Version classiqueVersion mobile

Habitat, État, société au Maghreb

 | 
Pierre Robert Baduel

Troisième partie. Productions et pratiques de l'espace habité : du vernaculaire au contemporain

Modèles d’habiter

Usage et appropriation de l’espace dans les quartiers résidentiels de « luxe » au Maroc

Françoise Navez-Bouchanine

Texte intégral

1Dans les pays anciennement colonisés, la réalisation de villes et de maisons conçues pour d’autres réalités et d’autres populations, se perpétue, bien après l’Indépendance, sous forme de modèles qui se développent, soit spontanément, soit par le biais de normes et règlements en vigueur. On a vu, en réaction, se développer dans les années 1970, des courants de réflexion et d’étude qui, exprimant le sentiment d’avoir été dépossédé d’une certaine forme d’identité culturelle, tentaient de retrouver et de réintroduire, dans la conception architecturale et urbanistique, des éléments porteurs d’identité.

2Au Maroc, cette recherche s’est principalement cantonnée dans des recherches typologiques et a accordé peu d’importance à l’analyse des modèles socio-culturels qui s’expriment, dans des espaces vécus, à travers l’appropriation qu’en ont fait les habitants.

3Concrètement, ceci s’est traduit par une prédominance accordée à la recherche formelle et esthétique de signes architecturaux où la culture, la tradition, sont pris comme un référent global, monolithique et statique. D’ailleurs, même quand il arrive que les pratiques des habitants soient prises en compte, on se réfère davantage à des éléments déduits (de l’histoire, des coutumes, d’un archétype traditionnel, du code social de l’Islam...) qu’à des éléments réellement observés ; de plus, ils sont souvent considérés comme homogènes pour toute catégorie de population et on accorde peu d’importance aux éventuels « écarts » des pratiques quotidiennes par rapport à ces éléments de modèle théorique.

4Par ailleurs, sur le plan opérationnel, on constate une orientation de cette recherche vers les seules couches populaires, clientèle potentielle des lotissements dans un contexte d’intervention volontariste ; l’intention d’uniformisation est parfois limpide et elle n’est pas dépourvue, dans certains cas du moins, de volonté normative et même « pédagogique » d’orientation des comportements et pratiques des habitants.

5Des travaux plus orientés vers l’observation et l’analyse des pratiques des différentes couches de population citadine paraissent pourtant indispensables à qui voudrait comprendre comment se structurent aujourd’hui les rapports à l’espace et comment s’opèrent les échanges et impacts réciproques des modèles socio-culturels et de l’espace physique. L’objectif de notre recherche sur les modèles d’habiter est de mettre en évidence des éléments de modèles socioculturels agissant actuellement et pouvant se traduire dans des dispositions formelles et typologiques multiples. Pour atteindre cet objectif, il nous paraît nécessaire de confronter des modes d’appropriation de l’espace de populations différentes, vivant dans des quartiers et types d’habitat différents, et de mettre en évidence les convergences et les divergences dans ces modes d’appropriation.

6Si, comme certains le pensent, un modèle socio-culturel domine largement la société urbaine, il devrait fatalement se lire à travers les convergences matérielles, symboliques, sémiotiques... réunissant divers types d’habitat ; si, au contraire, plusieurs modèles coexistent, leur degré de liaison ou d’indépendance, entre eux et avec le type de l’habitat, donc avec des types de contraintes différents, pourrait au moins être esquissé.

7Comme nous le suggérions plus haut, tous les types d’habitat et d’espace composant le paysage urbain actuel n’ont pas suscité le même genre d’intérêt : on peut notamment s’étonner que les modèles d’habiter actuels, dans les anciennes médinas, n’aient pratiquement fait l’objet d’aucun travail consistant ; la même remarque peut être faite pour les nouveaux espaces résidentiels. Pourtant, ces espaces sont tous deux porteurs de références extrêmement fortes pour l’ensemble de la société urbaine, et, comme tels, sont constamment évoqués par la population dans son ensemble.

8Indépendamment, donc, du fait que l’étude de ces espaces nous renseigne sur les modèles de populations qui y habitent, elle nous éclaire également sur les éléments qui composent le modèle de référence pour les habitants des autres espaces urbains.

9Enfin, dans l’inconscient collectif, si la médina continue à symboliser le modèle dit « traditionnel », les villas des espaces résidentiels sont, elles, perçues par les couches qui n’y accèdent pas, comme l’expression la plus achevée du modèle dit « occidental ».

10Des extrêmes aussi diamétralement opposés nous semblent mériter attention et nous suggèrent l’hypothèse que ce qui fonctionne comme signes si manifestes à la perception de l’extérieur, revêt peut-être un contenu matériel et symbolique totalement différent pour leurs propres habitants. Les pages qui suivent sont consacrées à cerner les éléments marquants des usages et appropriations de l’espace chez les habitants d’un quartier résidentiel.

11Nous définissons comme « résidentiels » les quartiers de maisons isolées, appelées généralement villas, sur grandes parcelles (1 500 à 3 000 m2, selon les quartiers et les villes) qui, quoique existant auparavant, se sont développés, surtout à partir des années 60, à la périphérie des grandes villes marocaines. Ils représentent, pour la population citadine une nouvelle catégorie d’habitat qui lui était relativement inaccessible avant l’Indépendance. Il faut, par ailleurs, souligner que dans les villes où existaient auparavant de tels quartiers, ils offraient souvent l’aspect d’espaces péri-urbains très faiblement urbanisés ; ils étaient peu peuplés ; ils ne correspondaient pas au standing le plus élevé, qu’on rencontrait plutôt dans des quartiers de villas sur tissu plus denses et plus proches du centre ville ; les maisons qui y étaient construites étaient, pour la plupart, de dimensions relativement modestes et de qualité de construction parfois assez rustique.

12Par ailleurs, le Souissi à Rabat, Anfa à Casablanca, la route d’Imouzzer à Fès, Plaisance à Meknès, etc. sont des quartiers qui n’ont ni la même origine, ni la même histoire, ou le même développement. Ils constituent pourtant, de la même manière et pour l’ensemble de la population des agglomérations à la fois un lieu extrêmement attractif et recherché, et la référence de ce qui peut se faire de mieux en matière d’habitat.

13Dans les grandes villes comme Rabat ou Casablanca, le mouvement de transformation de ces grands jardins périphériques en espaces résidentiels est très achevé, et l’observation des pratiques d’appropriation de l’espace est très utile pour saisir les modèles et aspirations d’une couche sociale qui a presque totalement investi l’espace, et que nous appellerons les résidentiels.

