicite - L’Anti-Sémitique - qui condense déjà la plupart des lignes majeures qu’Édouard Drumont - antirépublicain, antiparlementaire et antilibéral 199 - reprendra à son compte en 1886 dans La France juive.

  • 200 Il s’agit là évidemment d’une transposition du célèbre mot d’ordre de Gambetta : « Le cléricalisme, (...)
  • 201 Chabauty, auteur de Les Juifs, nos maîtres, 1882 et Auguste Chirac, auteur de Les Rois de la Républ (...)
  • 202 Une première version avait paru durant quelques semaines en 1881.
  • 203 Cf. Marc Angenot, Ce que l’on dit des Juifs en 1889, antisémitisme et discours social, Saint-Denis, (...)
  • 204 Mouvement de droite prolétarienne antisocialiste actif jusqu’en 1911. Cf. Zeev Sternhell, La Droite (...)

3Durant les décennies 1880-1890, la presse antisémite se développe donc. En 1883, dans la Somme, une équipe réduite de journalistes fait paraître durant deux ans L’Anti-Sémitique, premier organe de presse – à notre connaissance – dont le programme exclusif est la guerre aux juifs, comme l’indique l’épigraphe « Le Juif, voilà l’ennemi ! » 200 En 1884, le journal change de titre pour significativement devenir Le Péril social201. En 1889, L’Anti-Juif est fondé 202, suivi par Le Père Peinard d’Émile Pouget, puis par La Libre Parole de Drumont en 1892. Le tirage de L’Anti-Juif passe en quelques mois de 40000 à 90000 exemplaires. Puis, malgré une baisse, il stagne à 65 000, dès la fin de l’année 1898. La presse antisémite dispose donc bien d’un lectorat réel, que confirme par ailleurs la multiplication des maisons d’édition spécialisées dans la publication de pamphlets antisémites 203. Au même moment, des organisations naissent, comme La Ligue antisémitique de Jules Guérin en 1889, qui se montrera particulièrement active et virulente, le Parti National Antijuif le groupe des Antijuifs indépendants ou en 1905, le mouvement Jaune de Pierre Biétry 204.

  • 205 Cf. Michel Winock, Nationalisme, antisémitisme..., op. cit., p. 118. L’auteur évalue les tirages de (...)

4Mais c’est surtout Drumont qui se fait le champion de l’antisémitisme. En 1886, il fait éditer à compte d’auteur un gros pamphlet en deux volumes et mille deux cents pages, chez les prestigieux Marpon et Flammarion : La France juive. C’est, dans les deux années qui suivent la publication, un énorme succès éditorial, puisque le catalogue de la Bibliothèque nationale mentionne déjà une 145e édition en 1887. Et sous l’effet de l’affaire Dreyfus, des réimpressions se succèdent jusqu’en 1914, avec une 200e édition. Les thèses antisémites de Drumont connaissent donc une grande diffusion en même temps qu’une indubitable popularité 205, que confirme la déclinaison du livre : en 1887 paraît une édition illustrée, tandis que l’éditeur Victor Palmé publie en 1888 une édition populaire abrégée en un seul volume qui en 1890, épuise sa dixième réimpression.

  • 206 Cf. Georges Corneilhan, Juifs et Opportunistes, Paris, Sauvaitre, 1889.
  • 207 In Le Figaro, 19 avril 1886.

5Un tel succès de librairie peut en partie s’expliquer par sa parution à une époque très propice. Nous l’avons dit, les républicains remportent diverses élections : municipales, législatives, sénatoriales... L’ensemble des structures étatiques et institutionnelles semble donc majoritairement occupé par ces forces politiques nouvelles. À l’évidence, les pamphlets antisémites se doublent d’attaques antirépublicaines. Ainsi, il n’est pas surprenant que Georges Corneilhan publie une diatribe que son titre résume : Juifs et Opportunistes206. Bien que l’éditeur Sauvaitre soit plutôt spécialisé dans la publication de textes catholiques, il ne s’agit pas ici de religion, mais de politique et d’antiparlementarisme profond. Le « péril juif » est assimilé à la politique républicaine. En outre, le nationalisme se développe, malgré l’échec de la tentative boulangiste. Enfin, certaines options politiques mêmes des républicains ne sont pas étrangères à ce succès de l’antisémitisme moderne. Ainsi, quand Francis Magnard rend compte 207 du livre de Drumont auquel il est peu favorable, il établit pourtant une causalité entre les thèses du pamphlétiste et les persécutions infligées par la république aux catholiques.

  • 208 Les autres villes étant, par ordre décroissant : Marseille, Bordeaux, Nancy et Lyon.
  • 209 Cf. Jean-Denis Bredin, Bernard Lazare, de l’anarchiste au prophète, Paris, de Fallois, 1992, p. 101 (...)

6Rappelons d’abord quelques données statistiques souvent négligées par les historiens et permettant d’évaluer la capacité paranoïaque des antisémites à fantasmer. En 1872, selon le consistoire, les personnes de confession juive représentaient environ 50 000 individus. Deux décennies plus tard, en 1897, la même instance évalue la présence en France de 71 000 Israélites, dont 45 000 dans la capitale et sa région 208. Toutefois ces statistiques omettent d’une part, quelques milliers de juifs venus d’Europe orientale, et d’autre part, les personnes d’origine culturelle juive mais agnostiques ou assimilées. Les chiffres les plus précis sont vraisemblablement ceux publiés par le Journal de Genève en 1889, faisant état de 80 000 juifs, dont 50 000 à Paris 209. Quoi qu’il en soit, les juifs représentent environ 0, 2 % de la population française qui comprend par ailleurs 2 % de Protestants. Nous sommes loin des chiffres avancés en 1886 par Drumont, qui prétendait dans La France juive que le pays, « colonisé » par les juifs, en comptait 500 000.

  • 210 Cf. M. Winock, Nationalisme, antisémitisme..., op. cit., pp. 121 et suiv.
  • 211 Cf. Georges Bensoussan , L’idéologie du rejet, Paris, Manya, 1993, p. 42.
  • 212 Antoine de Morès, après une faillite de son ranch du North-Dakota et quelques aventures malheureuse (...)
  • 213 Cf. M. Winock, Nationalisme, antisémitisme..., op. cit., p. 123.
  • 214 Cf. Pierre Sorlin, « La Croix  » et les Juifs, Paris, Grasset, 1967.

