Version classiqueVersion mobile

La Républicature

 | 
Bertrand Tillier

Deuxième partie. La tentation de la personnalisation

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Cf. Les constitutions de la France depuis 1789, édition établie par Jacques Godechot, Paris, (...)
  • 2 Ibidem, article 2, p. 331.

1D’un point de vue constitutionnel, la république n’existe qu’en tant que corps collectif(s). Dès l’article premier, le texte de la Constitution est clair : « Le pouvoir législatif s’exerce par deux assemblées : la Chambre des députés et le Sénat. - La Chambre des députés est nommée par le suffrage universel... »1 La personne du président de la République est d’ailleurs plus un corps collectif qu’un corps individuel, dans la mesure où il « est élu à la majorité absolue des suffrages par le Sénat et par la Chambre des députés réunis en Assemblée nationale »2, comme le précise aussi la Constitution. Il faut évidemment y voir une volonté de ne pas trop personnaliser le pouvoir, qui appartient à la représentation nationale. Et les articles suivants, qui définissent les attributions du président de la République, sont parfaitement explicites quant à son pouvoir individuel, somme toute assez limité.

  • 3 Comme en écho, l’imagerie politique même n’a pas manqué de restituer certaines individualités (...)

2Malgré ces précautions dues à une Assemblée nationale qui, en 1875, craignait le retour d’un monarque à la tête du pays, la personnalisation du pouvoir est inévitable. D’abord, les grands corps de l’État sont composés d’hommes, d’individus. Ensuite, dans les méandres de la vie politique et parlementaire, des individus se dégagent de ces corps collectifs, par des talents d’orateurs ou de polémistes qui suscitent la popularité et la reconnaissance publique3.

3Le principe même du renouvellement de la Chambre des députés privilégie l’individu. Les membres de ce corps réel se renouvellent régulièrement, alors que et pour que le corps symbolique perdure dans son unité et son unicité fondamentales. Dans ce processus, l’individu demeure une notion centrale qui ne cesse de glisser vers une personnalisation du pouvoir. Notons d’ailleurs qu’elle n’est pas unique et exclusive, mais souvent multiple. Le miroir déformant qu’est la caricature politique - totalement libre dès 1881 - confirme bien cette réalité, quand elle cherche systématiquement à donner un nom, un corps, un visage à un événement, un fait ou une décision politique. Par ce moyen d’expression à l’efficacité éphémère, l’image réactive à l’actualité, trouve dans l’individu un raccourci pertinent et performant, qui lui permet d’opérer une synthèse de l’événement raillé et, dans le même temps, d’assurer une « fortune » critique à une personnalité.

  • 4 Jean-François Raffaëlli (1850-1924). Sur cet artiste, peintre et graveur, cf. Michel Melot, (...)
  • 5 Huile sur toile, 1883-1884, H. 2,43 X L. 2,05 m., Versailles, musée national du Château, Inv. (...)
  • 6 Michel, Albert et Paul Clemenceau, Alexandre Millerand, Camille Pelletan, Barodet... Il s’agit (...)
  • 7 Les citations de Mirbeau relatives à cette œuvre sont extraites d’un compte rendu du Salon pub (...)
  • 8 Édouard Manet (1832-1883). Cf. Éric Darragon, Manet, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 1991. (...)
  • 9 Cf. la notice de cette œuvre, par Françoise Cachin, in cat. expo. Manet, op. cit., p. 443.

