Version classiqueVersion mobile

La Républicature

 | 
Bertrand Tillier

Première partie. Incarner l'État, de Napoléon III à Marianne

La France, corps de la république ?

Texte intégral

  • 65 Cf. E. Kantorowicz, Les deux corps du roi, op. cit., p. 34
  • 66 Cf. Ralph E. Giesey, Le roi ne meurt jamais, Paris, Flammarion, 1987.

1Comme l'a expliqué Kantorowicz, dans la logique juridique, religieuse et politique, la persona ficta du monarque ne peut disparaître65. Dans ce cadre, le souverain dure autant que le peuple existe. À ce titre, le monarque ne meurt jamais, pour paraphraser le titre d'un ouvrage connu66. C'est là qu'est le paradoxe du passage de pouvoir entre le corps de Napoléon III et le corps du peuple. Un peuple reste, qui s'octroie le pouvoir, alors que son chef a disparu physiquement du sol national et du territoire politique de l'État.

2Napoléon III a été satiriquement sacré impuissant dans toutes les acceptions du terme : imbécile, faible, inconscient, dégénéré, trompé. Un lien ténu entre sa nullité physique et sa nullité morale n'est plus à démontrer. La nullité de l'empereur, confirmée par la défaite militaire à laquelle il a mené la France et vérifiée par son emprisonnement, prouve son inutilité dans le nouveau corps de l'État qui se veut sain. En rejetant son corps malade et impuissant, le nouveau corps des citoyens opère sa régénération physique, morale et politique. Il s'agit donc pour les républicains, aux débuts de la Troisième République, d'imposer puis de défendre le corps d'une nouvelle représentation nationale, après la chute du corps nul de Napoléon III et après le chaos inquiétant et angoissant de la Commune de Paris.

3On sait l'assimilation pluriséculaire du roi à son royaume, le premier régnant sur le second, et celui-là constituant à son tour une personnification du souverain. Dans de nombreux textes, les rois des grands pays sont désignés par leur royaume, comme le confirme, entre autres exemples, le théâtre de Shakespeare, où les monarques anglais et français ne sont désignés ni par leur nom, ni par leur chiffre, mais par England ou France.

  • 67 Cf. François Rabelais, Pantagruel, Paris, Garnier-Flammarion, 1969, chap. xxxii, pp. 169- (...)
  • 68 Cf. Abel Lefranc, Les Navigations de Pantagruel : Études sur la géographie rabelaisienne, Genè (...)

4Cette identification et cette équivalence entre le souverain et son pays sont présentes, en France, durant tout l'Ancien Régime, sous la plume de Rabelais, comme sous celle de Saint-Simon. En effet, dans Pantagruel67, l'écrivain compose un voyage dans la bouche de Pantagruel, que l'on peut comprendre comme un cheminement à la fois dans « le corps du roi » et dans le royaume même68. Le voyageur fait ainsi l'expérience et la connaissance de l'étendue physique et politique de l'un comme de l'autre. Le texte de Rabelais est une parodia sacra, qui raille les pratiques sacrées, royales et religieuses de la cartographie existant depuis le xiie siècle. À la même époque apparaissent en grand nombre, en Europe, des cartes géographiques anthropomorphes et théomorphes, généralement constituées du corps du monarque ou de celui du Christ.

5Quelques siècles plus tard, Saint-Simon rapporte dans ses Mémoires un événement relatif à l'arrivée du Dauphin à la puberté. Le duc mémorialiste et quelques courtisans se penchèrent un matin sur les draps du jeune homme et constatèrent qu'il y avait produit la carte du royaume de France. Cette production est évidemment une éjaculation, dont le sens est une manifestation de la normalité, de la maturité, de la virilité et de la faculté à reproduire du Dauphin, en tant que futur monarque. Mais le plus important, dans ce fait comme dans sa narration, est indubitablement que l'empreinte physiologique séminale inaugurale laissée par le Dauphin a moins la forme de la carte du royaume de France, qu'elle ne l'est véritablement.

6Dans ces deux exemples, il s'agit d'un discours clairement organiciste, qui présente la relation du monarque à sa terre et à son royaume comme un lien organique, de sang et de sperme. La floraison, dans l'Europe des xviiie et xixe siècles, de cartes anthropomorphes représentant chaque pays calqué sur le corps de son souverain, répond à la même démarche politique et symbolique, si ce n'est, par renversement, pour railler cette métaphore du pouvoir.

