Version classiqueVersion mobile

Habitat, État, société au Maghreb

 | 
Pierre Robert Baduel

Quatrième partie. L'Habitat dans les mutations de la société rurale

Quatrième partie. L’habitat dans les mutations de la société rurale

L’habitat rural en Algérie formes et mutations

Marc Côte

Texte intégral

1Les phénomènes d’explosion urbaine au Maghreb ont capté souvent toute l’attention des chercheurs. Or, si les campagnes ont perdu de leur poids démographique relatif, elles n’en comprennent pas moins encore la moitié des habitants du Maghreb : 52 % en Algérie en 1987. Et ces campagnes sont depuis quelques années le lieu de transformations en profondeur. Même si elles sont moins spectaculaires que celles que connaissent les villes, ces mutations se révèlent intéressantes à analyser de près.

2Cette mise au point vise une approche de l’habitat rural, non pas étudié pour lui-même, mais comme indicateur du « tout rural » et de ses transformations. Car l’habitat rural est une projection sur l’espace, et une des plus perceptibles, de la société rurale. Ainsi, à travers formes et mutations de l’habitat il est possible de décrypter les tendances profondes de cette société. Un bref rappel des caractéristiques fondamentales de l’habitat débouchera sur l’analyse de ses mutations ; et l’on terminera par un tableau des politiques de l’Etat face à ces évolutions.

SES CARACTERISTIQUES A L’INDEPENDANCE : DIVERSITE ET MEDIOCRITE

3En Algérie, l’habitat rural apparaît au premier abord difficile à saisir, par suite de ses expressions multiples, dont la compréhension dans le paysage n’est pas toujours aisée, et ne se corrèle pas de façon simple avec un milieu physique ou un système agraire. La dispersion des constructions et la misère fréquente du bâti ajoutent à la chose.

4Quelques traits majeurs émergent cependant. Pour les cerner, nous nous appuierons sur la situation au recensement de 1966, c’est-à-dire au lendemain de la guerre d’Indépendance.

Un habitat mosaïque.

5D’ouest en est du pays, comme du littoral au massif du Hoggar, quelle variété de formes architecturales, quelle multiplicité de types de groupements ! Rien apparemment de commun entre la tente du pasteur des Steppes, la maison en hauteur du montagnard, le gourbi en pisé des Hautes Plaines, la grosse ferme des plaines socialistes. Rien apparemment de plus différencié que le village montagnard tassé sur son versant rocheux, le ksar saharien et son ordonnancement de cubes rouges, le village de colonisation patiné par le temps, et le village pimpant neuf de la Révolution agraire. A chaque région son habitat.

6Mais dans chaque région, les diverses formes de groupements se juxtaposent souvent, s’imbriquent, suivant des proportions qui diffèrent. Deux exemples régionaux illustreront ce fait : la région de Béjaia et les Hautes Plaines constantinoises.

7En pays bejaoui (J. Fontaine, 1983), c’est-à-dire la Soummam et ses deux grands versants montagneux, la trame de fond de l’habitat est constituée par un réseau de villages, anciens, tassé, en site montagnard : 165 villages environ, de 1 000 à 2 000 habitants en moyenne, seuls une dizaine dépassant ce chiffre. Ce réseau se combine avec une trame exogène et récente (25 localités environ), ainsi qu’avec un habitat dispersé en hameaux ou écarts, qui prend de l’ampleur dans les vallées, et est un fait récent.

8Les Hautes Plaines de l’Est présentent une combinaison toute autre : la toile de fond est constituée par un semis d’habitat dispersé (cf figure 1), qui ceinture les massifs de guirlandes denses, jalonne les piémonts de hameaux nébuleuses, égrène ses écarts jusqu’au coeur des plaines semi-arides. A ces milliers d’impacts dispersés se superpose une trame plus récente d’agglomérations, disparates de par leur origine, leur morphologie, leur taille. Chaque période historique, chaque mode d’intervention du pouvoir y a laissé ses traces. C’est ainsi que dans l’espace allant de Bordj-Bou-Arreridj à Tebessa, on peut classer brièvement ces centres de la façon que présente le tableau 1.

9Dans cet espace, seuls 6 % des centres existaient avant l’époque coloniale.

