Version classiqueVersion mobile

La Républicature

 | 
Bertrand Tillier

Deuxième partie. La tentation de la personnalisation

L'affaire Boulanger et la personnalisation du pouvoir

Texte intégral

1Le culte ambiant de la personnalité et de l'individu a d'inévitables répercussions sur la politique républicaine, d'autant que celle-ci l'exacerbe pour honorer le grand homme, dans l'optique de se construire un passé et une mémoire peuplés de figures exemplaires et de héros. Dès lors, se profile une personnalisation du pouvoir, comme le Second Empire avait vu se dessiner en filigrane la personnalisation du contre-pouvoir avec Victor Hugo.

  • 26 Cf. Jean Garrigues, Le général Boulanger, Paris, Olivier Orban, 1991, p. 99.
  • 27 Ibidem.
  • 28 Ibidem, p. 94. Il s’agit évidemment d’un jouet pour enfant largement diffusé par les camelots (...)

2En 1886-1887, naît un mouvement d'opinion en faveur du général Boulanger, qui met en pleine lumière le danger politique que représente cette personnalisation du pouvoir, dont la classe politique a pleinement conscience. L'extraordinaire popularité de Boulanger n'est qu'une exaltation nouvelle du césarisme. Dans L'Action, un proche du général – Henri Michelin - souligne que la « manifestation n'était pas en faveur d'un homme, mais en faveur des principes qu'il personnifie : la défense nationale et la dignité de la République »26. Ces lignes sont très explicites. Leur articulation se fait en trois points forts particulièrement révélateurs : un homme qui personnifie la république. Boulanger serait, en son corps, porteur et garant des principes républicains, ainsi que de l’État. Boulanger agace par sa notoriété. Les Radicaux, dont il fut la « création » politique, expriment très clairement leurs réticences dans les colonnes de La Justice : « Les républicains ont pour premier devoir de ne jamais exalter à ce point un individu. C’est à l’idée, à l’idée seule, qu’ils doivent leurs hommages. »27 En dénonçant cette personnalisation, les radicaux insistent dans le même temps sur l’idée, dont l’abstraction doit s’opposer au corps du célèbre général adulé, dans lequel on voit la France se relever. Dans son ouvrage consacré au général, J. Garrigues évoque même un culbuto pour enfant intitulé Le général toujours debout, dont la notice d’utilisation explique : « Par le mécanisme de sa construction, cette statuette se relève avec énergie, de quelque manière que l’on cherche à la renverser. »28

  • 29 D’autant que pendant un temps, royalistes et bonapartistes se sont alliés à Boulanger, dans l’ (...)
  • 30 Cf. Ralph E. Giesey, Le roi ne meurt jamais, op. cit. Cette réalité pourrait être résumée dans (...)

3L’affaire Boulanger n’est finalement que la résurgence de l’histoire monarchique de la France29, où la personnalisation du pouvoir est centrale, puissante et majeure. Marquée par la personne du roi qui ne meurt jamais30, cette personnalisation inscrit le pouvoir dans la permanence et la continuité, et le projette dans une éternité.

  • 31 Cité par Jean Garrigues, Le Boulangisme, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1992, p. 4.
  • 32 Ibidem, p. 9.

4Dans un pays en pleine crise économique, un malaise social s’installe. Le régime parlementaire donne de lui-même une image d’impuissance, de division, d’affairisme et de scandales. Dans Le Cri du Peuple, la polémiste Séverine expliquera ainsi le succès de Boulanger : « C’est le dégoût, non pas de la République, grand Dieu ! mais de “votre” République telle que l’ont faite vos amis, de ce régime bâtard, sans cœur et sans entrailles... »31 Par les valeurs de générosité et de courage qu’il défend, Boulanger a bien été pris pour le cœur et les entrailles dont la république était dépourvue. Le général apparaît en effet comme une véritable providence. Et cette volonté de l’opinion publique de personnaliser à nouveau le régime, en la personne de Boulanger, correspond aussi et surtout à la nécessité de donner à voir de la France un corps glorieux. Comme le note J. Garrigues, en parlant du général : « C’est avant tout sur son charisme individuel que se construira le mouvement boulangiste. »32

  • 33 Cf. livraison polychrome spéciale, consacrée au général, 25 juillet 1886.