7Michel Winock 210 a recensé les trois principales origines de l’antisémitisme : l’antijudaïsme chrétien, l’anticapitalisme populaire et le racisme moderne. À cette triple définition, on peut ajouter ou superposer l’approche complémentaire de trois groupes sociaux dans lesquels se développent diverses formes d’antisémitismes : un antisémitisme plébéien et populaire, qui s’exprime ouvertement dans le mouvement boulangiste et qui inspire notamment « le ressentiment du monde de la boutique » 211 ; l’antisémitisme de l’ancienne noblesse, qui est aussi celui des vaincus de 1879, orchestré par le marginal marquis de Morès 212 ; et l’antisémitisme catholique, particulièrement actif entre 1886 et 1893, dans les colonnes de La Bonne Presse ou de La Croix, qui se proclame le « journal le plus antijuif de France ». L’antijudaïsme chrétien n’a rien d’inédit. Déjà, la prise de Rome par les patriotes italiens, la Commune de 1871 et l’avènement de la Troisième République avaient favorisé une littérature antisémite dénonciatrice, par réaction à l’anticléricalisme proclamé de ces actions politiques. Quand « Jules Ferry le franc-maçon » promulgue ses lois scolaires, naît une campagne dénonçant le « complot judéo-maçonnique ». « Le Juif est l’homme de la loge, parce que la loge est essentiellement pour lui le moyen de parvenir », peut-on lire en 1885 dans la revue catholique La Franc-maçonnerie démasquée213. L’équation est limpide, mettant en rapport république, franc-maçonnerie et « juiverie ». Cette association n’est pas rare. Elle est notamment reprise par le journal La Croix qui établit l’amalgame volontaire entre le juif et le maçon 214.

  • 215 Cf. É. Drumont, La France juive, Paris, Flammarion, 1887, t. II, p. 443.
  • 216 Ibidem, édition Palmé, 1888, p. 418.
  • 217 Cf. Bernard Lazare, Une erreur judiciaire, l’Affaire Dreyfus, Paris, Allia, 1993, p. 7.

8Pour les catholiques antijudaïques, le juif émancipé par la Révolution française devient alors l’inspirateur occulte de 1789, l’animateur de la franc-maçonnerie, l’instigateur des lois laïques, le promoteur de l’anticléricalisme et l’ennemi de la religion chrétienne. Aucun événement n’échappe d’ailleurs à Drumont, qui les recense dans un souci démonstratif, tout au long de ses volumineux ouvrages verbeux et confus : « Partout vous retrouverez le Juif essayant de détruire directement ou indirectement notre religion. Le divorce est d’institution juive, le Juif Naquet fait passer le divorce dans nos lois. Nos belles cérémonies funèbres irritent les Juifs, c’est un ingénieur du nom de Salomon qui se met à la tête d’une société pour la crémation qu’il voudrait rendre obligatoire. C’est un Juif, Camille Sée, qui organise les lycées de jeunes filles, de façon à exclure tout enseignement religieux. » 215 Et dans La Libre Parole, de poursuivre son inventaire : le juif Hérold, préfet de la Seine, a exigé l’enlèvement des crucifix des écoles parisiennes ; le juif Meyer de La Lanterne et toute la juiverie financent une presse blasphématrice et ordurière... Et Drumont, par une vaste lecture de l’Histoire, note à propos des juifs : « Ils haïssent le Christ en 1886 comme ils le haïssaient du temps de Tibère-Auguste. Ils le couvrent des mêmes outrages. Fouetter le crucifix le Vendredi Saint, profaner les hosties, souiller les saintes images : telle est la grande joie du Juif au Moyen âge, telle est sa grande joie aujourd’hui. » 216 L’antisémitisme catholique n’appartient donc pas à un registre mineur. C’est ce que remarquait Bernard Lazare, à propos de Dreyfus : « Il leur a fallu un traître juif propre à remplacer le Judas classique. » 217 Le juif est la permanence sans cesse réactualisée de Judas, qui vendit le Christ pour trente deniers. Son dessein, par l’entremise de la république, est d’étouffer la religion chrétienne, qu’il a déjà vendue pour de l’or. Le thème de l’argent apparaît dans cette veine antisémite catholique, demeurant finalement contigu à l’antisémitsime économique.

  • 218 Marc Angenot montre comment l’expression « haute banque » a muté en « haute juiverie ». Cf. Ce que (...)
  • 219 Cf. Jeanine Verdès-Leroux, Le krach de l’Union générale, scandale financier et antisémitisme cathol (...)
  • 220 Caricature parue dans La Libre Parole, 2 décembre 1893.

9L’anticapitalisme populaire est favorisé par la crise économique qui sévit dans les pays industrialisés depuis 1873 et dont la France subit l’apogée - la grande dépression - en 1882. La baisse du niveau de vie et l’augmentation permanente du nombre des chômeurs suscitent un mécontentement social propice au développement de la xénophobie, dont les juifs chassés d’Europe centrale par les pogroms des années 1880, sont les principales victimes. Par ailleurs, les champions antisémites dénoncent la main-mise des juifs sur l’ensemble de l’appareil bancaire français et international 218. La création, en 1878, de la banque de l’Union générale, avait pour but de rivaliser avec la banque juive et la finance protestante. Malgré l’appui des milieux catholiques et le soutien des forces conservatrices, l’Union Générale subit un krach retentissant en 1882, dû à une politique financière hasardeuse. Quelques mois plus tard, le scandale est relancé, pour accuser la banque juive - les Worms et les Rothschild - d’avoir favorisé l’effondrement de la banque catholique et la ruine des épargnants 219. Innombrables sont ainsi les charges qui mettent en scène le juif affairiste, vénal et cupide, comme dans cette image de Kill montrant un juif gigantesque, portant des sacs d’or et chevauchant la bourse de Paris comme celle de Berlin, sans se soucier du peuple lilliputien qui grouille à ses pieds, et qu’il méprise bien que s’enrichissant sur son compte 220. Le gras et le grand, ici assimilés à l’idée de pouvoir, sont opposés au maigre et au petit, comme raccourcis de la pauvreté.

  • 221 Cf. Jean-Yves Mollier, Le scandale de Panama, op. cit.

10Quelques années plus tard, en 1892, le scandale de Panama est l’occasion de raviver cet anticapitalisme juif 221. En un premier temps, la révélation de la corruption des parlementaires jette le discrédit sur le régime républicain, d’autant que des dizaines de milliers de petits épargnants sont ruinés. En un second temps, le scandale provoque une nouvelle flambée antisémite, car parmi les corrupteurs ayant versé des chèques, pour que se poursuive l’activité du canal de Panama, se trouvent de nombreux juifs : Lévy-Crémieux, Cornélius Herz, le baron Jacques de Reinach... Dès lors, l’antisémitisme devient, par son extrême virulence, une doctrine politique dénonçant l’inféodation de la France aux juifs devenus les champions de la prévarication. Cette démonstration était d’ailleurs l’objet d’un pamphlet anonyme, publié chez Savine en 1889, qui entendait récapituler l’implication des juifs dans les scandales politico-financiers de la république. Intitulé La Fin d’une République, l’ouvrage était un coup de chapeau implicite à La Fin d’un monde de Drumont.