Un espace bâti spécifique

10Diversité n’exclut pas rationalité. De la maison montagnarde en pierre au gourbi forestier ou à la grande maison rustique des Hautes Plaines, on est frappé par la constance de certains éléments. Une même structure spatiale sous-tend tous ces bâtis, traduisant le même type de pratiques socio-spatiales.

Figure 1
Hautes Plaines constantinoises Une donnée de base, la dispersion de l’habitat rural. (1 point pour 200 habitants).

11L’élément majeur est l’organisation autour d’une cour centrale, et la fermeture sur l’extérieur, la structure en coquille assurant le maximum d’intimité à la famille par rapport au groupe social. La coexistence sous le même toit de toute la famille élargie, la polyvalence des pièces, la fonction de production combinée avec celle d’habitation, sont autant de traits qui se retrouvent également dans la plupart des habitats.

Tableau 1
Origine des centres ruraux et nombre

Tableau 1 Origine des centres ruraux et nombre

12Au recensement de 1966, sur l’ensemble du parc logement de constructions rurales « en dur », 63 % étaient classées comme disposant d’ouvertures vers l’intérieur.

13Il y a là un fait culturel qui, par delà de la diversité des formes, assure l’unité de conception du bâti en milieu rural, et qui l’apparente d’ailleurs au bâti urbain des medinas.

Une dispersion largement majoritaire

14Malgré les créations répétées d’agglomérations, l’habitat rural dispersé demeure la forme dominante. De la grosse mechta (groupement lâche d’origine familiale) à l’écart isolé, cette forme marque les paysages et les statistiques. Si l’on retient, avec les services officiels des recensements, les valeurs de 4 000 habitants pour seuil entre rural et urbain, et 100 logements proches pour seuil entre groupé et dispersé, la part de l’habitat dispersé au recensement de 1966 s’élevait à 74 %.

15C’est la forme dominante sur environ quatre cinquième de l’espace du pays, et notamment toutes les plaines et vallées. Les villageois ne l’emportent statistiquement que dans certaines montagnes traditionnelles (Grande Kabylie, Aurès W), et dans quelques plaines coloniales (Sidi-Bel-Abbès). Au même recensement de 1966,76 chefs-lieux de commune (sur 700) ne comportaient aucun habitat aggloméré. C’était le cas des communes « nomades » du Sud, mais également de bien des communes de l’Est algérien resté plus à l’écart de la colonisation que l’Ouest.

16On mesure immédiatement les problèmes que cette dispersion peut poser à un Etat qui se veut moderne, et qui a pour objectif de contrôler et équiper les campagnes. Et disons tout de suite que, malgré les évolutions récentes, ce trait de la dispersion demeure une des grandes caractéristiques actuelles : il y a aujourd’hui environ 5 millions de ruraux en villages et bourgs, mais 6 millions en habitat dispersé.

Un bâti de valeur généralement médiocre.

17Malgré la variété de ses formes, ce bâti a dans l’ensemble peu attiré les chercheurs, les architectes et les artistes. C’est que, hormis dans certaines régions montagnardes et sahariennes, l’on ne peut pas ne pas être frappé par la pauvreté architecturale du bâti, la médiocrité des matériaux, la banalité des agglomérations. Gourbis, baraques, toitures de tôles marquent les campagnes algériennes.

18Ainsi, en 1966, sur 1 100 000 constructions en zone rurale, l’on comptait 160 000 constructions « particulières » (tentes, baraques), et 260 000 constructions « non en dur » (maisons en terre crue, récentes majoritairement).

19Même pauvreté architecturale au niveau des groupements d’habitat : villages de colonisation en damier monotones et un peu tristes, villages de regroupement militaires misérables.

20Si l’on fait intervenir les normes de confort moderne, cette impresion est encore renforcée : sur l’ensemble des logements ruraux en 1966, seuls 5 % étaient rattachés au réseau d’électricité, 7 % à un réseau de distribution d’eau, 9 % à l’égoût ou à une fosse.

21Enfin, l’équipement externe des groupements d’habitat était aussi défectueux : hormis le dock-silo qui domine généralement le village de colonisation, le sous-équipement rural était la règle dans les campagnes algériennes postindépendance, et était très fortement ressenti par les habitants. Seul le souk traditionnel permettait de compenser quelque peu ces lacunes, et jouait le rôle de micro-pôle économique et social dans ces campagnes.

