Version classiqueVersion mobile

La Républicature

 | 
Bertrand Tillier

Troisième partie. Le corps, la norme et ses fractures

Les enjeux de la physionomie

Texte intégral

  • 79 Cf. Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Paris, Gallimard, Éd. La Pléiade, 1989, t. I (...)

1Au début du siècle, Marcel Proust écrit dans Le Temps retrouvé : « Le charme apparent, copiable, des êtres m’échappait [...]. J’avais beau dîner en ville, je ne voyais pas les convives, parce que, quand je croyais les regarder, je les radiographiais. »79 L’écrivain utilise ici cette métaphore pour expliciter sa quête de profonde psychologie des individus qui l’entourent. Ici s’exprime la soumission de leur corps à la transparence, pour en obtenir une vision de l’âme et des sentiments révélés. On peut y voir un nouvel avatar, en écho aux récents progrès technologiques et médicaux, des pseudo-sciences comme la physiognomonie et la phrénologie, qui ont hanté les mentalités durant tout le xixe siècle, dans un champ médical vite abandonné puis dans une approche sociale d’autrui. Le même souci de transparence et de lisibilité s’y retrouve sous une forme nouvelle et par des outils inédits, dans une volonté de nomination et de reconnaissance de soi et des autres.

  • 80 Ouvrage publié à La Haye, de 1781 à 1803.
  • 81 L’Art de connaître les hommes par la physiognomonie. Cet ouvrage a récémment été réédité sous (...)
  • 82 Paris, Vve Hocquart, 1808. La BHVP conserve l’exemplaire de George Sand, Fds Sand 62 1567.
  • 83 Cf. Jurgis Baltrusaitis, Aberrations, essai sur la légende des formes, Paris, Flammarion, 1983 (...)
  • 84 Cf. George Sand, Lettre VII d’un voyageur, in Œuvres autobiographiques, Paris, Gallimard, (...)

2À la fin du xviiie siècle, un moine suisse publie en langue allemande un ouvrage dense et confus, rapidement traduit en français sous le titre programmatique Essai sur la physiognomonie, destiné à faire connaître l’homme et à le faire aimer80. Devant le succès de cette première traduction, le docteur Moreau de la Sarthe établit en 1806 une seconde édition en dix volumes, augmentée de gravures81. Et en 1808, est édité à Paris un Lavater portatif82 doté de nombreuses planches coloriées. Si la physiognomonie connaît alors un véritable essor, elle n’en est pas pour autant une théorie nouvelle. Comme l’a montré Jurgis Baltrusaitis, c’est une doctrine très ancienne - remontant avec certitude au xvie siècle - à laquelle Lavater a seulement donné un nouvel élan83, pour la faire redécouvrir par un ouvrage monumental. L’entreprise de promotion scientifique menée par Lavater est un formidable succès de société, comme le confirment entre autres les souvenirs de George Sand racontés à Franz Liszt dans les années 1830 : « J’avais un Lavater entre les mains dans mon enfance. [...] Nous en regardions les figures avec curiosité. À peine savions-nous lire. Nous nous demandions pourquoi cette collection de visages bouffons, grotesques, insignifiants, hideux, agréables ? Nous cherchions avec avidité [...] la désignation principale du type ; nous trouvions ivrogne, paresseux, gourmand, irascible, politique, méthodique... Oh ! alors nous ne comprenions plus, et nous retournions aux images. Cependant nous remarquions que l’ivrogne ressemblait au cocher, la femme tracassière et criarde à la cuisinière, le pédant à notre précepteur, l’homme de génie à l’effigie de l’empereur sur les pièces de monnaie, et nous étions convaincus de l’infaillibilité de Lavater. Seulement cette science nous semblait mystérieuse et magique. »84

  • 85 Ibidem, pp. 829-830.

