Version classiqueVersion mobile

La Républicature

 | 
Bertrand Tillier

Deuxième partie. La tentation de la personnalisation

Personnalisation et personnification des scandales

Texte intégral

1Les différents scandales qui ont ébranlé la jeune république, et plus particulièrement ceux des décorations (1887) et de Panama (1892-1893), dont les crises fragilisèrent considérablement un régime encore vulnérable, ont été l’objet d’innombrables caricatures, où les principes premiers furent la dénonciation et une volonté d’incarnation de la prévarication, susceptibles de promouvoir des images du pouvoir corrompu.

  • 65 Cf. Édouard Drumont, La France juive, Paris, Flammarion, 1886, t. II, p. 422.
  • 66 C’est le nouveau patronyme dont la caricature, le pamphlet et la chanson de circonstance affub (...)
  • 67 Pour une étude poussée de ce scandale, cf. Adrien Dansette, L’Affaire Wilson et la chute du Pr (...)

2Les premières étincelles du scandale des décorations apparaissent en 1883, avec la publication du livre antisémite d’Auguste Chirac, Les juifs, rois de la République, où Daniel Wilson, gendre du président de la République Jules Grévy, est accusé de manœuvrer pour que des juifs obtiennent la Légion d’honneur. En 1886, Drumont poursuit ce réquisitoire, attaquant toujours le même personnage pour ses largesses en matière de distinctions honorifiques, à l’égard de Camille Dreyfus, secrétaire de la Revue encyclopédique65. Le propos est alors principalement antisémite et cherche à jeter les fondements de la hantise du « complot juif ». Mais, au début de l’année 1887, un an après la réélection de Grévy à la présidence de la république, la presse se fait de plus en plus insistante, alors que les pamphlets, les placards et les caricatures dénonçant les prévarications de Wilson se multiplient. Le journal Le xixe siècle met définitivement le feu aux poudres en révélant d’abord l’ampleur du scandale puis les manœuvres du président de la République pour protéger son gendre et le soustraire à l’action de la justice. Le scandale est simple : en échange de l’achat massif d’actions de ses propres sociétés, Wilson offrait la Légion d’honneur à ses proches et collaborateurs - entrepreneurs, banquiers, hommes d’affaires... Ne suffisant plus à la tâche, « Monsieur Gendre »66 et ses huit secrétaires particuliers durent embaucher du personnel supplémentaire, en grand nombre, et faire appel à de multiples intermédiaires. L’affaire ne pouvait, dans ces conditions hasardeuses, que s’ébruiter jusqu’à l’éclatement du scandale67. Le président Grévy fut alors obligé de démissionner.

  • 68 Wilson annonçait la publication de ses Mémoires personnels, où il promettait de brosser d (...)
  • 69 Ibidem.
  • 70 Beau-père et cousin du parlementaire Joseph Reinach.

3Quelques années plus tard, quand éclate en novembre 1892 la fanfare du scandale de Panama, l’ampleur de la prévarication est tout autre. Dès l’annonce de la faillite de la Compagnie du canal de Panama, on cite les noms de dizaines de parlementaires - et non des moindres ! - accusés d’avoir « touché - des fonds. Le rôle de Wilson, qui cherche à assouvir une vengeance personnelle, dans les coulisses de la révélation, n’est pas anodin. Celui que l’on appelle - l’homme aux 22000 dossiers »68 distille savamment ses informations comme autant de véritables bombes. Comme l’a récemment démontré Jean-Yves Mollier, cette personnalité a contribué, par ses agissements et son sens du scandale, à donner une physionomie particulière à l’affaire de Panama69. Avec la mort étrange et brutale du banquier Jacques de Reinach70, doublée de la fuite en Angleterre du maître-chanteur Cornélius Herz – encore introduit dans les milieux politiques -, l’affaire prend une tournure crapuleuse qui atteint la république en plein cœur, d’autant que des milliers de petits épargnants français se trouvent ruinés. L’avènement en pleine lumière des pratiques corruptives dans la presse, dans les sphères politiques et au sein du parlement, produit des effets considérables auprès de l’opinion publique désormais suspicieuse à l’égard de la république, tandis que l’opposition attise le feu du scandale.