5Blessé à plusieurs reprises - ce qui lui valut des décorations - le général Boulanger porte en sa chair les stigmates de son courage à défendre la patrie. Très rapidement, il apparaît à la France comme le vengeur de 1870 et l’incarnation de l’honneur national, ce qui lui vaudra le surnom de Général Revanche. « Il a compris que la France humiliée [...] avait soif d’un prince ou tout au moins d’un soldat ; et puisque la nation aime le panache, il s’est mis à agiter le sien devant la foule », peut-on lire dans Le Figaro33. Ce qui séduit en effet certainement beaucoup l’opinion publique, c’est le corps vaillant et glorieux de ce militaire, dont l’éclat n’est pas comparable à celui, terni, des dirigeants républicains austères.

  • 34 Cité par Hubert Juin, dans sa préface à : Alphonse Allais, Captain Cap, Paris, 10/18, 198 (...)

6Dans cette personnalisation du pouvoir qu’est la crise boulangiste, le corps du général admiré n’est pas sans importance. La presse le décrit comme un « homme sain », « en pleine force de l’âge », « magnifique et puissant »... C’est d’ailleurs ce que révèlent par renversement les propos d’Alphonse Allais, qui justifient sa haine de la politique par ce qu’elle peut engendrer : le général Boulanger. Admirateur inconditionnel des savants et de Charles Cros, il se livre à une dérisoire démonstration scientifique : « Le général Boulanger dont vous faisiez un Dieu pesait quatre-vingt-deux kilogrammes ; il représentait environ soixante-cinq kilogrammes d’eau. Donc pour quatre-vingt-deux cris de Vive Boulanger, vous devez en compter soixante-cinq qui s’adressaient à de l’eau pure. Voilà bien les grandeurs humaines, les voilà bien ! »34 Il est en effet remarquable que, pour miner son adversaire, Allais s’attaque à son corps physique qu’il réduit à un simple liquide transparent et incolore.

  • 35 Cf. Adrien Dansette, Le Boulangisme, Paris, Fayard, 1946, p. 145.

7La personnalisation du pouvoir que condense la crise boulangiste montre aussi l’importance de l’image comme moyen de réclame et comme illusion, telle qu’Adrien Dansette l’a définie : « Boulanger était une figure mythique, le fruit d’une attente, une publicité et une émotion. »35 Dans sa Scène de propagande déjà évoquée, Eugène Buland a montré, dans une demeure paysanne, trois générations attentives au boniment politique et mercantile d’un camelot boulangiste et nationaliste identifiable à la cocarde tricolore qu’il porte au veston. Il s’agit bien d’une scène de propagande boulangiste, car le peintre nous montre le camelot à l’œuvre, présentant à ses interlocuteurs des effigies polychromes gravées du général. Cette œuvre illustre aussi (indirectement ? ) le rôle joué par l’effigie largement diffusée de Boulanger.

8Les trois images représentées dans cette peinture montrent le général selon trois types de portraits : en pied, en buste et à cheval dans un genre classique et ancien que l’on dit « en majesté », « en gloire » ou « triomphant ». Ces trois images, telles qu’elles sont représentées, sont disposées pour être parfaitement vues et lisibles par le spectateur. Le camelot tient l’une d’elles en main gauche, déroulée face au spectateur, tandis que les deux autres gisent sur le sol. Celles-ci ne sont pas disposées par hasard au bas de l’armoire du camelot. En effet, elles jouxtent trois têtes de pantins à ressorts. Bien que non identifiables, ces trois effigies ne sont pas sans laisser penser à une attaque antiparlementaire. À la même époque, la caricature graphique utilise de manière récurrente ce vocable du guignol, du pantin et de la marionnette, pour railler les républicains du gouvernement. Par cette juxtaposition de portraits conventionnels sinon classiques du général et de guignols, le peintre affirme la supériorité de Boulanger par l’image de son corps glorieux mis en radicale opposition avec les corps simplifiés à l’extrême de ces pantins qui ne sont que des ressorts mécaniques dénués de tout sentiment.

