Version classiqueVersion mobile

La vie et le destin de Vassili Grossman

 | 
Salomon Malka

Première partie. Parcours

2. Le repos éternel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est une nouvelle tardive. Elle date de 1960 et concerne la mort, vue à travers un cimetière, celui de Vagankovo, près de la gare, où est enterré son père.

Le cimetière, plaisante Grossman, c’est comme chez Clausewitz, la continuation de la vie par d’autres moyens.

La quête d’une place pour le défunt s’avère à l’époque aussi difficile que de décrocher une domiciliation à Moscou. Le Soviet de Moscou décide des quotas. Le camarade directeur reçoit des instructions et s’acharne à mettre de l’ordre dans la gestion des dossiers. Il n’en est pas à organiser la cadence des morts ni le flux des demandes, mais s’il pouvait le faire, il ne s’en priverait pas.

Il faut quémander auprès de lui, ou de ses collaborateurs, une petite place pour la vieille mère ou pour le vieil oncle. Alors on use comme partout dans l’administration, de ruses, de stratagèmes, de cadeaux, de pots de vin. On exhibe des attestations de mérite pour le défunt. Il était membre du parti avant la révolution. Il s’est illustré...

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search