14Les autres villes ont été plus lentes à constituer leur espace résidentiel de standing, et l’hétérogénéité des forces rencontrées, leur superposition dans certains cas, nous paraissent extrêmement intéressantes à regarder, non seulement pour éclairer des comportements divers, tant en termes de réinterprétation, réappropriation culturelle d’un modèle donné, mais aussi la recherche de nouvelles formes et dispositions spatiales qui répondraient à la manière de concevoir la vie quotidienne et extra-quotidienne, ainsi que les rapports avec autrui, à l’intérieur du logement comme à l’extérieur.

15Meknès fait partie de cette seconde catégorie de villes, et les observations qui suivent proviennent d’une étude sur son quartier résidentiel, Plaisance, qui constitue une bonne illustration de cette appropriation/réappropriation culturelle, tout en permettant une approche très nuancée, en raison de la lenteur du mouvement et des diversités de situation qui en résultent.

16En effet, dans les années 80, les ménages qui résident dans ce quartier, pourtant déjà perçu comme le quartier résidentiel de Meknès, sont avant tout remarquable par leur hétérogénéité : ils sont fortement différents en termes d’origines, de niveau socio-culturel et de niveau économique. Ils ont également constitué des vagues différentes de peuplement : les ménages de couche modeste sont tous anciennement installés, soit avant, soit pendant les années 60 : ils ont accédé au quartier à la faveur du départ d’européens, à des prix bas qui témoignent du peu de pression spéculative que connaissait le quartier à l’époque.

17La fin des années 60 et surtout les années 70 marquent l’arrivée des couches plus aisées, ceux que l’on peut qualifier de « résidentiels » pour les distinguer des premiers. Partageant le désir de s’éloigner volontairement du centre ville pour adopter le mode de vie en villa, les « résidentiels » n’en sont pas moins assez hétérogènes eux-mêmes : on trouve côte-à-côte des couples de cadres supérieurs, des intellectuels engagés dans des professions libérales, et de gros industriels, hommes d’affaires et commerçants. L’argent, la profession, le niveau d’instruction du chef de ménage mais aussi de son épouse, le statut de cette dernière, le modèle conjugal et familial enfin peuvent introduire d’assez grandes différences entre eux.

  • 1 Quand on oppose modèle traditionnel à modèle occidental, on veut généralement mettre en évidence d (...)

18Dans les pages qui suivent, nous examinerons successivement quelques éléments saillants qui ont trait à l’appropriation des espaces intérieurs et extérieurs au logement. Notre intention n’est nullement de trancher le débat spécificité culturelle/influence occidentale mais de mettre en évidence les convergences et les divergences les plus marquantes dans les pratiques et les références des populations. Chemin faisant, nous pourrons indiquer les filiations claires avec l’un ou l’autre modèle1 mais il nous paraît plus intéressant, en l’état actuel des recherches, de tenter de cerner ce qui explique telle pratique, et d’apporter des éléments qui permettent de mettre en évidence ce qui semble porté par des transformations socio-culturelles de fond, le modèle d’habiter n’en étant alors que l’expression.

I. – APPROPRIATION ET USAGE DES ESPACES INTERIEURS.

1.1. Généralités.

19Avant d’évoquer la (les) manière(s) qu’ont les habitants de s’approprier l’espace, il faut souligner un grand élément commun qui précède cette appropriation et qui a trait au mode d’accès au logement ; pour la grande majorité l’arrivée dans le quartier correspond à une acquisition : premier achat pour certains, deuxième, troisième ou même davantage pour d’autres (et les logements achetés précédemment ont alors souvent été revendus pour acquérir l’actuel), c’est la même force d’appropriation qu’on rencontre chez tous. En effet, à moins de profondes modifications familiales ou professionnelles qui pousseraient à changer de lieu, cette maison représente un aboutissement : c’est la maison.

20Dès lors, il n’est guère surprenant de voir se développer, chez les habitants, un ensemble de réalisations et d’aménagements... de nature à rendre l’espace habitable au mieux, selon leurs critères, pour modeler l’espace en fonction de leurs attentes, compte tenu de leurs diverses possibilités. Sur ce point, aucune différence de fond entre les groupes sociaux, aucune différence non plus entre les investissements affectifs et matériels des ménages, qu’ils aient acheté un terrain bâti ou qu’ils aient acheté une parcelle nue. Cependant, la facilité de concevoir et d’adapter le logement à ses pratiques et à ses aspirations, s’avère très différente dans les deux cas : il n’est pas toujours aisé de remodeler un espace existant. On traitera donc de manière séparée les transformations réalisées sur terrain bâti qui, par leur caractère de rajout, ingénieux ou maladroit, donnent des indications très claires sur les symboles et/ou les usages sous-jacents, et les nouvelles constructions qui permettent quant à elles de mieux saisir le sens dans lequel se fait cette recherche de modèle...

1.2. Transformations sur espace bâti.

21Quand on arrive à reconstituer leur plan initial, on constate que les maisons acquises étaient toutes de dimensions relativement modestes : 3 à 5 pièces. Les plus modestes étaient carrées ou légèrement rectangulaires et avaient leurs pièces disposées autour d’un couloir central ; la disposition la plus fréquente était de 2 pièces devant, 1 pièce derrière et, lui faisant face, les services. Mais ce plan est loin d’être un « plan-type » et des variations, parfois importantes, peuvent apparaître soit par les formes et dimensions des couloirs, soit par la place de ces derniers dans la maison. Parmi les plus grandes et les plus récentes, on arrive très bien à reconstituer une séparation nette entre espace jour et espace nuit, le tout constituant une forme géométrique beaucoup moins régulière.

22Les transformations opérées sur ces corps initiaux font apparaître quelques convergences assez manifestes dans l’idée d’habiter chez les différents groupes sociaux concernés.

23A) La première convergence concerne une tendance identique à agrandir l’espace intérieur : aucune maison visitée n’est restée en sa superficie d’achat, quelle qu’ait été, par ailleurs, sa superficie à l’origine : adjonction de pièces, intégration d’espaces qui avaient un caractère semi-ouvert (vérandas, logias, terrasses...). Cette tendance à l’expansion de l’espace intérieur s’est également accompagnée d’une extension des espaces limitrophes ou de transition avec l’extérieur : apparition de cours, de dégagements carrelés ou cimentés, développement de liaisons cimentées ou carrelées entre corps principal d’habitation et éventuelles dépendances...

24Ces mouvements complémentaires aboutissent à une réduction de l’espace jardin mais aussi à une mise à distance de la nature qui peut très bien aller de pair avec une recherche très sophistiquée de mise en valeur paysagère chez ceux qui disposent de moyens suffisants pour le faire ; la réduction et la domestication de l’espace naturel est encore plus accentuée chez ceux qui ont aménagé une piscine. La mise à distance est tout aussi réelle chez ceux qui ont peu de moyens, mais la mise en valeur de ce qui reste de jardin reste plus proche de l’apparence initiale : vergers à sous-bois nus ou plate-bandes de légumes...