  • 36 Cf. Anonyme, Le Procès du général Boulanger, Rochefort, Dillon, devant la Haute Cour de J (...)
  • 37 J. Garrigues en a recensé plus de 600, ainsi que 370 chansons populaires (in J. Garrigues, (...)
  • 38 Dans ces jeux, le roi de cœur est évidemment le général Boulanger !
  • 39 Cet inventaire a été dressé par Jean Garrigues, in Le général Boulanger, op. cit., p. 94.
  • 40 Cf. Anonyme, Le Procès du général Boulanger, op. cit., p. 122.
  • 41 Ibidem, p. 15.
  • 42 Ibidem, p. 99.
  • 43 5 centimes. Ibidem, p. 71.
  • 44 Ibidem, p. 71. La Haute Cour considère ces brochures comme des « biographies héroïques ». (...)

9Lors du procès de 1889, le procureur général Quesnay de Beaurepaire remarque : « Dans notre pays, à la fin du xixe siècle, il était admis qu’un homme pût être au-dessus des lois. » 36 La supériorité du général Boulanger est, par un jeu de métaphores corporelles, clairement exprimée dans cette œuvre qui appartient en fait à un véritable programme de propagande politique par l’image. Gravures, biographies illustrées, photographies représentant le général sont diffusées dans la France entière37, ainsi que des objets surprenants par leur diversité hétéroclite : pipe-Boulanger, foulard-Boulanger, montre-Boulanger, savon-Boulanger, cartes à jouer-Boulanger38, canne-Boulanger, liqueur-Boulanger... !39, qui constituent une « entreprise commerciale d’enthousiasme »40. L’acte d’accusation du procès de Boulanger comprend d’ailleurs une argumentation relative à l’image. Et Quesnay de Beaurepaire d’expliquer : Boulanger « fut appelé au ministère de la Guerre au mois de janvier 1886. Disposant désormais de moyens, il se met résolument à l’œuvre. Il se livre dans toute la France à une propagande effrénée. Le dossier renferme 44 portraits différents de lui, dont seize sont suivis de véritables légendes à l’usage des classes populaires. Dans une de ces images, il est représenté sous un dais portant les attributs de la souveraineté. Au bas, figure le titre significatif de Boulanger protecteur »41. Celui que la Haute Cour accuse d’avoir été un « général politique »42 - alors que son statut de militaire actif lui interdisait de s’engager dans toute politique militante et le rendait de fait inéligible - s’attache à forger sa légende de triomphateur, notamment par un recours massif et permanent à la biographie illustrée et à l’imagerie de propagande. Il diffuse ainsi des brochures illustrées, coloriées, avec son portrait en frontispice, que leur prix modique43 rend accessibles à un large public. En outre, sous son ministère, Boulanger distribue gratuitement des biographies « dans les écoles primaires de toutes les communes de France »44.

  • 45 Ibidem, p. 71.
  • 46 Ibidem, p. 72.
  • 47 Le mot est cité. Ibidem, p. 72.
  • 48 Ibidem, p. 74.

