Version classiqueVersion mobile

Habitat, État, société au Maghreb

 | 
Pierre Robert Baduel

Quatrième partie. L'Habitat dans les mutations de la société rurale

Ksour du Gourara et du Tafilelt

De l’ouverture de la société oasienne à la fermeture de la maison

Jean Bisson et Mohamed Jarir

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est dans le Nord-Ouest saharien qu’il faut désormais aller pour retrouver un authentique « Sahara des paysans » caractérisé par la multiplicité de ces villages fortifiés qui restent parmi les derniers des ksour sahariens. Sur ce point le Gourara, côté algérien, et la vallée du Ziz, côté marocain, présentent bien des traits communs (Figure 1).

Il est vrai que l’histoire les a longtemps unis. Rappelons que les monnaies chérifiennes avaient cours au Gourara jusqu’au siècle dernier – ce qui ne surprend pas quand l’on sait (T. Chentouf, 1984) que « la circulation des monnaies est liée à la circulation des produits et épouse aussi bien ses axes que ses rythmes » ou quand l’on découvre que l’une des plus anciennes cartes connues, datée de 14131, signale comme relais des caravanes Soudan-Maghreb non seulement Sigilmasa (dont les ruines sont visibles aux portes du grand ksar de Rissani au Tafilelt) mais aussi Bouda au Touat (ce pays longtemps confondu avec le Gourara, jusqu’à ce que l’Admin...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search