La génèse de cet habitat

22Comment cet habit d’arlequin et cette médiocrité générale, s’expliquent-ils dans un pays de vieille tradition agraire ? C’est que cet habitat est tout à la fois la traduction d’un accord étroit entre une société rurale et son espace-support, et l’héritage des à-coups brutaux de l’histoire, ancienne comme récente.

23Il faut en chercher les fondements dans l’existence de deux sociétés agraires anciennes, ayant chacune sa logique propre d’organisation de l’espace, mais articulées différemment, fondées l’une sur le groupement communautaire paysan, l’autre sur la dispersion et la mobilité pastorale.

24L’habitat villageois correspond à celui de vieux sédentaires, fixés solidement sur leurs terres (montagnes généralement) depuis longtemps, et dont la forte structure communautaire se traduit par le groupement de l’habitat.

25L’habitat dispersé est celui de néo-sédentaires, c’est-à-dire d’anciens pasteurs semi-nomades qui, par un processus amorcé dès avant la colonisation, mais accéléré par elle, se sont fixés au sol, en ordre lâche, de façon à pouvoir continuer leur activité pastorale.

26A ce long processus de sédentarisation est venu s’ajouter le phénomène de regroupement spatial, l’Etat colonial ayant tenté, du début à la fin de sa présence, de grouper les populations afin de mieux les contrôler. D’où ces stratifications successives en régions d’habitat dispersé : villages « indigènes », villages de colonisation, regroupements militaires.

27Enfin, il faut compter avec l’impact de la destructuration rurale consécutive à la colonisation, et avec celui de la guerre d’Indépendance, qui sont responsables de la pauvreté de l’habitat notée ci-dessus : 8 000 lieux-dits (hameaux, mechtas, villages) auraient été détruits pendant la guerre ; beaucoup de maisons en pierre et tuiles ont alors été remplacées par des gourbis en terre avec toiture de tôle.

28Ainsi a été généré un habitat rural qui doit à son histoire complexe la variété de ses formes, à sa forte racine pastorale sa dispersion dominante, aux traumatismes du xxe siècle sa médiocrité générale.

2) SES MUTATIONS RECENTES : FAITS QUANTITATIFS ET QUALITATIFS

29Cet habitat connait aujourd’hui des transformations importantes, générées parfois par les pouvoirs publics, mais le plus souvent par la dynamique propre de la société. L’analyse révèle que, dans cette société rurale dite un peu vite figée dans son traditionnalisme, ou réputée être en pleine crise et prête à baisser les bras, se manifestent des capacités d’adaptation beaucoup plus grandes qu’on ne le supposait.

30Dans ce faisceau d’évolutions, nous retiendrons trois phénomènes, constituant les lignes de force majeures traversant la société. Nous les analyserons au cours des deux dernières décennies, c’est-à-dire dans l’intervalle de temps 1966-87.

La fièvre de construction.

31Un phénomène est saisisant aujourd’hui dans le paysage rural : la construction bat son plein partout. Dans ces campagnes « en crise », l’on n’a jamais autant construit qu’au cours des deux dernières décennies, et particulièrement des 5 ou 6 dernières années. Approximativement 450 000 logements ont été construits depuis 1966, pour l’essentiel à l’initiative des particuliers (dans ce total, les villages socialistes n’interviennent par exemple que pour 60 000 logements). Ce rythme de construction soutient la comparaison avec ce qui se passe en ville : 23 000 par an, contre 32 000 en milieu urbain (moyenne sur 20 ans).

32C’est là un fait quelque peu inattendu, lorsque l’on sait que les campagnes algériennes ont subi depuis trente ans une forte saigné par exode rural : les dangers de l’exode ne sont-ils pas devenus un des thèmes majeurs du discours officiel, au point que l’on a parfois l’impression que les campagnes se sont vidées de leurs forces vives ?

33Il n’en est rien. Car cet exode, très réel, est compensé et au-delà par le croît démographique. L’exode a été de 1 à 3 % suivant les régions, mais le croît naturel de 3 à 3,4 %. Partout la population rurale continue à augmenter.