10Dans l’évaluation de la tentative de renversement de la république ourdie par Boulanger et ses principaux complices, le rôle de l’image est, à plusieurs reprises, mis en évidence par le tribunal. On accuse Boulanger d’avoir abusé de ses fonctions de ministre de la Guerre pour favoriser sa propre propagande, en outre partiellement financée avec les fonds de l’État alloués à son ministère. Mais on dénonce surtout sa pratique particulièrement active de l’image destinée à susciter « l’admiration des grands et des petits pour la personne de M. le ministre de la Guerre »45. Le tribunal cite ainsi deux chromos imprimés en Allemagne, en octobre 1888, « représentant l’un le général Boulanger à cheval au milieu d’une bataille, et l’autre ne donnant que son buste »46. Or, au-delà de la pratique, la condamnation s’applique au caractère belliqueux47 des images livrées à l’admiration des Français, comme autant d’incitations à un coup d’Etat. Et le procureur général de conclure : « Tous ces portraits, envoyés en France, avaient pour but d’arriver au résultat final, c’est-à-dire, non pas à la diffusion des lumières, mais des traits du général et étaient destinés sans doute à produire des manifestations qui devaient conduire fatalement à un plébiscite. »48

  • 49 En 1889, le ministère de l’Intérieur ordonne une saisie de tout document boulangiste (brochure (...)

11Il est surprenant que les actes de ce procès ne mentionnent aucun grief relatif à la propagande photographique pourtant massive opérée par Boulanger et son entourage. Dès sa nommination au ministère de la Guerre, des portraits photographiques sont vendus et abondamment diffusés, en particulier au sein de l’armée portée par un ardent nationalisme revanchard. De même, sa photographie est généreusement distribuée lors de la campagne électorale de 1888. Enfin, comme on le verra, son exil bruxellois n’a pas endigué ce formidable déluge qu’il semble avoir au contraire renforcé, pour promouvoir auprès des partisans l’image d’un martyr de sa cause. Le gouvernement sera d’ailleurs obligé de prendre des mesures extra-légales de censure49.

  • 50 Il ne s’agit donc pas d’une initiative personnelle, même si Boulanger en retira un profit cert (...)
  • 51 Un critique du Charivari note la multiplication des portraits de Boulanger au Salon de 1887, s (...)

12Dès 1886 paraît une biographie laudatrice anonyme, qui en quelques semaines se vend à près de 100000 exemplaires, bien que l’intéressé ne l’ait pas légalement autorisée50. L’extrême popularité de Boulanger est indéniable. Mais le plus intéressant réside dans une remarque du journal Le Matin, qui estime que les deux-tiers des ventes de cet ouvrage sont motivés par l’irrépressible envie du public de voir les traits du général, sur l’unique photographie du frontispice. Au même moment se multiplient des portraits photographiques non commandés par le modèle et vendus par des photographes et des imprimeurs désireux de réaliser des gains rapides et importants. Sa véritable propagande organisée ne commence qu’en mai 1887, après sa démission du ministère de la Guerre. Mais Boulanger jouit déjà d’une immense popularité51, qu’il n’aura plus alors qu’à consolider.

  • 52 Arthur Dillon est le principal responsable de cette propagande. Ancien directeur de la Compagn (...)
  • 53 In Le Correspondant, 15 avril 1888.
  • 54 Autre source (indirecte) de confirmation : une chanson circule à cette même époque, intitulée (...)

13Quand commence la campagne électorale de 1888, l’organisation politique de Boulanger, solidement établie, se lance dans une propagande photographique massive. Le parti aurait ainsi dépensé 450000 francs, essentiellement en clichés imprimés à Bruxelles et en Allemagne, entrant secrètement en France par Le Havre. Le succès de cette entreprise « à l’américaine »52 est tel qu’un chroniqueur du Correspondant53remarque que chaque maison du Nord de la France exhibe un portrait du général sur ses murs. Les quantités d’images diffusées sont en effet impressionnantes, comme le confirme le journal Le xixe siècle, qui rapporte qu’un imprimeur allemand nommé Gustav Seitz aurait tiré 1300000 exemplaires d’un portrait photographique du général54.

  • 55 Ancien communard et membre de l’Internationale, il s’était réfugié en Belgique dès les débuts (...)
  • 56 Cf. APPP, BA/971, op. cit., 6 avril 1889.
  • 57 Pirou, Portrait du général Boulanger, photographie, 1888, H. 0,09 x L. 0,06 m., Paris, BN (...)
  • 58 Serni, La tunique du général Boulanger, photographie, circa 1888, H. 0,09 x L. 0,06 m., P (...)

