Version classiqueVersion mobile

La Républicature

 | 
Bertrand Tillier

Deuxième partie. La tentation de la personnalisation

Le culte de la personnalité et du grand homme

Texte intégral

1Le xixe siècle est un siècle altruiste, tourné vers l’attention et l’observation de l’autre ainsi que peut le résumer l’essor de pseudo-sciences telles que la physiognomonie et la phrénologie. Si ces fausses sciences cherchent à lire les défauts du caractère, elles s’ingénient aussi à déceler l’intelligence, voire le génie, par un souci de transparence des corps et des visages. Mais, d’une manière beaucoup plus large, ces pratiques du regard sur autrui entrent surtout dans le contexte d’un siècle en quête de sacralité.

  • 10 Cf. Honoré de Balzac, La Comédie humaine, « Le Cousin Pons », Paris, Gallimard, Éd. La Pl (...)

2Se forge dès lors un véritable culte des valeurs individuelles et de la personnalité, qui donne rapidement naissance à la notion de célébrité. Son avènement est caractéristique du xixe siècle, qui consacre avec la même facilité qu’il destitue la gloire. Dans cette insatiable soif de glorification et d’adulation des personnalités exemplaires qui se succèdent – les unes chassant souvent les autres - la société n’établit plus de distinction réellement marquée. C’est déjà ce que remarquait Balzac, dans la première moitié du siècle, quand il écrivait dans Le Cousin Pons, que son époque n’établissait plus de franche distinction entre les « célébrités », les « grands hommes » et les « miracles du hasard » 10.

  • 11 L’action de ce roman publié en 1880 se situe vers 1874.

3Ce phénomène traduit un besoin de valeurs et d’images. En effet, cette quête de sacralisation de l’individu s’exprime particulièrement par le vecteur qu’est l’image, rehaussée au statut d’icône, dans l’exercice d’un véritable culte. C’est ce que Alphonse Daudet tourne en dérision dans Numa Rumestan, par la voix de son héros, politicien local qui, faisant visiter sa ville à une parente, lui avoue que le socle vide qu’elle a sous les yeux attend sa propre statue ! 11

4Tout au long du xixe siècle, en une évolution patiente, la célébrité est envahie par l’image, qui lui confère un corps de gloire populaire. Les séries de portraits » sérieux » ou comiques se multiplient, sous les crayons d’innombrables dessinateurs. Le Panthéon comme temple laïque dédié « aux grands hommes » par une « patrie reconnaissante », restitué au culte religieux après la Révolution française, a laissé des marques indélébiles, qui se retrouvent dans les intitulés volontairement dérisoires mais significatifs du Panthéon charivarique ou du Panthéon-Nadar.

5Tout en honorant, d’une manière très particulière et ambiguë, les gloires d’une modernité - avec l’intention qu’elles durent - ces panthéons raillent l’envie de postérité des personnalités représentées. L’invention de la célébrité est un enjeu individuel et social que confirme, dès les années 1830, la multiplication des galeries et musées biographiques, consacrés aux contemporains, tant sur le mode sérieux - comme la Galerie de la Presse de Philipon ou la Galerie des contemporains illustres de Loménie - que sur le mode satirique - avec le Musée Dantan par le caricaturiste du même nom ou le Panthéon charivarique de Benjamin Roubaud. Ces caricaturistes, souvent doublés d’une plume de biographe, deviennent les démiurges de la notoriété, dont ils suscitent l’écho et l’ampleur, en même temps que les médiateurs entre les célébrités et le public.

6À la même période, naît un engouement pour les biographies succinctes, notules vendues en petites livraisons à bon marché. Eugène de Mirecourt, sous le Second Empire

7- avec sa série intitulée Les Contemporains - en est un exemple très révélateur. En un court texte doté d’un portrait gravé et d’une lettre autographe en frontispice, il conjugue délation, hargne et dithyrambe, pour croquer des portraits biographiques au goût de scandale, teintés de gauloiserie et de moralisme. Ces collections d’images et de textes cherchent en fait à constituer une image cohérente de leur temps, de leur présent, en s’adressant à la masse populaire, selon des modes de reproduction et de diffusion massifs.

8Ces panthéons grinçants et grimaçants participent à la société du spectacle, pour donner à voir des individus privilégiés comme exemples ou contre-exemples, mais toujours en suscitant un culte qui ne se démentira pas. En effet, à la fin du xixe siècle, dans les premières années de la république, notamment sous la plume d’André Gill, ces parutions poursuivent leur entreprise de « réclame » positive ou négative, sympathisante ou féroce, dans un but didactique et pédagogique manifeste. La série des Hommes du jour, associant des charges de Gill et des notices de Félicien Champsaur, publiée de 1878 à 1885, s’inscrit dans ce culte de la célébrité artistique, littéraire, mondaine et politique.