  • 222 In La Libre Parole, 2 novembre 1897.
  • 223 Cf. Serge Berstein, « Les trois âges de l’antisémitisme », in L’Histoire, octobre 1991, p. 24.
  • 224 Matérialiste et athée, Jules Soury (1842-1915) est un antisémite ardent. Il enseigne les lois du dé (...)
  • 225 Sur ces théories et sur la personnalité de Soury, cf. Zeev Sternhell, « Les origines intellectuelle (...)
  • 226 Darwin meurt en 1882. Son œuvre est alors utilisée dans le cadre d’un discours politique et xénopho (...)
  • 227 Cf. É. Drumont, La France juive, op. cit., édition Flammarion, t. I, p. 34.

11Enfin, l’antisémitisme revêt le visage d’un racisme moderne que certains tentent de rationaliser, dans une évidente volonté scientifique. Se développent alors des thèses racistes et raciales à fondement prétendument scientifique – dont Drumont a nourri ses écrits - à la fois comme support et comme vérification. « C’est une question de race et tous les raisonnements métaphysiques n’y feront rien », affirme-t-il 222. De son côté, Maurice Barrès procède selon la même approche : « Faites élever un Juif dans une famille aryenne dès sa naissance [...], ni la nationalité ni le langage n’auront modifié un atome des cellules germinales de ce Juif, par conséquent de la structure et de la texture héréditaire de ses tissus et de ses organes. » 223 Ces fondements pseudo-scientifiques subissent l’influence des thèses de Jules Soury 224, promoteur d’un darwinisme social simplifié à l’extrême et vulgarisé par une lecture dénaturante, auquel succède un déterminisme physiologique et naturaliste niant parfaitement l’individu 225. En effet, la droite fin de siècle s’abreuve de darwinisme en appliquant la notion d’organisme vivant aux sciences humaines 226. Au darwinisme social succède un darwinisme racial nourri de poncifs récurrents : par le mélange des races, la société vit un déclin irréversible ; la sélection naturelle est une nécessité vitale pour éviter que la société ne soit affaiblie par une vague d’inadaptés et de malades. Dans cette lignée se forge une réflexion sur l’inégalité des races, fondée sur une théorie biologico-raciale, qui fait du métissage une menace de souillure, de décomposition et de mort. C’est à partir de ces thèses, qui laissent une large place à l’hérédité et à l’atavisme, que se forge un vocabulaire morphopsychologique intrinsèque, dont Drumont se fait le propagateur : « Les principaux signes auxquels on peut reconnaître le Juif restent donc : ce fameux nez recourbé, les yeux clignotants, les dents serrées, les oreilles saillantes, les ongles carrés, le pied plat, le genou rond, la cheville extraordinairement en dehors, la main moelleuse de l’hypocrite et du traître ; ils ont assez souvent un bras plus court que l’autre. » 227

  • 228 Cf. M. Winock, Nationalisme, antisémitisme..., op. cit., p. 194.

12Ces critères entendent rendre le juif repérable et identifiable, tant par ses traits que par son corps. Ils aident évidemment à la distinction et à la dénonciation nécessaires, le juif étant « un principe d’explication universelle », selon l’expression de Michel Winock 228. Par son action toujours occulte, le juif doit être dévoilé, car il a détruit la chrétienté, instauré la république franc-maçonne, ruiné la France, affamé le peuple...

  • 229 Cf. Pierre-Olivier Perl, « La caricature pendant l’Affaire Dreyfus », mémoire de maîtrise en sociol (...)
  • 230 Cf. APPP, BA/1107.
  • 231 In Léon Blum, Souvenirs sur l’Affaire, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Histoire », 1981, p. 33. Ce (...)
  • 232 Ibidem, p. 68.
  • 233 Ibidem, p. 68.

13La caricature et le dessin de presse antisémites qui, s’ils apparaissent ponctuellement dès les années 1880, explosent littéralement avec l’affaire Dreyfus 229, s’emparent de ce vocabulaire de la traque et de la dénonciation, en véhiculant les sentiments populaires les plus répandus, pour susciter l’adhésion de l’opinion publique. L’antisémitisme graphique – contrepoint de la campagne de dépréciation verbale – est même plus violent, dans la mesure où il « image » clairement et directement ce que l’écrit et le pamphlet dénoncent souvent de manière floue, tout en s’y abreuvant. Que Drumont, dès la fondation de La Libre Parole, fasse appel à des caricaturistes n’est pas une décision superflue. Il sait la puissance de l’image sur le mot, qui permet de toucher plus de citoyens. Dans le même sens, un rapport de police sur la composition du personnel du journal L’Antijuif de Jules Guérin, précise que cet organe emploie en permanence quatre rédacteurs et un dessinateur 230. La caricature antisémite, s’engouffrant dans la liberté d’expression de la presse, connaît un important essor, que l’affaire Dreyfus et ses multiples méandres ne feront qu’asseoir durablement. Il semble en effet très significatif que Léon Blum commence la rédaction de ses Souvenirs sur l’Affaire, trente ans plus tard, en évoquant, un dessin satirique de Vallotton 231. « Quelques semaines après le procès de Rennes et la grâce, Félix Vallotton fit paraître un dessin que je vois encore. Le capitaine Dreyfus, grave et noir, était assis de face sur une chaise. Il faisait sauter sur ses genoux deux marmots joyeux, mais il détournait les yeux quand le plus petit lui demandait : “Père, une histoire !...” ». Blum cristallise ainsi le rôle capital de l’image et du dessin de presse. Cette prépondérance de la caricature semble omniprésente dans sa vision rétrospective de l’Affaire. Il remarque en effet que l’antisémitisme de cette époque « n’était pas un antisémitisme à pogroms, à manifestations violentes ou sanglantes » 232, mais un antisémitisme verbal et graphique : « il faudrait se référer aux documents littéraires et artistiques de l’époque, aux romans de Gyp [...], aux dessins de Forain » 233.

  • 234 Cf. J. Grand-Carteret, L’Affaire Dreyfus et l’image, Paris, Flammarion, 1898, p.23. Sur J. Grand-Ca (...)
  • 235 Cf. J. Grand-Carteret, L’Affaire Dreyfus et l’image, op. cit.