34Le fait est d’autant plus net aujourd’hui que l’on assiste à une tendance au tassement de l’exode, par suite des effets conjugués de la congestion des grandes villes et de l’amélioration des conditions de vie dans les campagnes. Pendant la période inter-censitaire 1954-66, 70 communes ont vu leur population décroitre en valeur absolue ; pendant la période de 1977 et 1987 aucune commune n’a de solde négatif. Il faut descendre à l’échelle infracommunale (versants dégradés, massif enclavé) pour constater des abandons d’habitat.

35Ainsi, à la différence des campagnes européennes du xixe et xxe siècles, le maximum de population n’a nulle part été atteint, le croît de la population rurale peut être concommitant avec un fort exode rural. Les campagnes algériennes n’ont jamais été aussi peuplées.

36Comment se fait ce boom de la construction ?

Le changement dans les répartitions spatiales

37Face aux conditions économiques et sociales radicalement nouvelles engendrées par la colonisation, puis par le modèle algérien de développement, la société rurale a répondu par des réadaptations spatiales, en déplaçant son habitat ; déplacements multiples, sur courte distance, à l’intérieur des campagnes elles-mêmes, mouvements essentiels pour ces campagnes mais qui ont souvent été masqués par l’ampleur des migrations vers la ville.

38Ces déplacements intra-ruraux présentent deux formes. La première est constituée par le glissement de l’habitat vers les zones basses. Un vieux trait méditerranéen est la localisation préférentielle de l’habitat sur les hauteurs : longtemps, les densités rurales en montagne ont été supérieures à celles des plaines et vallées. L’époque récente a opéré un glissement du haut vers le bas ; amorcé tôt dans les régions de forte emprise coloniale (Oranie), pour les besoins en force de travail des fermes européennes, il s’est réalisé ailleurs à l’occasion de la guerre et de l’après-guerre, et a pris des visages divers : descente des montagnes vers les plaines fertiles et fournisseuses d’emploi (Mitidja, Annaba) ; glissement des piémonts vers le centre des bassins mis en valeur par des opérations de grande ou petite hydraulique (basssins intérieurs d’Oranie, Hautes plaines orientales) ; descente des crêtes et versants vers les routes de fond de vallée (Aurès), alors qu’en Grande Kabylie ce sont plutôt les routes qui montent jusqu’aux villages perchés.

39Dans tous ces cas, l’accès à la route et aux équipements est le mobile fondamental des déplacements : l’habitat suit le déplacement du centre de gravité de l’économie et de la vie.

40La seconde forme d’adaptation spatiale est la tendance au regroupement de l’habitat. Ce mouvement, prolongeant lui aussi une tendance amorcée précédemment, s’opère par des glissements sur courte distance, déplaçant les gens à l’intérieur de l’espace local, à l’intérieur de l’aire des vieilles solidarités ; il n’implique pas de rupture radicale d’avec l’agriculture, les pratiques de la céréaliculture extensive se prêtant assez bien à cette culture « à distance » ; il valorise tous les points nodaux des campagnes, toutes les virtualités de l’espace : carrefours routiers, fermes coloniales, marchés ruraux, centres de bassins. C’est ainsi que sont apparus de multiples lieux de fixation nouveaux, parallèlement au gonflement de toutes les localités existantes.

41Le fait est particulièrement sensible dans les grands espaces ouverts des plaines céréalières et des steppes : ainsi dans le bassin du Hodna (cf figure 2). La carte montre comment, dans cette partie centre-est du pays, à la stratification historique des centres correspond la création d’espaces différents, les villages précoloniaux n’existent que dans les montagnes du Tell (Grande et Petite Kabylie), les villages de colonisation ayant occupé les Hautes Plaines sétifiennes, les agglomérations récentes, spontanées, structurant aujourd’hui l’espace pastoral du Hodna.

42Les différenciations urbanistiques entre centres, fondées initialement sur la génèse de ces localités, tendent progressivement à s’estomper au profit d’une différenciation suivant le statut administratif. Car à chaque statut correspond un niveau d’équipement, défini par une grille nationale, et la physionomie d’un village apparaît aujourd’hui nettement différente suivant que celui-ci est chef-lieu de daïra, chef-lieu de commune, ou simple agglomération secondaire. Dans cette perspective, le passage de 700 à 1 500 communes (réorganisation administrative de 1984) est important, car ce sont 800 chefs-lieux supplémentaires qui émergent au milieu de la multiplicité des points nodaux.