  • 71 Les historiens se sont aussi heurtés à ce problème. Cf. J. -Y. Mollier, Le scandale de Pa (...)

4Notre démarche n’est pas ici de faire œuvre d’historien, puisque ces scandales sont déjà l’objet d’une importante bibliographie. Nous en aborderons seulement le traitement par la caricature et le dessin de presse, dans le cadre d’une presse antirépublicaine et antiparlementaire, pour en percevoir les échos et l’image mis en œuvre. Nous ne chercherons pas plus à débattre de la véracité ou de la teneur calomnieuse des propos tenus par cette presse dénonciatrice. Peu nous importe finalement de savoir si tel député ou tel ministre a été un « chéquard » ou non71. Les listes de prévaricateurs publiées à plusieurs reprises par la presse, et l’écho produit par la caricature, ne sauraient constituer une quelconque présomption de corruption. En revanche, nous en retiendrons la pratique du soupçon et de la dénonciation, comme dynamiques d’un discours politique antirépublicain.

  • 72 Pépin, « Ah ! Quel bonheur d’avoir un gendre ! », in Le Grelot, 27 novembre 1887.
  • 73 Uzes, « Rubans et croix », in Le Courrier français, 14 novembre 1886.

5La presse et la caricature d’opposition cherchent évidemment à déstabiliser les institutions et le régime. Et il est intéressant de noter que d’emblée, dans le cours de ces scandales dévoilés au grand jour, on cherche à toucher au vif les parlementaires. Cela revient à reconnaître leur statut de répresentant légitime de la nation, du peuple et des citoyens, pour le leur retirer aussitôt, afin d’atteindre le régime et pour le voir chanceler. Ainsi, dans le scandale des décorations, la dénonciation de Wilson - obscur député mais gendre du président - n’a pour réelle finalité que la chute de Jules Grévy, en tant que président de la République. Il est remarquable que dès le début de l’affaire, le prévaricateur est présenté comme le gendre du plus haut personnage de l’État, de même que Grévy devient le beau-père. Charges et pamphlets condensent le scandale dans cette relation familiale exclusive. Ainsi, dans Le Grelot, Pépin représente sous le titre Ah ! Quel bonheur d’avoir un gendre !, Jules Grévy attablé avec son gendre qui règle l’addition du repas avec une Légion d’honneur, en demandant qu’on lui rende la monnaie72. Le dessin est lourd de sens multiples. Il met d’abord en lumière les pratiques de Wilson, raille sa - générosité » et implique surtout que Grévy a connaissance des habitudes de son gendre - même s’il semble détourner le regard, dans la charge - et qu’à défaut de les encourager, il les tolère au moins. La complicité est ainsi posée, pour être parfois clairement dénoncée, comme dans cette charge d’Uzès73, où Wilson aguiche le client sur le pas de porte de sa boutique à l’enseigne « Rubans et Croix », tandis que Grévy, dans l’échoppe-Élysée voisine, est plongé dans la comptabilité.

  • 74 Chanson imprimée à Paris, à La Lyre, Bertinot et Marboux éditeurs.

6Dans ce registre, les pamphlets, les placards, les chansons et les charges abondent. Wilson devient Monsieur Gendre, et Grévy Beau-papa ou Monsieur Beau-père.Le chansonnier Émile Carré entonne Ah ! Quel malheur d’avoir un gendre ou les Tribulations d’un beau-père74. L’ensemble de ce répertoire est régi par ces liens de parenté qui impliquent d’autres liens évidents, dont l’un et l’autre jouissent, usent et abusent. L’entreprise est d’ailleurs facile à comprendre. Elle cherche à provoquer la chute de Grévy par démission. Les faire-parts de décès distribués, au même moment, dans les rues de Paris, sont sans équivoque :

  • 75 APPP, BA/873.

« Vous êtes priés d’assister aux Convoi, Service et Enterrement de M. Jules Grévy, ex-Président de la République, décédé politiquement et moralement (ça dépend comment on l’entend) dans sa presque 80e année, des suites d’une gendromanie aiguë, maladie déclarée incurable par un conseil de docteurs éminents, à la suite d’une consultation suprême à l’Élysée [...]. De Profundis »75.