14Boulanger était conscient des possibilités et de l’efficacité de la photographie dans le cadre de son entreprise politique. Ainsi, un rapport de police mentionne que, dès leur arrivée à Bruxelles, Boulanger et Dillon sont entrés en contact avec un photographe nommé Émile Aubry55, qui devait sa notoriété et son aisance à la mise au point d’une nouvelle technique permettant de tirer un grand nombre de clichés à partir du même négatif56. Profitant des progrès techniques de la photographie, Boulanger a su parfaitement adapter cette technique relativement récente à ses principes de propagande et de personnalisation. Sa campagne photographique comprend, en effet, surtout des portraits de lui-même. L’exemple le plus typique en est une photographie57 du général en pied et en uniforme, exécutée par le photographe parisien Eugène Pirou. Le modèle y apparaît, comme sur ses gravures contemporaines, dans toute la splendeur de son corps sain, bardé de médailles et de décorations et doté d’un visage impressionnant de solennité. Le dynamisme, le panache et l’héroïsme du général sont ainsi proclamés par le biais de son corps glorieux et puissant. Dans le même dessein, une photographie de la tunique ensanglantée et lacérée que portait Boulanger lors de la bataille de Turbigo, en 1859, réalisée par Serni, est largement diffusée pour exalter le courage physique et l’héroïsme du militaire58. Cette photographie promeut implicitement le corps du général par le raccourci de son uniforme. Cette métonymie est évidemment percutante et habile dans la mesure où elle donne à la fois à voir et à imaginer, pour créer la légende et forger une mythologie.

  • 59 Paul Nadar (1856-1939), fils du célèbre caricaturiste et photographe Félix Tournachon, dit Nad (...)
  • 60 In Le Figaro, 23 novembre 1889.

15Après sa condamnation et son exil, pour tenter de revigorer son mouvement en France et essayer de maintenir sa position de chef politique, Boulanger recourt encore à la photographie, comme marqueur de présence physique, au lieu de rentrer en France. Il commande alors au journaliste Charles Chincholle - un ami de longue date - et au photographe Paul Nadar59, une photo-interview qui sera publiée dans le supplément littéraire du Figaro60. En un ensemble de 24 photographies choisies par le général lui-même, celui-ci se donne en spectacle. Chaque vue, associée à une mise en page dynamique, montre une gestuelle très élaborée, alternant l’emphase de l’action et le calme de la réflexion, les poses assises et en pied. Pointant le doigt, il évoque la conviction de son autorité politique dans la légende narrative. Debout à côté d’un fauteuil, il parle de son avenir politique. Puis il s’assied à son bureau, comme pour y écrire, donnant ainsi l’image d’un théoricien politique actif.

  • 61 Charles Gilbert-Martin, « Ne bougeons plus ! », in Le Don Quichotte, 30 novembre 1889.
  • 62 Les aventures galantes du général étaient déjà célèbres, comme le prouvent les innombrables ra (...)

16La réception critique de cette publication ne se fit pas attendre. On accusa Le Figaro de vouloir à la fois augmenter ses ventes et redonner une impulsion au mouvement boulangiste mourant. Mais l’approche la plus pertinente et subtile est peut-être celle du caricaturiste Gilbert-Martin61, qui montre le général posant devant un photographe, entouré de dix vignettes pastichant des portraits-cartes de visite, où Boulanger s’exhibe en une parade physique et spectaculaire ambitieuse mais finalement pitoyable : il joue de la grosse caisse, fait du trapèze, lève des poids de foire, pose les bras croisés et le regard ténébreux, le front en avant dans une attitude proche de celle de Victor Hugo, et se tient une main dans le veston, singeant la pose légendaire et stéréotypée de Napoléon. Les quatre dernières vignettes dénoncent les dérapages possibles de ce genre de pratiques, sur lesquelles le dessinateur ironise, dans un répertoire frivole62 et scatologique, en représentant le général se déshabillant pour finalement montrer son cul en retirant sa chemise. Si Gilbert-Martin tourne en dérision les capacités physiques - et par là-même le corps - de Boulanger, de même que son envie de séduire, il dénonce aussi la caducité de son programme politique volontairement éludé au profit du pur spectacle offert par la photographie.