  • 12 On peut y ajouter les entrées aux Invalides, pour les personnalités militaires.

9Ce culte de la personnalité et de la célébrité trouve un formidable écho sous la Troisième République, dans sa pratique politique du culte du grand homme, dont la réouverture du Panthéon à l’occasion des funérailles nationales de Victor Hugo marque incontestablement l’apogée. En quelques années, les funérailles nationales ou organisées aux frais de l’État et les panthéonisations12 se multiplient après les élections d’octobre 1877 - qui assurent la première victoire aux républicains – et la fin de l’Ordre moral.

  • 13 Cf. Avner Ben Amos, « Les funérailles de Victor Hugo », in P. Nora (dir.), Lieux de (...)
  • 14 Claude Bernard (1878), Eugène Chevreul (1889), Louis Pasteur (1895)...
  • 15 Henri Martin (1883), Victor Hugo (1885), Émile Zola (1908)...
  • 16 Charles Gounod (1893).
  • 17 Citons à titre d’exemples : colonel Denfert-Rochereau (1878), général Chanzy (1883), Lazare Ca (...)

10Contrairement à ceux qui ont vu dans ces rites officiels une pratique réservée aux seuls hommes politiques, il faut se rendre à l’évidence. Pour la période 1878-190013, sur trente-et-une cérémonies, treize seulement concernent des hommes politiques. Les autres sont des savants14, des écrivains15, un musicien16 et des militaires17. Ce culte du grand homme dépasse donc largement la sphère politique et, en s’ouvrant à la science et aux arts, dévoile la nécessité du régime encore précaire qu’est la république, de se doter d’une identité unanime et d’une mémoire officielle. Le grand homme devient le vecteur de ce culte, dont on retrouve les échos dans les pratiques pédagogiques et éducatives.

  • 18 Cf. déclaration du 2 août 1880, à l’époque où Ferry est ministre de l’Instruction publique.
  • 19 Cf. A. Ben Amos, op.cit., p. 473.

11L’établissement de la république et les lois de Ferry sur l’enseignement instituent l’histoire comme discipline principale et obligatoire dans le système éducatif mis en place. Après la défaite de 1870 et au moment même où la république cherche à s’instaurer dans la durée, la nécessité s’impose d’inscrire l’idée républicaine et l’unité nationale dans un passé digne d’admiration. Le manuel d’histoire, qui connaît alors un véritable essor, devient le lieu d’un double enjeu : donner un récit au passé et (pour) construire ce dernier. Le grand homme et le héros occupent une place majeure dans cette démarche, où l’histoire enseignée est d’essence biographique. Le Tour de la France par deux enfants procède bien selon cette optique, mêlant les leçons de choses et les « leçons d’hommes », selon la volonté de Jules Ferry : « L’enseignement fera connaître surtout les personnages dignes de servir d’exemple et ceux qui ont le plus contribué aux progrès de l’humanité. » 18 Si elle n’invente ni la panthéonisation, ni les funérailles nationales, la Troisième République innove quand elle fait de ces cérémonies un véritable rituel d’éducation républicaine, par une démocratisation. Et comme le note Avner Ben Amos, « cette démocratisation sanctionnait implicitement un nouveau contrat entre l’individu et la société, la nation et le citoyen »19.

  • 20 Sur ce point, consulter le travail pionnier : Maurice Agulhon, « La statuomanie et l’hist (...)
  • 21 Ibidem, p. 143.

12Le développement massif de la statuaire publique, qui n’est pas nouveau, mais que la Troisième République va également radicaliser n’est rien d’autre qu’une manifestation de ce culte, par un acte décisif et démocratique20. Notre regard actuel, banalisé et habitué à la présence nombreuse de ces statues, dans toute ville de France, occulte partiellement les débats et les tensions dont elles ont été l’objet. Marquée par un Ancien Régime pluriséculaire, la sculpture est, dans les mentalités du xixe siècle, un honneur réservé aux monarques et aux saints, perçus comme des personnages hors du commun. Une personnalité notoire s’inscrit normalement dans les images anodines et éphémères de la gravure et de la caricature. En revanche, l’offrir au regard public dans la permanence du marbre ou du bronze est une décision d’un tout autre ordre. En l’adoptant, la Troisième République, selon une sorte d’ethique nouvelle de l’homme, procède de l’idée que tout individu ordinaire - au sens où il n’est doué d’aucun caractère sacré - peut être honoré et statufié. Il s’agit d’un processus de démocratisation, dont le principe est une reconnaissance publique des mérites personnels et laïques, comme l’explique Maurice Agulhon21.