25La deuxième tendance concerne les modifications des portes, extérieures ou intérieures à la parcelle ; le relèvement éventuel des murs de clôture, par construction ou adjonction de ferrailles, porteuses de plantes grimpantes ou non ; et enfin la pose de ferrailles de protection aux fenêtres et à tout espace ouvert. L’ensemble de ces éléments concourt à donner l’impression d’une recherche de sécurité, de protection contre l’extérieur que visiblement les conditions antérieures ne satisfaisaient pas. Il est remarquable de constater, notamment pour les portes (mais les ferrailles de fenêtres ne détonnent pas) qu’avec des moyens et des esthétiques différents, et donc une qualité des matériaux et du travail très variables, on retrouve la même tendance de renforcement des portes (le bois est souvent abandonné au profit du fer), de surélévation de ces dernières, et de remplacement ou d’obturation de tous les éléments ajourés qui permettaient donc une visibilité du dehors jugée inacceptable.

26La troisième tendance commune consiste en l’aménagement ou la construction d’une pièce ou d’un espace relativement isolé (soit par sa disposition, soit seulement par son accès) destiné à recevoir les gens n’appartenant pas au cercle des « intimes ». Cet espace fait l’objet d’un investissement important, supérieur à tout autre et son organisation précède généralement tout autre aménagement.

27Cette recherche de mise en valeur et d’isolement de l’espace réservé aux « invités » va de pair avec un désir de mise à distance des espaces intimes. Les limites de l’intimité varient assez fortement, d’un groupe social à un autre, mais même dans des espaces largement ouverts, comme ceux que nous décrirons ci-dessous, les limites de l’intimité ne sont que reculées : c’est la même étanchéité qui est recherchée entre parties ouvertes à l’extérieur et parties plus fermées (et qui comprennent aussi bien le séjour usuel que les chambres ou la cuisine et autres offices).

28Notons que la séparation, contrairement à celle qui existe parfois dans les maisons initialement construites, donc en quelque sorte dans le modèle « donné », intervient plus sur la différence ouvert/fermé que sur celle des usages diurnes/nocturnes. Cette étanchéité va d’ailleurs aussi bien dans le sens de la protection de l’intimité familiale que dans celle de la protection de l’ordre, de la propreté et de la beauté de l’espace ouvert, donné en approbation aux regards extérieurs.

29La convergence entre les différents groupes de population s’arrête là : la structuration interne de cet espace, le nom qu’on lui donne, les modalités de son utilisation par le ménage lui-même, les modalités de sa séparation et de son autonomie par rapport aux espaces plus intimes, varient fortement et il convient donc de les analyser séparément.

30Les populations à revenus modestes ont formalisé cet espace en une pièce meublée de banquettes traditionnelles adossées aux murs et faisant le tour de la pièce. Quand des portes-fenêtres préexistantes n’ont pas été modifiées, elles sont obstruées par l’installation des banquettes. Cette pièce se situe à l’entrée de la maison, à gauche ou à droite sans distinction, et est le résultat, soit d’agrandissement d’une pièce antérieure, soit de jonction de 2 pièces antérieures, soit carrément de rajout.

31Le caractère extraverti de cette pièce peut être accentué par la construction d’un dégagement supplémentaire, incluant parfois l’aménagement d’un W.C. particulier ou même par l’ouverture d’une porte autonome d’accès à l’extérieur.

32Chez les « résidentiels », on rencontre deux modèles, dont l’un tout à fait prédominant ; il est surtout le fait des cadres supérieurs et professions libérales, mais on le rencontre aussi chez de riches hommes d’affaires ou industriels ; cette « pièce » devient un espace définitivement codé sous l’appellation « espace de réception » ou « réception » tout court.

  • 2 Le moucharabieh est un panneau de croisillons de bois qui était jadis utilisé pour obturer fenêtre (...)
  • 3 Les salons traditionnels sont des pièces ayant la forme de rectangle allongé. La largeur (env. 2,8 (...)

33Cet espace est, à son tour, structuré en divers sous-espaces : ce qui est remarquable à cet égard, c’est la similitude de découpages, de parti pris architecturaux, de significations... L’imitation de ce qui a été vu chez quelqu’un (copie conforme ou inspiration), le recours aux conseils d’un architecte dont on a apprécié les créations, la recherche au coup par coup... conduisent toutes à un même espace semi-ouvert, sans cloisons mais avec des repères plus ou moins fixes comme demi-murets, moucharabieh, différences de niveau, rideaux de plantes vertes, pièces coudées... qui permet de voir ou d’entrevoir deux à trois sous-espaces différents : un « salon marocain » (beldi ou tqlidi quand il est nommé en arabe2 garni donc de banquettes faisant le tour de la pièce ; un « salon moderne » (encore appelé européen) garni de canapés et fauteuils, et un coin de feu, espace petit, intime, entourant un feu ouvert. Un dégagement avec toilette, et éventuellement un dressing, complète l’ensemble. Le soin, la richesse, la sophistication même, de la décoration, sont remarquables et constrastent, dans certains cas, assez fortement avec l’aménagement des pièces intimes. Vaste et de superficie plus importante que les autres sous-espaces, il reste cependant à la taille de groupes ne dépassant pas 30 personnes. Il est plus carré que rectangulaire. D’inspiration très largement traditionnelle3, il s’éloigne pourtant souvent, en matière de décoration, dudit modèle : choix de tissus, hauteur et largeur des banquettes, éléments de décoration murale... offrent une certaine variété et une certaine nouveauté, également, par rapport aux éléments habituels du salon traditionnel.

34L’autre modèle, qui est donc beaucoup moins fréquent met encore plus en évidence l’espace de réception, l’isole encore davantage du reste de la maison, mais avec un tout autre découpage interne. Il est alors composé de deux, parfois trois salons « marocains » de taille imposante, en forme de rectangle allongé, décorés très richement et en s’inspirant de très près du modèle traditionnel tant pour les banquettes, tissus, ornementation... que pour les éléments décoratifs, zellije, stuck, plafonds en bois, lustres... Ces salons renvoient davantage à des formes palatines qu’à des formes domestiques et sont fort peu utilisées dans la vie quotidienne. Le niveau de constrate entre l’espace de réception et l’espace intime peut être très violent.

35B) Les autres transformations de l’espace permettent difficilement de mettre en évidence d’autres convergences entre tous les ménages vivant à Plaisance ; elles paraissent beaucoup plus liées, justement, aux différents groupes de population eux-mêmes. Par exemple, on retrouve souvent, chez les résidentiels, des adjonctions de pièce pour assurer des appropriations individuelles d’espaces (enfants, par exemple) ou pour une plus grande spécialisation des pièces (la salle à manger) ; adjonction également d’une ou de plusieurs chambres d’hôtes, aménagement d’un véritable « sas » entre partie ouverte/partie intime...

