Version classiqueVersion mobile

La vie et le destin de Vassili Grossman

 | 
Salomon Malka

Première partie. Parcours

4. Le dos et le visage

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cette scène d’une queue, d’une longue file soviétique, où le dos apparaît tout d’un coup comme un visage, je l’ai entendu évoquer dans la bouche de Lévinas. Elle l’avait frappé, parmi d’autres scènes de Vie et Destin. Et il en parlait quelquefois.

Je l’ai longtemps cherchée dans l’œuvre, sans arriver à la localiser. C’était une scène furtive, qui ne m’apparaissait pas aux premières lectures. J’ai cru la trouver d’abord dans un passage – terrible – où Grossman raconte l’intérieur, ou en tout cas la proximité la plus proche de la chambre à gaz.

C’est le passage qui commence par ces lignes : « Et voilà, c’était le dernier jour du voyage. Les wagons grincèrent, les freins crissèrent et tout devint silencieux, puis les verrous claquèrent, les portes s’ouvrirent, desvoix crièrent : - Alle herraus  ! (Tout le monde dehors) » (p. 458).

Et Grossman décrit les gens qui sortent des wagons en se serrant les uns contre les autres. Les colonnes en rang par six. Les mourants chargés sur les camions. ...

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search