14L’historien de la caricature John Grand-Carteret dresse le même constat. Bien que déplorant la bassesse et la facilité à l’insulte de ces images, il remarque : « Et pourtant, jamais l’image ne fut plus nombreuse ; jamais encore l’image n’avait tenu pareille place dans nos préoccupations. » 234 Et le curieux amateur de noter que, parallèlement aux feuilles hebdomadaires illustrées – Le Grelot, La Silhouette, Le Pilori, La Comédie politique – les journaux quotidiens « semblent vouloir donner au crayon une place continue » 235 : Le Figaro, L’Événement, L’Autorité, La Patrie, sans compter la naissance du Psst !... et du Sifflet, parutions hebdomadaires exclusivement consacrées à l’Affaire, par le biais de la caricature. Le 5 février 1898, trois semaines après la publication du - J’accuse » de Zola (le 13 janvier), deux dessinateurs antidreyfusards notoires Jean-Louis Forain et Caran d’Ache lancent Psst... !, un hebdomadaire de circonstance entièrement illustré consacré à l’affaire Dreyfus. Quelques jours plus tard, Henri-Gabriel Ibels, un autre dessinateur, ami personnel de Zola, riposte à ce fracas en créant un organe de presse identique – Le Sifflet – résolument partisan du capitaine. Pendant 18 mois, les deux journaux et leurs dessinateurs respectifs vont se livrer une guerre sans merci, par images interposées, dans un climat de violente passion. Le Psst... ! paraît le lundi (du 5 février 1898 au 16 septembre 1899) exclusivement nourri des dessins de Forain et Caran d’Ache. Et Le Sifflet, posé comme un organe de rectification, paraît le jeudi (du 17 février 1898 au 16 juin 1899), se permettant ainsi souvent de répondre directement à son adversaire. Toutefois, en dépit du talent certain de ses collaborateurs – Couturier, Vallotton, Hermann-Paul – Le Sifflet est moins percutant et pertinent que le Psst... !. En juin 1899, Le Sifflet cesse de paraître ; Ibels poursuit son combat dans Le Siècle. En septembre, le Psst... ! disparaît à son tour, tandis que Forain a rejoint L’Écho de Paris. La caricature, à l’instar du pamphlet, prouve clairement par sa multitude, que l’antisémitisme n’a pas été le fait d’individus marginaux et minoritaires, et qu’il a été une donnée diffuse, omniprésente et constitutive de la doxa, d’autant que par la liberté d’expression de la presse et l’indépendance économique et financière des journaux, une homogénéité politique et idéologique est rendue possible.

  • 236 Cité par M. Winock, op. cit., p. 193

15Dans son entreprise, la caricature antisémite complète la dénonciation mise en œuvre par la presse et le pamphlet. Elle entend démontrer l’existence du fameux « complot juif » dont parle Drumont, et veut aussi éviter l’assimilation des juifs à la société française. Cette intégration était d’ailleurs pressentie par certains juifs comme Théodore Reinach, qui imaginait l’extinction du judaïsme par l’assimilation : « Que l’émancipation, l’égalité pénètrent partout, non seulement dans les lois, dans les mœurs et dans les idées, le sentiment juif perdra de plus en plus de son âpreté, et finira sans doute par s’éteindre complètement. » 236

  • 237 En 1889, Georges Corneilhan, dans son pamphlet, Juifs et opportunistes, op. cit., publie aussi les (...)
  • 238 Cf. L. Blum, Souvenirs sur l’Affaire, op. cit., p. 68. Je souligne dans le texte, N.d.A.
  • 239 Cf. Georges Corneilhan, Juifs et opportunistes, op. cit., p. 13 et Édouard Drumont, La dernière bat (...)

16Face à ce danger, le juif doit être dévoilé pour devenir l’objet d’une exclusion et d’un ostracisme. En pleine affaire Dreyfus, est publié un prospectus antisémite ainsi rédigé : « Avis aux intéressés. Doit paraître prochainementSilhouette et biographie des clients et clientes des amis de Dreyfus le traître.  » La nécessité de reconnaître et d’identifier les juifs s’impose. En 1886, dans La France juive, Drumont dresse des listes nominatives de journalistes, d’écrivains, de financiers et de fonctionnaires juifs 237. Dans la même veine, le journal L’Antijuif illustré consacre, dès septembre 1898, un quart de sa surface à la publication des répertoires de juifs sous le titre « Israël chez nous ». Possible grâce à la pratique de la délation populaire, ce type d’entreprise rencontre un large succès que confirment les publications de Philippe Sapin. En 1898, il lance son Indicateur des Juifs, suivi en 1899, après son exil forcé, par L’Antijuif en exil, dont chaque livraison comprend des Indicateurs recensant les noms, prénoms, adresses et activités des juifs de la Loire, de Saône-et-Loire, de la presse française, de la finance parisienne, de l’armée... La vogue des Indicateurs et des Annuaires antisémites est née et se répand, par le biais des ligues locales, dans toute la France. Blum analyse ainsi ce trope de la rhétorique antijuive : « Les théoriciens de l’antisémitisme avaient en effet présenté l’apport juif dans une société comme l’introduction d’un corps étranger, d’un corps impossible à assimiler, auquel l’organisme devait opposer un réflexe naturel de défense. » 238 La métaphore corporelle et médicale – par l’idée de la contamination – surgit sous la plume de Blum, rappelant le vocabulaire du pamphlet et de la caricature, qui multiplie les images corporéistes du juif « étranglant la France » et anémiant le corps de la Nation avec ses ventouses 239.

  • 240 Bobb, « Assez ! ! ! », in La Silhouette, 27 février 1898.
  • 241 Naquet était bossu.
  • 242 (2e circonscription du ixe arr.). Il obtint 50 voix sur 14751 suffrages. Cf. Archives israélites, a (...)