43Aujourd’hui, près de 3 000 localités, de tous statuts et toutes tailles, structurent les campagnes algériennes, en ce pays d’habitat fondamentalement dispersé, c’est là un élément capital. Cependant cette tendance au regroupement spatial ne doit pas être surestimée : le taux de population rurale groupée, qui était de 26 % en 1966, 28 % en 1977, reste inférieur à 40 % en 1987 (alors qu’il a basculé au-delà de 50 % dans les campagnes tunisiennes). C’est que ce mouvement est masqué par la montée de nombreux bourgs dans la strate des petites villes ; et qu’il est contre-balancé par une tendance inverse à la dispersion en nébuleuse, aussi bien dans certaines montagnes que dans les plaines d’hydraulique paysanne, où les habitants tiennent à être sur leurs terres. L’on voit que les campagnes algériennes ne sont pas monolithiques.

Le changement dans le type de bâti.

44Ces mouvements s’accompagnent d’un important renouvellement du parc logement. Aux constructions nouvelles nécessitées par le croît démographique, s’ajoutent la reconstruction de très nombreux habitats vétustés et celle des habitats déplacés. Or ce renouvellement se traduit presque toujours par une nette amélioration du niveau de l’habitat. Les modalités peuvent être multiples, une des plus fréquentes étant le passage en deux temps : d’abord remplacement du gourbi en terre crue et tôle par une maison en pierres et tuiles ; puis passage de celle-ci à une maison « moderne », suivant un modèle largement répandu : parpaing, poutres et dalle.

Figure 2
Trois types de villages, trois types d’espaces. Coupe Béjaia - Hodna.

45Il y a là perte de certains éléments d’une qualité de la vie (isothermie de la terre et de la pierre) ; mais ce nouvel habitat réalise l’accès au confort suivant les normes en vigueur aujourd’hui (maison spatieuse, propreté, adduction d’eau et d’électricité) ; il est signe de promotion sociale.

46C’est que, parrallèlement, ce renouvellement du parc traduit un phénomène d’urbanisation de l’habitat rural, le mot « urbanisation » étant compris dans le sens de pénétration de modèles urbains dans les campagnes. Le fait est manifeste dans les constructions, qui empruntent beaucoup à la ville (étages, hangar, balcon, terrasse remplaçant la cour) ; il est vrai également dans l’urbanisme de toutes les petites localités, qui rivalisent à se doter de larges avenues, d’éclairage public agressif, de mobilier urbain, et....de quelques immeubles.

47Pour saisir la portée de cette urbanisation de la campagne, il faut noter qu’elle a comporté en fait deux périodes : pendant la décennie du volontarisme étatique, elle s’est traduite par une certaine dépossession des campagnes d’elles-mêmes, car elle était imposée par les pouvoirs publics, à travers les programmes d’équipement, les villages socialistes, les structures d’encadrement agricole. Aujourd’hui l’on assiste plutôt à une sorte de réappropriation de cette urbanisation par les ruraux eux-mêmes, qui, à travers la maison auto-produite, la camionnette, le téléviseur, réalisent leur espace à l’image qu’ils se font de l’urbanité, et se créent les conditions pour pouvoir rester à la campagne tout en bénéficiant des avantages urbains.

48Une question est posée par ce renouvellement du parc logement : quelle est l’origine de cette masse considérable d’investissements sur les campagnes ? Comment s’explique cette élévation indéniable du niveau de vie en milieu rural (même si le décalage reste important avec le milieu urbain) ?

