Version classiqueVersion mobile

La vie et le destin de Vassili Grossman

 | 
Salomon Malka

Première partie. Parcours

6. La lettre à Vitia

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Je suis sûre, Vitia, que cette lettre te parviendra, bien que je sois derrière la ligne de front et derrière les barbelés du ghetto juif. Je ne recevrai pas ta réponse car je ne serai plus de ce monde. Je veux que tu saches ce qu’ont été mes derniers jours, il me sera plus facile de quitter la vie à cette idée. »

On pense aux lettres de la mère de Romain Gary, écrites par delà la mort et qui continuent de lui parvenir tout au long de la guerre alors que l’expéditrice n’est déjà plus de ce monde. Là, c’est une lettre fictive envoyée par Anna Strum à son fils Victor – appelé par son diminutif Vitia – du ghetto de Berditchev, peu de temps avant la fin. Victor Strum, dans Vie et Destin, est le double de Vassili Grossman.

La mère raconte l’entrée des Allemands dans la ville. Sa découverte, sous l’insulte, ou sa prise de conscience qu’elle est juive. Les gens qui ne la saluent plus. Les paroles qui salissent. La création du ghetto.

Elle a fait comme tout le monde. Elle a pris ses petites a...

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search