17Ce même registre se retrouve dans de nombreuses charges, comme dans celle de Bobb, qui s’attaque à Joseph Reinach 240. Celui-ci, les doigts crochus, les oreilles pointues et les yeux exorbités, est ligoté à un arbre. Son corps à la peau verdâtre – comme putréfiée – est ceint d’une écharpe rappelant le scandale de Panama, et porte une cible intitulée Affaire Dreyfus. Devant lui, une fine et féminine allégorie de la France, drapée des trois couleurs, le tient en respect avec un pistolet. Au-delà du contexte événementiel, cette image joue avec l’opposition entre ce corps juif aux traits physiques rendus identifiables par leur difformité, et le corps pur, rose et grâcieux de la France, qui veut se débarrasser du danger sémite, en déclarant : Assez ! ! ! Cette seule image satirique pourrait suffir à résumer le vocabulaire graphique et symbolique de l’ensemble du corpus de l’imagerie antisémite. En même temps, elle illustre sa véritable nature en montrant qu’elle n’a pas recours à des moyens intrinsèques et inédits, mais qu’elle utilise les codes graphiques préétablis, presque « classiques », de l’imagerie satirique. Pour attaquer ses « victimes », elle utilise en effet l’arsenal des déformations, des condensations, des déplacements, de l’atrophie, de l’hypertrophie et des régressions animales, promouvant le nez long et crochu, les yeux globuleux, les oreilles pointues, ainsi que les figures du rat, du bouc ou du porc. Ces combinaisons graphiques pourraient s’appliquer à n’importe quel individu, en dehors de tout contexte religieux ou racial, et ne constituent pas un répertoire proprement antisémite Ainsi, la revue satirique Le Grelot, quand elle s’attaque à Naquet qui a rallié la cause boulangiste, ne fait aucune allusion à ses origines et se moque exclusivement de sa bosse 241. Il faut alors s’interroger sur la manière dont ces techniques graphiques de dérision glissent vers un antisémitisme violent qui dépasse le comique pour devenir agressif et politique. La réponse est multiple. D’abord, cette imagerie quitte le comique pur, pour devenir une arme offensive (ou défensive, dans une logique paranoïaque). La preuve de cette nature offensive et agressive de la caricature antisémite comme arme politique est donnée, de manière indirecte, dans la candidature du dessinateur Adolphe Willette (1857-1926) aux élections législatives de 1889. Le caricaturiste, directeur de la revue satirique Le Pierrot, jouissant d’une certaine notoriété dans la bohème, se présenta comme « candidat antisémite » à la députation de Montmartre 242. Il ne s’agit donc plus de raillerie mais de xénophobie et d’exclusion. Les légendes, mises en corrélation avec les dessins dont elles sont moins complémentaires que parfaitement constitutives, contiennent une dimension diffamatoire qui a systématiquement recours à l’insulte la plus triviale et violente. Ensuite, elle ne vise pas un individu, mais une catégorie ou un groupe – les antisémites parlent significativement de « race » – ou un individu par rapport à un groupe qui fait fonction de référent – qu’il lui appartienne comme juif, ou qu’il en soit exclu comme non-juif. Enfin, il s’agit de la prise en considération d’un critère – la judaïté, le judaïsme – autonome comme objet unique du discours ou qui se superpose à un discours annexe. Ainsi, Joseph Reinach est souvent d’abord caricaturé en tant qu’individu de confession et de « race » juives, avant que d’être représenté en tant que ministre ou parlementaire républicain. Tout au plus, sa situation et son action politiques sont-elles attaquées par l’entremise de son sémitisme rendu primordial.

  • 243 Cf. Anonyme, La Vérité sur le Boulangisme par un ancien diplomate, cité par Marc Angenot, in Ce que (...)
  • 244 Cf. notamment in É. Drumont, La France juive, op. cit., t. I, p. 104
  • 245 Sur le racisme physique, cf. Boris Cyrulnik (dir.), Le Visage, sens et contresens, Paris, Eshel, 19 (...)
  • 246 Médecin et physiologiste allemand (1855-1907).
  • 247 Cf. G. Bensoussan, in L’idéologie du rejet, op. cit., p. 40.

18Hors de tout contexte événementiel – krach de l’Union générale, scandale de Panama, affaire Dreyfus... – la caricature antisémite s’attache à déterminer et édifier un type physique juif générique, qui procède selon une dialectique de la discrimination, où le juif est « un élément étranger dans ce corps si pur, si sain, que fut la France » 243. Drumont mentionne inlassablement que le juif « sent mauvais » 244, et dans un domaine proche, l’imagerie antisémite insiste sur tout ce qui est susceptible d’inspirer le dégoût comme la répulsion : l’obésité, la laideur, la crasse... Dans ce sens, la caricature souscrit aux descriptions de Drumont et des autres champions de l’antisémitisme : nez long, crochu et busqué, yeux globuleux, lèvres épaisses, oreilles pointues... mis en évidence par des charges utilisant principalement le profil 245. La forme même du crâne retient l’attention de Drumont et de Soury, qui se réfèrent aux travaux contemporains de Mœbius 246 sur la morphologie crânienne et le cerveau : une théorie est ainsi établie, d’après une lecture précise des circonvolutions cérébrales, qui dégage l’inégalité entre l’homme et la femme, ainsi qu’une hiérarchie des races. Les théoriciens de l’antisémitisme s’emparent de cet avatar tardif de la phrénologie qui leur permet de se positionner dans une perspective scientifique et non plus idéologique. Les conclusions aboutissent inévitablement à un discours sur la différence, la distinction et l’exclusion, qui fait écrire à Drumont en 1890 : « Le Juif n’a pas le même cerveau que nous [Français]. » 247

  • 248 Les arch. de la police générale, Arch. nat., série F. 7, conservent un nombre considérable de chans (...)
  • 249 Ce procédé n’a rien d’inédit en soi. Il est utilisé dans la caricature pendant la Révolution frança (...)
  • 250 À raison de 39 affiches sur 51, soit 76,5 %. Pour la liste des animalisations, consulter l’annexe 2
  • 251 Cette série peut être opposée à une autre série non-caricaturale, intitulée Musée des Patriotes. Le (...)
  • 252 Cf. Maurice Barrès, Mes Cahiers, Paris, Plon, 14 vol., 1929-1957, t. II, p. 118. On retrouve cette (...)
  • 253 Animalisation de Zola en « Roi des Porcs », affiche n° 4.
  • 254 Affiche n° 2.
  • 255 Affiche n° 13.
  • 256 « Le Traître », affiche n° 6.
  • 257 Bobb, « La chasse aux punaises », in La Silhouette 28 mai 1899.
  • 258 Mille, « Extermination de parasites », in L’Arc-en-ciel, n° 23, janvier 1905.
  • 259 Ces « propositions » sont extraites de Pierre Quillard, Le Monument Henry, op. cit. Nous donnons en (...)