  • 63 Pépin, « La dernière pose », in Le Grelot, 11 octobre 1891.

17L’utilisation intelligente de la photographie par Boulanger fut rapidement comprise. Son efficacité, dans le cadre de la propagande politique, de l’incarnation et de la personnalisation du pouvoir, fut également perçue, comme l’illustre une charge quelque peu cynique et macabre publiée par Pépin, quelques jours après le suicide du général au cimetière d’Ixelles, le 30 septembre 1891, sur la tombe de sa maîtresse. Intitulé La dernière pose63, le dessin représente le général, prêt à se suicider, un pistolet sur la tempe, attendant que le photographe convoqué par ses soins, soit opérationnel !

  • 64 Toutes les citations consacrées à cette « affaire » sont extraites d’une lettre ouverte du doc (...)

18L’image fut donc particulièrement présente dans ce processus de personnalisation du pouvoir, auquel la république se trouve confrontée dans son présent et pour son avenir. Ainsi, en 1888, une polémique se fait jour à Auxerre autour de cette question, par rapport - cette fois-ci - à l’effigie de Sadi Carnot. Un des conseillers municipaux de la ville demande l’enlèvement du portrait du président de la République dans la salle du Conseil municipal, arguant que « la force de la République réside dans l’impersonnalité du pouvoir ». Un député de l’Yonne réplique aussitôt dans la presse pour tenter de régler ce qu’il appelle « l’affaire du portrait de M. Carnot ». Pour étayer sa démonstration, il se réfère alors à l’actuelle crise boulangiste et à quelques épisodes d’une histoire plus ancienne : « Les portraits de Napoléon Bonaparte ont contribué à l’avènement de Napoléon Ier ; ceux de son neveu ont servi beaucoup la chute de la seconde République. N’écouterez-vous pas les leçons de l’Histoire... ? » interroge-t-il, en déclarant que « la majorité des électeurs saisit mal les idées abstraites » et que l’impersonnalité du pouvoir s’exerce « par une Chambre profondément divisée et irresponsable »64 qui ne saurait endiguer une quelconque tentative de renversement politique. En l’occurrence, le député sigmatise le rôle capital que l’image du chef politique peut jouer dans un sens comme dans l’autre, pour une personnalisation ou une personnification du pouvoir. C’est pourquoi il propose, à tous les maires de l’Yonne qui en font la demande, d’envoyer un portrait du président pour la mairie ou l’école communale.

Notes

26 Cf. Jean Garrigues, Le général Boulanger, Paris, Olivier Orban, 1991, p. 99.

27 Ibidem.

28 Ibidem, p. 94. Il s’agit évidemment d’un jouet pour enfant largement diffusé par les camelots et colporteurs acquis à la cause boulangiste.

29 D’autant que pendant un temps, royalistes et bonapartistes se sont alliés à Boulanger, dans l’espoir de recouvrer le pouvoir.

30 Cf. Ralph E. Giesey, Le roi ne meurt jamais, op. cit. Cette réalité pourrait être résumée dans la célèbre formule : « Le Roi est mort ! Vive le Roi ! », qui dit à la fois la mort du monarque et l’avènement de son successeur.

31 Cité par Jean Garrigues, Le Boulangisme, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1992, p. 4.

32 Ibidem, p. 9.

33 Cf. livraison polychrome spéciale, consacrée au général, 25 juillet 1886.

34 Cité par Hubert Juin, dans sa préface à : Alphonse Allais, Captain Cap, Paris, 10/18, 1985, pp. xiv-xv.

35 Cf. Adrien Dansette, Le Boulangisme, Paris, Fayard, 1946, p. 145.

36 Cf. Anonyme, Le Procès du général Boulanger, Rochefort, Dillon, devant la Haute Cour de Justice, Paris, Librairie française, 1889, p. 235.