36Pour les ménages modestes, les autres modifications sont moins importantes, quantitativement parlant, et par conséquent, on peut moins facilement dégager des convergences ; notons cependant l’adjonction de pièces pour assurer aux enfants une appropriation semi-collective par sexe (il est clair que le nombre d’enfants joue beaucoup : les « résidentiels » ont en moyenne dans notre échantillon 3,7 enfants par ménage, les populations d’origine modeste en ont 5,5), l’aménagement d’une cuisine-pièce ou d’une pièce-cuisine où on réalise les travaux ménagers assis et où l’on peut prendre certains repas sur des nattes ou tapis posés à même le sol, ou sur des banquettes...

  • 4 Le woust-ed-dar, littéralement le « milieu de la maison » est cette cour intérieure couverte, .sem (...)

37Cependant, on se doit de signaler, toujours pour les ménages modestes, une convergence, moins en termes de modification précise qu’en termes d’attitude globale en matière de modifications : la plupart d’entr’eux font preuve d’hésitation entre modèles de maison : l’alternative s’établit et s’énonce clairement entre maison « traditionnelle » (définie par sa cour intérieure) et maison « moderne » (sans cour), alors que cette bipolarité ne se rencontre chez les résidentiels qu’au niveau des salons, rarement de manière antagonique, et jamais au niveau de la maison comme entité globale. On voit ainsi dans certaines maisons des vagues successives de modifications contradictoires, qui tantôt valorisent, tantôt nient, une organisation de l’espace auto-centrée4.

38Cette hésitation entre deux modèles perçus comme antithétiques est extrêmement intéressante car elle paraît strictement liée à l’environnement dans lequel sont immergées les populations. Ayant choisi d’habiter ce quartier, plus peut-être pour les aspects tenant à l’environnement et à l’extérieur du logement qu’au logement lui-même, ils se retrouvent pris dans le vécu d’une différence qui, avec le temps et l’arrivée de plus en plus franche des « résidentiels », n’a fait que s’accentuer.

39C) Enfin, il a certaines autres convergences qui s’inscrivent en quelques sorte en négatif par rapport aux réappropriations de l’espace observées dans d’autres types d’habitation (petites villas proches du Centre ville, appartements...). Par exemple, nous ne retrouvons à Plaisance ni obturation complète, ni condamnation fonctionnelle ni rétrécissement des fenêtres ; ce fait nous paraît essentiellement lié à la protection naturelle de l’intimité par l’espace-jardin qui rend inutile ce que les petites parcelles ou la mitoyenneté rendent obligatoires. Par ailleurs, nous ne retrouvons pas non plus les transformations de cuisine ou de salle de bains en chambres, qui sont fréquentes dans d’autres types d’habitat, principalement quand un enfant scolarisé en fin de secondaire, ou au supérieur, exige un endroit isolé pour étudier. La disponibilité de terrain et les possibilités d’extension progressive rendent ici ces transformations inutiles.

1.3. Conception des constructions neuves.

40Elles ne nous permettent d’apporter de « retouches » aux éléments de modèles pressentis à travers l’étude des transformations que pour les seuls résidentiels ; en effet, toutes les constructions sur parcelle nue sont le fait d’arrivants dont le niveau socio-économique confirme l’évolution du quartier vers un standing élevé. Nous ne pourrons donc évoquer ici que les modèles des « résidentiels ». Avec la disparition des contraintes d’un bâti préexistant, le « modèle » apparaît de manière encore plus nette – parfois même avec des excès, des traits caricaturaux dûs à une forme de « délire concepteur » – mais n’apporte aucun élément contradictoire ou totalement neuf par rapport à ce qui a été dit.

A) La conception.

41Après l’achat du terrain, les ménages ont généralement mis un certain temps avant de passer à l’exécution de la construction. Cette période est mise à profit pour « imaginer » la maison. Aucun des ménages interrogés n’a commencé ce long travail de conception par l’établissement d’un programme ou plus simplement par l’énumération de ses besoins. Tous ont, par contre, cherché soit des modèles au sens strict du terme, soit de « l’inspiration », dans d’autres maisons déjà construites. Casablanca et Rabat sont alors des lieux de « recherche » favoris, car leurs espaces résidentiels sont perçus comme plus prestigieux. On peut aller jusqu’à photocopier le plan d’une maison de Casablanca et la faire redessiner par un dessinateur de Meknès.

42A un degré de recherche plus élaboré, on s’enquiert de l’architecte qui a réalisé le travail et on lui passe commande, non sans se référer à la maison précise qui a plu. Cette recherche peut concerner tout aussi bien le plan, l’esthétique générale, la façade... que des détails de menuiserie, de ferronnerie.

43Paradoxalement, ce qui ressort du discours des habitants, c’est que cette recherche n’est pas du tout vécue comme tentative de copie et d’imitation, mais tout au contraire recherche d’originalité. Il est clair qu’on ne peut comprendre que par « référence à » : il s’agit bien d’être original par rapport à Meknès, par rapport aux villas construites à Plaisance ou dans d’autres quartiers.

  • 5 Dans les maisons à étage, l’escalier forme le « sas » entre jour et nuit ; le rez-de-chaussée conn (...)

44La réflexion sur la composition interne de la maison semble essentiellement dominée par la définition de l’espace de réception par opposition au reste de la maison, partie intime donc. Pourtant le niveau de réflexion peut s’approfondir et on voit alors s’esquisser l’idée d’une maison en trois parties séparées par des « sas » plus ou moins importants5: la réception, le séjour quotidien (inséré dans un bloc comprenant aussi la cuisine et parfois les dépendances) et enfin les chambres. Par contre, la chambre d’hôte est une pièce un peu flottante : tantôt avec les chambres des membres du ménage, elle est dans certains cas rejetée vers l’espace de réception : sa place n’est visiblement pas codifiée de manière fixe, permanente. La chambre de bonne est fréquemment rejetée vers les dépendances, voire même à la cave, ce qui contraste totalement avec le fait que cette même bonne partage assez régulièrement le sommeil des enfants dans leur propre chambre.

45Le raffinement dans la conception et l’aménagement interne de certains espaces privés ou de service est extrêmement variable. L’attention portée à la conception de la cuisine et des dépendances d’office est très instructive à cet égard et semble liée, d’une part, au niveau d’instruction de la femme, et d’autre part, à niveau d’instruction élévé égal, au fait que cette dernière ait opté pour le rôle de femme au foyer.

46Les chambres conjugales sont d’autant plus isolées, aménagées, sophistiquées même, que la notion de couple prévaut sur celle de famille.