49Il apparaît que trois facteurs, principalement, l’ont permis. Le plus ancien historiquement est l’émigration, externe et interne : les remises par les travailleurs en Europe sont aujourd’hui réduites à peu de chose, mais elles sont relayées par les salaires des migrants dans les grandes villes du pays ; les mouvements de travail entre campagnes et villes sont devenus un phénomène très généralisé. L’intensification agricole a joué également, à travers la petite hydraulique liant puisage par motopompe et développement du maraîchage ; celui-ci a été élargi depuis quelques années par la politique de relèvement des prix à la production, et de crédit à l’agriculture, permettant une accumulation agricole. Troisième facteur enfin, le développement rapide des activités secondaires et tertiaires en zone rurale : commerces de tous types, artisanat moderne, BTP, taxis, transports publics, voire petites entreprises industrielles (ce sont ces activités que sont censées abriter les garages-ateliers que tout rural prévoit dans sa maison neuve). Les campagnes algériennes comportent de plus en plus de ruraux non agricoles : dès le recensement de 1977, l’on comptait parmi les ruraux 49 % de non-agricoles.

50La fièvre de construction, comme le renouvellement du parc logement marquent ainsi les paysages algériens. Ils ne sont cependant pas généralisés à tout le pays. Car la réalité algérienne est complexe, et les facteurs notés ci-dessus ne jouent pas partout également, loin de là. Il est des espaces atones, où l’habitat demeure misérable, et reflète un milieu humain sclérosé (plaines céréalières, montagnes agro-pastorales). Et il est des espaces dynamiques, marqués généralement par un facteur spécifique : ce sont les plaines de petite hydraulique, réparties par taches dans le Constantinois, dans les Ziban, sur certains littoraux ; ce sont les montagnes de vieille tradition migratoire (Grande et Petite Kabylie, Trara, Aurès), où le prix du m2 de terrain à construire n’a rien à envier parfois aux prix algérois, et qui se densifient d’une façon étonnante ; ce sont enfin les riches plaines à l’ombre d’un organisme urbain, où les activités non-agricoles locales et le travail en ville ont généré la multiplication de l’habitat (au détriment souvent des terres agricoles).

LE POUVOIR FACE AUX CAMPAGNES : VERS UN ESPACE PLUS COHERENT ?

51L’habitat rural constitue l’une des interfaces entre pouvoir et société civile, entre mouvement spontané et intervention planifiée. Dans ce pays aux structures étatiques fortes, comment les actions des pouvoirs publics se sont-elles situées face aux stratégies des populations locales ? Les enjeux sur la vie des campagnes et sur la production agricole étaient trop grands pour qu’ils ignorent le fait habitat rural.

52Il faut noter tout de suite qu’il n’y a pas eu une politique nationale vis-à-vis de l’habitat rural, mais au moins deux grandes phases : une phase dirigiste d’abord, lors de la Révolution agraire, impliquant intervention directe de l’Etat ; une phase plus incitative aujourd’hui, par suite du désengagement progressif de l’Etat dans la vie économique du pays.

L’intégration radicale sous l’égide de l’Etat.

53Comme tout Etat, celui du régime Boumedienne a voulu maîtriser les populations rurales, de façon à pouvoir mieux les fixer au sol. Le programme des 1 000 villages socialistes, lancé dans la foulée de la révolution agraire, s’inscrit dans la filiation des différentes tentatives de l’époque coloniale (cf figure 3), tout en couvrant plus largement le territoire national et en prenant en charge des espaces marginaux.

54Il était en même temps plus qu’une opération d’habitat rural. Les promoteurs de la Révolution agraire ont bien vu qu’était en cause la cohésion du tout agraire, et que remodeler l’homme rural impliquait de remodeler son habitat et son espace. Le village était donc voulu comme un élément d’intégration habitat/équipements/terres/pouvoir. Sur le même espace s’articulaient ces différentes facettes d’un corps social totalement nouveau. Un seul élément a manqué à ce corps : le pouvoir sur l’espace ; après une période d’hésitations, les villages socialistes n’ont pas été dotés de pouvoirs, ceux-ci sont restés au niveau communal.

Figure 3
Les tentatives pour quadriller l’espace.

Figure 4
La structuration de l’espace rural par les équipements (route, électrification, école rurale). Région de Tebessa.

55400 villages socialistes ont été réalisés. Apportant dans ces campagnes sous-structurées les équipements souhaités par les ruraux, ils ont été adoptés et habités. Leur degré de réussite (traduit par le développement des commerces, ou des constructions privées sur le pourtour) est variable suivant les conditions locales, et suivant l’intégration au réseau régional des centres (phénomène généralement moins bien vu par le planificateur).