  • 76 Ibidem, BA/874.

7Et l’illustration d’une chanson de circonstance Un congé par huissier, une famille sur l’pavé76 se réjouit du départ forcé de Grévy, dont les meubles de l’Élysée sont jetés dans une charrette, menée par Marianne, tandis que le peuple pousse le président dehors.

8Cette entreprise de contestation du parlement et de sape du système institutionnel, qui poursuit sa tâche avec le scandale de Panama, est une véritable quête de boucsémissaires. Dans bon nombre de pamphlets ou légendes de caricatures, on remarque la récurrence des locutions : « que les têtes tombent... que les masques tombent... bas les masques... », auxquelles le dessin donne souvent un écho en faisant dégringoler les « chéquards » hors de l’Assemblée nationale, dont les escaliers sont devenus traîtres, glissants et dangereux. D’un point de vue plus général, ce corpus d’images et de textes promeut l’idée d’un complot, dont les acteurs doivent être découverts, dévoilés, démasqués.

  • 77 J. -Y. Mollier publie cette liste en annexe de son ouvrage, Le scandale de Panama, op. ci (...)

9Or, dans le cadre du scandale de Panama, bien qu’ayant bénéficié de généreuses largesses financières, la presse - et la caricature avec elle - se lance dans une vaste campagne d’information du public et des épargnants, en dénonçant les prévaricateurs. Les panamistes sont souvent d’abord dénoncés individuellement, au terme d’investigations ou de supputations. Puis, devant la lenteur (réelle) de la justice, les journaux entreprennent la publication de listes récapitulatives tendant à illustrer concrètement l’ampleur de la corruption. Ainsi, les 28, 29 et 30 décembre 1895, en guise d’étrennes, le journal La France publie en trois livraisons la liste des 103 parlementaires impliqués dans le scandale77. La frontière entre l’information et la diffamation, la vérité et la calomnie, se fait de plus en plus floue. Et dans certains cas, la justice ne parviendra pas (ou ne cherchera pas) à éclaircir l’implication de certaines personnalités accusées. Mais là n’est pas, en regard de notre discours, le plus important. Car la force de cette campagne journalistique et caricaturale est d’opérer une impérieuse personnalisation du scandale, qui doit servir à façonner l’image générique inédite d’une république vénale, véreuse, négative et aux antipodes des valeurs fondamentales identitaires qu’elle prône. Dans une société nourrie d’antisémitisme, qui craint sa propre dissolution et sa décomposition, cette manœuvre permet de purger l’identité républicaine, d’en réduire les rangs et d’en aliéner la force en entachant l’image du régime. La république, comme idéologie et comme institution, est incarnée par des parlementaires malhonnêtes. Par le biais de son personnel politique, l’autorité et la légitimité de l’État (républicain) sont ainsi attaquées et raillées.

  • 78 Pour élaborer ce corpus « panamiste », nous avons, d’une part puisé dans les dossiers des APPP (...)
  • 79 Ministre, député, sénateur...
  • 80 Cf., par exemple, l’affiche de Charles Lévy, éditée par Dufayel, en décembre 1892, APPP, BA/19 (...)

10L’ampleur de cette pratique de la personnalisation du scandale qu’opèrent la caricature et l’illustration, pendant la crise panamiste, apparaît clairement dans les chiffres qui suivent. Nous avons recueilli 272 charges et dessins de presse, affiches illustrées, illustrations de pamphlets et de chansons78. Cet ensemble recèle une part écrasante de 197 charges représentant et mettant en cause une ou plusieurs personnalités politiques nommées ou désignées par une fonction79. 27 images se cantonnent dans l’abstraction symbolique et 48 mettent en scène le type du citoyen-épargnant. À ce dernier chiffre, on peut ajouter les 78 caricatures associant une personnalité à un individu privé, qui appartiennent au premier groupe et forment un ensemble de 126 charges. Ces chiffres sont parlants d’eux-mêmes. Ils montrent la minorité des caricatures abstraites qui utilisent principalement les attributs autonomes et métonymiques du chapeau sud-américain et des chèques volants, sans qu’aucune personnalité ne soit représentée80. Ce genre de charge ne fut certainement pas jugé assez efficace, dans la mesure où il offrait un simple constat, sans nommer ni les acteurs, ni les victimes du scandale. Notons, en outre, que ces images sont principalement produites aux débuts de l’affaire, et qu’elles ne suffisaient plus, par la suite, à illustrer l’étendue de la prévarication.