3Telle qu’elle est définie par Lavater, la physiognomonie consiste à étudier le caractère individuel constant et à l’état de calme, d’après les critères physiques du crâne, et du corps humain appréhendé dans son intégralité. Les explications de George Sand sont particulièrement éloquentes et restituent fidèlement la petite grammaire lavatérienne : « Le cou, sur lequel la tête est appuyée, montre, non ce qui est dans l’intérieur de l’homme, mais ce qu’il veut exprimer. [...] Le front est le siège de la sérénité, de la joie, du noir chagrin, de l’angoisse, de la stupidité, de l’ignorance et de la méchanceté. C’est une table d’airain où tous les sentiments se gravent en caractères de feu... À l’endroit où le front s’abaisse, l’entendement paraît se confondre avec la volonté. C’est ici où l’âme se concentre et rassemble des forces pour se préparer à la résistance. [...] En général la région où se rassemblent les rapports mutuels entre les sourcils, les yeux et le nez, est le siège de l’expression de l’âme dans notre visage, c’est-à-dire l’expression de la volonté et de la vie active. »85

  • 86 Cité par Philippe Sorel, in cat. expo. Dantan Jeune, caricatures et portraits de la société ro (...)

4Très rapidement, la théorie physiognomonique lavatérienne est endiguée par les travaux de François-Joseph Gall qui se consacre exclusivement à l’étude du crâne. C’est la naissance de la phrénologie dite aussi crânioscopie, fondée sur l’étude du cerveau disséqué. Gall se réfère en fait à une hypothèse du xviiie siècle, retenue par Lavater, qui pose que les différentes plaques osseuses constituant le crâne se modèlent sur le cerveau embryonnaire. Ainsi, par une simple palpation, il devient possible de déterminer précisément l’état de développement des circonvolutions cervicales. Et la quête de Gall consiste à « reconnaître l’intérieur par l’extérieur, l’homme moral par l’homme physique »86. Inclinaisons, protubérances et dépressions de la boîte crânienne indiquent ainsi une qualité ou un défaut de l’âme, qui a son siège dans la partie correspondante du cerveau. La force de séduction de cette fausse science est, en fait, l’irrationnel du crâne, sur lequel se greffe paradoxalement une teneur scientifique apparente constituée de coupes anatomiques, de planches médicales et de vocables techniques.

  • 87 Cf. Lacenaire, Mémoires et autres récits, Paris, José Corti, 1991, p. 73.
  • 88 « Ils commencèrent par le cabinet de Bovary et n’inscrivirent point la tête phrénologique, qui (...)

5En cette époque - les années 1830 - où l’état des connaissances et les méthodes d’investigation ne distinguent pas la dimension scientifique des domaines moral, religieux, social et philosophique, la phrénologie ouvre les voies nouvelles de la médecine, de l’anthropologie et de la criminologie. L’assassin Lacenaire note dans ses Mémoires87, écrites en détention, que l’on vient prendre le moulage de sa tête, avant son exécution. Et lors de la saisie de ses biens, l’officier de santé Charles Bovary peut conserver sa « tête phrénologique » considérée comme un outil de travail88.

  • 89 Cf. Georges Lantér-Laura, Histoire de la phrénologie, Paris, PUF, 1970, p. 163.

6Ainsi, entre 1830 et 1850, les théories de Gall connaissent une importante prospérité sociale. Un enseignement supérieur est prodigué. Des sociétés savantes se forment, publient des bulletins et organisent des conférences publiques. Mais, comme le remarque Georges Lantéri-Laura, « les phrénologistes du milieu du xixe siècle attribuent un rôle croissant à un organe [le cerveau] qu’ils étudient de moins en moins »89. De fait, à cette époque, la phrénologie décline et glisse sensiblement vers un statut de fausse science. Elle se vide de son contenu scientifique pour n’être plus qu’une pratique sociale destinée à décrypter les traits et les caractères d’autrui. On en retrouve d’ailleurs les fondements dans la pratique photographique, car l’idée se répandit rapidement que la photographie possédait le pouvoir de dévoiler la personnalité de chaque modèle en ce qu’elle a d’essentiel. Dans son traité Art et photographie, publié en 1862, Disdéri assurait à tout client qu’il était en mesure de lui offrir « la représentation exacte et belle de son vrai caractère », en figeant sur ses plaques « le type, le caractère, les mœurs [et] l’âme elle-même ». Désormais, par une assimilation entre photographie et phrénologie, les modèles étaient presque convaincus que leur portrait photographique était moins l’image de leur physique que le reflet de leur personnalité intime et profonde.