  • 69 Cf. Gilian Hill, Cartographical Curiosities, London, British Library, 1978.
  • 70 Ibidem, fig. 55.

7La dimension satirique de cette imagerie politique naît dans le sillage de la Révolution française, à la faveur des relations franco-anglaises, pour atteindre un sens comique pur avec l'avènement de Napoléon. La carte anthropomorphe perd alors son statut de manifeste des liens organiques entre le roi (ou l'empereur) et son royaume (ou empire), pour en devenir une raillerie69. Dans la continuité de cette tradition, Napoléon III subit le même genre d'assimilation métaphorique et d'attaque satirique. Ainsi, une carte anglaise The Evil Genius of Europe70 montre l'empereur, dont le corps épouse la forme des Alpes françaises, où il s'est embusqué pour essayer de chausser la botte italienne.

  • 71 Cf. Marcel Roncayolo, « Le paysage du savant », in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoi (...)
  • 72 Belloguet, Pilori-Topographie de la France, fin 1870, gravures sur bois, H. 0,28 x L. 0,2 (...)

8Or, loin de disparaître avec la chute de Napoléon III, la carte anthropomorphe opère un retour en France, dans les décennies 1870 et 1880, comme réaction hypersensible à la question territoriale française, dont les effets ont investi l'espace de l'image politique. De fait, tandis qu'une nouvelle entreprise de cartographie du territoire est lancée aux lendemains de 1870, et qu'Adolphe Joanne publie à la même époque ses monographies départementales, où se mêlent statistiques, pittoresque et topographie — pour forger une nouvelle image de la France, à l'échelle de la collectivité nationale71 —, nombreux sont les programmes décoratifs d'édifices publics, les peintures à caractère officiel et les caricatures politiques qui jouent avec la représentation de la carte de France, comme le caricaturiste Belloguet qui en fait, en 1870, le principe d'une série inachevée, intitulée Pilori-Topographie de la France72.

9La guerre de 1870 et ses répercussions, qui fondent dans une certaine mesure la Troisième République, ne sont pas sans compter. En regard de la tradition qui fait du corps du monarque le corps géographique de la nation — de la même façon que ce dernier constitue le corps politique du souverain — la déchéance proclamée de Napoléon III et de l'empire, en tant que régime et dynastie, largement raillée et amplifiée par l'imagerie satirique, est un premier fondement.

  • 73 L'expression semble avoir été simultanément lancée par le caricaturiste Faustin et par une cha (...)
  • 74 Nom de la résidence forcée à laquelle Napoléon III fut assigné par Guillaume, près de Kassel.
  • 75 De Frondas, Dégommé ! 1870, lithographie polychrome, Duclaux éditeur, H. 0,30 x L.0,24 m., Sai (...)
  • 76 De Frondas, Souvenirs et regrets, 1870, lithographie polychrome, Barousse lithographe, Saillan (...)

10En effet, la figure centrale qu'occupe l'ex-empereur, dans le corpus des caricatures des années 1870-1871, se double d'une mise en situation récurrente : Napoléon III est un grand marcheur, piéton ou cavalier, condamné à parcourir sans répit le territoire sur lequel il a régné, mais pour le quitter. Nombreux sont les pamphlets, les charges et les chansons qui l'ont sacré Sire de Fisch-ton-Kan73 ! Les routes qu'il emprunte sont toutes plantées de panneaux lui indiquant la direction de la Prusse, de Wilhelmshöhe74 ou de Kassel. Des inventions ludiques mais féroces sont aussi utilisées, avec la même finalité, telles que Château-Guillaume ou Cour-Guillaume. Dans la plupart des charges raillant l'errance de Napoléon III, le sol national est présent, sous-jacent, et réduit à sa plus simple expression, résumé à quelques traits sommaires combinés avec des systèmes de hachures, auquel une inscription récurrente confère sa véritable dimension et sa tangibilité : route de l'exil75. Dans une charge du début de l'année 1871, le caricaturiste De Frondas représente un Napoléon III éploré, béquillant péniblement sur un chemin précaire, tandis que la légende stipule, en plagiant clairement un dicton populaire : « Tous les chemins mènent à Kassel !.... »76 Outre la condamnation répétée de l'ex-Empereur à l'errance, à la fuite, au départ et à l'exil, ces images satiriques promeuvent une commune vision métonymique du territoire français réorganisé comme un lieu d'exclusion et de rejet de son souverain déchu. Banni de son sol, Napoléon III est contraint de quitter la France et d'abandonner son empire. Il devient un étranger dans son pays et dans son corps, que les caricaturistes s'acharnent parallèlement à diminuer et affaiblir, en le condamnant à prendre la route de l'exil, amputé et béquillant, pour faire de la France un pays et un territoire libérés.