  • 81 Cf. infra, par rapport à Loubet.

11En revanche, les caricatures liées à des types (l’épargnant d’un côté ; le parlementaire, de l’autre) ou à des personnalités nommées tant par le dessin que par la légende, sont innombrables. La charge ne se contente plus de constater. Elle se fait investigatrice, accusatrice et condamnatrice. Elle se substitue clairement à la justice81, jugée trop lente, laxiste et parfois même complice, en la parodiant. Promue par le peuple, dont le caricaturiste-citoyen est une voix, et destinée au peuple, la caricature entend rendre sa propre justice en prouvant les faits, débusquant les suspects et condamnant les coupables.

  • 82 Cf. Charles Gilbert-Martin, in Le Don Quichotte, 20 novembre 1892. Cette caricature repré (...)

12La légitimité de ce rôle, que la satire verbale et graphique veut assumer, est justifiée dans le discours même, par la nécessité de découvrir la vérité de ce scandale qui a ruiné des milliers de modestes épargnants. À ce titre, les implications sont très différentes de celles du scandale des décorations qui ne concernait qu’un cercle politique et affairiste restreint. En l’occurrence, la satire s’empare de la tromperie et de la duperie pratiquées par les représentants du peuple à l’encontre de leurs électeurs, provoquant une aliénation des liens organiques institutionnels du régime. De cette réalité découle l’imagerie antinomique largement utilisée du gras et du maigre, dénonçant le parlementaire frauduleusement enrichi et engraissé sur le dos du simple citoyen décharné, abusé et dépossédé82. De cette manière, la caricature - le pamphlet, dans une mesure moindre - parvient à dévoiler les véritables liens qui unissent réellement l’élu et l’électeur, pour dévaloriser l’organisation constitutionnelle du suffrage universel et de la république, en confrontant le type du citoyen avec celui du parlementaire ou avec des responsables politiques nommés.

  • 83 Cf. infra, pp. 118-124.

13Mais la personnalisation du scandale panamiste permet surtout à la satire de dénoncer, d’accuser et de condamner. Dans une société soumise à la république, les oppositions traditionnelles, nationaliste et boulangiste, veulent montrer le fondement frauduleux et crapuleux du régime, en associant leurs discours respectifs à des personnalités précises, pour éviter l’abstraction. Dans le cours du scandale, comme dans les années ultérieures, les « chéquards » suspectés ou condamnés, soumis à la justice ou lui ayant échappé, traînent une réputation nauséabonde et bruyante, comme un boulet ou une casserole, souvent représentés dans les charges83. Il s’agit, même sur le long terme, d’une entreprise de déstabilisation du régime par le biais de ses représentants. La faculté de certains caricaturistes à accuser une personnalité, avant que celle-ci ne soit officiellement mise en cause, constitue une inflation particulièrement significative.

  • 84 In La Libre Parole, 6 juillet 1899.
  • 85 Ibidem, 4 juillet 1899.