19En outre, dans le sillage de la chanson populaire 248, l’image établit des rapprochements entre le juif et l’animal - selon une pratique générale de destitution humaine également répandue dans la caricature contemporaine 249 – lequel est soigneusement choisi pour ses connotations de répugnance et de nuisibilité, véhiculées par la tradition et les croyances populaires. Sale et mal rasé, le juif ressemble au cochon et vit en bandes comme les rats, les cafards et les chauve-souris. La plupart des affiches antidreyfusardes de Lenepveu, dans le cadre de sa série intitulée Le Musée des Horreurs250, procède de cette façon, pour impliquer que le juif est autant éloigné de l’être humain qu’il est proche de l’animal 251. Il porte en lui la maladie et la mort - c’est l’une des constantes du péril juif – par son impureté et par sa propension à se multiplier, à l’image des insectes et des animaux les plus répugnants. L’animalisation tourne en dérision et exclut surtout le juif de la communauté humaine, dans la lignée de ce propos de Jules Soury rapporté par Barrès : « Je crois que le Juif est une race, bien plus, une espèce. » 252 Les animaux choisis, dans le cadre du Musée des Horreurs, impliquent un dénigrement culturel – le porc en est une figure, comme nous le verrons 253 – et une régression. Les animaux redoutés ou détestés – la pieuvre (Rothschild) 254, le caïman (Arthur Ranc) 255, le serpent (Alfred Dreyfus) 256... – sont souvent cités à comparaître dans l’image et le pamphlet antisémites, selon une approche globale de l’animal nuisible. Dans cette lignée, la figure de l’insecte est récurrente en ceci qu’elle offre de nombreuses métaphores dégradantes, autour de l’idée de vermine, de pullulement, de grouillement, d’invasion sourde et sale contre laquelle on demeure impuissant. Le pou, la punaise, le morpion, le mille-pattes... sont autant d’insectes omniprésents dans le vocabulaire de l’antisémitisme fin de siècle, que l’on retrouve également dans l’image, pour ses capacités de transmission et de contamination. Ce vocable semble d’ailleurs apparaître dans l’image satirique au moment où les dreyfusards demandent la révision du procès. Une charge de Bobb représente ainsi Marianne, dont le lit est infesté de « punaises révionnistes » parmi lesquelles on reconnaît les traits de Reinach, Waldeck-Rousseau, Scheurer-Kestner, Francis de Pressensé... 257 Ce répertoire, qui devient souvent propre à l’antisémitisme, resurgira ensuite ponctuellement lors des crises politiques les plus vives, comme en témoigne cette caricature de Mille montrant Marianne les jupes retroussées, dévoilant son pubis auquel s’accroche Combes le morpion anticlérical – et donc à la solde des Juifs 258. La peur pluriséculaire de l’invertébré, de l’informe et du rampant reparaît, accompagnée de jeux de mots qui fourmillent dans les légendes : « Faudra-t-il de la poudre à canon pour détruireces mites  ? ». Tandis que l’idée d’une destruction fait se multiplier les propositions - « ça ne se tue pas, ça s’écrase », « mort-aux-rats pour les Juifs » ou encore « poudre insecticide » 259.

  • 260 Bobb, « Tout à l’égout ! Quoi qu’ils fabriquent donc au Palais de Justice pour qu’il en sorte tant (...)
  • 261 Des journaux flottent également à la surface : L’Aurore et Le Siècle qui viennent compléter les per (...)
  • 262 Cf. par exemple « Les oiseaux de nuit, À la cage ! à la cage ! », où Bobb représente un Prussien qu (...)
  • 263 Cf. P. Quillard, Le Monument Henry, op. cit. On notera ici le vocable de la pierre, rappelant à la (...)
  • 264 In La Silhouette de Constantine, 10 mars 1896.

20Par une extension de ce répertoire, dans de nombreuses charges de Bobb, les juifs vivent dans un marais fangeux ou dans les égouts urbains, où ils évoluent avec une certaine facilité, et qu’ils cherchent à quitter pour contaminer la société. Elle représente ainsi 260 deux individus installés sur un parapet d’où ils observent un égout, où grouillent des personnages types – un juif à casque à pointe et un juif à chéchia – et des dreyfusards notoires : Clemenceau, Arthur Ranc, Reinach, Yves Guyot, Mathieu Dreyfus, Scheurer-Kestner, Zola et Ludovic Trarieux 261. Notons aussi que le choix de l’animal est en partie motivé par le lieu même où il évolue : les chauve-souris dans l’obscurité, les rats et les cafards dans les égouts... L’exclusion est ainsi renforcée, dans la mesure où il s’agit de lieux périphériques de la société : les ténèbres par opposition à la lumière 262, les égouts souterrains qui se déversent hors de la cité... Le vocabulaire de l’égout en appelle à la nécessaire purification. La métaphore dit l’angoisse de la pourriture. Les souscripteurs du fameux monument (de haine) Henry affirment leur volonté de « nettoyer l’ordure [...], le fumier de l’écurie sociale » et d’envoyer leur pierre pour « l’édification du tout-à-l’égout » 263. Se dévoile l’obsession de l’éradication sociale, par peur de la putréfaction et de la contamination. Par osmose, le corps du juif est ainsi décrit dès ses origines, dans une Genèse réécrite pour la circonstance : « Dieu a créé le Juif un jour d’ivresse et de honte. Il l’a façonné de fiente et de vomi, maçonné d’urine, pétri de crachats. Ensuite, il le passa au Diable qui, par délicatesse, le lécha. [...] D’où cet enduit ineffaçable, cette putréfaction de l’âme et de la peau. » 264 Doté d’un corps vicié, le juif est né pour empoisonner et contaminer le monde. Pue, sanie, infection, il est un déchet de tinette, de latrine et d’égout qu’il faut remettre à sa place pour le mieux circonscrire et endiguer toute contamination.

  • 265 Cf. Marc Angenot, Ce que l’on dit des Juifs en 1889..., op. cit., p. 144. L’auteur explore ce champ (...)

21Cette mesure hygiéniste doit éviter que la « maladie juive » ne se répande dans la société française. Le juif devient un bacille, un microbe et un germe pathogène dangereux. Dans les régions touchées et ruinées par le phylloxéra, les juifs sont « le phylloxéra du peuple français ». L’antisémitisme de cette fin de siècle est hanté par la peur de la décomposition du peuple français et par sa disparition. Se développe alors une massive littérature médicale à caractère antisémite 265 où, dans la lignée de la révolution pasteurienne qui vient de confirmer l’existence de microbes invisibles, les juifs sont réduits à une infection sournoise et rampante, selon un double procédé de politisation du microbe et de médicalisation de la politique.

  • 266 Cf. Ch. Baudelaire, « L’essence du rire », in Curiosités esthétiques, op. cit., p. 246.
  • 267 Cf. Ernst Kris, « Principes de la caricature », in Psychanalyse de l’art, op. cit., pp. 236-237.
  • 268 Alfred Le Petit, « Dreyfusica et Waldeckaka », in Le Grelot, 4 mai 1902. Au-delà de la dimension sc (...)
  • 269 Cf. M. Foucault, Résumé des cours du Collège de France, 1970-1982, Paris, Julliard, 1989, pp. 73 à (...)
  • 270 Cité par Pierre Miquel, in L’Affaire Dreyfus, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1959, p. 52.