56Si la greffe a eu souvent du mal à prendre, c’est parce que la conception étatique se heurtait aux pratiques locales : cadre bâti de type urbain tournant les ouvertures vers l’extérieur ; dissociation des fonctions d’habitation et de production ; mode d’agrégat au sein du village ne tenant pas compte des vieilles solidarités. Projet étatique et projet sociétal ne se rejoignaient que sur un point, la recherche des équipements.

57Ce programme, qui a mis en mouvement les campagnes pendant une décennie, s’est révélé utile dans tous les cas où il a pris en charge des espaces atones, qui ne recélaient pas en eux-mêmes de dynamique capable de répondre aux aspirations des habitants.

La conciliation logique d’Etat/logique privée.

58Depuis les années 1978-80, se manifeste un désengagement progressif de l’Etat, lié à des considérations idéologiques (volonté de libéralisation) et économiques (crise financière consécutive à la baisse des revenus pétroliers). Révolution agraire et programme des villages socialistes ont été stoppés. La politique étatique s’est assouplie : elle vise non plus à transférer la ville dans la campagne, mais à encadrer celle-ci. Il s’agit de mettre la ville à la portée des ruraux, par la multiplication des routes rurales et des réseaux de transports voyageurs, pour qu’ils puissent en bénéficier tout en résidant en milieu rural. Il s’agit également de mettre l’accent non plus sur le logement, laissé à l’initiative de la population puisque celle-ci se révèle capable de construire, mais sur les équipements : effort par exemple sur l’électrification rurale, passée de 5 % en 1966 à 25 % en 1977 et 60 % en 1987. Il s’agit enfin de miniaturer les réalisations, pour mieux coller à l’espace rural, et concilier les exigences de proximité de la terre et d’accès aux équipements, amenuisement de la taille des communes, politique des « centres-supports » groupant un certain nombre d’équipements au milieu d’une zone d’habitat dispersé.

59La figure 4 montre comment l’Etat, allégé de la lourde et coûteuse tâche de la construction de villages complets, peut aujourd’hui faire progresser les équipements jusqu’au coeur des campagnes : dans la région tebessi, la forte structuration de l’espace au niveau villageois (villages de colonisation, villages socialistes) est complétée aujourd’hui par une structuration à un niveau plus fin, où se conjuguent route rurale, électrification et école rurale.

60Alors que la période précédente visait (en tirant vers le haut la trame de l’habitat et celle des exploitations, vers le bas celles des services et de la gestion) à structurer l’espace rural sur un niveau unique – le niveau villageois –, la phase actuelle poursuit la même convergence, mais par une politique plus souple, avec structuration sur plusieurs niveaux (hameau, village, commune). Cette politique manque pourtant parfois de cohérence : c’est ainsi qu’a été supprimée la CAPCS, cette coopérative de services qui était un instrument précieux d’intégration territoriale dans le cadre communal ; il est vrai que beaucoup avaient connu des difficultés de gestion.

61Cette nouvelle politique, pragmatique, paraît bien adaptée pour prendre en charge les espaces dynamiques (montagnes d’émigration ou plaines d’hydraulique paysanne). Elle est un peu courte pour les autres...

L’espace rural demain : le problème économique au coeur des campagnes.

62L’on peut penser que si le mouvement actuel – construction par les privés, équipement par l’Etat – se prolonge dix ans encore, l’on sera alors en présence de campagnes relativement bien structurées.

63Un problème de fond est cependant posé par cette évolution : celui de la base économique de cet espace rural. Polyvalentes dans la société précoloniale, les campagnes ont subi au cours de l’époque coloniale une « agricolisation » progressive, qui en a fait un espace monovalent. Aujourd’hui, une tertiarisation de fait s’est instaurée, mais l’espace rural reste d’abord agricole, et continue à être pensé comme tel (bien des wilayate se voient définir une « vocation agricole »).

64Or, dans l’ensemble des campagnes le croît démographique va continuer, plus longtemps même qu’en milieu urbain, alors que l’agriculture même intensifiée ne pourra guère offrir d’emplois supplémentaires par rapport aux actifs présents aujourd’hui, et que les travailleurs migrants accepteront de plus en plus difficilement leurs déplacements harassants.