14En 1899, à l’occasion d’un voyage officiel du président de la République Loubet dans le Sud de la France, La Libre Parole publie un feuilleton clairement intitulé « La Fortune de Loubet », sous la plume féroce et calomnieuse de Gaston Méry. Le journaliste antisémite et antiparlementaire avoue franchement mener « campagne contre Panama Ier »84. Car le président est affublé de ce titre dynastique, selon un système d’assimilation parfaite et d’incarnation-personnification redoutable, auquel recourent parallèlement certains caricaturistes antirépublicains. Ce sacre dérisoire qui ravive le scandale est moins anodin ou ludique qu’il n’y veut bien paraître. Car il se forge par allusion à la fonction du personnage, devenu le premier magistrat de l’État. Les propos de Méry trahissent d’ailleurs cette assimilation symbolique : « Pour les républicains [...], M. Loubet, c’est la République elle-même. Ils l’ont librement élu, parce qu’il était à leurs yeux, par la dignité de sa vie ( !), par la fermeté de ses principes ( ! !), par tout son passé qui garantissait l’avenir ( ! ! !), le plus capable de défendre la Constitution, le patrimoine des libertés nationales ! ! ! ! ! !85 » Plus qu’une personnification de la république, le président Loubet est une incarnation du régime. Et c’est dans ce créneau que s’installe la satire, par une translation symbolique qui permet de faire de Loubet l’incarnation du scandale et plus généralement de la prévarication.

  • 86 « Histoire anecdotique, authentique et véridique de Panama Ier -, 1899, lithographie poly (...)
  • 87 Cf. « La propagande par l’image, Loubet devant le peuple », in La Libre Parole, 25 novemb (...)
  • 88 Cf. la réclame publiée in La Libre Parole, 24 novembre 1899

15En contrepoint de cette campagne journalistique, La Libre Parole diffuse une Histoire anecdotique, authentique et véridique de Panama Ier, sous la forme d’une affiche polychrome en seize vignettes, visant toujours Loubet86. Ce journal, en annonçant la mise en vente du placard, livre quelques précisions intéressantes quant aux motivations de l’entreprise : « C’est à la barre du Peuple que nous traduisons le principal responsable [Loubet] de toutes les infâmies qui se commettent, en publiant aujourd’hui [...] cette page de dessins en couleurs [qui] n’a pas seulement pour but de distraire et d’amuser, [mais qui] est faite pour instruire. Elle est l’expression même de la vérité, elle est d’un bout à l’autre une biographie exacte et sincère. Ce n’est qu’une page d’images, sans doute, mais cette page d’images est aussi une page d’histoire contemporaine. »87Le sens de la démarche est particulièrement explicite et ne nécessite aucune glose supplémentaire, d’autant que dans les avis de parution, le titre est souvent complété de la mention : Loubet en Haute Cour, acte d’accusation avec illustrations en couleurs88.

  • 89 C’est à la fois le quartier du Croissant où se trouvent les imprimeurs et... celui de la Bours (...)
  • 90 APPP BA/53. (Souligné dans le texte).
  • 91 Ibidem, rapport du 28 novembre 1899

16On peut s’interroger, aujourd’hui, sur la portée effective de ces documents dans leur temporalité. Les archives de police nous apportent des éléments d’évaluation. Ainsi, dans un rapport du 25 novembre 1899, un commissaire de quartier indique : - La vente de l’image intitulée Histoire de Panama Ier paraît devenir scandaleuse. Sur le boulevard, je viens de remarquer près de 20 vendeurs entre Opéra et Drouot89, annonçant le titre et le vendant très ouvertement. »90 L’image connaît visiblement un fort succès, confirmé par un autre rapport, où un indicateur précise que la planche, initialement tirée à 100000 exemplaires et vendue 2 francs le 100 aux camelots, se négocie à 4 francs le 100, au bout de quelques jours, dans l’attente d’une réimpression puisque le premier tirage est en voie d’épuisement91.

  • 92 Cf. La Paix, 1er décembre 1899.
  • 93 Y. Zeddé, article in La Paix, 1er décembre 1899.

17Devant la vague déferlante d’affiches qui s’abat sur la capitale et commence à gagner la province92, un journaliste de La Paix s’interroge dans un article intitulé « Une mesure nécessaire »93. « Depuis quelques jours, on colporte par les rues un placard, où dans la forme des images d’Épinal qu’ils ont essayé de plagier, un dessinateur et un littérateur également dépourvus de verve prétendent raconter en dessins maladroits, commentés de légendes bébètes la vie d’un haut, d’un très haut personnage [...], M. le Président de la République... » Après cette condamnation de l’image par la dévalorisation de ses auteurs, en guise de préambule, le journaliste fulmine contre « les stupidités journellement débitées par des feuilles [...] et gobées quotidiennement comme bonbons par l’innombrable troupeau des lecteurs simplices... - Sans aborder le contenu diffamatoire de l’affiche, le journaliste demande alors : « ... N’y a-t-il donc pas un moyen de paralyser cette manœuvre, d’endiguer ce torrent nauséeux de déjections, dont on va ouvrir toutes grandes les écluses ? N’y a-t-il donc pas de textes qui permettent à l’autorité de protéger la personne du chef de l’État, même contre la calomnie ? »