4La personnalisation du pouvoir s’opère par l’acte électoral qui, dans ses principes, n’est rien d’autre que la délégation de pouvoirs d’un individu à un autre : de l’électeur à l’élu, comme le montre un tableau de Jean-François Raffaëlli4 intitulé Georges Clemenceau tenant une réunion électorale à Paris au cirque Fernando en 18835. Dans ce tableau, Clemenceau occupe une place centrale qui peut faire de cette œuvre, dans une certaine mesure, un portrait du député de la Seine. Seul personnage en pied - alors que les auditeurs du meeting sont tous assis et représentés « en buste » - il est imposé par le peintre, au milieu d’une estrade, à la convergence de tous les regards de l’assistance collective traitée en portraits individualisés de personnalités connues6tant au premier qu’à l’arrière-plan. Vêtu d’une redingote noire, il est résumé à une tête et des mains rendues particulièrement expressives par le contraste avec le vêtement et par un traitement puissant du volume. La frontalité de son attitude, renforçant sa présence physique et sa détermination, est accentuée par la ligne horizontale de l’arête de la table recouverte d’un tissu rouge, qu’il tient fermement de la main gauche. Ce tableau, peint dans l’atelier de Raffaëlli à Asnières, en 1883-1884, est très pensé et construit, comme l’attestent les esquisses et croquis préparatoires connus. Sa composition n’est donc pas gratuite et tend à exprimer la personnalisation d’un pouvoir parlementaire et politique individuel, dont Clemenceau est porteur, tant comme député de la Seine, que comme chef de file de la gauche radicale. Dans cette œuvre, le corps et l’identité du député existent essentiellement par les regards convergents de l’auditoire, qui les légitiment. Ceux-ci constituent le transfert des forces électorales, vers le « leader », faisant de cet individu, un corps investi d’une dimension politique réelle. L’ambivalence de l’œuvre n’a pas échappé à l’œil critique de Mirbeau, qui note d’abord la qualité des « portraits rapides d’exécution et pourtant singulièrement analysés ». Puis l’écrivain répond à la critique contemporaine selon laquelle le tableau de Raffaëlli serait « noir et désagréable de tonalités ». « Je trouve au contraire, répond Mirbeau, que l’artiste a résolu, avec une grande maîtrise, un problème d’art très difficile : détacher un homme sur une foule, et surtout exprimer une foule composée de gens intelligents et raisonnants, dont chaque personnalité est un type différent, et qui doit rester en même temps la foule. »7 Cette construction politique est particulièrement sensible, si l’on compare cette œuvre aux deux effigies presque contemporaines - circa 1879-1880 - de Clemenceau par Manet8, où cette dimension n’apparaît pas directement. Il s’agit en effet de portraits où seul le modèle est représenté, sans environnement. La balustrade et les feuillets représentés sur l’une des deux versions (Fort Worth), montrant Clemenceau en orateur à la tribune, auraient été ajoutés ultérieurement et pas par Manet. Le traitement lourd et précis de cette partie inférieure, en complète opposition avec le traitement hésitant de la figure, conforterait cette hypothèse, nous empêchant toute interprétation politiquement contextuelle de l’œuvre et l’incluant de ce fait dans le genre du portrait classique.9

5Comme tout régime, et bien que prônant la suprématie de son corps collectif, la république ne parvient pas à échapper à une personnalisation du pouvoir. À ce titre, le passé politique monarchique de la France s’avère particulièrement prégnant et pesant. La crise boulangiste n’en est qu’une résurgence, favorisée par la puissance toujours croissante de l’image, qu’accompagne un fervent culte de la personnalité promu par le xixe siècle. La pratique éminemment politique sinon politisée de l’hommage au grand homme, menée par la Troisième République en quête de valeurs fondamentales, ne peut atténuer cet état de fait. Dans ce contexte sociologique et politique, l’image - toujours appréhendée comme un substitut de la réalité - suscite tant des réactions iconophiles qu’iconoclastes.

Notes

1 Cf. Les constitutions de la France depuis 1789, édition établie par Jacques Godechot, Paris, Garnier-Flammarion, 1993, p. 331.

2 Ibidem, article 2, p. 331.

3 Comme en écho, l’imagerie politique même n’a pas manqué de restituer certaines individualités au sein de l’identité collective du corps législatif. Voir par exemple Benjamin Ulmann, Thiers salué du titre de « libérateur du territoire », le 16 juin 1877, huile sur toile, Nancy, musée Historique lorrain ; Jean Veber, Jaurès à la tribune, huile sur bois, 1903, Paris, musée Carnavalet, Inv. P. 1958.

4 Jean-François Raffaëlli (1850-1924). Sur cet artiste, peintre et graveur, cf. Michel Melot, « Jean-François Raffaëlli l’oublié », in Nouvelles de l’estampe, n° 128, mai 1993, pp. 19-30.

5 Huile sur toile, 1883-1884, H. 2,43 X L. 2,05 m., Versailles, musée national du Château, Inv. MV 6019.

6 Michel, Albert et Paul Clemenceau, Alexandre Millerand, Camille Pelletan, Barodet... Il s’agit pour chacun de ces membres du public d’un portrait précis et soigné. Cf., par exemple, le portrait de Bartholomé, in cat. expo. Peintures françaises, 1800-1930, Paris, Galerie Fischer-Kiener, 1992, n° 23. Voir le relevé nomminatif reproduit in cat. expo. Georges Clemenceau, Paris, Petit Palais, 1979, p. 102.,

7 Les citations de Mirbeau relatives à cette œuvre sont extraites d’un compte rendu du Salon publié dans La France, 17 mai 1885 et repris in Octave Mirbeau, Correspondance avec J. -F. Raffaëlli, édition établie par Pierre Michel, Tusson, Éd. du Lérot, 1993, p. 101.

8 Édouard Manet (1832-1883). Cf. Éric Darragon, Manet, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 1991. Les deux portraits sont : Portrait de Clemenceau,dit à la tribune, 1879-1880, huile sur toile, H. 1,16 x L. 0,94 m., Fort Worth, Kimbell Art Museum ; Portrait de Clemenceau, 1879-1880, huile sur toile, H. 0,94 X L. 0,74 m., Paris, musée d’Orsay.

9 Cf. la notice de cette œuvre, par Françoise Cachin, in cat. expo. Manet, op. cit., p. 443.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search