47Les références explicites au modèle traditionnel sont très rares. Elles ne se rencontrent que dans les cas très minoritaires où l’espace de réception devient presqu’une maison autonome, et n’est conçu que comme une suite de salons traditionnels : encore faut-il souligner que le woust-ed-dar a disparu et est remplacé par des halls ou vastes couloirs de circulation.

48Et comment d’ailleurs, même sans ce woust-ed-dar, ne pas établir un parallèle entre la dar kébira (grande maison) des riches demeures bourgeoises de médina, clairement séparée de dar sghira (petite maison) qui est l’espace de vie quotidien, et ces immenses espaces de réception palatins totalement séparés de l’espace de vie quotidienne organisé lui, selon tout autre critère. Même en l’absence de références explicites, il nous paraît très clair que l’« emphase » accordée aux espaces de réception et la séparation d’avec les espaces intimes dans toutes les villas est un héritage direct, qui, s’il s’exprime sous des formes nouvelles, reproduit une des idées-maîtresses de l’habitat traditionnel.

B) Vécu et évaluation.

49Une fois rêvée, conçue, réalisée, cette maison finit par être habitée ; elle subit donc l’épreuve de la vie quotidienne et extra-quotidienne et il est intéressant de voir l’évaluation qu’en font les intéressés. De manière générale, le niveau de satisfaction atteint est élevé. Par ailleurs, la plupart des maisons sont présentées comme inachevées par leurs habitants et toute projection sur le futur passe par un ensemble d’aménagements à étaler, parfois sur cinq, six années ou même davantage. Ces aménagements concernent avec tout l’embellissement et la mise en valeur des espaces intérieurs d’abord, du jardin et des dépendances ensuite. Pour beaucoup, l’aménagement de la piscine représente le point d’aboutissement final qui consacrera la réalisation finale du rêve de maison.

50En attendant, l’épreuve du quotidien fait apparaître au moins un défaut convergent que certains ménages n’avouent que de manière indirecte, un peu comme s’ils se sentaient pris en défaut, c’est la boulimie de mètres carrés couverts au moment de la conception. L’espace de réception est le premier accusé ; on a vu trop grand, c’est un espace qu’on intègre assez mal et qu’on approprie difficilement au quotidien. Inutilisé, il est trop marginal, mais à l’inverse, son utilisation pose inévitablement le problème de son entretien, donc celui de la conservation de l’image et de la fonction de représentation pour lesquelles il a été conçu. Dur dilemne que le salon marocain semble consacrer tout particulièrement, ses matelas nécessitant une remise en forme chaque fois qu’on s’y assied.

51Aucun autre problème de fond n’est soulevé : le mode de fonctionnement de la maison n’est pas remis en cause et aucun projet de modification importante n’est évoqué.

1.4. Usage et appropriation fonctionnelle.

52A) Les ménages habitant Plaisance sont pour l’essentiel structurés en familles nucléaires, avec quelques cas de nucléaire élargi. Avec un nombre d’enfants assez variable selon les groupes sociaux, c’est pourtant à des familles restreintes que nous avons affaire, un seul noyau conjugal occupant et commandant l’espace.

  • 6 Les types de familles rencontrées présentent, dans certaines couches de population, des formes inc (...)

53Les différents membres du ménage sont donc soit parents et « responsables », soit enfants et dépendants. L’incroyable diversité de statut des personnes composant le ménage dans bon nombre de quartiers populaires est totalement absente ici, et fait même figure de pathologie6.

54La spécialisation en matière d’usage des pièces découle directement de cette structure familiale, et notamment l’appropriation spécialisée d’espaces par des invididus ou des « sous-groupes » : la chambre du couple, à laquelle n’est affectée aucun autre usage, les chambres d’enfants où sommeil, jeux et études se rencontrent ; là s’arrêtent les convergences entre les différents groupes de population. Comme nous l’avons déjà signalé, les « résidentiels » ont en moyenne moins d’enfants, et on rencontre chez eux davantage de cas d’appropriation strictement individuelle (une chambre, un enfant) ou en binôme (sexe et âge rapprochés, deux enfants par chambre).

  • 7 On note des transformations importantes au niveau familial, et dans les aspirations, à une égalité (...)

55Les ménages d’origine modeste pratiquent plus aisément l’appropriation des chambres par sexe. Cependant, il faut souligner avec force que, pour ces ménages, toute spécialisation reste liée à la taille du logement : s’agrandit-il, et on voit apparaître des appropriations de plus en plus individuelles ; reste-t-il de taille modeste, et aussitôt réapparaît un ordre hiérarchique dans l’appropriation individuelle, et qui, comme en tout autre habitat qu’il nous a été donné d’observer dans la ville, commence par les garçons. Dans le plus petit logement observé (4 pièces dont une n’est pas encore fonctionnelle, puisqu’il s’agit d’un salon en aménagement) l’usage est codifié de la manière suivante : un salon, qui est également approprié par les garçons comme lieu de travail et de sommeil, un séjour, qui la nuit devient lieu de sommeil pour les filles et une chambre à coucher pour les parents. Quand le nouveau salon sera terminé, l’actuel deviendra à part entière chambre des garçons7. L’idée même d’utiliser actuellement le salon comme séjour et le séjour comme chambre d’enfants est proprement inacceptable pour la famille, et vient bien renforcer le caractère de pièce maîtresse du salon dans l’habiter de ces populations.

56Aucune autre particularité convergente, liée au sexe, n’apparaît dans l’usage de l’espace, mais il faut dire, à cet égard, que nous n’en avons trouvé dans aucun autre type d’habitat. Cette absence d’autres formes de division sexuelle de l’espace ne peut donc être regardée comme une spécificité des espaces résidentiels.

57B) Les espaces communs sont dominés par la figure du séjour, véritable « ventre chaud » de la maison quand il est unique, et meublé de manière très convergente, toute différence de standing respectée bien sûr, chez les différents groupes de populations : banquettes faisant le tour de la pièce, table pour les repas et télévision sont les éléments de base du mobilier de cette pièce.

58Il est à noter que les salles à manger de style européen sont des accessoires qu’on ne retrouve que dans les espaces de réception des résidentiels et qui servent de manière très occasionnelle.

59Cependant, certains usages liés au séjour dans les ménages modestes, sont rejetés vers l’espace de réception chez les résidentiels avec, pour certains d’entr’eux, une justification au niveau du discours, qui rejoint sensiblement le regret d’avoir construit trop de surface, celle de se sentir obligé d’utiliser, même ponctuellement, un espace qui, sans cela, serait marginalisé, « mort » : on y prend le thé, on regarde la télé ou la vidéo entre adultes, soit au coin du feu, soit dans le salon européen, trés rarement dans le salon marocain pour les raisons déjà évoquées.

