Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sable de Babel

 | 
Alain Ricard

Chapitre 10. La traduction inutile ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous avons vu combien, dans des colonies comme le Kenya, la traduction en langue africaine est un enjeu nationaliste. La maîtrise de l’anglais est un enjeu du même type, exemple très pertinent des ambiguïtés de la situation coloniale. Assurer un avenir aux enfants, c’est leur donner cette maîtrise. Ce point de vue devint dominant dans les années 1940 dans plusieurs colonies britanniques, contrairement à beaucoup d’idées reçues et nous allons présenter ici la situation à partir de l’exemple du Ghana.

Le Ghana (Gold Coast avant 1957) est sans doute aujourd’hui l’un des pays les plus alphabétisés (près de 60 %) et les plus anglophones de l’Afrique de l’Ouest ; une telle situation est le produit d’une longue histoire. Depuis le milieu du xixe siècle, une place importante est accordée à l’anglais, à la différence par exemple de l’Afrique du Sud. Les travaux de Stephanie Newell (2000, 2002, 2003) ont permis de mesurer l’étendue de cette « anglophonisation ».

Les missions méthodistes, confes...

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540