  • 90 Belloguet, Pilori-Phrénologie, série de gravures sur bois en 13 livraisons. Cf. l’annexe (...)
  • 91 Ce crâne a été présenté à l’exposition Dantan Jeune, caricatures et portraits de la société (...)
  • 92 Philippe Sorel a donné une transcription de ces indications in cat. expo. Dantan Jeune, carica (...)
  • 93 Planche n° 3.

7Dans les années 1870, cette pseudo-science n’a toujours pas disparu des mentalités, comme le confirment certaines caricatures ou séries de caricatures telles que le Pilori-Phrénologie. Dans cette série90 publiée en novembre-décembre 1870, le caricaturiste Belloguet recourt à la doctrine de Gall, dans un registre violent, même s’il n’opère pas de déformations. Son jeu consiste à citer les principes de la phrénologie, pour les appliquer à la lecture des principales personnalités politiques du moment : Napoléon III, Bismarck, Bazaine, Trochu, Thiers, Jules Favre, Émile Ollivier... Les phrénologistes utilisaient, pour leurs démonstrations, des crânes humains sur lesquels ils collaient des étiquettes portant des inscriptions définitives. Ils localisaient ainsi le siège des caractères, défauts et qualités de l’être humain, tout en y associant des principes politiques et philosophiques. Un exemplaire de ces crânes à vocation pédagogique, conservé au musée de l’Homme91, comporte quantité d’observations très diverses92, dans une quête de définition précise. Belloguet récupère ce procédé, qu’il développe dans un but de satire politique. Ainsi, le Pilori-Phrénologie d’Émile Ollivier-lscariote93 fait du visage de celui-ci le support de nombreuses révélations offrant du même coup le résumé de son parcours politique et la définition de ses principaux défauts. Son front porte les inscriptions suivantes : « Apostat / Renégat liberticide / Judas / Il vendit la République pour un peu d’or. » Sa lèvre inférieure dénonce la « sangsue matérialiste » qu’il est. Le nez porte les indications « Acheté / Bassesse / Hypocrisie / Impuissance. » Le menton caricaturé en une paire de fesses dénonce son « abjection ». Tandis que tout autour de son crâne, sont stigmatisés quelques renseignements supplémentaires : « Mensonge / Ci-gît l’aigle napoléonien / Servilité / Martinet Pietri pour les Républicains. »

  • 94 Charenton et Bicêtre sont, à cette époque, les deux principaux asiles d’aliénés de la région p (...)
  • 95 Cf. Louis Veuillot, Paris pendant les deux sièges, Paris, Victor Palmé, 1871, t. I, p. 363.

8Par la phrénologie, Belloguet met en évidence les pires défauts de sa victime, tout en faisant de son visage une sorte de dérisoire « monument commémoratif » du vice politique. Et Louis Veuillot, pourtant peu friand de caricatures en lesquelles il ne voyait qu’un « vomissement », leur attribue un certain caractère expressif : « Ces œuvres ont leur curiosité, je l’avoue. Elles fournissent les photographies les plus exactes de la déformation morale. On y étudie l’intérieur des âmes dépravées, et l’on sait sous quel aspect les choses humaines sont vues physiquement et intellectuellement de Charenton94 et de Bicêtre. »95

  • 96 Le recours des caricaturistes à la phrénologie comme moyen de légitimation de leur arsenal de (...)
  • 97 Cf. Jaques Durin, « L’avènement des sciences raciales », in Michel Drouin (dir.), L’Affaire (...)
  • 98 Un nez à reprise, circa 1904, carte postale à système anonyme diffusée au moment de l’affaire (...)
  • 99 Nous n’avons pu l’identifier.
  • 100 Cf. cat. expo. Le corps en morceaux, Paris, musée d’Orsay, 1990, pp. 51-56.
  • 101 La charge est reproduite in cat expo. L’Affaire Dreyfus et le tournant..., op. cit., p. 200. O (...)