  • 94 Orens, En voulez-vous des affaires ?, lithographie, janvier 1905, L’Actualiste éditeur. (...)

18L’interrogation de ce journaliste soucieux de l’image publique du premier magistrat de la république est intéressante, dans la mesure où, implicitement, elle entrevoit la possibilité d’une censure déguisée, en se fondant sur l’évaluation du danger que constitue une personnalisation du scandale, superposée à l’incarnation symbolique des valeurs du régime. Or, il faut bien reconnaître que, ne serait-ce que par leur diffusion massive, ces images nombreuses sont d’une féroce efficacité - même si elles sont parfois purement calomnieuses et non fondées - car elles s’inscrivent dans une réalité politique événementielle et concernent des personnalités publiques de l’État. Le discours est alors beaucoup plus percutant. Le recours à des personnes physiques réelles douées de fonctions symboliques, représentatives et effectives, confère à ces attaques une autre dimension que celle de Marianne engraissée par les pots-de-vin, sous-représentée dans le corpus et n’apparaissant véritablement que dans les années 1910, vingt ans après la révélation du scandale... En janvier 1905, en pleine affaire des fiches, le caricaturiste Orens dressant le bilan des différents scandales récents de la république, représente encore la matronne maçonnique Marianne en marchande d’affaires. Mais il prend soin de la doter, en outre, des têtes de Dreyfus, Syveton et Thérèse Humbert, qui font respectivement allusion aux affaires Dreyfus, des fiches et Crawford. La personnalisation demeure une arme efficace94.

  • 95 Cité par M. Melot, in J. Adhémar (dir.), Connaître et choisir..., op. cit., p. 211.

19La conséquence majeure du développement de l’image, dans un siècle en quête de personnalités à célébrer, est la promotion de l’individu (-alité), tant dans un souci documentaire et pédagogique - avec le portrait - que dans une volonté de raillerie et de polémique - par la caricature. Dans ces deux cas a priori fondamentalement opposés, l’image participe au culte de la personnalité, de même que celui-ci favorise le développement de l’image. Cela va d’ailleurs dans le sens d’une formule de Baudelaire, qui constatait : « notre siècle a le culte des images »95. Sous-jacente, la pensée de Baudelaire est claire. La société du xixe siècle honore finalement plus les images des individus, que ces derniers.

  • 96 Sur ces inventions, cf. Jean Mitry, Histoire du Cinéma, Paris, Éditions universitaires, 1967, (...)
  • 97 Cf. Jonathan Crary, L’art de l’observateur.... op. cit., p. 163
  • 98 Cf. Rosalind Krauss, Le Photographique, Pour une théorie des écarts, Paris, Macula, 1990, pp. (...)
  • 99 Cf. W. Benjamin, Charles Baudelaire, un poète lyrique à l’apogée du capitalisme, Paris, P (...)

20Cette situation provient aussi vraisemblablement de la multiplication - tout au long du siècle, et ce dès les années 1820-1840 - des expériences, des découvertes et des inventions relatives à la persistance des images, dans la lignée des travaux du savant belge Joseph Plateau ayant confirmé l’intuition - de Goethe entre autres - selon laquelle l’image rétinienne ne se dissiperait pas rapidement. Les instruments optiques mis au point pour jouer avec cette persistance - phénakistiscope, stroboscope, stéréoscope..96- déracinent la vision du système de représentation traditionnelle97 et permettent par leur commercialisation à un large public de consommer des images d’une « réalité illusoire », et par renversement, des images illusoires acquises au statut de réalité, en particulier pour le stéréoscope qui recourt à la photographie dès les années 1850, dans une quête d’équivalence complète de l’image et de l’objet98. La remarque de Walter Benjamin semble alors pertinente : « la technique a soumis le sensorium humain à un complexe entraînement »99, qui bouleverse les rapports visuels et discursifs entre le spectateur et l’image.