  • 77 Émile Évrard « La Retraite en Bon Ordre », in Le Lampion, n° 2, 1871.
  • 78 Ce journal hebdomadaire ne publia que cinq livraisons, comportant toujours en première page un (...)
  • 79 En argot, la trouille est à la fois la peur et la diarrhée qui en résulte.
  • 80 Cette affiche n° 4 est issue d'une série de 51 livraisons : 1899-1900, lithographies polychrom (...)

11La guerre franco-prussienne et la défaite française ont d'autres effets sur cette imagerie du territoire national. L'entrée des troupes allemandes et l'occupation militaire de la France, subies comme une humiliation profonde par l'opinion publique, donnent lieu à une autre image du sol, à la lueur de la situation politique et diplomatique. Ainsi, le général Trochu, nommé gouverneur militaire de Paris, proclamant à tout vent qu'il a un plan de résistance à l'occupation de la ville par l'ennemi, est-il largement tourné en dérision, quand on comprend que son fameux plan n'est qu'une illusion et que les troupes allemandes victorieuses entreront dans la capitale. Dans une charge77 de l'éphémère Lampion78, Émile Évrard représente Trochu en lièvre vêtu d'un casque à pointe et s'enfuyant, tandis qu'une carte de France sur laquelle il a déféqué est accrochée à sa queue. Or, comme pour l'éjaculation du Dauphin scrutée par Saint-Simon, la défécation colorée de Trochu, dont l'aspect liquide n'est pas sans évoquer sa trouille79, a pris la forme des régions françaises occupées par les troupes allemandes. Cette charge, qui s'inscrit dans un répertoire scatologique, s'attaque en fait, par le biais d'une souillure infâme de la France, tant à Trochu qu'à l'occupant. Mais l'affront, l'outrage, le blasphème et la souillure sont surtout imposés à la France cartographiée, et non pas à l'allégorie, impliquant une valeur symbolique à cette image qui fonctionne pourtant comme une personnification. Cette même souillure de la carte de France se retrouve dans une affiche ultérieure antidreyfusarde du Musée des Horreurs, représentant Zola en porc, assis sur un pot de chambre, et maculant de purin (caca international) l'ensemble du territoire80. Notons que cet attribut de la « merde » et ses corrélatifs (pot de chambre, seau à purin...) ont fait leur apparition autour de la personnalité de Zola, au moment de la publication de ses premiers romans du cycle des Rougon-Macquart, dans le cadre d'une critique esthétique et littéraire anti-réaliste et anti-naturaliste. Le vocable glisse alors, par le truchement de Zola, vers la politique, quand il s'engage en faveur de Dreyfus.

  • 81 Cf. Jean-Yves Guiomar, « Le Tableau de la géographie de la France de Vidal de La Blache », (...)
  • 82 Cf. Paul Vidal de La Blache, La France, Tableau géographique, Paris, Tallandier, 1979, p. (...)

12Ce processus n'a rien d'étonnant, dans la mesure où, d'une part, il s'inscrit dans une tradition historique et politique, et où, d'autre part, les conceptions de la géographie et de la géopolitique par Michelet et par Vidal de la Blache participent d'une personnification. L'un comme l'autre considèrent, en effet, la France comme une « personne », tout en soulignant que personnalité et physionomie sont des termes relevant du vocabulaire géographique81. Pour ces deux auteurs, la France comme terre est le lieu de l'unité nationale et du patriotisme. Vidal de La Blache minimise en outre le rôle de la monarchie, dont les châteaux féodaux et les cathédrales dominent le paysage mais ne l'ont pas forgé, au profit des biens de la terre et du peuple rural, où s'incarne le « genius loci qui a préparé notre existence nationale »82.