9En ces années 1870-1871, l’irruption de la phrénologie dans la caricature96 politique, trahit le besoin d’édifier une morphopsychologie symbolique qui permette de traquer l’éloquence des visages, pour révéler la véritable et profonde nature des victimes. Si l’on peut apprendre à dissimuler ou déguiser des sentiments passagers, la physionomie ne peut tromper car elle livre - dans le discours de la charge satirique – les certitudes d’un caractère. Le visage devient un raccourci de l’âme qui s’inscrit dans une nécessité de révéler la vérité humaine et politique. Muet sur ce que l’on peut attendre de l’individu, le visage devient bavard, comme par ventriloquisme. Procédure du soupçon, l’entreprise physiognomonique transforme le visage en aveu - de vices cachés, de défauts, de perfidies - et se pose en parole de vérité, où le spécialiste affirme mieux connaître son objet d’étude, que celui-ci se connaît lui-même. Avec l’affaire Dreyfus et la vague d’antisémitisme qui en découle, se développent des thèses pseudo-scientifiques abreuvées de sciences raciales97, de physiognomonie et de phrénologie, relayées par les théories de Mœbius, qui s’inscrivent dans le cadre d’un retour à l’irrationnel comme rejet et réfutation du scientisme dominant, de la science, du progrès et du positivisme. Ainsi, une carte à système caricaturale représente, de face et en très gros plan, le visage de Dreyfus98, dont les oreilles surdimensionnées sont coupées par le cadrage. Intitulée Un nez à reprise, l’image accorde une place prépondérante au nez large et long (élargi et allongé) du capitaine, qu’un tube permet de gonfler à volonté et qui lui sépare le visage ovoïde en deux parties respectivement marquées des inscriptions « Coupable / Non coupable », tandis que le menton indique, par allusion à la circoncision, que le personnage est « coupé ». Dans ce sillage, un autre caricaturiste99 a représenté plusieurs dreyfusards notoires sous la forme de masques de cire phrénologiques. Reprenant la mode des cires anatomiques100 et des cabinets de présentation où l’on découvre les strates et les profondeurs organiques de l’homme sain ou malade, le dessinateur dévoile la vraie personnalité de ses victimes, dont les traits sont constitués par leurs actions politiques devenues des tares. Ainsi, le visage de Jaurès est-il composé de harpies nues symbolisant la débauche révolutionnaire et socialiste de ses propos dénoncés comme obscènes101.

10Chez de nombreux caricaturistes, peut-être parce que certains ont travaillé pendant la Commune, le recours à la phrénologie se poursuit jusque dans les années 1880-1890. Il ne s’agit pas d’une innovation. Grandville, Dantan Jeune et David d’Angers ont beaucoup cité la phrénologie dans leurs œuvres respectives, comiques ou sérieuses, car celle-ci leur apparaissait tant comme une explication unitaire des phénomènes de la vie universelle, que comme un moyen privilégié d’éduquer et de guider l’artiste vers l’essentiel et le fondamental. Mais c’est avec la Commune de 1871 que cette fausse science est entrée dans la caricature politique de manière violente. Elle permet évidemment de déployer tout un arsenal de jeux et de déformations graphiques que les spectateurs de la charge peuvent décrypter, au-delà du simple effet comique. Amusement intellectuel, la phrénologie devient une arme offensive, qui a entrepris la dénonciation du fait politique et de ses hommes. Les caricaturistes forcent ainsi leurs victimes à se dévoiler publiquement - par la diffusion massive de ces images - et à livrer au public leurs défauts, leurs vices, leurs intérêts personnels ainsi que leurs intentions profondes. La caricature, malgré les déformations physiques qu’elle met en œuvre, se pose alors comme un discours réaliste qui va à l’encontre de l’image publique des hommes politiques, pour en faire des êtres vils, bas, mesquins et méprisables, trahis par leur morphologie, dans un espace politique soumis à la transparence. Les victimes semblent alors déclarer de force : « Ceci est mon corps », en même temps qu’elles font mauvaise figure et qu’elles perdent la face.