  • 100 Cf. cat. expo. La Gloire de Victor Hugo, Paris, Grand Palais, 1985.
  • 101 Cf. Bertrand Tillier, « Nadar caricaturiste », in Le Serment des Horaces, n° 6, décembre 1991, (...)

21Il faut aussi certainement voir dans la remarque de Baudelaire le fait que l’image est devenue plus qu’un simple objet, en particulier quand elle s’attache à représenter des individus. L’attitude des « imagiers » face à la personne de Victor Hugo, pendant le Second Empire, est révélatrice. Omniprésent100, il apparaît toujours en tête des cortèges, des défilés et des panthéons dus aux caricaturistes Roubaud, Bertall ou Nadar, tant comme poète, dramaturge et romancier que comme pamphlétiste et opposant à Napoléon III. D’une part, il est la figure emblématique confrontée à celle de l’empereur, comme en un corps-à-corps. D’autre part, il semble devoir sa présence graphique à son absence physique, en raison de son exil démonstratif, comme si son image multipliée et répétée cherchait à pallier son absence101. Son image - qu’elle soit sérieuse ou satirique - est alors douée d’une autre nature, moins restreinte, et devient le parfait substitut de sa personne.

  • 102 Cf. Ernst Kris, Psychanalyse de l’art, Paris, PUF, coll. « Le fil rouge », 1978, p. 246.
  • 103 Ibidem, pp. 246-247.

22Par l’effet de loupe et de grossissement qu’elle opère, la caricature révèle, en effet, une pratique générique nouvelle de l’image comme substitut de la réalité. Se profile alors le pouvoir magique de l’image tel que Ernst Kris l’a explicité, en proposant que « l’image visuelle - et plus que toute autre, le portrait - est ressentie comme une sorte de double de l’objet représenté »102. Dès lors, il est évident qu’en confrontant l’opinion lapidaire de Baudelaire et la pratique de l’image, cette dernière est plus qu’une modeste représentation. De ce fait, le culte dont elle est douée appartient à une autre sphère que celle de l’objet. Kris en donne quelques exemples significatifs : « L’amant qui déchire la photographie de l’infidèle, le révolutionnaire qui déboulonne la statue du chef, la foule en colère qui brûle un mannequin de paille représentant le maître qu’elle récuse, confirment que cette croyance en le pouvoir magique de l’image peut toujours retrouver sa vigueur... »103

Notes

65 Cf. Édouard Drumont, La France juive, Paris, Flammarion, 1886, t. II, p. 422.

66 C’est le nouveau patronyme dont la caricature, le pamphlet et la chanson de circonstance affublent Daniel Wilson.

67 Pour une étude poussée de ce scandale, cf. Adrien Dansette, L’Affaire Wilson et la chute du Président Grévy, Paris, Librairie Académique Perrin, 1936.

68 Wilson annonçait la publication de ses Mémoires personnels, où il promettait de brosser des portraits au vitriol des personnalités politiques et parlementaires qu’il avait côtoyées durant sa carrière. Ces dossiers et mémoires suscitaient une telle crainte, que Louis Barthou, ministre de l’Intérieur, entreprit en 1897 des démarches auprès de leur propriétaire pour les acquérir. Cf. Jean-Yves Mollier, Le scandale de Panama, Paris, Fayard, 1991, p. 25 et pp. 273-275.