II. – APPROPRIATION DES ESPACES EXTERIEURS

60L’appropriation de la rue du quartier, de la ville... accuse des différences beaucoup plus importantes entre groupes d’habitants : hormis l’exaltation commune des vertus du respect des « distances » et du quant-à-soi, et une définition assez exclusive du quartier tenant moins compte de l’entité socio-géographique que du seul type d’habitat (les villas !) peu de choses réunissent les différents groupes de ménages qui cohabitent à Plaisance. Nous n’évoquerons que trois points que nous avons sélectionnés dans un ensemble très riche et qui nous paraissent les plus indicateurs des comportements d’appropriation des espaces.

2.1. Perception de la qualité du quartier et de son image.

  • 8 « Plaisance » en français, continue à être utilisé de manière dominante. Certains préfèrent recour (...)

61Si les différents groupes s’accordent sur un certain nombre d’insuffisances physiques (aménagement et entretien général des voieries et des trottoirs, déficience des réseaux d’équipement, problèmes de ramassage d’ordures...) qui empêchent une parfaite adéquation entre l’apparence physique du quartier et le nom qu’il porte8, l’importance qu’il faut y accorder et la manière dont on pourrait améliorer les déficiences, font apparaître des modèles de quartier assez divergents ; cette divergence se cristallise particulièrement sur le problème d’assainissement ; le quartier n’est pas relié au réseau d’égoût et fonctionne donc sur l’assainissement individuel. A plusieurs reprises, un comité de quartier s’est constitué pour envisager le problème du raccordement au réseau ; ces comités ont échoué les uns après les autres parce qu’ils finissent par opposer, d’une part, les ménages modestes, qui sont prêts à cofinancer l’assainissement, à condition qu’ils puissent morceler leur terrain, estimant que garder 1 000 m2 est largement suffisant et d’autre part, les résidentiels qui préfèrent renoncer aux commodités du tout-à-l’égoût pour préserver des tailles de parcelles élevées, seules garantes du caractère résidentiel et élitiste du quartier.

62La « distance » recherchée à l’origine par les deux groupes de ménages n’a visiblement pas la même signification : pour les premiers, habiter un quartier calme, où l’on peut prendre ses distances signifie avant tout quitter les quartiers d’habitation en tissu continu, où, d’après eux, trop de problèmes de voisinage et de mitoyenneté se posent.

63Pour les seconds, maintenir une taille élevée (2 000, voire 2 500 m2) n’est qu’un moyen indirect pour empêcher « l’envahissement » du quartier par les couches moyennes : d’ailleurs, il ne manque pas, parmi eux, de ménages qui trouvent excessives les dépenses liées à un bon entretien de telles superficies, mais comme ces dernières sont les seules garantes du maintien de la distance sociale avec les autres couches, ils l’acceptent comme une contrainte obligée.

2.2. Fréquentation des commerces, services et équipements.

64Aucun ménage ne peut « vivre » au quotiden sans quitter le quartier : lieux d’activité, de fréquentation des équipements collectifs, de commerces et services... obligent à d’incessants mouvements hors du quartier qui ne compte que trois petites épiceries, un four, une mosquée, une pompe à essence, et deux cafés...

65Une première différence apparaît en matière de relations à l’épicerie : tandis que les « résidents » n’utilisent l’épicerie locale que comme « secours » (sic), les autres ménages y recourent de manière beaucoup plus intensive et ont avec « leur » épicier des relations très semblables à celles qui se nouent dans les quartiers populaires : relations de familiarité, ouverture de crédit, échange de petits services extra-commerciaux.

66Lieux et fréquence de déplacement sont, pour le reste, fort variables et semblent liés tant au problème de mobilité qu’aux caractéristiques intrinsèques des destinations choisies.

67En ce qui concerne la mobilité, elle est liée avant tout aux moyens, mais aussi au niveau socio-culturel et au statut de la femme. Les « résidentiels » ont, en effet, tous au moins une, souvent deux voitures et parfois un chauffeur. L’approvisionnement est réalisé presque essentiellement par les femmes, et/ou par le chauffeur quand elles ne conduisent pas. Il est réalisé à des rythmes extrêmement variables selon les produits (par exemple certains ménages congèlent de la viande pour 15 jours ou 3 semaines) et se fait très souvent à l’occasion de déplacements autres, qui sont extrêment fréquents (travail et conduites scolaires essentiellement).

68Les ménages modestes disposent plus rarement d’un véhicule ; quand il existe, il n’est utilisé que par le chef de ménage et pas nécessairement pour des déplacements quotidiens.

69Hormis l’approvisionnement réalisé sur le chemin de retour du travail par certains chefs de ménage, c’est la femme ou un grand enfant qui se charge de l’essentiel et on constate alors deux tendances : l’une à diminuer les fréquences de déplacements et à faire des achats quasi-hebdomadaires pour éviter des déplacements exclusivement motivés par l’approvisionnement ; cette pratique est très éloignée de ce que réalisent les ménages de niveau similaire dans les quartiers populaires où l’on préfère s’approvisionner pour un ou deux jours, et disposer ainsi toujours de produits frais. L’autre tendance consiste à se rendre dans le quartier populaire le plus proche (Aïn Slougui) pour éviter un trop long déplacement ou un coût de transport public.

70Pour ce qui relève des caractéristiques intrinsèques des destinations choisies, on relèvera avant tout le caractère sélectif des fréquentations des résidentiels dans tous les domaines : qu’il s’agisse des commerces, des services ou des équipements collectifs, les résidentiels ont tendance à aller au niveau le plus élevé de l’équipement urbain et à utiliser au maximum le centre de la ville nouvelle, marché central, grandes épiceries du centre, cliniques privées, lycées ou écoles primaires publiques les mieux côtés, ou établissements de la Mission Culturelle française (tous au centre).

71Cette relation forte aux espaces centraux s’accompagne d’une capacité de diversifier ponctuellement les lieux de destination quand l’un ou l’autre produit ou service particulier est recherché : la médina, pour certains produits ou services traditionnels (épices, olives, fruits secs, plateaux à thé, couture de caftans,...), un bidonville proche pour le rapport qualité/prix de la viande, etc. C’est également cette attitude sélective qui pousse à différer certains achats ou recherches de services dans le temps pour les réaliser hors Meknès (Rabat, Casablanca et même l’étranger, surtout pour les soins de santé et les vêtements).

72Ce mode de fréquentation s’accompagne d’une parfaite maîtrise et appropriation de l’ensemble des lieux équipés de la ville, à travers laquelle on se déplace et on se meut avec aisance et facilité.

73Les non-résidentiels ne se déplacent ni avec la même facilité, ni avec la même diversité ; en matière d’approvisionnement, ce sont plus les quartiers populaires (et parmi eux, les plus proches) que les endroits centraux qui sont recherchés. Le coût des denrées constitue certainement une justification importante mais la fréquentation sociale et le mode de relation avec les commerçants doivent jouer presque autant.