65Quel sera alors l’avenir du parc logement énorme et tout neuf réalisé à ce jour ? Peut-on prendre le risque qu’il soit un jour inutilisé ? Le problème est posé avec une acuité particulière par le cas de l’habitat montagnard financé par l’émigration : la construction a été l’élément moteur, généré en dehors de tout contexte économique local.

66A l’inverse du schéma habituel, ce cas oblige à repenser aujourd’hui l’économique en fonction de l’habitat. A l’échelle du pays, c’est toute l’économie rurale qui est à réfléchir. La seule voie paraît être un effort intense dans le sens d’une diversification et d’une démultiplication dans les campagnes des activités para-agricoles, secondaires et tertiaires. Des jalons ont été posés, tant par les privés (aviculture, services) que par l’Etat (industries locales). Mais c’est à une toute autre échelle que le problème est posé pour l’avenir.

CONCLUSION

67L’habitat rural constitue une mémoire étonnante de l’évolution algérienne, depuis les aléas d’une histoire perturbée jusqu’au volontarisme d’un Etat parfois vélléitaire. Nous avons vu qu’il est aujourd’hui le lieu de mutations importantes, d’ordre quantitatif, spatial, qualitatif. De cette société rurale qui a « encaissé » les ruptures engendrées par la colonisation, puis les à-coups d’un modèle de développement rapide et moderniste, l’on a parlé un peu vite à son propos de destructuration. Cellle-ci est réelle, mais peut-être est-il intéressant aussi d’insister sur ses capacités de réadaptations, d’innovations. Son ressort n’est point cassé, puisqu’elle est capable de répondre à des sollicitations extérieures (freinage de l’exode rural, renouvellement du parc logement, renouveau de la production des fruits et légumes).

68De même, elle manifeste un nouveau type d’attitude face aux vieux problèmes des rapports ville/campagne : refus de certaines formes trop étroitement assimilées au monde rural ancien (et donc adhésion à une certaine « urbanisation »), mais réaffirmation d’un attachement décidé à l’espace rural. Une forme nouvelle de ruralité se dessinerait-elle en Algérie ?

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bernard (A), 1921, Enquête sur l’habitation rurale des indigènes de l’Algérie. Alger, Gouv. général, 150 p.

Boudjelida (H), 1981, Dynamique de l’habitat et organisation de l’espace, un exemple tellien, la région d’Azzaba. Thèse 3ème cycle, Univ. Montpellier 3, 420 p.

Burgat (F) et Nancy (M), 1984, Les villages de la révolution agraire algérienne. Paris, Coll. du CRESM, Edit, du CNRS.

Cote (M), 1979, Mutations rurales en Algérie, le cas des hautes plaines de l’Est. Alger, OPU/Paris, Coll. du CRESM, Edit, du CNRS, 163 p.

Fontaine (J), 1983, Villages kabyles et nouveau réseau urbain en Algérie, le cas de la région de Béjaia. Tours, Urbama, 273 p.

Gouzon (D) et Nezzal (A), 1981, Logiques d’occupation spatiale dans les Aurès, le cas de Beni Souik. Constantine, CURER, 3 Vol.

Lesbet (Dj), 1983, Les 1000 villages socialistes en Algérie. Alger, OPU/Paris, Syros, 335 p.

Peillon (P), 1972, L’occupation humaine en basse Kabylie, peuplement et habitat dans une zone intermédiaire du Tell algérien. Thèse 3ème cycle, Univ Lyon 3, 406 p.

Theunissen (Ph), 1979, Ait Ali ou Mhend, matériaux et pratiques constructives. Louvain, Univ cathol, CRA, 5 vol.

Vignet-Zunz (J), 1977, « L’habitat rural dans l’Ouarsenis ». Paris, Techniques et Cultures, n° 2, 27-78.

Table des illustrations

Légende Figure 1Hautes Plaines constantinoises Une donnée de base, la dispersion de l’habitat rural. (1 point pour 200 habitants).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau 1 Origine des centres ruraux et nombre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/822/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 2Trois types de villages, trois types d’espaces. Coupe Béjaia - Hodna.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/822/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/822/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Figure 3Les tentatives pour quadriller l’espace.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/822/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Figure 4La structuration de l’espace rural par les équipements (route, électrification, école rurale). Région de Tebessa.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/822/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 652k

© CNRS Éditions, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search