37 J. Garrigues en a recensé plus de 600, ainsi que 370 chansons populaires (in J. Garrigues, Le boulangisme, op. cit., p. 19).

38 Dans ces jeux, le roi de cœur est évidemment le général Boulanger !

39 Cet inventaire a été dressé par Jean Garrigues, in Le général Boulanger, op. cit., p. 94.

40 Cf. Anonyme, Le Procès du général Boulanger, op. cit., p. 122.

41 Ibidem, p. 15.

42 Ibidem, p. 99.

43 5 centimes. Ibidem, p. 71.

44 Ibidem, p. 71. La Haute Cour considère ces brochures comme des « biographies héroïques ». Ibidem, p. 199.

45 Ibidem, p. 71.

46 Ibidem, p. 72.

47 Le mot est cité. Ibidem, p. 72.

48 Ibidem, p. 74.

49 En 1889, le ministère de l’Intérieur ordonne une saisie de tout document boulangiste (brochures, placards, affiches, images coloriées...), en spécifiant que les portraits gravés et photographiques sont tout autant visés par ces mesures. Cf. APPP, BA/971, « Propagande boulangiste », 3 mars 1889.

50 Il ne s’agit donc pas d’une initiative personnelle, même si Boulanger en retira un profit certain.

51 Un critique du Charivari note la multiplication des portraits de Boulanger au Salon de 1887, sous le titre : « Les Cent portraits du Général. » Cité par Donald English, in Political Uses of Photography in the Third French Republic, 1871-1914, Ann Arbor, UMI, 1984, p. 116.

52 Arthur Dillon est le principal responsable de cette propagande. Ancien directeur de la Compagnie franco-américaine du Télégraphe de New York, il avait longuement observé aux États-Unis les nouvelles techniques de réclame commerciale et de propagande politique.

53 In Le Correspondant, 15 avril 1888.

54 Autre source (indirecte) de confirmation : une chanson circule à cette même époque, intitulée Les portraits du Général Boulanger, qui raille son commerce coûteux avec l’Allemagne. Cf. Maurice Millot, La comédie boulangiste, chansons et satires, Paris, Ferreyrol, 1891, pp. 189-190.

55 Ancien communard et membre de l’Internationale, il s’était réfugié en Belgique dès les débuts de la répression versaillaise, en 1871.

56 Cf. APPP, BA/971, op. cit., 6 avril 1889.

57 Pirou, Portrait du général Boulanger, photographie, 1888, H. 0,09 x L. 0,06 m., Paris, BNF, Est., Série N. 2.

58 Serni, La tunique du général Boulanger, photographie, circa 1888, H. 0,09 x L. 0,06 m., Paris, APPP, doss. BA/71.

59 Paul Nadar (1856-1939), fils du célèbre caricaturiste et photographe Félix Tournachon, dit Nadar.

60 In Le Figaro, 23 novembre 1889.

61 Charles Gilbert-Martin, « Ne bougeons plus ! », in Le Don Quichotte, 30 novembre 1889.

62 Les aventures galantes du général étaient déjà célèbres, comme le prouvent les innombrables racontars publiés dans la presse et les allusions contenues dans les chansons populaires. Cf. M. Millot, La comédie boulangiste..., op. cit., qui en donne de nombreux exemples.

63 Pépin, « La dernière pose », in Le Grelot, 11 octobre 1891.

64 Toutes les citations consacrées à cette « affaire » sont extraites d’une lettre ouverte du docteur Javal (député de l’Yonne) au docteur Droin (conseiller municipal d’Auxerre) publiée dans La Constitution, journal de l’Yonne quotidien, 12 novembre 1888.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search