Version classiqueVersion mobile

La Républicature

 | 
Bertrand Tillier

Première partie. Incarner l'État, de Napoléon III à Marianne

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Dans les deux dernières décennies du xixe siècle, la métaphore corporelle dit l’état d’un système politique établi, sa mort et la naissance d’un autre. Dans ce passage de l’un à l’autre, dans l’espace de cette transition, s’exprime la nécessité pour les républicains de se représenter comme une communauté politique condensée dans un même corps, dont le souhait est d’être un et indivisible.

2De 1870 aux années 1878-1880, la lutte a consisté à imposer les principes républicains contre les conservateurs – royalistes et bonapartistes – avec le dessein qu’ils adoptent l’idée d’un corps républicain élu – de fonctionnement bicamériste – qui soit à la fois un et multiple, en cela qu’il est le représentant choisi par, pour et dans le grand corps de la nation. Ce combat s’inscrit dans la suite logique de l’opposition républicaine à Napoléon III, durant le Second Empire, et plus particulièrement pendant les dernières années dites libérales.

  • 1 À cette époque, les clivages politiques sont encore très simples et relativement homogènes, dans la (...)
  • 2 Cf. Michel Foucault, « Pouvoir et corps », texte de 1975, in Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994 (...)

3Avec l’avènement de la république, qui fait suite à l’abdication de l’empereur, en 1870, la métaphore du corps illustre et incarne véritablement le passage d’un régime politique à un autre. Une translation de(s) pouvoir(s) s’opère donc du corps de l’empereur au corps des citoyens – implicitement républicains1 – de la nation. Comme le remarque Foucault : « Il n’y a pas de corps de la république. Par contre, c’est le corps de la société qui devient, au cours du xixe siècle, le nouveau principe. »2 Le corps restreint de Napoléon III cède donc place à un corps étendu.

Notes

1 À cette époque, les clivages politiques sont encore très simples et relativement homogènes, dans la mesure où ils délimitent principalement les forces partisanes de la monarchie, celles du bonapartisme d’État et les forces d’opposition réunies sous la bannière républicaine.

2 Cf. Michel Foucault, « Pouvoir et corps », texte de 1975, in Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994, t. III, p. 754.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search