Version classiqueVersion mobile

La vie et le destin de Vassili Grossman

 | 
Salomon Malka

Postface. Grossman et le « reste d’Israël »

Alexis Lacroix

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’écrivain israélien Aharon Appelfeld a dit un jour que les romanciers russes savaient « aimer leur peuple, leurs douleurs et leurs blessures ». Vassili Grossman, né en 1905 dans l’une des capitales juives de l’Ukraine – Berditchev – et mort à Moscou en 1964, n’aimait pas seulement son peuple. Dans la Russie stalinienne, il a bâti une œuvre qui exhale le chant secret de ceux qui, face au nouveau servage stalinien, voulurent croire encore en quelques valeurs humaines fondamentales.

Mais jusqu’ici, en France, excepté l’étude de Simon Lipkine, la pensée de Grossman a été très peu commentée. Toute la force du livre de Salomon Malka est de soustraire cette vie, ce destin, aux lectures conjoncturelles ; toute l’originalité de sa démarche est de lire, enfin, Grossman pour ce qu’il fut – un messager européen de la meilleure tradition antitotalitaire. La rencontre de Malka avec le poète de la « petite bonté », à la fois plus invincible et plus fiable que le Bien générique et abstrait, ne doit...

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search