Version classiqueVersion mobile

La Républicature

 | 
Bertrand Tillier

Troisième partie. Le corps, la norme et ses fractures

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1Dans son histoire, la Troisième République se heurte entre autres à la perception historique de sa propre nature. Du fait des différentes expériences républicaines menées, dans la lignée de la Révolution française, la république comme principe est assimilée à l’idée révolutionnaire. Ceci n’est pas sans poser le problème de sa légitimité et du transfert du pouvoir d’un monarque-empereur au peuple, par l’intermédiaire de ses élus et de ses représentants.

  • 1 Cf. Michel Foucault, Résumé des cours, 1970-1982, Conférences, essais et leçons du Collège de Franc (...)

2Un second paramètre est à prendre en considération dans cette problématique. L’expérience politique du Second Empire, qui se solde par un échec et une défaite, a laissé comme image populaire plus ou moins fondée, celle d’un régime dirigé par un chef malade et diminué, que la caricature et le pamphlet d’opposition ont amplifié dès 1868-1871. Et, comme nous l’avons vu, son successeur le prince Louis a aussi été l’objet d’un discours et d’une imagerie le décrivant comme un dégénéré, un monstre et un anormal. Il s’agissait alors de montrer le caractère monstrueux de l’empereur et de son régime, tout en se persuadant de l’inviabilité de l’empire comme système dynastique et politique. Et au-delà de la simple dérision première et gratuite, cette mise en exergue de l’anormal se voulait aussi une forme d’avertissement adressé aux forces bonapartistes, et plus généralement conservatrices, désireuses de reprendre le pouvoir. Cette imagerie tératologique appartient, en outre, à « la grande famille indéfinie et confuse des “anormaux” dont la peur hante la fin du xixe siècle », comme l’a proposé Michel Foucault1.

  • 2 Cf. Georges Canguilhem, Le normal et le pathologique, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1993, p. 177.

3Dans ce contexte de translation du pouvoir politique, la république se doit d’apparaître comme une valeur sûre et saine, dont les représentants sont les garants, détenteurs de la norme et du normal, tels qu’ils ont été définis par Georges Canguilhem : le rapport normal-anormal n’est pas un « rapport de contradiction et d’extériorité, mais [...] un rapport d’inversion et de polarité », qui se pose comme « un mode possible d’unification d’un divers, de résorption d’une différence, de règlement d’un différend »2.

  • 3 Cf. Louis Marin, Le portrait du roi, op. cit., p. 10.
  • 4 Ibidem, pp. 12 et suiv.
  • 5 Ibidem, p. 13.

4C’est pourquoi, les républicains ont beaucoup utilisé l’image, dans un souci d’être re-présentés, au sens de montrer, intensifier et redoubler une présence et une fonction3. Les envois de photographies ou de bustes sculptés des présidents de la république dans les mairies françaises, au même titre que les effigies de Marianne, trahissent clairement l’importance symbolique de cette présence physique. En suivant Louis Marin4, le chef républicain n’est vraiment que dans l’image qui marque sa présence réelle, par « une croyance [indubitable] dans l’efficacité et l’opérativité de ses signes iconiques »5. Dès lors, le pouvoir comme représentation et la représentation comme pouvoir s’arriment à l’image devenue une sorte de sacrement.

5La nécessité s’impose donc de se doter d’un corps sain et implicitement durable, susceptible de cristalliser une forme d’exemplarité, qui constitue la norme politique, établie sur une norme humaine et physique. Or, l’image dans la politique et la politique républicaine de l’image, sous la Troisième République - qui doit d’abord s’instaurer, puis durer - s’inscrivent dans un discours qui prend le corps (et le visage) comme objets soumis à la norme et à sa perpétuelle transgression. Les corps oscillent donc sans cesse, dans la sphère de l’image, entre le normal et l’anormal, entre l’humain et le monstrueux.

6Par l’art du portrait – au sens le plus large du terme – dit « sérieux », les républicains, en souscrivant à la tradition pluriséculaire du portrait de l’homme de pouvoir, tentent d’édifier des images stables, en quête de permanence, tout en imposant une norme rassurante. À l’opposé, la caricature, d’essence éphémère mais d’expression récurrente, opère des déplacements, des condensations, des exagérations, des distorsions, des altérations et des mutations, glissant incessamment vers l’anormal, par un processus de fracture de la norme.

7Si les images sérieuses tendent à édifier une norme intemporelle et presque éternelle - à l’image du devenir projeté du régime républicain - qui, d’une certaine manière, voudrait résoudre l’Histoire, l’image satirique cherche à la transgresser et à la fracturer indirectement, pour inscrire ses victimes faillibles et faillies dans un contexte temporel et événementiel.

  • 6 Sur ce point, se reporter aux ouvrages déjà cités de L. Marin et E. Kantorowicz.

8La caricature politique n’est pas une altération de l’image officielle, en cela qu’elle n’y réagit pas directement - il s’agirait alors de caricature à caractère principalement esthétique. Satire graphique et imagerie officielle se positionnent de même manière par rapport aux personnalités du pouvoir républicain, qu’elles abordent par des langages, des vocables et des normes identiques. L’une comme l’autre souscrivent en fait au modèle ancien, à caractère eucharistique, de l’énoncé « Ceci est mon corps », repris des codifications de l’imagerie officielle royale6.

9Dans cette édification/destruction, l’image officielle et la caricature affirment ou dénoncent – selon l’axiome « Ceci est mon corps » / « Ceci est son corps » – par les voies que sont le visage, le corps et sa taille, la mise en scène du pouvoir, la gestuelle expressive, les attributs...

Notes

1 Cf. Michel Foucault, Résumé des cours, 1970-1982, Conférences, essais et leçons du Collège de France, Paris, Julliard, 1989, p. 73.

2 Cf. Georges Canguilhem, Le normal et le pathologique, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1993, p. 177.

3 Cf. Louis Marin, Le portrait du roi, op. cit., p. 10.

4 Ibidem, pp. 12 et suiv.

5 Ibidem, p. 13.

6 Sur ce point, se reporter aux ouvrages déjà cités de L. Marin et E. Kantorowicz.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search