  • 22 Cf. Dujardin-Beau-metz, Discours prononcésde 1905 à 1911, Paris, Dupont, 1913, p. 64.

13Le discours d’inauguration d’un monument au peintre Eugène Fromentin, prononcé à La Rochelle le 1er octobre 1905, par Dujardin-Beaumetz, présente une extrapolation très explicite : « Les monuments élevés aux hommes qui ont le mieux servi le pays ne sont pas seulement le témoignage de la reconnaissance publique, ils servent à montrer aux générations nouvelles, comme un exemple, leur vie et leur œuvre. » 22 Cette approche de la statuaire commémorative a finalement les mêmes vocations que les fondements de l’enseignement définis par Jules Ferry.

14Dans une telle optique pédagogique, le culte du grand homme s’épanouit dans un « champ » presque illimité, qui suscitera la fortune critique du terme de « statuomanie », dans lequel certains ont vu une véritable pathologie de la Troisième République. Le célèbre journaliste ultramontain Louis Veuillot ironisait déjà quelques décennies plus tôt sur le phénomène qui allait trouver toute son ampleur avec la république : « Il est florissant, ce culte des "grands hommes” qui ont enlevé un corps de garde, inventé une mécanique, faufilé des sophismes, carillonné des rimes ; il efface quasi le culte de Dieu et des saints ! »

15Cf. Louis Veuillot, Œuvres complètes, Paris, Gaume-Duprey, 1860, t. viii, p. 178.

  • 24 Cet ouvrage a été originellement publié en 1926.
  • 25 Cf. Louis Aragon, Le paysan de Paris, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1991, p. 187.

16Bien qu’excessive, cette charge verbale de Veuillot n’est pas entièrement fausse. La Troisième République, dans l’exercice de son culte du grand homme, honore militaires, inventeurs, philosophes, écrivains et poètes, artistes et savants, comme dans une volonté de se constituer un « panthéon de plein air », susceptible de devenir l’objet, le support et la justification d’un culte. Rien d’étonnant, donc, à ce que Veuillot fustige ces monuments élevés à la mémoire de dérisoires divinités. Dans un ouvrage largement ultérieur - Le paysan de Paris24 - Aragon s’emportera également, dans un registre religieux, contre cette monomanie de la Troisième République : « C’est de la statuomanie qu’elle périra, l’humanité. Le dieu des Juifs qui craignait la concurrence savait ce qu’il faisait, prohibant les images taillées. » 25

17Mais ce culte révèle surtout la nécessité, pour la république, de consacrer des individus comme personnifications et incarnations d’une mémoire polymorphe, dont les fondements sont censés assurer une éducation sinon une véritable propagande.

Notes

10 Cf. Honoré de Balzac, La Comédie humaine, « Le Cousin Pons », Paris, Gallimard, Éd. La Pléiade, 1981, t. vii, p. 487.

11 L’action de ce roman publié en 1880 se situe vers 1874.

12 On peut y ajouter les entrées aux Invalides, pour les personnalités militaires.

13 Cf. Avner Ben Amos, « Les funérailles de Victor Hugo », in P. Nora (dir.), Lieux de mémoire, I, LaRépublique, op. cit., pp. 516-517. Pour une liste des funérailles d’État sous la Troisième République.

14 Claude Bernard (1878), Eugène Chevreul (1889), Louis Pasteur (1895)...

15 Henri Martin (1883), Victor Hugo (1885), Émile Zola (1908)...

16 Charles Gounod (1893).

17 Citons à titre d’exemples : colonel Denfert-Rochereau (1878), général Chanzy (1883), Lazare Carnot, La Tour d’Auvergne et général Faidherbe (1889)...

18 Cf. déclaration du 2 août 1880, à l’époque où Ferry est ministre de l’Instruction publique.

19 Cf. A. Ben Amos, op.cit., p. 473.

20 Sur ce point, consulter le travail pionnier : Maurice Agulhon, « La statuomanie et l’histoire », in Histoire vagabonde, Paris, Gallimard, 1988, t. I, pp. 137-185.

21 Ibidem, p. 143.

22 Cf. Dujardin-Beau-metz, Discours prononcésde 1905 à 1911, Paris, Dupont, 1913, p. 64.

24 Cet ouvrage a été originellement publié en 1926.

25 Cf. Louis Aragon, Le paysan de Paris, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1991, p. 187.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search