74Pour les services et les équipements, leur attitude est également moins sélective, et aller au plus proche est généralement la règle que l’on adopte. Le degré de satisfaction est variable : assez bon pour les services privés, il est médiocre pour les services publics, et notamment pour les établissements scolaires pour lesquels Plaisance dépend, sur le plan administratif, des quartiers populaires voisins ; habitués à vivre au milieu d’une population qui a les moyens d’échapper à l’imposition du lieu scolaire et de choisir les établissements qui lui conviennent, les ménages « non-résidentiels » ressentent d’autant plus mal la contradiction entre leurs propres pratiques obligées et leurs aspirations à faire comme les autres. Cependant, le recours, volontaire ou imposé, aux lieux les plus proches est à nuancer pour toutes les fréquentations de commerce et de services non quotidiens ; les déplacements se font alors plus fréquemment vers la médina que vers le centre de la ville nouvelle. Enfin, le recours à l’extérieur de Meknès est extrêmement rare et n’a été évoqué par nos interlocuteurs que pour les soins de santé.

2.3. Les relations de voisinage.

75Le mode d’appropriation des espaces extérieurs, et notamment du quartier, s’analyse également à travers les relations sociales constituées dans cet espace. A ce titre, les relations de voisinage méritent qu’on s’y arrête : en premier lieu à cause de leur intensité et des problèmes qu’elles posent dans les différents types de quartiers sur lesquels nous avons travaillé ; en second lieu, parce que ces relations avec les voisins ont fait l’objet d’une codification particulière dans le Coran et les hadiths, et marquent donc fortement le substrat culturel : dictons, proverbes, mythes et contes populaires abondent sur ce sujet.

76La constatation principale que l’observation des ménages de Plaisance nous entraîne à faire à ce sujet, c’est que ces relations sont à la fois liées aux rapports de classe et altérées par eux.

77En effet, on constate des différences importantes entre la manière d’appréhender le voisinage chez les non-résidentiels et les résidentiels.

78Les premiers ont tendance à recréer, avec leurs proches, des relations basées sur un certain nombre d’échanges et sur une forme de solidarité qui s’apparente à celles que l’on retrouve dans les quartiers populaires, à cette différence près qu’elles sont moins intenses et qu’en tout état de cause, on cherche à garder un minimum de distances.

79Les seconds vivent de manière beaucoup plus autonome et ceci même quand leur voisinage direct est constitué d’autres résidentiels ; ils gardent beaucoup plus de distances, même s’ils reconnaissent l’existence d’échanges matériels, mais qui revêtent alors cette particularité de transiter exclusivement par les hommes et les jardiniers !

80L’exception à cette « règle » n’apparaît que si, par ailleurs, les ménages ont d’autres raisons que le seul fait d’être voisins, de se fréquenter et de se lier : relations antérieures, amicales ou professionnelles, intégration à un même réseau social du genre club (sportif ou autre, du genre Rotary et Lyon’s club, qui, dans les villes de province, jouent un rôle de création de réseaux assez intéressant). Mais ces cas restent minoritaires.

81L’étude de la perception du voisinage et des relations qu’on entretient avec lui est instructive à un autre niveau : c’est en effet grâce à elle que nous avons le mieux pris conscience de la perception de différences sociales aigües. A l’intérieur même de cette couche de résidentiels, certains jeunes ménages cadres et professions libérales n’ont que mépris pour les « parvenus », qui, d’après eux, constituent la quasi-totalité des riches de Plaisance. Les « riches » ignorent à leur tour ces jeunes couples qui ne fréquentent pas le même « monde » social et qui, dans certains cas, pourraient être leurs « employés ».

82Cependant, montrer dans ce contexte particulier le lien entre couche sociale et relation de voisinage reste insuffisant pour cerner la complexité et l’originalité de ces relations. En effet, le voisin se définit généralement comme celui qui réside à côté, de part et d’autre, ou en face ; puis éventuellement, dans certaines situations, la notion de voisinage peut être étendue à l’ensemble de la rue ; le caractère non sélectif de ces relations et le fait qu’elles soient « produites » par une situation dans l’espace, sont évidents.

83A Plaisance, développer des relations de voisinage, impose aux ménages modestes une certaine sélectivité et la notion de voisinage y perd en continuité spatiale : on « saute » des maisons car on ne peut bien développer ces relations qu’avec ses semblables. Etre de couche modeste et avoir pour voisin un résidentiel entraîne, pour les premiers, une position de distance respectueuse, et pour les seconds une courtoisie distante.

84A cet égard, il faut signaler que nous retrouvons exactement la même situation dans les derbs actuels de médina où quelques grandes familles cotoient encore une population de couche modeste ou moyenne non originaire du derb lui-même : nous y retrouvons la même distance, et quelques échanges limités entre bonnes de grandes familles et femmes des ménages voisins...

CONCLUSION

85La confrontation des modèles d’habiter entre différentes couches de la population partageant un espace où un modèle « occidentalisé » avait précédemment créé des contraintes et codifié un certain nombre d’éléments, permet d’approcher les modèles d’habiter de manière relativement nuancée, qu’on considère la population observée comme un tout, ou comme un ensemble formé d’au moins deux groupes facilement repérables et différenciables.

86Il faut, avant tout, noter les différences importantes dans les conclusions qu’on peut tirer de l’observation de l’appropriation des espaces, intérieurs et extérieurs. En effet, l’appropriation de l’espace intérieur fait apparaître, toutes proportions et nuances gardées, davantage de convergences entre les deux populations ; nous retrouvons des réalisations visant à la protection de l’intimité, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la maison, visant également à l’isolement et au surinvestissement sur l’espace destiné à la « réception », visant enfin la même domestication de la nature : nous retrouvons par ailleurs les mêmes tendances à la spécialisation et à l’individualisation de l’espace. Les limites qui apparaissent à ces tendances suggèrent que type et taille des ménages, qui ne sont évidemment pas eux-mêmes fortuits, jouent de manière très claire dans les formes d’appropriation : plus la cellule familiale est contractée, plus l’espace est spécialisé et approprié de manière individuelle. Or, la famille « nucléaire » est le mode familial le plus répandu dans ce quartier, comme elle a, d’ailleurs, de plus en plus tendance à jouer comme modèle de référence pour l’ensemble des populations citadines, y compris pour celles qui vivent croncrètement dans des conditions actuelles qui les éloignent quelque peu de ce modèle.