  • 83 Alfred Bramtot (1852-1894).
  • 84 Alfred Bramtot, Le Suffrage Universel, 1888-1891, huile sur toile, H. 0,34 x L. 0,52 m., (...)
  • 85 André Gill, charge polychrome, in L'Éclipse, 19 octobre 1873. Le titre, refusé par la cen (...)
  • 86 Paul Hadol, L'Europe en 1871, Carte psychologique dressée par Hadol, 1871, lithographie p (...)

13Cette identification de la réalité géographique de la France à l'unité nationale apparaît dans de nombreuses images à caractère politique. Ainsi, le peintre Alfred Bramtot83 n'a pas omis la représentation de la carte de France murale, dans l'esquisse de sa décoration pour la mairie des Lilas84. La scène représente le suffrage universel par une image du vote du citoyen, dans une école. L'urne électorale figure dans un angle, entre un buste de Marianne orné de faisceaux de drapeaux et une carte de France. La métaphore de l'unité nationale organique, constituée par le vote des électeurs, est évidente, dans ce recours à la carte du territoire. Ce thème de l'unité du peuple se forge aussi par le truchement d'une unité territoriale, amputée par l'annexion de l'Alsace et de la Lorraine, abandonnées à l'Allemagne. En 1873, Gill représentera l'empereur Guillaume recouvrant ces parties du territoire français de la souillure du Bleu de Prusse, à l'aide d'une énorme brosse dégoulinante85. Cet engloutissement par la couleur est une expression de la suppression des régions annexées. Il faut comprendre cet acte comme une soustraction et un ravissement. C'est ce qu'implique le caricaturiste Hadol, dans une Carte psychologique de l'Europe en 1871, où le territoire français est constitué du corps de Marianne endeuillée et éplorée. La Prusse voisine « s'étend de tout son poids sur l'Allemagne entière », indique la légende. Le pays est entièrement occupé par un corpulent Bismarck, dont les bras tendus agrippent les « enfants d'Alsace et de Lorraine » auxquels Marianne donnait le sein86.

  • 87 Georges Pilotell, « L'Exécutif », in La Carcature, 11 mars 1871. Cette charge a été ultér (...)
  • 88 On la retrouve dans une charge anonyme publiée par Le Petit journal de juin 1903, où une Maria (...)
  • 89 Alfred Le Petit, « Nos ex-députés », in Le Pétard, n° 15, octobre 1877.
  • 90 En sous-titre, Alfred Le Petit a indiqué : « D'après nature et d'après des photographies de (...)
  • 91 Charles Gilbert-Martin, « Victoire ! », in Le Don Quichotte, 31 octobre 1885.