Notes

79 Cf. Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Paris, Gallimard, Éd. La Pléiade, 1989, t. IV, p. 297. Je souligne dans le texte, N.d.A.

80 Ouvrage publié à La Haye, de 1781 à 1803.

81 L’Art de connaître les hommes par la physiognomonie. Cet ouvrage a récémment été réédité sous sa forme abrégée, par L’Âge d’Homme, Genève, 1979.

82 Paris, Vve Hocquart, 1808. La BHVP conserve l’exemplaire de George Sand, Fds Sand 62 1567.

83 Cf. Jurgis Baltrusaitis, Aberrations, essai sur la légende des formes, Paris, Flammarion, 1983. L’auteur y dresse un inventaire des principaux ouvrages anciens consacrés à la physiognomonie.

84 Cf. George Sand, Lettre VII d’un voyageur, in Œuvres autobiographiques, Paris, Gallimard, Éd. La Pléiade, 1971, t. II, p. 826.

85 Ibidem, pp. 829-830.

86 Cité par Philippe Sorel, in cat. expo. Dantan Jeune, caricatures et portraits de la société romantique, Paris, musée Carnavalet, 1989, p. 49.

87 Cf. Lacenaire, Mémoires et autres récits, Paris, José Corti, 1991, p. 73.

88 « Ils commencèrent par le cabinet de Bovary et n’inscrivirent point la tête phrénologique, qui fut considérée comme instrument de sa profession... » In G. Flaubert, Madame Bovary, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1990, p. 377. Flaubert a rédigé le roman entre 1851 et 1856. Il sera publié cette année-là. Nous ignorons pourquoi l’auteur de Bouvard et Pécuchet a souligné l’expression : s’agit-il d’une pointe d’ironie pour une discipline déjà dépassée et encore utilisée par un piètre officier de santé ou de la citation d’une terminologie juridique ?

89 Cf. Georges Lantér-Laura, Histoire de la phrénologie, Paris, PUF, 1970, p. 163.

90 Belloguet, Pilori-Phrénologie, série de gravures sur bois en 13 livraisons. Cf. l’annexe 8, où nous en donnons la liste complète.

91 Ce crâne a été présenté à l’exposition Dantan Jeune, caricatures et portraits de la société romantique. Cf. cat. expo., op. cit., n° 42, p. 48.

92 Philippe Sorel a donné une transcription de ces indications in cat. expo. Dantan Jeune, caricatures et portraits..., op. cit., p. 48.

93 Planche n° 3.

94 Charenton et Bicêtre sont, à cette époque, les deux principaux asiles d’aliénés de la région parisienne.

95 Cf. Louis Veuillot, Paris pendant les deux sièges, Paris, Victor Palmé, 1871, t. I, p. 363.

96 Le recours des caricaturistes à la phrénologie comme moyen de légitimation de leur arsenal de déformations physiques a une belle illustration dans les statuettes-charges de Dantan Jeune, dont le père au crâne défoncé par une blessure de guerre est certainement à l’origine du vif intérêt du sculpteur. Cf. cat. expo. Dantan Jeune, caricatures et portraits..., op. cit.

97 Cf. Jaques Durin, « L’avènement des sciences raciales », in Michel Drouin (dir.), L’Affaire Dreyfus de A à Z, Paris, Flammarion, 1994, pp. 615-620. L’auteur évalue rapidement les apports scientifiques de Jules Soury et Vacher de Lapouge à l’antisémitisme politique.

98 Un nez à reprise, circa 1904, carte postale à système anonyme diffusée au moment de l’affaire des fiches. Par son titre, cette charge cherchait à opérer une corrélation entre l’affaire Dreyfus et celle des fiches, impliquant l’Armée toutes les deux.

99 Nous n’avons pu l’identifier.

100 Cf. cat. expo. Le corps en morceaux, Paris, musée d’Orsay, 1990, pp. 51-56.

101 La charge est reproduite in cat expo. L’Affaire Dreyfus et le tournant..., op. cit., p. 200. On trouvera dans le même cat. la charge visant Briand, p. 136.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search