69 Ibidem.

70 Beau-père et cousin du parlementaire Joseph Reinach.

71 Les historiens se sont aussi heurtés à ce problème. Cf. J. -Y. Mollier, Le scandale de Panama, op. cit., pp. 522-524.

72 Pépin, « Ah ! Quel bonheur d’avoir un gendre ! », in Le Grelot, 27 novembre 1887.

73 Uzes, « Rubans et croix », in Le Courrier français, 14 novembre 1886.

74 Chanson imprimée à Paris, à La Lyre, Bertinot et Marboux éditeurs.

75 APPP, BA/873.

76 Ibidem, BA/874.

77 J. -Y. Mollier publie cette liste en annexe de son ouvrage, Le scandale de Panama, op. cit., pp. 522-524.

78 Pour élaborer ce corpus « panamiste », nous avons, d’une part puisé dans les dossiers des APPP (série BA) qui contiennent les documents imprimés saisis par la police, et d’autre part consulté par sondages, les journaux illustrés publiés entre 1892 et 1900 (La Bataille, Le Don Quichotte, La Libre Parole, Le Parti ouvrier, Le Petit journal, Le Petit Parisien, Le Charivari, Le Grelot, Le Courrier français, Le Pilori...), en orientant nos recherches d’après l’ouvrage de J.-Y. Mollier, Le scandale de Panama, op. cit., et sa chronologie, qui nous ont permis de circonscrire les retentissants soubresauts du scandale susceptibles d’être traités par l’image. Ont été exclus de ce comptage, les protagonistes directs de l’affaire (Herz, J. de Reinach, F. de Lesseps...) qui n’appartenaient pas officiellement au personnel politique.

79 Ministre, député, sénateur...

80 Cf., par exemple, l’affiche de Charles Lévy, éditée par Dufayel, en décembre 1892, APPP, BA/190. Dans cette veine, le caricaturiste Caran d’Ache a publié un album consacré au scandale, sous le titre explicite : Carnet de chèques, 1892.

81 Cf. infra, par rapport à Loubet.

82 Cf. Charles Gilbert-Martin, in Le Don Quichotte, 20 novembre 1892. Cette caricature représente un « actionnaire du Panama », réduit à la condition de mendiant vêtu de guenilles et obligé de se faire chanteur des rues (et de ses malheurs !).

83 Cf. infra, pp. 118-124.

84 In La Libre Parole, 6 juillet 1899.

85 Ibidem, 4 juillet 1899.

86 « Histoire anecdotique, authentique et véridique de Panama Ier -, 1899, lithographie polychrome, La Libre Parole éditeur, APPP, BA/53.

87 Cf. « La propagande par l’image, Loubet devant le peuple », in La Libre Parole, 25 novembre 1899.

88 Cf. la réclame publiée in La Libre Parole, 24 novembre 1899

89 C’est à la fois le quartier du Croissant où se trouvent les imprimeurs et... celui de la Bourse.

90 APPP BA/53. (Souligné dans le texte).

91 Ibidem, rapport du 28 novembre 1899

92 Cf. La Paix, 1er décembre 1899.

93 Y. Zeddé, article in La Paix, 1er décembre 1899.

94 Orens, En voulez-vous des affaires ?, lithographie, janvier 1905, L’Actualiste éditeur. En légende, Marianne répond à la question : « Quand il n’y en a plus, y en a encore ».

95 Cité par M. Melot, in J. Adhémar (dir.), Connaître et choisir..., op. cit., p. 211.

96 Sur ces inventions, cf. Jean Mitry, Histoire du Cinéma, Paris, Éditions universitaires, 1967, t. I, pp. 21-27 ; Gilles Deleuze, Cinéma 1, L’image-mouvement, Paris, Minuit, 1983, pp. 12-14.

97 Cf. Jonathan Crary, L’art de l’observateur.... op. cit., p. 163

98 Cf. Rosalind Krauss, Le Photographique, Pour une théorie des écarts, Paris, Macula, 1990, pp. 37-56.

99 Cf. W. Benjamin, Charles Baudelaire, un poète lyrique à l’apogée du capitalisme, Paris, Payot, 1990, p. 180.

100 Cf. cat. expo. La Gloire de Victor Hugo, Paris, Grand Palais, 1985.

101 Cf. Bertrand Tillier, « Nadar caricaturiste », in Le Serment des Horaces, n° 6, décembre 1991, pp. 115-133.

102 Cf. Ernst Kris, Psychanalyse de l’art, Paris, PUF, coll. « Le fil rouge », 1978, p. 246.

103 Ibidem, pp. 246-247.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search