14L'annexion des territoires de l'Est est réellement perçue comme une amputation, glissant clairement vers le répertoire de la métaphore corporelle et physique. Dans une charge intitulée L'Exécutif, Pilotell représente ainsi Jules Favre et Thiers, armés d'une scie égoïne, occupés à amputer d'un bras une allégorie féminine dénudée et vulnérable de la France87. Le sang de l'hémorragie provoquée par l'opération est récupéré dans un casque à pointe renversé. Jusque-là, la métaphore est presque classique88. Elle donne un corps à la France, que le sang rend réel, de chair et organique. Mais, Pilotell a pris soin de stipuler sur le bras amputé : « Alsace-Lorraine ». Le corps oscille alors entre allégorie traditionnelle, allégorie cartographique et carte anthropomorphe. La carte géographique de la France est devenue le corps institutionnel de la république fondée, ainsi que le confirment d'autres images satiriques. Ainsi en octobre 1877, dans Le Pétard89, Alfred Le Petit dresse un portrait géographique de la France — sans oublier les territoires colonisés et indexés —, en y juxtaposant les visages des 532 députés français représentés à l'emplacement de leurs circonscriptions respectives90. Il revisite ainsi la géographie physique du territoire et la transfigure en une image parlementariste, signifiant que le pouvoir populaire a investi l'ensemble du pays. Alfred Le Petit a ici autant montré une ancienne géographie politique de la France que la vision d'un corps organique de la république. Cette caricature bicolore dresse le bilan du dernier vote de la Chambre. Les 363 « pour » sont en rouge ; les 158 « contre » sont en bleu — mais présents les uns comme les autres — tandis que les 11 abstentionnistes nommés sont résumés à un cercle noir. Autant dire que dans l'esprit du caricaturiste qui ne leur donne pas de visage, ils n'appartiennent pas au corps de cette nation. Le même discours se retrouve dans une carte électorale dessinée en 1885 par le caricaturiste Gilbert-Martin 91. Il y représente quelques grands chefs républicains — Ferry, Grévy, Floquet... — dont les corps recouvrent des départements jusqu'alors acquis aux forces politiques conservatrices. L'ensemble est complété par un lion majestueux symbolisant le suffrage universel. Par la conjonction sur l'image du territoire national, de ces deux types de discours, allégorique et corporéiste, le dessinateur établit la légitimité des républicains ayant envahi jusqu'aux régions rétives de France, qu'ils constituent désormais par leurs corps respectifs, à l'aide de la Constitution. Cette volonté d'ancrer les républicains dans la terre du pays n'est certainement pas sans lien avec l'instabilité parlementaire du régime, qui voit la valse des ministères et constitue un risque permanent de dissolution. Ainsi cartographiés en tant qu'identité humaine, individuelle et collective, les républicains élus semblent vouloir garantir une permanence à l'image de leur enracinement inébranlable dans le sol de la nation, alors qu'un antiparlementarisme chronique est alimenté par la presse d'opposition.

  • 92 Cf. par exemple la charge de Martial, « Ah ! Quand viendra la Belle ! », in La Bataille, 5 jan (...)
  • 93 A Jersey, en septembre 1853, Victor Hugo composait Lux, qui clôt le volume des Châtiments(...)

15Constituée des représentants du pouvoir républicain qui lui donnent corps, la France transfigurée devient alors le paysage et le lieu de l'aurore et de l'éclatement de la lumière. Le corpus des images caricaturales et des dessins de presse sympathiques au régime, utilisant le vocable de la lumière et des astres, est considérable. Sous cet éclairage puissant et rayonnant, la France se révèle alors comme la terre de la liberté, de l'égalité, de la fraternité, de la justice et de la paix92. La carte de France, comme corps lumineux des valeurs républicaines institutionnelles, se dévoile dans toute sa splendeur, écrasant et diluant même l'ombre d'une opposition devenue invisible et inexistante. Dans une veine hugolienne, la France est proclamée terre de lumière93,

« Au fond des cieux un point scintille.
Regardez, il grandit, il brille,
Il approche, énorme et vermeil.
Ô République universelle,
Tu n'es encore que l'étincelle
Demain tu seras le soleil ! »

16dans une imagerie qui, par ailleurs, multiplie les allégories féminines de la France républicaine, comme autant de somptueuses Mariannes au corps éblouissant et radieux.

Notes

65 Cf. E. Kantorowicz, Les deux corps du roi, op. cit., p. 34

66 Cf. Ralph E. Giesey, Le roi ne meurt jamais, Paris, Flammarion, 1987.

67 Cf. François Rabelais, Pantagruel, Paris, Garnier-Flammarion, 1969, chap. xxxii, pp. 169-172.

68 Cf. Abel Lefranc, Les Navigations de Pantagruel : Études sur la géographie rabelaisienne, Genève, Slatkine-Reprints, 1967, surtout pp. 9-20 et pp. 263-269.

69 Cf. Gilian Hill, Cartographical Curiosities, London, British Library, 1978.

70 Ibidem, fig. 55.

71 Cf. Marcel Roncayolo, « Le paysage du savant », in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, II, La Nation, Paris, Gallimard, 1986, pp. 487-528 et surtout pp. 494-496 et pp. 500-502. Sur les Guides Joanne, cf. la contribution de Daniel Nordman, ibidem, pp. 529-567.

72 Belloguet, Pilori-Topographie de la France, fin 1870, gravures sur bois, H. 0,28 x L. 0,22 m., Saint-Denis, MAH. Abandonnée pour des raisons qui nous sont inconnues, cette série ne comporte que deux planches : Département de la Seine-et-Oise (n° 1) et Département de la Seine (n° 2).