22Les traits et le corps des juifs sont le lieu de multiples fractures, de déplacements, de déformations et d’animalisations, que la caricature dénonce et dévoile pour inviter ses lecteurs-spectateurs à la prudence et à la méfiance. Cette contamination physique – et implicitement morale – est manifeste dans des caricatures où Zola et Clemenceau, farouches défenseurs de Dreyfus et favorables à une révision du procès, sont pourvus de nez crochus et de lèvres épaisses. Les dessinateurs, par la dimension « diabolique et damnable » de la caricature telle qu’elle fut définie par Baudelaire 266, proclament alors plus une condamnation qu’une révélation, en s’emparant de l’image de leurs victimes en tant que substitut de leur personne physique réelle 267. Le procédé est identique dans une charge du caricaturiste Alfred Le Petit 268, où Dreyfus et Waldeck-Rousseau sont devenus des siamois monstrueux, par une adhérence de leurs torses respectifs. Le dessinateur démontre, par un constat clinique et une métaphore corporelle, que ce républicain a été piégé et contaminé par les dreyfusards, en même temps qu’il prédit la nature organique non viable du malade. Se dévoile une résurgence de la peur du monstrueux et de l’anormal - au sens où Michel Foucault l’entend 269 –, en même temps que la dénonciation d’un danger. C’est dans cette optique qu’il faut comprendre cette déclaration d’un journaliste, dans les colonnes de L’Aurore, en pleine affaire Dreyfus : « La preuve que nous ne sommes pas philosémites, c’est que nous n’hésitons pas, quand l’occasion s’en présente, à épingler un sale juif comme le naturaliste épingle l’insecte nuisible qu’il veut examiner. » 270 De même, la caricature antisémite, en s’appropriant les traits physiques de ses victimes, les met en évidence, les souligne et les amplifie, pour neutraliser l’adversaire au corps vicié et malsain, à seule fin d’éviter qu’il ne contamine le corps noble, pur et supérieur de la nation.

Notes

196 Cf. Jean-Denis Bredin, L’Affaire, Paris, Fayard-Julliard, 1994.

197 Cf. Michel Winock, Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Le Seuil, coll. « Points-Histoire », 1990, p. 194.

198 Cf. Pierre Birnbaum, Les fous de la République, Histoire politique des juifs d’État, de Gambetta à Vichy, Paris, Le Seuil, coll. « Points-Histoire », 1994.

199 Édouard Drumont (1844-1917) devient rapidement un polémiste connu, dont le projet est exclusivement antisémite. Il publie La France juive, en 1886, qui reste vraisemblablement son ouvrage le plus (tristement) célèbre. En 1890, il fonde la Ligue nationale antisémitique française - dont la devise est « La France aux Français » - assortie en 1892 d’un journal quotidien La Libre parole. Cf. M. Winock, Nationalisme, antisémitisme..., op. cit., pp. 117-144.

200 Il s’agit là évidemment d’une transposition du célèbre mot d’ordre de Gambetta : « Le cléricalisme, voilà l’ennemi ! », que le comte de Mun avait déjà retourné en : « Le parlementarisme, voilà l’ennemi ! »

201 Chabauty, auteur de Les Juifs, nos maîtres, 1882 et Auguste Chirac, auteur de Les Rois de la République : histoire des juiveries, 1883 y collaborent assidument.

202 Une première version avait paru durant quelques semaines en 1881.

203 Cf. Marc Angenot, Ce que l’on dit des Juifs en 1889, antisémitisme et discours social, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1989. Il y brosse quelques portraits d’éditeurs antisémites, tel Albert Savine, fondateur de la collection « Bibliothèque antisémitique ». L’auteur précise par ailleurs que « depuis 1886 et jusqu’à la fin du siècle, il paraît tous les ans une dizaine de pamphlets hostiles aux Juifs » (p. 19).

204 Mouvement de droite prolétarienne antisocialiste actif jusqu’en 1911. Cf. Zeev Sternhell, La Droite révolutionnaire, Paris, Le Seuil, coll. « Points-Histoire », 1984, chap. vi et vii.

205 Cf. Michel Winock, Nationalisme, antisémitisme..., op. cit., p. 118. L’auteur évalue les tirages de 1000 à 5000 exemplaires, pour aboutir au chiffre minimum effrayant de 150000 exemplaires pour la seule année 1886.

206 Cf. Georges Corneilhan, Juifs et Opportunistes, Paris, Sauvaitre, 1889.

207 In Le Figaro, 19 avril 1886.

208 Les autres villes étant, par ordre décroissant : Marseille, Bordeaux, Nancy et Lyon.

209 Cf. Jean-Denis Bredin, Bernard Lazare, de l’anarchiste au prophète, Paris, de Fallois, 1992, p. 101. Il cite les chiffres du recensement de 1890 (67780 juifs en France métropolitaine et 43 556 juifs en Algérie) en précisant qu’ils peuvent cependant ne pas être complets.

210 Cf. M. Winock, Nationalisme, antisémitisme..., op. cit., pp. 121 et suiv.

211 Cf. Georges Bensoussan , L’idéologie du rejet, Paris, Manya, 1993, p. 42.

212 Antoine de Morès, après une faillite de son ranch du North-Dakota et quelques aventures malheureuses en Indochine, est rentré à Paris en 1889. Il se lance aussitôt dans le boulangisme en s’acoquinant avec la Ligue antisémitique. Le principal de son action réside dans l’organisation des bouchers de la Villette en bandes antijuives. Il sera vainement candidat « socialiste-révisionniste » aux élections municipales parisiennes d’avril 1890, avec une profession de foi antisémite, antiparlementaire, populiste et patriotique. Mais il restera l’homme des coups de poings et des duels contre les juifs.

213 Cf. M. Winock, Nationalisme, antisémitisme..., op. cit., p. 123.

214 Cf. Pierre Sorlin, « La Croix  » et les Juifs, Paris, Grasset, 1967.

215 Cf. É. Drumont, La France juive, Paris, Flammarion, 1887, t. II, p. 443.

216 Ibidem, édition Palmé, 1888, p. 418.

217 Cf. Bernard Lazare, Une erreur judiciaire, l’Affaire Dreyfus, Paris, Allia, 1993, p. 7.

218 Marc Angenot montre comment l’expression « haute banque » a muté en « haute juiverie ». Cf. Ce que l’on dit des Juifs en 1889. op. cit.

219 Cf. Jeanine Verdès-Leroux, Le krach de l’Union générale, scandale financier et antisémitisme catholique, Paris, Le Centurion, 1969.

220 Caricature parue dans La Libre Parole, 2 décembre 1893.

221 Cf. Jean-Yves Mollier, Le scandale de Panama, op. cit.

222 In La Libre Parole, 2 novembre 1897.

223 Cf. Serge Berstein, « Les trois âges de l’antisémitisme », in L’Histoire, octobre 1991, p. 24.

224 Matérialiste et athée, Jules Soury (1842-1915) est un antisémite ardent. Il enseigne les lois du déterminisme biologique et l’éthologie à l’école des Hautes Études. Son ouvrage le plus célèbre est Le système nerveux central, Paris, Naud et Carré, 1897.

225 Sur ces théories et sur la personnalité de Soury, cf. Zeev Sternhell, « Les origines intellectuelles du racisme en France », in L’Histoire, novembre 1979, pp. 106-114.