87L’appropriation de l’espace extérieur fait, par opposition, apparaître des différences très nettes qui sont, en fait, la transcription en termes pratiques de deux modes d’insertion à l’urbain, de deux « modèles d’urbanité » extrêmement différents : l’un se caractérise par une appropriation de l’ensemble urbain, avec comme corollaire des comportements de choix ; l’autre par une appropriation plus partielle, à échelle plus réduite, et avec plus de comportements déterminés par la localisation, en un point précis de l’espace, de leur habitation. La mobilité physique, mais aussi sociale, est déterminante à cet égard, mais à niveau de revenu égal, on a sugéré le statut de la femme comme variable intermédiaire discriminante sur ce point. Cette suggestion ne doit pas cacher que la mobilité est avant tout déterminée par les moyens. D’un point de vue « objectif », on pourrait même souligner le caractère dysfonctionnel de l’appropriation de l’espace extérieur par les couches modestes, et on les verrait infiniment plus à l’aise dans des quartiers plus denses, plus centraux, mieux équipés. S’éloigner et vivre dans des parcelles-jardins, à l’écart du bruit et de l’agitation des quartiers denses a bien constitué un choix, qui continue à être valorisé, mais assumer les contraintes diverses, liées à cet éloignement, reste leur problème essentiel : ils sont d’ailleurs les seuls à souhaiter que le quartier se densifie dans des limites « raisonnables » pour que l’équipement suive... Par contre, pour les « résidentiels », habiter un quartier excentré représente un choix complet, dans lequel toutes les conséquences matérielles et sociales sont intégrées et résolues, à la fois par la mobilité, et par l’autonomie entretenue par rapport à l’appartenance sociale au « quartier ».

88Au delà de ces constatations, on aura également pu prendre conscience des positions nuancées qu’il convient d’adopter, dès lors qu’on cherche à « positionner » l’habiter actuel entre des modèles de référence dits traditionnels, et d’autres dits occidentaux. Nous avons montré que les appropriations d’espace sont davantage que des « bricolages » individuels, et font apparaître des éléments convergents qui traduisent un fond culturel commun. Pour ces éléments, il y aurait donc, en quelque sorte, transposition ou adaptation du modèle dit « traditionnel » (isolement du salon, protection de l’intimité, mise à distance et domestication de la nature...). Nous avons montré, par ailleurs, des pratiques et appropriations, qui sont clairement liées à des transformations socio-économiques et culturelles qui paraissent relativement irréversibles, et dont les modes d’appropriation de l’espace n’apparaissent que comme éléments induits. (Presque tous les aspects de l’appropriation des espaces extérieurs relèvent de cette explication). Enfin, d’autres éléments sont plus difficiles à clarifier ; l’abandon du plan auto-centré, par exemple, semble lié à un faisceau de causes convergentes dont il est difficile d’isoler les plus déterminantes : le parti urbanistique joue un rôle déterminant par l’invite à la conception excentrée, aux murs ouverts de fenêtres, à l’ouverture au jardin extérieur. Mais il est tout aussi largement explicable par les modifications profondes de la structure familiale : contraction, émergence de l’individu et du couple, affaiblissement enfin du pouvoir patriarcal, et avec lui, de la fonction de contrôle socio-spatial qui était partiellement assurée à travers la cour centrale ; il peut être également lié à l’absence de cette référence culturelle pour des populations originaires de régions où la maison à woust-ed-dar n’existe pas. Il est enfin lié, en termes de référence, au rejet d’un modèle considéré comme passé et à la recherche d’un « modernisme » dont les définitions semblent, elles, très loin d’être homogènes pour les différentes couches sociales...

Notes

1 Quand on oppose modèle traditionnel à modèle occidental, on veut généralement mettre en évidence d’une part, un modèle intraverti, organisé autour d’un espace de distribution central (le woust-ed-dar ou patio), largement fermé sur l’extérieur ; les pièces y sont plutôt polyvalentes sur le plan fonctionnel, encore qu’avec des nuances. D’autre part, le modèle occidental, qui est extraverti, avec une distribution intérieure beaucoup moins centralisée et « contrôlée », a des pièces à tendance spécialisée sur le plan fonctionnel.

2 Le moucharabieh est un panneau de croisillons de bois qui était jadis utilisé pour obturer fenêtres et logias et permettre de « voir sans être vu ». Actuellement il est utilisé comme cloison semi-transparente. « Beldi » veut dire, littéralement, « du pays », c’est-à-dire local ou national. « Tqlidi » a plus le sens de traditionnel.

3 Les salons traditionnels sont des pièces ayant la forme de rectangle allongé. La largeur (env. 2,80 m) correspondant au maximum de ce qui pouvait être obtenu en utilisant la technique des plafonds portés par travée de bois. Avec l’introduction de la dalle de ciment, la dimension tend à changer, mais très lentement et la référence au modèle traditionnel est toujours celle de ces rectangles très allongés : on peut en trouver qui ont jusqu’à 8 et 9 m de long. Les « zellije » sont les mosaïques incrustées dans les murs. Le stuck est le travail d’arabesques sur plâtre, soit au plafond, soit en frise entre le mur et le plafond.

4 Le woust-ed-dar, littéralement le « milieu de la maison » est cette cour intérieure couverte, .semi-découverte, ou à ciel ouvert vers laquelle sont tournées et ouvertes toutes les pièces de la maison. Dans les maisons récemment ou anciennes remodelées, elle est généralement largement couverte et utilisée tant pour les circulations que pour d’autres usages. On l’appelle parfois également « patio ».

5 Dans les maisons à étage, l’escalier forme le « sas » entre jour et nuit ; le rez-de-chaussée connait alors généralement un autre sas entre partie ouverte et partie intime. Cependant, à Meknès, la tendance est à la construction de plain-pied.

6 Les types de familles rencontrées présentent, dans certaines couches de population, des formes incroyablement variables et complexes, qu’il y ait un seul couple, et beaucoup d’éléments rattachés, ou qu’il y ait plusieurs couples. De plus, à configuration familiale identique, le pouvoir et la forme sur laquelle il s’exerce à l’intérieur de la constellation familiale peuvent être extrêmement variables également.

7 On note des transformations importantes au niveau familial, et dans les aspirations, à une égalité d’appropriation de l’espace entre les différents enfants quel que soit leur sexe ; pourtant, qu’un problème matériel se pose, et on s’appuie immédiatement sur les références traditionnelles pour le résoudre ; filles et garçons ont un même droit d’appropriation d’espace dans presque toutes les maisons enquêtées. Mais si l’exiguité de l’espace impose des restrictions, on tranche en faveur des garçons qui s’approprient alors l’espace le plus « prestigieux ».

8 « Plaisance » en français, continue à être utilisé de manière dominante. Certains préfèrent recourir à la traduction arabe officielle (donnée par la Municipalité) et qui est « Menzeh ». Ce terme fait plutôt référence à un site, une aire jouissant d’une vue agréable et qui, située en bordure des villes ou à la campagne, accueillait des sortes de résidences « secondaires » : jardin, verger, petite habitation sommaire ou plus élaborée, où se rendaient les citadins pour goûter le repos.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search