73 L'expression semble avoir été simultanément lancée par le caricaturiste Faustin et par une chanson populaire placardée dans les rues de Paris. Le MAH de Saint-Denis en conserve un exemplaire.

74 Nom de la résidence forcée à laquelle Napoléon III fut assigné par Guillaume, près de Kassel.

75 De Frondas, Dégommé ! 1870, lithographie polychrome, Duclaux éditeur, H. 0,30 x L.0,24 m., Saint-Denis, MAH.

76 De Frondas, Souvenirs et regrets, 1870, lithographie polychrome, Barousse lithographe, Sailland éditeur, H. 0,36 x L.0,28 m., Saint-Denis, MAH. Dans cette charge, l'éclopé Napoléon III traîne à ses trousses un vieil aigle déplumé.

77 Émile Évrard « La Retraite en Bon Ordre », in Le Lampion, n° 2, 1871.

78 Ce journal hebdomadaire ne publia que cinq livraisons, comportant toujours en première page une charge d'Évrard. Le MAH de Saint-Denis conserve la série complète.

79 En argot, la trouille est à la fois la peur et la diarrhée qui en résulte.

80 Cette affiche n° 4 est issue d'une série de 51 livraisons : 1899-1900, lithographies polychromes par V. Lenepveu, H 0,65 x L. 0,50 m., raillant des personnalités dreyfusardes (cf. annexe 2). Pour un recueil d'images sur Zola, cf. John Grand-Carteret, Zola en images, Paris, Félix Juven, 1908.

81 Cf. Jean-Yves Guiomar, « Le Tableau de la géographie de la France de Vidal de La Blache », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, II La Nation, op. cit., vol. 2, pp. 569-597 et plus particulièrement p. 572.

82 Cf. Paul Vidal de La Blache, La France, Tableau géographique, Paris, Tallandier, 1979, p. 51.

83 Alfred Bramtot (1852-1894).

84 Alfred Bramtot, Le Suffrage Universel, 1888-1891, huile sur toile, H. 0,34 x L. 0,52 m., Paris, Petit Palais, Inv. P.P.P. 4597. Cf. cat. expo. Le Triomphe des Mairies, Paris, Petit Palais, 1986, n° 87, pp. 218-219.

85 André Gill, charge polychrome, in L'Éclipse, 19 octobre 1873. Le titre, refusé par la censure, devait identifier Guillaume et contenir une attaque clairement germanophobe.

86 Paul Hadol, L'Europe en 1871, Carte psychologique dressée par Hadol, 1871, lithographie polychrome, H. 0,44 x L. 0,61 m., Vallée imprimeur, Saint-Denis, MAH. Chaque pays a les traits d'un individu emblématique qui lui donne corps.

87 Georges Pilotell, « L'Exécutif », in La Carcature, 11 mars 1871. Cette charge a été ultérieurement reprise sous la forme d'une eau-forte, pour le recueil Avant, pendant et après la Commune, publié par Pilotell à Londres en 1873, reprint en facsimilé, Paris, Cercle d'Art, 1969.

88 On la retrouve dans une charge anonyme publiée par Le Petit journal de juin 1903, où une Marianne rappelle à « Monsieur Jaurès [que] la plaie [alsacienne] saigne toujours. »

89 Alfred Le Petit, « Nos ex-députés », in Le Pétard, n° 15, octobre 1877.

90 En sous-titre, Alfred Le Petit a indiqué : « D'après nature et d'après des photographies de messieurs Franck, Nadar, Truchelut, Carjat, Disdéri, Pierre Petit, Hacard, Mélandri, etc. »

91 Charles Gilbert-Martin, « Victoire ! », in Le Don Quichotte, 31 octobre 1885.

92 Cf. par exemple la charge de Martial, « Ah ! Quand viendra la Belle ! », in La Bataille, 5 janvier 1885. L'astre rayonnant de liberté, d'égalité, de fraternité, de justice et de paix y éclaire la France.

93 A Jersey, en septembre 1853, Victor Hugo composait Lux, qui clôt le volume des Châtiments. Cf. V. Hugo, Les Châtiments, Paris, Gallimard, coll. « Poésie », 1991, p. 285.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search