226 Darwin meurt en 1882. Son œuvre est alors utilisée dans le cadre d’un discours politique et xénophobe pur.

227 Cf. É. Drumont, La France juive, op. cit., édition Flammarion, t. I, p. 34.

228 Cf. M. Winock, Nationalisme, antisémitisme..., op. cit., p. 194.

229 Cf. Pierre-Olivier Perl, « La caricature pendant l’Affaire Dreyfus », mémoire de maîtrise en sociologie, université Paris VIII, 1982. L’auteur analyse en particulier les différents thèmes de la caricature et leur récurrence : antimilitarisme, antiparlementarisme... mais sans aborder le lexique graphique de la satire.

230 Cf. APPP, BA/1107.

231 In Léon Blum, Souvenirs sur l’Affaire, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Histoire », 1981, p. 33. Ce texte a été écrit en 1935, à la suite du décès d’Alfred Dreyfus survenu à la mi-juillet.

232 Ibidem, p. 68.

233 Ibidem, p. 68.

234 Cf. J. Grand-Carteret, L’Affaire Dreyfus et l’image, Paris, Flammarion, 1898, p.23. Sur J. Grand-Carteret et ses travaux pionniers, consulter Victor Bettega, John Grand-Carteret, 1850-1927, Grenoble, Cahiers de l’Alpe, 1990, qui donne la bibliographie impressionnante de cet auteur.

235 Cf. J. Grand-Carteret, L’Affaire Dreyfus et l’image, op. cit.

236 Cité par M. Winock, op. cit., p. 193

237 En 1889, Georges Corneilhan, dans son pamphlet, Juifs et opportunistes, op. cit., publie aussi les listes des principaux parlementaires juifs (pp. 55-56), des 50 préfets juifs (p. 57), des fonctionnaires de police juifs (p. 58), des universitaires juifs (p. 59), ainsi que des industriels juifs (p. 62).

238 Cf. L. Blum, Souvenirs sur l’Affaire, op. cit., p. 68. Je souligne dans le texte, N.d.A.

239 Cf. Georges Corneilhan, Juifs et opportunistes, op. cit., p. 13 et Édouard Drumont, La dernière bataille, Paris, Dentu, 1890, p. 32.

240 Bobb, « Assez ! ! ! », in La Silhouette, 27 février 1898.

241 Naquet était bossu.

242 (2e circonscription du ixe arr.). Il obtint 50 voix sur 14751 suffrages. Cf. Archives israélites, année 1889, p. 393.

243 Cf. Anonyme, La Vérité sur le Boulangisme par un ancien diplomate, cité par Marc Angenot, in Ce que l’on dit des Juifs en 1889..., op. cit., p. 111.

244 Cf. notamment in É. Drumont, La France juive, op. cit., t. I, p. 104

245 Sur le racisme physique, cf. Boris Cyrulnik (dir.), Le Visage, sens et contresens, Paris, Eshel, 1988.

246 Médecin et physiologiste allemand (1855-1907).

247 Cf. G. Bensoussan, in L’idéologie du rejet, op. cit., p. 40.

248 Les arch. de la police générale, Arch. nat., série F. 7, conservent un nombre considérable de chansons antisémites.

249 Ce procédé n’a rien d’inédit en soi. Il est utilisé dans la caricature pendant la Révolution française, et durant tout le xixe siècle, avec un regain pendant la Commune de 1871.

250 À raison de 39 affiches sur 51, soit 76,5 %. Pour la liste des animalisations, consulter l’annexe 2.

251 Cette série peut être opposée à une autre série non-caricaturale, intitulée Musée des Patriotes. Lenepveu y fait le portrait des principales figures antidreyfusardes : Rochefort, Drumont, Coppée, Gyp, Barrès... Cf. cat. expo. L’Affaire Dreyfus et le tournant du siècle..., op. cit., p. 43.

252 Cf. Maurice Barrès, Mes Cahiers, Paris, Plon, 14 vol., 1929-1957, t. II, p. 118. On retrouve cette considération chez D. Kimon qui pose que la société israélite est « comparable à celle d’une espèce animale ». In La Politique israélite : politiciens, journalistes, banquiers, étude psychologique, Paris, Savine, 1889, p. 29.

253 Animalisation de Zola en « Roi des Porcs », affiche n° 4.

254 Affiche n° 2.

255 Affiche n° 13.

256 « Le Traître », affiche n° 6.

257 Bobb, « La chasse aux punaises », in La Silhouette 28 mai 1899.

258 Mille, « Extermination de parasites », in L’Arc-en-ciel, n° 23, janvier 1905.

259 Ces « propositions » sont extraites de Pierre Quillard, Le Monument Henry, op. cit. Nous donnons en annexe 7 quelques exemples, classés par thèmes, de la violence des insultes antisémites.

260 Bobb, « Tout à l’égout ! Quoi qu’ils fabriquent donc au Palais de Justice pour qu’il en sorte tant de boue qu’ça ? », in La Silhouette, 20 février 1898

261 Des journaux flottent également à la surface : L’Aurore et Le Siècle qui viennent compléter les personnalités de Zola et de Guyot.

262 Cf. par exemple « Les oiseaux de nuit, À la cage ! à la cage ! », où Bobb représente un Prussien qui, après l’acquittement d’Esterhazy, tente de remettre en cage les oiseaux de proie (et leurs dérivés : vautours, chauve-souris...) qui s’étaient acharnés sur lui : Reinach, Mathieu Dreyfus, Scheurer-Kestner, Yves Guyot... In La Silhouette, 16 janvier 1898.

263 Cf. P. Quillard, Le Monument Henry, op. cit. On notera ici le vocable de la pierre, rappelant à la fois le jeu de mot (apporter sa pierre à l’édifice) et la lapidation.

264 In La Silhouette de Constantine, 10 mars 1896.

265 Cf. Marc Angenot, Ce que l’on dit des Juifs en 1889..., op. cit., p. 144. L’auteur explore ce champ médical qui comprend même Charcot, et note que l’antisémitisme est surtout présent dans les ouvrages de neuropathologie.

266 Cf. Ch. Baudelaire, « L’essence du rire », in Curiosités esthétiques, op. cit., p. 246.

267 Cf. Ernst Kris, « Principes de la caricature », in Psychanalyse de l’art, op. cit., pp. 236-237.

268 Alfred Le Petit, « Dreyfusica et Waldeckaka », in Le Grelot, 4 mai 1902. Au-delà de la dimension scatologique contenue dans la déformation des patronymes, la légende livre un dialogue entre les deux siamois : « Waldeck : – Dieu ! Dieu que je voudrais me détacher de toi ! / Dreyfus : – Et moi donc ! ».

269 Cf. M. Foucault, Résumé des cours du Collège de France, 1970-1982, Paris, Julliard, 1989, pp. 73 à 81.

270 Cité par Pierre Miquel, in L’Affaire Dreyfus, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1959, p. 52.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search